Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'éveil des Muses

 | 
François Moureau
, 
Madeleine Bertaud
, 
Catriona Seth

I. Figures

Se regarder passer. La dimension autobiographique et morale des Consolations de ma captivité de Jean-Antoine Roucher

Geneviève Haroche-Bouzinac

Texte intégral

  • 1 Le 7 thermidor an II, (25 juillet 1794) suspect, inculpé de modérantisme, le poète Jean-Antoine Rou (...)
  • 2 Une copie d’une partie du manuscrit permet d’apprécier la nature de ces modifications, (archives pr (...)

1Dans le paquet qu’Antoine Roucher confiait peu avant le 7 thermidor an II à un de ses compagnons de captivité se trouvait précieusement renfermé le contenu de son « porte-trésor » : des lettres reçues, récemment relues et classées en ordre de date, comme le poète le dit lui-même le 6 messidor. Sur l’enveloppe figurait une note manuscrite de la main de Roucher : Consolations de ma captivité. Entre le premier classement effectué par Roucher et la pré du manuscrit confié à l’éditeur, par la propre fille du poète, Eulalie et son époux, Guillois, une sélection fut effectuée et des coupures opérées en fonction de plusieurs critères1 : un souci de préserver certains aspects de l’intimité du poète et de sa famille et une préoccupation de lisibilité2.

  • 3 17 floréal, p. 488.

2Cette correspondance est écrite sur un fond d’urgence ; même si l’impression de terreur n’est pas dominante, elle est évoquée comme une sorte de marée qui de temps à autre vient submerger les âmes des prisonniers. « Une grande et vague inquiétude agitant toutes les âmes et troublant tous les visages. Je ne sais quelle sombre terreur sans objet déterminé a poursuivi le plus fort comme le plus faible »3.

3Mais cette impression est loin d’être majeure : Roucher s’installe dans la durée de la captivité, en refusant d’envisager un terme proche à sa détention, et parvient à s’isoler dans la lecture et les occupations intellectuelles. Ces lettres s’affirment comme une écriture de résistance, non pas de résistance politique, mais de résistance à l’adversité.

4L’unité de cette correspondance, unité des lieux (la prison), unité de la destination familiale et amicale, unité temporelle qui renferme, en l’espace de onze mois à peine, la dramaturgie épistolaire fait que les rubriques se distribuent de façon simple.

5Le commentaire des événements extérieurs à la prison n’occupe pas une place importante. Les prisonniers sont informés par la lecture de journaux, mais le risque de censure de la correspondance existe et limite le développement de cette rubrique. Roucher le déplore et utilise sa plainte pour s’innocenter :

  • 4 26 germinal, p. 460.

[…] la reconnaissance est défendue, la tendresse est proscrite comme inutile, et l’attachement ne peut se manifester que d’une manière vague, et dans l’espace de quelques mots. Ma dernière décadienne n’a pu obtenir le timbre du greffe auquel je l’avais présenté. Le concierge a été effrayé de ces huit pages mêlées de prose et de vers, qui sont bien loin de tout projet, de toute pensée de conspiration.4

6La vie quotidienne du poète, ses rapports avec ses compagnons de détention, le commentaire des entrevues accordées au prisonnier et à sa famille, tout ce qu’on peut appeler la sociabilité de la prison constitue la matière de fond de la lettre.

7La botanique, les échanges de conseils sur le traitement et la dessication des plantes constituent une dimension forte du lien entre Roucher et sa fille. C’est une occupation qui offre encore au poète les moyens de se concentrer tout en faisant diversion.

8Enfin, les conseils de lecture, les admonestations concernant la santé, la rédaction des lettres, la leçon morale forment la part éducative du commerce épistolaire.

  • 5 « Je crois qu’un jour tu seras bien aise d’avoir en main des mémoires authentiques du temps qui cou (...)

