Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'éveil des Muses

 | 
François Moureau
, 
Madeleine Bertaud
, 
Catriona Seth

Ouverture

François Moureau

Texte intégral

1Ces quelques pages d’ouverture au bouquet de textes offerts à Édouard Guitton par ses disciples et par ses collègues sont un simple témoignage d’admiration et d’amitié : l’auteur de ces lignes ne fut ni l’élève ni le collègue de l’Universitaire que ce volume honore. Les aléas parfois heureux d’une carrière eussent pu en décider autrement. Mais si à quelque chose malheur est bon, cette distance permet peut-être de mieux situer Édouard Guitton dans un monde plus large qui est celui des études littéraires des dernières décennies du millénaire écoulé.

2Toutes les fées se penchèrent sur son berceau ; mais qui se plaindra de ce coup de pouce du destin, quand il permet à celui qui en bénéficie de se réaliser pleinement ? Il portait un nom illustre : le plus difficile était de se faire un prénom. Il était un excellent élève : avec une si brillante généalogie, on pensait que c’était bien le moins. Ces avantages d’état ne furent sans doute que des obstacles à surmonter pour un esprit aussi profondément attaché à rendre plus qu’il n’avait reçu. Le regretté René Pomeau lui écrivait le 17 janvier 2000 dans une lettre que l’on nous a autorisé à reproduire : « Admirable carrière que la vôtre, ne déméritant nullement, quoique par d’autres voies, de celles qu’ont suivies votre père et votre oncle ». En effet, Édouard Guitton fut nourri des valeurs chrétiennes les plus hautes, du respect de la famille et de vertus sociales où s’exprimait une France qui savait faire siennes les leçons de ses philosophes et de ses saints : il eût pu, comme d’autres adolescents de son milieu, rejeter ces leçons pour des doc de masse permettant l’accès aux cénacles de l’intelligentsia la plus brillante du monde et qui se trompait sur à peu près tout, sauf sur son désir de réussir. Un malin génie épargna à Édouard Guitton les contorsions idéologiques décennales que l’histoire imposa aux intellectuels du xxe siècle qui souhaitaient justifier leurs systèmes contre les faits. Édouard Guitton est républicain par empathie démocratique, tolérant parce qu’il se considère comme un chrétien conséquent, et un tant soit peu épicurien par goût de la littérature. Il sut aussi servir son pays pendant les vingt-huit mois de service militaire effectué dans une décennie de déchirement national.

3Le monde est ainsi fait que les simples amateurs de littérature passent aujourd’hui, chez la plupart de nos contemporains, pour des esprits bizarres. « Littérature que me veux-tu ? », pourrait-on dire en parodiant Fontenelle. Proclamer, même à voix basse et honteuse, que le plaisir de lire se suffit en soi, qu’un ouvrage de littérature n’apporte pas de solutions aux malheurs du monde comme le fait, pour une semaine, le moindre des best-sellers à la mode, c’est suggérer une activité ludique qui ne devrait pas avoir sa place dans une société en révérence devant le retour sur investissement. Et que dire des « professeurs de littérature » ! Comme s’il ne suffisait pas de lire… Tous ces savants en « us », ces usines à notes infrapaginales qui révulsent les honnêtes gens du siècle, ces préfaces, commentaires, analyses font pâle figure devant une seule page de Voltaire : et ils n’ont pas tort. Rien ne vaut un beau texte sur une page nue, sans enluminure. Le métier d’enseignant, plus encore que celui de chercheur, doit éveiller l’esprit à la lecture de textes où l’on trouvera d’anciennes et de nouvelles raisons de les relire. Édouard Guitton pratiqua, si l’on s’en rapporte à ses anciens élèves, cet art si rare de faire d’un texte un parcours dans l’espace et dans le temps, une conquête du sens. Des esprits forts, subtils et délibérément modernes ne se satisfaisaient pas, évidemment, de cette voie rectiligne qui conduisait du mot au sens : comme si le texte n’échappait pas à son auteur dès qu’il l’avait imprudemment fixé sur le papier ! Objet identifié, mais hors du temps, forêt de signes, mais vierge du sceau de propriété d’un auteur, la page pouvait donner lieu à des fascinantes expériences in vitro : à défaut de l’auteur, c’était l’image du commentateur qui s’y fixait, bernard-l’hermite en majesté. Certes commenter, comme traduire, est toujours un peu mentir et trahir. Mais il ne s’agissait pas de cela.

