Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'éveil des Muses

 | 
François Moureau
, 
Madeleine Bertaud
, 
Catriona Seth

II. Poétiques

Ces petits vers pleins d’harmonie : le statut de la poésie dans la correspondance littéraire de Suard avec le margrave d’Anspach-Bayreuth

Roger Marchal

Texte intégral

  • 1 Gabriel Bonno, « Correspondance littéraire de Suard avec le margrave de Bayreuth. Fragments inédits (...)
  • 2 On connaît deux manuscrits de cette correspondance littéraire. La Bibliothèque municipale de Besanç (...)

1Nul ne peut plus affirmer aujourd’hui, grâce en particulier aux recherches et travaux du maître que ces Mélanges honorent, que le xviiie siècle fut un siècle sans poètes. Mais il appartient à l’historien de la littérature de dire pourquoi de tels propos ont pu être tenus. Dans cette vue, les nouvelles à la main, et notamment les correspondances littéraires, qui caractérisent si bien l’époque, s’offrent à lui comme un matériau exceptionnel pour observer les métamorphoses du goût, des esthétiques et des poétiques, les âges de disette et d’opulence. Nous demanderons à l’une d’elles, déjà présentée par G. Bonno, par J. Schlobach et U. Lorenz, et plus récemment par E. Francalanza en une thèse soutenue devant l’Université de Nancy II en 19991, la Correspondance littéraire de Suard avec le margrave d’Anspach-Bayreuth2, échangée entre janvier 1773 et novembre 1775, quelques informations sur le statut de la poésie. Elles seront nécessairement partielles, en raison des préjugés et des goûts des correspondants, et de la durée limitée de l’échange. Mais la période concernée est loin de manquer d’intérêt, en particulier avec le changement de règne, la mort de Louis XV (10 mai 1774), annoncée dans la vingt-neuvième lettre (non datée), partageant exactement cette correspondance qui en comporte cinquante-huit.

  • 3 Sans prétendre à l’exhaustivité, ni à une absolue rigueur dans la classification, on recense enviro (...)

2Ce qui s’impose immédiatement, c’est la vigueur du genre : la poésie, du moins le discours versifié – encore ne prendrons-nous pas en compte dans cet article les « extraits » abondants de tragédies et de comédies en vers – occupe dans ce recueil une place de choix. Il se peut qu’elle s’explique par la stérilité des saisons littéraires, sur laquelle Suard ne cesse de se lamenter et qu’il impute à la censure, oubliant trop facilement son propre rôle dans le système ; ou, plus trivialement, par le remplissage, pièces légères et anecdotes mondaines se proposant souvent à la fin des lettres, quand s’épuisent inspiration et matière. Mais plus sûrement, la poésie de circonstance, avec ses pièces brèves, reste, pour le nouvelliste et son correspondant, une expression supérieure et raffinée de l’esprit français, digne de séduire une cour allemande. On s’épuiserait à recenser épigrammes, épitaphes, impromptus, chansons, couplets, épîtres brèves, envois, remerciements, vers pour des portraits ou des statues, dont Suard, sans se lasser, emplit ses lettres3. C’est tout un héritage qu’il s’agit de prendre en charge. La correspondance s’ouvre sur l’annonce de la mort de Piron (lettres des 15 et 30 janvier 1773), un maître, dont on rappelle qu’il a produit plus de 1500 épigrammes :« il a fait de mauvaises tragédies, une comédie charmante et des épigrammes pleines de sel, et surtout d’originalité. Mais tout ce qu’il a écrit en prose est détestable » (p. 6). Et elle se clôt sur celle de Gentil-Bernard, « l’auteur de L’Art d’aimeret de beaucoup d’autres ouvrages de poésie agréable » (7 novembre 1775, p. 483). De ce sel français, Fontenelle, et plus encore La Fontaine, ont fourni des modèles toujours admirés. Mais ce sont les vers de Voltaire surtout qui l’illustrent, Voltaire dont la personnalité domine cette correspondance, même quand Suard le dit sur son déclin :

Il fera encore des ouvrages de prose intéressants, de petites pièces de vers charmantes ; tout ce qui sortira de sa plume aura de la grâce, de la gaîté, de la facilité, de la raison et de la sensibilité ; mais son esprit n’a plus le degré de vigueur, d’attention et d’opiniâtreté nécessaire pour tout ouvrage qui demande de grandes combinaisons et une force soutenue. (10 février 1773, p. 22)

3À ces noms ajoutons La Condamine, Dorat, Saurin, Chamfort, La Harpe, Collé, Boufflers, Beaumarchais, « gai, inégal comme chansonnier, mais qui est à la mode » : cette liste, quoique non exhaustive, est assez prestigieuse pour que soit refusé tout jugement hâtif sur les vrais mérites de cette veine de la poésie nationale. Car la France apparaît bien, au fil de cette correspondance, comme le pays où tout finit par des chansons.

