Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'éveil des Muses

 | 
François Moureau
, 
Madeleine Bertaud
, 
Catriona Seth

I. Figures

Le jeune Voltaire, un poète sous influence

Nicole Masson

Texte intégral

  • 1 Consulter à ce sujet : Alain Génetiot, Poétique du loisir mondain, de Voiture à La Fontaine, Paris, (...)

1Pièces badines, pièces diverses, pièces de circonstance, poésies fugitives : tous ces termes proches, mais rendant compte de diverses veines poétiques, nous renvoient à une abondante production de petits textes versifiés qui se répandent au xviiie siècle. Les « beaux esprits » du siècle précédent ont déjà largement ouvert la voie1. Mais à Paris comme en province, les auteurs, célèbres ou obscurs, bien nés ou plus modestes, rivalisent durant tout le siècle des Lumières dans cet exercice. L’Almanach des Muses le note dans « l’Avertissement » du premier tome (1765) : « Le nombre des personnes qui se mêlent de faire des vers s’est multiplié à l’infini ».

2Les poètes du xviiie siècle, pour la plupart, ont le sentiment d’appartenir à une époque raffinée, à un siècle où l’esprit de société est plus « poli », où les productions de l’esprit sont plus ingénieuses, plus judicieuses. Ce degré de civilisation, atteint grâce à l’épanouissement des arts sous Louis XIV, leur permet, du moins le pensent-ils, de parvenir à une adéquation parfaite entre l’expression et les thèmes traités. Leur démarche est cependant paradoxale : c’est en se conformant à un moule poétique, établi depuis l’Antiquité et encore enseigné dans les collèges, qu’ils entendent affirmer la prédominance et la supériorité de leur siècle. Ils entrent ainsi en rivalité avec leurs devanciers, en oubliant l’écart temporel.

  • 2 Pour connaître la centaine de poèmes dont il s’agit : Nicole Masson, Les Petits poèmes de jeunesse (...)

3Le grand poète du xviiie siècle, aux yeux des contemporains, c’est sans conteste Voltaire. Mais pour devenir un virtuose des « petits poèmes » bien tournés, il a fait ses premières armes poétiques en s’inspirant de modèles plus anciens. Relire ses premières productions jusque dans les années 1730-332, c’est finalement retrouver au fil des vers une sorte d’histoire de la poésie de circonstance, repérer quelques emprunts précis, mais surtout sentir des inspirations plus diffuses. Marquons quelques étapes à sa suite…

4Le premier modèle littéraire proposé dans les collèges est celui de l’Antiquité classique, et plus précisément le modèle latin. En matière de poésie fugitive, de grands noms comme Catulle, Virgile, Ovide et Horace, s’imposent. Ces auteurs antiques sont rendus plus largement accessibles par des traductions en français de leurs œuvres : au xviiie siècle, on ne compte pas moins de vingt-quatre éditions françaises des Œuvres complètes d’Horace, sans compter les éditions d’œuvres séparées. La publication en français est un moyen de rendre leurs œuvres actuelles et de permettre une compétition véritable avec eux, par-delà les obstacles du temps et de la langue.

  • 3 Voltaire, Correspondence and related documents, ed. Th. Besterman, Complete works of Voltaire 85-13 (...)

5Bien que Voltaire soit tout à fait imprégné de poésie latine, il est très sensible à la spécificité de chaque langue, à son « génie propre ». En cela, Voltaire est un « moderne », il défend la langue française et n’approuve pas l’usage encore répandu de versifier en latin, comme on apprend à le faire au collège. Dans une lettre de mars 17313, il écrit : « Je conseillerais plutôt à un homme qui aurait du goût et du talent pour la littérature, de les employer à faire des vers français. […] Plus on a fait provision des richesses de l’Antiquité, et plus on est dans l’obligation de les transporter en son pays. Ce n’est pas à ceux qui méprisent Virgile, mais à ceux qui le possèdent, d’écrire en français. » On voit là trois aspects très importants et complémentaires de l’attitude de Voltaire : fierté de sa culture solide, mise en valeur de la langue française, esprit d’émulation ; il se sent le devoir de rivaliser avec les auteurs anciens, de les égaler sur leur propre terrain, tout en se faisant le champion du français.