4La « science des textes », qui visait à remplacer le simple commentaire, voire l’exécrable explication juxtalinéaire, objet de toutes les répulsions, cette petite sœur des sciences dures n’ambitionnait rien moins que de s’intégrer au monde carré et rationnel des « savoirs » qui comptaient. Il est vrai que le commentaire impressionniste avait d’évidentes limites, même s’il permettait d’exercer de réels talents rhétoriques, utiles plus tard dans les professions les plus variées, où l’art de présenter vaut autant que ce que l’on présente. On cachait la paraphrase sous l’habileté des formules et des transitions : on faisait de la littérature sur de la littérature, et elle n’était pas toujours indigne de son modèle. Cela restait quand même globalement insatisfaisant pour des esprits qui soupçonnaient une multitude de sens enfouis dans le texte et un déficit théorique très visible. En l’espèce, l’ambition n’était pas contraire à l’esprit scientifique qui doit animer tout chercheur. À la différence cependant de la mathématique ou de la physique, les lois de la littérature sont encore à définir, si elles pourront l’être jamais. Il s’y trouve trop d’humain, d’impondérable, d’individuel pour que la règle puisse mesurer autre chose que le probable ; même l’inconscient a ses variétés ! Et d’ailleurs la « science des textes » ne vise pas des certitudes, mais l’épuisement des possibles. Les dernières décennies du siècle défunt furent occupées par ces recherches parfois brillantes et productives de sens, chez les initiateurs, et souvent déprimantes et confuses, chez les épigones. Édouard Guitton fut de ceux qui restèrent fermes à la barre. Ce ne fut pas toujours facile, on s’en doute ; mais on a la satisfaction de constater que plus d’un de ces chercheurs naguère hérissés de théories le rejoint aujourd’hui dans une pratique apaisée de l’analyse littéraire. Car l’intolérance marqua des décennies qui n’honorent ni l’Université ni l’intelligence française.

5C’était de toute évidence un sentiment qui aurait dû être inconnu des dix-huitiémistes. Édouard appartient, en effet, à l’une de ces tribus si caractéris de l’alma mater française qui découpe notre culture et son histoire en autant de sanctuaires autonomes que de siècles. Vu d’assez loin, cela paraît singulier et même peu scientifique. Mais le besoin créant l’organe, des eth ont pu constater la naissance de tribus – certains parlent de sectes – qui prennent au siècle qui les inspire diverses manières d’être et de penser : le seiziémiste a l’érudition naturelle, le dix-septiémiste est volontiers un peu guindé, le dix-huitiémiste se pique de liberté d’esprit, d’ouverture vers d’autres champs que la littérature. Le xviiie siècle français ayant la réputation – largement usurpée d’ailleurs en dehors des sphères de la pensée en action – d’écraser plus naturellement l’infâme que de magnifier les saintes âmes, pourtant si nombreuses à cette époque, on ne voyait pas Édouard Guitton s’y installer à demeure pour une carrière. Ce serait oublier que le siècle des Lumières est aussi – surtout peut-être – celui de la sensibilité. Et le jeune chercheur choisit, avec un rien de provocation sans doute, le genre littéraire et l’auteur que notre « modernité » vingtiémiste considéraient comme ce qu’il y avait de moins pardonnable dans le siècle de Diderot et de Sade, personnalités éminentes que notre époque a largement contribué à réinstaller au pinacle.

