Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'éveil des Muses

 | 
François Moureau
, 
Madeleine Bertaud
, 
Catriona Seth

I. Figures

« Les Rêveries d’un jeune Suisse » premier recueil autographe de Philippe-Sirice Bridel (1777-1778)

Jean-Daniel Candaux

Texte intégral

  • 1 Virgile Rossel, Histoire de la littérature romande des origines à nos jours, Neuchâtel, F. Zahn, 19 (...)
  • 2 Daniel Maggetti, L’Invention de la littérature romande 1830-1910, Lausanne, Payot, 1995, p. 20.

1Tous les historiens en conviennent : dans la littérature suisse d’expression francaise, le « doyen Bridel » occupe une place focale. Après avoir salué en lui « l’une des gloires les plus pures de la Suisse romande », Virgile Rossel résume au début du xxe siècle la vision des générations précédentes en déclarant : « Bridel est bien, comme écrivain, l’un des plus romands de nos auteurs, peut-être le seul qui le soit si exclusivement »1. Nonante ans plus tard, la perspective a changé et l’historiographie évolué, mais Bridel reste incontournable et Daniel Maggetti constate que ses Étrennes helvétiennes et patriotiques « sont l’une des principales manifestations nationales de récupération et d’appropriation du mythe suisse »2.

  • 3 L. Vulliemin, Le Doyen Bridel, essai biographique, Lausanne, Georges Bridel, 1855, 340 p.
  • 4 G. de Reynold, Le Doyen Bridel (1757-1845) et les origines de la littérature suisse romande, Lausan (...)

2Les débuts du jeune pasteur-poète en revanche sont restés enveloppés d’un certain mystère. Les deux principaux biographes de Bridel en effet, le Vaudois Louis Vulliemin3 et le Fribourgeois Gonzague de Reynold4 fournissent des renseignements et citent des textes qui ne concordent pas.

  • 5 L. Vulliemin, op. cit., p. 5-20.
  • 6 Que la Société d’histoire de la Suisse romande publia en effet dans la collection de ses « Mémoires (...)
  • 7 Décédé à l’âge de 80 ans en 1883, après avoir exercé son ministère durant trois décen dans la paroi (...)

3Pour parler de Bridel, Vulliemin se sert de documents de première main. Dans son Avant-propos, il relate la visite qu’il fit, avec quelques autres membres de la jeune Société d’histoire de la Suisse romande, au fameux doyen de Montreux vers 18405 : le « vénérable vieillard », après avoir évoqué les origines de sa famille et les souvenirs de sa propre jeunesse, prit Vulliemin à part, l’entraîna dans sa bibliothèque, lui montra les ouvrages imprimés et manuscrits qu’il destinait à la Société d’histoire, notamment le dictionnaire « de notre patois »6 auquel il voulait travailler jusqu’à sa mort, puis : « Voici enfin, dit-il, un cahier que je vous prie d’emporter : c’est mon autobiographie. J’ai retracé les principaux événements de ma vie dans ce peu de pages : ce sont de simples notes ; vous en ferez ce que vous jugerez bon ». Vulliemin comprit le sens de ce geste. Après le décès de Bridel, il fut secondé dans sa tâche de biographe par le pasteur genevois François Théremin7 et par son épouse, Emma Laget, petite-fille de Bridel, qui lui confia « la correspondance et les manuscrits de son aïeul ». C’est ainsi que Vulliemin put faire paraître en 1855 un ouvrage de près de 350 pages sur le doyen Bridel.

  • 8 Voir L. Vulliemin, op. cit., p. 26.

4Dans son premier chapitre, consacré à « Bridel étudiant », Vuillemin mentionne et suit volontiers un « journal » que Bridel avait tenu dans sa jeunesse, intitulé « Les Rêveries d’un jeune Suisse » avec cette épigraphe « Meo sum pauper in aere /Ma pauvreté m’appartient »8. De ce riche recueil, le biographe cite de longs passages en prose ainsi que de nombreuses pièces de vers, plus d’une quinzaine au total.

  • 9 Voir G. de Reynold, op. cit., p. L-LII.
  • 10 Voir ibid., p. XLII.
  • 11 Ce petit volume porte aujourd’hui à la Bibliothèque publique et universitaire de Genève la cote : M (...)

5Un demi-siècle plus tard, lorsque Gonzague de Reynold entreprit de rassembler les matériaux de sa thèse sur Bridel et l’histoire littéraire de la Suisse au xviiie siècle, il eut accès aux Archives de la famille Bridel à Lausanne : il y trouva d’abord une quarantaine de lettres et deux ou trois petits manuscrits9, mais non pas celui des « Rêveries d’un jeune Suisse ». Il découvrit en revanche à la Bibliothèque de Genève un cahier de la main de Bridel daté de 1777, intitulé « Mes Passetems » et portant cette épigraphe « Meo sum pauper in aere »10. Ce manuscrit n’avait pas encore de cote, bien qu’il fît partie d’un « don Théremin » entré à la Bibliothèque en 1883 au décès de Francois Théremin11.

  • 12 Voir G. de Reynold, op. cit., p. 38.

6Reynold compulsa « Mes Passetems » et « l’examen du contenu, dit-il, me permit de reconnaître le journal de jeunesse, mélange de prose et de vers, dont parle Vulliemin ». Il dut avouer pourtant que cette identification soulevait quelques difficultés. En effet, l’épigraphe était bien la même, mais non point le titre. Vulliemin citait des extraits, tant en prose qu’en vers, qui ne figuraient pas dans le manuscrit de Genève. Quant aux passages publiés par Vulliemin et dont le texte se retrouvait dans « Mes Passetems », ils présentaient d’importantes variantes, jusqu’à des phrases entières corrigées et transformées. Dès lors, estimait Reynold, « une de ces deux conclusions s’impose : ou Bridel a effectivement remanié, corrigé, complété son journal ; ou Vulliemin s’est permis de le remettre au point et d’en faire quelque peu la toilette »12.

7Le problème ainsi posé, Reynold consacre à son examen cinq fortes pages au terme desquelles il renonce pourtant à privilégier l’une des branches de l’alternative : certes, écrit-il, il semble bien que le manuscrit des « Passetems » ait été revu, remanié, voire complété par Bridel lui-même ; mais cela n’interdit pas de penser que Vulliemin de son côté ait fort bien pu, ici comme ailleurs, corriger d’abord les textes, puis « les juxtaposer à sa fantaisie ».

  • 13 Voir ibid, p. LI.

