Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'éveil des Muses

 | 
François Moureau
, 
Madeleine Bertaud
, 
Catriona Seth

I. Figures

Pierre Albert-Birot et les muses

Nicole Le Dimna

Texte intégral

1L’expérience particulière du poète Pierre Albert-Birot, peut, nous semble-t-il, enrichir une réflexion sur la poésie en général : qu’est la poésie pour cet homme qui vécut de 1876 à 1967 ? Comment et quand est-il devenu « poète » ?

  • 1 « Éditer son livre soi-même, c’est l’assassiner » dira-t-il, cf. Entretiens avec Georges Pitoëf jr.(...)

2Le cas de Pierre Albert-Birot est emblématique à plus d’un titre. En effet, son entrée en poésie est le fruit d’une maturation exceptionnellement longue, une quarantaine d’années, et passe par les étapes de la sculpture, de la peinture, par la création et la direction de la revue SIC, à laquelle le plus souvent son nom est exclusivement associé : Albert-Birot ne naît pas poète, mais il se crée poète. De plus, sa conception de la poésie, au sein du surréalisme naissant, mais aux antipodes de celui-ci, trouve d’énormes difficultés à s’affirmer, d’autant plus que le caractère farouche et indépendant du poète, qui le fait fuir toute agrégation ou même toute « explication », contribue à l’isoler dans une solitude qui ira jusqu’à la précarité. Les difficultés éditoriales – qui ont contraint l’auteur à créer ses propres presses1, devenant typographe, éditeur, diffuseur… – ont risqué de compromettre et en tout cas ont bien retardé la découverte d’une œuvre des plus originales : le texte intégral de l’étonnante prose poétique Grabinoulor n’est disponible que depuis 1991. On peut même se demander si l’œuvre entière du poète bénéficierait de la faveur dont elle jouit actuellement, sans les efforts d’Arlette Albert-Birot, infatigable compagne des dernières années du poète.

Qu’est-ce que la poésie pour Albert-Birot ?

3Albert-Birot n’est pas de ceux qui unissent volontiers la réflexion théorique et la création. Ses exposés théoriques sont rares et concernent plutôt le théâtre et la peinture que la poésie. Ce sont là toutefois des documents précieux pour comprendre une œuvre abolissant les frontières entre les genres, qui s’ajoutent à quelques préfaces et comptes rendus. Mais c’est surtout à son œuvre de création elle-même que doit s’adresser le lecteur soucieux de tracer quelques lignes de force de sa poétique.

4Son drame pour marionnettes, composé en 1918, Matoum et Tévibar, sous-titré « Histoire édifiante et récréative du vrai et du faux poète », nous permet de prime abord de faire une distinction de base fondamentale : la poésie n’est pas copie de la nature. Tévibar est le porte-parole des « faux poètes », de ceux qui s’évertuent encore à « imiter », à « dire », comme le faisait d’ailleurs l’Albert-Birot première manière, auteur, comme de nombreux jeunes gens, de poèmes élégiaques et sentimentaux. Le « vrai poète » est Matoum, celui qui déclame les poésies d’Apollinaire, de Reverdy, de Soupault, de Max Jacob et de l’Albert-Birot de la « seconde naissance ». Pierre Albert-Birot appartient à l’époque post-baudelairienne qui a pris conscience de la distinction du dire et du faire :

  • 2 Pierre Albert-Birot, Les Six Livres de Grabinoulor, Paris, Jean-Michel Place, 1991, p. 649.

vous poètes fluorescents vous ne « dites » plus ce n’est plus la rose elle-même que vous mettez dans vos vers c’est son parfum ce n’est plus le clair de lune phénomène cosmique qui va être peint sur le papier en vue de déclencher dans l’esprit du lecteur selon les capacités dudit esprit l’état poétique qui correspond au phénomène mais vous allez constituer une masse verbale susceptible de transmettre à ce lecteur l’état poétique dans lequel le clair de lune vous a mis vous-même2

  • 3 SIC, 8-9-10 (1916).
  • 4 P. Albert-Birot, La Lune ou le Livre des poèmes, in Poésie 1916-1924, Paris, Rougerie, 1992, p. 56.
  • 5 Au sens où l’entend Saint-Pol-Roux.

