Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'éveil des Muses

 | 
François Moureau
, 
Madeleine Bertaud
, 
Catriona Seth

II. Poétiques

Un recueil libre. Lettre philosophique par M. de V ***, avec plusieurs pièces galantes et nouvelles de différents auteurs

Paule Adamy

Texte intégral

  • 1 Réserve de la B.N., cote : Enfer 1272. Les autres éditions ou exemplaires de la Lettre… sont aux Im (...)
  • 2 Je remercie Jean Deprun de m’avoir prêté son exemplaire de cette édition.

1Le recueil intitulé lors de sa première édition Lettres [sic] de M. de V ***, avec plusieurs pieces de differens auteurs (1738, La Haye, P. Poppy) est encore cité aujourd’hui pour sa version de la 13e lettre philosophique de Voltaire, sa publication originale de la profession de foi des francs-maçons, le Discours de Ramsay, ou celle de l’Ode à Priape de Piron (12 strophes) : deux textes d’idées en prose, un autre en vers, truffé de ces mots que l’on écrivait avec des points de suspension, étrange livre ! Et d’ailleurs, l’Ode à Priape (vers 1710) n’est pas encore publiée dans l’édition de 1738 : c’est que sous un titre presque identique, le recueil va, au cours des années, changer de contenu. Perdant le pluriel de Lettres…, il eut de 1738 à 1776 environ 13 éditions ou tirages et le titre, déjà alléchant, Lettre philosophique par M. de V ***. Avec plusieurs pièces galantes et nouvelles de différents auteurs , fut toujours suivi d’un sous-titre annonçant d’autres nouveautés. Une seule édition1 à notre connaissance (Londres 1774), est plus précise : Lettres philosophiques [le pluriel initial est rétabli, mais l’édition est atypique] par M. de V ***. Avec plusieurs pièces galantes et nouvelles de differens auteurs Critiques et Satyriques, suivies de l’Ode à Priape, de l’Épître à Uranie, du Chapitre des Cordeliers, & c. Augmentées De la Comédie de M. de Bussi, & c. L’Ode à Priapeet Le Chapitre des Cordeliers sont des pièces en vers obscènes (le mot est descriptif) : le recueil est, comme disait Léautaud, « d’un certain genre ». On s’est limité à trois dates : 1738, 1774, dernier état de l’édition avec des textes érotiques ajoutés vers 1756 et 1775, où l’on découvre des textes matérialistes militants en vers2.

  • 3 Voltaire, Lettres philosophiques, p.p. Lanson, rev. par A. M. Rousseau, Didier, 1964.

2Le recueil débute par la lettre de Voltaire « Sur Locke », ici intitulée « Sur l’âme ». La typographie est négligée, plus que celle des Amusemens littéraires de La Barre de Beaumarchais (Francfort, 1739), qui donnent cette lettre en deux fois. Les erreurs ne seront jamais rectifiées et en 1774 on lira toujours (exemple parmi d’autres) Zéland pour Toland. À l’encontre de ce qu’a cru Lanson3, cette version n’est pas une ébauche de ce qui sera dénommé la lettre sur Locke mais une version séparée, qui doit être maintenue en sus de l’édition dite d’Amsterdam, de 1734. Loin d’être une « première rédaction » (Lanson, Lettres philosophiques, op. cit., t. I, p. 190 ; et voir p. 203), elle lui est postérieure : « Cette lettre est de Monsieur de Voltaire qui l’a écrite le 4 juin 1736 » (Amusemens…, op. cit., t. II, p. 209, note) ; la date est ici confirmée : « J’ai envoyé à Berlin […] une lettre sur Locke [c’est la lettre sur l’âme] » (Voltaire, lettre à Thieriot, 24 nov. 1736). L’édition originale de notre recueil ajoute une preuve : la lettre y est intitulée 26e lettre, or les Lettres philosophiques étaient au nombre de 25, y compris celle sur Locke. Le recueil donne la primeur d’un autre texte en prose, le « Discours prononcé à la réception des Frée-Maçons [sic, en 1738 ; plus tard, on écrira « francs-maçons »], par M. de Ramsay, Grand Orateur de l’Ordre ». Ce discours fut prononcé le 25 ou 26 décembre 1736 devant la loge Saint-Jean, à Paris, la veille de la réélection d’un nouveau grand-maître. Récrit en mars 1737 (c’est cette version que donne le recueil), le discours aurait dû être prononcé lors d’une assemblée générale de l’Ordre, le 24 mars 1737, mais le cardinal de Fleury désapprouva cette réunion, qui n’eut pas lieu. En 1738, le public peut donc lire, grâce à notre recueil, le texte de Ramsay, et la curiosité était grande : « Nos seigneurs de Cour ont inventé tout récemment un ordre applelé des Frimassons. […] On ne sait quoi que ce soit des statuts, des règles et de l’objet de cet ordre nouveau » (Journal de Barbier, mars 1737, Charpentier, 1857, t. III, p. 80-81). Une lettre privée du 16 février 1737 répercute l’opinion publique : « on ne parle ici que des nouveaux progrès que fait tous les jours l’ordre des Frimaçons […]. Le secret inviolable qu’on observe des mystères qui se passent dans ces assemblées pique la curiosité » (Nouvelles de la cour… (1734-1738), p. p. E. de Barthélemy, Rouveyre, 1879, p. 135).