8Un nouvel avatar vint compliquer les choses. Au moment où s’achevait l’impression des quelque 600 pages du monument qu’il élevait à Bridel, Reynold reçut en communication de la famille Bridel un manuscrit soudainement retrouvé. Au premier feuillet, le titre avait été découpé, mais la date de 1779 subsistait, ainsi que l’épigraphe : « Meo sum pauper in aere ». À côté de comptes et de notes diverses, le cahier contenait 38 pièces de vers, parfois « ébauchées ou inachevées ». Tout ce que put faire Reynold fut de consacrer à ce manuscrit une notice d’une quinzaine de lignes, au n° 149 de la Bibliographie générale des œuvres de Bridel annexée à sa thèse13. Ce manuscrit, mutilé de son titre, n’aurait-il pas pu être celui des « Rêveries d’un jeune Suisse » ? Reynold se borna à poser la question.

9En fait, aucun des deux manuscrits de Bridel que Reynold avait eus en mains, ni celui de la Bibliothèque de Genève ni celui de la famille Bridel, n’était identique au journal de jeunesse que Vulliemin avait utilisé. On peut l’affirmer désormais sans crainte de se tromper, puisque l’on sait aujourd’hui que « Les Rêveries d’un jeune Suisse » font partie de la collection de manuscrits de la Société d’histoire et d’archéologie de Genève.

  • 14 Inventaire sommaire des manuscrits appartenant à la Société d’histoire et d’archéologie de Genève o (...)

10Ce n’est là qu’une demi-découverte. Voilà plus de 80 ans en effet qu’a paru l’Inventaire sommaire des manuscrits de cette collection14 où « Les Rêveries d’un jeune Suisse » sont dûment répertoriées aux numéros 382 et 383. Mais elles y figurent dans l’anonymat et c’est ce qui explique sans doute que l’ouvrage ait échappé si longtemps à l’attention des historiens.

  • 15 Voir Édouard Favre, Mémorial des cinquante premières années de la Société d’histoire et d’archéolog (...)
  • 16 Voir G. de Reynold, op. cit., p. 37, note 2.

11L’origine de ce manuscrit n’est pas difficile à établir. La Société d’histoire et d’archéologie reçut en effet de l’hoirie Théremin, dans le courant de l’automne 1883, 1300 livres imprimés et autant de brochures composant la bibliothèque d’histoire suisse du doyen Bridel15. Il est évident que les deux petits volumes des « Rêveries » figuraient dans cet important lot et que Reynold aurait fini par les dénicher s’il n’avait pas admis et conclu trop vite qu’en dehors du manuscrit légué à la Bibliothèque de Genève, le reste de la bibliothèque de Bridel, avait été « vendu, dispersé, brûlé »16.

  • 17 Les dimensions du cartonnage sont de 167 sur 105 mm. pour le t. I et de 182 sur 112 mm. pour le t. (...)

12Il vaut la peine d’examiner d’un peu près ce recueil enfin retrouvé. Première constatation : « Les Rêveries d’un jeune Suisse » sont composées de deux tomes, marqués au dos I et II, mais chacun d’eux constituait à l’origine un recueil autonome. Les dimensions des deux volumes ne sont pas les mêmes17, leur cartonnage non plus, qui est rose pour le tome I, grenat pour le tome II. Ni la pagination ni la numérotation des pièces ne se suivent d’un volume à l’autre. Les mentions « Tome premier » et « Tome second » sur les pages de titre ont été manifestement ajoutées après coup. Enfin et surtout, le titre du tome II a été corrigé pour s’accorder à celui du tome I, les mots « Rêveries d’un Suisse » étant écrits au-dessus et en surcharge d’un autre titre fortement raturé où l’on devine tout au plus le mot de « propos ».

13Au demeurant, cette fusion de deux recueils aux titres différents sous un seul et même intitulé paraît assez justifiée. Le premier carnet compte 118 numéros, le second 116. Chacun des deux carnets est composé semblablement d’une alternance de morceaux en prose, en général non datés, et de pièces de vers, qui, elles, portent pour la plupart une date précise, au mois, voire au jour près. On constate ainsi que chronologiquement, les deux carnets se font suite. Le premier contient des poèmes des années 1775-1777 et s’achève sur un texte en prose du 31 décembre 1777. Les pièces du second tome s’échelonnent du 1er janvier 1778 au mois de décembre de la même année, avec quelques rares poèmes des années 1776 et 1777.

  • 18 À l’exception pourtant d’une trentaine de pièces conservées aujourd’hui à la Bibliothèque cantonale (...)
  • 19 Dans le t. I, 3 f. ont été supprimés entre les p. 100 et 101 ainsi qu’un f. entre les p. 182 et 183 (...)
  • 20 Au t. I, la moitié supérieure des p. 183-184 est découpée. Dans le t. II, manquent entièrement les (...)

14Le relevé de ces dates permet d’affirmer que le recueil des « Rêveries » ne constitue nullement un manuscrit du premier jet : les textes qu’il renferme y sont, à l’évidence, recopiés pour la plupart sur des brouillons antérieurs, aujourd’hui disparus18. Cette mise au net ne s’est d’ailleurs pas faite sans hésitations. Un examen attentif des deux carnets permet en effet d’y découvrir en plusieurs endroits19 les souches de feuillets qui ont été arrachés ou plutôt découpés à coups de ciseaux avant que l’auteur ne numérote les pages du volume. D’autres feuillets au contraire ont été supprimés ou partiellement découpés après la pagination de chacun des deux carnets20. Il peut paraître hasardeux d’attribuer également ces suppressions-là à l’auteur, quand on sait à quelles déprédations peut se livrer la postérité. L’hypothèse néanmoins est confortée par le fait que le recueil des « Rêveries » contient d’innombrables corrections d’auteur témoignant d’un important travail ultérieur de relecture. La main du jeune Bridel, à l’époque, n’était point encore stabilisée et les très nombreuses ratures du recueil, qui sont pour la plupart d’une, voire de plu graphies légèrement différentes de l’écriture de base, montrent que le poète s’est relu et s’est corrigé à plus d’une reprise.

  • 21 G. de Reynold, op. cit., p. 43.

15Il existe d’ailleurs d’autres preuves de l’acharnement que Bridel mettait à se corriger. Dans le carnet de 1777, on constate que la plupart des pièces formant le premier tiers du recueil portent en tête la mention « copié », leur numéro ayant été biffé et remplacé par un autre. Il n’est pas difficile de découvrir que ces nouveaux numéros correspondent exactement à ceux du recueil de la Bibliothèque de Genève intitulé « Mes Passetems ». Reynold, sans avoir vu, il est vrai, tous les manuscrits, avait supposé que les « Rêveries d’un jeune Suisse » étaient une version corrigée de « Mes Passetems »21. Il appert au contraire que « Mes Passetems » sont une mise au net partielle des « Rêveries d’un jeune Suisse » et que ce nouveau recueil quasiment calligraphié, presque toujours exempt de ratures, constitue en somme la mise au net d’une mise au net.