9Le projet de Roucher n’est pas de faire un récit de sa vie5, bien qu’il ait la nette conscience de voir se confondre en cet épisode son histoire individuelle et l’Histoire : la fonction des lettres est avant tout de permettre que s’établisse la continuité affective et éducative. Au-delà du maintien de cette continuité, lorsque Roucher commence à sentir l’issue inéluctable, il comprend l’urgence de laisser un testament familial. Ainsi la réflexion morale s’intensifie-t-elle dans les derniers temps de la captivité.

Un autoportrait apologétique

  • 6 Jean Starobinski, « Le style de l’autobiographie », Poétique, 3, Seuil, 1970.

10La correspondance peut être envisagée comme du matériau pour constituer d’éventuels mémoires, un moyen d’écrire, à mi-chemin entre la note prise sur le vif et la recomposition autobiographique. L’exemple du récit de la translation de Sainte-Pélagie à Saint-Lazare est intéressant à ce titre. Roucher considère ce transfert comme un tournant de sa détention. Ce qui frappe le lecteur d’aujourd’hui dans la lettre du 19 pluviôse, lettre de la « translation » adressée à Eulalie, est la distance temporelle qui s’installe entre le moment de l’action et le moment de l’énonciation. En effet, le récit est rédigé en plusieurs étapes, dont la dernière sept jours après le transfert ; le caractère travaillé de la composition est évident : l’emploi du présent du récit attire tout d’abord l’attention, il est apparenté au présent picaresque de l’autobiographie identifié par Jean Starobinski, par lequel le narrateur est heureux de narrer une histoire dont il est sorti indemne6.

11La dimension épique du voyage de Roucher et de ses compagnons est claire. S’y ajoute l’abondance des interjections. Le caractère pathétique des tableaux dépeints transforme la scène en une sorte de fresque que ne dédaignerait pas le pinceau de David. Cet épisode où Roucher et ses compagnons de détention vont traverser Paris à l’aube, debout dans des charrettes, sans esquisser un geste de rébellion, supportant même l’injure d’une passante, les transforme en martyrs. La tragédie n’est plus au théâtre :

  • 7 24 pluviôse, p. 432.

Nous allons au spectacle chercher le plaisir de la terreur et de la pitié souvent pour des faits supposés, et toujours pour des actions qui se sont passées loin de nous. L’époque des révolutions sociales est bien plus féconde et plus riche en événements faits pour intéresser les contemporains, surtout quand ils voient la liberté publique s’élever au milieu des ruines du malheur.7

12Non seulement Roucher a conscience d’écrire une page marquante, mais il en suggère lui-même le commentaire :

  • 8 19 pluviôse, p. 426.

Si jamais l’histoire se charge de tracer ce tableau, on aura peine à croire la vérité de ce récit, ou plutôt on dira : non ! ils ne méritaient pas, ces infortu, la qualification dont on les a flétris !8

  • 9 24 pluviôse, p. 432. Id.
  • 10 24 brumaire, p. 334.

13Roucher écrit aussi pour lui-même les menus événements de la vie carcérale, afin de constituer sa propre mémoire. Dans la lettre du 24 pluviôse, il confirme pour madame Lecoq cette dimension toute personnelle : « Peut-être aussi devais-je les fixer de peur que le temps n’en diminuât chez moi l’impression »9. En prenant une distance avec sa propre vie, Roucher ne se sert plus de la lettre pour informer Eulalie ou son épouse mais pour consigner un événement qu’il considère comme définitivement marquant, « éternellement présent ». D’illustres prisonniers ont composé leurs œuvres en prison. Voltaire n’y aurait-il pas écrit sa Henriade ? Roucher, au début de sa captivité, regarde son emprisonnement comme un épisode intéressant, qu’il transforme en thème d’inspiration poétique. Ainsi confie-t-il le souhait de témoigner pour autrui, mais aussi pour lui-même, de ce qu’il imagine déjà être un temps fort de sa propre vie : « Je ne suis pas fâché de marquer ma carrière littéraire par l’époque de mon emprisonnement »10. La lettre permet de mettre en scène une vie sur laquelle il n’a plus prise.