4Le correspondant parisien s’engage délibérément dans une concurrence avec L’Almanach des Muses, dont il n’est pas sûr qu’elle ait donné entière satisfaction aux destinataires. C’est avec quelque embarras qu’il adresse, le 15 octobre 1774, « quelques morceaux sur les affaires du temps ; ils ne sont pas trop bons, mais ils occupent peu d’espace » (p. 345). Du moins assume-t-il consciencieusement son rôle d’arbitre des élégances et du bon goût, distinguant l’originalité de l’imitation, soulignant réussites et trouvailles, stigmatisant faiblesses et pauvretés : chacun de ses commentaires construit patiemment une experte poétique de ces productions mondaines.

  • 4 « Les épigrammes pleuvent sur le tombeau du feu Roi et les vers d’éloges volent au pied du trône de (...)

5Les affaires du temps, ce sont la mort de Louis XV, dont « le peuple a reçu sans aucun témoignage de regret ni de joie la nouvelle, et au bout de six jours on ne s’en souvenait plus que par des épigrammes » (lettre numérotée XXIX, non datée), et l’avènement de son successeur, en qui l’on reconnaît l’âme de Télémaque, que la voix publique porte sur le trône comme un autre Henri IV4. Prudent, Suard ne signale que quelques vers sur la disgrâce du Bien-Aimé, mais se montre plus prolixe sur celle de la Du Barry et de sa famille, et note que la satire n’épargne pas même le nouveau roi : « Louis XVI, malgré l’enthousiasme public, n’a pas échappé lui-même à l’esprit chansonnier et malin de sa nation ; mais on s’attend bien que je ne recueillerai pas des traits de licence et de satire » (8 juin 1774, p. 283). Il préfère retenir les vers de louanges, et sélectionne parmi les meilleurs un Horoscope de Louis XVI dressé par Collé, « moderne Nostradamus » (p. 285), une chanson de Moreau, « À ce Roi né pour l’exemple », des vers de Saurin Sur l’avènement de Louis XVI au trône, dont ceux-ci d’une facture cornélienne :

Si jeune sur le trône et commandant à tous,
Qu’il est beau de savoir commander à soi-même !

6Ce sont aussi les bouleversements politiques qui accompagnent le changement de règne et font de l’année 1774 un tournant décisif dans l’histoire de la monarchie française. Les parlements Maupeou, le retour de Maurepas, la disgrâce de Bourgeois de Boynes, l’élévation de Miromesnil, la fin de l’exil de Choiseul stimulent la verve chansonnière de la nation, où Suard voit triompher les maximes de l’esprit encyclopédique.

  • 5 Dorat est une victime de choix, avec Régulus et La Feinte par amour, surtout avec Adélaïde de Hongr (...)
  • 6 Vers de l’abbé Porquet pour le portrait de La Condamine, de Chamfort pour celui de Mlle Arnould, de (...)

7Mais la philosophie nouvelle ne triomphe pas seule : la poésie de cir est fille des salons, des théâtres, des ateliers d’artistes, et fonde sa valeur sur l’éphémère et les futilités intéressantes. C’est une épigramme sur la chute d’une pièce nouvelle5, un rondeau sur les débuts d’une actrice. Née à la cour ou dans les sociétés de Paris, faite pour elles – des vers de Dorat vont à une statue de l’amitié placée par Mme de Cassini dans son boudoir, des impromptus du marquis de Chauvelin sur les péchés capitaux louent sept grandes dames –, cette poésie est cancanière et flatteuse : des vers satiriques rappellent une ancienne liaison de la duchesse de Mazarin, égratignent le sculpteur Houdon qui vend en souscription des modèles en plâtre du buste de Mlle Arnould, des épigrammes de Voltaire exaltent le mécénat de Mme du Barry. L’inspiration se serait-elle tarie, serait-on resté au temps du galant Fontenelle ? On serait tenté de le croire, quand Suard sélectionne un logogriphe habile sur le nom de Marmontel, des devises pour des portraits peints ou gravés6, une pièce sur les comètes, des vers charmants de Monsieur accompagnant l’envoi d’un éventail à la reine.

8Il n’est pas toujours aisé, quand on cherche à établir les hiérarchies littéraires, de passer de cette poésie de circonstance, brève et fugitive, dont le sort est lié à la mondanité et à l’actualité, à une poésie plus sérieuse et plus « noble », qui tiendrait précisément cette noblesse d’une inspiration morale ambitieuse et d’emprunts aux formes et aux thèmes du répertoire classique. Le statut des contes en vers – et l’on sera reconnaissant à Sylvain Menant de nous avoir rappelé la vigueur de cette forme qui n’était pas mineure pour les contemporains, dans l’une des dernières éditions critiques des contes de Voltaire – est de ce point de vue très représentatif. Ceux de La Condamine, de Chamfort, « écrits d’une manière originale et piquante » (p. 193), de La Popelinière, de Rulhière, du chevalier de L’Isle, sont si brefs qu’ils ne se démarquent guère de l’épigramme ou de la chanson, dont ils se plaisent à imiter les pointes ou l’impiété. On les placera sans inconvénient tout près d’elles, comme le fait le nouvelliste lui-même, en expédiant des pièces impies du chevalier de L’Isle, une chanson sur La Messe et un conte en vers, Chacun son métier, sur l’abbé Grizel et une courtisane (25 mars 1774, p. 265-66), ou en commentant la carrière singulière de La Condamine :