6Les nettes réminiscences d’auteurs anciens sont assez rares dans ses pièces fugitives ; leur influence est diffuse, mais on peut relever deux adaptations plus précises. On retrouve d’abord une sorte de clin d’œil de connivence adressé aux amateurs de poésie galante antique : Voltaire reprend de manière déguisée la topique de l’amant éconduit qui se plaint devant la porte close. Ce thème, hérité des Grecs et connu sous le nom de Paraclausithyron, a été traité avec brio par Horace (Odes III, 10), Catulle (poème 67) et Properce (I, 16). Dans l’Épître des Vous et des Tu, Voltaire a trouvé l’équivalent de la servante qui traditionnellement garde la porte close : c’est le suisse ! Et ainsi, lorsqu’une ancienne maîtresse, maintenant riche, ne veut pas le recevoir, il se plaint de

Ce large suisse à cheveux blancs
Qui ment sans cesse à votre porte.

7L’autre adaptation que nous avons pu relever est plus sérieuse. Il s’agit du chœur de la fin du second acte de La Troade de Sénèque. En effet, la fin de l’Épître à M. de La Faluère de Génonville sur une maladie s’en inspire très directement. Sénèque imagine l’existence de l’âme après la mort, possible mais peu probable selon lui, à travers une série de vers interrogatifs. Il évoque d’abord

Cette âme, dis-je, qu’on appelle
Un rayon céleste et divin

8et se demande :

  • 4 Si nous avons choisi de citer le texte de Sénèque dans une traduction de 1656 (traduction de M. Nic (...)

Est-ce une chose indubitable ? […]
Est-il vrai que l’âme des Morts,
Lorsqu’elle abandonne leur corps,
Subsiste après la sépulture ?4

9L’impression de faiblesse que Voltaire ressent alors qu’il est malade se traduit en termes très proches :

Est-ce là ce rayon de l’essence suprême
Qu’on nous peint si lumineux ?
Est-ce là cet esprit survivant à nous-mêmes ?

10Mais avançons au fil des siècles et découvrons les traces d’une autre influence, celle de Marot, particulièrement vive au xviie et au xviiie siècles, influence à laquelle Voltaire n’a pas échappé.

  • 5 Fénelon, Lettre à M. Dacier, 1714, tome VI p. 617 des Œuvres complètes, Paris, Leroux et Jouby, 185 (...)
  • 6 Duclos, Considérations sur les mœurs de ce siècle, s.l., 1751, p. 314-5.

11Fénelon défend déjà ainsi Marot : « dans [ses] ouvrages les plus enjoués et dans les plus sérieux, il y avait je ne sais quoi de court, de naïf, de hardi, de vif et de passionné »5. Et Duclos, dans ses Considérations sur les mœurs, fait l’éloge de cette fameuse « naïveté » : « la naïveté n’est que l’expression la plus simple et la plus naturelle d’une idée dont le fond peut être fin et délicat »6. Par cette remarque, Duclos répond par avance à une objection implicite : la « naïveté » ne peut-elle parfois confiner à la grossièreté, au manque de finesse et d’intelligence ?

  • 7 Œuvres complètes, éd. Moland, XXII, p. 254.
  • 8 Rémond de Saint-Mard, Réflexions sur la poésie, La Haye, C. de Rogissart, 1734, p. 286-7.

12Voltaire a été sensible aux deux facettes de la poésie de Marot, naïveté, certes, mais aussi manque de distinction. En règle générale, il a déploré cette mode qui fait rimer tout un chacun en vers marotiques. Il s’est surtout plaint de leur archaïsme, puisqu’il souhaite avant tout être de son temps. Dans les Conseils à un journaliste, il déclare ainsi de façon abrupte : « Marot parlait sa langue ; il faut que nous parlions la nôtre. »7 Cependant, dans ses poèmes de jeunesse, il cède lui-même au charme de ces vers faciles à imiter. En effet, le style marotique est pour ainsi dire codifié. Rémond de Saint-Mard, dans ses Réflexions sur la poésie, établit déjà la liste de ses procédés en 17348 : archaïsmes de langue, inversions fréquentes, « pas » ou « point » en début de vers, omission des articles, des pronoms ou des négations, décasyllabes comme vers de prédilection, strophes variées de 4 à 14 vers, goût pour les huitains ou dizains à 2 ou 3 rimes, grande importance accordée à la richesse des rimes.

13En ce qui concerne l’influence directe de Marot sur les vers de Voltaire, il faut mettre à part deux œuvres de jeunesse qui relèvent parfaitement du style marotique, ce sont Le Bourbier (1713) et La Bastille (1717). Ces deux satires un peu plus amples s’inscrivent vraiment dans la perspective de Marot. Dans les petites pièces, Voltaire, sans reprendre des formes archaïques comme le rondeau ou la ballade, garde parfois le ton et la langue de Marot. Ainsi dans l’Épître à M. le prince de Vendôme, Voltaire emploie presque tous les procédés déjà énumérés : archaïsmes (« chansonnière », « moi chétif »), « point » en anaphore (« Point de ces escadrons… », « Point de capitaine… »), omission d’article (« ce n’est pas petite affaire »). Il prévient son lecteur dès le premier vers : sa première intention est de composer « quelque huitain ». Le nom même de Marot est cité dans le poème.