  • 4 Pierre Chevallier, Les Ducs sous l’acacia (t. I, Vrin, 1964), La Première Profanation du temple… (t (...)
  • 5 Elle est publiée avec le nom de l’auteur dans l’Almanach des Cocus… Pour l’année MDCCXLI… Par un ph (...)

3Ces textes en prose s’ouvrent à la poésie, le premier par une chanson qui le suit, le second par sa forme même. Le discours écrit par Ramsay s’orne de vers d’Horace (avec des fautes), rien là que d’habituel ; plus surprenant, la version imprimée a été agrémentée de vers, que P. Chevallier4 pense avoir été ajoutés à la version écrite par Ramsay. « Un de nos Vénérables confrères dit dans une Ode […] : Frée-Maçon, illustre Grand Maître, […] » (Berlin 1774, p. 29). Ces vers sont la deuxième strophe d’une ode adressée au grand-maître Lord Derwentwater. Les vers : « Nous suivons aujourd’hui des sentiers peu battus […] » (p. 29) sont la quatrième strophe de l’« Apologie des Francs Maçons », et les vers : « Si le sexe est banni […] » (p. 32) sont extraits de la pièce : « Les Francs-maçons. Songe » Ces vers sont ornementaux, intercalés pour alléger la prose de Ramsay, et allusifs ou ésotériques. Nous n’avons pas identifié l’auteur de « Francs-maçons. Songe » ; le vénérable confrère, auteur de l’ode, est le comte de Tressan, et l’« Apologie des Francs-Maçons » est de Procope, médecin et franc-maçon 5. On l’appelait Procope-Couteau (x) pour le distinguer de son père, le cafetier de la rue de la Vieille Comédie ; il écrivait des pièces légères, ainsi en 1736 et avec Romagnesi, Les Fées ; dans certaines éditions (non pas celle de Berlin 1774), on lit un conte épigrammatique de Piron contre lui en médecin ; pour J. -J. Rousseau, il est « le médecin Procope, petit Ésope à bonnes fortunes » (Confessions, Bibl. de la Pléiade, t. I, p. 374).

  • 6 On peut en lire une édition de 1736, annotée à la main, à la B.H.V.P., in-4°, cote : 103844. Il fut (...)
  • 7 Dans Archives de la Bastille, p.p. F. Ravaisson, 1881, t. XII, p. 170.
  • 8 Cité dans Voltaire, Correspondance, Bibl. de la Pléiade, t. I, p. 1404.
  • 9 Amsterdam, chez Monsieur Lucifer, 1737. L’auteur, de Castres du Crenay, serait Quesnel, neveu du Pè (...)