  • 22 Poésies helvétiennes, par Mr B *****, Lausanne, Mourer, 1782, XVI-247 p. + 1 p. d’Errata.
  • 23 Cet exemplaire d’auteur, qui ne dépasse pas la p. 202, porte la cote : B 17bis dans la section « Su (...)

16Plusieurs pièces des « Rêveries d’un jeune Suisse » figurent en outre dans le recueil des Poésies helvétiennes que Bridel sans y mettre son nom publia en 178222. Les lecons du texte imprimé diffèrent souvent de celles du manuscrit de Genève. Ultime étape enfin de ce « gradus ad Parnassum », on trouve dans la bibliothèque de la Société d’histoire et d’archéologie de Genève un exemplaire incomplet des Poésies helvétiennes, comportant d’importants ajouts ainsi que de nombreuses corrections manuscrites23.

  • 24 Louis-Auguste Curtat (voir op. cit., p. 28, note 1).

17Sur la base de cet ensemble de textes ainsi retrouvés, il vaudrait sans doute la peine de rouvrir le dossier des débuts de Bridel poète. Sans vouloir entrer dans une analyse qui dépasserait le cadre de la présente note, qu’il suffise de souligner ici à quel point les débuts de Bridel s’insèrent dans un milieu social. Le futur doyen est d’abord un poète galant qui « flirte » avec les demoiselles de son entourage, dont plusieurs sont désignées par leurs initiales ou même leur nom entier, et qui se livre avec elles à tous les badinages et jeux de société à la mode, les bouts rimés par exemple. Parallèlement, Bridel adresse d’autres poèmes ou des essais en prose à un petit nombre d’amis également nommés : Secretan, le cher confident de son « spleen » (et son futur beau-frère), Favre et Henchoz, ses correspondants fidèles, Curchod, Martin et Curtat, tous bons Vaudois assurément, mais dont un seul est identifié par Reynold24. C’est au sein de ce groupe de condisciples que vont s’affirmer peu à peu la fascination de Bridel pour la nature alpestre, son exaltation de la solitude et son amour de la patrie helvétique, qui marqueront ensuite si fortement sa production et lui conféreront sa vraie originalité.

Annexes

Annexe

Nous donnons ici la table des pièces manuscrites contenues dans chacun des deux tomes des « Rêveries d’un jeune Suisse », conservés à la Société d’histoire et d’archéologie de Genève (Mss 382-383).

Les rêveries d'un jeune suisse
1777
Tome Premier

1. On fait des extraits des livres que l’on lit…
2 p. – non daté – « Mes passetems », n° 1.

2. J’ai toujours eu une espece de Passion pour la retraite, la solitude et les montagnes…
1 p. 1/2 – non daté – « Mes passetems », n° 2.

3. Coteau charmant, endroit calme et tranquille,
Combien je te prefere à l’ennuieuse ville
Elle eblouit les yeux, ici tout plait au cœur…
56 vers et quelques lignes de prose – 1775 – « Mes passetems », n° 3 : « juillet 1775 ».

4. Il y a une espece d’homme qui parle mal des Femmes, que je ne peux souffrir…
1 p. – non daté – « Mes passetems », n° 4.

5. Pour connaitre le vrai Suisse, ne le cherchons pas dans nos petites villes… 2 p. – non daté – « Mes passetems » n° 8.

6. Le Suisse peut etre grossier et meme Bete…
5 lignes – non daté – « Mes passetems », n° 5.

7. Epitre a mon ami Secretan
Dis moi beau monsieur de la ville
Permettras-tu qu’un villageois tranquille
Humble habitant des rives du Bouaron25

98 vers – février 1777 – « Mes passetems », n° 6 : « Epitre a mon ami Secretan pendant que j’avois le splen ».

8. Quelle affreuse maladie qu’une existence penible, une vie insupportable et le souvenir de plaisirs…
1 p. – non daté – « Mes passetems », n° 7.

9. A Mlle N : qui m’avait demandé des vers
Vous voudriés de mes vers, adorable Nanette
Vous m’imposés helas un bien pesant fardeau…

47 vers – 1776 – « Mes passetems », n° 12.

10. A la meme, ne l’aiant pas trouvée
Un jour j’étais allé dans l’Ile de Cythere
Et des amours je voulais voir la mere…

26 vers – 1776 – « Mes passetems », n° 18 : « Vers pour Mll N : N : que je ne trouvai pas etant allé chés elle ».

11. Quand on entre dans une grande assemblée on doit se dire…
1 p. – sans date – « Mes passetems », n° 10.

12. Il suffit d’avoir fait une fois 4 bons vers…
2 lignes – non daté – « Mes passetems », n° 9.

13. A Mlle P : l’ainée
Plus que mon cœur mon imagination
A jusques apresent été mon Apollon :
C’est elle qui dicta des vers pour des bergeres…

52 vers – 1776 – « Mes passetems », n° 25.

14. Les erreurs des hommes contribuent beaucop plus à leur bien etre qu’on ne le croit…
1 p. 1/2 – non daté – « Mes passetems », n° 11.

15. Pourquoi cheris-je les montagnes ? pourquoi mon plus grand desir est-il d’habiter au milieu des alpes ?…
3 p. – non daté – « Mes passetems », n° 13.

16. On connait trop peu les tragedies de Seneque…
2 p. 1/2 – non daté – « Mes passetems », n° 14.

17. La coqueterie de la nature consiste à savoir qu’on est belle et celle de l’art à vouloir l’etre davantage…
7 lignes – non daté – « Mes passetems », n° 15.

18. Prima quae vitam dedit Hora carpsit. Seneque le tragiq : Voici comme je le rendrais en vers…
1/2 p. – non daté – « Mes passetems », n° 16.

19. Le beau sexe doit commander
Oui c’est là ma maxime
On a beau me le contester
Ce droit est legitime.

Quatrain et 1 p. en prose – non daté – « Mes passetems », n° 17.

20. Je compare la vie à une vallée remplie de fleurs et fruits de toute espece…
1 p. – non daté – « Mes passetems », n° 19.

21. L’esperance est aux hommes comme le baton est aux voyageurs.
Non daté – « Mes passetems », n° 20.

22. Plus je m’examine, moins je me concois…
1 p. – non daté – « Mes passetems », n° 21.

23. La raison sert de frein à l’homme, mais les passions en sont l’eperon.
Non daté – « Mes passetems », n° 23.

24. Heureux celui qui a un caractere doux et tranquille…
1/2 p. – non daté – « Mes passetems », n° 22.

25. Je voudrais oser dire que l’amitié est un mal…
2 p. – non daté – « Mes passetems », n° 24.

26. La piece suivante est imitée de l’anglais…
1/2 p. – non daté – « Mes passetems », n° 29.

27. Imitation d’une Elegie ecrite sur un cimetiere
de campagne en Angleterre
Le jour s’enfuit et les cloches funebres
< Nous > Annoncant son declin ramenent les tenebres…

30 strophes numérotées de 8 vers chacune, – 1776 – « Mes passetems, n ° 29 : « Elegie ».

