Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Élie Fréron

 | 
Sophie Barthélemy
, 
André Cariou
, 
Jean Balcou

2. Fréron polémiste

Frélon pourfend bébé

Jean-Noël Pascal

Texte intégral

  • 1 V, p. 144. Dans la mesure où mes investigations n’ont porté que sur l’année 1773 du périodique de F (...)

1Si Fréron, nul ne l’ignore, à bien des reprises s’est trouvé la cible de la plume acérée des faiseurs d’épigrammes, de Voltaire bien sûr, mais encore de Piron ou Lebrun, pour ne citer que les plus fameux, il lui est arrivé aussi, parfois, d’en colporter, voire d’en rédiger lui-même. La li vraison du 14 septembre 1773 de L’Année littéraire1 se referme sur celle-ci, intitulée Énigme dont le mot se trouvera probablement dans le Mercure prochain :

J’ai, sous un même nom, trois attributs divers :
Je suis un instrument, un poète, une rue :
Rue étroite, je suis des pédants parcourue ;
Instrument, par mes sons je charme l’univers ;
Poète, je l’endors par mes vers.

  • 2 Le témoignage le plus intéressant du voltairisme de Lacombe demeure sa compilation des idées littér (...)
  • 3 On se reportera au tome III des Œuvres de Lebrun publiées par Ginguené (Paris, Warée, 1811), et à l (...)
  • 4 Voir les Mémoires pour servir à l’histoire de notre littérature (Londres, 1771) de Palissot, p. 132
  • 5 Voir II, p. 292, la note où Fréron glose cette dernière formule (dans le compte rendu des Lois de M (...)
  • 6 Je renvoie à la Correspondance de Voltaire, qui a échangé plus de quatre-vingts lettres avec son di (...)

2Le mot de l’énigme n’est guère difficile à deviner, et point n’est besoin d’aller le chercher, comme nous y invite malicieusement le journaliste, dans la prochaine livraison du Mercure, dont La Harpe, puisque c’est de lui qu’il s’agit, est, ces annéeslà, la cheville ouvrière auprès du libraire Lacombe, tout acquis à Voltaire2, l’ennemi intime de Fréron… Ce que je me propose d’examiner rapidement aujourd’hui, en parcourant quelques numéros de L’Année littéraire pour 1773, c’est la polémique du vil Frélon (Lebrun, après Voltaire) contre le pygmée La Harpe, autre cible favorite des épigrammatistes, qui ne manquent aucune oc casion de mordre ce petit rimeur, ce rimailleur, ce rimeur hyperborée, ce petit écrivain lapon, ce nain… Je n’ai cité ici qu’une faible partie de l’ar senal lexical du féroce Lebrun3 quand il se déchaîne contre le futur au teur du Lycée, qu’il désigne aussi – et nous voici ramenés à la cause déterminante de l’acharnement d’Aliboron contre La Harpie – comme le thuriféraire de Voltaire (c’est, évidemment, impardonnable !) ou, dérobant le mot à notre folliculaire, sous le sobriquet condescendant d’ami bébé . C’est Fréron, donc, qui a baptisé La Harpe le bébé de la littérature4, et singu lièrement le bébé de Papa grand homme5, et de ce « glorieux surnom […] dans la possession duquel [son adversaire] s’affermit tous les jours », notre journaliste revendique avec délectation la paternité, pourfendant avec ardeur, au rythme de ses nombreuses productions, la cible idéale que constitue un jeune écrivain prolixe que Voltaire a clairement désigné, dans des lettres qui n’étaient pas destinées à rester dans le portefeuille de leur destinataire, comme son fils spirituel et son successeur6. Pour l’année 1773, donc, il m’a semblé que la polémique de Fréron contre La Harpe, présente de manière récurrente dans les livraisons de L’Année littéraire, se concentrait dans trois directions : contre le poète médiocre, contre le journaliste à la solde de Voltaire et des Philosophes, contre l’essayiste littéraire outrecuidant. En somme, pour reprendre la nomenclature de Lebrun, contre le rimailleur, contre le thuri féraire et contre le Zoïle nouveau.

Le rimailleur

  • 7 Il a été couronné dès 1766 pour un discours en vers intitulé Le Poète.
  • 8 La Navigation, ode qui a remporté le prix de Poésie à l’Académie française en 1773, Paris, Brunet, (...)

3Depuis plusieurs années déjà7, La Harpe collectionne les récom penses aux concours annuels de poésie de l’Académie… Le tome qua trième des feuilles de Fréron pour 1773 contient une longue critique de l’ode sur La Navigation8, morceau qui remporte le prix cette année-là. La stratégie polémique mise en œuvre, avec une réelle maestria, est lim pide : ironiquement, le commentateur feint de découvrir un « nouvel Orphée » dans le poète qu’il a jusqu’ici méconnu, et de « baisser un front respectueux » devant « la supériorité des talents de cet illustre auteur ». Oui, jubile Fréron, comment ne pas reconnaître que celui qui est ca pable de donner « l’ode incomparable de La Navigation » a eu, récemment, toutes les raisons de pourfendre le grand Rousseau, premier lyrique français, et ses « imbéciles admirateurs » ? La supériorité du poète nou veau justifie sa sévérité envers son pâle prédécesseur… « Les exemples que je vais citer […] en donneront la preuve la plus complète », continue le journaliste, qui reproduit les cinq premières strophes du chef-d’œuvre couronné avant d’en souligner, à l’intention « des lecteurs sans intelli gence et sans goût », les beautés. Ces Béotiens pourraient ne pas perce voir le génie de La Harpe, pourtant évident dès le premier vers Si l’homme a paru grand, si le fils de la Terre :

Quoi de plus froid et de plus didactique, à les en croire, que ce début ! Quelles constructions pesantes ! Quelle marche lente et pénible ! Arrêtés dès la première ligne, ils demandent pourquoi cette dénomination de fils de la Terre. Après avoir dit si l’homme a paru grand, qu’est-ce que le fils de la Terre ajoute ? À quoi sert-il, si ce n’est à fournir la première rime de l’ode ? Et puis, par l’expression de fils de la Terre, on n’a ja mais entendu l’homme, mais les Titans, les Géants qui voulurent détrôner les Dieux.

4Quel scandale ce serait, s’amuse Fréron, de taxer le poète académique de balourdise, de chevillage, d’ignorance de la mythologie élémentaire… De croire apercevoir, dans les vers suivants, des « équivoques », du « galimatias », des « idées fausses »… « D’éclater surtout de rire » au vers De Neptune et d’Éole ignorant le caprice :

Le caprice est plaisant, disent-ils. Le caprice de Neptune et d’Éole ! Ne semble-t-il pas que ce soit le caprice de deux jolies femmes ? Mais si l’expression est singulière, la pensée, à leur avis, ne l’est pas moins. Quoi, parce que les hommes n’avaient pas en core tenté de franchir les mers, ils ignoraient qu’il y eût des tempêtes ! Au contraire, c’est parce qu’ils savaient que cet élément était fécond en orages, qu’ils n’osaient s’y fier.