5Ce que Pierre Albert-Birot cherche à atteindre dans sa poésie, à travers une exploration de tous les sens et du langage, c’est « un réalisme plus profond » comme il le disait déjà à propos du théâtre (À propos d’un théâtre nunique3) qui est pour lui de la « poésie qu’on voit ». À la base, donc, le réel, les choses, le monde. La poésie va naître du regard naïf, vierge, dénué de toute interrogation transcendantale que le poète porte sur eux et de l’interaction qui se produit. Un regard qui n’est pas seulement celui des yeux mais de l’homme « entier » avec tous ses sens aiguisés et son imagination et qui permet une pénétration totale : « regardez dedans et dehors/avec toutes les cellules/de votre vous »4, conseille-t-il aux aspirants poètes. Une sorte de relation d’amour féconde le Sujet et l’Objet. Le monde se dilate, se « magnifie »5, le poète s’enrichit d’un second « moi » qui est la part divine de l’homme :

  • 6 P. Albert-Birot, Poèmes à l’autre moi, in Poésie 1927-1937, Paris, Rougerie, 1981, p. 42.

Mon regard m’étale sur tout ce que je regarde
Il y a de moi sur tout ce que j’ai vu
Et chaque chose m’a donné de soi
Don au donateur
Universelle générosité
Coït à double face6

6Plus de division entre le Monde et l’Homme, mais harmonie et joie (La Joie des sept couleurs). À travers le langage le poète affirme sa présence au monde hic et nunc qui est un bien précieux :

  • 7 P. Albert-Birot, « Les États poétiques », in AA. VV., (dir. Madeleine Renouard), Pierre Albert-Biro (...)

Mais celui qui n’est pas n’a ni regrets ni joie
C’est nous les étants qui tremblons pour ce conditionnel antérieur
Quant à moi mon cher moi je dis comme toi j’ai de la chance d’être né
Il me plaît de savoir dire
Que cette aventure est inoubliable7

  • 8 De « PAB », initiales qui deviendront son autre nom.

7La poésie de Pierre Albert-Birot, qui n’ignore ni l’ombre ni la mort, est une célébration de la vie sous tous ses aspects, du quotidien le plus banal (Poèmes quotidiens, Les Amusements naturels qu’il dédie Ad Musam ?…) à la vie imaginaire de son « autre moi » (Poèmes à l’autre moi) qu’incarne son personnage Grabinoulor. Grabinoulor est l’aboutissement de la poétique pabienne8, l’œuvre de toute une vie. Éthique et Esthétique se rejoignent : grâce à l’écriture, Albert-Birot et son double vivront ensemble leurs rêves jusqu’aux dernières années du poète.

  • 9 Parus dans SIC, de mai 1916 à juin 1917.
  • 10 « On a voulu enfermer le cubisme à l’intérieur de la peinture, moi, je crois que le cubisme est un (...)

8Ce refus du réel phénoménologique pour accéder à un réel supérieur est une poétique du « surréel », si l’on accorde à ce terme la valeur que lui attribue Apollinaire lorsqu’il définit (avec Albert-Birot) ses Mamelles de Tirésias « drame surréaliste ». (C’est bien lors de cette collaboration qu’Albert-Birot prend nettement conscience de sa poétique). Mais le terme ayant pris l’acception bretonnière que nous connaissons, il est désormais impossible de l’utiliser. Albert-Birot se sent trahi, à juste titre – car le dérèglement qu’il fait subir au langage et à la logique est toujours savamment contrôlé – lorsque Gallimard publie en 1964 une édition partielle de Grabinoulor, accompagnée d’une bande présentant l’œuvre comme « surréaliste ». Son propre vocable « nunisme » n’aura guère plus de succès que « l’orphisme » d’Apollinaire. Quant au terme « cubisme » qui pourrait définir l’attitude identique des peintres et des poètes, on sait combien elle heurte les uns et les autres soucieux de se distinguer. Albert-Birot qui propose une réflexion sur ce mouvement dans ses « Dialogues nuniques »9 semblerait, quant à lui, partisan d’un « cubisme littéraire », mais sa position est isolée10.

