Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Élie Fréron

 | 
Sophie Barthélemy
, 
André Cariou
, 
Jean Balcou

1. Fréron et le monde des lettres

Fréron-Rousseau ou la logique du cœur

François Jacob

Texte intégral

  • 1 L’Année littéraire, 1770, tome II, p. 33. Cité par Jean Balcou dans son ouvrage Fréron contre les p (...)
  • 2 Terme, comme on le verra, on ne peut plus approprié.

1La « logique du cœur » : cette formule semble, à bien des égards, l’une des plus adéquates à dire ce que furent les rapports de Fréron et de Rousseau. D’abord parce qu’elle a été employée contre Voltaire, l’ennemi de toujours (« Personne n’entend moins que Voltaire la logique du cœur1 ») et que Voltaire s’est précisément sans cesse interposé entre les deux hommes, brouillant l’image qu’ils pouvaient avoir l’un de l’autre et les éloignant, s’il en était besoin, encore un peu plus. Ensuite parce qu’elle valorise ce qui, dans L’Année littéraire, va définitivement faire pencher la balance en faveur du Citoyen de Genève : sa propension à l’expression d’une sensibilité « brûlante2 ». Enfin, parce qu’à travers le contraste qui la fonde, (peut-il exister une « logique du cœur » ?), elle met à nu la différence fondamentale qui a toujours séparé, malgré le rapprochement de l’année 1761, Fréron et Rousseau : tandis que la morale reste pour le premier l’expression d’une identité collective en rapport direct avec la transcendance, elle devient pour le second l’expression individuelle et spontanée d’un cœur qui est à lui-même sa propre fin.

  • 3 C’est ainsi que Fréron désigne souvent Rousseau. L’expression peut se lire teintée d’une certaine i (...)

2Mais peut-on vraiment parler de « rapports » entre Fréron et Rousseau ? Outre que leurs relations furent, pendant une quinzaine d’années, empreintes d’une causticité, voire d’une violence en partie héritées de l’atmosphère de la Querelle des Bouffons, elles restent marquées par une série d’absences ou de retards assez étonnants. Non que le « décalage » ainsi produit entre la présentation de telle œuvre du « philosophe genevois3 » et son compte rendu dans les Lettres sur quelques écrits de ce temps ou L’Année littéraire ne puisse donner lieu à une pointe supplémentaire : on se souvient par exemple des huit mois séparant la représentation du Devin de village à Fontainebleau de l’analyse qu’en propose Fréron, en 1753, et où perce une ironie – osons le mot – voltairienne :

  • 4 Lettres sur quelques écrits de ce temps, VI, p. 212. Cité par Jacqueline Biard-Millerioux dans L’Es (...)

Notre siècle est si fécond en beaux ouvrages qu’il ne m’est guère possible de vous les faire admirer tous. Je vais néanmoins aujourd’hui réparer l’injurieux silence que j’ai gardé sur le chef-d’œuvre lyrique de M. Rousseau. En voici le fond que vous trouverez très neuf, très piquant, plein de vraisemblance et d’intérêt4

  • 5 L’Année littéraire, 1768, tome III, lettre V, p. 118.

3Même écart, cette fois-ci dépourvu de tout esprit satirique, dans le compte rendu de La Nouvelle Héloïse : tandis que le roman paraît au début du mois de février 1761, il faut attendre le 14 avril pour lire les quarante-et-une pages que Fréron lui consacre dans L’Année littéraire. L’année suivante, pas un mot sur Emile et le Contrat social. Emile ne se verra cité que bien plus tardivement, au hasard des circonstances. Il est vrai qu’à la verve satirique de la décennie 50-60 aura du moins succédé un réel enthousiasme pour le Citoyen de Genève dont les ennemis, ou les plagiaires, font les frais : c’est le cas de l’auteur du Gouverneur, ou Essai sur l’Education, publié en 1768, et qui doit essuyer, en guise de conclusion, après une description de plus de vingt pages, le sel d’un euphémisme : « J’oubliais de vous dire que le Gouverneur est un peu calqué sur l’Emile de M. Rousseau de Genève5 ».

  • 6 Rousseau, Confessions, Œuvres complètes, Bibliothèque de la Pléiade, tome I, 1959, p. 121.
  • 7 Ibid.
  • 8 Expression récurrente, là encore, qu’on trouve par exemple dans L’Année littéraire, 1758, tome VI, (...)

