Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Élie Fréron

 | 
Sophie Barthélemy
, 
André Cariou
, 
Jean Balcou

3. Fréron et la critique d’art

Un épisode de la bataille de la plume et du pinceau : Fréron contre Casanova

Paul Benhamou

Texte intégral

« Dites que les artistes s’irritent facilement, Genus irritabile vatum. Dites que dans leur colère ils sont plus violents et plus dangereux que les guêpes. » (Diderot, Salon de 1767)

  • 1 L’Esthétique d’Elie Catherine Fréron 1739-1776. Littérature et Critique au xviiiesiècle, Paris, Pre (...)

1Elie Fréron a la réputation d’avoir été un journaliste courageux, possédant une vaste érudition, et un goût certain pour la littérature ancienne et moderne, ainsi que pour l’architecture, la musique et la peinture. Il représente à de nombreux égards l’humaniste type du Siècle des Lumières qui, comme l’a très justement noté Jacqueline Biard-Millérioux, « parcourt tous les registres, pour donner dans son journal une vue complète de l’actualité littéraire et artistique »1.

  • 2 Op. cit., p. 12. En fait, la thèse de Jacqueline Biard-Millérioux sur l’esthétique de Fréron compor (...)

2Dans un certain sens, on peut dire que les « littéraires » qui se sont intéressés sérieusement aux périodiques de Fréron, Jean Balcou, Jacqueline Biard-Millérioux, Annie Becq et Paul Benhamou, n’ont pas pris la peine d’étudier la critique d’art qui s’y trouve, et cela pour des raisons qui nous semblent évidentes, mais ils ont néanmoins souvent fait allusion à l’importance accordée aux beaux-arts dans l’Année littéraire. « Rendre justice à Fréron », a écrit Jacqueline Biard-Millérioux, « nécessiterait de s’intéresser aux nombreuses pages qu’il consacra aux beaux-arts2 ». Ce colloque nous aidera, nous en sommes convaincus, à accomplir cette tâche.

  • 3 Diderot critique d’art. Copenhagen : Rosenkilde et Bagger, 1982, t. II, p. 228.
  • 4 Charles-Nicolas Cochin et l’Art des Lumières. Rome, Ecole Française de Rome, 1993, p. 126.
  • 5 Helena Zmijewska, La Critique des Salons en France du temps de Diderot (1759-1789), Varsovie, 1980, (...)
  • 6 Œuvres Complètes de Voltaire, Paris, Garnier, 1777-1785, t. XXIV, 485.
  • 7 Op. cit., p. 126.
  • 8 La Genèse de l’esthétique moderne. De la raison classique à l’imagination créatrice 1680-1814, Pisa (...)
  • 9 En peinture, comme en poésie », a-t-il écrit, « le plus essentiel des préceptes, c’est d’embellir l (...)
  • 10 Zmijewska, op. cit., p. 74.

