Version classiqueVersion mobile

Élie Fréron

 | 
Sophie Barthélemy
, 
André Cariou
, 
Jean Balcou

Introduction

Élie-Catherine Fréron (1718-1776)

Jean Balcou

Texte intégral

  • 1 J. Balcou, Dossier Fréron, Saint-Brieuc, Presses universitaires de Bretagne, 1975 : « Lettre à Trib (...)

1Fréron, celui-là que le xviiie siècle appelait « l’illustre M. Fréron », est mal connu, méconnu, quand il ne suscite pas la risée: mais c’est l’ennemi de Voltaire, l’homme au serpent, de l’épigramme anthologique ! Risée qui se fait étonnement, si l’on connaît la réaction de Fréron à cette énième pique de son cher ennemi : « Il n’y a pas grand mal à cela, si Voltaire est le serpent. Il m’a tout l’air en effet de crever de rage, et un peu de mon venin1. » Diable ! Puisque l’homme savait ainsi résister, que Voltaire n’arrivait pas à s’en débarrasser, c’est qu’il valait bien quelque chose, mieux que cette réputation accrochée au fond d’un vallon, mais sans laquelle sans doute il n’eût pas non plus survécu. L’Histoire a de ces ironies. Voici donc d’abord pourquoi Fréron mérite d’être revisité : par la faute à Voltaire.

2La seconde raison de notre méconnaissance, colorée cette fois de dédain, vient du choix idéologique. Fréron s’est mis du mauvais côté, à contre-courant. Il est rangé dans la catégorie des antiphilosophes, donc des réactionnaires. Dans la célèbre satire du Neveu de Rameau, s’il revient à Palissot d’être la principale cible, son mentor Fréron n’est pas oublié par Diderot, qui l’y attable avec son fils Stanislas, celuilà qui demain sera l’un des premiers assaillants de la Bastille. Certes on ne peut pas toujours dire « tel fils tel père ». Mais peut-être, là encore, faudrait-il s’interroger sur les partis-pris, ou plutôt les ignorances entretenues, des historiens de la littérature. Au cas où cet antiphi losophe de Fréron chanterait d’autres airs, aurait des idées aussi avancées que ses adver saires, et que les réactionnaires ne seraient pas toujours ceux qu’on pense.

3La troisième raison, qui a laissé Fréron aux oubliettes, est que son œuvre est essentiellement, car le reste ne compte guère, d’un journaliste. On aura beau rencontrer dans ses lectures L’Année littéraire, son directeur aura beau être le plus grand journa liste d’un siècle qui est en train, jusqu’à l’explosion révolutionnaire, de découvrir le formidable pouvoir de la presse, il n’en demeure pas moins qu’il s’agit là d’une plume de l’éphémère. Les feuilles de Fréron, si intéressantes et renommées qu’elles aient été, ne sont que feuilles qu’elles aussi le vent emporte.

4Quoi de plus tentant, pour présenter ici Elie-Catherine Fréron (1718-1776), le héros de ce colloque, que Quimper, sa ville natale, s’honore audacieusement de commémorer, que de prolonger quelque peu les trois schémas que je viens d’esquisser : le duel avec le génie du siècle, Voltaire ; cette antiphilosophie non exempte d’esprit philosophique ; cette presse établissant et découvrant son pouvoir.

***

5L’épigramme du serpent, qui relève du plus « fugitif », n’est qu’un moment de rien du duel entre Voltaire et Fréron, entre Fréron et Voltaire. On oublie qu’elle est du réchauffé pour n’en retenir que le trait assassin. Mais elle ne fait que renvoyer à un combat autrement ample, qui, par sa durée, ses enjeux, ses outrances, n’a pas d’équivalent dans notre histoire culturelle.

6Il faudrait ici parler de guerre de trente ans. Elle a commencé dès les années 1740 quand le jeune Elie-Catherine se fait adouber et armer chez le redoutable journa liste Desfontaines. Ce dernier, en effet, le révèle à lui-même tout en le lançant contre Voltaire de près d’un quart de siècle son aîné. Dès lors les deux adversaires ne se lâche ront plus, exception faite d’une trêve décidée de 1754 à 1759. Raison de plus pour que reprenne la bataille, avec deux pics qui sont, en 1760, la représentation de la pièce L’Ecossaise et, en 1770, la réédition étoffée des scandaleuses Anecdotes sur Fréron. Le combat ne pourra cesser qu’à la mort d’un des duellistes, encore pourra-t-on encore danser autour de son cadavre. A Fréron de tomber le premier, le 10 mars 1776, près de deux ans avant le survivant.