4Rousseau, de son côté, n’entre guère en lice contre le journaliste : sa réaction à l’article de Fréron, à propos du premier Discours, est à la fois tardive et diffuse ; la longue lettre qu’il lui écrit en date du 21 juillet 1753 ne parviendra jamais à son destinataire ; enfin, si Fréron est cité dans le troisième livre des Confessions, c’est à l’issue d’un souvenir dont Jean-Jacques, alors réfugié à Wootton, approuve luimême le caractère facétieux : l’attestation du miracle de M. de Bernex, déterrée par le journaliste, n’était rien moins qu’une « découverte… heureuse6 » dont l’auteur est le premier à sourire : « L’à-propos me parut à moi-même très plaisant7. » Que les deux hommes ne soient jamais entrés en contact – à l’exception, peutêtre, du billet envoyé le 21 février 1761 à l’auteur de La Nouvelle Héloïse et qui signe, en même temps qu’il signale, un net rapprochement – ne nuit évidemment en rien à l’élaboration des articles de L’Année littéraire consacrés à Rousseau. Faut-il toutefois attribuer à cette absence d’échange direct la fréquente convocation, chez Fréron, d’un tiers à la fois juge et partie ? Tiers qui peut être le modèle auquel chacun, et Rousseau en particulier, se doit de mesurer l’aune de son talent ; qui est souvent la clique des philosophes, dont Rousseau a momentanément grossi le chœur, altérant pour quelques années « l’amour de la vertu8 » que Fréron saura finalement reconnaître en lui ; tiers qui comprend enfin la liste interminable des adversaires du Citoyen de Genève, dont Fréron examine patiemment les propositions ou les contestations.

  • 9 Sa façon de raisonner est capable d’en imposer à des lecteurs peu attentifs ; il tire des conséquen (...)

5Si modèle il y a, il n’en peut être qu’un : c’est naturellement l’image de Montesquieu qui apparaît, de manière récurrente, dans l’analyse des œuvres de Jean-Jacques. Dans les Lettres sur quelques écrits de ce temps, la réponse à certaines des « majeures9 » du Discours sur les sciences et les arts mène ainsi Fréron à un parallèle entre Grecs et Turcs, lequel s’achève sur le rappel de l’image du feu grégeois :

  • 10 Lettres sur quelques écrits de ce temps, volume 5, lettre IV, p. 86.

Ces mêmes Turcs, sans Arts, sans Lettres et sans Sciences, sont aujourd’hui plus faibles, plus corrompus, que l’étaient les Grecs, dont ils ont détruit l’Empire… Du moins est-il certain, comme le remarque M. le Président de Montesquieu, que le feu grégeois, une des plus belles inventions de l’Art, conserva Constantinople pendant plusieurs siècles10.

  • 11 Jean-Jacques Rousseau à Fréron », lettre du 21 juillet 1753, dans Jean Balcou, Le Dossier Fréron, C (...)

6L’article consacré à La Nouvelle Héloïse s’achève de même sur une citation de l’auteur du Temple de Gnide. Rousseau n’était toutefois pas en reste, qui reprochait à Fréron d’avoir « si agréablement plaisanté sur L’Esprit des Lois11 ». Si tous deux pouvaient toutefois, au-delà des dissensions de fond qui les préoccupent, asseoir un raisonnement ou amorcer un mouvement dialectique avec, pour appui, l’œuvre de Montesquieu, tel ne sera plus le cas lorsqu’ils se trouveront, l’un et l’autre, en butte aux attaques sans fin, comme sans fondement, de la « coterie » philosophique.

7Attaques qui, dans les feuilles de Fréron, génèrent une relation à trois rendue d’autant plus complexe que le journaliste s’adresse toujours à son interlocuteur imaginaire. Qu’il vienne au secours d’un Rousseau malmené par Voltaire ou par les auteurs du futur « complot », qu’il soit lui-même visé par le truchement indirect de quelque grossier libelle, Fréron voit souvent son activité critique détournée d’une possible analyse de fond de la pensée de Jean-Jacques, et ce au profit des soubresauts d’une querelle entamée dès les Lettres sur quelques écrits de ce temps et qui ne s’achèvera que bien après le 10 mars 1776.

  • 12 Lettres sur quelques écrits de ce temps, XII, 342, 20 décembre 1753 ; cité par Jean Balcou dans Fré (...)

8Encore cette querelle vise-t-elle précisément, ou vise-t-elle d’abord, le Citoyen de Genève. L’attaque se profile de biais, selon le principe de cette « relation à trois » où à un délocuté explicite correspondent une visée, et une victime, implicites. Jean Balcou rappelle par exemple que, lors de son compte rendu du Siècle de Louis XIV, Fréron retient essentiellement l’article « Musicien » où Voltaire « réfute en peu de mots les objections contre notre musique que Jean-Jacques a mises en beaucoup de pages12 ». Les Fêtes de Ramire, dont on sait qu’elles furent l’occasion pour Jean-Jacques d’entrer en relation avec l’auteur de Zaïr, auraient pu donner lieu à un semblable ricochet : Rousseau, en effet, avait été chargé, avant la présentation de cette comédie-ballet à l’Opéra, de certains raccords et de la composition de quelques récitatifs. Mais son nom disparaît du programme, et cet épisode est promptement effacé par l’arrivée des Bouffons.

  • 13 Ibid., p. 112.
  • 14 L’Année littéraire, 1758, tome VI, lettre XIII, p. 290.

9Les exemples de ces atteintes de biais se multiplient dans ou contre L’Année littéraire. D’Alembert avoue, dans une lettre à Tressan datée du 26 décembre 1755, que, comme le dit Jean Balcou, « ce qui l’intéresse, dans l’histoire du Cercle, ce n’est pas tant l’attentat de Palissot contre Rousseau que le désir de nuire à Fréron13 ». Ce même trio est reconstitué quelques années plus tard, lors de la publication de la Lettre à d’Alembert sur les spectacles : le protégé d’hier devient le protecteur de la victime passée et met à mal son ex-défenseur. Rousseau, en effet, « met dans un jour assez fâcheux l’impudence de l’Encyclopédiste14 ».

