Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

L'éveil des Muses

 | 
François Moureau
, 
Madeleine Bertaud
, 
Catriona Seth

II. Poétiques

Le Nouveau Monde ou Christophe Colomb de Le Suire entre deux poétiques

Renata Carocci

Texto completo

1La première édition du Nouveau Monde de Robert Martin Le Suire est de 1781 ; elle a été suivie de deux autres : l’une, à Paris, en l’an VIII (1800), fidèle dans le texte, mais modifiée dans le titre avec Le Nouveau Monde ou Christophe Colomb. Ce titre sera encore adopté dans la troisième de l’an X (1802), qui a subi des changements et des corrections de la part de l’auteur. C’est cette dernière qui fera l’objet de nos observations par rapport à la première.

2Entre 1781 et 1802 plus de vingt ans se sont écoulés, très importants pour la France, non seulement du point de vue politique et social – la Révolution et ses conséquences –, mais, et surtout, dans le domaine des idées et de la littérature. En effet, Paul et Virginie (1788) et Atala (1801) ont déjà fait leur apparition et Madame de Staël, avec son ouvrage De la Littérature de 1800, a contribué à divulguer sous forme théorique les nouvelles tendances romantiques. Pendant ce temps, Le Suire avait été professeur de législation à l’École centrale de Moulins et ensuite, une fois rentré à Paris, il s’était occupé dans le domaine de la librairie, par conséquent, il était toujours resté bien informé de tout ce qui se passait en matière de culture. On peut se demander si ces vingt années ont eu une influence sur la dernière édition corrigée et revue par l’auteur lui-même.

3Il faut considérer d’abord quelles sont les modifications apportées dans le texte de 1802, quelles en sont la nature et l’importance.

4Du point de vue de la structure du poème, il paraîtrait qu’il y a eu une bonne concentration, car les 26 chants ont été réduits à 24, peut-être par analogie avec les poèmes épiques de la tradition classique. En effet, les chants IX (Le Pérou) et X (Le Tremblement de terre) ont été concentrés dans le seul chant IX (Le Pérou ) et les chants XII (Les Montagnes) et XIII (La Ville Ambulante) figurent dans le chant XI sous le titre : Les Eleuthères . Quelquefois le même chant a changé de dénomination : par exemple, le chant IV de 1781, La Guerre, est devenu Les Combats et le chant VIII de 1781, La Pyramide, devient L’Illusion et la Vérité. Apparemment, ces modifications, avec la réduction des chants, pourraient amener à croire à une moindre quantité de vers, mais, si on les compte, on constate qu’entre la première et la troisième édition, il y a une différence de quelque 116 vers, bien petite par rapport aux milliers de vers dont les deux textes se composent.

5Les Préfaces sont presque les mêmes : dans la seconde est supprimée la lettre de dédicace à un ami non nommé, mais elle est remplacée par un texte élogieux, écrit lors de la première édition, par le poète Thomas qui, pourtant, signale que le poème gagnerait à être resserré et que le style avait besoin d’être revu avec sévérité. En outre est ajoutée une présentation de l’auteur pour son nouvel ouvrage qu’il dit avoir « entièrement refondu et corrigé ».

  • 1 À remarquer que dans l’édition de 1802 Le Suire compte Ronsard et Chapelain parmi les « mauvais poè (...)

6Pour ce qui concerne Voltaire, Le Suire maintient son jugement encore largement positif, pourtant de légères nuances révèlent que quelque chose a changé entre 1781 (Voltaire était mort en 1778 et on connaît l’apothéose de ses funérailles) et 1802, quand le temps écoulé et les nouvelles tendances littéraires donnent d’autres perspectives à la critique1. Dans la première Préface il avait dit :

Voltaire a écrit sa Henriade dans un temps où son génie, n’étant pas encore entièrement développé, ne pouvait sans doute déployer toutes ses richesses pour la construction du plan.