  • 11 Pour une étude approfondie on consultera Marie-Louise Lentengre, Pierre Albert-Birot. L’invention d (...)

9La poétique de Pierre Albert-Birot, proche de celle d’Apollinaire, de Reverdy, annonciatrice de celle de Ponge, reste donc sans appellation pour la définir11. Une poétique sans identité ne risque-t-elle pas d’être inexistante aux yeux de la critique ?

Un long parcours initiatique

10« Mais aux âmes bien nées/La valeur n’attend pas le nombre des années » fait dire Corneille à son héros. Ce qui est vrai pour Rodrigue, pour Rimbaud et quelques autres « enfants prodiges » de l’art, ne l’est assurément pas pour Albert-Birot dont la Muse aura mis près d’un demi-siècle à s’éveiller. Pour lui, comme pour Valéry, la poésie n’est pas un don des dieux, mais une conquête de l’Homme.

11Albert-Birot indique avec exactitude le moment de son « entrée en poésie », sa « seconde naissance » : le premier janvier 1916, date de la paru de sa revue SIC. Sans doute a-t-il raison, même si, en fait, à cette époque, son œuvre poétique est encore à venir. Quelles sont les étapes marquantes de cette longue maturation ? On peut synthétiser en disant : des rencontres qui vont former son caractère et l’orienter vers le domaine de l’art, les premières activités artistiques et la création de sa revue. En effet, avant de devenir poète – activité pour laquelle il semble vouloir se « réserver », comme s’il était conscient que c’est là qu’il donnera le meilleur de lui-même – il est sculpteur puis peintre, pendant une longue période où domine plutôt l’insatisfaction et qui ne s’achèvera qu’avec la « prise de parole » de SIC.

Rencontres

  • 12 M.-L. Lentengre, op. cit., p. 23.

12Un jeune étudiant-ingénieur des Eaux et Forêts, Philippe Allaire, se fait son précepteur bénévole et amical. Il permet au jeune Albert Birot (c’est son nom, qu’il transformera de façon significative lorsqu’il aura rencontré son « autre moi ») de bénéficier dans sa province natale (l’Angoumois), d’une éducation selon les principes de Montaigne « où la rêverie et l’aventure se conjuguent à l’étude et à la réflexion »12. Lorsque les revers de fortune interrompent cet âge d’or, le contact avec le lycée sera aussi catastrophique que la situation familiale, surtout après l’inscription en classe de mathématiques, censée le préparer à un emploi rémunérateur.

13C’est le sculpteur Georges Achard, de quelques années son aîné, devenu le compagnon de Madame Birot, séparée de son mari, qui va alors influencer le destin d’Albert-Birot, en lui épargnant de devoir entrer dans ce qu’on nomme « la vie active » et en l’orientant vers le milieu artistique. À Paris, Albert Birot s’inscrit aux Beaux-Arts, où il apprend la sculpture, puisque la section peinture ne dispose plus de place. Achard, hostile à tout modernisme, est fort éloigné du tempérament de son ami, mais ses exhortations à explorer le domaine de la littérature classique laisseront des traces importantes. Ces « rencontres » livresques détermineront l’originalité de sa position par rapport aux avant-gardes futuristes, dadaïstes :

  • 13 A. Albert-Birot, op. cit., p. 37. On peut aussi lire dans SIC, 11 (1916) un encadré qui affirme, to (...)

Cette solide formation classique, il ne la reniera jamais, et sans doute lui permit-elle ses plus grandes audaces. Jusqu’à son dernier souffle, il aima passionnément certaines œuvres, – ses chers Grecs, ses chers Latins, mais aussi Saint Alexis, Saint Léger, Maurice de Sully, Marguerite de Navarre, Montaigne – référence quotidienne, vrai livre de chevet – l’Agrippa d’Aubigné des « Tragiques », […] les poètes baroques du xviie siècle, la Marquise dont il trouvait le ton inimitable… Tous ces écrivains le touchent d’abord par l’accent, la langue, le style. Il se sent en famille avec eux. Il exprimera cette parenté en 1918 : « O Poète toi qui crois créer/Autocompilateur ne vois-tu pas que ce que tu écris/Était déjà écrit dans l’immensité de toi-même ».13

14À Paris, Albert Birot rencontre l’aquarelliste Georges Bottini, dont la sœur Marguerite devient sa compagne et la mère de ses quatre enfants. L’amitié entre les deux hommes est de brève durée puisque, peu après, Bottini succombe à la maladie. Quant aux responsabilités familiales, qu’un emploi de restaurateur chez un antiquaire lui permet d’assumer modestement, on imagine quel poids elles peuvent avoir eu dans la crise qui a précédé la « conquête de soi ».

