Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La pédagogie par l'image en France et au Japon

 | 
Marianne Simon-Oikawa
, 
Annie Renonciat

Troisième partie. Mettre en lumière les enseignements

Lanterne magique et pédagogie dans le Japon de Meiji : thèmes, images, discours

Kenji Iwamoto
Traduction de Traduit du japonais par Marianne Simon-Oikawa

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au cours de l’ère Meiji (1868-1912), en particulier entre les années 1870 et les années 1900, cest-à-dire avant le succès populaire du cinéma, quel fut le rôle de la lanterne magique1 ? Il existe deux types de lanterne magique au Japon, dont je commencerai par rappeler l’histoire : la lanterne dite « utsushi-e », utilisée à la fin de l’époque d’Edo (deuxième moitié du xviiie siècle – première moitié du xixe siècle), et la lanterne moderne (gentô), qui fut importée au cours de l’ère Meiji. Je me propose dans cet article d’examiner plus précisément les usages pédagogiques de ces deux lanternes, jusqu’à l’apparition du cinéma.

La lanterne de type « utsushi-e »

Le mot « utsushi-e », qui désigne la lanterne japonaise traditionnelle, signifie à l’origine « image copiée », « silhouette, forme reproduite », et est antérieur à la lanterne magique elle-même. Il fut utilisé pour désigner cette dernière à Edo (l’actuelle Tôkyô) à partir de 1800 environ. La lanterne moderne arriva, semble-t-il, à ...

Auteur

Traduit du japonais par Marianne Simon-Oikawa (Traducteur)

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540