5Ce commentaire, assurément, signale les « faux critiques », les « censeurs absurdes », les « tyrans pédantesques du génie », les « demi-connaisseurs », incapables de percevoir la « noblesse » et « l’harmonie » des vers de La Harpe, ignorants jusqu’à les croire « prosaïques », jusqu’à trouver « très divertissant » un alexandrin aussi beau que Vous qu’atteint son regard sur la voûte étoilée…

  • 9 L’on sait que Fréron a effectivement été régent de Quatrième au collège Louis-le-Grand. La Harpe, d (...)

6La jubilation du régent Fréron9, la férule à la main, étrivières au vent, fait plaisir à voir. Il s’acharne, à grands coups de plume rageurs, sur le pauvre auteur « d’un des chefs-d’œuvre de ce siècle », sur « un des plus grands hommes de la Nation », soulignant en ses antiphrases ven geresses la maladresse de la versification, l’ignorance de la géographie, l’incorrection de la syntaxe. Bref, la pièce couronnée par les Quarante « sent un peu l’écolier », aux yeux de ce porte-parole des « juges fausse - ment délicats ». Et chaque fois qu’il fait mine de conclure cette exécu tion, c’est pour mieux se relancer :

Toutes ces critiques, Monsieur, ont quelque apparence de justesse, mais ce ne sont que des misères, des bagatelles, de pures chicanes. Je trouverais les mêmes taches, et en plus grand nombre, dans le reste de l’ouvrage, si je ne craignais de m’ap pesantir sur des détails puérils. Quelque chose que l’on dise, cette ode de M. de La Harpe est unique en son genre ; et, je le répète, jamais Rousseau n’a rien fait qui lui ressemble. Quelle poésie ! Quelle élégance ! Quel nombre ! Quelle harmonie ! Quelles idées grandes ! Quel choix heureux d’expressions ! Quelle propriété de termes ! Il y a dix ou douze ans que je vous rendis compte d’une ode de M. le Chevalier de Laurès, intitulée de même La Navigation, et que je m’avisai de la louer. […] Mais je ne me connaissais pas alors en poésie ; il fallait que M. de La Harpe vint au monde pour m’en donner la véri table idée.

  • 10 La pièce de Laurès a été critiquée par Fréron en 1762 (II, p. 258), ainsi que le journa liste l’ind (...)

7À cet endroit, la stratégie polémique prend un nouveau souffle par le re cours à la comparaison entre la pièce de Laurès10 et celle que l’Académie vient de couronner. Quelle supériorité chez le lauréat ! Quelle précision ! Là où son prédécesseur a besoin d’une strophe entière pour caractériser poétiquement la boussole, un seul vers lui suffit pour placer son élé gante périphrase de l’aimant conducteur…

8Mais le persiflage ironique n’est pas assez encore pour le féroce critique. C’est à coups de massue qu’il va achever sa victime, en une pé roraison de deux pages haletantes. Feignant d’avoir été interrompu dans son article par l’arrivée d’un de ses amis auquel il a donné à relire son analyse de La Navigation, il donne la parole à celui-ci, qui déclare brutalement que l’on ne doit se servir de l’ironie « que contre des au teurs qui méritent quelque considération » et que les sots pourraient bien prendre au pied de la lettre les compliments antiphrastiques ré pandus dans l’article. Et de refaire, sans aucun détour cette fois, la critique du malheureux poème, en regroupant les remarques précé dentes :

Dites donc, et dites hardiment, qu’il n’y a rien de plus commun, de plus pesant, de plus vague, de plus décousu, de plus mal dessiné, de plus glacial, de plus empesé, de plus maigre, de plus incorrect, de plus prosaïque, de plus martelé, de plus dur, de plus barbare, de plus anti-lyrique, que cette ode de La Navigation ; qu’aucune académie du Royaume n’en a jamais couronné d’aussi détestable ; qu’il n’y a pas une strophe, un vers qui soit poétique. […] Dites que les deux strophes seules de M. le Chevalier de Laurès que vous avez citées valent mieux que les trente-deux stances immortelles du Pindare des Jeux Académiques. Dites […] qu’on peut voir aujourd’hui comment on fait des odes quand on est assez abandonné du Dieu de la Poésie et du Goût pour dépri mer le grand Rousseau. Dites enfin que ce n’est pas sans raison que vous avez donné à La Harpe le glorieux surnom de Bébé, dans la possession duquel il s’affermit tous les jours de plus en plus.

9Conclusion en apothéose pour un éreintement en règle. Mais Fréron n’en a pas terminé avec La Navigation !

  • 11 Texte de Duruflé, Paris, Brunet et Demonville, 1773 ; texte de Doigni, Brunet et Demonville, 1773 ; (...)
  • 12 V, p. 365. La stratégie polémique (la dérision, toujours) est tout à fait remarquable.

10En effet, le concours académique de poésie l’amène à rendre compte de textes écartés par les Quarante, mais publiés par leurs au teurs. Le cinquième volume de L’Année littéraire de 1773 contient ainsi des recensions d’une Épître à un ami malheureux, d’un certain Duruflé, d’une Épître à un homme de lettres célibataire, du plus connu Doigni du Ponceau, d’une Épître d’un jeune poète à un jeune guerrier, du très discret André, d’une Épître d’un vieillard à un ami de son âge, d’auteur ano nyme, d’un morceau Sur un ami fiancé avec la sœur de son ami, d’un in connu Boutroux de Montcresson, et enfin du Jugement dernier, ode de meurée assez fameuse de Gilbert11. C’est dans la table des matières du volume12 que commencent les malheurs de La Harpe : chacun des titres que je viens de citer est accompagné, non pas du sous-titre attendu (pièce qui a concouru au prix de Poésie à l’Académie Française), mais d’un sous-titre revu et corrigé par les soins du joyeux folliculaire (pièce qui a concouru au prix de Poésie fondé pour M. de La Harpe à l’Académie Française). C’est dire déjà, – avec quelle drôlerie ! –, que les malheureux ri vaux de Bébé n’avaient guère de chances de remporter la palme. L’article sur Duruflé (V, p. 41) rappelle en ouverture que d’Alembert, se crétaire perpétuel depuis la mort, l’année précédente, de Duclos, a dé claré que l’Académie « ne donnait aucun accessit parce qu’un intervalle immense séparait M. de La Harpe de ses concurrents », et conclut, après s’être arrêté sur quelques vers assez réussis :

  • 13 Voir plus loin notre analyse de l’Éloge de Racine, où La Harpe développe cette malheureuse théorie.

J’aimerais mieux avoir fait seulement les quarante vers que je viens de vous ci ter qu’un volume entier d’odes telles que celle de La Navigation où M. de La Harpe a si heureusement mis en pratique sa merveilleuse théorie13 sur la chaleur du style.