4La lettre sur l’âme est, elle, suivie d’une chanson, « Les Adieux de M. de V *** à Mme du Châtelet », dirigée contre Voltaire et son entourage, amis et ennemis. Voltaire avait en effet quitté la France le 9 décembre 1736 pour échapper à des poursuites dont le prétexte affiché était Le Mondain . Il envoie son couplet à Thieriot : « c’est le petit Lelio qui a fait ces belles besognes » (lettre du 14 févr. 1737). Lelio était le surnom de Riccoboni fils (il fut déjà celui de son père), qui avait écrit en 1732 avec Biancolelli et Romagnesi une parodie de Zaïre, Les Enfants trouvés ou le Sultan poli par l’amour, et avec Romagnesi, en 1736, une parodie d’Alzire : Les Sauvages . La poésie n’est plus ornementale ou destinée à des initiés, elle est cruelle. Chaque strophe blesse une personne, mais chacune, pour être comprise, doit être expliquée, et la prose des notes fait partie de la chanson. Voltaire, Roy, Desfontaines, Thieriot, Bernard, La Popelinière, l’ex-abbé Mac Carthy, Émilie, Maupertuis sont satirisés. Dans l’édition de Berlin 1774 on a supprimé la strophe sur La Popelinière, « Petit Sardanapale » (Voltaire, lui, l’appelle Pollion), et cette note : « il [Thieriot] demeure actuellement chez Midas, qui est M. Le Riche de La Popelinière, auteur, avec MM. Le Franc [de Pompignan] et Bernard [Gentil-Bernard], de l’Opéra de Castor et Pollux [1736, musique de Rameau] » ; cette suppression rend obscur ce passage : « les vers de deux fats [Bernard et Le Franc] et de ton Midas [La Popelinière] ». Voici Desfontaines, et Lelio imite Voltaire qui rappelait dans son Ode sur l’ingratitude le chemin suivi par Desfontaines, « venu de Sodome à Bicêtre ». L’emprisonnement pour sodomie datait de plus de dix ans, mais en 1736, le journaliste fut soupçon né d’avoir écrit le Discours que doit prononcer M. l’abbé Seguy pour sa réception à l’Académie française6 : « La harangue de l’abbé Seguy à l’Académie française a fait ici bien du fracas ; on a arrêté l’imprimeur et le libraire qui a avoué que c’était l’abbé Des Fontaines qui la lui avait donnée à imprimer » (Nouvelles de la Cour, op. cit.,p. 62. Lettre de février 1736). Roy, cité en note pour une satire de sa main contre l’Académie (« le Coche », 1717), fut également soupçonné : « Roy ou l’abbé Desfontaines […] sont les deux sur qui tombent les soupçons » (lettre de l’abbé d’Olivet au président Bouhier, 17 janv. 1736)7. La chanson, texte et notes, met en évidence l’abbé Mac Carthy, qu’une note de La Pucelle8 donne pour sodomite. L’auteur des « Adieux » écrivant en note (Berlin 1774, p. 16 note [i]) : « L’Abbé Mackarti, fils d’un Irlandais passa, il y a quatre ans, en Turquie avec le Chevalier de Mornaye & de Ramsay : ils avaient emprunté chacun 6 000 liv. à Samuel Bernard, […] » parodie Voltaire, qui avait ainsi annoté un passage de son Ode à l’ingratitude : « Un abbé irlandais, fils d’un chirurgien de Nantes, qui se disait de l’ancienne maison de Makarti, ayant subsisté longtemps des bienfaits de notre auteur [Voltaire], et lui ayant emprunté deux mille livres, en 1732, s’enfuit aussitôt avec un Écossais, nommé Ramsay [… et avec Mornay] ; ils passèrent tous trois à Constantinople, et se firent circoncire chez le comte de Bonneval ». De l’ex-abbé Mac Carthy on se moque dans un couplet de l’Almanach du diable9 (p. 38), et ce couplet est commenté dans la Critique et contre-critique de l’Almanach (p. 58) : « Cet abbé [Mac Carthy] est homme de condition, né à Saint-Germain, de race irlandaise. Il est aujourd’hui Moufti de village, en Turquie. Mais ses deux camarades, tous deux bien nobles (car ils partirent hors de Paris au sortir d’une partie de débauche) ont jeté depuis peu le turban aux orties, et sont passés heureusement au service de Moscovie ». Pourquoi reparlait-on de Mac Carthy en 1736 ? On l’ignore.