  • 11 19 pluviôse, p. 422.

14Comment penser qu’au moment où l’on accuse Danton de prévarication, Eulalie soit l’unique destinataire de ces lignes glissées dans la lettre et qui affirment la probité de l’épistolier : « Je ne suis pourtant qu’un pauvre républicain, ami de l’étude et grand ennemi du froid » (19 pluviôse)11.

  • 12 15 floréal, p. 481.

15Pour Madame Lecoq, il dépeint encore l’innocence de ses occupations : « Je me tiens tout bonnement à mes livres et à une correspondance de père de famille et d’ami »12.

  • 13 26 germinal, p. 458.

16Roucher prévoit ainsi que la lettre participe d’une certaine stratégie de défense ; elle entre dans une rhétorique judiciaire qui vise à l’innocenter aux yeux d’éventuels censeurs : « Il est dur de se voir emprisonné comme suspect et même anticivique, quand on a appelé de tous ses vœux et servi de toutes ses facultés la régénération de son pays par la liberté »13.

  • 14 G. Mathieu-Castellani, La scène judiciaire de l’autobiographie, Paris, PUF, 1996, p. 36.

17Un désir de transparence se fait jour exprimé par un détour par la troisième personne et une mise en scène théâtrale des affirmations qui appartient en propre à la scène judiciaire14. Si les juges pouvaient lire dans les cœurs, s’il lui était possible de se dévoiler en intention… Mais le tribunal auquel Roucher sait qu’il sera confronté n’a rien du symbolique jugement qu’appelait Jean-Jacques :

  • 15 17 floréal, p. 487.

Ils ne sauront jamais ceux qui vont nous juger, tout ce qu’il y a eu de sincérité de désir, de pureté d’intention pour l’établissement de la liberté, dans le cœur de celui qu’on a calomnié du titre odieux d’homme incivique. Je ne me crois pas une vertu supérieure à toutes les vertus, mais j’oserais bien défier d’en produire une seule qui me laissât loin des citoyens les plus intègres. Mon malheur est peut-être, d’avoir marché droit dans le chemin tracé par la loi, sans regarder aux autres, ni à moi-même surtout.15

  • 16 9 germinal, p. 452.

18La contrainte engendrée par la présence des censeurs est ainsi dépassée, utilisée. À celle-ci s’ajoute un désir de témoigner, d’atteindre en intention ceux qui jouissent encore de leur liberté. Le plaidoyer contenu dans la lettre du 9 germinal est à ce titre exemplaire : « J’aurais maudit cent fois cette rigueur si je n’eusse pensé à l’utilité générale de la patrie, à la conservation de l’assemblée nationale, au salut même des prisons que menaçaient les grands coupables dont on a fait justice »16.

  • 17 Olivier Blanc, La Dernière lettre, prisons et condamnés à mort de la Révolution, Paris, Laffont 198 (...)

19Cette dimension apologétique de la lettre vise à atteindre au premier chef les censeurs, elle inscrit en outre la lettre dans une dimension testamentaire. De même que les lettres des condamnés à mort de la Terreur réunies par Olivier Blanc exprimaient le désir de laisser une image de soi dont la posté n’aurait pas à rougir17, de même Roucher affirme son intégrité pour ses proches.

20Le discours épistolaire de Roucher acquiert donc une seconde dimension autobiographique dans le judiciaire, mais plutôt que de se plier au rituel ordinaire de l’apologie épistolaire, qui fond en une même personne juge et destinataire, il se sert de la lettre, à court terme comme d’une courroie de transmission entre lui-même et d’éventuels regards extérieurs et à plus long terme comme d’un testament d’honneur civique.

Se regarder passer

21Si la lettre est une tentative d’ordonner, à partir de l’autorité de papier qui lui reste, le récit de sa propre vie dans l’histoire, Roucher cherche aussi à se continuer en s’adressant à celle qui devient sa destinataire d’élection, sa propre fille.

  • 18 28 prairial, p. 526.