3D’un autre côté, les historiens de l’art qui se sont penchés récemment sur la critique des Salons au xviiie siècle, Helena Zmijewska, Else-Marie Bukdahl, Christian Michel et Richard Wrigley, ont, pour leur part, reconnu l’importance historique des Salons de Fréron, mais ils ont souvent minimisé la contribution personnelle de Fréron, au profit de celle de ses conseillers artistiques (cf. E.-M. Bukdahl : « ce n’est vraisemblablement pas E.-C. Fréron qui a personnellement composé ces Salons3 », et C. Michel : « Les comptes rendus des Salons de 1761 à 1773 ont dû lui être dictés, comme celui de 1759 l’avait été à Marmontel »4) et ils l’ont même parfois complètement dénaturée, affirmant de façon absurde que « les Salons publiés dans L’Année littéraire sont pour Fréron un prétexte de plus pour attaquer le cercle des encyclopédistes5 ». Il est incontestable que Fréron avait des conseillers techniques pour couvrir les matières scientifiques et artistiques dans sa revue, les fameux « croupiers » que mentionne Voltaire dans ses Anecdotes sur Fréron6, et il faut aussi reconnaître avec Christian Michel, que « les dissertations qui suivent les Salons de 1763, 1765, et 1771 présentent les idées de Cochin7 ». Mais, pour ce qui concerne l’ensemble des comptes rendus des expositions du Louvre qui se trouvent dans les périodiques de Fréron, nous aimerions rappeler deux choses : la première étant la collaboration de Fréron, depuis 1739, aux Observations sur les écrits modernes (1735-1743), et aux Jugements sur quelques ouvrages nouveaux (1744-1746) de Desfontaines, dans lesquels on trouve également des comptes rendus sur les Salons du Louvre, et sur des ouvrages traitant des beaux-arts, qui ensemble, constituent, à notre avis, une fondation souvent ignorée de la formation artistique de notre journaliste, avant le lancement de ses propres périodiques en 1749, et en 1754. La seconde, c’est que Fréron était imbu de doctrine classique, comme l’a très bien montré Annie Becq dans son ouvrage sur La Genèse de l’Esthétique moderne8, et qu’il s’est intéressé de près aux questions d’esthétique de son temps, le beau, l’Antiquité, l’imitation de la nature, etc.9, et qu’il leur a toujours fait une place respectable dans ses feuilles, sans toutefois être ce critique « rétrograde »10 qui n’a fait que prodiguer des éloges aux membres de l’Académie Royale de Peinture et de Sculpture, ou qui n’a fait que transcrire ce que les artistes eux-mêmes lui ont dicté. Nous ne répéterons jamais assez que Fréron n’a pas attendu Cochin, ou Dandré-Bardon pour s’intéresser aux beaux-arts, ces « précepteurs du genre humain », comme il les a appelés dans ses Lettres sur quelques écrits de ce temps (1753, VIII, 351), et que lorsqu’il s’est mis à écrire des comptes rendus des Salons, « pour offrir à la curiosité publique les prodiges du pinceau et du ciseau » (Lettres sur quelques écrits, 1753, VIII, 182), dans les Lettres sur quelques écrits d’abord, et ensuite dans L’Année littéraire, il possédait déjà un certain bagage artistique théorique, une méthodologie, et un vocabulaire technique que ses fréquentations avec les connaisseurs de l’art, Blondel, Cochin, Dandré-Bardon et d’autres, ne firent que renforcer.

  • 11 Fréron contre les Philosophes, Genève, Droz, 1975, p. 39.

4Etant donné que les articles de L’Année littéraire ne sont pas signés, il est évidemment difficile d’affirmer de manière catégorique s’ils ont été écrits par Fréron lui-même, ou par un de ses collaborateurs. Mais, malgré ce fait, nous sommes d’accord avec Jean Balcou quand il écrit que : « Pour le lecteur, pour les ennemis, pour Malesherbes, les Lettres sur quelques écrits, comme plus tard L’Année littéraire n’auront qu’un nom, celui de Fréron11. »

  • 12 La Haye, Jean Neaulme, 1747, p. 2.
  • 13 Mercure de France, octobre 1759, p. 183.
  • 14 Les Conseillers artistiques de Diderot », Revue de l’Art, 66, 1984, p. 16, note 30.

