Version classiqueVersion mobile

L'évangélisation des Indiens du Mexique

 | 
Éric Roulet

Introduction

Texte intégral

  • 1 B. inter cetera, Rome, le 4/05/1493, dans B/AP, t. 1, p. 79-83.
  • 2 B. Eximiae devotionis, Rome, le 3/05/1493, dans B/AP, t. 1, p. 76-78 ; B. Eximiae devotionis, Rome (...)

1Le désir et la volonté de l’Église et de la monarchie espagnole d’évangéliser les Indiens de Nouvelle-Espagne s’inscrit dans une vision chrétienne du monde. Il s’agit de convertir à la vraie foi les peuples nouvellement découverts car le message divin est adressé à tous : « Allez par le monde entier, proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création » (Mc 16, 15). Cette conversion à la foi chrétienne est une des justifications des concessions territoriales octroyées aux rois catholiques par le pape Alexandre VI par la bulle Inter cetera du 4 mai 14931. Ils reçoivent en outre du souverain pontife le patronage des Indes afin d’organiser la nouvelle Eglise d’Amérique. La bulle Eximiae devotionis du 3 mai 1493 leur concède les mêmes privilèges en matière de grâce, de privilège et d’immunité que ceux dont bénéficient les rois portugais en Afrique. Puis en 1501, le pape les charge de percevoir les dîmes de l’Église dans les îles et terres nouvelles découvertes et à découvrir et enfin, en 1508 de pourvoir aux charges ecclésiastiques2. L’Église américaine dépend étroitement de la monarchie et est un des rouages de la colonisation. L’évangélisation des Indiens justifie la Conquête et légitime la présence espagnole. Une évangélisation mal accomplie reviendrait à saper le fondement même de la présence espagnole en Amérique.

  • 3 Instrucciones de d. Velázquez a Cortés, Santiago de Cuba, le 23/10/1518, dans DCOR, t. 1, p. 52 et (...)
  • 4 C. del cabildo de Vera Cruz al emperador, Veracruz, le 10/07/1519, dans COR, p. 13 ; DDC, chap. 27 (...)
  • 5 C. del cabildo de Vera Cruz al emperador, Veracruz, le 10/07/1519, dans COR, p. 17 ; Ordenanzas mi (...)

2Aussi, quand le gouverneur de Cuba, Diego Velázquez, confie en 1518 à Hernán Cortés le commandement d’une expédition vers le continent, l’enjoint-il d’apporter aux gens rencontrés la connaissance du « Dieu véritable3 ». L’expédition touche San Juan de Ulúa le jeudi 21 avril 1519. Le lendemain, un autel de fortune est monté et une messe est célébrée. Les Indiens observent cette étrange arrivée puis viennent au devant des Espagnols. Partout où les hommes de Cortés passent, les deux clercs de l’expédition, le mercédaire Bartolomé de Olmedo, et le prêtre séculier Juan Díaz présentent aux Indiens la doctrine chrétienne et les invitent à abandonner leurs idoles et à cesser de pratiquer des sacrifices humains4. Quelques Indiennes sont baptisées avant d’être données aux conquérants et des croix sont plantées. Cortés affirme ses buts : extirper l’idolâtrie et amener les Indiens à la connaissance de Dieu5.

  • 6 DDC, chap. 78 ; C. del cabildo de Vera Cruz al emperador, Veracruz, le 10/07/1519, dans COR, p. 22 (...)

3Cortés tente de convertir quelques chefs indigènes ralliés à sa cause mais il n’insiste pas quand il sent qu’ils sont réticents. Souvent, il se contente de promesses de conversion. Cortés ne brusque pas les Indiens et laisse se perpétrer les cultes précolombiens. Il tente mollement de réprimer l’anthropophagie6. La politique prend le pas sur l’évangélisation.

  • 7 DDC, chap. 77, 83 et 93 et 205.
  • 8 J.-P. Dedieu, L’inquisition, Paris, le Cerf, 1987, p. 42.

