Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'éveil politique de la Savoie

 | 
Sylvain Milbach

Chapitre IV. La Tarentaise, une bien mauvaise province

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1La Tarentaise est une bien mauvaise province : elle mérite donc toute l’attention. Cet intérêt est d’autant plus justifié que les sources conservées sont plus nombreuses pour la Tarentaise que pour les autres provinces. Cette province est « rouge », tout comme le Faucigny. Il semble néanmoins que les tensions y soient plus particulièrement vives. Évidemment, elle ne saurait à ce titre être représentative de l’esprit public en Savoie. Pourtant, elle peut être considérée comme un laboratoire.

2Ce dernier chapitre reprend donc un certain nombre de thèmes déjà évoqués en tâchant de les approfondir en jouant d’un effet de loupe. Ce dont il est question, c’est de s’efforcer de rétablir l’économie générale du cheminement du politique, en prenant soin de réunir les différents facteurs et moyens à l’œuvre. Cette province de Tarentaise permet d’assembler en faisceau les éléments constitutifs de l’esprit public, partout les mêmes, mais avec des degrés différents d’impact et de visibilité : résultats électoraux, modalités de la propagande, troubles, sociologie, expressions diverses de la conflictualité... Se placer à ce poste d’observation géographiquement plus réduit permet en effet de tenir compte de réalités locales qui contribuent à la compréhension, ici des mécanismes des jeux du politique, là des spécificités d’un « terrain ».

  • 1 François Carquet (1810-1891), avocat, député de Bourg de 1848 à 1854. Démissionnaire en juin 1854. (...)
  • 2 Antoine Jacquemoud (1804-1887), médecin, député de Moûtiers de 1848 à 1852. Démissionnaire en 1852 (...)

3Il convient d’entrée d’opérer une différenciation entre la Haute et la Basse-Tarentaise. Dans les deux cas, les démocrates dominent entre 1848 et 1853, mais de manière bien plus conflictuelle en Basse-Tarentaise qu’en Haute-Tarentaise. Autour de Bourg-Saint-Maurice, s’édifie sans heurts le fief de F. Carquet1, élu sans difficulté majeure de 1848 à 1853. Dans les archives judiciaires et dans les correspondances officielles, aucun trouble d’importance n’apparaît. Au contraire, à Moûtiers, fief aussi solide de A. Jacquemoud2, les désordres sont nombreux, les campagnes électorales sont âpres et la propagande d’une activité sans doute sans égale en Savoie. Le club démocrate de Moûtiers, épaulé par celui d’Aigueblanche, est extrêmement actif. En somme, des nuances au sein d’un même tempérament.

De bien mauvais électeurs

4Les résultats des élections sont bien évidemment le premier élément d’appréciation de l’esprit public de la Tarentaise. Nous tâcherons ici de caractériser ce vote, d’en dégager les fondements sociologiques et de comprendre l’activité, pour ne pas dire l’activisme, électoral. Rappelons-le, nous ne sommes pas à la surface de la société, comme pourrait le laisser penser le principe du suffrage censitaire : d’une part, le corps électoral en Tarentaise ne peut se réduire à une frange de grands notables ; d’autre part, la publicité de la « chose politique » déborde largement les sphères étroites des votants.

Les corps électoral et les élections

  • 3 A. Jacquemoud, Deux mots prononcés par le Dr Jacquemoud au banquet de la fête patriotique qui a eu (...)

Électeurs et concitoyens,
Vous avez fait une bonne action ! Je voulais vous dire aujourd’hui cela, j’avais à cœur de vous répéter cela : oui, vous avez fait une bonne action, une œuvre véritablement louable en nommant à la représentation nationale celui que vous avez nommé [Carquet] ; car c’était bien celui-là l’homme sur lequel devait se rassembler toutes vos prédilections politiques. Par là vous avez montré que vous étiez mûrs pour le nouvel ordre des choses qui vient d’être établi [...].
Les sentinelles de la Liberté resteront sur le qui-vive. L’éveil est donné au peuple ; les Guizot de village et les endormeurs politiques en seraient pour les frais de leurs ridicules et puériles menées3. »

  • 4 Atti de la camera dei deputati, 1850-1854, Turin, 1850-54.
  • 5 Claude Gonnet (1795-1866), général dans l’armée sarde. Battu aux élections de juillet et décembre (...)
  • 6 Michel Roux-Vollon (1808-1878), marchand de fromages, député de 1853 à 1857, année où il démission (...)
  • 7 Comte Hyacinthe-Fidèle Avet (1788, Moûtiers-1855, Turin). Éminent légiste, il est membre du Consei (...)

5Les résultats électoraux postulent une province de Tarentaise fortement ancrée du côté des libéraux démocrates. De ce point de vue, il n’y a d’ambiguïtés ni pour François Carquet pour la circonscription de Bourg, ni pour Antoine Jacquemoud pour celle de Moûtiers : leurs positions sont claires, ils sont anticléricaux et annexionnistes en 1848-49. Leur discours est marqué de références à l’esprit quarante-huitard et les très nombreuses interventions du député Jacquemoud à la Chambre montrent un élu actif du côté gauche du parlementarisme turinois4. Le ralliement des deux députés tarins à la politique de Cavour à partir de 1852 les place dans une situation plus ambiguë mais, notons-le, cette évolution correspond précisément à un léger effritement de leurs électorats. Tous les deux sont élus de manière continue aux quatre premières législatures. Ils sont proches l’un de l’autre et travaillent l’opinion main dans la main en Tarentaise. Leurs succès électoraux sont sans appel, malgré une évolution constante des suffrages dans le sens d’un rééquilibrage avec leurs adversaires. Carquet passe de 75,2 % à 64,3 % des voix lors des quatre premières législatures, Jacquemoud de 79,6 % à 74 %. Fin 1852, Jacquemoud démissionne, il est remplacé par le candidat des conservateurs, le général Gonnet5. Notons que celui-ci est supplanté, dès l’année suivante, par Roux-Vollon, certes conservateur, mais agriculteur de profession6, ce qui confère encore à la province une grande originalité. En revanche, dans la circonscription de Bourg, Carquet est réélu en 1853 avec 61 % des voix. Les victoires les plus nettes et les scores les plus élevés correspondent donc à la période la plus « radicale » des députés tarins. Notons à ce titre que Jacquemoud, lors de sa première élection, et Carquet, lors des troisième et quatrième législatures, battent un personnage éminent en Savoie, le comte Avet7. Ce serait peut-être beaucoup dire que de qualifier, comme le font les conservateurs d’alors, les campagnes de Tarentaise de « rouges ». Cependant, on ne peut nier une forte singularité.