  • 10 On a identifié Manon Grognet par un texte postérieur : « Cette infante est actuellement en Italie, (...)

5Les « Adieux » sont réussis, pour être une suite d’épigrammes. Des épigrammes, on en lit dans notre recueil, et une fois expliquées, elles retrouvent leur sel. Celle « Sur le C. de S. S… » (Berlin 1774, p. 84) est dirigée contre le curé de Saint-Sulpice, frère de Jean-Joseph Languet de Gergy, auteur de la Vie de la vénérable Marguerite-Marie (Marie À la Coque…). Dans la clef de l’Almanach du diable (op. cit., p. 12), on explique : « Le Curé de Saint-Sulpice, a fait faire une Vierge d’argent massif […] : on l’appelle notre Dame de Vieille vaisselle [sic pour la graphie] parce qu’il avait demandé par affiche publique de la vieille vaisselle pour en fabriquer sa Vierge ». Autre épigramme, « De quelqu’un, qui sans doute a troqué son encensoir contre des verges, et qui fouetta sa coquine, après avoir adoré sa déesse » (Berlin 1774, p. 103) ; Voltaire, bien entendu, l’apprécia : « Je viens de voir une épigramme parfaite. C’est celle de notre petit Bernard [Gentil-Bernard] sur la Sallé. Il a troqué son encensoir contre des verges, et il fouette sa coquine après avoir adoré sa désse » (lettre à Thieriot, [10 mars 1736]). Bernard qui faisait partie, avec Thieriot, de l’entourage de La Popelinière est chansonné dans « Les Adieux » pour avoir écrit Castor et Pollux, et être un « Céladon de tribade » (Berlin 1774, p. 16). La tribade est Mlle Sallé, comme nous l’apprend une note des « Adieux » (Berlin 1774, p. 16) ; la danseuse de l’Opéra était bisexuelle : « Resnel [le marquis de Nesle et non l’abbé du Resnel] soutient qu’elle n’est pas tribade » ; l’une de ses amies s’appelait Manon Grognet10 : « La Grogner dit qu’elle [Sallé] n’est pas Putain ». Quant à Bernard, Voltaire l’appelait (avec affection) le petit B., soit : le petit bougre : « J’embrasse l’imagination du petit B. » (lettre à Thieriot, 30 nov. [1735]).

  • 11 Voir le Voyage de Chapelle et de Bachaumont (rééd. en 1732) p.p. M. Tenant de Latour, Bibl. elzév., (...)

6Toute bonne satire doit-elle être versifiée ? Non, et le recueil en donne une preuve. Comme la lettre de Voltaire sur l’âme est suivie de vers satiriques, de même le discours de Ramsay est suivi d’un texte en prose, les statuts des francs-maçons : on le juge satirique. Le secret gardé intriguait d’autant plus que l’Ordre était réservé aux hommes : de l’unisexualité on passe à l’homosexualité. En 1737, on faisait allusion à d’Assoucy11 :

De leur destin,
Si l’on faisait juges les dames
De leur destin
Ils auraient bientôt triste fin,
Par elles condamnés aux flammes ;
(« Les Francs-Maçons », Chansonnier historique du xviiiesiècle, p. p. E. Raunié, Quantin, 1882, t. VI, p. 177)

7Plus tard, on évoquera le chevalier d’Éon, travesti et franc-maçon :

Pour le coup, s’il est fille,
Plus on n’en recevra,
Qu’on n’ait vu la béquille
Du père Barnabas.
(Mémoires secrets de Bachaumont, 22 déc. 1777)

  • 12 On en lira l’édition modernisée dans Le Frère de la Tierce, Histoire des Francs-maçons, 1745, Fac-s (...)