28. Caractere de Caton
Hi mores haec duri immota Catonis [etc.]
Ce tableau de Caton est un des beaux morceaux de Lucain…
2 p. 1/2 – non daté – « Mes passetems », n° 27.

29. Le sentiment s’altere ordinairement dans les paroles…
2 p. 1/2 – non daté – « Mes passetems », n° 28.

30. On aime la vertu sans etre vertueux, cela a deja eté remarqué depuis plusieurs siecles…
1 p. 1/2 – non daté – « Mes passetems », n ° 26.

31. Ulrich et Etzely, anecdote des Alpes.
A l’extremité orientale du Valais, entre les bords du Rhone et les sommets de la Fourche…
3 p. – non daté

32. Il y a une grande difference entre les genies vifs et bouillants…
2 p. – non daté – « Mes passetems », n° 30.

33. De tous les instruments propres aux bergers des Alpes, il n’y en a point de plus touchant et dont ils se servent mieux que le Haut-bois…
1 p. – non daté – « Mes passetems », n ° 31.

34. Traduction de l’anglais et imitation de Mr Parnell.
La Santé. Eclogue.
Deja le doux printemps rajeunissait le monde
Les bergers imprimaient la trace trop profonde…

110 vers – non daté – « Mes passetems », n° 33 : « Imitation d’une eclogue anglaise de mr Parnel. La santé. ».

35. [Numéro sauté]

36. J’avais longtems reflechi sur les differentes manieres dont les hommes envisagent les choses…
10 p. 1/2 – non daté – « Mes passetems », n° 34 : « Les lunettes ».

37. Si l’amitié ne semait quelques fleurs
Sur le passage de la vie,
Si leurs vives couleurs
Ne tempérait le noir de la mélancolie…

23 vers – 1777 – « a mlle Demiere ».

38. Le Docteur Swift trouve beaucoup de ressemblance entre un homme et un manche à balai…
4 p. 1/2 – 1776.

39. Epitre a mon ami partant pour un long voiage
Tu vas donc quitter nos campagnes
Perdre de vue nos montagnes
Et laisser ces heureux climats…

12 vers – 1777 – « Reponse de Secr. 63 ».

40. Je mets une fort grande difference entre l’Epicureisme raisonnable et l’Epicureisme de la raison…
2 p. – non daté – « Mes passetems », n° 32.

41. J’ai eu la manie de faire des vers latins…
1 p. – non daté.

42. Plantarum cupidus spontem conscendere avebat
Hallerus…
28 vers latins – 1776.

43. Si la verité est au fond d’un puis, rien n’en approche plus…
2 p. – non daté – « dans une lettre à Favre ».

44. Epitre a moi meme le 20 9bre 1775 jour ou j’avais 18 ans
Sors aujourd’hui de lethargie
O muse toujours engourdie…

110 vers – 1775.

45. On me croirait Epicurien, eh bien, si l’on veut…
1 p. 1/2 – non daté.

46. Je ne vois rien de plus fou que de faire des vers pour de jolies femmes…
1 p. – non daté – « dans une lettre à Favre ».

47. Pour deux sœurs dont l’une mariée
Il est deux sœurs dans l’île de Cithere
Qu’amour lui meme a pris soin de former…

44 vers – 1777.

48. bouts rimés
Eussiés vous resolu comme Sené ou manne
De fuir tout ce qui pourrait vous porter à l’amour…

8 vers – 1776.

49. autres
Sur l’ecorce jamais ne jugés de la rave :
Les dehors sont trompeurs, trop charmante Manon…

8 vers – 1776.

50. autres pr mettre sous le portrait d’un homme
tenant en main un bilboquet
A le voir dans ses mains tenant un bilboquetOn le croirait enfant…

4 vers – 1776.

51. En faisant la revue de mes mauvais vers, j’en ai mis en lumiere c’est à dire au feu grand nombre…
1/2 p. – non daté.

52. Stances sur un cimetierre
La gloire de la terre est réduite en poussière
Semblable à cette fleur si belle le matin…

16 vers – 1775.

53. Sur l’autonne
Deja de l’autonne
On sent les vapeurs…

7 strophes de 8 vers chacune – la version corrigée (n° 56) date la première rédaction de 1776 – « Impromptu apres un jeu ou il m’etait deffendu de me marier et ordonné de faire des vers ».

54. Morceau d’une mauvaise piece pour une fete
Une ame sensible et pure
L’esprit, la bonté, la candeur,
Sont les Presents de la nature…

24 vers – 1776.

55. Le repos, la tranquillité, une paresse Philosophique contribuent à faire passer…
1 p. – non daté – « dans une lettre à Henchoz ».

56. Epitre sur l’automne
Deja de l’autonne
On sent les rigueurs…

154 vers – « 1776 corrigé en 1777 ».

57. Les murmures
Absorbé dans mes reveries
Je m’eloignai lentement du hameau
Et je parvins au sommet du coteau.

168 vers – 1777 – « Mes passetems, n° 35 : « Dans le tems que le spleen me tourmentait je fis cette elegie à St Cergue au pied des masures du vieux chateau. 1776. Xbre ».

58. Le soir avant que de tomber ds cette affreuse melancolie j’avais esquissé ces vers :

Les roses du bel age
Bientôt vont s’effacer,
Ainsi sur leur passage
Sachons les ramasser…

2 strophes de 8 vers chacune – 1776.

59. Commencement d’un orage
Au lointain cependant s’amassaient des nuages…

4 vers – non daté.

60. Traduction de ce distique de [Horace]
2 vers latins et 4 vers francais – non daté.

61. Pour moi pauvre abbé de campagne
Je fais des chateaux en Espagne
Je vis dans mon petit reduit…

12 vers – non daté – « envoié à Favre, à Henchoz et Curchod ».

62. Si j’étais orgueilleux, je voudrais etre stoicien
1 1/2 p. – non daté.

63. Vers que mon ami Secretan m’a envoié

Dans l’ocean de la vie
Il est ami lens chemins…

9 vers – non daté.

64. Epitre à Themire
Les roses du bel age
Bientot vont se ternir,
Il faut sur leur passage
Themire les cueillir…

15 strophes de 4 vers – 1777 – « Mlle Palard l’ainée ».

65. Le tumulte des passions, le trouble des sens detruit…
1 p. – non daté.

66. Pour la Fete de Mlle Clerm [onde] Henri
Quelle est cette beauté qui paraît sur nos rives
Et vient habiter nos hameaux…

66 vers – non daté.

67. Ma plume tremblante
S’arrete de peur
Ma main languissante…

12 vers – 1777 – « dans une lettre à Favre ».

68. Tout me deplait, rien ne m’amuse,
Je me brouille avec Apollon,
Je vais congedier ma muse…

16 vers – non daté – « ibid. ».