7Dans la seconde, (1800) il supprime le dernier paragraphe et dans Sur la Nouvelle Édition (1802) il renchérit sur l’idée qu’à Voltaire, à l’apogée de sa gloire, tout était permis :

Voltaire était si jeune, et sa Henriade […] était si peu de chose dans le commencement, qu’on la laissa passer comme sans conséquence. Il était vieux et porté au Pinacle de la gloire, quand sa Pucelle parut : elle était impie et poliçonne, bien proscrite par le Gouvernement ; elle réussit. (p. XXIII-XXIV)

8Le Suire, lui aussi, se déclare vieux en 1802 (il était alors âgé de 65 ans), il croyait ne plus donner d’ombrage aux poètes plus jeunes, par conséquent il comptait sur une certaine bienveillance de la part de ses lecteurs.

  • 2 Voir R. Carocci, « Le Nouveau Monde », di Robert-Martin Le Suire, ovverossia le avventure di Cristo (...)
  • 3 Il faut pourtant remarquer qu’avec une précision presque tatillonne l’auteur a écrit en lettres min (...)

9J’ai mis en évidence2 ailleurs l’esprit anticlérical qui perce dans son Nouveau Monde ; on pourrait penser que la situation politique après la Révolution, moins entravée par les rigueurs de la censure, favoriserait l’épanouissement de sa pensée ; probablement sa maturité artistique et littéraire lui a donné un plus grand équilibre, parce que dans le texte cela n’apparaît pas3. Dans la première Préface, en parlant de l’œuvre philosophique et politique de l’abbé Raynal il s’était limité à annoncer « dont nous dirons ailleurs notre sentiment » ; dans la seconde, il ajoute, avec une sorte de revendication un peu polémique, que cet auteur « eut, sous l’Ancien Régime, les honneurs de la condamnation, et qu’il les mérita par ses beautés sans nombre » (p. V).

10Fidèle à son credo, il considère la religion comme quelque chose de contingent, qui naît et qui peut passer, comme n’importe quel événement humain, lié à un temps et à un contexte historique déterminé, sans aucune valeur éternelle ou métaphysique. Et il le dit clairement, avec l’adjonction d’un seul adjectif au texte précédent. Il avait parlé

de nos cérémonies civiles qui, dénaturées par le temps, n’ayant plus aucun rapport connu avec les événements ou les motifs qui l’ont fait naître, ne sont plus qu’une vaine symagrée, une pantomime sans but & sans objet, (p. XIII)

11en 1802 à « cérémonies civiles » il ajoute « ou religieuses ».

  • 4 « ‘Ce nouvel Ulysse méritait sans doute un autre Homère’ » Colomb, héros poétique entre Lumières et (...)

12Michel Delon4 souligne que dans l’invocation initiale à la Liberté « l’intuition de l’homme génial et visionnaire remplace, [chez Le Suire] toute forme d’inspiration divine », mais il faut rappeler qu’en 1781, il avait invoqué « l’Auguste Vérité » :

Élève enfin ta voix pour frapper & surprendre
L’Univers qui désire & qui craint de t’entendre,
Auguste Vérité qu’on dérobe aux humains,
Et paraît à leurs yeux, le flambeau dans les mains. (I, 50-53)

  • 5 À remarquer que, dans le chant VIII, aux yeux émerveillés de Colomb avait paru « Le Temple du Silen (...)

13et que, dans la Préface de 1802, dans une note explicative, il met en évidence le changement apporté car « on a cru devoir, sous notre nouveau régime, substituer, dans l’invocation, la Liberté à la Vérité. D’ailleurs, l’une ne peut guère aller sans l’autre » (p. XV)5. Les vers qu’il substitue aux précédents ne pouvaient pas être écrits avant la Révolution et ils résonnent dans un contexte épique qui, comme dit Michel Delon, se détache quelque peu des leçons d’Horace et de Boileau.

Liberté, fière idole offerte à notre hommage,
Dont tout peuple sans mœurs n’a qu’une vaine image,
Et qui nous fait marcher sur la tête des rois,
Sois aujourd’hui ma Muse énergique et sublime,
Fais bouillonner mon sang du beau feu qui t’anime
Et, pour chanter un Sage, inspire-moi des vers
Qui puissent retentir dans les deux Univers. (I, 61-68)

14Si l’on considère maintenant le texte poétique, le nouveau traitement des caractères appelle quelques remarques.