8Les statuts jouent avec l’idée de pédérastie : « Nul homme suspect de vices infâmes et dénaturés ne sera admis qu’après avoir donné pendant trois ans des preuves éclatantes de sa pénitence et de son amour pour le beau-sexe » (3e statut), et dans le corps du discours, les vers « Si le sexe est banni […] » anticipaient l’accusation d’homosexualité. Les statuts, précisons-le, sont publiés très sérieusement, on les retrouve dans l’Histoire des Francs-maçons du Frère de la Tierce12 (1742). Ils nous paraissent inspirés par ceux d’un pamphlet du xviie siècle, La France devenue italienne … (publié après l’Histoire amoureuse des Gaules, par Bussy-Rabutin, Bibl. elzév., 1858, t. III, p. 353 sqq.). Le pamphlet donne à lire les règles d’une confrérie sodomite, formée autour de Manicamp et du duc de Grammont ; les statuts attribués à cet autre ordre du xviiie siècle, celui des francs-maçons, en sont le reflet inversé, où la sodomie n’est si fort niée que pour être plus évidente. Notre hypothèse est que des anti-francs-maçons hétérosexuels ont voulu railler leurs adversaires en faisant réapparaître, sous le couvert de statuts francs-maçons, des statuts (peut-être eux aussi déjà fantaisistes) de vrais sodomites, grâce auxquels la vraie nature des francs-maçons du xviiie siècle, leur goût exclusif pour les hommes, devait apparaître.

  • 13 Note de G. Monval dans son édition des Lettres de Adrienne Le Couvreur, Bibl. elzév., 1892, p. 292, (...)
  • 14 Œuvres complètes d’Alexis Piron, p.p. Rigoley de Juvigny, Paris, 1776, t. VIII, p. 387.
  • 15 Les contemporains pouvaient lire ce portrait dans Amusemens…, op. cit., t. I, p. 301.

9Autre texte en prose satirique, la « Lettre de la baronne de Roupillac… » (Berlin 1774, p. 85), dont on pense qu’elle est de Voltaire, cet auteur si présent dans le recueil : par des textes hostiles, ainsi une épigramme à propos des Éléments de Newton (Berlin 1774, p. 79), une Ode à M. de Voltaire, écrite par un dévot et qui suit l’Épître à Uranie, l’Anti-Mondain, de Piron. Il est présent par excès : on lui attribue à tort l’« Apothéose de Mlle Lecouvreur », qui est de René de Bonneval13, mais le Journal de Barbier fit la même erreur, et une édition de Voltaire (Amsterdam, 1741-1742). En revanche, sont publiées sans nom d’auteur « La Mule du pape » et l’épigramme contre l’abbé Terrasson, qui « Va du Bordel à l’Hélicon », écrites par Voltaire ; le recueil laisse anonymes les « Vers sur un passage de Pope », composés à l’occasion d’une lecture de Pope (voir la lettre de Voltaire à Pallu, 9 février [1736]) et non de sa traduction par l’abbé du Resnel, comme il est écrit dans une édition de Voltaire (Londres, J. Nourse, 1742, t. V, p. 227). Pourquoi attribuerait-on volontiers la lettre de la baronne de Roupillac à Voltaire ? « La Croupillac », comme disait Voltaire, vient de L’Enfant prodigue(1736) ; Voltaire aimait parler de lui en femme : « je suis une maîtresse assez indulgente pour souf les partages » (lettre à Thieriot, 27 nov. 1736) ; La Marre était un de ses favoris – Piron, dans une épigramme contre Voltaire, précise en note à La Marre : « Jeune et mauvais poète du temps […]. Il faisait sa cour à M. de V *** »14. La brochure de La Marre, L’Ennuy d’un Quart-d’Heure(1736, 24 p.) ne donne à lire qu’un mélange insignifiant de prose et de vers mais elle n’était pas à l’origine de l’irritation de Voltaire. Après avoir connu les faveurs du maître, La Marre était, en 1736, sur le point d’être remplacé par Baculard d’Arnaud ; Voltaire voyait La Marre se ranger au côté de J. -B. Rousseau qui, toujours exilé, venait d’écrire contre lui l’Épître au R. -P. Brumoy, et il avait soupçonné le jeune homme d’avoir écrit le fameux portrait de M. de V ***15. Si la lettre est de Voltaire, on s’expliquera le pluriel des Lettres du titre de la première édition du recueil.