  • 8 Dans l’avant-pays savoyard, on tombe à des proportions de 6,5 % (circonscription de Rumilly, par e (...)
  • 9 M. Miranti, op. cit.

6Le corps électoral en Tarentaise augmente un peu durant la période, comme celui de toute la Savoie. Le taux d’électeurs est cependant supérieur au taux moyen de l’ensemble de la Savoie – et a fortiori du Piémont : entre 4 et 6 % de la population, selon les sections, forment le corps électoral. Si l’on rapporte le corps électoral à la population masculine en âge de voter, les circonscriptions de Moûtiers et de Bourg atteignent respectivement des taux de 17 et 17,3 %, les plus forts du duché8. Si l’on rapporte le nombre de votants au nombre de feux, on obtient des taux qui dépassent 25 %. Ce qui signifie que la Tarentaise est une des provinces les plus aisées de Savoie et que le processus électoral intéresse une bonne partie des familles. On ajoutera que le taux de participation est, lui aussi, toujours supérieur au taux moyen de la Savoie, notamment dans la circonscription de Bourg. En ce qui concerne celle de Moûtiers, la situation est plus nuancée du fait de fortes variations d’un scrutin à un autre, mais elle ne se distingue nullement par un taux élevé d’abstention9. Ces éléments cumulés tendent à dresser le profil d’une province participative et mobilisée. En conséquence, le vote « rouge » ne s’explique pas par l’abstention, contrairement à ce qui est couramment avancé à l’époque.

  • 10 La loi électorale concédait à certaines provinces du royaume, dont la Savoie, un abaissement du ce (...)
  • 11 La section de Bourg, pouvant ici servir d’échantillon, indique que 62,5 % du corps électoral paie (...)

7L’analyse sociologique est plus épineuse, du fait d’une documentation lacunaire. Pour mener cette approche sociologique, il est possible de croiser les listes électorales et le recensement de 1848. Sans entrer dans des considérations méthodologiques fastidieuses, il convient de noter que cette confrontation est indispensable parce que dans les listes électorales la mention des professions est parfois pour le moins elliptique : par exemple, en les confrontant avec les recensements, il est assuré que le terme « propriétaire » renvoie en fait à la condition de « cultivateur » ou de « laboureur ». Au reste, cette dernière dénomination n’est pas toujours très claire, mais il semble bien – certains recensements en font foi – qu’elle est différenciée de « cultivateurs » et, a fortiori, de « journaliers » (qui sont évidemment absents des listes électorales). Pourtant, il n’est guère possible, sauf à mener une patiente investigation à une échelle réduite, de saisir à quel niveau de propriété et de richesse, on passe du statut de cultivateur à celui de laboureur et il n’est pas certain que ces dénominations correspondent à une différenciation entre propriétaire et exploitant. Les fortunes déclarées lors de l’élaboration des listes électorales n’indiquent aucune différence frappante entre les deux catégories. À ce titre, notons que l’ouverture du corps électoral concédée à la Savoie10 joue à plein : la grande majorité des votants se situe dans la fourchette la plus basse du cens électoral11.

  • 12 En 1848, les agriculteurs forment 78 % de la population active, soit 65 % de la « population nourr (...)
  • 13 Séez (1 842 habitants) compte ainsi 91 journaliers, ce qui est, en l’état, le plus fort nombre rec (...)

8Le corps électoral de la circonscription de Bourg-Saint-Maurice est composé, respectivement, de 95,4 % d’agriculteurs pour la section de Bourg et de 92,7 % pour la section d’Aime. Bourg-Saint-Maurice (3 232 habitants) même est largement dominée par cet électorat puisque 91,1 % des électeurs se déclarent « cultivateurs ». En revanche, le corps électoral du chef-lieu de la section d’Aime est plus hétérogène : à Aime (1 218 habitants) seulement 75,3 % de ce corps se déclare « cultivateurs », ce qui correspond à sa sociologie12. Or, les conservateurs parlent toujours de la « bonne vallée d’Aime », la moins « rouge » de la province. En somme, assez paradoxalement, la section de Bourg, réputée la plus mauvaise, c’est-à-dire la plus indéfectiblement attachée à Carquet, se distingue par une plus forte teinte « paysanne ». Les artisans et les professions libérales ne se distinguent pas par de fortes contributions et se situent assez nettement dans le bas du corps électoral, c’est-à-dire au-dessous de 30 livres de contributions. D’un point de vue spatial, on peut noter une plus grande variété sociologique des fonds de vallées. Les communes « haut perchées » sont exclusivement agricoles, tandis que, plus on descend, plus les activités et les statuts se diversifient : apparition des artisans et commerçants (à commencer par l’aubergiste), mais aussi des journaliers13. Il ne fait donc nul doute que le corps électoral de la section de Bourg est quasi exclusivement composé de paysans, et ce d’autant plus si l’on fait la part de la pluriactivité (du type : aubergiste-cultivateur).