  • 14 A. Albert-Birot, op. cit., p. 38.

15La rencontre avec la musicienne Germaine de Surville, qu’il épouse en 1913, marque un tournant décisif. Grâce à elle, à ses encouragements, à sa collaboration précieuse (elle signera la musique de plusieurs de ses œuvres théâtrales, mais elle l’aidera aussi pour les tâches matérielles plus humbles qui lui permettront d’imprimer et de diffuser sa revue), il s’initie à la musique qui lui fait entrevoir les possibilités de son propre faire (abandon de la sculpture pour se consacrer à la peinture) et surtout il commence à croire en lui-même : « elle a permis à toutes les forces cachées qui l’habitaient de se libérer. […] toutes ces recherches qui emplissent deux années pleines vont aboutir à l’explosion de la revue SIC. »14

16Avant de parler des rencontres « détonnantes » des années SIC, (Severini, Apollinaire, Reverdy, Soupault, Max Jacob…), pour en terminer avec cette galerie des portraits qui ont jalonné le parcours initiatique d’Albert-Birot, il nous faut encore citer une personnalité qui joue un grand rôle dans « l’invention de soi » de notre auteur (titre particulièrement heureux de l’ouvrage de M. -L. Lentengre puisqu’il affirme en même temps la « création » et la « découverte »). Il s’agit du professeur Espinas dont il suit les cours au Collège de France et dont il devient un peu l’ami. C’est là la source de son « vitalisme » et non le futurisme comme l’affirme parfois la critique :

  • 15 M.-L. Lentengre, op. cit., p. 62.

L’exaltation de la volonté, le vitalisme optimiste qui éclatent dans les premiers fascicules de SIC et traversent toute l’œuvre d’Albert-Birot, ne sont pas un emprunt à la doctrine futuriste, mais une interprétation personnelle de la doctrine d’Espinas.15

La sculpture

17Élève de Falguière et d’Alfred Boucher, Albert-Birot expose à plusieurs reprises au Salon des Artistes Français de 1900 à 1904, entre autres, la statue d’une vieille femme qui orne aujourd’hui le jardin de l’église Saint-André à Angoulême, Les Âmes simples. On peut aussi voir sa statue La Veuve au cimetière d’Issy-les-Moulineaux. La plupart de ses sculptures sont de grande dimension. Ce qui les caractérise c’est le rejet du nu jugé trop académique : les personnages contemporains sont représentés dans leurs costumes modernes. Toutefois sa sculpture ne présente pas d’innovation remarquable et cet art est certainement en premier lieu un métier : la réalisation sur commande de façades, cheminées, bustes, lui permet avant tout d’arrondir son salaire de restaurateur d’objets d’art.

La peinture

  • 16 Article repris dans F, op. cit., p. 44-46.

18L’œuvre picturale de Pierre Albert-Birot qui n’a jusqu’à présent été ni inventoriée ni étudiée dans son ensemble, est cependant riche et digne d’intérêt : c’est ce qui résulte du compte rendu qu’Yves Seraline écrit pour La Charente Libre16, lorsqu’en 1969, la ville d’Angoulême rend un important hommage à Albert-Birot, exposant dans son musée, plus de trois cents pièces, tableaux, dessins, gravures, qui voisinent avec les sculptures et les manuscrits. Seraline, qui souligne l’unité des différents domaines, trace l’évolution de la peinture d’Albert-Birot, du figuratif, au cubisme et à l’abstraction. Il est l’un des premiers, en 1969, à mettre en évidence la symbiose de la peinture et de l’écriture, dès la période figurative de l’artiste :

  • 17 Ibidem. (Nous soulignons)

Il y a, racontés mieux que montrés, une bobine, des gants, un tube de gouache, un encrier.17

  • 18 Cf. A. Albert-Birot, op. cit., p. 36.