10Le plaisir de la satire est-il érotique ? Les textes érotiques sont toujours excessifs, dans l’illusion ou la vérité, les satires aussi. Satiriser est dévoiler, c’est révéler ce que les convenances ou l’ambition forcent à cacher, et cette vérité, d’une cruauté ressentie comme nécessaire, donne leur force à certains textes érotiques. La sexualité est un lieu de mensonges et de contraintes : la vertu des textes érotiques est la vérité qu’ils expriment. Ajoutons que l’érotisme et la satire ont en commun d’inciter à interpréter pour mettre au jour ce qui est dissimulé, d’où naît un plaisir particulier. On regrette de n’avoir pu commenter « L’étonnement » (Berlin 1774, p. 39), suite d’allusions à des personnes réelles ayant défrayé la chronique, mais qui, publiées sans notes, restent opaques.

11Le genre érotique se subdivise en genres littéraires différents. Des textes au registre varié, on en lit dès l’édition de 1738, tels des contes en vers écrits par les maîtres du genre, Piron et Grécourt ; certains sont un peu longs, c’était déjà le sentiment au xviiie siècle, et le conte « L’Y grec ou la Fourche » (Berlin 1774, p. 81) de Grécourt existe dans une version (de Piron ?) en 12 vers :

Marc une béquille avoit
Faite en fourche, et de manière
Qu’à la fois elle trouvoit
L’œillet et la boutonnière.
(Poésies diverses, à la suite des Œuvres Complètes de Grécourt, Luxembourg, an X. - 1802, t. VIII, p. 188)

  • 16 Mémoires… de Favart, Paris, 1808, t. I, p. 96.
  • 17 Voir le Journal historique par Collé, janvier 1751, Paris, 1805, t. I, p. 339.

12On y lira Le Débauché converti de Robbé de Beauveset, qui « auteur connu pour son fameux poème de la V… [Le Débauché converti ] […] s’est fait encore une réputation par une soixantaine de contes très-sales » (lettre de Favart à Durazzo, 17 sept. 1760) 16 ; dix ans plus tôt17 il avait ajouté au Débauché un deuxième chant. Voilà encore une énigme équivoque dont le mot (hochet, et non ce à quoi le lecteur était obligé de penser) est donné dans la table des matières :

Je suis une plaisante chose,
Qui peut avoir environ
Six à sept pouces de long.
Je ne sers point quand on me repose,
Quand je pends je suis hors d’emploi,
Dès qu’on veut se servir de moi,
Alors une main féminine,
Me prend, me secoue & badine,
Puis après le jeu me conduit,
Ainsi que mon fidèle guide,
Dans une fente fort humide,
Comme en mon naturel réduit

13Le procédé était presque conventionnel, ainsi une autre énigme, autre mot (la taupe) et même principe :

De ma grandeur, je crois votre main la mesure
Et ma grosseur, Iris, la remplit aisément.
[…].
(Les Muses au foyer de l’Opéra, 1783, p. 145)

14Vers 1756 le recueil s’enrichit de textes obscènes, publiés en une suite continue ; voici une comédie en vers, La Comtesse d’Olonne . Une édition déjà citée (Lettres philosophiques…, Londres 1774) annoncera « La Comtesse d’Olonne, comédie galante de M. de Bussy, en 4 actes », mais les autres n’en donnent qu’un acte, le plus amusant pour sa parodie du Cid :

À qui f… Argénie il n’est rien d’impossible,
Ton c… est invaincu mais non pas invincible.
(Berlin 1774, p. 127)