4Il convient de ne pas négliger cependant le rôle modérateur joué par Bartolomé de Olmedo, du moins si l’on suit le récit de Bernal Díaz del Castillo, car Cortés et les auteurs qui ont écrit à sa suite n’évoquent pas le mercédaire. Selon Díaz del Castillo, Olmedo ne veut ni baptême forcé, ni destruction d’idoles, ni même élévation de croix. Il s’oppose à la conversion forcée des Indiens car ils ne connaissent pas la doctrine chrétienne7. Cette attitude prudente du mercédaire peut trouver son origine dans sa formation. Les frères de la Merci, spécialisés dans le rachat des prisonniers chrétiens aux mains des musulmans en Méditerranée, ont l’habitude de la confrontation religieuse et préfèrent ne pas se monter trop hâtifs pour mener à bien leur mission en terre infidèle. Ils savent d’expérience que convertir trop rapidement des cœurs peu convaincus ne mène qu’à l’apostasie. Rappelons aussi la méfiance en Espagne à l’égard des morisques, ces musulmans convertis au christianisme après la prise de Grenade par les rois catholiques8. Le manque d’informations sur Olmedo ne peut nous conduire au-delà de ces quelques réflexions. Dans ces conditions, les baptêmes attribués à Olmedo par les chroniqueurs tardifs sont sujets à caution.

5Le 13 août 1521, la cité aztèque de Mexico est conquise. Son dernier souverain, Cuauhtemoc, est capturé. La conquête militaire dans le Mexique central s’achève et s’ouvre la conquête des âmes, la conquête spirituelle. L’évangélisation suit la Conquête.

  • 9 J.-P. Berthe, « Les rapports des visites ad limina des évêques de Nouvelle-Espagne aux xvie et xvi (...)

6Comment les Indiens ont-ils accepté et vécu le christianisme ? Le territoire du royaume de Nouvelle-Espagne est vaste. Nous resterons pour notre part dans le Mexique central, celui des vallées, le cœur de l’ancien empire aztèque. C’est la zone qui a été conquise et évangélisée le plus rapidement. Elle couvre à l’époque coloniale les deux évêchés de Mexico et de Tlaxcala-Puebla, ce qui représente un territoire d’environ 170 000 à 180 000 km² d’après les calculs de Jean-Pierre Berthe9. Elle offre une certaine homogénéité. C’est le pays nahua et même s’il existe des minorités, le nahuatl, la langue des Aztèques, sert de lingua franca. Nous donnerons à l’occasion des informations concernant la Nouvelle-Galice ou la Mixtèque afin d’étayer notre propos et d’élargir notre horizon. Nous poursuivrons notre étude jusqu’au début des années soixante-dix quand s’affirme pleinement l’esprit du concile de Trente en Nouvelle-Espagne à la suite des arrivées de l’inquisiteur puis archevêque de Mexico, Pedro Moya de Contreras, en 1571 et des premiers jésuites en 1572. C’est aussi la fin de la première génération de missionnaires. Le dernier des Douze, l’humble Motolinia, décède en 1569 ; l’emblématique Pedro de Gante, venu dès 1523, meurt en 1572. Les Indiens survivants de l’époque précolombienne s’éteignent eux aussi et avec eux la mémoire vivante du monde ancien. Une page de l’histoire de la Nouvelle-Espagne se tourne.

7La conquête spirituelle a fait l’objet de nombreux livres. Les uns à la suite de Robert Ricard ont mis l’accent sur la méthode missionnaire en analysant notamment les catéchismes. Mais l’impact de cette méthode était pas ou peu étudié. D’autres auteurs ont tenté ce bilan et ont cru trouver les signes de la réusssite de l’évangélisation des Indiens mais ils s’appuyaient sur les chroniques des religieux en oubliant toute dimension critique des sources. D’autres auteurs encore ont vu dans l’évangélisation un aspect de la domination et de l’exploitation des Indiens dans un contexte colonial en s’affranchissant de toute chronologie et d’une contextualisation de cet épisode. Toutes ces visions partielles et parfois partisanes de la conquête spirituelle ne s’appuient que sur quelques types de documents, or il convient d’embrasser toute la documentation et notamment la production indienne trop longtemps négligée, et les documents privés afin de croiser les regards et d’appréhender autrement l’histoire de l’évangélisation pour tenter d’en mesurer les effets. C’est ce que nous nous proposons de faire ici.