Il a renoncé aux études sérieuses pour se livrer à des travaux faciles et agréables. Il s’est mis à faire des vers ; il fait des contes gais, des chansons, des épigrammes. Ce n’est pas là la marche ordinaire des hommes d’esprit, qui com par la poésie et finissent par la philosophie. (30 janvier 1773, p. 15)

9En revanche l’épître, la satire, l’ode, les stances apparaissent dans cette correspondance comme des formes nobles, susceptibles d’illustrer un style Louis XV, en tout cas une authentique école poétique française, dont les maîtres seraient Voltaire et Dorat. En signalant et en envoyant leurs productions, Suard à la fois commente leurs mérites respectifs, tout au plaisir de louer le premier, et dégage les traits distinctifs d’une poétique. L’épître doit être aimable, spirituelle et piquante, et concilier la facilité, l’aisance, le naturel avec l’élégance et l’art de triompher d’une difficulté technique librement choisie par le versificateur. Ainsi d’une épître de Voltaire à Pigalle : « elle est fort négligée ; mais comme elle est sur deux seules rimes, cette difficulté vaincue, la facilité qui y règne et quelques vers heureux en font pardonner les défauts » (25 février 1773, p. 33). On gratifie la cour allemande des épîtres à Frédéric du 1er février 1773 (10 mars 1773) ; à Marmontel « Mon très aimable successeur, / De la France historiographe, / Votre indigne prédécesseur / Attend de vous son épitaphe. » (7 septembre 1773, p. 150-160), où survit l’es de La Fontaine ; sur L’Essai de tactiquede Guibert (22 novembre 1773, p. 201) ; sur Le temps présent (octobre 1775, p. 471), qui suscite ce commentaire : « on ne peut trop s’étonner de voir dans cette épître faite avec négligence et avec précipitation par un poète de 81 ans tant de mouvement, de vigueur, de grâces, de facilité et tant de vers heureux. »

  • 7 9 octobre 1773, p. 179. La même expression se trouve aussi chez La Harpe.

10La manière de Dorat, sa veine féconde, son « coloris d’éventail »7 suscitent plus de réserves : la négligence du maître se dégrade chez lui en familiarité, et la gaieté en persiflage. On pèsera chaque mot de cette critique de l’épître Les Comètes, pour une utile distinction de la gaieté et du persiflage :

  • 8 L’épître commence ainsi :
    Parbleu, mesdames les comètes,
    Qu’est-il de commun entre nous ?
    Lai (...)

C’est de l’esprit, de la facilité, quelquefois de la grâce, plus souvent de la négligence, des tournures agréables, quelques vers heureux, des familiarités de mauvais goût comme le premier vers8, comme On se bat l’œil des comètes, etc., et surtout un persiflage trop souvent froid et gauche, qui n’a de piquant que ce qu’il faut pour blesser ceux sur qui il tombe, et manque de la gaieté qui pourrait le faire pardonner, et du sel qui le ferait goûter. (13 juin 1773)

11C’est sans réticences que Suard adhère aux préjugés de ses contemporains sur un poète trop lié à la mondanité et aux productions des salons, gagné par la frivolité du siècle, trop éparpillé dans tous les genres, qui manque de goût, griefs rassemblés dans une épigramme qu’il se plaît à rapporter et qu’il attribue à Rulhière (20 août 1774, p. 326-27) :

  • 9 Mêmes griefs chez La Harpe, dans l’épître Conseils à un jeune poète, couronnée par l’Académie franç (...)

À M. Dorat
De l’esprit et de l’enjouement
On en trouve assurément
Dans vos épîtres éternelles
Aux Rois, aux Comètes, aux Belles.
[…]
Vous unissez très savamment
La recherche à la négligence.
[…]
Vos petits vers pleins d’harmonie
S’élèvent jusqu’à l’ironie.
Il ne vous manque en vérité
Pour entrer à l’Académie
Et gagner l’immortalité
Rien que du goût et du génie.9

  • 10 La sévérité de Suard augmente dans sa critique d’Anacréon citoyen, épître « gauche » et par maladro (...)

12S’obstinant à cantonner Dorat poète dans les futilités10 et les « petits succès éphémères », réputant ses créations « des phosphores qui brillent un jour pour mourir le lendemain » (15 août 1773, p. 127), Suard le condamne dès qu’il s’efforce de chanter sur un ton plus haut ; sa fidélité au goût classique l’empêche d’apprécier l’innovation de l’auteur à succès dans une ode sur Le Nouveau Règne :

M. Dorat a adressé au roi une ode intitulée Le Nouveau Règne. Ce n’est pas le genre de M. Dorat. La poésie lyrique demande surtout du mouvement, de la variété, de la rapidité et jamais avant lui on ne s’était avisé de composer une ode de strophes ayant douze grands vers chacune ; aussi rien de plus lent et de plus monotone. (1er juillet 1774, p. 304)

  • 11 Suard discute en ces termes la paternité de l’épître. « On peut cependant répondre que ce même comt (...)