19Ces premières œuvres, où transparaît une grande solitude, affirme-t-il, « sont peintes avec une grande économie de moyens qui leur donne une ambiance particulière ». Quelques toiles de 1912, dont la reproduction, en noir et blanc malheureusement, illustre le volume de Marie-Louise Lentengre, montrent qu’on peut, comme le fait Arlette Albert-Birot, les comparer à celles des Nabis18. Les personnages d’Adam et Ève qui y figurent occuperont une grande place dans l’œuvre écrite.

  • 19 Yves Seraline, op. cit., p. 45.

20« Les œuvres de la période cubiste » dit encore Seraline, « sont des essais de démembrer l’univers et de retenir l’essentiel dans le jeu des formes et des couleurs ». Et il ajoute : « Une certaine rigueur, avec, malgré tout, de la fantaisie, donne à ces tableaux un intérêt indiscutable. »19

  • 20 Cf. A. Albert-Birot, op. cit., p. 38.

21Ce qui peut sembler une anecdote, montre avec quelle rapidité s’effectue le passage au cubisme. En 1915, le peintre effectue un portrait de sa femme Germaine : devant l’impossibilité de peindre tout ce qu’il sait de son modèle, et qu’il veut transmettre, il abandonne le portrait figuratif et peint avec conviction le « Grand portrait cubiste de Germaine » qu’il trouvera « beau plus ressemblant »20.

22C’est ce qu’il explique dans ses « Dialogues nuniques ». Le maître Z affirme à son disciple A, qu’il n’est plus possible de continuer à représenter « la partie apparente d’une seule face de l’objet » :

  • 21 SIC, 8-9-10 (août-septembre-octobre 1916).

Une. Voilà le point capital. C’est une seule et même noix qui dans le temps est à la fois trois formes, quatre couleurs, trois matières, tandis que dans les tableaux dont vous parlez, ce sont deux, trois, quatre noix vues à des temps différents ; en un mot vous donnez les choses comme étant successives tandis qu’elles sont simultanées.21

23C’est la théorie que Pierre Albert-Birot entend appliquer aussi à la poésie. Ce qui ne surprend guère d’ailleurs, puisqu’en cette période de col intense entre les poètes, les peintres, les musiciens, le désir de réaliser un art total habite les esprits. Les nombreuses métaphores picturales de son œuvre écrite, les « poèmes-affiches », les idéogrammes, les jeux avec la composition et les caractères typographiques obligent le lecteur/spectateur à voir et à lire, parfois même comme une partition musicale. Les organisateurs de l’exposition Poésure et peintrie, réalisée à Marseille en 1993, se souviendront des « poèmes peints » qu’il est le premier à concevoir.

  • 22 Debra Kelly, Une lecture de « La guerre » : la matrice d’une poétique, in AA. VV., Pierre Albert-Bi (...)
  • 23 D. Kelly, Autoportraits de Pierre Albert-Birot : une lecture des « poèmes à l’autre moi », Colloque (...)

24Lors du colloque de Cerisy consacré à Pierre Albert-Birot en septembre 1995, à partir d’une analyse très fine du tableau sans doute le plus célèbre de l’artiste, Guerre (1916), Debra Kelly a montré comment la poétique de toute l’œuvre à venir est inscrite sur la toile. Les oppositions entre la ligne courbe et la droite, le chromatisme et le non chromatisme annoncent la cohabitation des forces négatives et positives, de la vie et de la mort, du présent et de l’éternel, qui structurent aussi l’œuvre poétique22. L’approfondissement de cette approche dans sa lecture des Poèmes à l’autre moi, par le biais de l’autoportrait23, lui permettra encore de mesurer l’apport du peintre dans l’œuvre du poète et de suggérer les motifs du passage d’un langage à l’autre (en 1918) : « Dans le poème nous approchons de plus près la nature “divine” de la création artistique. Le texte poétique permet une création en mouvement niée sur la toile ».

Sic24

  • 24 Paris, janvier 1916 – décembre 1919 (cinquante-quatre numéros). Réimpression, Paris, Chronique des (...)