22C’est en partie par le biais de l’autoportrait que Roucher organise la perspective éducative. Il confie à plusieurs reprises à Eulalie sa chance d’avoir un guide tel que lui. C’est donc par le moyen de l’exemple, du miroir que les lettres adressées à Eulalie font parfois un bref détour par l’autoportrait. Si la lettre s’attarde à le représenter parfois emmitouflé, à sa table, devant la fenêtre par laquelle il reçoit le jour, caché de ses « co-chambristes » par un paravent de papier, dans un confort ironiquement présenté comme sybaritique, son portrait est surtout un modèle moral. Mais il s’agit d’un auto-portrait en miettes, livré par bribes à Eulalie : « Oui, tu peux le dire sans orgueil, tu as déjà la bonté. Si elle te manquait, tu ne ressemblerais ni à ta maman ni à ton père »18.

  • 19 6 messidor, p. 534.
  • 20 26 floréal, p. 496.

23La lettre devient donc un « miroir » moral, elle offre l’espace « d’une éducation de l’exemple, la première de toutes les éducations »19, dans une dimension plus souvent parénétique que descriptive. Afin de tempérer l’austérité de sa mission, l’épistolier se désigne à la troisième personne : « ce malheureux papa », « M. le professeur de Belles-lettres »20.

  • 21 17 floréal p. 488.
  • 22 4 messidor, p. 532.

24Il s’agit de se hisser à la hauteur de cet exemple « d’inaltérabilité »21 qu’il se propose à lui-même autant qu’à ses correspondantes. Au début de sa captivité, c’est son « âme debout » qu’il veut dévoiler. Dans les lettres à madame Lecoq, qui s’informe de ses dispositions intérieures se lisent des confidences sur ses états d’âme. Roucher dresse le bilan de sa constance : « Vous voulez savoir, ma bonne amie, quelle est la situation de mon âme après neuf mois de captivité. Eh ! toujours à peu près la même, sans espérance et sans désespoir. »22 Il faut maintenir tendu l’arc du malheur afin de ne pas user les ressorts de l’âme :

  • 23 15 floréal, p. 481.

Moitié nature et moitié philosophie, je suis ici, comme ailleurs, calme, paisible, étranger au chagrin, aux réflexions tristes, excepté quelques instants où j’ai senti la privation de la jouissance des beaux jours renaissants, et où, comme l’oiseau mis en cage, j’ai regardé, au-delà de ma clôture, ces champs et ces jardins dont je ne jouis pas. 23

  • 24 5 nivôse, p. 366.
  • 25 14 nivôse, p. 375.
  • 26 « Les dangers dont chacun se croit menacé ont beau pousser vers l’égoïsme et rassembler toute notre (...)

25À la fois pour lui-même et sa destinataire, il formule le secret de l’observation de soi : « Si l’on veut se mirer dans l’eau, il ne faut pas qu’elle soit agitée »24. C’est pourquoi Roucher tente par tous les moyens de fermer la porte à l’espérance, qui provoque des remous ; mais cette morale austère « n’est pas pour tout le monde ». Le prisonnier fait appel à toutes les ressources de la philosophie la plus stoïque : « Je sais bien raidir mon âme contre toutes les injustices des hommes, et peut-être qu’alors je ne suis pas très loin de cette inaltérable tranquillité que les stoïciens demandaient à leurs sages »25 ; toutefois il est difficile de trouver une assise entre la nécessité de se renfermer en soi-même et le souci de rester sensible au malheur dont il est entouré 26.

  • 27 « […] prodesse, non laedere ; consulere moribus hominum, non officere » Erasmi Libri, livre XXXI, l (...)

26Une des métaphores préférées des moralistes, celle de la navigation, revient sous sa plume, avec ses nuances, celles des orages, des « îles de naufrage », celles qui marquent la nécessité de gouverner l’embarcation « à coups de cabestan » : « Nous ressemblons à de malheureux naufragés, qui, après la tempête, jetés ça et là par les flots sur une plage, se cherchent, s’embrassent, et se racontent les divers accidents dont ils ont été le jouet »27.