14Ce type de pièce, vraiment marotique, est assez rare néanmoins chez Voltaire. De temps en temps, dans un ou deux vers d’une pièce, on peut sentir l’influence de ce style, comme dans la Réponse à M. Lefebvre, qui commence par l’omission d’un élément de négation (« N’attends de moi… ») ou l’Épître à M. le maréchal de Villars, où l’on retrouve l’expression « moi chétif ». Guère plus.

15Venons-en au poète le plus admiré du siècle précédent : La Fontaine. En raison de sa facilité, de son apparence nonchalante et négligée, La Fontaine est une sorte de référence obligée pour la poésie fugitive. Il a évidemment mis la fable à la mode, mais le jeune Arouet n’en compose qu’une, intitulée Le Loup moraliste. Le souvenir et le modèle de La Fontaine sont très présents. Les personnages mis en scène sont des animaux, des loups, plus précisément. L’un d’entre eux, le père, veut faire passer quelques préceptes moraux dans l’esprit de son fils, en particulier qu’il ne faut pas tuer de moutons ! Ce n’est pas sans rappeler le loup végétarien, « rempli d’humanité » que La Fontaine présente dans la fable Le Loup et les bergers . Le dialogue est assez vif. L’humour, le sens de la chute, sont aussi hérités de La Fontaine. Mais on sent déjà la patte de Voltaire : la morale de l’histoire, très pratique, est la méfiance et elle se double d’une attaque directe contre la religion.

16Le domaine où l’influence de La Fontaine sur Voltaire est la plus nette, c’est celui du rythme et de la mesure. La Fontaine mêle les vers de longueurs différentes, selon une conception très souple de la charpente rythmique. Voltaire préfère pour les « petits poèmes » les formes libres comme l’épigramme, le madrigal ou l’épître, et s’astreint très rarement aux formes fixes comme le sonnet. Il n’hésite pas à combiner les rythmes pairs et impairs. Il prend à la Fontaine son goût pour la digression et mêle le sérieux au léger.

17Quelques réminiscences, bien que discrètes, nous apportent la preuve de cette influence. Ainsi, dans la Nuit blanche de Sully, Voltaire reprend l’idée galante qu’un jardin est « honoré par les pas » de la femme, image qui figurait dans la fable des Deux pigeons . Dans l’Épître des Vous et des Tu, il emploie au participe passé le verbe rare et ancien « tistre » qu’on trouvait déjà dans le conte de La Fontaine intitulé Joconde. Dans cette même épître, la variante la plus crue est une sorte d’adaptation de deux vers du conte intitulé Le Berceau. On y lisait :

Le corps mieux fait, la taille plus gentille ;
Et des tétons ! Je ne te dis pas tout.

18vers qui deviennent chez Voltaire :

Un cœur tendre, un esprit volage ;
Un cul (j’y pense encore, Philis).

19Cet exemple montre bien que la principale dette de Voltaire à l’égard de La Fontaine est dans les schémas rythmiques, dans la souplesse et la variété du vers.

20Voici venir les plus proches devanciers, contemporains de Voltaire, mais bien connus et estimés à l’orée du xviiie siècle : Chaulieu et Jean-Baptiste Rousseau.

21Bien que la mort de Chaulieu survienne très tôt dans la vie de Voltaire (il a vingt-six ans), l’influence de l’abbé sur le jeune Arouet est considérable : c’est lui qui se charge de son initiation, aussi bien à la vie mondaine qu’à la vie littéraire, notamment dans le petit cercle de la Société du Temple. Chaulieu est pour Voltaire un homme du siècle précédent. Il figure d’ailleurs en bonne place dans le « Catalogue des écrivains français » du Siècle de Louis XIV. On sent dans la notice l’admiration réelle d’un disciple : « Chaulieu : connu par ses poésies négligées, et par les beautés hardies et voluptueuses qui s’y trouvent. La plupart respirent la liberté, le plaisir, et une philosophie au-dessus des préjugés ; tel était son caractère. » Dans le Temple du Goût, Chaulieu est un des favoris du dieu du Goût, à cause de « sa vive imagination », de ses « beautés sans correction » mais qui « respirent la passion ». Mais surtout, Chaulieu « ne se piqu[e] de rien ». La désinvolture de l’abbé est, aux yeux de Voltaire, un des charmes de son caractère comme de sa poésie.