5Avant d’aborder cette bataille de la plume et du pinceau qui mit aux prises le célèbre critique Fréron, et le peintre Casanova, en 1769, nous aimerions commencer par établir brièvement la position de Fréron vis-à-vis de la critique des œuvres d’art. Après avoir lu les commentaires de L’Année littéraire sur les expositions du Louvre, nous pouvons dire que Fréron n’a jamais adopté une attitude rigide, ou intransigeante, à ce sujet. Ainsi, à ses débuts, il semble avoir partagé le point de vue de La Font de Saint-Yenne qui avait semé une certaine panique au sein de l’Académie quand il affirma dans ses Reflexions sur quelques causes de l’état présent de la peinture en France : « Un tableau exposé est un livre mis au jour de l’impression. C’est une pièce représentée sur le théâtre : chacun a le droit d’en porter son jugement12. » C’est en effet ce que Fréron croyait quand il écrivit dans son compte rendu de l’Essai sur la peinture de Bachaumont : « Consultez les artistes, Monsieur, ils vous diront qu’eux-seuls sont en droit d’écrire sur leur profession. Je ne crois pas cependant avancer un paradoxe en assurant que ce n’est point à eux qu’il appartient de juger ou d’instruire. » (Lettres sur quelques écrits, 1751, IV, 332.) Il conseilla même aux artistes de ne point « s’offenser d’une critique honnête, polie, et surtout judicieuse »(AL, 1755, VI, 69). On pourrait presque dire que Fréron avait en quelque sorte anticipé la réaction négative de son ami Cochin, qui devait affirmer un peu plus tard qu’« un tableau, une statue n’appartiennent pas au public comme un livre13 ». Cependant, il faut aussi ajouter que lorsque Fréron revendiquait son droit à juger les tableaux exposés au Louvre, ce qui n’est guère surprenant pour quiconque connaît un peu ce critique, et sa devise, « Parcere personis, dicere de vitiis », il était très conscient du fait que la peinture était encore pour lui « une espèce de pays qui n’est encore découvert que par un certain nombre de personnes, et dont le reste des hommes ne peut juger que sur le rapport des autres » (Lettres sur quelques écrits, 1753, XI, 342). C’est sans doute pourquoi, comme Diderot, il dut se faire aider par divers artistes-académiciens, et qu’il s’abrita souvent derrière leur autorité artistique dans ses comptes rendus : « Si dans le cours de cette lettre je me permets quelques remarques, je déclare que je ne les hasarde que d’après les plus habiles connaisseurs », écrit-il au début du Salon de 1767 (AL, 1767, VI, 73). Mais cette aide technique mise à part, nous pensons que Christian Michel a jugé Fréron un peu trop sévèrement quand il a écrit que « les connaissances de Fréron en matière artistique étaient très légères14 » ; peut-être en 1739, quand il a commencé sa carrière de journaliste dans l’atelier de Desfontaines, mais pas en 1760, ou en 1770, quand son éducation artistique avait atteint un niveau aussi respectable que son éducation littéraire.

  • 15 Mémoires de J. Casanova de Seingalt, Paris, Garnier, s. d., t. III, p. 473.

6Dans cette bataille entre Fréron et Casanova, la plume du critique était certes bien mieux connue que le pinceau du peintre. Nous savons que Fréron n’avait jamais craint de critiquer qui que ce soit, et Voltaire en savait quelque chose, afin d’éclairer ses lecteurs sur les beautés et les défauts des productions contemporaines, selon une méthode qu’il s’était efforcé d’appliquer durant toute sa carrière, à savoir « de ne juger que d’après nos grandes règles, c’est-à-dire, le bon sens, la nature et le goût » (AL, 1755, VIII, 145). Francisco Giuseppe Casanova (1727-1805), peintre de batailles, né à Londres, frère du célèbre Jacques Casanova de Seingalt, avait été reçu à l’Académie Royale de Peinture et de Sculpture en 1763 sur un tableau représentant un Combat de cavalerie, qui, selon Seingalt, « fit l’admiration de tous les connaisseurs. L’Académie en fit l’acquisition pour cinq cents louis15 ». Casanova avait exposé pour la première fois plusieurs tableaux au Salon de 1761, et Fréron lui avait consacré une page entière dans L’Année littéraire, où il ne ménageait pas ses éloges pour le peintre :« Le plus beau feu de génie et d’exécution éclate dans la bataille de M. Casanova. C’est un peintre né… Ses paysages sont aussi d’une très bonne manière, et d’un effet très piquant ; on peut attendre de cet artiste les plus grands succès. » (AL, 1761, VI, 15) Mais Fréron exprima en même temps, avec précaution, quelques réserves, première joute de la plume avec le pinceau : « Cependant, sans vouloir critiquer des talents qui méritent toutes sortes d’éloges, les connaisseurs paraissent désirer que M. Casanova tempère un peu cette chaleur qui pourrait l’emporter au-delà des bornes… En un mot, ils voudraient que M. Casanove prenant uniquement la nature pour guide, sans cesser de la voir avec feu, et enthousiasme, s’attachât à la rendre avec vérité. » (AL, 1761, VI, 15-16) Peut-on affirmer avec Christian Michel que ces remarques sur Casanova, ainsi que le reste du Salon de Fréron pour 1761, ont été écrits par Cochin, ou bien faut-il y voir un exemple du « conseil honnête de l’impartialité… mille fois plus flatteur que l’éloge ampoulé de l’enthousiasme » (AL, 1767, VI, 74) que le critique hasardait parfois, conformément aux grands principes de son esthétique, à savoir l’imitation de la nature, et l’amour de la vérité ? Même si Fréron a utilisé des idées que Cochin a pu lui communiquer, il nous semble difficile d’affirmer que le compte rendu du Salon de 1761, dans sa totalité, soit l’œuvre du Secrétaire de l’Académie Royale de Peinture, et non pas celle du rédacteur de L’Année littéraire.