  • 28 19 floréal, p. 491.

27Roucher a conscience d’être, en prison, comme dans un observatoire de l’âme humaine. La conduite des autres prisonniers parfois veules et pusilla ne le réconcilie pas avec le genre humain. Étrange tranche d’humanité en effet que celle de tous ces prisonniers rassemblés au hasard des accidents de la Révolution. Cependant, le poète, s’il se fait parfois moraliste, observe sans condamner, fidèle en cela à l’esprit qui préside à la peinture des Caractères28. De nombreux énoncés généraux apparaissent dans les récits, de l’aphorisme qui vise à encourager ses destinataires à la maxime érigée en principe de vie :

  • 29 2 nivôse, p. 356.

28Tantôt, c’est un constat général duquel découle un impératif qui exclut les lamentations : « La véritable douleur souffre et se tait. Taisons-nous, ma bonne amie » 29.

  • 30 16 brumaire, p. 324.

29Tantôt c’est une maxime qui commente une anecdote pour découvrir l’harmonie des relations sociales : « L’amitié appelle l’amitié ; c’est un concert enchanteur quand chacun y fait bien sa partie » 30.

  • 31 7 brumaire, p. 352.

30Parfois, comme Diderot le rappelait, la maxime morale s’apparente à un aphorisme médical : « Il faut, autant qu’il est possible, en tous lieux, mais surtout en prison, ne s’endormir que sur de douces pensées »31.

  • 32 15 pluviôse, p. 419.

31Il arrive encore que le détour par la première personne du pluriel cache un désir du repli. Lorsque plus aucun secours ne peut être trouvé à l’extérieur de soi mais que le véritable isolement est impossible, se protéger de la promiscuité est nécessaire : « C’est en nous-mêmes que se trouve la véritable retraite »32.

32Certaines de ces maximes naissent de l’occasion et se présentent comme la leçon de l’adversité avec ce souci qui est le sien de tirer profit de tout afin d’approfondir son expérience. L’une d’entre elles, sans doute la préférée du poète, puisqu’il la nomme « ma maxime chérie » paraît plus ancienne. Lorsque Roucher la formule pour la première fois, il semble qu’elle soit déjà connue d’Eulalie, on peut supposer que le poète aimait à en parsemer ses discours.

  • 33 30 pluviose, p. 436.
  • 34 23 nivôse, p. 382.
  • 35 30 pluviose, p. 437.

33Cette maxime, « se regarder passer », et sa variante « se saisir au passage »33 est un des centres de gravité de la correspondance et de l’éducation que Roucher entend donner à Eulalie ; elle devient une véritable devise, et complète la dimension de l’autoportrait par un mouvement auto-biographique. La clause qui conditionne le « Se regarder passer » est double, elle implique non seulement de s’observer pour se comprendre et s’améliorer à travers ses actes, mais aussi se reconnaître en autrui. La première occurrence de la « maxime chérie » se situe dans la lettre du 12 frimaire sous la forme d’un conseil : « Toujours en attendant, regarde-toi passer, c’est le plus sûr moyen de réformer son allure dans ses défauts. » Puis le 23 nivôse : « Je t’ai dit souvent que c’était en se regardant passer, qu’on se faisait meilleur, soit parce qu’on corrige des imperfections qu’on surprend en soi, soit parce qu’on se raffermit dans le bien dont on a à se louer. Pour se voir tout entier, il faut se prendre sur le fait »34. Cette faculté d’auto-observation procure un bénéfice, on atteint « ce calme délicieux qui se complaît dans la revue qu’il fait de tous ses mouvements »35.

  • 36 18 floréal, p. 489.
  • 37 19 nivôse, p. 369.