69. Mon imagination montant le vaisseau poussé par le vent du caprice…
4 p. 1/2 – non daté – « dans une lettre à Henchoz ».

70. J’aime à trouver dans ma Glicere
Traits et visages de Cypris
Coup d’œil charmant, taille legere…

40 vers – septembre 1777 – « pour mlle C : Palard la cad. ».

71. Ce vers d’Horace peut tres bien s’appliquer…
4 lignes – non daté.

72. Il y a plus de rapport qu’on ne croit entre les planettes Venus et Mercure…
8 lignes – non daté.

73. Je concois apresent comment on peut aimer une femme qui n’a pour elle ni le prestige de la Beauté…
1 p. – non daté.

74. O mes amis, mettez toujours mes lettres dans votre gousset…
9 lignes – non daté.

75. Les Loix au lieu d’etre des surfaces sont des cubes…
7 lignes – non daté.

76. Le Roiaume de Dieu ou le paradis est un coffre…
1 p. 1/2 – non daté.

77. Rien ne se rapproche autant que les extremes…
6 lignes – non daté.

78. Incertains de la continuation de notre existence…
1 p. 1/2 – non daté.

79. Ce mot de Petrone Usu plebeio trista voluptas est vrai…
1/2 p. – non daté.

80. Horace décrit bien (Sat : liv : II sat : III v : 246 et 247) ce que font les Philosophes…
2 p. – non daté.

81. Sur les dames de Moudon
Sur les bords qu’arrose la Broie
Dans ces vieux murs qu’elle bat de ses flots
A Moudon l’on trouve avec joie
Du bon vieux tems moeurs et propos…

76 vers – 1777.

82. Les longs sermons quelques bons qu’ils soient produisent…
1 p. – non daté.

83. Notre vie n’est qu’une partie de jeu de l’oie
1 p. – non daté.

84. D’un assés sale bourg le vieux Baillif disait
Au pasteur du prochain village
Qui par hasard ses devoirs lui rendait…

35 vers et 1 p. de prose – 1776.

85. Sisteme ou Roman sur la coetaneité des ames.

Avertissement et six chapitres, 22 p. – non daté.

86. Un chien qui se leche au soleil…
5 lignes – non daté.

87. Par des couplets à nos bergeres
Et de petites chansons
Sans soins, sans souci passons
Ces jours dont les traces legeres…

12 vers – non daté.

88. La mort est un passage d’un mauvais coté de notre existence…
8 lignes – non daté.

89. Le code de Cithere
L’amour brule mon coeur, il consume mon ame
Il a sur moi décoché tous ses traits…

24 strophes de 4 vers – 1777 – « une partie envoiée à Curchod ».

90. Que le joug habituel de la passion est pesant…
2 p. 1/2 – non daté.

91. Montagnes de ma patrie, que ne puis-je habiter dans votre sein…
3 p. – non daté.

92. Gratum opus agricolis dit Virgile…
1 p. – non daté.

93. Qu’une pierre blanche contre le sommet de ma fosse…
1 p. – non daté.

94. Comme le tems vole rapidement, comme les années s’echappent…
1 p. 1/2 – non daté.

95. Amour de la patrie, que ton charme est attraiant…
1 p. 1/2 – non daté – « pièce à mettre en vers ».

96. Dans la vie il faut, ma Glicere
Eloigner tous les contretems…

9 vers – 1778.

97. Chanson sur l’air connu de « Dans ces desertes campagnes »
Pres de ma simple chaumiere
Assis sous cet epais bouleau…

68 vers – non daté – Poésies helvétiennes, p. 174-177 : « Le Vieillard Suisse. Romance. ».

98. L’etude de physionomie des changemens que produisent…
1 p. – non daté.

99. Si jamais j’etais poete passable, je mettrais en vers…
1 p. – non daté.

100. J’ai toujours une excuse dans mes changements d’inclination…
1 p. – non daté.

101. Epitre à mon ami Henchoz qui m’avait donné de bons conseils
Des bors eloignés du Bouaron
Cher ami, moitié de mon etre,
Souffrés que ma muse champetre
Avec mon coeur à l’unisson…

72 vers – octobre 1777 – cf. n° 109.

102. Voions avec nos yeux et ne nous servons ni du prisme…
1/2 p. – non daté.

103. Je crois pour mon conte [= compte] que ma supreme felicité…
1 p. 1/2 – non daté.

104. Epitre pour la fete d’un de mes eleves
Des alpes blanchies
L’hiver de retour…

60 vers – 1775.

105. Connaitre la difference entre le bon et le mauvais vin…
1/2 p. – non daté.

106. Reçois cette Epitre
D’un fidele ami
Qui à plus d’un titre…

16 vers – 1777 – « à Martin ».

107. Mon Epitaphe en 1775 lorsque j’avais la galle…
8 lignes.

108. La Jambe de bois de Gessner en vers francais

Sur ces rocs elevés d’où les eaux jaillissantes
Du torrent de Ranti tombent dans le vallon…

250 vers numérotés par dix dans la marge – 1775.

109. Fragment d’une epitre commencée
Cher ami, moitié de mon etre,
Des bords du tranquille Bouaron,
Permet que ma muse champetre
Avec mon coeur a l’unisson…

66 vers – 1777.

110. Heureux qui sur un tombeau creusé par le tems et non par la debauche…
7 lignes – non daté.

111. Heureux qui tous les jours au lever de l’aurore peut demander à l’etre supreme…
9 lignes – non daté.

112. Nos ancetres mettaient beaucoup en fond…
1 p. – non daté.

113. Rendre la vertu aimable voilà, voilà le grand but…
1 p. 1/2 – non daté.

114. Impromptu ecrit sur des billets
Il n’est rien de tel pour le menage
Qu’un bon tendron
Qui depuis l’instant du mariage…

10 vers – non daté.

115. Le meme iour sur mon billet ou l’on m’avait taxé…
10 lignes – non daté.

116. Nous ne pouvons resister au vol impetueux du tems…
2 p. 1/2 – non daté.

117. On se rejouit au nouvel an…
1 p. 1/2 – « Ce 31 décembre 1777 à 9 heures du soir ».

118. Pauvres mortels vous qui loin des rivages…
Quatrain – non daté.

Rêveries d'un suisse
1778
Tome second

1. Quoique Hervey soit au dessous de Yung…
2 p. – non daté.

2. Un homme sensible croiant de pouvoir etre utile…
1 p. – 1er janvier 1778.

3. De toutes les heresies, celles que j’admettrais le plus vite c’est le pelagianisme…
2 p. – non daté.

4. Comme un rien arrete l’effet de l’attention…
1/2 p. – non daté.

5. Il y a des gens qui disent lorsque quelque malheur arrive…
1 p. 1/2 – non daté.

6. Accorder la nature avec la religion ou plutôt demontrer…
6 lignes – non daté.

7. S’il y a des contradictions dans mes receuils…
1 p. 1/2 – non daté.

8. Si le manicheisme était un sisteme soutenable…
2 p. – non daté.

9. Epitre a ma soeur
De ma muse, voici l’usage
J’ai commencé par chanter la beauté
Je finirai par l’amitié…

72 vers avec « envoi » de 10 vers – 20 janvier 1778.