15Dans ses lignes principales, le récit ne change pas. Colomb est toujours le héros infatigable, dont les aventures se succèdent sans répit, investi d’une mission supérieure qu’il remplit avec des moyens purement humains – son génie et ses efforts –, en proie à la tristesse et aux remords pour les maux que son entreprise a provoqués, toujours seul dans sa grandeur et à cause d’elle, à la poursuite de la femme qu’il aime et que le sort ne lui accorde que sur son lit de mort, victime des Grands de la terre et des fanatiques qui ne le comprennent ni ne l’aiment. Mais à travers les petites corrections qui le concernent, Colomb assume une dimension morale plus grandiose, parce que Le Suire s’efforce de souligner en lui le chef spirituel plus que l’homme d’action. L’appellatif « Amiral » est souvent remplacé par « Le Sage » qui, dans le texte de 1802, a de plus fréquentes occurrences.

16On a l’impression que, comme son auteur, le héros lui-même a atteint une maturité spirituelle et humaine qui fait sa véritable supériorité sur les autres hommes, quelque grands qu’ils soient.

  • 6 N.M. : « Ces transports inquiets d’une amoureuse flâme, / qui devraient, par les ans chaque jour af (...)
  • 7 N. M. : [Colomb] « Dans leur touchant accueil chérit leur bienfaisance » (XVIII. 202).

17Dans ses rapports avec les femmes Colomb montre une plus grande sensibilité dans l’édition de 1802 que dans le texte de 1781, quelque innocents et purs qu’ils soient. Déjà dans sa première rencontre avec Clémence Isaure, il éprouve une émotion « que devrait ignorer l’automne de ses ans » et qu’il reçoit comme un don du Ciel6 ; et dans l’Île fortunée, à l’apparition d’Eona et de Zilna, la mère et la fille sauvages, il est « Charmé de leurs attraits et de leur bienfaisance » (XV, 194)7. Ses traits physiques mettent en évidence sa grandeur morale, comme si désormais un étroit lien s’était établi entre sa figure et son âme. « Sa beauté mâle et fière,/Du sexe souverain l’auguste caractère, » (Ib., 85-86) exprime beaucoup plus que « sa mâle figure,/Et sa barbe imposante, & sa haute stature » (N.M., XVII, 87-88) avec laquelle il se présente aux deux femmes étonnées. Tout au long du poème, et même dans les menus détails, Le Suire cherche à donner du relief à l’aspect héroïque de Colomb. Tantôt il ajoute des vers, comme au chant VI, dans le voyage vers le Mexique :

Il vole impatient, sur la face des ondes,
Il dévore les flots, il respire les mondes. (29-30)

18Tantôt il se limite à de simples modifications, mais toujours dans la perspective de la grandeur morale, comme, par exemple, à l’arrivée de Colomb à l’île Espagnole, après avoir vécu les péripéties les plus extraordinaires et supporté les persécutions de ses ennemis :

  • 8 N.M. : « L’Amiral vers le port avec grandeur s’avance, / Une peau de lion couvre son corps immense. (...)

Colomb descend au port. De sa haute stature
Une peau de lion fait la noble parure ;
En forme de carquois, il porte, sur son dos,
Son tube étincelant joint à ses javelots. (XIV, 63-65)8

19Le héros est aussi un père pour les siens et pour les Indiens, comme dans la première édition, mais l’auteur veut le souligner davantage. À la promesse de mariage entre Tindal et Zilna, après le consentement donné un peu à contrecœur par Eona, et sur la vive prière de l’Amiral,

  • 9 N.M. : « Le Héros applaudit une scène si chère » (XVII, 469).

Colomb leur applaudit, leur sourit comme un père ; (XV, 434)9

20Il sait combattre, souple, fort, déterminé :

  • 10 N.M. : « Le Héros court au monstre & lui perce le flanc » (XVIII, 107).

Colomb s’élance, frappe, et lui perce le flanc. (XVI, 100)10

21Il est toujours représenté en proie à une douleur profonde et à des remords cuisants pour les maux que sa découverte a entraînés : « […] j’ai causé des maux, leur aspect me déchire » (XX, 76), c’est un leitmotiv qui revient avec encore plus de fréquence que dans Le Nouveau Monde, car tout le poème est plein de la tristesse du Héros.