15Bussy-Rabutin n’a pas écrit cette pièce, attribuée sans preuve au comédien Nicolas Racot de Grandval, dit le père. L’auteur s’est inspiré de l’Histoire amoureuse des Gaules et Argénie est la comtesse d’Olonne (Argénie est l’anagramme approximative du nom de jeune fille de la comtesse, Henriette d’Angennes), Bigdore (anagramme de Rodrigue), le comte de Guiche. On ne sait quels contemporains désignaient les noms des deux bougres (le mot est dans la comédie), Manicamp et Guiche ; il est possible qu’Argénie désignât une femme légère du xviiie siècle, la duchesse d’Olonne (Marie Étiennette de Bullion de Fervâque, femme de Sigismond de Montmorency-Luxembourg, duc d’Olonne). Autre allusion à Bussy-Rabutin, la scène, drôle, de la mutilation impossible : aimant les hommes, le comte de Guiche est resté coi devant la comtesse d’Olonne-Argénie-Chimène et il veut s’en punir ; cet épisode est la forme versifiée d’un passage en prose de l’Histoire amoureuse des Gaules (Bibl. elzév., t. I, p. 128 ; Folio, p. 86), qui est déjà la reprise d’un passage du Satiricon (132, Folio, p. 200). Ces vers :

[…] faisant semblant de le mettre en levrette
Le drôle en vous parlant toujours de grand chemin,
Comme s’il se trompait, enfilait le voisin, […]
(Berlin 1774, p. 125)

16évoquent l’épigramme où un ermite fit à une dame « tourner l’anagramme de Luc,/Et de droit fil s’ouvrit la voie étroite » (Épigrammes de J.-B. Rousseau, Sansot, 1911, p. 56). Le vocabulaire obscène de La Comtesse d’Olonne et ses situations scabreuses en font paradoxalement, grâce aux allusions littéraires, une comédie raffinée. L’élégance érotique n’est pas, ici, de s’exprimer en vers : au siècle des Muses, une telle expression allait, au théâtre, de soi. L’élégance n’est pas d’escamoter l’obscénité, elle est de l’utiliser, et d’employer le genre allusif, mais en un sens particulier : les allusions ne sont ni dans les mots, on emploie les termes exacts, ni dans le caractère des héros, de simples fouteurs, mais dans les références à d’autres textes : ceux-ci fussent-ils obscènes, la distance introduite par leur citation, souvent implicite, permet d’échapper à la vulgarité ; à quoi s’ajoutent les allusions à des contemporains, qui valent moins par elles-mêmes que par l’incitation à décoder, établissant un délai tout en excitant l’esprit.

  • 18 Voir le dossier établi par P. Pia, à la suite du texte, L’Or du Temps (1969).

17 La Comtesse d’Olonne parut dans un autre recueil, La Fontaine de Jéricho (1740), avec Le Chapitre général des Cordeliers . Le Chapitre est moins connu que l’Ode à Priape ; ces deux textes ont paru d’une obscénité également condamnable – par les lois, à vrai dire, non par le goût : « Le caractère érotique de ces deux œuvres [Le Chapitre et l’Ode à Priape ] fameuses de Piron, condamnées à la destruction, ne nous permet pas de les publier à cette place » (Piron, Œuvres badines, p. p. F. Mitton, Aux éditions d’art…, 1928, p. 214). Rien ne permet d’attribuer Le Chapitre à Piron ; il avait paru, anonyme et atténué, dans le Recueil de pièces choisies rassemblées par les soins du Cosmopolite (1731) ; le public d’alors ne cherchait pas à connaître l’auteur du morceau, seuls comptaient le thème (la bougrerie), et le rythme : « F… quarante coups, soit en c… soit en cul » (Berlin 1774, p. 113). On connaît l’Histoire de Dom B… Portier des Chartreux (vers 1741)18 attribuée à Gervaise de Latouche. C’est une hypothèse : Gervaise de Latouche ne serait que le porte-plume de Voltaire – plus qu’un teinturier, moins qu’un auteur –, et ce serait conseillé par lui et s’inspirant, en plus, du Chapitre des Cordeliers, qu’il aurait écrit une partie au moins du Portier des Chartreux : le Père Casimir figure Desfontaines, que haïssait Voltaire.

  • 19 Dans le 3e volume, Arsenal, cote : 8° T 104413
  • 20 Œuvres diverses de Mr Rousseau, Bruxelles, 1741, t. I, p. 289.