  • 15 Le terme est employé par Jean Balcou : « Rousseau, contre qui il s’était jadis tant déchaîné, a, en (...)
  • 16 Expression relevée dans L’Année littéraire, 1773, III, p. 185. Cité par Jean Balcou, op. cit., p. 2 (...)
  • 17 Ibid.

10Mais c’est Voltaire, on s’en doute, qui reste la cible privilégiée – ou le principal instigateur – de ce qu’il convient d’appeler de réels « débordements ». Le point culminant en est la querelle du philosophe genevois avec Hume, en 1766 : que l’agressivité manifeste du patriarche ait aidé à cristalliser le mouvement de sympathie de Fréron pour Rousseau ne fait guère de doutes. Qu’il ait mis en relief, audelà de la « fascination15 » du journaliste pour le « génie16 » du genevois, ce qui les sépare sur le fond, en fait encore moins. Ce ne sera pas là l’un des moindres avatars de l’éternel combat de Fréron contre le « baladin17 » de Ferney.

11Si l’allusion, implicite ou non, permettait, dans le cas de d’Alembert, de Voltaire, ou de leurs acolytes, de diversifier les points de vue et, partant, d’accentuer à la fois le rythme et l’intensité des attaques en cours, le recours à un tiers aura, dès lors qu’il s’agira d’envisager Rousseau auteur, une tout autre fonction. Il permettra non plus d’accentuer, mais bien d’atténuer la rigueur des critiques. Les très nombreux comptes rendus des adversaires ou des plagiaires de Jean-Jacques dépassent en effet, tant du point de vue de leur nombre que de la qualité de l’analyse, ce qu’on serait en droit d’attendre d’une simple manifestation de « bonne foi » ou d’impartialité. Non qu’il faille absolument voir, dès la période des Bouffons, le « germe » d’une sympathie qui ne deviendra explicite qu’à la publication de La Nouvelle Héloïse. Mais ce regard de biais est tout au moins aussi révélateur que les analyses mêmes des productions de Rousseau, d’ailleurs très incomplètes.

  • 18 L’Année littéraire, 1754, tome I, lettre VI, p. 133. Fréron rappelle que, dans la querelle musicale (...)

12La verve satirique de Fréron se fait ainsi curieusement jour contre les adversaires de Jean-Jacques au plus fort de la Querelle des Bouffons. Toutes les lettres, tous les discours qui ont « levé l’étendard de l’indignation18 » contre l’auteur de la Lettre sur la musique française sont examinés avec soin et, pour certains, désavoués avec la plus grande fermeté. Yzo, pseudonyme sous lequel se cache le comte Ozy, proposait par exemple de substituer le bas-breton au français, afin d’éviter la répétition de certaines voyelles, et notamment des « e » muets. Fréron de réagir aussitôt :

  • 19 L’Année littéraire, 1754, tome I, lettre VI, p. 144.

M. Yzo rapporte une petite chanson bretonne de huit vers, dont quatre finissent par des voyelles. Mais il paraît que M. Yzo n’est pas bas-breton, ou du moins qu’il a oublié sa langue maternelle ; car cette chanson est ici horriblement défigurée. Les vers sont très mal arrangés ; un seul et même mot s’y trouve coupé par la moitié, comme si c’était deux mots. J’ai eu mille peines à déchiffrer ce couplet ; et je ne sais trop si je dois me savoir gré d’être enfin venu à bout de le comprendre, car il renferme la plus sale polissonnerie19.

  • 20 L’Année littéraire, 1754, tome I, lettre XI, p. 268.
  • 21 Ibid.
  • 22 L’Année littéraire, 1754, tome V, lettre X, p. 235.
  • 23 Ibid.
  • 24 Ibid.
  • 25 Ibid.
  • 26 L’Année littéraire, 1756, tome III, lettre IV, p. 82.
  • 27 Ibid.
  • 28 Ibid.
  • 29 Ibid.

13Robinot, autre adversaire déclaré de Jean-Jacques, n’a « rien dit de neuf20 » et est seulement « fertile en comparaisons21 ». Quant à l’auteur de L’Impartialité sur la musique, sorte de « dissertation rimée22 », il n’est qu’un « bon logicien23 » qui « ne perd jamais de vue ses divisions et subdivisions symétriques24 » mais que Fréron refuse d’accompagner « dans sa marche compassée25 ». Le Second Discours donne lieu, là encore, à un nombre important de comptes rendus, parmi lesquels celui de la Lettre d’un Citoyen de Paris : l’auteur, après avoir rendu hommage aux « talents de M. Rousseau26 », lui « conseille d’en faire un meilleur usage27 » avant de choisir « de côté et d’autre dans son discours les endroits les plus susceptibles de plaisanterie28 ». Le résultat est évidemment pitoyable : l’auteur de la Lettre « se bat les flancs pour se rendre agréable29 ».