10. Entre tous les caracteres, celui qu’on n’a pas naturellement et qu’on veut affecter…

1 p. 1/2 – non daté.

[11, 12, 13. Sur un feuillet supprimé]

14. Dans tout ce qui m’environne, je ne vois que les ouvrages d’un Dieu bon…
2 p. 1/2 – non daté.

15. Que les motifs qui dirigent les hommes dans leurs actions sont differens…
2 p. 1/2 – non daté.

16. Ah s’il est vrai que la religion n’est qu’une chi[me]re…
1 p. 1/2 – non daté.

17. Combien la Phisique eleve l’homme, combien il est grand quand il decompose la nature…
2 p. – non daté.

18. Qu’il est agreable, assis sous un arbre au bord d’un ruisseau ou sur un eminence, de quitter son Virgile…
3 p. 1/2 – non daté.

19. Les Romans font du mal j’en conviens, mais à moi il y en a qui m’ont fait du bien…
2 p. 1/2 suivies d’un feuillet supprimé – non daté.

20. Vers à une petite demoiselle dont je devais etre l’epoux par Badinage
Dans la chaine qui nous lie
Je ne vois que du bonheur,
Epouse jeune et jolie…

32 vers – 1778.

21. On pourrait faire une bien belle piece sur Ps : CXI. v. 10…
1/2 p. – non daté.

22. Quelle plus douce occupation que de penser à la bonté du pere de la nature…
1 p. 1/2 – non daté.

23. Vous dites des médisances, il est vrai agreables…
5 p. – non daté.

24. Rien ne me choque autant dans la societé que cette pretendue préeminence dont les hommes se targuent sur les femmes…
3 p. 1/2 – non daté.

25. Traduction d’un morceau de Claudien
Heureux qui vit content dans son petit domaine,
Libre de prejugé, d’interet et de gene…

30 vers – 1777.

26. L’homme est autant fait pour se decider que…
1/2 p. – non daté.

27. Je ne suis jamais mieux pour le corps et pour l’ame que quand le Thermometre…
3 p. – non daté.

28. Rien ne me choque autant qu’une femme qui ecrit à un homme la premiere…
1 p. 1/2 – non daté.

29. Acrostiche pour un ami, par consequent folie poetique
Surpris de mon dessein je me disais tout bas :
Une epitre à Philis c’est etre temeraire…

14 vers dont les initiales forment le nom de Susette Reymond et 5 lignes de prose – 1776.

30. Les cœurs tendres sont ordinairement des cœurs bannaux…
3 p. – non daté.

31. Epitre a ma pipe
O toi qui dans ma solitude
Embellis toujours mes momens…

100 vers – 1778.

32. Que l’amour est singulier, il fait naître…
1/2 p. – non daté.

33. Voici un nouvel impot…
2 p. biffées et remplacées par le n ° 42 – non daté.

34. Une bibliotheque doit joindre l’agreable à l’utile…
2 p. 1/2 – non daté.

35. Entre les travaux de genie
Et les grelots de la folie
Heureux qui partageant son tems…

66 vers (mais avec un feuillet supprimé) – 1778.

36. Je connais le caractere d’une Personne singulierement inconstante…
2 p. – non daté.

37. A Mlle Penserot pour le jour de sa naissance
Le jour de la naissance
Silvie est un beau jour
Puisqu’avec lui s’avance…

72 vers – 6 mars 1778.

38. Les uns etudient l’insectologie comme S…, les autres la botanique tels que…

7 p. (soit 3 p. biffées et 4 p. supprimées) remplacées par le n° 48 – non daté.

[39. ] je me disais rimeur
Pourquoi vouloir belle Themire
M’engager à trahir mon cœur…

38 vers (le haut du feuillet arraché) – 1778.

40. Pourquoi nous arretons nous à contempler un arbre deraciné par le tems…
3 p. 1/2 – non daté.

41. Epitre a mon ami Fornerod qui partait pour la Pologne
Loin des vallons de l’Helvetie
Et des monts de votre patrie
Vous allez donc vous < ecarter > en aller…

80 vers – 1778.

42. Je pense a un nouvel impot auquel assurément on n’a pas encore songé, il regardera les coeffures de nos dames…
4 p. 1/2 – non daté.

43. a Mr Alibert chirurg. major
Loin des vallons de l’Helvetie
Et des chams de votre patrie
Sans craindre de nous < affliger > desoler
Vous allez donc vous < ecarter > en aller…

52 vers – mai 1778.

44. Vers que j’ai mis en bas du silhouette de Mlle P.
En me voiant baiser le profil de Silvie
L’amour me cria que fais-tu ?…

Quatrain – non daté.

45. Que vous etes un charmant moraliste !…
3 p. – non daté.

46. Rien n’est plus utile selon moi aux gens a lettre qu’un messager…
1 p. – non daté.

47. [Vers envoiés à Mlle ]
Faudrait-il pour vous conduire
Sur les rives du Bouaron
Exactement vous decrire…

12 strophes de 4 vers – non daté.

48. Essay sur les enseignes publiques
Les uns etudient l’insectologie comme St :, les autres la botanique comme D :…
12 p. 1/2 – non daté.

49. Bouts rimés donnés [par]
Ce jour sera pour moi le plus beau jour…
8 vers – non daté.

50. Dans ce moment mon etroite cellule est changée…
1 p. 1/2 – non daté.

51. Promettre et tenir sont deux pour moi et pour bien d’autres…
5 p. – non daté.

52. Quel sermon on pourrait faire sur la vie de l’homme champetre…
2 p. – non daté.

53. La Lignere
Suivant de douces reveries
Sans < inquietude > embaras et sans chagrin
J’errais a travers nos prairies :
Le jour etait sur son declin…

106 vers – mai 1778.

[54, 55. Sur trois feuillets supprimés]

56. J’etais allé voir un pasteur respectable chargé d’années et d’infirmité…
3 p. 1/2 – non daté.

57. Ami sois sensible
A mon heureux sort
La mer est paisible…
138 vers – 1778.

58. Je connais un homme qui fait consister son esprit à bien manger…
1 p. 1/2 – non daté.

59. Mortel né pour souffrir, vois sans crainte l’orage
Brave sans murmurer la tempete et le vent
Au souffle du malheur oppose ton courage…
32 vers – non daté.