22Sur son lit de mort, cet homme, dont la vie s’était passée « Toujours errant sur l’onde au milieu des naufrages », peut offrir à Dieu sa seule gloire, c’est-à-dire « d’avoir suivi sa loi, si je ne pus y croire », ce Dieu dont la toute puissance avait été célébrée, avec de touchantes paroles, par la fille du vieux prisonnier enfermé avec Colomb, et qui n’était pas un chrétien :

  • 11 N. M. : « Auteur du monde entier, Dieu des Êtres vivans / Qui marches sur les mers, qui voles sur l (...)

Dieu des Mondes sans nombre à ta parole éclos
Qui voles sur les vents, qui marches sur les flots. (XX, 37-38)11

23Sa mort est une véritable apothéose et les nouveaux vers insérés par Le Suire dans la version précédente ajoutent à cet effet :

Colomb, de cent flambeaux sous la voûte éclairé,
Au milieu des deux Rois dont il est révéré (XXIV, 31-32)

24prononce un long discours de 26 vers qui ne figure pas dans la première édition où il invite le Pape, lui aussi présent, à la paix et à l’union des peuples.

25Comme l’on peut se rendre compte, entre les éditions de 1781 et de 1802, pour ce qui concerne notre personnage, il n’y a pas eu de changements écla, pourtant il est devenu encore plus Héros, non pas à travers l’action ou les aventures, mais dans son âme : il s’est fait plus noble, si possible, plus humain, plus fraternel pour tous les hommes.

26D’une façon tout à fait différente est traitée la protagoniste féminine, la légendaire et anachronique Clémence Isaure, qui accompagne de son amour spirituel et impossible le héros tout au long du poème. On dirait que l’auteur n’a voulu voir en elle que l’être virginal, angélique, désincarné, même si elle constitue une présence constante et amoureuse à côté de son amant.

27Plus Colomb a acquis de consistance et d’humanité, plus la femme s’est détachée de la réalité corporelle, et dans ce but Le Suire multiplie les épisodes visant à mettre en évidence cet aspect, bien qu’au début, quand elle se rend à la prison pour soulager les infortunés, elle se présente avec la pompe d’une grande dame, ornée d’or et de diamants, accompagnée d’un écuyer et de deux demoiselles d’honneur

  • 12 Dans le N.M. Le Suire se limite à peindre sa grande beauté (I, 144-49).

Et deux suivans, parés d’une pourpre éclatante,
Portant l’extrémité de sa robe flottante. (I, 169-70)12

  • 13 Dans le N.M. ce même envoyé lui annonce la mort (XI, 357-60).