34Mais « se regarder passer » n’équivaut pas à se refermer en soi, le poète retrouve l’écho de son esprit et de ses gestes dans d’autres esprits : « Je me voyais passer dans Staal » commente-t-il après une lecture des Mémoires36. Ainsi la maxime sert-elle à reconnaître les affinités qui le lient, avant la lettre, avec les happy few, l’élite du cœur. Ne fait-il pas tout le nécessaire pour que sa fille appartienne à ce cercle choisi ? Lorsqu’il s’imagine recueillant les bienfaits de son éducation, il prévoit : « J’aurais grand plaisir à me regarder passer embelli, sans doute par la sensibilité de ma Minette »37.

  • 38 30 pluviose, p. 406.

35Malgré la prison, le poète connaît le bonheur dont Eulalie lui a demandé la définition : « Le bonheur, lui dit-il, est une jouissance intime de nous-même ». La correspondance offre « la faculté de rendre compte » de ces jouissances et leur donne « une plus grande intensité de saveur »38.

  • 39 30 germinal, p. 464.

36Ce n’est pas l’analyse ou le récit d’un passé revécu sur le mode élégiaque, qui procure à l’épistolier la jouissance de soi, c’est le présent d’un moi en devenir, en cours d’accomplissement. À cette dimension s’adjoint celle, plus rare dans cette correspondance mais suffisamment originale et étonnante pour être notée, d’une autobiographie en forme de narration imaginaire. Il s’agit du récit d’une promenade d’herborisation à Montfort, un rêve éveillé en quelque sorte. Le père et la fille seraient partis ramasser des plantes. Ce récit fait suite à l’évocation d’une relecture de « L’été » de Thomson où sont peints avec une « mélancolie philosophique » « les délices de la promenade » : « Deux ou trois jours d’absence nous auraient suffi. Et puis je t’aurais montré les lieux […] qui font de la Falaise une Arcadie en France »39. Avec la complicité de la destinataire la lettre devient le lieu d’un vagabondage rêvé, dont les échos ne sont pas sans évoquer les songes de la quatrième lettre à M. de Malesherbes, où Rousseau voudrait pouvoir pousser d’un coup d’épaule le château de Malesherbes vers celui du maréchal de Luxembourg. Ici, le conditionnel exprime la possibilité de cette vie heureuse, qui n’a pas été vécue, mais qui aurait pu l’être idéalement, la vraie vie au fond, celle des rêves, en place de la vie vraie, celle de la captivité.

  • 40 1er nivôse, p. 354.
  • 41 15 germinal, p. 456.

37Mais les lettres sont également « quelques gouttes de baume au sommeil »40 C’est la correspondance qui permet que s’établisse un semblant de bonheur : « j’oublie mes peines quand je t’écris »41.

  • 42 8 floréal, p. 473.

38Derrière le portrait exemplaire, que Roucher souhaite léguer à Eulalie et à Émile se profile parfois l’image d’un autre Roucher, plus humain et plus fragile, qui accepte ses faiblesses et avoue que ses larmes sont de plus en plus difficilement contenues : « Je ne pleure pas mais je sens toujours les pleurs voisins de mes yeux »42. Il lui faut abandonner l’armure d’un courage trop raide :

  • 43 18 floréal, p. 490.

Je n’étais plus le disciple du stoïcisme de Sénèque appliqué chaque jour à me munir de cette morale forte et vigoureuse, si nécessaire dans les temps calamiteux, je me suis trouvé faible et me suis même plu à cette faiblesse.43

  • 44 30 germinal, p. 464.

39L’arrivée du printemps provoque un affaiblissement chez le prisonnier, comme il arrive fréquemment aux sujets atteints par la mélancolie. Les beaux jours ramènent une espérance qui fait souffrir et des aveux : « Tu ne connais pas tous les élans de mon âme vers la liberté depuis le rajeunissement de la nature »44.

40La lettre du 13 messidor, une des dernières du recueil montre que sa philosophie « n’est pas imperturbable » et décrit une scène de larmes, qui apporte le calme :

  • 45 13 messidor, p. 541.