8La conquête spirituelle n’est pas un phénomène statique mais dynamique qui connaît des contradictions et des limites. Il convient de reconstituer le déroulement des faits, de saisir les évolutions du discours sur l’évangélisation et de la pratique de conversion au fil des années, et de marquer les temps qui scandent cette aventure religieuse en rappelant les éléments qui y concourent : l’ampleur de la tâche, la vision de l’Indien, le projet ecclésial, les moyens mis en œuvre. Mesurer l’impact missionnaire auprès des Indiens de Nouvelle-Espagne, c’est regarder si les décisions ont été suivies d’effets. Mais comprendre cette réalité nécessite de s’intéresser aux acteurs de cette aventure, missionnaires et Indiens. La conversion naît de la rencontre entre un évangélisateur et un Indien dans un monde en genèse, la personnalité des acteurs, les conditions locales sont autant de variables à prendre en compte. Comment les clercs comprennent-ils les Indiens dont ils ont la charge et les amènent-ils à la connaissance du Christ ? Ils sont tributaires de leur outillage mental, de leur formation et de leur motivation propre. Mais les clercs ne sont pas les seuls à intervenir auprès des Indiens, ils ne sont pas coupés de la société coloniale. Le travail missionnaire ne se heurte-t-il pas localement à d’autres intérêts avec lesquels il faut composer ? Comment les Indiens s’inscrivent-ils par rapport au christianisme ?

9Notre étude est tributaire des sources ; elles sont peu nombreuses pour les premières décennies et n’offrent qu’une histoire fragmentaire. Mais elles donnent des éclairages qui jalonnent le long chemin de cette aventure humaine.

Notes

1 B. inter cetera, Rome, le 4/05/1493, dans B/AP, t. 1, p. 79-83.

2 B. Eximiae devotionis, Rome, le 3/05/1493, dans B/AP, t. 1, p. 76-78 ; B. Eximiae devotionis, Rome, le 16/11/1501, dans B/AP, t. 1, p. 89-91 ; B. Universalis Ecclesiae regimini, Rome, le 28/07/1508, dans B/AP, t. 1, p. 104-107.

3 Instrucciones de d. Velázquez a Cortés, Santiago de Cuba, le 23/10/1518, dans DCOR, t. 1, p. 52 et 54-55.

4 C. del cabildo de Vera Cruz al emperador, Veracruz, le 10/07/1519, dans COR, p. 13 ; DDC, chap. 27, 29, 36, 38 et 40.

5 C. del cabildo de Vera Cruz al emperador, Veracruz, le 10/07/1519, dans COR, p. 17 ; Ordenanzas militares de Cortés, Tlaxcala, le 22/12/1520, dans DCOR, t. 1, p. 165.

6 DDC, chap. 78 ; C. del cabildo de Vera Cruz al emperador, Veracruz, le 10/07/1519, dans COR, p. 22 ; inf. de Velázquez, Santiago de Cuba, les 28/05-6/06/1521, dans DCOR, t. 1, p. 201 ; Cortés, Tercera c.-rel. al emperador, Coyoacan, le 15/05/1522, dans COR, p. 154 ; Respuestas de B. Vázquez de Tapia, Mexico, le 23/01/1529, dans DCOR, t. 2, p. 39.

7 DDC, chap. 77, 83 et 93 et 205.

8 J.-P. Dedieu, L’inquisition, Paris, le Cerf, 1987, p. 42.

9 J.-P. Berthe, « Les rapports des visites ad limina des évêques de Nouvelle-Espagne aux xvie et xviie siècle », dans P. Boutry, B. Vincent, Les chemins de Rome, Rome, École française de Rome, 2002, p. 199.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search