  • 16 Mémoires secrets, London, Adamson, 1779, t. XVI, p. 202-203.

7Quand Casanova fut reçu à l’Académie Royale de Peinture en 1763, Fréron écrivit un commentaire favorable : « Les tableaux de M. Casanova sont très estimés, entre autres celui d’un combat de cavalerie qu’il a donné pour sa réception. Il peint d’une belle facilité, avec beaucoup de feu, et d’une couleur vigoureuse. » (AL, 1763, VI, 158) Mais, à la fin du Salon de 1763, Fréron ajouta une longue digression sur le clair-obscur, qui, comme l’a montré Christian Michel, s’inspirait beaucoup de la « Dissertation sur l’effet de la lumière dans les ombres, relativement à la peinture » de Cochin, publiée dans le Mercure de France d’août 1758, et qui fit dire à Bachaumont : « On peut remarquer à ce propos que le Sr Fréron s’est évertué cette année à donner une espèce de dissertation fort longue et fort ennuyeuse sur le clairobscur, etc. Il y a bien à parier que cette lourde digression n’est pas de lui ; personne ne lui connaissant de lumières en ce genre, il aurait dû choisir un souffleur moins pesant, moins obscur, et d’une intelligence plus à la portée des lecteurs16. »

8En 1765, Fréron devint sensiblement plus critique à l’égard des œuvres exposées au Salon, pour éviter peut-être ce qu’il qualifiait de « monotonie soporifère », chez certains critiques (Lettres sur quelques écrits, 1753, XII, 199), et il fit des reproches à Vien, à Lagrenée, à Bachelier, à Loutherbourg, même à son ami Cochin, dans les dessins duquel il trouvait les figures « d’une proportion un peu courte » (AL, 1765, VI, 172), et il critiqua sévèrement l’obscurité des tableaux de Casanova : « Il semble qu’il soit nuit dans la plus grande partie des tableaux de M. Casanova », tout en admirant encore une fois, « l’enthousiasme, et la force du coloris » de ses tableaux (p. 165). Il essaya même de justifier ces remarques critiques auprès de ses lecteurs, en disant : « Si j’ai osé entrer dans quelque examen, et hasarder un sentiment, j’espère que les artistes me le pardonneront en faveur de l’intention qui n’est que le désir du progrès des arts. » (AL, 1765, VI, 175) En 1767, on peut remarquer une sorte d’accalmie avant la bataille, et les brèves remarques de Fréron sur Casanova font même état d’un certain progrès : « Il a quitté le brûlant de la couleur pour prendre un ton plus modéré. » (AL, 1767, VI, 89)

  • 17 Diderot, Salon de 1761, éd. Jacques Chouillet, Paris, Hermann, 1984, p. 164.
  • 18 Salons, ed. J. Seznec et J. Adhémar, Oxford, Clarendon Press, 1967, t. IV, 94.