7Pour le coup d’œil faisons triple part : celle due au tempérament, à l’épiderme ; celle due aux rivalités pour conquérir l’opinion ; celle due à l’idéologie. A l’origine, il y a donc la rancœur antivoltairienne de Desfontaines qui trouve dans la plume de Fréron de quoi s’assouvir : elle a de quoi rivaliser, qu’elle vise à la tête, qu’elle sache résister à la sirène ennemie. Fréron en restera à jamais marqué. Il a trop d’affinités avec Voltaire pour ne pas se déclarer contre lui ; il sait bien que le génie du siècle, c’est Voltaire ; il saura toujours ne pas se laisser amadouer. Le plus remarquable est que l’essentiel du combat a lieu à distance éloignée, au point qu’on peut se demander s’ils se sont jamais vus, s’ils n’auront pas été deux fantômes ferraillant. L’un insolent, « vedette » à Paris ; l’autre exacerbé, si exilé. Régnant sur place, le premier a, avec ses feuilles, l’avantage de tenir l’opinion ; mais quel prestige a le second ! On peut dire sans crainte que les deux plumes journalistiques du temps sont celles de Voltaire et de Fréron. D’un côté un périodique à succès, de l’autre brochure sur brochure. Mais l’animosité réactive, la rivalité pour conquérir le public n’expliquent pas tout. Non seulement, surtout à partir de 1752, Fréron, protégé par le roi de Pologne et la reine, revendique son antiphiloso phie mais il se présente comme un meneur, un organisateur. Et ce qui fondamentale ment oppose Fréron à Voltaire, c’est bien le problème religieux : sans être un homme d’Eglise, Fréron n’a de cesse de voir en Voltaire l’antichrétien qu’il est. La pensée de Voltaire est, à ses yeux, révolutionnaire, dangereuse à la fois pour la société et pour l’homme lui-même.

  • 2 L’Année littéraire, « Relation d’une grande bataille », V, pp. 209-215, 27-7-1760.
  • 3 Titre d’un pamphlet de Voltaire, édit. Moland, X, pp. 97-113. S’y trouve le vers : « Vermisseau né (...)
  • 4 Mémoires secrets, 11 juillet 1767.

8Hallucinant combat ! Il suffit de se référer à la collection iconographique rassemblée par Gary Apgar et que je me suis contenté de commenter sous le titre « Petite illustration de la grande bataille entre Fréron et Voltaire » pour le beau catalo gue Fréron, polémiste et critique d’art publié par le musée des beaux-arts de Quimper en 1998 et dont ces Actes se font l’écho. On retiendra l’exemple terrible de la représen tation de L’Ecossaise le 26 juillet 1760. Fréron avait eu le tort impardonnable de se gausser d’une comédie du maître, La Femme qui a raison. Or voici que Diderot et les encyclopédistes se font scandaleusement brocarder par la représentation de la comédie de Palissot, Les Philosophes. Voltaire, au secours ! Ce dernier, qui avait déjà terminé sa comédie-pamphlet L’Ecossaise où il traitait ce journaliste de vendu Fréron-Frelon, la donne donc en pâture à ses amis. Tout est organisé, pour la plus grande honte du Théâ tre Français, pour un véritable lynchage. En courageux Bas-Breton, Fréron assiste à la représentation et réussira, malgré les pressions, à en publier un compte rendu se couron nant par un « te Voltarium2 ». Le coupable en restera coi, abasourdi, stupéfait que ce « pauvre diable3 » fût encore en vie. C. Cave, à partir de quelques échantillons pris dans la correspondance privée, montre combien Voltaire avait, de ce « Frelon » qui le tympannisait, fait une obsession nécessaire : « delirium circa unum et idem objectum », dira Bachaumont4.

  • 5 J. Balcou, Fréron contre les philosophes, Genève, Droz, 1975.

