Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gide et Guéhenno polémiquent

 | 
Paul Phocas

Introduction

Texte intégral

  • 1 L’ouvrage de G.I. Brachfeld : André Gide and the Communist Temptation (Genève, E. Droz ; Paris, Min (...)
  • 2 Cette étude n’est devenue véritablement envisageable qu’après la publication des derniers ouvrages (...)
  • 3 Cf. lettre d’André Gide à Jean Guéhenno, fin octobre 1930, in André Gide, Littérature engagée. Text (...)
  • 4 «  Billet [à Angèle] » du 21 décembre 1937, cf. ibid., pp. 214-216.
  • 5 Cf. Vendredi, 17 décembre 1937. Cette lettre ouverte de Guéhenno à Gide a été reprise dans : André (...)
  • 6 Cf. infra, conclusion, p. 69.

1Introduction : la pensée politique n’est pas ce qui dans l’œuvre de Gide a été le plus étudié1. En conséquence, les relations que Gide a entretenues avec plusieurs hommes et penseurs politiques de son temps ont été laissées quelque peu dans l’ombre par les critiques. C’est pourquoi une étude de la polémique Gide-Guéhenno restait encore en partie à faire malgré l’intérêt et l’importance du sujet2. Un détail symbolique en convaincrait si besoin en était : le volume recueillant les textes politiques de Gide ne commence-t-il pas par une lettre d’André Gide à Jean Guéhenno3 et ne s’achève-t-il pas par un « Billet [à Angèle] »4 dans lequel Gide répond, pour la dernière fois, à Guéhenno qui lui avait adressé une lettre ouverte dans Vendredi5. Autre preuve, s’il en fallait une encore : Jean Guéhenno, même après que le silence se fut instauré entre lui et Gide à partir de décembre 1937, ne cessa de revenir, dans ses écrits comme dans ses déclarations publiques6, sur le débat polémique qu’il avait eu avec Gide dans les années 30.

2La démarche que nous avons suivie pour présenter les résultats de notre recherche est successivement analytique et synthétique. La partie analytique est constituée par trois chapitres qui suivent le détail de la chronologie complexe des relations Gide-Guéhenno, lesquelles se sont développées tant par personnes interposées que directement, par lettres, articles, revues, livres, déclarations et prises de positions publiques, signatures de pétitions, congrès... Cet ordre chronologique que nous avons privilégié, correspond en outre à une double évolution. Evolution dans les thèmes des débats entre Gide et Guéhenno : le nationalisme (chapitre I), l’individualisme (chapitre II), la politique internationale représentée par la guerre d’Espagne et les Procès de Moscou (chapitre III). Evolution aussi dans la nature des relations qu’entretinrent Gide et Guéhenno : un simple débat (chapitre I), une mise en cause personnelle de Gide par Guéhenno (chapitre II), une querelle jusqu’à la rupture (chapitre III). Cette dernière évolution justifie que ce travail soit entièrement consacré à l’étude d’une polémique. La partie synthétique, elle, est constituée par une conclusion étoffée qui vise à montrer quelles ont été les raisons profondes, voire cachées, de cette polémique. Ce dernier développement nous a été en partie suggéré par Guéhenno lui-même, dans la mesure où, avec le recul du temps, il a cherché à comprendre, en y revenant toujours, quelles avaient pu être les causes de ses affrontements permanents avec Gide que, par ailleurs, il admirait et avec lequel il s’était senti proche plus d’une fois.

3Il apparaît donc que cette polémique entre Gide et Guéhenno a eu des causes complexes, et c’est précisément cette complexité que nous avons tenté de démêler.

Notes

1 L’ouvrage de G.I. Brachfeld : André Gide and the Communist Temptation (Genève, E. Droz ; Paris, Minard, 1959), pour important qu’il fût, ne pouvait, en raison de la date à laquelle il a été publié, tenir compte des nombreux inédits qui, rendus publics au cours des vingt-cinq dernières années, sont venus grossir le dossier désormais important des activités politiques de Gide.

2 Cette étude n’est devenue véritablement envisageable qu’après la publication des derniers ouvrages de Jean Guéhenno qui, rappelons-le, est mort en 1978.

3 Cf. lettre d’André Gide à Jean Guéhenno, fin octobre 1930, in André Gide, Littérature engagée. Textes réunis et présentés par Yvonne Davet (Paris, Gallimard, 1950), pp. 13-14.

4 «  Billet [à Angèle] » du 21 décembre 1937, cf. ibid., pp. 214-216.

5 Cf. Vendredi, 17 décembre 1937. Cette lettre ouverte de Guéhenno à Gide a été reprise dans : André Gide, Littérature engagée, op. cit., pp. 202-207, et dans : Jean Guéhenno, Journal d’une « Révolution », 1937-1938 (Paris, Grasset, 1939), pp. 218-227.

6 Cf. infra, conclusion, p. 69.

© Presses universitaires de Rennes, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.