  • 30 L’Année littéraire, 1761, tome III, lettre VIII, p. 191.
  • 31 Ibid.

14Les attaques ad hominem sont d’ailleurs fermement condamnées. Si Fréron n’approuve certes pas toutes les idées du Citoyen de Genève, il rejette encore plus tout écrit qui, s’éloignant d’une discussion de fond, confond discours sensé et pure invective. Et le ton du journaliste sera évidemment d’autant plus méprisant que l’œuvre considérée l’aura séduit. La comédie du Nouvel Abailard est ainsi baptisée d’« absurde imposture30 » et taxée d’« insigne platitude31 » :

  • 32 Ibid., p. 192.

C’est le monument le plus parfait que je connaisse de l’imbécile méchanceté. Osaurens est l’anagramme de Rousseau. On a l’effronterie d’avancer dans un discours préliminaire que M. Rousseau de Genève a pris son roman de La Nouvelle Héloïse d’une comédie allemande manuscrite d’un Isaac Rabener, parent du célèbre poète de ce nom, dont on a traduit des satires dans notre langue. On fait mourir cet Isaac Rabener ; précaution nécessaire pour n’avoir pas de témoin qui dépose contre la calomnie ; peut-être même cet Isaac Rabener n’a-t-il jamais existé : le soi-disant traducteur forge une histoire sur la manière dont cette comédie prétendue germanique est tombée entre ces mains. Il suffit, Monsieur, d’en lire la traduction pour sentir toute l’impertinence de cette Fable grossière, et pour voir que ce Drame est l’ouvrage de quelque laquais français, réfugié dans le Pays étranger32.

15C’est par l’élaboration lente et soigneusement agencée d’un discours rationnellement construit que Fréron participe, quant à lui, lors de la publication des deux Discours ou de la Lettre à d’Alembert, à la réfutation des thèses de Rousseau. Les quelques invectives disséminées çà et là dans les Lettres… ou dans L’Année littéraire n’empêchent nullement la « fascination » dont il a été question de s’exercer à plein et aussi à distance, distance quelquefois accentuée par les tiers importuns, ou jaloux, de la cabale philosophique.

  • 33 L’Année littéraire, 1758, tome VIII, lettre XIV, p. 322.
  • 34 Ibid.

16Une fascination qui a sa raison d’être : Rousseau, contrairement à tous les autres, est un être authentique, un être vrai. Et ce qui compte, c’est l’authenticité de l’écrivain, son intention d’être vrai, de dire vrai. Il semble alors que la forme des écrits commentés dans L’Année littéraire compte autant que le fond du débat qu’ils peuvent alimenter. Un exemple de cette tendance critique est le compte rendu que le journaliste offre de l’une des nombreuses brochures parues à la suite de la Lettre à d’Alembert sur les spectacles. L’auteur des Considérations sur l’art du théâtre défend en effet sa profession, preuves à l’appui. Les « mœurs des comédiens33 », loin d’être « aussi déréglées qu’on le pense communément34 », sont des plus respectables. Et Fréron d’appuyer, de manière amusée, sur la fin de la démonstration :

  • 35 Ibid.

Il nous assure que depuis que nous avons des spectacles réguliers en France, il n’y a pas eu un seul comédien pendu ; il a fait là-dessus les plus scrupuleuses recherches ; il a compulsé les registres criminels35.

  • 36 L’Année littéraire, 1755, tome VII, p. 152.
  • 37 Le terme est récurrent : on le trouve par exemple dans L’Année littéraire, 1756, tome III, lettre V (...)
  • 38 L’Année littéraire, 1758, tome VI, lettre XIII, p. 322.
  • 39 Jacqueline Biard-Millerioux, op. cit., p. 481.
  • 40 Ibid.

17Qui croirait, en effet, que le cas fût pendable ? Déplorable en revanche est le « ton » adopté parfois par Rousseau, ce ton « qu’affecte ridiculement et en toute occasion une certaine bande anséatique de prétendus philosophes36 ». Un ton qui, combiné aux « paralogismes37 » dont sont truffés les discours de Rousseau, met en valeur les « paradoxes » du Citoyen de Genève. Cette accusation de paradoxe, récurrente chez les ennemis de Rousseau, est ici détachée de la structure même des deux Discours ou de la Lettre à d’Alembert et provient, selon Fréron, d’une erreur de point de vue, d’une illusion propres à Jean-Jacques. Celui-ci, en effet, « voit tout à travers un microscope misanthropique qui lui grossit prodigieusement les objets38 ». Philinte, une centaine d’années après la création de la pièce de Molière, donne à l’impétueux Alceste, on le voit, une nouvelle leçon de civilité. Si Jacqueline Biard-Millérioux résume la situation d’une formule très convaincante en opposant Rousseau « sensible39 » à Fréron « sociable40 », ce dernier avait déjà, dans son compte rendu de la Lettre à d’Alembert, exprimé, en une opposition de caractères, la double personnalité de Rousseau, à la fois séduisant et rebutant :

  • 41 L’Année littéraire, 1758, tome VI, lettre XIII, p. 324.