9En ce qui concerne la section de Moûtiers, la section de Bozel est composée à 96 % d’agriculteurs et celle de Moûtiers à 99 %, si on exclut le chef lieu. Toutefois, et c’est un trait fort de la Tarentaise, Moûtiers se distingue radicalement dans ce paysage : les agriculteurs y sont quasiment absents (cinq seulement, toutes dénominations comprises). Ce profil suggère son rôle en Tarentaise : y dominent les profession libérales, les artisans et les fonctionnaires. Tant et si bien que le profil de cette section en est sensiblement modifié : avec Moûtiers, les agriculteurs n’y forment plus que 74 % du corps électoral. Mais il s’agit-là de l’hypothèse la plus basse : l’absence des listes électorales de communes quasi exclusivement agricoles fausse cette estimation, qu’il conviendrait donc de réviser à la hausse. En première analyse, on pourrait considérer que la sociologie de Moûtiers (2 072 habitants) explique pour une bonne part le vote « rouge » de la province. Toutefois, cette explication s’avère insuffisante. Songeons ainsi que la section de Bozel vote continûment pour Jacquemoud. Au surplus, l’originalité de Moûtiers n’explique nullement le vote de la Haute-Taren taise pour Carquet. Ce qui signifie, et c’était le but de l’analyse, que nous sommes bel et bien devant un vote des campagnes. Finalement, l’historien peut confirmer le constat empirique des contemporains :

  • 14 L’Écho du Mont-Blanc, 24 août 1849.

« Que la Savoie le sache bien, si M. Jacquemoud, ainsi que M. Carquet, est député, c’est grâce aux paysans qui dans cette province forment la très grande majorité des électeurs, oui, c’est grâce aux paysans à qui les clubistes ont persuadé qu’il faut faire un monde nouveau et se défier de tous ceux qui servi sous l’ancien régime14. »

Les enjeux des campagnes électorales

10En Tarentaise, les luttes électorales sont particulièrement vives et âpres. De ce point de vue, Moûtiers tient une place de premier plan, mais celle-ci relève moins du vote stricto sensu que de son rôle de pôle. En effet, son statut de chef-lieu, avec sa sociologie propre, joue à plein dans le processus de diffusion des idées et contribue à expliquer en partie l’esprit de la province. Une active propagande contribue à innerver les campagnes alentours. Le déplacement des paysans à Moûtiers, aux jours des marchés, est l’occasion de toucher cette population. Aux temps électoraux, il est indubitable que les membres du cercle démocratique se comportent en « commis-voyageurs » de la « démocratie », qu’ils attendent l’électorat dans le bourg ou qu’ils aillent à sa rencontre. Leurs adversaires constatent leur zèle militant :

  • 15 Le Courrier des Alpes, 6 décembre 1849.

« J’ai eu le plaisir d’être témoin hier, dans cette ville [Moûtiers], d’une petite escarmouche électorale. C’était un gros marché, dit de la Saint-André. On en a profité pour manipuler les électeurs de la campagne. C’était un spectacle curieux de voir nos galants démocrates choyer, courtiser ces bons paysans sur les places publiques, dans les auberges et dans les cafés. Avec quel air gentil et gracieux, ils leur distribuaient deux imprimés ! L’un de ces imprimés est un article furibond contre le ministère, extrait du Paysan d’Albertville que celui-ci a emprunté à je ne sais quel journal piémontais. L’autre est une adresse du Dr Jacquemoud aux électeurs de la campagne. Rien de plus insidieux, de plus cauteleux, de plus flagorneur que cette adresse. Le croiriez-vous ? Cet homme qui, au-delà des Alpes, se fait bravement le champion des Lombards, qui, dans ses chansons, prêche ouvertement la réunion de la Savoie à la France, vient de se faire on ne peut plus chaud royaliste dans sa dernière circulaire. Sachant bien que les habitants de nos vallées ne sont ni révolutionnaires ni républicains, il fallait bien que cet homme, vrai caméléon, leur donnât le change afin de capter de nouveau leur vote15. »

  • 16 Jacquemoud jouit d’une solide réputation de poète depuis le prix que lui a décerné l’Académie de S (...)

11Cette citation permet de saisir de plus près l’action du cercle démocratique durant la campagne électorale. Celle-ci, à l’évidence, a ses lieux et ses temps forts : le temps du marché est de ce point de vue privilégié, en tant que lieu et temps de dilatation de la sociabilité rurale. L’usage de l’imprimé est aussi patent : le journal – en l’occurrence Le Paysan, dont nous reparlerons – et le « tract », sorte de profession de foi du candidat. La chanson même n’est pas négligée16. Le temps de la campagne électorale est donc celui de la place publique, au sens propre (en tant que lieu et fonction) comme au sens figuré (le débat public orchestré par la presse), comme le montre l’affaire Antoine Mugnier.

12Suite au scrutin de juillet 1849, cet aisé négociant, membre du Cercle démocratique de Moûtiers, est traduit devant la justice pour une harangue séditieuse sur la place de Bozel, le jour des élections, à l’entrée du bureau de vote. Ce gros village (1 468 habitants), chef-lieu de mandement, avec son juge de proximité et son marché, apparaît dès avril 1848 dans les archives de la surveillance parce qu’y est affiché un placard anonyme :

13« Soit exécuté

  1. Point d’impôts en Savoie, déjà trop gémissante
  2. Emploi des Savoisiens à toutes les fonctions publiques en Savoie
  3. Réforme de la réforme : réforme des études17
  4. Réforme des curés : réforme des vicaires
  5. Les enterrements faits sur leur traitement
  6. Amnistie, fraternité avec les Français
  7. Liberté de séjour, admission réciproque des deux nations
  8. Syndics remplacés par des maires, mot propre à notre langue Souveraineté du peuple18. »

14Ce placard montre que les vallées de Tarentaise connaissent précocement les thèmes d’un programme politique qui sera bientôt celui des députés de Tarentaise. En ce sens, les campagnes électorales, si elles cristallisent les valeurs partisanes, ne font pas brutalement surgir des thématiques mais les réorchestrent. Ainsi, le discours prêté à Antoine Mugnier, ce 15 juillet 1849 sur la place de Bozel, s’inscrit dans une continuité :

  • 19 ADS, 6 FS 273, l’avocat fiscal de Tarentaise à l’avocat fiscal général, 22 juillet 1849.