Je m’assis à mon bureau n’ayant pas la force de me coucher, craignant même la longueur et l’influence de la nuit. Quelques instants après, mes yeux secs jusque là, s’humectèrent bientôt. Les larmes sortirent et ce fut enfin avec une telle abondance, que jamais, non jamais dans le cours de mes cinquante années, je n’en ai autant répandues. C’était sans doute toutes les larmes amassées sur mon cœur depuis ma captivité.45

41Malgré les larmes versées, ou grâce à la douceur des larmes, Roucher trouve une forme d’apaisement dans les fers et cet état lui est doublement utile ; à court terme, il lui permet de refaire les forces nécessaires à affronter l’adversité ; à plus long terme, il constitue la preuve de la vérité du message essentiel qu’il souhaite transmettre à Émile, celui de la possibilité du bonheur :

  • 46 10 pluviôse, p. 412.

Il faut qu’il voie que les méchants n’ont pas le pouvoir de rendre malheureux l’homme de bien et que nous dépendons de nous-mêmes bien plus que d’autrui.46

Notes

1 Le 7 thermidor an II, (25 juillet 1794) suspect, inculpé de modérantisme, le poète Jean-Antoine Roucher est exécuté. Trois années plus tard est publié un recueil de sa correspondance intitulé Consolations de ma captivité, Paris, Agasse, An VI, 1797. Ce recueil contient les lettres du poète adressées principalement à sa fille Eulalie, à sa femme, à une amie madame Lecoq et à plusieurs membres d’une famille proche de l’épistolier, la famille Guyot-Desherbiers. Nous citons le texte dans la dernière édition en respectant la date du calendrier révolutionnaire. Paris, Didot, 1878.

2 Une copie d’une partie du manuscrit permet d’apprécier la nature de ces modifications, (archives privées).

3 17 floréal, p. 488.

4 26 germinal, p. 460.

5 « Je crois qu’un jour tu seras bien aise d’avoir en main des mémoires authentiques du temps qui court » (25 pluviôse).

6 Jean Starobinski, « Le style de l’autobiographie », Poétique, 3, Seuil, 1970.

7 24 pluviôse, p. 432.

8 19 pluviôse, p. 426.

9 24 pluviôse, p. 432. Id.

10 24 brumaire, p. 334.

11 19 pluviôse, p. 422.

12 15 floréal, p. 481.

13 26 germinal, p. 458.

14 G. Mathieu-Castellani, La scène judiciaire de l’autobiographie, Paris, PUF, 1996, p. 36.

15 17 floréal, p. 487.

16 9 germinal, p. 452.

17 Olivier Blanc, La Dernière lettre, prisons et condamnés à mort de la Révolution, Paris, Laffont 1984.

18 28 prairial, p. 526.

19 6 messidor, p. 534.

20 26 floréal, p. 496.

21 17 floréal p. 488.

22 4 messidor, p. 532.

23 15 floréal, p. 481.

24 5 nivôse, p. 366.

25 14 nivôse, p. 375.

26 « Les dangers dont chacun se croit menacé ont beau pousser vers l’égoïsme et rassembler toute notre sensibilité sur nous-mêmes, je ne partage pas cette honte du cœur humain », 30 floréal, p. 498.

27 « […] prodesse, non laedere ; consulere moribus hominum, non officere » Erasmi Libri, livre XXXI, lettre 42, Londres, 1642, Cité en épigraphe par La Bruyère (Les Caractères).

28 19 floréal, p. 491.

29 2 nivôse, p. 356.

30 16 brumaire, p. 324.

31 7 brumaire, p. 352.

32 15 pluviôse, p. 419.

33 30 pluviose, p. 436.

34 23 nivôse, p. 382.

35 30 pluviose, p. 437.

36 18 floréal, p. 489.

37 19 nivôse, p. 369.

38 30 pluviose, p. 406.

39 30 germinal, p. 464.

40 1er nivôse, p. 354.

41 15 germinal, p. 456.

42 8 floréal, p. 473.

43 18 floréal, p. 490.

44 30 germinal, p. 464.

45 13 messidor, p. 541.

46 10 pluviôse, p. 412.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540