18Le dernier état du recueil est l’édition de Londres 1775. L’auteur ou les auteurs ont ajouté des vers matérialistes et un érotique, « La Bathsebath » (Bethsabée), déjà publié dans le Cosmopolite ; ces ajouts ont déjà paru dans La Bibliotheque du bon sens portatif, ou recueil d’ouvrages sur différentes matieres importantes au salut (Londres, 1773)19. Les textes matérialistes mériteraient à eux seuls une étude. Question de théologie (Londres 1775, p. 269) invente une question fantaisiste qui aurait été posée à l’Académie des sciences en 1728, pour se donner l’occasion de citer le quatrain, souvent cité mais d’auteur inconnu, « Loin de rien décider sur cet Être suprême […] ». L’Antithéologien, au milieu de vers pour nous anonymes, intercale La Moïsade (p. 287-91), pièce autonome subtilement rimée, que Voltaire attribuait à J. -B. Rousseau et celui-ci à un certain Lourdet, sans doute imaginé. Il faudrait comparer cette version à « L’Impie ou l’incrédule »20, autre titre de La Moïsade . Mêlant plus que jamais les curiosa aux lumières, notre recueil est devenu trop riche, et peut-être trop lourd.

Notes

1 Réserve de la B.N., cote : Enfer 1272. Les autres éditions ou exemplaires de la Lettre… sont aux Imprimés et en Réserve (Arsenal et B.N.) lorsque des textes obscènes y ont paru, ou lorsqu’ils sont reliés avec luxe.

2 Je remercie Jean Deprun de m’avoir prêté son exemplaire de cette édition.

3 Voltaire, Lettres philosophiques, p.p. Lanson, rev. par A. M. Rousseau, Didier, 1964.

4 Pierre Chevallier, Les Ducs sous l’acacia (t. I, Vrin, 1964), La Première Profanation du temple… (t. II, Vrin, 1968) ; réédité par Slatkine, Genève, 1994.

5 Elle est publiée avec le nom de l’auteur dans l’Almanach des Cocus… Pour l’année MDCCXLI… Par un philosophe Garçon,… Avec approbation des Sultanes, p. 23-25.

6 On peut en lire une édition de 1736, annotée à la main, à la B.H.V.P., in-4°, cote : 103844. Il fut publié dans Pièces libres de Mr Ferrand (Londres, 1738).

7 Dans Archives de la Bastille, p.p. F. Ravaisson, 1881, t. XII, p. 170.

8 Cité dans Voltaire, Correspondance, Bibl. de la Pléiade, t. I, p. 1404.

9 Amsterdam, chez Monsieur Lucifer, 1737. L’auteur, de Castres du Crenay, serait Quesnel, neveu du Père Quesnel.

10 On a identifié Manon Grognet par un texte postérieur : « Cette infante est actuellement en Italie, et elle y sert une comtesse. […] C’est en qualité et sous les habits de Page » (La Barre de Beaumarchais, Amusemens…, op. cit., t. III, p. 46, lettre de 1739).

11 Voir le Voyage de Chapelle et de Bachaumont (rééd. en 1732) p.p. M. Tenant de Latour, Bibl. elzév., 1854, p. 84.

12 On en lira l’édition modernisée dans Le Frère de la Tierce, Histoire des Francs-maçons, 1745, Fac-similé (Les Éditions du Prieuré, 1994).

13 Note de G. Monval dans son édition des Lettres de Adrienne Le Couvreur, Bibl. elzév., 1892, p. 292, n. 30.

14 Œuvres complètes d’Alexis Piron, p.p. Rigoley de Juvigny, Paris, 1776, t. VIII, p. 387.

15 Les contemporains pouvaient lire ce portrait dans Amusemens…, op. cit., t. I, p. 301.

16 Mémoires… de Favart, Paris, 1808, t. I, p. 96.

17 Voir le Journal historique par Collé, janvier 1751, Paris, 1805, t. I, p. 339.

18 Voir le dossier établi par P. Pia, à la suite du texte, L’Or du Temps (1969).

19 Dans le 3e volume, Arsenal, cote : 8° T 104413

20 Œuvres diverses de Mr Rousseau, Bruxelles, 1741, t. I, p. 289.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540