Les défauts de son ouvrage viennent de la trempe de son caractère naturellement bilieux, aigri de plus en plus par les contradictions qu’il a essuyées. Sa sensibilité personnelle échappe même malgré lui, et fait tort à la sublimité de sa morale41.

  • 42 Cité dans Jean Balcou, Le Dossier Fréron, Correspondances et documents, op. cit., p. 47.
  • 43 L’Année littéraire, 1758, tome VI, lettre XIII, p. 303.
  • 44 Ibid.
  • 45 L’Année littéraire, 1762, tome II, p. 309.
  • 46 Ibid.
  • 47 L’Année littéraire, 1764, tome III, p. 215.
  • 48 Cité dans Jean Balcou, op. cit., p. 47.
  • 49 L’Année littéraire, 1764, tome III, p. 215.
  • 50 Ibid.

18C’est dire que Fréron et Rousseau semblent brûler du même feu (celui de la morale) mais que la combustion, plus lente chez le journaliste, donne naissance à une chaleur à la fois plus supportable et plus rassurante. Telle est du moins l’image, certes un peu lourde, qui, s’il fallait faire le relevé des expressions idiomatiques ou métaphoriques chères à Fréron, serait, dans le cas de ses rapports avec Rousseau, très certainement prédominante. Il est vrai que c’est la seule sur laquelle s’instaure l’amorce d’un dialogue – manqué, comme on sait – entre les deux hommes : tandis que Rousseau développe, dans sa lettre du 11 juillet 1753, une longue comparaison entre le feu et la lumière, lesquels correspondent respectivement aux sciences et au jour (« Quoique le feu brûle un corps combustible qu’il touche, il ne s’ensuit pas que la lumière brûle un corps combustible qu’elle éclaire42 »), Fréron assure, dans son commentaire de la Lettre à d’Alembert, que le grand nombre « ne voit les jeux de théâtre que comme des jeux43 » et n’est donc « pas si combustible44 ». Tous deux écartent en tout cas cette « coupable manie des systèmes45 » qui n’est qu’un « souffle brûlant46 » et opposent le feu de la vérité à ces « feux follets47 » qui égarent l’homme vertueux. C’est ainsi, pour Rousseau, que « la science peut mieux se comparer à ces feux follets qui, dit-on, ne semblent éclairer les passants que pour les mener vers des précipices48 ». Fréron, en 1764, oppose, quant à lui, les « citoyens honnêtes49 » aux « feux follets de la philosophie50 ».

19Mais c’est une formule de Voltaire, tirée de la Lettre du Docteur Pansophe, qui signifie avec le plus de pertinence le changement de perspective dont cette image persistante du feu rend effectivement compte :

  • 51 Voltaire, Lettre du Docteur Pansophe, cité par Jean Balcou, Fréron contre les philosophes, op. cit.(...)

Quoique Maître Aliboron tienne que votre prose est une prose brûlante, le public se plaint que vous n’ayez jamais fait un bon syllogisme51.

  • 52 L’Année littéraire, 1761, tome II, lettre XIII, p. 301.

20Le syllogisme peut, à partir de données vraies, conduire à une contrevérité : tel n’est plus le cas des œuvres de Rousseau dont il serait vain, à partir de la fin des années 1750, de relever tous les commentaires laudatifs, tous les mouvements d’enthousiasme qu’elles suscitent. Si la Lettre à d’Alembert, sans entraîner Fréron, l’avait néanmoins séduit par la force de son éloquence, c’est évidemment La Nouvelle Héloïse qui donne lieu à ce déploiement de métaphores ignées : tantôt c’est Prométhée qui est convoqué pour embraser les cœurs encore récalcitrants, tantôt c’est Wolmar qui pousse Saint-Preux à « puiser sans cesse dans ces yeux qu’il adore l’aliment du feu dont il est embrasé52 ». Inutile de prolonger une moisson qui serait d’autant plus abondante qu’elle semble correspondre à l’expression non plus d’une dissonance, ou d’une différence, mais bien d’un accord. Il est impossible à Fréron d’acquiescer aux raisons du Citoyen de Genève, mais il lui est revanche loisible de substituer à la logique tant prônée par Voltaire une logique d’une tout autre nature, où tout se vit parce que rien n’est dit.

  • 53 Que celui qui ne se trouve pas au-dessus du besoin, se garde bien de vouloir fonder sa subsistance (...)

21Si l’on suit ce raisonnement, la sympathie évidente que Fréron manifeste à l’égard de Jean-Jacques à partir de 1760 pourrait être aussi la traduction d’un profond désaccord quant à leur vision respective des fondements de la société. L’estime du personnage, fût-il quelque peu excentrique, se double, on l’a vu, d’un goût prononcé pour l’éloquence de l’écrivain et son « amour » de la « vertu ». Le terme apparaît à plusieurs reprises, et annonce la « double vertu » de Mercier dans le Tableau de Paris53. Mais elle devient peut-être d’autant plus démonstrative que le gouffre qui sépare les deux hommes est devenu, quant à lui, infranchissable. A l’accord entraîné par la lecture de la Julie correspond en effet, un an plus tard, l’accroc suscité par la publication d’Emile. Pas un mot, on le sait, dans L’Année littéraire. Voltaire, pendant ce temps, applaudit à la Profession de foi.