28L’amour naît ; Isaure voit en songe son héros, « noble, touchant, de grâces couronné », dans toute sa mâle vigueur que la Beauté, qui réside au Ciel, avait marquée de son empreinte éternelle : c’est déjà pousser l’épisode vers un contexte merveilleux, surtout si on le compare avec la scène analogue du N.M.(I, 236-50) où Colomb apparaît, d’une manière plus conforme à la psychologie de toute jeune fille amoureuse, dans son état de prisonnier malheureux, à qui elle voulait prodiguer son amour et sa pitié. Le merveilleux domine toutes les vicissitudes concernant cette femme (merveilleux qui souvent se transforme en aventure), au détriment de l’unité de la composition, trop souvent interrompue par d’inutiles divagations dans le récit. Ainsi, à la fin du chant III, quand Colomb se rend compte qu’Isaure est vivante et qu’elle l’a suivi jusqu’en ces terres éloignées, il apprend en même temps la nouvelle qu’elle a été enlevée et emportée vers le Mexique par un méchant Cacique, mais il ne peut pas la sauver parce qu’il doit continuer sa mission de paix. Cependant ce qui est renvoyé ne doit pas être annulé, semble penser Colomb, et de temps en temps il se propose de franchir les mers pour aller la chercher. Au moment où il a pu arriver au Mexique, il découvre avec douleur qu’Isaure a échappé au Cacique et qu’elle a encore une fois disparu. Il continue de la suivre sans jamais réussir à l’atteindre, comme si cette poursuite s’était transformée en une quête de l’âme vers un amour toujours invoqué mais insaisissable, où aventure et merveilleux se mêlent. Dans le temple de la Vérité et de l’Illusion c’est encore elle, « interprète céleste », qui remet à Colomb le livre de l’histoire universelle du Genre Humain (dans le N.M. ce sont les Mages qui lui offrent le livre). Au Pérou Colomb retrouve le Cacique ravisseur, qui meurt au moment où il est en train de lui révéler le sort d’Isaure. Il en entend « la voix qui l’appelle et l’implore » d’un vaisseau éloigné qui va s’enfoncer dans la mer, et quand il croit l’avoir perdue, un envoyé de la Reine lui fait entrevoir la possibilité qu’elle soit saine et sauve en Espagne auprès d’Isabelle13. Pourtant – on ne sait pas pourquoi –, on la retrouve à l’île Espagnole prête à être immolée sur le bûcher par le cruel Valverde, puis elle est ravie à Colomb qui allait la soustraire au feu. Au moment du triomphe en Espagne elle n’est pas présente mais sa voix touchante prédit à son amant que « L’Italie, ô Colomb ! va te rendre Clémence » (XVIII, 275) et en Italie, effectivement, sur son lit de mort, le héros pourra se réunir – hélas, trop tard ! – à celle qu’il a toujours aimée.

« Tu me crus au Pérou, je vivais près de toi »

29lui dit-elle,

  • 14 Pourtant dans les deux éditions précédentes Le Suire la laisse gémissante mais en bonne santé.

Oui, présente à son cœur, et voilée à sa vue
Auprès de mon Héros je vivais inconnue.
Je dus cacher au Monde, et plus encore à moi,
Que j’osais suivre un homme et vivre sous sa loi.
[…]
Et je puis à la fin, quand tu meurs aujourd’hui,
Me rendre à mon amant, pour mourir avec lui. (XXII, 218-26)14

30Telles sont les innovations apportées au personnage de Clémence Isaure.

  • 15 Cf. R. Carocci, Les Égéries poétiques dans l’épopée colombienne du xviiiesiècle, « Cahiers Roucher- (...)

31Quelle en est la valeur ? L’auteur a voulu souligner davantage l’aspect sublime de cette créature surnaturelle et toujours insaisissable, soit quand l’amant la cherche parmi les hommes et au sein des tempêtes, soit quand, enfin réunis, ils seront séparés, et pour toujours, par « l’Ange du trépas ». On a parlé d’Égérie poétique à propos de l’Isaure de 178115 ; est-ce qu’on peut faire la même affirmation pour l’Isaure de 1802 ? ou bien a-t-elle à ce point changé qu’on puisse supposer une ouverture sur les nouvelles tendances romantiques qui commençaient à percer au début du xixe siècle ?

32Il y a d’autres éléments à considérer : premièrement la présence du merveilleux. Dans sa deuxième Préface Le Suire n’avait rien ajouté à ce qu’il avait déjà dit à ce propos dans la première, c’est-à-dire qu’il avait décidé d’exclure le surnaturel qui était vrai pour ses pères parce qu’ils y croyaient, mais que sa génération refusait et de le remplacer par un autre genre de merveilleux, celui qui consistait à « peindre une nature différente de la nôtre, & des Êtres d’une autre espèce que nous ». Dans ce genre de merveilleux entrait tout le vaste univers qu’il peignait et aussi l’« amante invisible et présente comme une substance céleste ». Or, Le Suire correcteur de Le Suire avait dû s’apercevoir que cette amante était peu présente dans son N.M. et il s’était efforcé d’en assurer l’assiduité auprès du Héros non seulement sous une forme idéale (le souvenir ou le regret), mais aussi d’une manière plus concrète, quoique voilée.