« Là, entouré de plusieurs électeurs de Saint-Bon et des Allues, il leur dit : qu’il nous fallait une République, ne plus être dépendant du Piémont ; qu’il fallait nous allier avec la France qui fesait fleurir et vivre la Savoie ; que nos soldats étaient revenus du Piémont couverts de vermine ; que les généraux avaient trahi l’Armée du Roi ; qu’ils pouvaient trahir encore, si l’on nomme pour député un homme du gouvernement ; que nous devons choisir un député dans les rangs du peuple [Jacquemoud est précédemment nommément cité], parce qu’il serait intéressé à le défendre19. »

  • 20 Séance du 7 août, reproduite dans Le Courrier des Alpes, 13 août 1849.
  • 21 Séance du 30 janvier, reproduite dans Le Courrier des Alpes, 4 février 1851.

15L’affaire passe le 29 octobre devant la Cour d’Appel de Savoie et l’accusé est relaxé : les témoins ne valident pas la déposition des carabiniers et, notamment, n’attestent pas les propos annexionnistes. En revanche, Mugnier a bien plaidé sur la place publique la cause du candidat Jacquemoud. Ce dernier, dès sa réélection, intervient à la Chambre de Turin, pour dénoncer l’arrestation arbitraire de Mugnier : les forces de l’ordre et la justice de Savoie sont accusées d’interférer dans le cours du processus électoral20. La mise en accusation dudit Mugnier aurait pour but de provoquer l’invalidation de l’élection de Jacquemoud. Avec cette affaire, devenue exemplaire, la minorité libérale démocrate tente ainsi de poser l’exception réactionnaire de la Savoie, où les anciennes élites continuent de dominer dans l’administration. Encore en 1851, Cavour, alors Ministre du commerce, devra répondre de « l’affaire Mugnier » lors d’une réplique aux députés savoyards, où ceux-ci accusent le gouvernement de tolérer dans le duché un régime d’exception21. C’est qu’à la suite de l’intervention de Jacquemoud, les journaux de Savoie se sont emparés de l’affaire pour attaquer l’administration. Mugnier est présenté comme un martyr de la cause libérale et, surtout, la relation de l’affaire est l’occasion d’exposer les manœuvres du parti adverse lors des campagnes électorales. L’organisation de troubles et la diffusion de calomnies résumeraient la stratégie électorale des conservateurs en Tarentaise. L’affaire Mugnier témoignerait pour un refus du jeu « démocratique » et rappelle la menace latente du retour de l’ancien régime. Les clubs démocratiques participent ouvertement à l’orchestration du débat politique lors du retour de Mugnier, après son jugement à Chambéry. Sur son chemin, les bastions où se sont installés les cercles démocratiques (Chambéry, Saint-Pierre-d’Albigny, Aigueblanche, Moûtiers) accueillent triomphalement le « martyr de la liberté ». Le Patriote savoisien livre un récit coloré de l’arrivée de Mugnier en Tarentaise, à Aigueblanche :

  • 22 Le Patriote savoisien, 8 novembre 1849.

« Un homme arrivait le 31 octobre, dans notre petit bourg ; cet homme, encore meurtri des menottes, arrivait de Chambéry escorté d’une vingtaine de témoins véridiques ; il rencontre une multitude, empressée et silencieuse, il met pied à terre, il est pris, serré dans les bras de chacun, il est couvert d’embrassements ; tout le monde partage la même satisfaction ; l’émotion est si profonde qu’elle comprime toute parole, qu’elle ne s’exprime que par des larmes de bonheur [...]. Le bruit des salves annonce à la vallée le retour impatiemment attendu de ce vertueux démocrate. La foule accompagne pas à pas et avec fierté l’honorable victime de la réaction électorale du 15 juillet22. »

  • 23 « Lettre d’un membre du Cercle démocratique de Moûtiers », Le Patriote savoisien, 22 septembre 184 (...)

16L’affaire Mugnier permet donc de donner à lire l’expérience électorale, mais aussi de s’emparer de l’espace public. Cette orchestration est symboliquement d’autant plus forte, que la campagne de juillet 1849 a été particulièrement vive et a donné lieu à une intense propagande imprimée. C’est au député Jacquemoud qu’appartient l’initiative avec une courte profession de foi où il proteste de son attachement au Roi, souverain de la liberté octroyée. La réplique vient du président du Cercle constitutionnel de Moûtiers, Maurice Mayet, ancien syndic et capitaine de la garde nationale. Dans une circulaire, qui rapporte un de ses discours au Cercle, il s’en prend violemment à Jacquemoud et Carquet. Si l’on en croit les membres du cercle démocratique, ces attaques connaissent une grande diffusion : « Témoins les milliers de circulaires, arrivées à grands frais, toutes incendiaires, parties du fameux cercle des modérés de Moûtiers, colportées par eux et par leurs boucs émissaires, qui se croisent dans nos campagnes23. » Cette appréciation, toute hyperbolique qu’elle puisse être, montre que les conservateurs vont également au-devant des campagnes. L’argumentaire est simple : les deux députés tiennent un double langage et abusent les électeurs. Ils se font l’ami du Roi en Tarentaise, mais ils sont à Turin des adversaires résolus du monarque. La propagande cherche à démasquer les démagogues – c’est la campagne de calomnies ci-dessus évoquée – et les présente, en s’efforçant de coller aux intérêts des paysans tarins, comme des rouges pur jus : collectivistes, anarchistes, communistes, irréligieux, va-t-en guerres, par ti sans de l’assignat... Il faut bien entendu se défier de ce fatras politique, l’accusation de « rouges » ayant surtout une fonction disqualifiante, tout comme la protestation d’attachement à la personne royale est un exercice obligé.

  • 24 Discours du Docteur Jacquemoud prononcés à la chambre des députés pendant la dernière session, Moû (...)

17Afin de contrecarrer cette offensive, Jacquemoud publie un petit opuscule où sont reproduits quelques-uns de ses discours à la Chambre24.

  • 25 Cette adresse est publiée dans La Concordia du 18 décembre 1848. Ce discours valut à Jacquemoud d’ (...)