11La pièce de Doigni, considérée (V, p. 67) comme tout à fait acceptable, n’appelle aucune allusion à La Harpe, ni non plus celle de Boutroux (V, p. 276), où il y a « du sentiment, de l’esprit et de fort bonnes vues sur le genre élégiaque », mais celle d’André (V, p. 137), que son auteur a eu la fâcheuse idée de dédier au Pindare des Jeux Académiques, conduit Fréron, qui en stigmatise la vacuité, à conclure en fanfare :

J’oubliais de vous dire, Monsieur, que cette épître est dédiée à M. de La Harpe. L’auteur paraît lui-même tout émerveillé de la rareté de sa démarche. Pour moi, cela me paraît fort simple. Aujourd’hui on dédie des ouvrages à ses pareils ; ces messieurs sont à peu de choses près des élèves de la même force, et il est assez égal que M. André adresse des épîtres dédicatoires à M. de La Harpe, ou M. de La Harpe à M. André.

12Manière mordante de réinvestir l’image polémique de l’écolier, si rude ment fustigé quelques semaines auparavant par le sévère régent. L’article sur l’anonyme Épître d’un vieillard (V, p. 129) rappelle que près de soixante poètes ont sollicité les suffrages de l’Académie et, citant longuement la préface de l’auteur, insinue que l’aréopage littéraire n’a probablement pas pris le temps de tout lire, la pièce au demeurant contenant de fort bons vers et ne méritant absolument pas d’avoir été jugée avec sévérité :

Si l’on avait jugé M. de La Harpe avec cette rigueur, vous conviendrez, Monsieur, qu’on n’aurait pas lu deux strophes de son ode.

13Mais c’est l’analyse de l’ode de Gilbert (V, p. 266), à laquelle, témoi gnage s’il en fallait de la sûreté de jugement de Fréron, notre journa liste trouve de grandes qualités (et quelques faiblesses) et accorde de longues citations, qui renferme les mots les plus durs contre La Harpe et son « éternelle médiocrité » :

Que l’on compare à ce que je viens de citer ce qu’il y a de moins mauvais dans l’ode de La Navigation, et que l’on juge ces deux rivaux. Ce n’est pas que l’ouvrage de M. Gilbert soit soutenu d’un bout à l’autre, […] mais, au milieu de ses défauts, il a des en droits sublimes et qui marquent le plus grand talent.

14Comment expliquer alors qu’on n’ait « seulement pas daigné faire men tion de l’ode de M. Gilbert à la séance de l’Académie » ? Fréron, qui dé clare préférer les ouvrages inégaux « où de grands défauts sont compen sés par des beautés du premier ordre à ces productions glacées qui gla cent et pétrifient le lecteur », ne recule pas devant l’hyperbole énorme : en couronnant La Harpe, le plat et froid La Harpe, contre l’inégal mais sublime Gilbert, on a préféré Campistron à Corneille… Je vous avouerai, toutes proportions gardées, que je suis assez de son avis !

  • 14 Fréron nous prévient (II, p. 305) de ne pas confondre ces Étrennes avec le recueil pé riodique de m (...)

15La démolition systématique du poète Bébé se cristallise évidem ment pour l’essentiel autour du concours académique. Mais L’Année lit téraire est contrainte par l’actualité de la librairie à y revenir plusieurs fois. Dans les Étrennes du Parnasse, ouvrage de plus d’un millier de pages consacré à la poésie latine antique14, le compilateur a reproduit beaucoup d’imitations en vers français des œuvres dont il traite :

Dans le nombre des imitations qu’il rapporte, il en est de très médiocres, entre autres celles du Président Bouhier, de M. Sedaine, de M. de La Harpe, etc. À quoi ser vent de pareilles citations ? Elles ne peuvent certainement ni être présentées comme des modèles ni donner une idée juste des auteurs qu’on y travestit.

16Dans la recension du Journal de musique (IV, p. 31), Fréron ne manque pas de signaler les « paroles très médiocres que M. de La Harpe a cou sues à l’ancien refrain Félicité passée  ». Puis il s’acharne sur une « mauvaise romance » au « ton sec et rogue » (IV, p. 43), qu’il dépèce ironi quement avant de conclure :

En vérité, Monsieur, ces couplets-là sont bien touchants ! M. de La Harpe de vrait donner un petit recueil de romances de cette force : je craindrais cependant qu’elles ne fissent plutôt rire que pleurer. Mais il n’y a pas de mal à cela ; aujourd’hui on rit si peu !

  • 15 La pièce qui, malgré une certaine affectation d’esprit un peu malhabile, est loin d’être mauvaise, (...)

17Il aura, quelques semaines après, à propos de la parution d’un Recueil de romances historiques, tendres et burlesques (VII, p. 315), l’oc casion de revenir sur le talent de Bébé pour ce petit genre (que notre critique n’apprécie guère, le trouvant monotone et répétitif) à la mode en ce temps-là. Les « quatre ou cinq » (même cette imprécision fait sens sous la plume de Fréron !) pièces de La Harpe insérées dans le volume sont « médiocres », à l’exception de « la plus considérable », intitulée Héro et Léandre15, qui est « mauvaise », en raison d’un « style sec et roide » et de quelques « demi-plaisanteries qui détruiraient tout l’intérêt, s’il y en avait dans cette romance ». Et de citer quelques vers pour « donner une idée du talent poétique » de son souffre-douleur dans ce genre de poésie, pour s’écrier finalement :

Quels vers, Monsieur, quel jargon ! Que dites-vous de cette belle expression flot ter dans la tempête et dans la nuit ? De plus, flotter sans résistance ; tant mieux pour Léandre s’il traversait les flots sans résistance, mais il n’avait pas ce bonheur, et mal heureusement pour lui les flots résistaient à ses efforts. Fatal flambeau, funeste tour, tremble que la mer en furie n’ait pas épouvanté l’amour, pour dire tremble qu’il ne se soit exposé pendant l’orage : comme cela est simple et naturel ! Dans un envoi de cette ro mance à une Madame***, M. de La Harpe fait l’homme agréable, le brillant petit-maître. Il vaut mieux, dit-il, attendre le moment heureux sur le rivage :

Mais si pour vous, par imprudence,
J’affrontais l’humide séjour,
Je voudrais du moins l’assurance
De n’être noyé qu’au retour.

Que ce par imprudence est léger ! Que cette saillie est bien placée à la fin d’une romance qui aurait dû attendrir !

  • 16 Cette réponse, en post-scriptum à un article du Mercure qui recense le même recueil de Romances, es (...)

18La Harpe répondit16 à cet éreintement en prenant Fréron (une fois n’est pas coutume…) en flagrant délit de mauvaise foi. Dans sa romance, pa rue à l’origine dans un Mercure de 1768, il avait écrit sans assistance, et non pas sans résistance :

Le critique n’a pas manqué de prouver tout au long que sans résistance ne si gnifiait rien, ce qui n’était pas une grande découverte. Il y aurait eu plus d’esprit à s’a percevoir que c’était une faute d’impression.

  • 17 Almanach des Muses, 1773, p. 47.