25Après plusieurs projets de revue abandonnés, (et une tentative de collaboration avec Saint-Chamarand, un ami de sa famille qui finira par prendre seul la direction de la Revue La Poétique), SIC commence à paraître en janvier 1916, date symbolique pour son directeur Albert-Birot. SIC, née à la fois du besoin de combler un vide sur le plan littéraire, d’offrir quelque chose de positif au milieu du désastre de la guerre et de l’exigence d’une quête personnelle est bien le lieu privilégié de contacts et d’expériences qui lui permet de mettre au jour ses propres potentialités et à partir duquel il réalise le meilleur de son œuvre créatrice. Pourtant le premier numéro révèle encore des idées plutôt vagues. Huit pages de vers, dessins, sentences, slogans réalisés par le directeur lui-même, ne vont guère au-delà du refus du passéisme, de l’art officiel et de l’imitation. Mais l’appel à la collaboration ne va pas tarder à porter ses fruits.

26Severini, rencontré grâce à d’heureux hasards de voisinage, participe dès le second numéro à l’aventure d’Albert-Birot qui sort enfin de son isolement. L’Italien lui présente de nombreux compatriotes futuristes et surtout lui fait connaître Apollinaire, qui, lui-même, l’introduit auprès de la fine fleur des artistes de l’époque. « L’Avenir », poème d’Apollinaire publié dans le quatrième numéro, marque le début d’une collaboration et d’une amitié qui ne cesseront qu’à la mort du poète. Un des moments les plus exaltants de cette collaboration est l’élaboration, puis la mise en scène et la représentation des Mamelles de Tirésias. SIC suit l’événement avec grand intérêt, reproduisant le dossier de presse du spectacle, la musique du chœur, des illustrations extraites du volume dont la publication a été confiée aux Éditions SIC.

27 SIC a parfois été considérée comme une revue d’allégeance futuriste. Il est certain qu’elle accorde une large place à ce mouvement dont Albert-Birot loue les idées audacieuses, génératrices d’enthousiasme et de renouveau (voir le numéro du 2 février 1916). À côté de Severini, Folgore propose ses écrits théoriques et ses poèmes ; Balla, Depero et Prampolini, metteur en scène, à Rome, de Matoum et Tévibar, leurs dessins et leurs croquis. Mais Albert-Birot n’en sera pas moins un censeur sévère de certains excès et déviations du mouvement et se défendra toujours âprement d’une assimilation superficielle. En vérité, la revue accueille les collaborations et les courants les plus divers : Tzara, Aragon, Reverdy, Jacob, Drieu la Rochelle, Radiguet… Elle fait se rencontrer les peintres et les poètes, des manifestations s’organisent autour de la revue. Elle annonce Dada et sert de banc d’essai aux surréalistes qui ne lui en seront d’ailleurs guère reconnaissants. Son directeur affirmera avoir « marché à travers le cubisme, le futurisme, le dadaïsme, le surréalisme » tout en restant aussi libre que sa revue. Ce qui fera la force et la faiblesse de l’un et de l’autre.

  • 25 P. Albert-Birot, Les Six Livres de Grabinoulor, op. cit., p. 474.

28Ces différentes personnalités jouent un rôle de révélateur pour Pierre Albert-Birot. Le lecteur de SIC assiste à l’éclosion d’une poétique et aux débuts d’une production artistique multiforme. Plusieurs des réalisations du poète sont extrêmement novatrices comme son « Poème-image », son « Poème-paysage » ou encore son « Poème à crier et à danser », poème sonore avant la lettre, le chapitre initial de Grabinoulor, qui deviendra un livre-monstre, « énorme », « barbare » et « sauvage » : mille pages non ponctuées d’une écriture grotesque et désacralisante faisant table rase de l’idéal classique que Diderot fut l’un des premiers à bousculer (« vous pourrissiez dans le beau le charme la grâce le doux l’aimable l’agréable l’harmonie le divin » dit à Grabinoulor un petit diable moyenâgeux descendu d’un chapiteau de sa cathédrale25). Mais ce rôle important au sein des avant-gardes n’est qu’un début et non une fin, ce que semblent ignorer plusieurs critiques. Lorsqu’en 1919, commence le déclin de SIC, en proie aux difficultés financières et surtout à la terrible concurrence de Littérature, l’œuvre créatrice de Pierre Albert-Birot est à peine commencée.