9Mais que l’affrontement entre Fréron et Voltaire n’occulte pas le reste, et l’étendue du champ. Reprenant, un demi-siècle après, la thèse offensive du chanoine Cornou, j’ai revu la question d’un point de vue le moins partisan possible, sur d’autres bases, sur d’autres documents. Voltaire y a d’autant moins à perdre que Fréron a tout à gagner. Entraînée par nos deux héros se déroule une des grandes batailles idéologiques de notre Histoire. Encore le titre de mon travail Fréron contre les philosophes5 risquait-il de ne faire de Fréron que l’homme du « contre ». Ce qui est, nous le verrons, exagéré et bien réducteur.

***

10Pour avoir quelque idée de l’antiphilosophie de Fréron, laquelle ne peut néanmoins s’exprimer que sous la forme d’un combat, interrogeons-nous sur les forces qui le soutiennent, ses propres idéaux, les formes de ses interventions.

  • 6 Ibid., p. 79. D’après L’espion anglais, III, p. 142

11Il est clair que Fréron est fortement soutenu, qu’il a derrière lui des puissances politiques. Si, en 1752, le roi de Pologne et la reine ont décidé de l’appuyer, c’est que « la secte des philosophes6 » commençait à inquiéter. En même temps, il y avait l’Encyclopédie. Rien d’étonnant que, par ailleurs, l’Eglise soit de la partie, heureuse de voir un journal qui ne lui soit pas inféodé défendre la sainte cause. Mais tout n’est pas si simple. L’Encyclopédie aussi est puissamment protégée. Choiseul, qui a alors le rôle de « premier ministre », défend autant un parti que l’autre. Moi-même je reviens dans ces Actes sur l’action de Malesherbes. Tenons également compte, sur une aussi longue période, des évolutions. Le privilège que Fréron obtient enfin en 1770 n’est dû qu’à l’offensive matérialiste du baron d’Holbach. La correspondance de Fréron révèle de quels appuis il dispose, et pas seulement en France, mais, par exemple, en Allemagne. Son appartenance à la franc-maçonnerie apporte quelque lumière sur les sympathies de cette importante société. Mais plus que tout, ainsi qu’en témoignent les interventions d’un lectorat de tout horizon, c’est, en définitive, le public qui est son soutien le plus efficace.

  • 7 L’Année littéraire, 1773, II, p. 17.
  • 8 Dossier Fréron, pp. 195-198, dans une extraordinaire lettre à Malesherbes (21-3-1757) qui voulait r (...)

12Etait-il donc si en phase avec ce public ? « J’ai été le premier et longtemps le seul, proteste Fréron, à résister au torrent de la philosophie régnante et du mauvais goût7 ». On peut même se demander si les raisons de goût ne sont pas ici déterminantes. Formé, en effet, à l’idéal classique, considérant « la belle nature » comme un dogme, il a le sentiment lancinant que c’en est fini de la vraie littérature. Il en veut moins à Vol taire, qui est tellement au-dessus, qu’à la foule de ses plats imitateurs. Du reste, le grand Voltaire n’est pas loin de partager son idée de « décadence ». Les responsables sont ailleurs, du côté de Diderot qui est en train de ruiner « et les lettres et le goût » en France8. Mais c’est la philosophie tout entière qui est en train de tout infecter, détruisant la littérature et se détruisant elle-même. Point n’est besoin de revenir sur l’idéologie de Fréron qu’on finirait par croire antiphilosophique par respect de la philosophie. Une philosophie point faite pour perturber les esprits. Or « la philosophie du jour », bientôt « philosophisme » ou « philosophaille », ne vise qu’à ruiner les valeurs civiques, patriotiques, chrétiennes.

13Une bataille, surtout quand elle semble n’en pas finir et qu’elle est si implacable, ne peut que durcir les positions, affoler les combattants. Fréron fait la guerre aux philo sophes qui, de leur côté, lui font une guerre sans merci au point qu’ils s’affichent comme les adversaires acharnés de la liberté de la presse. Certes lui aussi a des moyens, il dispose de cette force qu’est un journal et dont les philosophes sont dépourvus. Il a des collaborateurs qui se renouvellent, transfuges ou non, ou qui le quittent pour l’autre camp. Il organise et orchestre des opérations dangereuses : l’affaire de la musique fran çaise, l’affaire Palissot (on comprend le contre-coup de L’Ecossaise), l’affaire des plan ches de l’Encyclopédie, etc. Or, assez paradoxalement, Fréron réussit à se donner l’image de « l’athlète », du seul contre tous.