19Le compte rendu de l’Almanach des Muses (VII, p. 217), qui ne contient cette année-là que trois pièces de La Harpe, provoque néanmoins quelques piques assez acérées : il y a, dans la première, « quelques en droits que je n’entends pas », déclare le journaliste, qui trouve le poète fort peu galant et le raille de s’être comparé à « un jeune hôte des bo cages, à un rossignol » au moment même où il chevillait très laborieu sement. Dans l’imitation de l’ode d’Horace À Pirrha17, on relève des vers très durs, des métaphores (antiphrastiquement) superbes :

M. de La Harpe devrait laisser là ce pauvre Horace ; il n’est fait ni pour le tra duire, ni pour parler en son nom.

20L’allusion à la Réponse d’Horace à M. de V***, publiée par La Harpe en écho à l’Épître à Horace de Voltaire (1771) est transparente. Et nous touchons là, il me semble, au deuxième défaut rédhibitoire de Bébé aux yeux de Frélon : en plus d’être un poète médiocre, il est le favori de Voltaire.

Le thuriféraire

  • 18 Je cite d’après l’édition Beaudoin des Œuvres de Voltaire (Paris, 1828). Voir le tome 71, p. 532.

21Au censeur Marin, dont il découvrira un peu plus tard les forfai tures, le vieillard de Ferney écrit le 27 mars 177318 cet éloge dithyram bique de son disciple :

C’est de tous nos jeunes gens celui qui fait le mieux des vers, celui qui écrit le mieux en prose, et qui a le goût le plus sûr.

  • 19 Tome 71, p. 534.
  • 20 Tome 71, p. 541.
  • 21 Un exemple parmi d’autres (2 septembre 1773), à propos de La Navigation (tome 71, p. 609) : « Vous (...)

22Deux jours après19, c’est La Harpe lui-même que Voltaire charge de « glisser dans le Mercure » quelques vers (sur sa statue par Pigalle) qui se ront, dit-il, « un petit service rendu à Aliboron et à sa séquelle ». Nouvelle commission en avril20 : il s’agit cette fois de ruiner de réputa tion Clément de Dijon qui, après avoir essayé de courtiser le philosophe s’est reconverti dans la polémique anti-philosophique et semble être dé sormais, par antiphrase, « l’homme du monde le plus utile après l’il lustre Fréron »… Et un peu partout, en provenance de Ferney, des compliments outrés sur chaque petite production du prolixe La Harpe, et notamment celles que nous avons vu notre journaliste déprimer de manière mordante21. Il n’est guère surprenant, en somme, que L’Année littéraire s’en prenne à ce nourrisson de Voltaire, dont l’article inaugural de l’année 1773 (intitulé Préambule sur les Philosophes du jour dans la table des matières) analyse la conduite hypocrite à la tête de la ligue philosophique, qu’il encourage publiquement alors qu’il la méprise en réalité.

  • 22 L’Art de bien parler et de bien écrire en Français, Paris, Valade, 1772.

23La Harpe est un des membres de la secte… Dans le bref compte rendu en apparence favorablement anodin qu’il consacre au manuel de rhétorique22 publié par Beauvais (I, p. 351), Fréron regrette, en conclu sion, que l’auteur n’ait pas assez sollicité les Anciens dans le choix de ses exemples, et l’on rencontre le nom de Bébé en bonne compagnie dans la liste des Modernes indûment admis dans l’ouvrage :

Je pense que les Démosthènes, les Pindares, les Cicérons, les Horaces, etc., eus sent très bien figuré dans cette collection, où l’on a fait entrer MM. Marmontel, de Belloy, l’abbé Raynal, de La Harpe, de Lacombe, etc., etc., etc.

  • 23 Fréron n’invente rien : certaines correspondances de l’entourage de d’Alembert mon trent que celui- (...)

24Et l’article, sur lequel se referme le premier volume de l’année, résonne comme en écho avec le préambule où la Philosophie était présentée comme une « légion », comme un « torrent » qui cherchait à tout envahir, même l’esprit des jeunes gens, à travers un réseau de « gouverneurs » et de « précepteurs » répandus dans l’Europe entière23.

  • 24 Les trois Siècles de notre littérature, ou Tableau de l’esprit de nos écrivains depuis François Ier (...)
  • 25 La formule provient de l’article liminaire de l’année 1773 (I, p. 17). Il me semble que Fréron reco (...)
  • 26 Tome 71, p. 403. Outre la lettre à La Harpe insérée dans le Mercure, Voltaire avait écrit (tome 71, (...)

25La recension des Trois Siècles de notre littérature24, de Sabatier de Castres, occupe elle aussi une position stratégique en tête du deuxième volume de l’année (II, p. 3). L’ouvrage a fait « sensation », et si Fréron salue naturellement le « courage » et l’« habileté » de l’auteur « à démasquer en particulier le charlatanisme de la Philosophie moderne », il se montre plutôt réservé sur la méthode, les « inexactitudes » et les lacunes de cette production polémique. Le « nouvel Aristarque », remarque significative ment le feuilletoniste, n’est exempt de défauts que lorsqu’il parle de « nos grands Philosophes et de leurs ouvrages ». Et de citer longuement les pages consacrées à Voltaire, « subtil charlatan qui amuse, fait ache ter sa drogue à ceux mêmes qui n’y ont pas de foi » dans ce dictionnaire anti-philosophique. C’est presque incidemment que la collusion entre « le vieux orang-outang25 de Ferney » et Bébé se trouve dénoncée. Sabatier fait une observation curieuse sur une lettre de Voltaire à M. de La Harpe, que ce dernier s’est un peu trop empressé d’insérer dans le Mercure. « Dans le deuxième volume du Mercure d’avril 1772, qui ne parut que le 17 ou le 18 du même mois, M. de La Harpe rend compte des Odes pythiques de Pindare, traduites par M. de Chabanon. Dans le Mercure du mois de mai suivant, on trouve une lettre de M. de Voltaire à M. de La Harpe, dans laquelle on lui dit qu’il a rendu au très estimable M. de Chabanon la jus tice que mérite sa prose noble et harmonieuse. Or cette lettre de M. de Voltaire est da tée du 18 avril 1772, c’està-dire du jour même que parut à Paris le Mercure où se trouve l’extrait en question ». Au lecteur d’en tirer les conclusions qui s’imposent : La Harpe vient de révéler, par inadvertance, qu’il n’est jamais que le secrétaire ou le porte-voix de Voltaire… On rapprochera cette curieuse anecdote de ce que le vieillard de Ferney écrit, le 11 mai 1772, à Chabanon26, que les anti-philosophes chahutent un peu, car l’affaire fit quelque bruit :

Ma foi, mon cher ami, je ne souviens plus de ce que j’ai écrit à M. de La Harpe au courant de la plume. Il faudra que je lise le Mercure pour savoir ce que je pense. Je suis bien sûr d’avoir pensé que votre traduction de Pindare doit vous faire le plus grand honneur : c’est un ouvrage que très peu de gens de lettres sont à portée de faire.

  • 27 II, p. 289. Voltaire, sans doute ébranlé par les nombreuses critiques adressées à son style dans ce (...)