18Celui-ci mérite l’attention car le député y est fidèle aux positions qu’il a effectivement prises. S’il se déclare favorable à l’unité de l’Italie et à la guerre, il met en exergue la spécificité savoyarde : refus de l’effort financier et développements sur les spécificités culturelles qui font de la Savoie un prolongement de la France. Son fameux discours contre la loi de police à l’encontre des réfugiés lombards est reproduit ainsi que l’adresse de remerciements de l’Association des émigrés italiens25. De même de son intervention à propos des affaires romaines, où il fustige Pie IX et la confusion des pouvoirs temporel et spirituel. Ce dernier discours est significativement accompagné d’une note de deux pages – c’est la seule de la brochure – où est expliquée la différence entre l’irréligion et les positions prises par le député. Cette note est accompagnée de la circulaire de Rattazzi aux évêques. En somme, la brochure expose clairement les positions du député en prenant soin de nuancer son anticléricalisme et d’attester sa solidarité avec le gouvernement. Il s’agit donc de désamorcer les accusations et même, en un sens, de les retourner : Jacquemoud n’est pas isolé et n’est point un extrémiste. Autrement dit, les électeurs sont pris à témoin des mensonges de la propagande adverse. La division des notables, car en premier lieu il s’agit bien de cela, implique une « descente du politique ». En effet, il n’est pas seulement question ici d’opposition de personnes et de faire jouer des clientèles : ce sont des argumentaires qui se diffusent, centrés autour de l’identité de la Tarentaise au regard du Roi, de la religion et de l’idée de nationalité.

19Il est évidemment difficile de mesurer l’impact réel de cette propagande sur le plus grand nombre, tout en notant que les antagonistes l’ont crue utile et efficiente. On peut toutefois postuler que cette division qui pénètre les vallées entretient un « bruit de fond » polémique, propice à la métamorphose des rivalités locales. Notons aussi que les polémiques de la campagne de juillet 1849 trouvent le relais du Courrier et du Patriote qui accueillent généreusement les correspondances venues de Tarentaise. Les clubs tarins, sur un mode parodique, envoient au journal satirique Le Chat, une profession de foi électorale attribuée aux conservateurs. Dans cette « circulaire », les desseins du clan des « aristocrates » sont révélés et assimilés à l’ordre ancien :

  • 26 « Circulaire de la confrérie des codinis de Moûtiers aux habitants de Tarentaise », Le Chat, 15 ju (...)

« Il importe au maintien de nos privilèges et à la mort de Constitution que le choix que nous allons faire se porte sur un homme aveugle de naissance, un ami des carabiniers, dévoués aux prêtres [...]. Suivant que les lois seront blanches ou rouges, nous courons la chance de ne plus être vos maîtres. Or nous ne désirons rien plus que de continuer à régner sur vous, nous qui sommes, par droit de naissance, vos commandants de place et vos commissaires de police. Voter Gonnet26. »

  • 27 Jacquemoud, « Les Codinis. Études de mœurs politiques. », Le Chat, 7 janvier 1849.

20Cette propagande qui joue sur les peurs en caricaturant l’adversaire, se réalise avec l’aval des députés eux-mêmes. C’est ce que prouve la lettre adressée au même journal satirique par Jacquemoud lui-même. L’organisation du parti adverse sous les formes d’un cercle électoral est présentée comme une entreprise hypocrite, qui prolonge une action factieuse : « Ces temps passés, les Codinis se rencontraient et se voyaient en secret. Les rendez-vous des rétrogrades turinois avaient lieu en tapinois dans telle ou telle maison aristocratique. Ces réunions composées d’un petit nombre de personnes avaient l’air de conciliabules conspirateurs. Ça paraissait inconstitutionnel. Depuis trois semaines, le codinisme a pris une tournure légale27. » Ces articles entrent en résonance avec la propagande qui s’opère sur place et suggèrent les procédés argumentaires en usage : diabolisation de l’adversaire qui aspire au rétablissement de la société du Buon Governo. En dernier ressort, pour ce qui concerne l’électeur, il apparaît qu’il est appelé à se positionner en fonction d’enjeux politiques bien circonstanciés.

  • 28 ADS, 5 FS 237, tract électoral [décembre 1852], feuille volante.

21Après la démission de Jacquemoud à la fin de 1852, les conservateurs remportent la victoire en argumentant sur la nécessité de « l’ouverture du Petit-Saint-Bernard28 ». L’argumentaire est limpide : d’une part le rejet du passé – « Vous avez compris combien il est vain de se livrer à des rêves d’avenir irréalisables et de se laisser tromper par des utopies » – et, d’autre part, la défense des intérêts locaux : « Membre du conseil du génie, [Gonnet] est déjà parvenu à écarter les difficultés que l’on opposait, sous le rapport stratégique, à l’exécution de la route du Saint-Bernard, et pourra nous être de la plus grande utilité pour arriver à la réalisation de cette œuvre importante. » Ainsi, passé 1849, l’argumentaire électoral se déplace des enjeux nationaux aux intérêts locaux, c’est-à-dire de la région des principes à celle des intérêts. Ce déplacement s’inscrit finalement comme suite logique des débats autour de la « nationalité savoisienne » des années précédentes, mais avec une approche plus pragmatique fondée sur le développement de l’économie locale.

  • 29 Le Comité électoral de Moûtiers, aux électeurs de Tarentaise, 4 p. (document communiqué par Mme Gh (...)
  • 30 Amédée Greyffié de Bellecombe (1811-1879), avocat des congrégations en Savoie et magistrat. Haute (...)
  • 31 ADS, 7 FS Moûtiers 361, procédure pour injure publique. J. Hote, à l’initiative de l’impression de (...)