6Consacrer une monographie à l’abbé Delille et au « poème de la nature », la soutenir en Sorbonne quatre ans après les remous de mai 1968 était manifester soit une inconscience totale de l’air du temps soit une forme supérieure d’humour. Mais quel jury ! Jean Fabre, directeur de la thèse, Paul Vernière, Jacques Roger et Jacques Vier, les plus belles cautions intellectuelles pour la science et l’esthétique de notre xviiie siècle ! Publié en 1974, l’ouvrage fut couronné par l’Académie Française. Édouard Guitton compta immédiatement parmi les quelques spécialistes de ce siècle réputé si peu poétique, mais qui avait été l’époque favorite de notre histoire où la poésie avait fait partie, de façon constante, du quotidien de nombre de Français. On ne versifia jamais autant entre Quiévrain et la Bidassoa, fût-ce sur un bichon adoré, un ruban dérobé, un sourire ou une bouderie, mais aussi sur les saisons et les matières scientifiques les plus austères. Vers 1740, Fontenelle appelait de ses vœux une « poésie purement philosophique » que la seconde partie du siècle sut réaliser. De leur côté, les livraisons mensuelles du Mercure, les annales poétiques diverses soulignaient que l’art de versifier, pratique sociale assez naturelle alors, donnait de cette France l’image d’une communauté pour laquelle la poésie était le lot commun et non le domaine réservé de quelques vates. Le xviiie siècle démocratisa une activité qui fit de celui-ci le siècle des poètes, sinon de la poésie. On a pu parler de « crise » de la poésie, de « chute d’Icare », mais certainement pas d’étiolement d’une production poétique qui témoignait aussi du raffinement d’une société arrivée à l’apogée de son développement. Le xviiie siècle fut peut-être le seul siècle de notre modernité occidentale – avec la Renaissance italienne – où la littérature et les arts occupèrent une place centrale dans le projet d’une société « éclairée ». C’est pourquoi, sans doute, Édouard Guitton s’est intéressé surtout à la seconde moitié du siècle, celle qui intègre dans la poésie les acquis de la philosophie, de la science économique et politique. Cela l’amena même jusqu’aux poètes du siècle suivant, à Lamartine en particulier. Car l’un des apports d’Édouard Guitton à la critique fut de montrer la continuité entre la poésie « fin de siècle » et un certain romantisme. Il ne pouvait ainsi éviter la rencontre avec André Chénier.

7Chénier : le seul des poètes du siècle qui ait échappé au grand naufrage observé dès l’Empire et consommé ensuite. L’auréole du martyre, certes, le goût un peu dépravé de la modernité pour l’esquisse contre l’œuvre aboutie, mais aussi la limpidité d’une écriture digne de ses modèles grecs, la violence des iambes ont fait de ce jeune homme le « voyant » et le poète maudit par excellence dont avait besoin le Romantisme. Découvert par la Restauration, ce Chénier en acquit une gloire équivoque. Les travaux d’Édouard Guitton, après ceux de son maître Jean Fabre, ont renouvelé l’approche du poète et de son œuvre. On lui doit aussi, comme chacun sait, la création en 1979 de la Société des Amis des poètes J. -A. Roucher et A. Chénier . Cette société savante où se retrouvent la descendance du poète des Mois et les spécialistes du poète des Élégies a su, au fil, des années, élargir son propos à toute la production poétique de la fin du siècle, sans oublier les stèles fondatrices que sont les deux écrivains conduits le même jour à la guillotine égalitaire. Les colloques annuels de la Société dont les actes sont publiés en cahiers ont fait redécouvrir des auteurs généralement écrasés entre Lumières et Romantisme. Au-delà des poètes, Édouard Guitton a ravivé les couleurs véritables d’un Bernardin de Saint-Pierre si souvent caricaturé et rendu hommage à la Bretagne des Lumières avec un beau colloque Ginguené publié en 2000.

8Il serait trop long de rappeler tout ce que notre connaissance des Lumières poétiques doit à Édouard Guitton. La bibliographie qui précède en témoigne à l’évidence. Contentons-nous de rappeler que ce savant fut aussi un juge équitable dans les fonctions qu’il exerça au cours des divers avatars du conseil des Universités. Libéral, sans être laxiste, ouvert à la discussion, sans abandonner ses principes, il savait de quels risques l’Université était menacée dans la confusion des idéologies et des valeurs. Là encore il sut raison garder et prendre le parti le plus conforme à sa conception élevée de la vie académique.

9Discret et souriant, d’une parfaite courtoisie, vêtu d’un costume trois pièces dont la sévérité apparente exprime principes et respect d’autrui, Édouard Guitton occupe, malgré un éméritat de dix années, une place encore notable dans le monde de la recherche littéraire. Il n’aimerait certai pas qu’on le présente comme un modèle ; et, pourtant, la trajectoire de sa carrière, qui se fit presque toute à Rennes, ne trahit aucun de ces enjeux de pouvoir si fréquents dans le milieu universitaire. Il sut, là encore, faire et laisser dire. L’hommage que lui rendent ses disciples et ses amis va à l’honnête homme autant qu’au savant.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540