26Interprète et messager de la pensée de son père spirituel, La Harpe devrait en être encore le défenseur inconditionnel. Le peindre dans ce rôle, lorsqu’une production de Voltaire est manquée, serait une manière commode de le ridiculiser. Mais, pis encore, le peindre refusant ce rôle pour des ouvrages au-dessous de la médiocrité, en insinuant qu’il est pourtant capable de toutes les compromissions avec l’objectivité et le goût quand il s’agit de son idole, c’est faire d’une pierre deux coups : éreinter « le vieux métromane » (II, p. 291) et malmener le thuriféraire trop dévoué. C’est la stratégie mise en œuvre par Fréron dans l’article sur Les Lois de Minos27, tragédie de Voltaire parmi ses plus laborieuses. Il reproduit, en prétendant les tenir « d’un admirateur et d’un ami même » de Voltaire, les « observations » d’un familier de Ferney consulté par le grand homme sur sa pièce nouvelle, il s’offre même le luxe de re présenter son ennemi intime passant sa bile en rédigeant « un petit li belle charmant » contre « Jean Fréron », et la fiction qu’il imagine lui permet, après avoir comme à son habitude joué les régents de collège en énumérant fautes et négligences, de se placer (c’est le comble de l’ironie et de la jubilation) dans la posture d’un conseiller du vieux Tragique… Il retrouve, en péroraison à son exécution, l’habit du polémiste :

Enfin, puisque M. de Voltaire a daigné me consulter, je lui représenterai ce qu’on n’a peut-être pas encore osé lui dire, qu’à Paris ses amis mêmes, depuis plusieurs années, prennent le parti d’abandonner ses dernières pièces à la critique. Personne ne s’est chargé, pas même l’intrépide M. de La Harpe, de la défense des Pélopides et du Dépositaire. Tous ces ouvrages ne servent plus qu’à divertir le grand nombre des écri vains insultés par M. de Voltaire. […] Il est donc du devoir de l’amitié, de le supplier, au nom de sa gloire, de ne plus tant se tourmenter pour de si faibles productions qui dés honorent sa vieillesse et ternissent l’éclat de ses belles années.

27Comprenons que même La Harpe, prêt à tout pour défendre la gloire de son maître, baissera les bras devant la nullité de la tragédie nouvelle, comme il l’a déjà fait pour les deux ouvrages cités par l’auteur de L’Année littéraire. Et voici Papa grand homme et Bébé déchirés l’un et l’autre, l’un par l’autre.

  • 28 Je rappelle que Fréron est malade à cette période, et que son journal traverse une difficile crise (...)
  • 29 Grosier sera l’un des continuateurs de Fréron, à la mort de l’auteur de L’Année littéraire.
  • 30 Fréron a collaboré au Journal étranger, dont il est devenu directeur en 1755.

28Pourfendre le thuriféraire de Voltaire, c’est donc évidemment at teindre celui-ci. À parcourir les feuilles de Fréron pour 1773, à un mo ment où le triomphe du parti philosophique n’est plus contestable, on a l’impression que notre journaliste, quelque fier qu’il soit encore de sa « qualité d’inspecteur de police sur la littérature » (VI, p. 65), livre un combat perdu d’avance28 contre « les légions » (I, 9) adverses. Son « terrible antagoniste le Mercure » (VI, p. 69), dirigé par Lacombe et La Harpe, « son intrépide aide-major », est « entièrement dévoué » à la secte, et dans la Lettre à l’auteur de ces feuilles sur quelques objets de littérature qu’il insère dans sa livraison du 12 octobre (VI, p. 63), en esquissant une réorganisation du paysage journalistique où les différents pério diques se recentreraient sur leurs véritables spécialités (pour lui-même « l’histoire, la poésie, l’éloquence, le théâtre et les romans »), Fréron me semble exprimer comme une crainte de voir disparaître la possibilité, pour le public, de connaître « le pour et le contre » de l’abondante activité intellectuelle contemporaine (VI, 69). Tout se passe un peu comme si, en luttant contre La Harpe, incarnation du Mercure désormais voltai rien, notre critique défendait l’existence de son propre journal, conçu contre un contre-pouvoir face au triomphe des Lumières. Le septième volume de 1773 contient de ce point de vue un article assez éclairant. Fréron reproduit, sous le titre de Dénonciation d’un plagiat à l’auteur de ces feuilles (VII, p. 240), une lettre attribuée à l’abbé Grosier29 : il s’agit de prouver qu’un conte non signé inséré dans le Mercure de no vembre (Almet ou l’Emploi de la richesse) est la copie déformée d’un texte déjà publié, en 1754, par le Journal étranger30. Le « brigandage », l’« esprit de rapine » envahit jusqu’aux tribunaux des lettres »… L’auteur de L’Année littéraire le démontre aisément par quelques analyses compara tives, adresse à son habitude quelques piques au style incorrect du plagiaire, puis se demande qui peut bien être le responsable de ce larcin indigne :

De plusieurs gens de lettres qui travaillent au Mercure, le sieur Lacombe et M. de La Harpe sont les seuls qui s’avouent. Comme M. de La Harpe signe tous ses ar ticles, on pourrait peut-être attribuer au sieur Lacombe le plagiat que je viens de relever puisqu’il n’est point signé La Harpe ; mais ce serait une injustice, une atrocité, une ca lomnie. Le sieur Lacombe a trop d’esprit et de goût ; il ne peut pas même être soup çonné de cette ridicule parodie. Mais pourquoi donc, puisqu’il a tant d’intelligence, l’a-t-il adoptée et fait imprimer dans son journal ?

29Et d’ajouter que l’on trouverait sans doute bien d’autres exemples de pareilles malhonnêtetés dans le Mercure… Il s’agit bien sûr de dénigrer l’adversaire, de se poser en garant de l’honnêteté face à un journal peu digne de confiance, et parallèlement, par un usage subtil de l’ironie, de rendre responsable La Harpe, qui a forcément, à lire les insinuations de Fréron, moins d’esprit et de goût que Lacombe, qui pourtant n’en a pas du tout, puisqu’il s’est fait le complice de ce plagiat qui, si je puis dire, n’est ni de l’un ni de l’autre mais probablement de l’un ou de l’autre… De l’usage polémique de l’amphigouri ! Quoi qu’il en soit, une fois de plus, le thuriféraire de Voltaire est apparu en première ligne, cible privi légiée des attaques de L’Année littéraire, qui décidément ne manque au cune occasion de dénigrer le porteplume de la secte philosophique et la tribune d’où il parle.

Le Zoïle nouveau

  • 31 Il a remporté le prix dès 1767 pour l’Éloge de Charles V, puis en 1771 pour l’Éloge de Fénelon (qui (...)
  • 32 Paris, Lacombe, 1772. Le texte peut se lire aussi, dans une version dépourvue de notes et sensiblem (...)

30Médiocre poète, journaliste malhonnête à la solde de Voltaire, La Harpe est aussi un habitué des concours académiques d’éloquence, où il truste les récompenses, comme en poésie… Ses triomphes répétés31 proviennent tout autant de son talent que du soutien sans faille du parti des chapeaux. Néanmoins ce n’est pas pour l’Académie Française qu’il écrivit l’Éloge de Racine32 : le sujet avait été proposé en 1772 par l’Académie de Marseille, mais terminé trop tard l’ouvrage ne fut pas admis à concourir. L’auteur prit le parti de le faire imprimer, ce qui lui interdit de représenter son œuvre au jugement de l’aréopage phocéen qui avait remis le concours à l’année suivante.