9Nous arrivons enfin au Salon de 1769, où Casanova exposa plusieurs tableaux, parmi lesquels des paysages et des sujets de chasse. Nous savons que Diderot admirait beaucoup les productions de son « gros épicurien », Casanova, depuis son entrée à l’Académie : « Ce Casanove », avait écrit Diderot dans le Salon de 1761, « est dès à présent un homme à imagination, un grand coloriste, une tête chaude et hardie, un bon poète, un grand peintre17 ». Et, en 1769, il composa un compte rendu si élogieux sur le peintre-académicien, que Grimm crut bon d’ajouter une note au commentaire de Diderot : « Je ne suis pas sans méfiance sur les éloges que le philosophe prodigue à Casanova ; je crains que son imagination n’ait jeté dans les tableaux de ce peintre une magie qui n’y est pas18. » Fréron, pour sa part, n’était pas très enthousiasmé par cette exposition de 1769, et il pensa bon de prévenir ses lecteurs : « Si j’ai osé hasarder quelques critiques, j’espère qu’on n’y apercevra point d’amertume. » (AL, 1769, V, 324) Mais, de tous les artistes auxquels Fréron adressa quelques reproches, Lagrenée, Perronneau, Robert, Briard entre autres, ce fut Casanova qui reçut les coups les plus durs de la plume du journaliste. Les tableaux de Casanova possédaient, aux yeux de Fréron, une seule qualité remarquable, « un faire hardi », mais ils avaient aussi de nombreux défauts. Et, comme il l’avait déjà fait pour les tableaux du peintre exposés dans les Salons précédents, Fréron leur reprochait une trop grande obscurité (« il n’y règne point cette lumière générale qu’on voit dans la nature ») ainsi que des tons affectés dans le coloris. De plus, il y trouvait « quelque chose de glutineux, de luisant qui n’est point dans la nature », et il assénait le « coup de grâce » à Casanova avec une comparaison spectaculaire, « ses terrains paraissent peints au caramel, et les feuillages avec des confitures de verjus » (AL, 1769, V, 300).

  • 19 Collection Deloynes, Bibliothèque nationale de France, Cabinet des Estampes, t. IX, 131.
  • 20 Voltaire, Correspondance, éd. Besterman, Oxford, Voltaire Foundation, 1989, D 16261.