  • 54 L’Année littéraire, 1755, tome I, lettre XV, p. 349.
  • 55 L’Année littéraire, 1755, tome IV, lettre X, p. 239.
  • 56 L’année littéraire, 1755, tome I, lettre XV, p. 350.
  • 57 Ibid.

22C’est en fait dès la période des Bouffons que se font jour des interrogations qui dépassent, et de loin, le cadre limité d’une querelle strictement musicale. Fréron n’était d’ailleurs pas loin, sur ce plan, d’embrasser certaines thèses de la Lettre sur la musique française : il reconnaît par exemple, dans la critique de Daphnis et Alcimadure, pastorale languedocienne de Mondonville, que « le retour fréquent des E muets » est « fort désagréable dans notre musique vocale54 » et fait un éloge à peine déguisé de la Serva Padrona lors de son compte rendu de la Servante maîtresse et du Maître de musique de Baurans, ajoutant bien tardivement, et en note, qu’il n’en « désapprouve » pas moins « le sujet même de cette comédie55 ». Le philosophe et le journaliste partagent, à travers les dissensions de la querelle, un même intérêt : celui qui mène Rousseau à composer l’Essai sur l’origine des langues et pousse Fréron à s’interroger longuement sur les mérites de « l’ancienne langue provençale56 » qui est « formée, ainsi que l’Italien, des débris de la langue des anciens Romains57 ».

  • 58 Fréron consacre une importante notice aux Lettres d’un académicien de Bordeaux du père Castel, lequ (...)

23On serait tenté, derrière ce qui n’apparaît qu’un argument contre l’outrance langagière du « philosophe de Genève », de lire une interrogation d’une tout autre nature. Cette question des origines, fût-elle limitée à l’origine des langues ou à « l’antériorité58 » de la musique italienne, ne serait-elle en amont que ce que la morale ou les « mœurs » seraient en aval ? L’ordre dans lequel est supposée être née notre langue (représentation métonymique, à l’instar de Rousseau, de la totalité humaine) ne fonderait-il pas l’ordre dans lequel cette langue, et d’abord ceux qui la parlent, sont censés vivre ? On se doute que derrière ce lien entre question des origines et question de la fin (conçue d’abord comme finalité) humaine, se cache le seul problème, la seule question posée par Rousseau et à laquelle les feuilles du journaliste ne font que faiblement écho : la question métaphysique.

24Cette question est indirectement abordée dans le compte rendu du Second Discours. Rousseau, on s’en souvient, pose le principe d’un état de nature dont il fait, sans en nier le caractère hypothétique, le point de départ d’un accès à la conscience sociale : le futur contrat social sera plus tard le point de départ du temps historique mesuré à l’aune de cette conscience collective. Or comment construire l’histoire humaine sur des fondements si peu sûrs qu’ils n’ont même aucune certitude théorique ? L’apparente contradiction n’échappe évidemment pas à Fréron qui, loin de rejoindre la plupart des adversaires de Rousseau dans la simple répétition du bienfondé de la révélation, s’emploie à démonter la structure logique de cette partie du Second Discours :

  • 59 L’Année littéraire, 1755, tome VII, lettre VII, p. 149.

L’Etat de Nature, dit-il, n’existe plus, n’existe probablement jamais, et n’a probablement jamais existé… Il faut nier que les hommes se soient jamais trouvés dans le pur état de nature… La religion nous ordonne de croire que Dieu lui-même ayant tiré les hommes de l’état de nature, ils sont inégaux, etc. S’il faut nier résolument que les hommes se soient jamais trouvés dans l’état de nature, pourquoi dire que cet état n’a peut-être jamais existé ? Le peut-être est assurément de trop. Eh, pourquoi nier que les hommes se soient jamais trouvés dans l’Etat de nature si la Religion, au rapport de M. Rousseau luimême, nous ordonne de croire que Dieu a tiré les hommes de cet état ? Dieu ne peut tirer les hommes d’un état qui n’a jamais existé59.

  • 60 Ibid., p. 158.
  • 61 Ce débat n’a lieu, encore une fois, que par l’entremise d’un tiers. C’est à propos de la publicatio (...)
  • 62 L’Année littéraire, 1772, tome III, lettre I, p. 3. Cité par Jean Balcou, op. cit., p. 331.