  • 33 La première tragédie de La Harpe (Le Comte de Warwick, en 1763) avait obtenu un grand succès, mais (...)

31Le compte rendu de Fréron occupe plus d’une trentaine de pages (alors que l’ouvrage lui-même en compte à peine trois fois plus…) dans la livraison inaugurale de L’Année littéraire pour 1773, immédiatement après le Préambule sur les Philosophes du jour. C’est dire l’importance qu’il revêt. D’emblée, l’Éloge de Racine est présenté comme un avatar des Commentaires sur Corneille de Voltaire, par « un adolescent qui n’est connu que par des chutes33 et des rechutes au théâtre », du reste connu par l’outrecuidance de ses jugements littéraires ineptes. Comme l’œuvre de Voltaire, le livre nouveau n’est qu’une charge contre « le premier Tragique » :

L’auteur de Pharamond insulte le grand Corneille ! Le même homme qui nous a donné Timoléon et Gustave comme des tragédies vient nous demander si Cinna en est une. Enfin (s’y serait-on attendu ?) on se voit réduit à défendre le talent de notre Eschyle pour l’art dramatique.

32Il se résume même à un « parallèle de Corneille et de Racine, où ce der nier est préféré sans cesse à son rival », le Zoïle inspiré par Voltaire re prenant les critiques de son maître contre l’auteur du Cid pour prôner les tragédies de l’auteur d’Andromaque.

33Fréron va donc reprendre dans le détail les jugements de La Harpe. Il commence par montrer que les défauts que l’on peut trouver chez Racine lui-même ne nuisent en rien à l’intérêt de ses tragédies, puis il établit que le « génie vraiment dramatique » de Corneille est in contestable, à voir seulement combien habile il a pu être à mettre en jeu la pitié et la terreur, fournissant bien souvent des modèles à son successeur. Il discute ensuite l’analyse défavorable de Polyeucte donnée par l’auteur de l’Éloge de Racine, avant de développer l’idée, très fré quemment rencontrée à l’époque, que Corneille est vraiment « le père de notre théâtre ». À cet endroit, il s’arrête un moment : ne va-t-on pas croire qu’il déprime Racine pour prôner son aîné ? Que non pas. Il ne s’agit que de rétablir une juste balance et de remettre en place le cri tique trop zélé :

N’allez pas croire, Monsieur, que mon dessein ait été de flétrir les lauriers de Racine. Si j’ai rappelé quelques-uns de ses défauts, ce n’est que pour réprimer l’audace de son indiscret panégyriste. S’il se trouvait quelque autre Zoïle qui voulût rabaisser l’auteur divin de Phèdre et d’Athalie, je m’élèverais avec autant de courage contre cette nouvelle profanation. […] Eh ! pourquoi louer deux grands hommes aux dépens l’un de l’autre ? Leur gloire ne peut-elle subsister ensemble ?

34Racine lui-même a d’ailleurs prévenu les critiques de La Harpe et de ses pareils, dans la réponse qu’il fit au discours de Thomas Corneille, élu en 1685 au fauteuil académique de son aîné. Fréron la cite longuement pour conclure avec malice :

Ainsi Racine reconnaît que Corneille a fait des tragédies, et de belles tragédies. M. de La Harpe soutient le contraire : voilà, Monsieur, deux grandes autorités dont le poids doit vous embarrasser.

35Le pygmée ridicule, l’écolier sans vergogne se trouve en contradiction avec celui-là même qu’il prône…

  • 34 À titre d’exemple de l’éloquence académique de La Harpe, je cite le passage : « On au rait honte de (...)

36Notre journaliste, ensuite, s’attache à ruiner l’explication appor tée par l’auteur de l’Éloge à la retraite de l’auteur de Phèdre, question qui est loin d’être éclaircie aujourd’hui. La Harpe la met sur le compte des cabales34 ourdies contre le chefd’œuvre de 1677. Fréron, lui, pré fère y voir des motivations religieuses, et il en profite pour pourfendre l’irréligion des Philosophes modernes, dont le Zoïle nouveau lui paraît un parfait représentant :

Pourquoi dissimuler le vrai motif de la retraite de Racine ? Pourquoi, Monsieur ? La raison en est simple : dans ce beau siècle de Philosophie, on croirait avilir un littéra teur illustre si l’on citait la religion pour le principe de ses démarches. On aime mieux en faire un homme faible et pusillanime, que d’en faire un chrétien : ce serait une tache trop honteuse à sa mémoire.

37Puis il consacre quelques pages à contredire certaines des notes dont La Harpe a équipé son discours, notamment celles où l’écrivain acadé mique s’attaque à la force et à la chaleur du style cornélien, Notre folli culaire a beau jeu de railler Bébé d’avoir osé parlé de ce qu’il ne connaît pas, quand il estime que ces deux qualités sont les compagnes insépa rables de l’incorrection et de « l’aspérité », quand il confond la chaleur avec « un amas d’exclamations, d’apostrophes, d’expressions ridicules, dépourvues de bon sens, d’intérêt, d’éloquence »… Bref, à un tel critique, suggère Fréron à la suite d’une indication de La Harpe, il faut une autre tribune que l’Académie, d’autres suffrages que ceux des gens de goût : le Zoïle vaniteux et ridicule est écrasé par l’absurdité même de sa préten tion à juger de ce qu’il ne saurait comprendre : le génie, et même le ta lent, lui sont absolument étrangers.

38Le journaliste peut donc conclure l’étude du fond de l’Éloge de Racine en reprenant avec vigueur son thème de départ : tout, dans l’ou vrage, n’est jamais que la copie fidèle des erreurs de Voltaire dans ses Commentaires sur Corneille. La Harpe, ou la voix de son maître :

M. de Voltaire y est loué à toute outrance, et les Commentaires sur Corneille, gé néralement reconnus mauvais, y sont exaltés comme un chef-d’œuvre d’esprit, de rai son, de critique, de goût, de jugement et d’impartialité. […] L’Éloge de Racine, ou plutôt la satire de Corneille, n’est qu’un extrait, une analyse, un résumé de ces mêmes Commentaires ; il est naturel que le ruisseau rende hommage à sa source.

  • 35 La même idée se retrouve dans Les Prôneurs de Dorat, rédigés sans doute vers 1773, quoique publiés (...)