10Cette critique violente et extraordinaire enragea tant le peintre que celui-ci rédigea sur le champ une réplique que le Mercure publia en décembre 1769, sous le titre de « Lettre de M. Casanova, peintre du Roi, en réponse à un critique de ses tableaux ». Dans cette lettre, le peintre maniait la plume avec une certaine dextérité : « Comme je ne pense pas que M. F*** joigne à ses connaissances profondes et multipliées celle d’un art aussi difficile que la peinture […] » (p. 174), ou encore, « je ne puis penser que M. F. retiré aujourd’hui dans sa petite maison, située entre quatre moulins, et appelée fantaisie, ait encore la fantaisie de se formaliser de ma petite justification. Il ne doit pas prendre un grand intérêt à la peinture, et s’il est évident que la postérité n’aura rien de mieux à faire que de feuilleter les mille et un volumes de L’Année littéraire pour savoir au juste ce qu’elle doit penser de MM. de Voltaire, de Montesquieu, d’Alembert, et autres ; il est très probable qu’on n’ira pas y chercher le mérite et le prix des tableaux » (p. 179). Mais, Casanova qui, en face de Fréron, n’était qu’un novice en matière de polémique, commit l’erreur de s’en prendre à un maître en la matière, et d’accuser le critique anonyme de n’être qu’« un peintre de dessus de porte qui n’avait pas de tableaux au Louvre, et qui ne manie pas mieux la plume que le pinceau » (p. 174). La contre-attaque de Fréron ne se fit pas attendre. Elle parut dans le dernier volume de L’Année littéraire de 1769 sous le titre de « Réponse de l’auteur de ces feuilles à une lettre de M. Casanova, insérée dans le Mercure », dans laquelle le journaliste répondit au peintre offensé avec une plume encore plus violente et plus ironique que dans le compte rendu du Salon. Fréron commençait par révéler l’identité de l’auteur du commentaire sur Casanova dans le Salon de 1769 : « M. Casanova se trompe en tous points. L’extrait n’est ni d’un apprenti en peinture, ni d’un peintre de dessus de porte, ni de qui que ce soit qui manie bien ou mal le pinceau. L’article en question est de moi, et n’est pas de moi. Je m’explique. Je conviens avec M. Casanova que je n’ai pas de connaissances profondes d’un art aussi difficile que la peinture […] je n’ai jamais parlé des tableaux du Louvre que je n’aie consulté les artistes les plus renommés, et les plus habiles connaisseurs », et il avouait pour la première fois qu’il n’avait pas écrit seul ce commentaire sur les tableaux de Casanova : « Je certifie donc à M. Casanova que ce sont ces maîtres et ces connaisseurs de la première classe qui tous m’ont dicté le jugement que j’ai porté de ses ouvrages dans le compte que j’ai rendu de la dernière exposition. » (AL, 1769, VIII, 27-28) C’est peut-être cette dernière déclaration publique de Fréron concernant l’article qu’il avait écrit sur Casanova en 1769, qui a fait dire à certains historiens de l’art que Fréron n’était pas l’auteur de tous les Salons de L’Année Littéraire. Cette contre-attaque de Fréron n’était, au fond, qu’une reprise très longue et détaillée, seize pages au total, des critiques précédentes : le manque de lumière dans les tableaux du peintre, « le clair-obscur que M. Casanova n’entend pas » (p. 30), « ses ténèbres trop palpables », « son penchant à forcer l’effet » (p. 33), « ses manières outrées » (p. 34), et en conclusion, il déclara que Casanova « n’a jamais peint un paysage d’après nature », « qu’il place ses lumières, ses ombres, ses reflets au hasard, » et qu’« il copie grossièrement dans ses tableaux tous les groupes connus des maîtres flamands » (p. 37). Et, comme si cette agressive mise au point ne suffisait pas, le journaliste promit au peintre « une dissertation détaillée sur les tableaux qu’il exposera au prochain Salon » (p. 36). Cette altercation du journaliste avec un peintre de l’Académie Royale de Peinture eut pour résultat l’emprisonnement de Fréron au Fort l’Evêque pour une journée « symbolique ». Nous connaissons aujourd’hui les dessous de cette affaire grâce à une pièce de la Collection Deloynes (Bibliothèque nationale, Cabinet des Estampes), dans laquelle le collectionneur Pierre-Jean Mariette a écrit la note suivante dans la marge de la réponse de Fréron : « Ce qu’il y a de plus singulier dans cette discussion, c’est que M. Casanova abusant de sa liaison avec M. le Chevalier d’Arcq qui abusait de la faiblesse de M. de St Florentin, fit mettre M. Fréron au Fort l’Evêque. M. Cochin l’y fut trouver lui offrant de se dénoncer soi-même. M. Fréron ne le voulut pas, n’y devant rester que vingt quatre heures19. » Ce ne fut, finalement, que grâce à l’intervention de Choiseul, que Fréron évita un emprisonnement prolongé, comme devait le rapporter d’Alembert, avec son objectivité coutumière, dans une lettre à Voltaire : « Au reste, je vous avertis que l’homme qui bat sa femme, et qui est espion de police, est protégé au-delà de tout ce que vous pouvez croire, et que la personne de France la plus respectable après le maître lui a sauvé en dernier lieu le Fort l’Evêque qu’il avait mérité pour je ne sais quelle impertinence nouvelle20. »

  • 21 Deloynes, IX, 131. Cochin, qui avait acheté en 1775 la collection de livrets et de critiques des Sa (...)
  • 22 Op. cit., p. 52.
  • 23 Mercure de France, avril 1770, p. 200.