13Ces deux maîtres ont fait école. On citera parmi les disciples de Voltaire : Marmontel, à qui l’incendie de l’Hôtel-Dieu inspire une Épître au Roi ou La Voix des pauvres, aux vers « éloquents » (15 janvier 1773), et qui ne cesse de multiplier les hommages, en envoyant à Ferney un Discours sur la tragédie (12 juillet 1773), qui lui vaut en retour une épître enjouée et discrètement ironique ; l’ami Saurin, dont l’épître À une Jeune Veuve, que Suard lui rend contre le public qui l’attribue à Voltaire, est « spirituelle et piquante » (25 février 1773, p. 35-36) ; l’abbé de Voisenon, qui répond en vers, « plat amphigouri et chef-d’œuvre de mauvais goût », à l’envoi par le maître de l’épître Sur l’Essai de tactique (14 décembre 1773, p. 209) ; Guibert, reçu à Ferney où il triomphe de l’humeur misanthrope du maître des lieux avec quelques vers impies galamment tournés (14 décembre 1773). On distinguera un étranger, le comte Ivan de Schouvaloff, pour son Épître à Ninon de Lenclos, « Philosophe folâtre et catin honnête homme », dans laquelle Suard, comme tous les lecteurs, reconnaît maints vers qui ont le « cachet » de Voltaire11. La manière de Dorat aussi a ses imitateurs. Il est l’âme du cercle de la comtesse Fanny de Beauharnais, qui, selon l’expression sévère de Mgr Grente, « attire à ce cénacle un essaim de poètes musqués », qui « le sacrent chef d’école ». La première brochure publiée par la comtesse, À tous les penseurs salut, attire quelques sarcasmes et Suard en profite pour égratigner de nouveau Dorat : « Mme la comtesse de Beauharnais, jolie femme, qui à force de souper avec M. Dorat s’est trouvée sans s’en douter le talent de faire des rimes en prose et en vers » (1er février 1774, p. 242). Autre disciple fécond : Masson, marquis de Pezay, par qui Dorat a pu être introduit chez les Necker. Suard envoie sa pièce L’Âme de M. de Voltaire, imprimée aussi dans L’Almanach des Muses, avec ce commentaire :

On joint ici une pièce de vers de M. le marquis de Pezay, qui a fait beaucoup de vers dans le genre de M. Dorat, dont il est l’émule, l’imitateur et l’ami. Quelqu’un a dit que c’était le bémol de M. Dorat. (12 juillet 1773, p. 123)

14Une ultime anecdote, curieuse, illustrera les liens de Dorat avec les salons. Le poète, qui a fait circuler des copies manuscrites d’une Réponse de Ninon de Lenclos au comte de Schouvaloff, vient lire son épître devant le chambellan, chez Mme Necker qui les a invités. Des vers légers sur le tempérament de l’impératrice Élisabeth de Russie irritent son ancien amant, qui s’en plaint amèrement à l’hôtesse et menace de se faire justice : dans les alarmes, la bonne dame Necker fait venir Dorat qui livrera sa pièce à l’imprimeur en substituant Élisabeth d’Angleterre à Élis abeth de Russie ! « L’épître se répand avec des changements que personne n’a adoptés, et je la joins ici dans sa pureté primitive » (26 avril 1774, p. 279).

15On ne saurait quitter cette école sans placer aux côtés de Voltaire et de Dorat un autre poète dont la féconde abondance nourrit cette correspondance de trois années. Dès le mois de mai 1773, L’Ombre de Duclos, « ouvrage très agréable », que son auteur « ne se propose pas d’imprimer, parce qu’il est un peu satirique » (p. 80), permet à Suard de définir la marque propre de La Harpe : ses grâces sont plus éloquentes, plus oratoires, ce qui lui permet de se soutenir dans la poésie d’éloge, comme dans la pièce À sa Majesté Louis XVI sur l’édit du 30 mai [1774], et son esprit est tourné vers la satire, qui lui attire des ennemis, mais où il est presque sans rival. Comme il l’est à l’Académie française, quand il concourt pour les prix de poésie ou d’éloquence : il est couronné en 1773 avec une Ode sur la Navigation, en 1775 avec ses Conseils à un jeune poète, épître qui « n’est pas très piquante ni par le choix du sujet, ni par la nouveauté des idées, mais elle est sagement pensée, élégamment écrite, il s’y trouve des vers de satire très heureux et la fin en est noble et sensible » (p. 468). La représentation devant la cour à Fontainebleau, le 10 novembre 1775, de sa nouvelle tragédie Menzikoff offre à Suard l’occasion de revenir sur la sagesse et la sensibilité de ses peintures, sur son style « plein de noblesse, de naturel, d’élégance et d’harmonie, quoique trop souvent négligé et surtout allongé », et de détacher un tableau de la Sibérie, qui sert de toile de fond à la pièce, « d’une poésie plus énergique et plus brillante » (16 novembre 1775).

  • 12 « L’auteur est un homme d’esprit, mais en croyant faire de la poésie il a fait comme Nicole, de la (...)
  • 13 La lettre du 28 décembre 1773, consacrée à un nouvelle édition des lettres de Mme de Sévigné par La (...)
  • 14 L’une des rares pièces que Campenon estima devoir conserver.
  • 15 La querelle de Palissot avec les Comédiens, qui ont refusé de jouer sa comédie des Courtisanes, sus (...)