39De même donc que Bébé journaliste n’est que l’avorton du vieillard de Ferney, Bébé orateur et critique littéraire ne fait que démar quer Voltaire. La série de remarques terminales sur le style de l’Éloge, où Fréron endosse une fois de plus l’habit du régent qui lui sied si bien, dénonce – avec raison, je crains – l’emphase, « la déclamation », « l’enflure », « le précieux et le contourné » dont ce discours est rempli, jusqu’à en devenir littéralement incompréhensible. Deux passages, où il est question de Voltaire, exercent tout particulièrement la verve venge resse de notre feuilletoniste. Dans l’un, La Harpe semble regretter que le Philosophe, ultime rempart du bon goût contre la barbarie moderne, ne soit plus aussi combatif qu’auparavant35 :

Hélas, la colonne de ce siècle, celle sur laquelle il s’appuyait pour regarder avec assurance le siècle précédent, ne peut pas toujours résister aux années. Un siècle qui s’appuie sur une colonne pour regarder un autre siècle ! Quelle magnifique image ! Quel sublime rare ! Mais quelle est cette merveilleuse colonne ? Eh, ne le devinez-vous pas, Monsieur ? C’est M. de Voltaire. Effectivement cette colonne-là ne résistera pas, du moins tout entière, aux années.

40Dans l’autre, « le panégyriste de Racine, qui l’est encore plus de M. de Voltaire », nomme celui-ci « une puissance » :

M. de La Harpe a l’air d’avoir bonne envie d’être lui-même une grandeur, une puissance ; et c’est un spectacle divertissant que sa lutte perpétuelle contre la nature qui l’a fait petit.

  • 36 Œuvres de Lebrun, Paris, Warée, 1811, tome 3, p. 40 (c’est l’épigramme LXX du livre premier).

41Aux yeux de Fréron donc, le Zoïle La Harpe n’est guère que le singe, dérisoire et ambitieux, de « l’orang-outang » de Ferney. Cela ne mériterait guère plus que quelques « bonnes épigrammes » (I, p. 43), s’il ne s’agissait pas de défendre la littérature française de « l’anarchie » (I, p. 18) dans laquelle elle est tombée, et je ne résiste pas au plaisir d’en ci ter une, fameuse, de Lebrun, intitulée Sur La Harpe qui venait de parler du grand Corneille avec irrévérence36 :

Ce petit homme à son petit compas
Vient sans pudeur asservir le génie.
Au bas du Pinde il trotte à petits pas,
Et croit franchir les sommets d’Aonie.
Au grand Corneille il a fait avanie ;
Mais, à vrai dire, on riait aux éclats
De voir ce nain mesurer un Atlas ;
Et, redoublant ses efforts de pygmée,
Burlesquement roidir ses petits bras,
Pour étouffer si haute renommée.

***

42Que retenir de ce parcours rapide à travers une seule année du monumental périodique de Fréron ? De Bébé, notre journaliste trace une portrait féroce : l’ironie, le persiflage lui servent à dénoncer l’ignorance et la médiocrité d’un poète prolixe et sans talent, dont les succès aca démiques ne peuvent guère s’expliquer que parce qu’il est prôné par la secte philosophique. Bébé n’est qu’un rimailleur, dont le régent Fréron a beau jeu de dénoncer les maladresses d’écolier : il ne peut guère se prendre pour un Horace que parce qu’il a le soutien actif de Ferney, et parce qu’il s’est institué le thuriféraire de Voltaire. C’est donc toujours Papa grand homme qui est la cible ultime de L’Année littéraire : la lutte de notre folliculaire contre le fournisseur du Mercure n’est qu’un aspect de la sempiternelle joute entre Fréron et son vieil ennemi. En somme, un combat par procuration, qui bien souvent avoue l’identité réelle de sa cible, comme il apparaît très bien dans l’éreintement de l’Éloge de Racine, qui n’est qu’une vulgarisation des thèses dramatiques de Voltaire : derrière le Zoïle dérisoire qui monte à l’assaut et prend une raclée méritée, le grand vieux Zoïle de Ferney reçoit sa part, essentielle, des coups.

43Je conclurai en revenant au Préambule sur les Philosophes du jour qui inaugure l’année 1773 des feuilles de Fréron :

Qu’on détache, écrit notre journaliste, du faisceau philosophique tous les ro seaux débiles qui le composent et qui lèvent avec confiance leur petite cime orgueil leuse, il n’en est pas un seul qu’un souffle ne renversât.

44Bébé n’est que l’un de ces « incurables médiocres qui n’ont ni génie, ni âme, ni style », et qui n’existent que parce que Voltaire les cimente et les soutient, même s’il les méprise. Qui reste-t-il alors, face à cet ennemi malmené mais admiré ? Fréron seul, « le seul homme qui ait du goût », ainsi qu’il parvient à le faire dire (I, 14) au seigneur de Ferney lui-même au détour d’une anecdote. Derrière la polémique contre le pygmée La Harpe comme derrière toutes les attaques contre les Philosophes, ne perdons jamais de vue le face à face formidable des deux géants du siècle.

Notes

1 V, p. 144. Dans la mesure où mes investigations n’ont porté que sur l’année 1773 du périodique de Fréron, j’indiquerai mes références succinctement par le numéro du vo lume suivi de celui de la page. Je n’ai pas par ailleurs la prétention de retracer toute l’histoire de l’inimitié entre Fréron et La Harpe, qui remonte à 1758, au moment où le jeune poète, soucieux de « faire sa cour aux Philosophes », lança contre le journaliste un violent pamphlet (L’Alétophile). On se reportera à la thèse magistrale de Jean Balcou (Fréron contre les Philosophes, Genève, Droz, 1975, voir notamment le chapitre I de la troisième partie).

2 Le témoignage le plus intéressant du voltairisme de Lacombe demeure sa compilation des idées littéraires du grand écrivain publiée en 1766 sous le titre de Poétique de M . de Voltaire.

3 On se reportera au tome III des Œuvres de Lebrun publiées par Ginguené (Paris, Warée, 1811), et à l’Acanthologie ou Dictionnaire épigrammatique (Paris, Marchands de nouveautés, 1817).

4 Voir les Mémoires pour servir à l’histoire de notre littérature (Londres, 1771) de Palissot, p. 132.

5 Voir II, p. 292, la note où Fréron glose cette dernière formule (dans le compte rendu des Lois de Minos, tragédie de Voltaire) : « C’est le nom que donnent à M. de Voltaire tous les petits polissons d’adulateurs qui lui parlent ou qui lui écrivent »…. On rap pelle que polisson désigne « un petit garçon malpropre et vagabond qui s’amuse à jouer dans les rues, dans les places publiques » (Dictionnaire de l’Académie, 1762). Quant au surnom de Bébé, il servait à l’origine à désigner le nain de Stanislas de Pologne.

6 Je renvoie à la Correspondance de Voltaire, qui a échangé plus de quatre-vingts lettres avec son disciple (d’un moment, puisqu’on connaît le reniement de La Harpe et sa conversion, après la Révolution), et à l’excellente notice de D. Masseau dans l’Inventaire Voltaire (Gallimard, 1995). Pour l’année 1773 qui nous concerne, la désignation par le patriarche de Ferney de son correspondant parisien, est en général mon cher successeur.

7 Il a été couronné dès 1766 pour un discours en vers intitulé Le Poète.

8 La Navigation, ode qui a remporté le prix de Poésie à l’Académie française en 1773, Paris, Brunet, 1773. La critique de Fréron (IV, p. 313) emplit une lettre entière, sur près de vingt pages.