14Non moins paradoxalement, l’œuvre de Fréron est de bout en bout traversée par le souffle des temps nouveaux, l’esprit des Lumières. Ce qui se manifeste par une parti cipation quasi festive mais aussi par une volonté militante et un engagement personnel.

  • 9 L’Année littéraire, 1750, IV, p. 151.
  • 10 Ibid., 1765, V, p. 94.

15Malgré les difficultés du combat, les pires attaques et les pires déceptions, ou plutôt aussi à cause d’elles, tout, tant dans la correspondance de Fréron que dans ses périodiques, témoigne du bonheur de vivre à Paris, capitale des Lumières, et de partici per à une vie culturelle exceptionnelle, si prometteuse jusque dans ses manques. S’il porte deuil de la « belle littérature », Fréron n’en apprécie pas moins son éclatement, ses éclats. Ses journaux traitent de toutes les manifestations du temps, critiquant et se réjouissant. Le mérite du colloque de Quimper aura été de nous faire retrouver à côté du polémiste la part du critique d’art. Retenons la formule du discours de réception à l’Académie de Nancy : « le goût, c’est le cœur éclairé ». Fréron ne repéterait-il que les Voltaire et Diderot étaient faits pour être la gloire de notre littérature que pour mieux afficher sa frustration ? L’a comblé, en revanche, Montesquieu, qu’il propose en modèle et dont « l’esprit vivifiant vole sur la surface du monde9 ». Mais quand, en 1761, il aura lu La Nouvelle Héloïse, révélation de la sensibilité et de la vertu, il a pleuré et il a cru. En effet, heureux que « la seule qualité peut-être qui distinguera notre siècle dans cette immense révolution des âges [soit] cet esprit philosophique10 », Fréron n’a, de la même foi, tant combattu que pour redonner à la littérature son âme. On citera l’exemple du drame qu’il appelle de ses vœux pour renouveler un théâtre en appel de sentiment, ou celui de la poésie qui ne peut se libérer de la desséchante philosophie qu’en s’abreuvant aux eaux nordiques.

  • 11 Ibid., 1764, VI, p. 99.

16Le même comportement qu’on peut anachroniquement qualifier de « militant », voire de « citoyen », se retrouve dans tous les domaines dont les périodiques furent amenés à traiter. Un mot le caractérise : « philosophie pratique ». Lesté d’une idéologie qui lui fait peur et mal, Fréron se rattrape en s’intéressant à tout ce qui peut œuvrer à l’amélioration de la vie, à un plus grand bonheur. Comme si la « littérature » récupérait désormais tout ce qui suscite quelque réflexion et donne lieu à publication. Se préoccu pant des « sciences » et des « arts » à la manière des encyclopédistes, Fréron fait de ses périodiques une autre Encyclopédie, et qui a l’avantage d’être de poche. Il suffit de feuilleter les index de Paul Benhamou et de Dante Lénardon pour en avoir idée. Or tous ces comptes rendus à sujets multipliés sont, eux aussi, animés par une double démar che : dénoncer les abus, proposer des projets. Le lecteur aura à consulter un véritable cahier de doléances : préjugés des corps et métiers, administration morcelée et contra dictoire, intolérance envers les protestants, etc. Ou, de l’autre côté : nécessité de l’inoculation, du développement des écoles et des brochures pédagogiques, amélioration de l’agriculture, problème des malades, etc. Comme si, dans la machine, « la plus petite roue n’avait pas sa destination et son usage11 ».

  • 12 Ibid., 1763, VII, pp. 263-268.