16Cependant les conditions d’un renouvellement de la poésie française étaient alors réunies et Suard n’a pas manqué de les apercevoir. Ce n’est pas de l’épopée qu’elles allaient venir ; l’époque n’offre qu’une réalisation nouvelle, sans intérêt aux yeux du nouvelliste : La Louiséide, ou le héros chrétien, poème en douze chants de Lejeune, est renvoyée sans ménagement au désert épique français, d’où seule La Henriade a su s’échapper12. Ni de l’écriture féminine, dont le journalisme de Suard a su accueillir les grâces unies à la sensibilité, avec les écrits d’Amélie et de Pauline de Meulan, dignes héritières des Sévigné13 et des Lambert, qui n’est pas assez productive : mais le correspondant note l’intérêt qu’il a porté à des stances de Mme Saurin14, « femme de l’académicien, et qui a beaucoup d’esprit naturel, qui n’aurait besoin que d’être plus exercé pour produire des choses très agréables » (14 décembre 1773, p. 210-12). Deux Lorrains qui ont joué un rôle important dans ce renouvellement, François de Neufchâteau et Gilbert surtout, ne figurent pas à ce titre dans cette correspondance littéraire : Suard, qui visiblement les connaît mal, ne les signale au margrave que comme poètes satiriques15. Il passe, c’est assez rare pour le souligner, totalement à côté du talent poétique de Gilbert.

  • 16 Titre véritable : Le Dix-huitième siècle, satire, à M. Fréron.

La satire est la ressource de la médiocrité insolente. Quand on n’a ni vrai talent, ni esprit original, le vrai moyen de se faire une réputation, c’est d’attaquer les réputations toutes faites. C’est cette rage d’eunuque qui a dicté à un poètereau affamé une satire intitulée Le Siècle présent16. Elle est d’un nommé Gilbert, inconnu jusqu’ici et digne de l’être à jamais. Tout ce qu’il y a d’écrivains estimables y est insulté avec une fureur qui devient risible à force d’insolence. […]

Il y a cependant quelques traits heureux dans cet amas d’ordures. En parlant de M. Roucher qui a lu dans les sociétés des vers qui ne sont point imprimés et qui ont été fort vantés, le satirique dit :
Son chef-d’œuvre est toujours l’écrit qui doit éclore,
On récite déjà les vers qu’il fait encore.
Ce dernier vers est de bon goût. Il a retranché de sa satire un terrible trait contre M. de Saint-Lambert,
Qui des quatre saisons a fait un long hiver.
(Lettre datée d’octobre 1775).

  • 17 Qui explique l’échec de L’Amour à Tempé, pastorale dramatique de Mlle Chaumont, « qui a épuisé tout (...)

17C’est quand la poésie devient « icastique », quand elle sait trouver une autre vivacité que celle des pointes, une autre énergie que celle de la satire et des dialogues, une autre lumière que celle des « phosphores », d’autres nuances que le « coloris d’éventail », qu’elle se donne selon Suard de véritables chances de survie. Encore faut-il la définir. Dès la sixième lettre (30 mars 1773), une édition de nouvelles idylles de Gessner, accompagnée de leur traduction en français par Meister, lui donne l’occasion de produire le premier grand morceau de critique littéraire de cette correspondance, une poétique d’inspiration classique, ébauchée deux mois plus tôt (30 janvier 1773) en quelques lignes, dans un compte rendu du Voyage à l’Île de France de Bernardin de Saint-Pierre, où il annonce que la peinture « intéressante et sensible » sait mieux parler des sentiments personnels de l’observateur que des objets observés. Après avoir rappelé que la traduction de Meister, qui a pourtant « du naturel, et souvent de l’élégance », fait perdre au lecteur fran une part importante du « style enchanteur » de Gessner, Suard oriente son correspondant vers les limites du genre de l’idylle. Il reprend, sans originalité, l’éternelle question de l’incompatibilité, pour la morale, des tableaux des mœurs « pures, innocentes et naïves » de la poésie pastorale avec la disposition de « têtes frivoles distraites par le goût de l’intrigue et de la dissipation » ; et pour l’esthétique, celle de la « monotonie » de ces peintures17, qui pourtant fonde la vraie nature du genre, comme Rousseau l’a mieux compris : « le défaut des idylles, c’est de tourner dans un cercle trop étroit d’idées, d’images et de sentiments ; il en résulte une monotonie de couleur qui en émousse l’effet. » Il reproche à Gessner d’altérer la suavité vertueuse de ses petites pièces par une attention trop minutieuse aux détails des objets physiques, il le renvoie au modèle virgilien et à l’idéal de la belle nature, où le dessin est « par masses » et à « grands traits », où le sentiment que le poète « éprouve ou qu’il veut inspirer » prime toujours l’imitation. Et Suard de condamner, en des lignes définitives et qui nous éloignent totalement d’un préromantisme européen, le réalisme descriptif en poésie :

Les poètes allemands et anglais se sont trop attachés peut-être à ce genre de poésie, qu’ils ont appelée descriptive, genre qui ne s’accorde pas, je crois, avec le goût de la grande et belle poésie, qui doit peindre à l’âme plus qu’aux sens. N’est-ce pas par un effet du même goût et de la même disposition que les peintres allemands et flamands ont fait des tableaux précieux par la vérité et l’exactitude des formes et des couleurs, et ne se sont point élevés au grand genre de la peinture historique, où il faut peindre les objets dans leur masse et non dans leurs détails, embellir la nature et non la copier.