33Que la représentation du merveilleux ait été un des objets principaux de la révision de Le Suire est prouvé par le fait qu’il l’étoffe, non seulement en introduisant des scènes spécifiques (voir, par exemple, au chant VIII, la description, dans le Temple de l’Illusion, des attraits de Vénus et de sa cour qui invitent le Héros et ses soldats à se livrer « au plaisir d’aimer et de plaire »), mais aussi du point de vue stylistique. En effet, il cherche à personnifier les noms qui dans le N.M. n’avaient qu’une valeur purement abstraite, tels, par exemple, la vertu, la paix, la vérité, la guerre, etc., en les écrivant, souvent, en majuscules ou en introduisant de pâles personnifications absentes dans l’édition de 1781 (l’Ava, la Folie, la Crainte, le Trépas, l’Erreur, l’Illusion, la Liberté, la Concorde, l’Harmonie, etc.) ou en connotant ces termes par des épithètes ou des expressions qui créent une image, souvent obsolète : par exemple, « L’Espérance au front d’or » (X, 89) « La Guerre au cœur de fer » (XIX, 80, etc.)

34Quel en est le résultat ? C’est la prolifération d’abstractions inutiles qui n’ajoutent rien ni à la poésie ni à l’imaginaire. D’autant plus que, en ce qui concerne le style, on remarque la recherche évidente d’une plus grande précision et surtout l’effort de donner à sa langue un caractère plus concret par le choix des termes, – surtout les connotatifs –, et par la concentration dans l’expression. Par exemple, les soldats sont affamés d’or (III, 269) (et non jaloux d’or ), Colomb, belliqueux guerrier, a la foudre dans ses mains (IV, 146) (et non la mort, plus vague), la nouvelle s’était répandue que Colomb avait péri sur un canot englouti par les ondes (X, 290) (et non sous un canot), etc. On peut remarquer aussi l’élimination de longues tirades qui voudraient mieux expliquer une idée ou lui donner plus de relief ; la suppression de certaines scènes dérivées, d’une manière trop évidente, d’autres auteurs ; par exemple, l’histoire des Vestales qui enfreignent leurs vœux par amour (N.M., X) vient de l’amour d’Alonzo et Cora dans Les Incas de Marmontel, (t. II, chap. XXXVIII, XXXIX, XL) ; la modification de certains épisodes pour les rendre plus vraisemblables, même dans un contexte fabuleux : premier, entre tous, celui du lion à qui Colomb avait arraché une épine enfoncée dans sa griffe et dont, dans l’édition de 1802, Colomb sauve la lionne et ses lionceaux.

  • 16 Cf. II, 412 et suivantes, VI, 49, VI, 296, VII, 238, IX, 272, XIII, 159, XIX, 74-75, XX, 342, XXI, (...)
  • 17 Cf. III, 113, V, 261, VI, 45.

35Même le style s’est fait plus simple, plus linéaire par la suppression de relatifs ou de gérondifs, trop nombreux, qui alourdissaient ou ralentissaient l’expression et que l’auteur remplace par la phrase coordonnée16, par l’élimination des trop abondants hélas ou Ah !17, par le rythme donné à la phrase en transformant un fade récit en un vif discours, par l’effort de créer l’harmonie imitative des sons, des bruits, des voix. Il aime aussi lier la narration entre les chants, comme dans un roman à épisodes, où l’auteur entre à la première personne pour annoncer au lecteur ce qui se passera dans le chant suivant.

36Il a peint la nature dans ses aspects les plus riants et les plus sombres ; nul, parmi les minores, n’a chanté comme lui la nuit, « ce temps paisible où l’Univers sommeille » (VII, 197-98), « La lune au front d’argent » (XI, 9-12), les étoiles, « astres brillans », « Traits radieux/Échappés jusqu’à nous du trône de Dieu même » (XXIII, 354-56), sans pourtant arriver à la commu de son être avec la nature, mais plutôt comme contemplation passion du monde et de ses richesses.

37Quelle conclusion alors peut-on tirer des observations que l’on vient de faire ? Peut-on parler d’évolution de ce Nouveau Monde ou Christophe Colomb vers une sensibilité nouvelle, que l’atmosphère romantique effleure et influence ? Cela semble impossible. En 1802, Le Suire croit encore et fermement au genre de l’épopée, tel qu’il l’a réalisé avec son Nouveau Monde de 1781 ; il s’efforce seulement de le perfectionner à la lumière des critiques qui lui ont été adressées, et grâce à la maturité artistique et personnelle atteinte dans les vingt ans écoulés entre les deux éditions.