9 L’on sait que Fréron a effectivement été régent de Quatrième au collège Louis-le-Grand. La Harpe, dans une note à sa Réponse d’Horace à M. de Voltaire, qui paraît jus tement en 1773 (en fait fin 1772 : Fréron en donne le compte rendu dans sa dernière li vraison de cette année), l’accuse (c’est de bonne guerre) de n’avoir été « que régent de Sixième » (voir les Œuvres choisies et posthumes de M. de La Harpe, Paris, Migneret, 1806, tome 3, p. 158). Je renvoie au début de ce texte connu : La Harpe y étrille succes sivement Linguet, Fréron et Clément de Dijon.

10 La pièce de Laurès a été critiquée par Fréron en 1762 (II, p. 258), ainsi que le journa liste l’indique luimême en note.

11 Texte de Duruflé, Paris, Brunet et Demonville, 1773 ; texte de Doigni, Brunet et Demonville, 1773 ; texte d’André, Brunet et Demonville, 1773 ; texte de Boutroux, Valade, 1773 ; texte de Gilbert, Marchands de Nouveautés, 1773. La pièce anonyme est donnée par Fréron sans indication de lieu ni d’éditeur.

12 V, p. 365. La stratégie polémique (la dérision, toujours) est tout à fait remarquable.

13 Voir plus loin notre analyse de l’Éloge de Racine, où La Harpe développe cette malheureuse théorie.

14 Fréron nous prévient (II, p. 305) de ne pas confondre ces Étrennes avec le recueil pé riodique de même titre, qui paraît depuis 1770, et qui est un succédané de l’Almanach des Muses.

15 La pièce qui, malgré une certaine affectation d’esprit un peu malhabile, est loin d’être mauvaise, fut jugée digne de figurer dans les Œuvres choisies et posthumes de La Harpe (Paris, Migneret, 1806, voir au tome 3, p. 126).

16 Cette réponse, en post-scriptum à un article du Mercure qui recense le même recueil de Romances, est reproduite au tome 6 des Œuvres de M. de La Harpe (Paris, Pissot, 1778), p. 22.

17 Almanach des Muses, 1773, p. 47.

18 Je cite d’après l’édition Beaudoin des Œuvres de Voltaire (Paris, 1828). Voir le tome 71, p. 532.

19 Tome 71, p. 534.

20 Tome 71, p. 541.

21 Un exemple parmi d’autres (2 septembre 1773), à propos de La Navigation (tome 71, p. 609) : « Vous faites frémir le lecteur sur les dangers de la navigation, et le moment d’a près vous lui donnez envie de s’embarquer.  » Dans la même lettre, la formule d’adieu comprend cette apostrophe hyperbolique : « mon cher successeur qui vaudrez mieux que moi »…

22 L’Art de bien parler et de bien écrire en Français, Paris, Valade, 1772.

23 Fréron n’invente rien : certaines correspondances de l’entourage de d’Alembert mon trent que celui-ci s’employait parfois à placer ses relations en qualité de précepteurs dans des familles aristocratiques ou princières.

24 Les trois Siècles de notre littérature, ou Tableau de l’esprit de nos écrivains depuis François Ier jusqu’en 1772 par ordre alphabétique, Amsterdam et Paris, Gueffier et Dehansi, 1772, 3 volumes.

25 La formule provient de l’article liminaire de l’année 1773 (I, p. 17). Il me semble que Fréron recourt moins souvent que d’autres polémistes à l’animalisation burlesque de sa cible.

26 Tome 71, p. 403. Outre la lettre à La Harpe insérée dans le Mercure, Voltaire avait écrit (tome 71, p. 364), dès le 9 mars, une longue missive de remerciement à Chabanon à propos de sa traduction de Pindare.

27 II, p. 289. Voltaire, sans doute ébranlé par les nombreuses critiques adressées à son style dans cette pièce, renia l’édition publiée par Valade au début de 1773.

28 Je rappelle que Fréron est malade à cette période, et que son journal traverse une difficile crise financière. On se reportera aux travaux de Jean Balcou (Élie Fréron contre les Philosophes, Droz, 1975, et Le Dossier Fréron, Droz, 1975).

29 Grosier sera l’un des continuateurs de Fréron, à la mort de l’auteur de L’Année littéraire.

30 Fréron a collaboré au Journal étranger, dont il est devenu directeur en 1755.

31 Il a remporté le prix dès 1767 pour l’Éloge de Charles V, puis en 1771 pour l’Éloge de Fénelon (qui déchaîne les polémiques) ; il le remportera encore en 1775 pour l’Éloge de Catinat.

32 Paris, Lacombe, 1772. Le texte peut se lire aussi, dans une version dépourvue de notes et sensiblement remaniée, dans les Œuvres choisies et posthumes de La Harpe (Paris, Migneret, tome 3, p. 289) ou dans l’édition du Théâtre complet de Racine avec le commentaire de M. de La Harpe (Paris, Verdière, 1817, tome 1, p. 97) publiée par Germain Garnier (première édition en 1807).

33 La première tragédie de La Harpe (Le Comte de Warwick, en 1763) avait obtenu un grand succès, mais ses tentatives suivantes (Timoléon, en 1764, Pharamond, en 1765, Gustave Wasa, en 1766) avaient été des échecs retentissants, les deux dernières n’ayant même pas été publiées.

34 À titre d’exemple de l’éloquence académique de La Harpe, je cite le passage : « On au rait honte de rappeler ici les ressorts odieux que l’on fit jouer, les manœuvres abjectes que l’on employa. […] Que la haine était habile d’appeler la médiocrité pour l’opposer au talent ! Qu’elle savait bien que de tous les affronts le plus sensible pour un homme supérieur, est de le faire rougir d’un indigne rival ! Triomphez, barbares, vous avez vaincu. […] Triomphez, vous dis-je, hommes lâches et cruels : votre victoire est plus grande que vous ne l’avez cru ; vous ne vouliez peut-être qu’humilier le talent, et vous l’avez découragé, vous l’avez abattu. Il sort vainqueur de la lice, mais il n’y rentrera plus ; il vous cède, vous n’entendrez plus sa voix. Sa voix qui enchantait la France, ne blessera plus vos oreilles par de nouveaux accents ; et peut-être allez-vous lui pardon ner sa gloire, quand il cessera de l’augmenter.  » (Œuvres choisies et posthumes, Paris, Migneret, tome 3, p. 319-320).

35 La même idée se retrouve dans Les Prôneurs de Dorat, rédigés sans doute vers 1773, quoique publiés tardivement en 1777. Callidès (le personnage qui représente d’Alem bert) évoque Uranis (Voltaire) qui guide encore les Philosophes « au bord de son tom beau », et il a recours (II, 5) à l’image raillée par Fréron : « Je tiens les clefs du temple, il en est la colonne »…

36 Œuvres de Lebrun, Paris, Warée, 1811, tome 3, p. 40 (c’est l’épigramme LXX du livre premier).

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540