60. Un cercle renfermant un point qui ne serait pas au centre…
5 lignes – non daté.

61. Compliment a messieurs les Etudians quand je fus presenté pour etre consul

Mrs. Me presenter pour avoir l’honneur d’etre votre consul sans posseder les talens et la capacité…
5 p. – non daté.

62. Votre ami Damon se marie […] Quelle femme prend-il ?…
1 p. – non daté.

63. Probleme affiché sur un arbre d’une promenade que frequentaient des dames

Jeunes beautés qui sur ces rives
Cherchés l’ombrage et la fraicheur…

32 vers – non daté.

64. Graces te soient rendues, o Dieu conservateur…
3 p. 1/2 – 9 juillet 1778.

65. Maudit est celui qui fait egarer un aveugle de son chemin, voila la sentence des Philosophes modernes…
2 p. – non daté.

66. L’idée meme de me servir de ce passage m’a eté fournie par un de ces Philosophes modernes…
1 p. – non daté.

67. La triste humanité gemissait sous le poids de ses chaines…
2 p. 1/2 – non daté.

68. Jeu de la cabale ou on tire des cartes et on regarde les vers qui y correspondent

Pique
as Vous voudriés bien charmante demoiselle
Que je vous dis que Lindor vous cherit
Il n’en est rien…

52 quatrains – non daté.

69. Epitre a mon cousin l’ainé
On dit que tu es amoureux
Que les graces de ta Themire
Son air touchant et ses beaux yeux
Ont causé ton tendre delire…

108 vers et 5 lignes de prose – non daté.

70. Fragment
Quand aux doux sons de l’harmonie
Se joignent esprit et beauté…

16 vers – non daté.

71. Dans une lettre a C : : : t le cadet
Mais voici bien un a propos
Nous avons eu la comedie
Ah il faut ma foi que je rie…

72 vers – non daté.

72. Il y a peu de morceau sacré qui convienne autant…
3 p. – non daté.

73. Vers envoiés a Mlle Aubert l’ainée qui m’avait donné un cœur et une couronne de fleurs
Je le garde avec soin Themire
Ce cœur que vous m’avez donné
A mes yeux il vaut un empire…

80 vers – non daté.

74. Les anglois sont en guerre declarée contre les francais…
4 p. – 11 août [1778].

75. Une femme veut-elle eteindre le flambeau d’un amour…
1 p. 1/2 et 4 feuillets supprimés – non daté.

76. Si l’on avait voulu mettre une epigraphe sacrée sur l’ossuaire de Morat…
1 p. – non daté.

77. Mes inconsequences
Douce et paisible indifference
Je < cours > vole embrasser tes autels ;
Là mon oisive insouciance…

140 vers – « Moudon ce 28 juillet 1778 » – Poésies helvétiennes, p. 19-24 : « Les Inconséquences de ma jeunesse ».

78. On peut finir un sermon d’une maniere bien frappante…
4 p. – non daté.

79. Tout est sombre et noir chez moi – J’arrive de Crassier ou j’ai eté plus souvent avec un criminel desesperé qu’avec mes parens…
3 p. et un feuillet supprimé – « le 4 7bre » [4 septembre 1778].

[80.] Je priais un soir bien sincerement l’etre tout bon de finir mon exil…
1 p. 1/2 (incomplet du début ?) – non daté.

81. Rien ne m’enchante davantage que la reconnaissance envers l’etre supreme et ou est-elle mieux conservée que chés le laboureur…
3 p. – non daté.

82. Vers sur le retablissement de Mlle Penserot
Tu renais, nos larmes tarissent
Tu renais, nos pleurs vont cesser…

78 vers – non daté.

83. Que ce mortel est fortuné qui en parlant de l’epouse…
7 lignes – non daté.

84. Songe
Songeant à vous l’autre soir ma Glicere
Je vous croiais un in-12 charmant
En maroquin relié proprement

8 vers – non daté – Poésies helvétiennes, p. 118-119.

85. Je suis bien a cet egard Madame du sentiment de Mr Shandi le pere et meme…
7 p. – non daté.

86. Quelle douce pensée que d’esperer d’être un jour tous reunis…
3 p. – non daté.

87. Dans nos discours avec quel air
2 p. 1/2 – non daté.

[88. ]

Pour votre fete Silvie
Ne craignés assurement
Ni maussade flatterie

16 strophes de 4 vers (le haut du feuillet arraché) – non daté.

89. Je voudrais qu’on ajoute plus souvent à la fin des sermons…
1 p. 1/2 – non daté.

90. Le malheureux que j’ai vu dans les prisons a fait une fin aussi chrétienne qu’on peut l’avoir faite sur un echaffaud…
4 p. 1/2 – non daté.

91. A Mlle Lise Cuenod sur son Retour
Dans les vallons de l’Helvetie
Une jeune rose croissait
Elle embellissait sa patrie…

82 vers – « 7bre » [septembre 1778].

92. Pardonne, o mon amie, pardonne si avant de te connaitre…
3 p. – non daté.

93. L’etre tout bon les benisse tous les deux…
1 p. – non daté.

94. Oserait on appliquer des lois phisiques et mathematiques a la verité…
1 p. 1/2 avec croquis - non daté.

95. < Mes desirs > Ma Philosophie ou l’Heureux destin
Sans peine il est vrai je sais prendre
Ce que le ciel veut m’accorder…

280 vers – non daté – Poésies helvétiennes, p. 34-41.

96. Envoi
Souris à ces vers tendre amie
Daigne du moins les parcourir…

8 vers – non daté.

97. Mais Monsieur dans ces vers que vous m’avés donné, vous me dites que vous m’aimés…
1 p. – non daté.

98. Il n’y a rien dans un Paisage qui varie autant les sensations du spectateur que les eaux…
2 p. 1/2 – non daté.

99. Imitation de la fin de l’hiver dans les Saisons de Thompson
Le sombre hiver < accourt > descend pour terminer l’année
A ses noires fureurs la terre abandonnée…

80 vers – non daté – Poésies helvétiennes, p. 11-14.

100. Il est surprenant qu’un poete un peu comme il faut n’ait pas addressé une ode aux manes de Guillaume Tell…
1 p. – non daté.

101. Epitaphe d’une chauve souris [etc.]
Ci git paisiblement la fille de Minée
Par mes soins dans sa cage elle etait fortunée…

6 vers et 1/2 p. de prose – non daté.

102. Fragment
Pardonne a ton amant, pardonne o mon amie
Si j’offris mon hommage a quelqu’autre qu’a toi…

40 vers – non daté – Poésies helvétiennes, p. 9-10 : « Justification ».

103. Impromptu

A Mlle Herm : Henri [etc.]
Des graces l’amour est jaloux
Sans cesse volant sur leurs traces…

8 vers – « 9bre » [novembre 1778].

104. Je pose en fait que les femmes ont plus d’esprit, plus de facultés intellectuelles, plus d’ame que les hommes…
3 p. – non daté.