11Dans ce même document de la Collection Deloynes, il y a aussi une autre note manuscrite qui établit la paternité des deux derniers articles de Fréron : « On a pensé que M. Fréron avait été aidé dans ces deux lettres par quelques artistes, et que c’était M. Cochin, et M. Cochin ne s’en est pas beaucoup défendu. » Et, au bas de cette note, une petite phrase dans une écriture différente, « J’en conviens. Cochin21. » Nous pensons qu’Helena Zmijewska a bien établi le rôle de Cochin dans cette polémique de Fréron avec Casanova, en le limitant à une collaboration active qu’elle a décrite comme « l’effort commun de l’un des plus éminents littérateurs, Fréron, et d’un grand artiste, Cochin22 ». Cette fameuse bataille de la plume et du pinceau, semble avoir été, malgré tout, de courte durée. On en trouvera un écho dans le Mercure de France, au début de 1770, sous la forme d’un poème intitulé, « Vers adressés à M. Casanova, peintre du Roi », dans lequel un poète anonyme prenait la défense du peintre, qu’il appelait le « Beau Michel-Ange des batailles », et il lui donnait quelques conseils : « Laissez tomber votre couroux,/Et gardez vous des représailles./Oui, je le sais, pour votre art délicat/La critique est un attentat,/N’importe. Il faut toujours se venger par des ris, » et il attaquait le journaliste de L’Année littéraire, comme « l’insecte éphémère,/Qui nait et se meurt dans un instant23 ». Dans la Collection Deloynes, il y a une note manuscrite qui fait suite à ce poème du Mercure, et dans laquelle on peut lire :

  • 24 Deloynes, IX, 132.

Voici donc encore une nouvelle sortie que M. Casanova ou ses amis font sur Fréron. Je doute qu’il en témoigne dans ce moment-ci du ressentiment, et qu’il suivra le conseil qu’on donne au peintre dans cette pièce de vers. Mais je l’attends au premier salon, il se ressouviendra d’avoir été qualifié d’insecte éphémère, et il saura se venger. Il aurait été plus prudent de garder le [silence], et de rire… Sans que le public s’en fût aperçu les choses en seraient restées là. Et qui sait si l’académicien n’eût pas mieux fait encore d’examiner si dans la critique qu’on avait fait de ses ouvrages, il n’y avait pas de quoi tourner à son profit, […] et on lui eut su gré de sa déférence. On n’en aurait qu’admiré davantage ses productions. C’était là, si l’envie grondait, le seul moyen de la faire taire24.

  • 25 Mémoires secrets, XIII, 185. Les tableaux de Casanova avaient été annoncés dans le livret du Salon (...)

12Fréron continua à s’occuper des Salons jusqu’à sa mort en 1776, sans toutefois faire la moindre mention sur les tableaux de Casanova. Ce dernier exposa plusieurs tableaux au Salon de 1771, en dépit de l’avertissement public que Fréron lui avait lancé en 1769. Pourquoi donc le critique n’a-t-il pas tenu sa promesse ? Est-ce que son silence sur les tableaux de Casanova lui avait été imposé par le ministre Choiseul, comme une condition pour « enterrer l’affaire », et aussi pour éviter à Fréron un séjour prolongé au Fort-l’Evêque ? Cela est fort possible, mais nous n’en avons aucune preuve. D’autre part, il faut remarquer que, de son côté, le peintre n’exposa aucun tableau après 1771, et cela jusqu’en 1781. Pidansat de Mairobert invoquera la fameuse bataille du peintre et du journaliste pour expliquer l’absence de tableaux de Casanova au Salon de 1775 : « Si c’est une niche que M. Casanova a voulu faire au public, il mériterait punition. Ses amis attribuent ce vide à la sensibilité trop grande de l’artiste effarouché par le Sr. Fréron. Ce journaliste ayant sur le cœur une vieille querelle avec le peintre en question, l’a menacé d’une critique sévère et mordante. Quel pitoyable amour-propre, et que le génie est parfois petit25 ! »

  • 26 Jugements sur quelques ouvrages nouveaux, 1745, X, p. 194.
  • 27 Biard-Millérioux, op. cit., p. 90.