17On n’est pas « militant » sans engagement personnel. A chacun sa bonne action, où chacun fait ce qu’il peut. A l’actif de Fréron : ses interventions en faveur des descen dants des grands hommes. Ainsi il a aidé ceux de La Fontaine, il s’est occupé de la petite-nièce de Corneille, celle-là même que Voltaire, alerté, lui enlèvera. Par ailleurs il prêche d’exemple en faisant inoculer ses propres enfants. Mais surtout, dans ce redouta ble métier de journaliste engagé, il paye de sa personne et de sa liberté. Il ne peut écrire que censuré. Il est sous menace permanente de la suspension du journal (il y en aura 6 de 1749 à 1753), de protestations, d’interventions, de menées tortueuses, voire d’emprisonnement. A orchestrer tout cela, le plus souvent Voltaire et les philosophes. Mais Fréron n’est pas non plus à l’abri des coups du pouvoir. On se contentera de citer, car il est révélateur, l’emprisonnement à Fortl’Evêque du 8 au 14 décembre 1763. Le philosophe Thomas l’a dénoncé à Choiseul qui réagit aussitôt contre ce « gueux ». Fré ron avait eu le malheur d’attirer l’attention sur « un fait d’humanité » à propos d’une pauvre famille alsacienne perdue à Paris, en partance pour Cayenne, « charrette cou verte de haillons » essayant de « traverser tous ces équipages dorés12 »…

***

18Pour avoir la meilleure vision de la presse sous l’Ancien Régime, de son essor jusqu’à l’explosion révolutionnaire, il n’est que de se reporter aux deux tomes du magnifique Dictionnaire des journaux dirigé par Jean Sgard (Paris, Universitas, 1991). Parmi les nombreux périodiques du xviiie siècle, pourquoi est-ce ceux de Fréron qui retiennent toujours l’attention ? Parce que, à cette époque capitale pour la bataille d’idées, notre journaliste a su établir et faire reconnaître l’extraordinaire pouvoir de cette presse considérée comme la « chambre basse » de la littérature. Comment donc se présentent ses journaux ? Que peut-on dire de l’organisation ? Quelles sont les raisons du succès ?

  • 13 Les critiques ou les Juges jugés, dans Les Œuvres et les hommes, tome VI, p. 316.

19Tout commence par le galop d’essai des Lettres à madame la comtesse sur quelques écrits modernes, feuilles volantes de 1745 qui se terminent sur un emprisonnement et un exil. Tout se consolide avec les treize volumes des Lettres sur quelques écrits de ce temps de 1749 à 1753. La réputation s’établit avec la longue aventure de L’Année littéraire qui dure de 1754 à 1776, année de la mort de Fréron, et qui sera poursuivie par le fils puis la veuve. Restons-y. Sous la direction d’Elie, L’Année littéraire finit par constituer 168 volumes de 360 pages chacun. Il y a huit volumes par année complète, chacun comportant cinq cahiers de 72 pages. Ce cahier est le journal au numéro. Il est, à son tour, composé de trois lettres adressées à un lecteur fictif. Il est dirigé « par M. Fréron de l’académie d’Angers, de Montauban et de Nancy », et a pour devise « parcere personis, dicere de vitiis » (épargner les individus, parler des défauts). Nor malement le périodique paraît tous les dix jours. Il est naturellement soumis à censure préalable, paraît par la faveur d’une « permission tacite », mais en 1770 Fréron obtient un privilège qui lui sera enlevé au début de 1776. Chaque volume tient une table des matières. Telle se présente la collection que Barbey d’Aurevilly nommera « cette immense chose oubliée13 ».

  • 14 Besterman D. 16316.
  • 15 Voir note 8.
  • 16 Dossier Fréron, p. 249.