105. Epitre a mon ami Favre
Pres de ce fortuné Rivage
Ou le Bouaron roule ses eaux…

140 vers – « 8bre » [octobre 1778].

106. Le plaisir porte un flambeau et des ailes…
1/2 p. – non daté.

107. A Mlle P. ma cousine
Pour vous chere cousine
Cueuillez de tems en tems
La rose du printems
Mais evitez l’epine…

23 vers – « X 1778 » [décembre 1778 ?].

108. A Mlle Cuenod de la Cité, qui voulait lire des vers [etc.]
Lorsqu’on joint comme vous les talens a l’esprit
Apprenés Glicere un mistere
On ne demande point des chosse qu’on peut faire…

26 vers – « Xbre 1778 » [décembre 1778].

109. Conseils a mon ami Penserot qui voulait faire des vers
Ami si tu veux qu’Apollon
A tes voeux favorable
T’accorde aujourd’hui le don…

36 vers – non daté.

110. Helas ! au milieu des plaisirs, dans le cercle des amusemens qui m’entoure une triste reflexion
2 p. – non daté.

111. Chanson [etc.] pour Mlle DelaCorb : qui renonçait a l’amour pour l’amitié

Cruel amour dont les rigueurs
Ont causé mon martire
Detestant jusqu’a tes faveurs
J’abjure ton empire…

12 strophes de 4 vers – « ce 2 9bre [novembre 1778] a Crassier » – Poésies helvétiennes – p. 191-193 : « Le Dépit. Romance. ».

112. Comme il n’est point de rose sans epine
Je n’ai pu voir les < aimables > charmantes cousines
Sans qu’au bonheur d’admirer leurs appas…

122 vers – « Xbre 1778 » [décembre 1778].

113. A Curtat en lui offrant un Leonard
O toi dont l’aimité sincere
Luit dans mon coeur si tendrement
Par le flambeau du sentiment…

10 vers – non daté – Poésies helvétiennes, p. 118 : « A un Ami en lui envoyant les Œuvres de Léonard ».

114. Ma vengeance
Silvie, Hortense, Eglé me furent infidelles
J’ai trop longtems souffert et pour me venger d’elles…

5 vers – non daté – Poésies helvétiennes, p. 120 : « Madrigal ».

115. Ne serais-je jamais las de faire des vers et de mauvais vers, je n’en sais rien…
1/2 p. – non daté.

116. C’est de l’illusion que nait notre bonheur Et nos plus doux momens sont nos momens d’erreur.

Non daté.

[117.] Toujours polisson
Un peu de raison
Je vous en conjure…

10 vers – non daté.

Notes

1 Virgile Rossel, Histoire de la littérature romande des origines à nos jours, Neuchâtel, F. Zahn, 1903, p. 519.

2 Daniel Maggetti, L’Invention de la littérature romande 1830-1910, Lausanne, Payot, 1995, p. 20.

3 L. Vulliemin, Le Doyen Bridel, essai biographique, Lausanne, Georges Bridel, 1855, 340 p.

4 G. de Reynold, Le Doyen Bridel (1757-1845) et les origines de la littérature suisse romande, Lausanne, Georges Bridel & Cie, 1909, 550-LVIII p. (« Histoire littéraire de la Suisse au xviiie siècle », I).

5 L. Vulliemin, op. cit., p. 5-20.

6 Que la Société d’histoire de la Suisse romande publia en effet dans la collection de ses « Mémoires et documents » (t. XXI : Glossaire du patois de la Suisse romande, par le Doyen BRIDEL, avec un appendice… le tout recueilli et annoté par L. Favrat, Lausanne, Georges Bridel, 1866, XIII-547 p.).

7 Décédé à l’âge de 80 ans en 1883, après avoir exercé son ministère durant trois décen dans la paroisse de Vandœuvres (voir Le Livre du Recteur de l’Académie de Genève (1559-1878), publié par Suzanne Stelling-Michaud, t. VI : Notices biographiques des étudiants. T-Z, Genève, Droz, 1980, p. 21-22).

8 Voir L. Vulliemin, op. cit., p. 26.

9 Voir G. de Reynold, op. cit., p. L-LII.

10 Voir ibid., p. XLII.

11 Ce petit volume porte aujourd’hui à la Bibliothèque publique et universitaire de Genève la cote : Ms Suppl. 689.

12 Voir G. de Reynold, op. cit., p. 38.

13 Voir ibid, p. LI.

14 Inventaire sommaire des manuscrits appartenant à la Société d’histoire et d’archéologie de Genève ou déposés dans sa bibliothèque, Genève, Jent impr., 1919, 28 p.

15 Voir Édouard Favre, Mémorial des cinquante premières années de la Société d’histoire et d’archéologie de Genève (1838-1888), Genève, J. Jullien, 1889, p. 225, séance du 8 novembre 1883.

16 Voir G. de Reynold, op. cit., p. 37, note 2.

17 Les dimensions du cartonnage sont de 167 sur 105 mm. pour le t. I et de 182 sur 112 mm. pour le t. II.

18 À l’exception pourtant d’une trentaine de pièces conservées aujourd’hui à la Bibliothèque cantonale et universitaire (BCU) de Lausanne (voir Inventaire des fonds manuscrits de la BCU, XX : Inventaire sommaire du Fonds Philippe-Sirice Bridel, par Anne-France Bregnard et Christine Mueller, p. 3-6). Parmi ces « membra disjecta » se trouve un cahier de 16 f. intitulé « Mes rêveries », contenant cinq poèmes datés des années 1777-1779, dont quatre ont été repris par l’auteur au début de ses Poésies helvétiennes.

19 Dans le t. I, 3 f. ont été supprimés entre les p. 100 et 101 ainsi qu’un f. entre les p. 182 et 183 ; dans le t. II, 2 f. ont été découpés de même entre les p. 177 et 180.

20 Au t. I, la moitié supérieure des p. 183-184 est découpée. Dans le t. II, manquent entièrement les p. 31-32, 75-78, 123-128 (num. 122-127), 179-180 (num. 178-179), 195-196 (num. 194-195) ; en outre, le haut des p. 216-217 a été découpé.

21 G. de Reynold, op. cit., p. 43.

22 Poésies helvétiennes, par Mr B *****, Lausanne, Mourer, 1782, XVI-247 p. + 1 p. d’Errata.

23 Cet exemplaire d’auteur, qui ne dépasse pas la p. 202, porte la cote : B 17bis dans la section « Suisse » de la bibliothèque de la Société d’histoire et d’archéologie.

24 Louis-Auguste Curtat (voir op. cit., p. 28, note 1).

25 Sur le Boiron, voir Charles Kraege et Gilbert Künzi, Rivières romandes, Yens sur Morges, Éditions Cabedita, 1999.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540