25Plus qu’à un simple syllogisme, c’est à un parallèle des plus dangereux que le journaliste tente de répondre. Non que l’émission d’une hypothèse aussi absurde que celle de l’inexistence de Dieu puisse ébranler sa propre foi : il répète d’ailleurs que Rousseau « soutient toujours son caractère, c’est-à-dire qu’il est entouré de beaucoup de lueurs fugitives, sans jamais voir la lumière étincelante de l’évidence, et sans jouir du repos imperturbable de la certitude60 ». Mais, s’il refuse de situer les débats sur un plan théologique61, c’est qu’il préfère mesurer sans délai les conséquences désastreuses, sur le plan moral, du discours du Citoyen de Genève : Jean Balcou rappelle par exemple qu’il met l’accent, à partir de 1770, sur les nombreux suicides qui ont lieu à Paris, et qui sont « l’exécrable fruit de la philosophie moderne62 ». Impossible d’oublier que La Nouvelle Héloïse contient précisément une lettre qui fait ouvertement l’apologie du suicide, apologie que les objections de Mylord Edouard, tout à fait dépendantes de la trame narrative, ne feront qu’affermir. L’urgence n’est donc pas celle d’un discours religieux qui opposerait le sentiment intérieur du Vicaire à la révélation biblique, mais bien celle de l’analyse des conséquences sociales d’un tel bouleversement des consciences. Idée qui paraissait en germe dès la critique du Premier Discours, dans les Lettres sur quelques écrits de ce temps. Fréron y tentait, fût-ce avec une certaine prudence, de renverser les éléments de la dialectique mis en place par Rousseau :

  • 63 Lettres sur quelques écrits de ce temps, vol. V, lettre IV, p. 81.

J’ose avancer une proposition que je crois plus vraie que celle de M. Rousseau : c’est que ce sont les mœurs qui corrompent les Arts et les Sciences, et non les Arts et les Sciences qui corrompent les mœurs63.

26C’est-à-dire, et l’induction s’opère d’elle-même, que Fréron oppose à l’homme originellement bon de Rousseau l’homme entaché du péché originel et qui communique aux sciences et aux arts, contenus a priori dans l’organisation du monde, sa foncière impureté.

  • 64 L’Année littéraire, 1775, tome III, p. 41. Cité par Jacqueline Biard-Millerioux, op. cit., p. 1076.

27La logique du cœur est cependant la plus forte, et l’œuvre de Rousseau est globalement approuvée. Elle le sera dans la nouvelle Année littéraire de Stanislas Fréron, et l’histoire – littéraire, elle aussi – semble n’avoir guère retenu les désaccords de la décennie 1750. Mme Biard-Millérioux rappelle à ce propos que la dernière œuvre lyrique dont Fréron rende compte est celle de Rousseau, Pygmalion, mise en vers par Berquin. C’est aussi, apparemment, la dernière œuvre de Rousseau. Une œuvre dans laquelle Fréron, s’il déplore (une fois n’est pas coutume) le « manque de sentiment64 » de son auteur, relève néanmoins le passage où Galathée se découvre elle-même :

  • 65 Ibid.

L’idée de faire dire à la statue en se touchant, c’est moi, et en touchant Pygmalion, encore moi, est vraiment sublime65.

28Idée sublime, comme l’était déjà la « morale » du Citoyen de Genève et qui participe, à travers la vie de la statue, d’une autre forme, peut-être, de logique du cœur.

Notes

1 L’Année littéraire, 1770, tome II, p. 33. Cité par Jean Balcou dans son ouvrage Fréron contre les philosophes, Genève, Droz, 1975, p. 379.

2 Terme, comme on le verra, on ne peut plus approprié.

3 C’est ainsi que Fréron désigne souvent Rousseau. L’expression peut se lire teintée d’une certaine ironie (Rousseau est un philosophe au même titre que Diderot ou Grimm, c’est-à-dire un « bel esprit ») ou, au contraire, de manière très laudative (Rousseau est le seul philosophe véritable).

4 Lettres sur quelques écrits de ce temps, VI, p. 212. Cité par Jacqueline Biard-Millerioux dans L’Esthétique d’Elie-Catherine Fréron, Dogmes et expériences critiques, 1739-1776, Lille, 1981, p. 115.

5 L’Année littéraire, 1768, tome III, lettre V, p. 118.

6 Rousseau, Confessions, Œuvres complètes, Bibliothèque de la Pléiade, tome I, 1959, p. 121.

7 Ibid.

8 Expression récurrente, là encore, qu’on trouve par exemple dans L’Année littéraire, 1758, tome VI, lettre XIII, p. 325.

9 Sa façon de raisonner est capable d’en imposer à des lecteurs peu attentifs ; il tire des conséquences fort justes de principes faux ; si on lui passe les propositions qu’il établit avec confiance, on se laisse entraîner à sa dialectique. Il faut, pour me servir du langage de l’Ecole, lui nier hardiment la plupart de ses Majeures », L’Année littéraire, 1758, VI, p. 323. Le « raisonnement » incriminé est naturellement celui de la Lettre à D’Alembert sur les Spectacles.

10 Lettres sur quelques écrits de ce temps, volume 5, lettre IV, p. 86.

11 Jean-Jacques Rousseau à Fréron », lettre du 21 juillet 1753, dans Jean Balcou, Le Dossier Fréron, Correspondances et Documents, Genève, Droz, 1975, p. 46.

12 Lettres sur quelques écrits de ce temps, XII, 342, 20 décembre 1753 ; cité par Jean Balcou dans Fréron contre les philosophes, op. cit., p. 64.