38Est-ce donc un survivant des Lumières ? Ceci aussi serait à exclure. Son poème s’inscrit dans la tradition épique colombienne du xviiie siècle. Le Suire croit au génie et à la vertu personnelle de l’homme qui ne doit qu’à lui seul la réussite de son entreprise, mais son Colomb trop aventureux, sa Clémence Isaure insérée dans un merveilleux qui se transforme en rêve, la réflexion mélancolique sur l’homme qui s’interroge sur les funestes conséquences de ses actions, prouvent que l’imagination, libérée des entraves des strictes règles de la raison, peut ouvrir de nouvelles perspectives à la création artistique. Le Suire fait voir qu’il n’y a pas de révolutions soudaines et radicales en littérature, mais qu’à certaines époques les générations sont côte à côte : les anciennes et les nouvelles. En ce sens Le Nouveau Monde ou Christophe Colomb peut trouver sa place dans l’histoire littéraire de son temps.

Notas

1 À remarquer que dans l’édition de 1802 Le Suire compte Ronsard et Chapelain parmi les « mauvais poètes » qui pourtant ont été fêtés et bien rentés par leurs rois.

2 Voir R. Carocci, « Le Nouveau Monde », di Robert-Martin Le Suire, ovverossia le avventure di Cristoforo Colombo, Letterature, Fac. di Magistero, Univ. di Genova, XIV 1991, p. 29-50.

3 Il faut pourtant remarquer qu’avec une précision presque tatillonne l’auteur a écrit en lettres minuscules tous les appellatifs concernant les pouvoirs ou les symboles religieux ou civils (prélat, pontife, prêtres catholiques, roi, reine, croix, drapeau, autels) figurant rigoureusement en majuscules dans le N. M.

4 « ‘Ce nouvel Ulysse méritait sans doute un autre Homère’ » Colomb, héros poétique entre Lumières et Romantisme, Europe, 756 (avril 1992), p. 80-81.

5 À remarquer que, dans le chant VIII, aux yeux émerveillés de Colomb avait paru « Le Temple du Silence & de la Vérité », remplacé par « Le Temple du Mystère et de la Vérité ». Est-ce que Le Suire pensait créer une vision plus suggestive ?

6 N.M. : « Ces transports inquiets d’une amoureuse flâme, / qui devraient, par les ans chaque jour affaiblis,/Sous le poids de ses maus rester ensevelis » (I, 233-35).

7 N. M. : [Colomb] « Dans leur touchant accueil chérit leur bienfaisance » (XVIII. 202).

8 N.M. : « L’Amiral vers le port avec grandeur s’avance, / Une peau de lion couvre son corps immense. / En forme de carquois, son tube étincelant / À ses flèches uni, forme un fais brillant » (XVI, 63-66).

9 N.M. : « Le Héros applaudit une scène si chère » (XVII, 469).

10 N.M. : « Le Héros court au monstre & lui perce le flanc » (XVIII, 107).

11 N. M. : « Auteur du monde entier, Dieu des Êtres vivans / Qui marches sur les mers, qui voles sur les vents » (XXII, 39-40).

12 Dans le N.M. Le Suire se limite à peindre sa grande beauté (I, 144-49).

13 Dans le N.M. ce même envoyé lui annonce la mort (XI, 357-60).

14 Pourtant dans les deux éditions précédentes Le Suire la laisse gémissante mais en bonne santé.

15 Cf. R. Carocci, Les Égéries poétiques dans l’épopée colombienne du xviiie siècle, « Cahiers Roucher-André Chénier », n : 17, 1998, p. 53-61.

16 Cf. II, 412 et suivantes, VI, 49, VI, 296, VII, 238, IX, 272, XIII, 159, XIX, 74-75, XX, 342, XXI, 219 et suivantes.

17 Cf. III, 113, V, 261, VI, 45.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540