18C’est donc chez les Français que Suard va trouver l’illustration de cet idéal d’une poésie descriptive qui saurait concilier la philosophie et le lyrisme, la contemplation et le chant, la peinture sublime et la vérité du détail. L’abbé Delille, que cette correspondance désigne toujours sur un ton amical, même quand il s’agit de rapporter l’anecdote amusante du poète à Marly, remettant au roi sans le reconnaître son discours de réception à l’Académie française, est le maître de cette école. Des détails biographiques fournis sur lui, on retiendra surtout ceux qui concernent ses liens avec l’ins : sa lecture appréciée par le public et Suard d’une satire sur le luxe pour clore la séance de sa réception le 11 juillet 1774 (lettre du 26), son intervention remarquée dans l’une des plus brillantes séances publiques du siècle, celle de la réception de Malesherbes.

Après cette réponse [de l’abbé de Radonvilliers] l’abbé Delille lut deux chants d’un petit poème auquel il travaille sur La Nature champêtre, et pleins des plus beaux vers qu’il ait faits de sa vie ; aussi ont-ils eu le succès le plus brillant et le plus unanime. M. le duc de Choiseul était à l’Assemblée assis en face de l’abbé Delille, et l’écoutait avec l’air fort attentif. Après avoir dit que les travaux champêtres faisaient quelquefois chez nous comme chez les anciens Romains, l’amusement des grands hommes, il prononça ce vers : Choiseul est agricole, et Voltaire est fermier . Tout à coup la tête de M. de Choiseul s’enfonce dans sa poitrine, et la salle retentit d’un éclat d’applaudis redoublés que M. de Choiseul reçut avec un air fort modeste et fort aimable. (lettre du 22 février 1775, p. 403-404)

19Avec Saint-Lambert, l’abbé Delille a ouvert à la poésie des voies nouvelles, et Suard ne manque pas de saluer la naissance du talent de Roucher poète comme une consécration de leur modernité. Pour rendre hommage à l’actif président d’honneur de la Société Roucher-Chénier, nous achèverons cette rétrospective en reproduisant de larges extraits de l’un des premiers portraits littéraires de l’auteur des Mois, le protégé de Turgot.

Malgré les déclamations éternelles sur la décadence du goût, la poésie se sou parmi nous et s’ouvre même des routes nouvelles. La poésie descriptive surtout dans laquelle nous n’avons pas été fort loin, et qui semblait plus étran à notre langue prend l’essor le plus élevé. Les vers du poème des Saisons et ceux de l’abbé Delille étaient déjà de beaux monuments en ce genre. Un homme qui vient de sortir tout à coup de l’obscurité en prépare un nouveau, moins régulier mais dans lequel il y aura des parties brillantes. C’est M. Roucher, auteur d’un poème des Mois, auquel il travaille depuis dix ans, et qui n’est pas encore à beaucoup près achevé, mais dont il a lu des morceaux dans les sociétés. […] On voit un homme dont le goût n’est pas sûr, mais écoutez ses vers et vous verrez une tête poétique. On ne peut pas faire un usage de la langue plus heureux et plus riche pour rajeunir des peintures usées. Il a des élans sublimes ; quand il contemple la nature en grand, il a le coup d’œil d’un philosophe ; quand il la chante, il a la voix d’un poète. Il est nourri des anciens modèles et plusieurs endroits de ses vers font souvenir de ceux de Virgile. Il a ici les plus grands succès. L’abbé Delille et M. de Saint-Lambert ont été les premiers à lui rendre justice et à le louer. Car voilà comme est faite la bonne littérature ; elle se partage en paix des lauriers, tandis que la canaille littéraire s’arrache des chardons. (lettre du 7 juin 1775)

***

  • 18 À propos de la publication des Deux Amis de Bourbonne et de l’Entretien d’un père avec ses enfants (...)
  • 19 Lettre du 25 avril 1775 : « La pièce est sans intérêt, quoiqu’il y ait quelques mots d’une simplici (...)