22En fait, Voltaire confie à Chaulieu un rôle d’initiateur et de censeur : il soumet à son examen toute sa production poétique. Chaulieu lègue ainsi à Voltaire une partie de l’héritage des précieux. Le choix même de sujets très ténus, l’obligation de multiplier les pointes ingénieuses, de s’adresser à des dames, contraint le poète à des « mignardises » directement issues de la préciosité. On peut même opérer quelques rapprochements avec Voiture, à l’égard duquel, pourtant, Voltaire se montre souvent critique. Ainsi on sent une parenté entre les Stances sur sa maîtresse rencontrée en habit de garçon et l’Impromptu à Mlle de Charolais en habit de cordelier ; ou encore entre les Stances sur une dame dont la Jupe fut retroussée en versant dans un carrosse, à la campagne et l’Épître à Mme de Gondrin, tombée à l’eau. Voltaire s’inspire des situations, volontiers scabreuses, qu’affectionne une certaine préciosité.

23Par l’intermédiaire de Chaulieu, s’esquisse donc une filiation galante, des précieux à Voltaire. Au-delà de cette influence stylistique, de cette instruction sur les usages du monde, Chaulieu, par l’épicurisme qu’il chante dans tous ses poèmes, a directement modelé la tournure d’esprit du jeune homme.

24Il reste à dire quelques mots de l’influence d’un autre contemporain de Voltaire : Jean-Baptiste Rousseau. Cette fois, l’amitié cède le pas à l’esprit d’émulation. L’Épître à M. le prince Eugène en fournit un bon exemple. Lorsque Voltaire compose cette épître, il sait parfaitement que Rousseau a déjà adressé une ode à cet illustre personnage, la seconde du livre III. Il sait donc, bien que choisissant un genre de poème plus familier, qu’il entre directement en compétition avec lui. Dès le vers 5, il le rappelle au lecteur qui l’aurait oublié :

Toi que Rousseau si dignement
A, dit-on, chanté sur sa lyre,
Eugène, je ne sais comment
Je m’y prendrai pour vous écrire.

25L’allusion à la « lyre » reprend deux vers de l’ode de Rousseau ; ils sont choisis à dessein et non sans malice. On y lit :

Mais ici ma lyre impuissante
N’ose seconder mes efforts.

26L’allusion de Voltaire est doublement perfide : non seulement l’incise « dit-on » jette un doute sur la « dignité » de l’ode de Rousseau, mais en plus, Voltaire rappelle à qui connaît le poème que la « lyre » de Rousseau est, de son propre aveu, « impuissante » ! Le jeune Voltaire ne manque pas d’ambition et d’habileté dans sa volonté de rivaliser avec les plus grands…

27À travers ces textes parcourus, nous voyons une sorte d’histoire de la poésie de circonstance s’esquisser. Ce genre littéraire, qu’il faudrait encore mieux définir, s’avère une forme particulièrement malléable et perméable aux influences ; l’esprit d’émulation, l’envie de briller, le public d’amateurs et de connaisseurs qui attend la pointe ingénieuse, tous ces éléments encouragent les poètes à jouer sur les emprunts, les citations, les réemplois. La poésie de jeunesse de Voltaire nous a simplement permis d’en dessiner quelques lignes.

Notes

1 Consulter à ce sujet : Alain Génetiot, Poétique du loisir mondain, de Voiture à La Fontaine, Paris, Champion, 1997, « Lumière classique », n° 14.

2 Pour connaître la centaine de poèmes dont il s’agit : Nicole Masson, Les Petits poèmes de jeunesse de Voltaire (1711-1733), étude littéraire et édition critique, thèse de doctorat à l’Université de Paris IV, sous la direction de René Pomeau, soutenue en 1988. Parution au fil des volumes de l’édition des Œuvres Complètes de Voltaire, Oxford, Voltaire Foundation. (vol. 5, 8 et 9 déjà parus).

3 Voltaire, Correspondence and related documents, ed. Th. Besterman, Complete works of Voltaire 85-135 (1968-1977), D. 405.

4 Si nous avons choisi de citer le texte de Sénèque dans une traduction de 1656 (traduction de M. Nicole, Paris, chez Charles de Sercy), c’est pour mieux faire sentir la parenté entre les deux textes évoqués. Voltaire connaissait sans doute parfaitement le texte latin et n’avait, lui, pas besoin de cet intermédiaire.

5 Fénelon, Lettre à M. Dacier, 1714, tome VI p. 617 des Œuvres complètes, Paris, Leroux et Jouby, 1851-2.

6 Duclos, Considérations sur les mœurs de ce siècle, s.l., 1751, p. 314-5.

7 Œuvres complètes, éd. Moland, XXII, p. 254.

8 Rémond de Saint-Mard, Réflexions sur la poésie, La Haye, C. de Rogissart, 1734, p. 286-7.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540