La troisième « naissance »

29Si Pierre Albert-Birot s’est auto-proclamé « poète », il s’en faut de beaucoup pour que ce soit là une auto-célébration. La découverte du « moi qui [l]’enveloppe ou qu’[il] enveloppe » est non seulement l’affirmation du poète mais aussi celle de l’homme, qui, après une longue gestation, acquiert enfin une identité. L’homme n’est pleinement lui-même qu’à partir de ce moment, c’est bien d’une « naissance » qu’il s’agit. Il se rebaptise Pierre Albert-Birot, nom double qui sanctionne cette cohabitation de l’homme quotidien et de l’homme créateur. Ce qu’il appelle son « autre moi », son « bon daimon » – on pourrait aussi dire sa « Muse » – est consubstantiel à l’homme :

  • 26 M.-L. Lentengre, op. cit., p. 175.

la rencontre avec « l’autre moi » débouche sur l’avènement d’une identité plénière, celle d’un homme vivant à la fois le tragique ici-maintenant de sa finitude, et le sublime de son éternité. Le thème du double qui hante la littérature romantique et surnaturaliste, prend donc chez Pierre Albert-Birot la valeur d’une dualité assumée, et en tant que telle fondatrice de « l’être » humain. 26

  • 27 André Gide, Journal 1989-1939, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1951, p. 94.

30Comme Gide dans ses romans – chez l’un et l’autre la dimension auto-biographique est fondatrice de l’œuvre – Albert-Birot s’aventure à la conquête de soi, précédant ou suivant son ou ses doubles, qui le modifient en chemin : « L’œuvre d’art est un équilibre hors du temps »27.

31Quant à la critique, Pierre Albert-Birot aura longtemps attendu qu’elle le reconnaisse comme « poète ». Les surréalistes le traitent avec mépris. Certains journalistes ne voient en ses audacieuses recherches avant-gardistes que de puériles provocations. Pour d’autres ce sera là sa seule activité de poète « vestige du cubo-futurisme ». Les éditeurs refusent de publier une œuvre telle que Grabinoulor ou alors somment son auteur d’y ajouter la ponctuation, ce qui eût été une authentique mutilation du texte. Mêmes difficultés en ce qui concerne la représentation de son œuvre théâtrale, qui l’obligeront à s’y employer lui-même, avec les moyens et les forces dont il dispose. Malgré l’estime dont font preuve à son égard, Apollinaire, trop tôt disparu, Dujardin, Bachelard, qui lui écrit à plusieurs reprises, le poète, refusant tout compromis, se replie sur lui-même et continue son œuvre en solitaire, partagé entre le doute et la certitude :

  • 28 Entretien Pitoëf, op. cit.

Oh très solitaire, très solitaire, excessivement et beaucoup trop d’ailleurs parce que j’en ai subi le contrecoup dans ma carrière littéraire, si on peut dire, je suis très sauvage, et dame je récolte ce que méritent les sauvages, c’est-à-dire rien…28

32Il eût été désespérant qu’une telle œuvre demeurât ainsi occultée. C’est peut-être ce qui serait advenu sans l’heureuse rencontre de PAB et d’une jeune étudiante préparant un mémoire de maîtrise, dans les années cinquante, Arlette Lafont :

  • 29 M.-L. Lentengre, op. cit., p. 298.

grisée par une nouvelle sève qu’elle voyait monter en lui, [elle] se prodigua pour le faire connaître, le faire lire, le faire publier. Elle tressa autour de lui un réseau de gens de lettres, de jeunes poètes, de critiques et d’artistes, qui se joignirent aux amis anciens et firent sentir à PAB, qu’il était vivant, connu, entouré.29

33Dans ses dernières années, Albert-Birot a la joie de ne plus être seul et de pressentir que son œuvre ne restera pas dans l’oubli, que justice lui sera enfin rendue. C’est là l’heureuse tâche à laquelle Arlette, désormais très secondée par une équipe de jeunes chercheurs de plus en plus nombreux, continue à s’employer avec le même enthousiasme. Pierre Albert-Birot reprend ainsi la parole.