20Quand il s’agit d’évaluer la poésie, qui reste aux premiers rangs des hiérarchies littéraires, Suard se montre somme toute assez bien inspiré, et ses commentaires constituent la part la meilleure de sa critique. Si l’on songe qu’il a bien du mal à préserver le « génie » de l’ami Diderot des préjugés du public18, qu’il se montre incapable de saisir la nouveauté du comique de Beaumarchais à la première du Barbier de Séville (lettre non datée, février-mars 1775), qu’il condamne le nouveau réalisme en rendant compte de La Brouette du vinaigrier19, on conviendra que ses jugements sur la poésie échappent le plus souvent aux partis pris. Suard a bien vu les limites d’une poésie qui liait sa destinée à celle des sociétés parisiennes, comme elles gagnée par l’impiété, les idées encyclopédiques, l’esprit de satire, le goût des débats sur la politique et la finance qui ont fait reculer les conversations sur les « objets de littérature, de spectacle et de beaux-arts » (première lettre, 15 janvier 1773). Il a bien aperçu les difficultés qu’elle avait éprouvées à se renouveler, dans ses formes et dans son inspiration, au temps de Louis XV, qui a cependant produit une grande école. Il a bien entrevu les voies nouvelles que lui ouvrait le poème descriptif et ses orientations vers un style nouveau, ce style Louis XVI, dont L. Versini a donné, l’un des premiers, une utile définition. En soulignant les mérites respectifs des Voltaire, Dorat, La Harpe, Saint-Lambert, Delille, Roucher, en commentant la fécondité des Chamfort, Piron, Bernard, Rulhière, Saurin, Marmontel, sa correspondance, même limitée à trois années, invite l’érudition moderne à feuilleter L’Almanach des Muses, les recueils de pièces fugitives, pour rendre justice à une poésie nationale, dont le moindre mérite n’est pas, on l’oublie trop souvent, d’avoir su s’adapter avec souplesse aux exigences des Lumières triomphantes.

Notes

1 Gabriel Bonno, « Correspondance littéraire de Suard avec le margrave de Bayreuth. Fragments inédits publiés et annotés par Gabriel Bonno », University of California Publications in Modern Philology, vol. XVIII, 1934-36, p. 141-234. Jochen Schlobach et Ursula Lorenz, « La correspondance littéraire de Suard avec le margrave d’Anspach-Bayreuth », in Correspondances littéraires inédites. Études et extraits. Suivies de Voltairiana, recueil édité par Jochen Schlobach, Paris-Genève, Champion-Slatkine, 1987, p. 67-71. Eric Francalanza, Jean-Baptiste-Antoine Suard, journaliste des Lumières, Paris, Honoré Champion, « Les dix-huitièmes siècles », 2002. L’édition procurée par G. Bonno à partir de la copie de Besançon est partielle et souvent fautive. Elle reflète bien, dans ses sélections et dans ses choix, les préjugés d’un lecteur du vingtième siècle devant la production poétique des Lumières, lisibles dans cette remarque de l’introduction : « il faut noter la stérile abondance de versificateurs comme La Harpe ou Dorat. » Nous ne cachons pas que c’est dans un esprit de réhabilitation que nous avons voulu relire après lui le recueil de Besançon.

2 On connaît deux manuscrits de cette correspondance littéraire. La Bibliothèque municipale de Besançon possède une copie, de la main de plusieurs secrétaires, de ces cinquante-huit lettres (numérotées, à la suite d’erreurs, I à LVII) réunies en un recueil sous ce titre : Correspondance littéraire de M. Suard avec le Margrave de Bareuth commencée au mois de janvier 1773, terminée à la fin de 1775, B. M. Besançon, Manuscrits G. 612, VI-492 p. Cette copie est vraisemblablement celle que Suard s’était réservée. Elle passa dans la bibliothèque de Vincent Campenon, le successeur de l’abbé Delille à l’Académie française, qui en prépara une édition, soi expurgée de toutes les impiétés et des « passages trop philosophiques ». Après avoir renoncé à ce projet, il fit don du manuscrit, en 1829, à Louis-Jean de Monmerqué, « sous la condition de ne pas le publier ». La ville natale de Suard en fit l’acquisition à la vente de la bibliothèque de Monmerqué, le 11 mars 1861. Le second manuscrit est celui de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris (3 volumes, CP 3858, 3859, 3861). Il a été découvert par Jean Varloot dans le manuscrit d’Anspach de la Correspondance littéraire de Grimm ; il comporte seulement les années 1773 et 1774, mélanges de pièces manuscrites et de textes imprimés. Notre propos portant sur la poésie, non sur l’histoire de cette correspondance littéraire, nous pourrons sans inconvénients l’appuyer sur le seul manuscrit de Besançon, auquel renverront toutes les références de pagination, données entre parenthèses à la suite des citations. Le margrave d’Anspach, Christian-Frédéric-Charles-Alexandre de Brandenbourg, était un neveu de Frédéric II par sa mère, Frédérique-Louise de Prusse.

3 Sans prétendre à l’exhaustivité, ni à une absolue rigueur dans la classification, on recense environ 80 pièces, indépendamment des brochures, envoyées en Allemagne : 36 épigrammes, 9 épîtres brèves et vers de remerciements, 8 chansons, 8 épitaphes, 8 pièces de vers pour des portraits ou des statues, impromptus, le même nombre de couplets, un rondeau, un horoscope, un logogriphe, un éloge, une parodie.

4 « Les épigrammes pleuvent sur le tombeau du feu Roi et les vers d’éloges volent au pied du trône de son successeur » (8 juin 1774, p. 281). Henri IV ressuscité inspire quelques épigrammes frondeuses sur la poule au pot.