22La profession de foi des candidats du Comité électoral de Moûtiers pour la campagne de décembre 1853, conjointement présentée par Carquet et Antoine Mugnier (le « martyr » de 1849), témoigne de ce glissement29. On notera que le « tract » abandonne la dénomination de « cercle démocratique » pour celle de « comité électoral », bien que les signataires aient tous été membres du premier cercle. Cette réorientation apparaît comme la conséquence de l’échec des mouvements révolutionnaires en Europe. En effet, « tant de constitutions violées », est-il dit, amènent à reconsidérer le jeu politique. De fait, le Piémont apparaît désormais comme un bastion libéral dans l’Europe « restaurée ». Ce qui se joue désormais dans les élections est donc nouveau : « Il s’agit, non plus de questions secondaires de gouvernement, mais de l’antagonisme du vieux régime, avec ses préjugés, ses rancunes et ses ambitions, contre l’esprit réformateur et égalitaire des institutions nouvelles ». Le Statut, dont il s’agissait trois ans auparavant de réaliser toutes les virtualités (démocratiques), est désormais la constitution qui « a détruit l’influence et les privilèges ». La suite du document décline la liste de l’œuvre gouvernementale, menacée par les conservateurs, passés de fait au rang de réactionnaires : la réforme de l’impôt, le chemin de fer, le télégraphe, les écoles normales et de commerce, la réforme des douanes et les traités de commerce, l’œuvre de laïcisation... Autant d’éléments, qui tâchent de s’enraciner dans le réel des électeurs, qui incarnent une certaine idée de la modernité et qu’il s’agit désormais de défendre. Il s’est donc opéré une redistribution des positions : les démocrates – qui ne prennent plus ce nom – deviennent les conservateurs tandis qu’ils infligent à leurs adversaires les vices du mouvement... en arrière, il est vrai. Les démocrates d’hier assument les acquis du régime tandis que les conservateurs entrent dans la voie de l’opposition en arguant, pour l’essentiel, de la défense des intérêts locaux (et religieux). Ce revirement a pu paraître brutal aux électeurs, qui ne sont pas retournés aux urnes depuis juillet 1849. De fait, en 1853, si Carquet conserve son mandat (au second tour), la circonscription de Moûtiers élit un député conservateur (modéré) – rappelons que Jacque moud, pour des raisons personnelles, ne se représente pas –, malgré l’activité peu loyale des membres du comité électoral démocrate. En effet, ces derniers tentent de diviser leur opposition en diffusant une fausse proclamation électorale qui fait part de la candidature du comte Greyffié de Bellecombe30. Le but est d’affaiblir le vote conservateur en présentant à leur suffrage deux candidats. La manœuvre échoue et débouche sur la condamnation de son principal instigateur31. Ce dernier exemple montre que le retrait de Jacquemoud suffit à mettre le fief en péril et que le comité électoral en avait fort bien conscience.

  • 32 AST, Alta polizia, n° 250, rapport des carabiniers, 12 juin 1848.

23Ainsi, l’activité propagandiste lors des élections est bien réelle. La diffusion et la formation des clivages partisans s’expliquent sans doute par les divisions des « grands » notables, parmi lesquels figurent des libéraux avancés et influents. Dès juin 1848, cette division est attestée. Aux réunions du cercle de Moûtiers, au café Borrel, on parle politique et « principalmente a discutere li maggiori vantaggi che sotto il rapporto politico, amministrativo e commerciale potrebbe conseguirne en Savoia, quando venisse reunita alla Francia ; unione essi ambita e ritenuta per certa e che vanno divulgando dover avvenire fra un mese32 ». Dès cette époque, il existe une fracture profonde dans la notabilité de Moûtiers. Les membres du cercle, sous la direction de Jacquemoud, envisagent le remplacement de l’équipe municipale : « con dire che gli amministratori componenti il medesimo sono ligi al partito retrogrado et che le loro viste non corrispondono all’ idea del secolo presente ».

  • 33 Aucun renseignement sur les cercles démocratiques de Bourg et Séez.

24Il fait peu de doute que le rôle d’encadrement ou de formation de l’opinion en Tarentaise est dévolu à des activistes desquels semblent exclus les « hommes de la terre ». Les listes des bureaux des cercles démocratiques de Moûtiers et d’Aigueblanche en attestent33. Le premier, sous la présidence de Jacquemoud, est composé de trois procureurs, deux avocats, un géomètre, un pharmacien, un orfèvre. Le second, sur dix membres repérés, compte deux propriétaires, un procureur, un avocat, un aubergiste, un négociant, un cultivateur. Toutefois, la thèse de la manipulation, toujours facile, n’est pas acceptable. Comme on l’a vu, la diffusion des lignes politiques est bien réelle. De ce point de vue, les cercles démocratiques font preuve d’un prosélytisme efficace : le temps des élections est bien une marche vers les électeurs. Le correspondant du Courrier des Alpes nous oriente encore une fois dans cette direction :

  • 34 L’Écho du Mont-Blanc, 27 juillet 1849.

« Le club de Moûtiers est habilement organisé. Dans presque toutes les communes il a des affiliés qui exécutent, avec une précision admirable, le mot d’ordre du parti du centre. Il n’a rien épargné pour jeter de la poussière aux yeux des crédules gens de la campagne : journaux rouges, feuilles volantes pleines de flagorneries à l’adresses des braves paysans, grands saluts quand ils viennent en ville, léger coup de main sur l’épaule, et ce qui est d’un effet infaillible, gracieuse invitation à entrer dans une guinguette, voire même dans un café34. »

  • 35 Le Courrier des Alpes, 6 décembre 1849.

25L’auteur de cette description tance sévèrement les conservateurs, qu’il n’a pas vus aux jours des marchés, et qui laissent ainsi la voie libre à la propagande adverse. Cela dit, l’auteur en dit plus long lorsqu’il affirme que « tous les syndics sont démocrates, du moins dans toutes les communes qui en ont eu dans leur conseil35 ». On doit faire la part ici de l’exagération polémique tout comme de la rhétorique du complot tentaculaire. Cependant, cette approche permet de mettre effectivement en lumière les ressorts de l’élection : une activité précocement – c’est-à-dire dès 1848 – intense et le rôle de notables libéraux fortement enracinés, disposant de relais via les associations politiques. Il est difficile de saisir avec précision les soubassements de ces réseaux. Il est certain toutefois qu’ils autorisent une propagande qui ne se limitent pas aux temps des élections : la permanence de 1848 à 1853 de la propagande politique, avec une plus forte intensivité de 1848 à 1850, est une originalité de la Tarentaise et invite à ne pas interpréter le vote seulement en termes clientélistes. L’analyse de la circulation des imprimés montre un travail soutenu et lancinant sur l’opinion.