13 Ibid., p. 112.

14 L’Année littéraire, 1758, tome VI, lettre XIII, p. 290.

15 Le terme est employé par Jean Balcou : « Rousseau, contre qui il s’était jadis tant déchaîné, a, en réalité, toujours fasciné Fréron par la sincérité de son éloquence et l’éclat de sa sensibilité », op. cit., p. 253.

16 Expression relevée dans L’Année littéraire, 1773, III, p. 185. Cité par Jean Balcou, op. cit., p. 253.

17 Ibid.

18 L’Année littéraire, 1754, tome I, lettre VI, p. 133. Fréron rappelle que, dans la querelle musicale qui a suivi la publication de la Lettre sur la musique française, c’est Cazotte qui, le premier, a « levé l’étendard de l’indignation ».

19 L’Année littéraire, 1754, tome I, lettre VI, p. 144.

20 L’Année littéraire, 1754, tome I, lettre XI, p. 268.

21 Ibid.

22 L’Année littéraire, 1754, tome V, lettre X, p. 235.

23 Ibid.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 L’Année littéraire, 1756, tome III, lettre IV, p. 82.

27 Ibid.

28 Ibid.

29 Ibid.

30 L’Année littéraire, 1761, tome III, lettre VIII, p. 191.

31 Ibid.

32 Ibid., p. 192.

33 L’Année littéraire, 1758, tome VIII, lettre XIV, p. 322.

34 Ibid.

35 Ibid.

36 L’Année littéraire, 1755, tome VII, p. 152.

37 Le terme est récurrent : on le trouve par exemple dans L’Année littéraire, 1756, tome III, lettre VI, p. 127, lors du compte rendu de l’ouvrage de Rameau, Erreurs sur la musique dans l’Encyclopédie : l’article de Rousseau, « qui devait être un chef-d’œuvre de goût, de raisonnement et d’impartialité, n’est plus qu’un assemblage d’erreurs, de paralogismes et de prévention ».

38 L’Année littéraire, 1758, tome VI, lettre XIII, p. 322.

39 Jacqueline Biard-Millerioux, op. cit., p. 481.

40 Ibid.

41 L’Année littéraire, 1758, tome VI, lettre XIII, p. 324.

42 Cité dans Jean Balcou, Le Dossier Fréron, Correspondances et documents, op. cit., p. 47.

43 L’Année littéraire, 1758, tome VI, lettre XIII, p. 303.

44 Ibid.

45 L’Année littéraire, 1762, tome II, p. 309.

46 Ibid.

47 L’Année littéraire, 1764, tome III, p. 215.

48 Cité dans Jean Balcou, op. cit., p. 47.

49 L’Année littéraire, 1764, tome III, p. 215.

50 Ibid.

51 Voltaire, Lettre du Docteur Pansophe, cité par Jean Balcou, Fréron contre les philosophes, op. cit., p. 294.

52 L’Année littéraire, 1761, tome II, lettre XIII, p. 301.

53 Que celui qui ne se trouve pas au-dessus du besoin, se garde bien de vouloir fonder sa subsistance sur la plume ; il lui faudrait une double vertu pour échapper à tous les dangers que lui susciteront à l’envi les hommes, les événements et ses propres talents. Il risquerait, aigri par le malheur et par le féroce orgueil de ses semblables, de devenir méchant : ah ! s’il échappait à tous les pièges, en conservant la dignité que l’homme de lettres se doit à lui-même, il pourrait dire alors hardiment à ses compatriotes : J’ai eu le courage que donne l’amour de la vertu. Tel fut de nos jours J.-J. Rousseau », Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, édition établie sous la direction de Jean-Claude Bonnet, Paris, Mercure de France, 1994, tome II, chapitre CMXXXVIII « Misère des auteurs », p. 1260.

54 L’Année littéraire, 1755, tome I, lettre XV, p. 349.

55 L’Année littéraire, 1755, tome IV, lettre X, p. 239.

56 L’année littéraire, 1755, tome I, lettre XV, p. 350.

57 Ibid.

58 Fréron consacre une importante notice aux Lettres d’un académicien de Bordeaux du père Castel, lequel accorde « non la supériorité, mais l’antériorité à la musique ultramontaine… », L’Année littéraire, 1754, tome I, lettre XV, p. 340.

59 L’Année littéraire, 1755, tome VII, lettre VII, p. 149.

60 Ibid., p. 158.

61 Ce débat n’a lieu, encore une fois, que par l’entremise d’un tiers. C’est à propos de la publication par Bergier, en 1765, du Déisme réfuté par lui-même, ou Examen, en forme de Lettres, des Principes d’incrédulité répandus dans les divers ouvrages de M. Rousseau, que la question métaphysique sera esquissée. Pour de plus amples détails, voir, dans le présent recueil, la contribution de M. Nakagawa.

62 L’Année littéraire, 1772, tome III, lettre I, p. 3. Cité par Jean Balcou, op. cit., p. 331.

63 Lettres sur quelques écrits de ce temps, vol. V, lettre IV, p. 81.

64 L’Année littéraire, 1775, tome III, p. 41. Cité par Jacqueline Biard-Millerioux, op. cit., p. 1076.

65 Ibid.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540