5 Dorat est une victime de choix, avec Régulus et La Feinte par amour, surtout avec Adélaïde de Hongrie, mais aussi le marquis de Pezay, son disciple, avec La Rosière de Salency.

6 Vers de l’abbé Porquet pour le portrait de La Condamine, de Chamfort pour celui de Mlle Arnould, de La Harpe pour ceux de la reine et de Turgot, de Saurin pour celui d’Helvétius, de d’Alembert envoyant le sien à Mlle de Lespinasse.

7 9 octobre 1773, p. 179. La même expression se trouve aussi chez La Harpe.

8 L’épître commence ainsi :
Parbleu, mesdames les comètes,
Qu’est-il de commun entre nous ?
Laissez en repos nos planètes
Et croyez-moi filez plus doux.

9 Mêmes griefs chez La Harpe, dans l’épître Conseils à un jeune poète, couronnée par l’Académie française, qui « a exigé que l’auteur en retranchât quelques vers de persiflage qu’on pouvait appliquer à des auteurs connus, surtout à Dorat. »
Soyez homme du monde avant d’être écrivain,
Célébrez les soupers, les boudoirs et le vin.
Du nom de quelque belle ornez toujours vos pièces,
Contez vos rendez-vous, parlez de vos maîtresses
Et quittez tous les jours dans des vers délicats
Eglé, Philis, Chloé qui ne le sauront pas.
Lettre non datée [septembre 1775], p. 468.

10 La sévérité de Suard augmente dans sa critique d’Anacréon citoyen, épître « gauche » et par maladroite dans sa louange qui compare Maurepas à Anacréon. L’Épître à la lune qui l’accompagne « n’est que ridicule ». Dorat « écrit sans cesse sans rien ajouter à l’opinion qu’on a de lui, c’est le Voltaire des garnisons et le Scudéri des gens de goût » (22 décembre 1774, p. 373-74).

11 Suard discute en ces termes la paternité de l’épître. « On peut cependant répondre que ce même comte de Schouvaloff a déjà fait imprimer de jolis vers d’une tournure assez sem ; qu’il a beaucoup reçu à Paris et qu’on voit qu’il est tout pénétré des ouvrages de M. de Voltaire. Mon opinion est qu’il a fait le fond de l’épître ; qu’il l’a envoyée à M. de Voltaire, qui en a trouvé le cadre heureux, l’a corrigée et y a inséré beaucoup de vers » (25 mars 1774, p. 258).

12 « L’auteur est un homme d’esprit, mais en croyant faire de la poésie il a fait comme Nicole, de la prose sans le savoir. C’est une chose remarquable que parmi plus de 2000 vers, on n’en trouverait peut-être pas deux beaux à citer. » (Sur La Louiséide, 10 avril 1773, p. 59). Quant à La Henriade, elle n’a pas seulement permis de fixer « l’attention du public sur le grand caractère d’Henri IV, que l’éclat de la plus grande partie du règne de Louis XIV avait presque fait oublier » (1er décembre 1774), un commentaire impertinent et inepte de La Beaumelle donne l’occasion de la relire. « Assurément ce n’est point un poème épique à comparer avec l’Iliade ni l’Énéide, ni même la Jérusalem ; mais il est plein de beautés supérieures et d’un genre que n’ont connu ni Homère, ni Virgile, ni Le Tasse » (30 juillet 1775, p. 456-57).

13 La lettre du 28 décembre 1773, consacrée à un nouvelle édition des lettres de Mme de Sévigné par La Harpe, est un morceau de critique littéraire capital, que Suard reprendra dans les Mélanges de littérature (1803-1804) et dans son édition des Lettres choisies de la marquise (1810).

14 L’une des rares pièces que Campenon estima devoir conserver.

15 La querelle de Palissot avec les Comédiens, qui ont refusé de jouer sa comédie des Courtisanes, suscite une épître satirique, Remerciement des filles de joie aux Demoiselles de la Comédie française, qu’on lui attribue, mais que Suard croit « d’un M. François de Neufchâteau son ami. Il paraît que ces Messieurs feraient de bonnes méchancetés s’ils avaient plus d’esprit et de talent » (25 avril 1775, p. 436-37).

16 Titre véritable : Le Dix-huitième siècle, satire, à M. Fréron.

17 Qui explique l’échec de L’Amour à Tempé, pastorale dramatique de Mlle Chaumont, « qui a épuisé toutes les images et les comparaisons de la bergerie » (12 juillet 1773).

18 À propos de la publication des Deux Amis de Bourbonne et de l’Entretien d’un père avec ses enfants (lettre du 30 mars 1773).

19 Lettre du 25 avril 1775 : « La pièce est sans intérêt, quoiqu’il y ait quelques mots d’une simplicité touchante. Elle est d’un style diffus, trivial et incorrect, qu’on donne comme vrai. Ces amateurs du style vrai croient qu’il n’y a qu’à copier ce qui se dit dans la rue ou dans les boutiques pour faire des comédies. Il y aurait encore un bon ouvrage à faire sur les limites de cette imitation de la nature qu’on regarde trop généralement comme le principe de tous les beaux-arts. »

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540