De bien mauvais lecteurs

26Quoique support et véhicule des idées, il convient de ne pas surdéterminer le rôle de l’imprimé : de sa présence on ne peut pas nécessairement inférer un état d’esprit. De qui et comment est-il lu restent les questions déterminantes et, il faut bien le reconnaître, en suspens. Toutefois, cette présence n’en reste pas moins un signe fort. Surtout, comme c’est le cas en Tarentaise, lorsque les traces laissées dans les archives convergent.

La circulation de méchants imprimés

  • 36 ADS, 1 FS 461, le gouverneur au Ministre de l’Intérieur, 4 août 1848.
  • 37 ADS, 1 FS 2204, l’intendant de Tarentaise à l’intendant général, 15 février 1850.
  • 38 Il s’agit des textes de lois et des décrets.
  • 39 ADS, 6 FS 343, l’avocat fiscal au Ministre de la Justice, 12 juin 1850.

27La presse, on ne s’en étonnera guère, est du point de vue des autorités le principal vecteur de la division et des troubles en Tarentaise. Cette réticence devant une expression de l’émergence de l’opinion publique correspond à une certaine vision de la société, perçue idéalement comme un corps unanime. Dans la correspondance des autorités, la première alerte a lieu à l’été 1848, quand il s’avère que certaines communes de Tarentaise sont abonnées au Patriote savoisien et, qui plus est, l’affichent sur la maison commune à l’instar d’une feuille officielle. Pour couronner le tout, cet abonnement se fait aux frais de la commune. En certains cas, il apparaît que Le Patriote savoisien est placardé concurremment au Courrier – dont l’affichage est d’usage sous le Buon Governo parce que le journal détient le monopole des annonces officielles et des nouvelles judiciaires. Cette pratique est blâmée par les autorités qui y voient une source de discorde, et qui, de fait, constitue une voie de pénétration de l’esprit partisan au village : « De manière qu’il est résulté [du double affichage] dans plusieurs endroits une lutte de polémique qui était une source de dissensions. Les hommes avides de politique et d’opinions disparates venaient sur le lieu de cette publication et s’y querellaient vivement au point d’amener des collisions36. » À Bourg Saint-Maurice, l’officier des Postes a été jusqu’à déclarer qu’il refusait de recevoir les abonnements au Courrier et qu’il ne recevrait que ceux du Patriote et du Paysan37. En décembre 1849, est dressée, pour la Tarentaise, la liste des abonnements des communes. Trente-trois communes sont citées. Deux seulement ne procèdent à aucun affichage de journaux. Une seule est abonnée à l’organe officiel (Les Actes du Gouvernement38). On notera qu’aucune commune n’est abonnée à un journal turinois. Dix-neuf affichent exclusivement les journaux conservateurs (Le Courrier des Alpes ou L’Écho du Mont-Blanc) et sept exclusivement les journaux démocrates (Le Patriote savoisien et Le Paysan). Trois affichent des journaux des deux opinions : Moûtiers, Saint-Bon et Saint-Oyen, ces deux dernières communes peuplées respectivement de 983 et 238 habitants. Autrement dit, ces syndics, qui épousent vraisemblablement les divisions de leur commune, ne sont pas responsables de localités importantes. Au demeurant, même sans affichage concurrent, le ton des éditoriaux de l’un ou l’autre journal, par fois consacrés à démentir la feuille concurrente, suffit pour être assuré de leur rôle dans la pénétration de la politique au village. L’avocat fiscal signale au Ministre de la Justice que le Patriote est distribué lors des foires et des marchés, et qu’en l’absence de loi à cet égard, aucune mesure répressive n’est envisageable39.

  • 40 Ibid., 5 janvier 1850.
  • 41 ADS, 1 FS 1723, abonnements aux journaux, 1851-52.

28L’alarme est si grande chez les autorités qu’elles préconisent la création d’une feuille officielle à large diffusion et à destination des campagnes. L’avocat fiscal général souligne que les mauvais pays sont précisément ceux où la presse démagogue a le mieux pénétré, bien que les paysans de Savoie, il va sans dire, soient naturellement hostiles à la propagande « socialiste » : ici, est particulièrement visée la Tarentaise. Cette entreprise propagandiste s’opère par une adaptation pragmatique des objectifs partisans aux représentations des lecteurs : « On veut [les] séduire par des considérations d’intérêt personnel40. » Le thème du « Christ premier démocrate » semble particulièrement dangereux aux autorités. L’avocat fiscal préconise donc la rédaction de brochures à diffuser dans les campagnes afin de ruiner la propagande « socialiste et annexionniste ». En 1851 est créé un organe officiel du gouvernement en Savoie, en partie à cause de l’éloignement de plus en plus évident du Courrier : La Gazette officielle du Duché de Savoie. Une forte pression est exercée sur les conseils communaux pour qu’ils s’abonnent à cette feuille : l’administration tient le compte des abonnements et, le cas échéant, relance les syndics en ce sens41.

  • 42 H. Ougier, Loi électorale annotée, Moûtiers, 1848. H. Ougier, originaire de Tarentaise, est avocat (...)
  • 43 H Ougier, Petit catéchisme politique pour la Savoie, Moûtiers, 1848.