13Ainsi, nous pouvons dire en conclusion que cette brève bataille de la plume et du pinceau se termina, faute de combattants. Mais, si Fréron fut obligé de retenir une fois de plus sa plume agressive, afin d’assurer la continuation de L’Année littéraire, il ne renonça jamais à son droit de critiquer les tableaux exposés au Salon du Louvre. « Ne soyez point surpris de m’entendre raisonner des trois arts avec quelques détails », dira-t-il en 1773 (AL, 1773, V, 101). En effet, à cette date, la peinture n’était plus ce « pays inconnu » qu’il avait commencé à explorer dans ses Lettres sur quelques écrits de ce temps. Pour faire son éducation artistique, et s’initier à la critique d’art, il avait suivi les conseils de son maître Desfontaines, qui lui avait recommandé de lire et de commenter « de bons traités sur les arts en tout genre, traités instructifs qui nous autorisent à juger avec quelque connaissance de cause, et qui […] nous mettent en état de nous entretenir avec des connaisseurs, et de ne pas risquer des jugements ridicules26 ». Il avait aussi assisté aux différentes expositions, et il avait fréquenté les connaisseurs et les artistes pour l’aider à mieux apprécier les œuvres d’art exposées au Louvre. Nous pensons qu’il était alors parvenu à un stade où il pouvait en parler « avec quelque connaissance de cause », voire avec ce « goût » qu’il avait lui-même défini avec beaucoup de bonheur comme « à la fois un discernement vif et une sensation délicate. Si j’osais, je dirais que c’est le cœur éclairé27 ».

Notes

1 L’Esthétique d’Elie Catherine Fréron 1739-1776. Littérature et Critique au xviiie siècle, Paris, Presses Universitaires de France, 1985, p. 64.

2 Op. cit., p. 12. En fait, la thèse de Jacqueline Biard-Millérioux sur l’esthétique de Fréron comportait aussi un volume sur la critique d’art dans L’Année littéraire, mais il n’a pas été publié, et c’est bien dommage.

3 Diderot critique d’art. Copenhagen : Rosenkilde et Bagger, 1982, t. II, p. 228.

4 Charles-Nicolas Cochin et l’Art des Lumières. Rome, Ecole Française de Rome, 1993, p. 126.

5 Helena Zmijewska, La Critique des Salons en France du temps de Diderot (1759-1789), Varsovie, 1980, p. 74.

6 Œuvres Complètes de Voltaire, Paris, Garnier, 1777-1785, t. XXIV, 485.

7 Op. cit., p. 126.

8 La Genèse de l’esthétique moderne. De la raison classique à l’imagination créatrice 1680-1814, Pisa, 1984.

9 En peinture, comme en poésie », a-t-il écrit, « le plus essentiel des préceptes, c’est d’embellir la nature en l’imitant », AL, 1757, VI, 330.

10 Zmijewska, op. cit., p. 74.

11 Fréron contre les Philosophes, Genève, Droz, 1975, p. 39.

12 La Haye, Jean Neaulme, 1747, p. 2.

13 Mercure de France, octobre 1759, p. 183.

14 Les Conseillers artistiques de Diderot », Revue de l’Art, 66, 1984, p. 16, note 30.

15 Mémoires de J. Casanova de Seingalt, Paris, Garnier, s. d., t. III, p. 473.

16 Mémoires secrets, London, Adamson, 1779, t. XVI, p. 202-203.

17 Diderot, Salon de 1761, éd. Jacques Chouillet, Paris, Hermann, 1984, p. 164.

18 Salons, ed. J. Seznec et J. Adhémar, Oxford, Clarendon Press, 1967, t. IV, 94.

19 Collection Deloynes, Bibliothèque nationale de France, Cabinet des Estampes, t. IX, 131.

20 Voltaire, Correspondance, éd. Besterman, Oxford, Voltaire Foundation, 1989, D 16261.

21 Deloynes, IX, 131. Cochin, qui avait acheté en 1775 la collection de livrets et de critiques des Salons que Mariette avait réunie, avait écrit cette note en connaissance de cause !

22 Op. cit., p. 52.

23 Mercure de France, avril 1770, p. 200.

24 Deloynes, IX, 132.

25 Mémoires secrets, XIII, 185. Les tableaux de Casanova avaient été annoncés dans le livret du Salon de 1775, d’où la surprise de ne point les trouver à l’exposition.

26 Jugements sur quelques ouvrages nouveaux, 1745, X, p. 194.

27 Biard-Millérioux, op. cit., p. 90.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540