Notes

1 « Éditer son livre soi-même, c’est l’assassiner » dira-t-il, cf. Entretiens avec Georges Pitoëf jr., émission radiophonique, 1955.

2 Pierre Albert-Birot, Les Six Livres de Grabinoulor, Paris, Jean-Michel Place, 1991, p. 649.

3 SIC, 8-9-10 (1916).

4 P. Albert-Birot, La Lune ou le Livre des poèmes, in Poésie 1916-1924, Paris, Rougerie, 1992, p. 56.

5 Au sens où l’entend Saint-Pol-Roux.

6 P. Albert-Birot, Poèmes à l’autre moi, in Poésie 1927-1937, Paris, Rougerie, 1981, p. 42.

7 P. Albert-Birot, « Les États poétiques », in AA. VV., (dir. Madeleine Renouard), Pierre Albert-Birot. Laboratoire de modernité, Colloque de Cerisy, septembre 1995, Paris, Jean-Michel Place, 1997, p. 22.

8 De « PAB », initiales qui deviendront son autre nom.

9 Parus dans SIC, de mai 1916 à juin 1917.

10 « On a voulu enfermer le cubisme à l’intérieur de la peinture, moi, je crois que le cubisme est un mouvement beaucoup plus vaste et qui concerne tous les arts… J’ajoute que le qualificatif ne convenait guère à Reverdy, tandis qu’il m’allait très bien, et particulièrement pour mes premiers poèmes », cf. Jean-Marie Drot, avec la collaboration de Dominique Polad-Hardouin, Les Heures chaudes de Montparnasse, Paris, Hazan, 1995, p. 59 et cité par Germana Orlandi Cerenza, Pierre Albert-Birot e la poetica del nunismo, Roma, Bulzoni, 1996, p. 184.

11 Pour une étude approfondie on consultera Marie-Louise Lentengre, Pierre Albert-Birot. L’invention de soi, Paris, Jean-Michel Place, 1993 ; AA. VV., Pierre Albert-Birot. Laboratoire de modernité, op. cit. ; Arlette Albert-Birot, Pour un art poétique, F, 2-3 (1973), p. 36-43

12 M.-L. Lentengre, op. cit., p. 23.

13 A. Albert-Birot, op. cit., p. 37. On peut aussi lire dans SIC, 11 (1916) un encadré qui affirme, tout en jouant avec les caractères typographiques et la disposition : « Les Anciens/Oui Madame, oui Monsieur/les Anciens ont fait/des chefs-d’œuvre/nous les connaissons/et c’est parce que nous les connaissons (souligné)/que nous sommes/cubistes, futuristes, simultanistes, unanimistes,/+… istes, +… istes, en un mot nunistes […]. »

14 A. Albert-Birot, op. cit., p. 38.

15 M.-L. Lentengre, op. cit., p. 62.

16 Article repris dans F, op. cit., p. 44-46.

17 Ibidem. (Nous soulignons)

18 Cf. A. Albert-Birot, op. cit., p. 36.

19 Yves Seraline, op. cit., p. 45.

20 Cf. A. Albert-Birot, op. cit., p. 38.

21 SIC, 8-9-10 (août-septembre-octobre 1916).

22 Debra Kelly, Une lecture de « La guerre » : la matrice d’une poétique, in AA. VV., Pierre Albert-Birot. Laboratoire de modernité, op. cit., p. 65-77.

23 D. Kelly, Autoportraits de Pierre Albert-Birot : une lecture des « poèmes à l’autre moi », Colloque de l’Université Paris X-Nanterre, 10-12 décembre 1996, Grabinoulor dans tous ses états (à paraître).

24 Paris, janvier 1916 – décembre 1919 (cinquante-quatre numéros). Réimpression, Paris, Chronique des Lettres françaises, 1973 ; Jean-Michel Place, 1980 et 1993.

25 P. Albert-Birot, Les Six Livres de Grabinoulor, op. cit., p. 474.

26 M.-L. Lentengre, op. cit., p. 175.

27 André Gide, Journal 1989-1939, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1951, p. 94.

28 Entretien Pitoëf, op. cit.

29 M.-L. Lentengre, op. cit., p. 298.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540