20L’apprentissage chez Desfontaines, les premiers déboires, sa perception du public et des rapports de force, tout cela lui apprend de quel poids doit être l’organisation. D’abord Elie est et se veut le « patron », directeur et « rédacteur en chef ». Ce poste, comme on le constatera en lisant dans ces Actes l’histoire des relations avec Malesherbes, il le défend bec et ongles. A la tête du journal, il n’est rien moins qu’un général sur le front. Ce qui implique une bonne équipe, des « nègres » si l’on veut, ou des « croupiers » comme dira Voltaire. Bien qu’aucun article ne soit signé, on peut envisager deux catégories de collaborateurs. Ceux qui, à plus ou moins long terme, font partie de la rédaction, tels de La Porte, Baculard d’Arnaud, Clément, etc. Les occasionnels, en fonction de leur compétence : Duhamel du Monceau pour l’agriculture, Déon de Beaumont pour les finances, Blondel pour la sculpture, etc. Le choix de l’éditeur n’est pas le moins important. L’Année littéraire sera publiée par Lambert de 1754 à 1764, Panckoucke de 1764 à 1766, Lacombe de 1766 à 1769, Delalain de 1769 à 1772, puis par Le Jay. Le lieu : « A Amsterdam et se trouve à Paris.  » La meilleure preuve du succès des feuilles de Fréron est leur propre diffusion. Sans qu’on puisse la préciser (quelque 10 000 lecteurs ?), car tel numéro trouvé à Montpellier porte la signature de six abonnés, on se contentera de soupirer avec Voltaire qu’elles eurent « un cours prodigieux14 », et que rien ne put les faire tomber, ni per sonne, pas même Voltaire ! A douze sous le numéro jusqu’en 1772, puis alors à quinze, Fréron peut se gausser de la grosse Encyclopédie renvoyée à l’élite pour vanter ses « petites feuilles misérables à la vérité mais que tout le monde lit15 ». En témoigne encore le nombre de lecteurs qui lui adressent un « courrier » qu’il publie. En Italie, en Angleterre, en Suède, en Allemagne, en Russie se trouve également L’Année littéraire qui y a des correspondants. « Tant de querelles à faire à Fréron16 », comme se lamente un censeur qui n’en peut plus, cris poussés par le moindre auteur, le moindre acteur, le moindre artiste, tout individu cité, voilà encore de quoi alimenter le débit, le plus gros pourvoyeur étant certainement Voltaire, toujours Voltaire. S’il fallait résumer les vraies raisons qui ont donné à Fréron, de son temps, le titre d’« illustre M. Fréron », les voici : l’homme était de bon sens, de bon goût et de culture ; il fut un efficace vulgarisateur ; il sut entretenir dans l’impatience générale la flamme littéraire ; il fut autant la cible de Diderot, de Voltaire et de leurs écoles que ces derniers furent la sienne ; il sut enfin tremper sa plume à l’encre voltairienne.

***

21Cette présentation d’Elie Fréron n’avait pour intention que d’introduire aux riches études qui suivent et qui, espérons-le, apporteront leur part à notre lecture du xviiie siècle. On terminera sur une triple surprise et une simple évidence. Les surpri ses : celle provoquée par une victime de la liberté de la presse et le rôle peu reluisant de nos grands philosophes ; celle provoquée par un « réactionnaire » qui, en même temps, en bien des domaines, est un « progressiste » et qui n’oublie pas qu’il est un fils du peuple ; la méconnaissance enfin de nos historiens de la littérature du véritable rôle de notre polémiste dans la bataille philosophique et de l’importance de son combat de cri tique. L’évidence demeure, quoi qu’on pense, d’un journaliste de beau talent et de fier courage.

Notes

1 J. Balcou, Dossier Fréron, Saint-Brieuc, Presses universitaires de Bretagne, 1975 : « Lettre à Triboudet, maire de Bourges », 24-1-1767, p. 315.

2 L’Année littéraire, « Relation d’une grande bataille », V, pp. 209-215, 27-7-1760.

3 Titre d’un pamphlet de Voltaire, édit. Moland, X, pp. 97-113. S’y trouve le vers : « Vermisseau né du cul de Desfontaines ».

4 Mémoires secrets, 11 juillet 1767.

5 J. Balcou, Fréron contre les philosophes, Genève, Droz, 1975.

6 Ibid., p. 79. D’après L’espion anglais, III, p. 142

7 L’Année littéraire, 1773, II, p. 17.

8 Dossier Fréron, pp. 195-198, dans une extraordinaire lettre à Malesherbes (21-3-1757) qui voulait réconcilier Fréron et Diderot.

9 L’Année littéraire, 1750, IV, p. 151.

10 Ibid., 1765, V, p. 94.

11 Ibid., 1764, VI, p. 99.

12 Ibid., 1763, VII, pp. 263-268.

13 Les critiques ou les Juges jugés, dans Les Œuvres et les hommes, tome VI, p. 316.

14 Besterman D. 16316.

15 Voir note 8.

16 Dossier Fréron, p. 249.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search