29La circulation des imprimés prend aussi la forme, comme on l’a vu, de proclamations électorales. Mais les brochures pénètrent également dans les campagnes hors des temps électoraux, et cela très précocement. D’abord sur un mode « doux », par la voie de la démarche pédagogique. H. Ougier s’est particulièrement illustré dans cet exercice. En 1848, il publie une explication de la loi électorale communale42. Puis, cette même année, un court texte, le Petit catéchisme politique, qu’on pourrait qualifier d’essai d’instruction civique43. Cet ouvrage de petit format et de vingt et une pages, expose, en termes simples, le fonctionnement des institutions, avec force définitions. Après avoir ouvert la brochure sur un éloge de la souveraineté populaire, il distingue la monarchie pure de la monarchie parlementaire et montre cette dernière comme une étape du progrès dont le couronnement sera la République, qui viendra en son temps. Il explique le principe de nationalité et insiste sur le fait que le Statut n’est pas un don du Roi, mais un pacte entre le peuple et son souverain – l’ordre des termes est révélateur. Suivent les droits (participation à la vie publique : par la discussion, les jurys populaires, l’élection...) et les devoirs (paiement de l’impôt, service militaire, milice communale...) du citoyen. Viennent ensuite l’exposition des trois pouvoirs et de leurs relations ainsi qu’une série de considérations générales sur l’humanité, empreintes de l’esprit quarante-huitard. Pour bien se faire comprendre de ses lecteurs, l’auteur opte pour le modèle du catéchisme : ouvrage de petit format et propos construit sous forme de questions/réponses, dont la formulation est simple et très brève.

  • 44 B. Clootz, Petit carême rouge à l’usage de tous. Sténographié et publié tout brûlant, Chambéry, 18 (...)

30Les conservateurs ne sont pas en reste. En 1850, B. Clootz, de la famille du chroniqueur du Courrier ci-dessus cité, publie trois brochures assez corrosives essentiellement à destination de la Tarentaise44. Il opte lui aussi pour des formules éprouvées. À bas les curés !, se présente, en manière d’historiette, sous la forme d’un dialogue entre deux paysans qui cheminent ensemble. Ils viennent à croiser un curé que le premier injurie (« à bas les curés ! ») : il s’ensuit un échange où le nommé « Gros » fait prendre conscience à « Menu » de l’enracinement de la religion dans les mœurs et l’identité du village – qui n’est pas sans évoquer, sur un mode simpliste, les thèmes de L’église et le village de G. Le Bras. « Menu », qui reconnaît les arguments de son adversaire, passe alors pour répliquer les attitudes et les mots dans l’air du temps, sans en mesurer la portée. Il s’agit donc d’une interprétation assez condescendante et facile de l’anticléricalisme populaire. Dans les deux autres ouvrages, Clootz use d’un ton franchement plus ironique, sans doute moins à la portée d’un « large » public. Dans les deux cas, il présente un monologue calqué sur les formes du sermon, ou pour mieux dire de la retraite, du prêche de mission. Mode d’exposition bien intériorisé, temps extraordinaire d’enseignement religieux, cette forme se pose comme la démonstration par excellence de la vérité, en tout cas comme la modalité la plus solennelle et définitive de l’enseignement populaire. Ouvrages de petit format, divisés en entretiens d’une dizaine de page, la « démonstration » est sèche, incisive, impérieuse et sans nuance (généalogie de la démocratie qui remonte à Caïn...), mais dans un langage et avec des exempla simples. Dans le premier cas, Petit carême rouge, il s’agit d’une série de leçons sur la nature réelle de la démocratie et du socialisme. La brochure se clôt sur une résolution générale (s’opposer à la démocratie) et des résolutions particulières (ne jamais entrer dans un club, « éviter l’oisiveté, la débauche, mères de la démocratie », lire et relire ces entretiens, les diffuser...). Dans Les modérés en retraite, Clootz reprend le même modèle pour fustiger la mollesse des modérés qui sont violemment tancés par le « prédicateur ». La conclusion de la seconde conférence figure aussi en exergue de l’ouvrage : « Que chacun prenne son parti, qu’il se range avec les bons ou avec les méchants, qu’il soit blanc ou rouge, jésuite ou franc-maçon, il n’y a pas de milieu ». La « résolution » de fin de retraite est un engagement à être un bon chrétien, « c’est-à-dire un bon citoyen, un homme de parole et d’action ». Les pratiques de persévérance, méritent d’être rapportées parce que le ton de l’auteur n’est pas sans rappeler celui d’un Veuillot et montre l’intensité de la dispute politique :

  1. « Vous vous rappellerez au moins trois fois par jour, et dans l’amertume de votre cœur, tous les bons services que vous avez rendus aux rouges, spécialement par votre couardise, et tout le mal que vous avez fait à la société positivement, négativement, et de mille façons.
  2. Tous les soirs, en vous déshabillant, vous remercierez Dieu de ce qu’il n’a point encore permis qu’on vous plumât comme vous le méritiez.
  3. Vous réciterez, soir et matin, en appuyant bien sur chaque mot, cette prière que je dis moi-même depuis deux ans : “Des modérés sans foi religion, sans foi politique, – des modérés sans patriotisme, – des modérés sans action, parce qu’ils sont dans conviction et sans courage, – des modérés égoïstes, et surtout des hommes sans couleur, qui mangent à tout râtelier où ils trouvent leur botte, délivrez-nous, Seigneur”45. »

31On peut s’interroger sur l’opportunité de la méthode : invoquant le Dieu terrible, elle fait appel à une religion peu en phase avec le Christ prolétaire et fraternel de la propagande démocrate et, surtout, justifie les attaques anticléricales qui associent la réaction en politique et le clergé. Quoi qu’il en soit, il faut souligner qu’aussi bien Ougier que Clootz semblent estimer que les modalités de l’enseignement catholique sont les mieux à même de leur permettre de se faire comprendre.

  • 46 Ouverture d’un salon de lecture chez M. Ducloz, libraire à Moûtiers, 18 mars 1851, ADS, 5 FS 257, (...)
  • 47 Aux citoyens de la Nièvre et du Cher. Une voie dans l’exil, diffusé en Savoie fin 1851. Félix Pyat (...)
  • 48 Il existe plusieurs procédures judiciaires en 1852 à l’encontre d’introducteurs dans le duché du N (...)
  • 49 1 FS 527, surveillance de Rouby, échange de lettres qui s’étend d’octobre 1851 à janvier 1852.
  • 50 ADS, 6 FS PC 108 2e série, procédure pour délit de presse, 1852. L’affaire s’achève par un non lie (...)

32D’autres écrits sont mentionnés : on les rencontre au détour d’un article de presse ou dans les correspondances des autorités. Malheureuse ment, il s’agit d’une littérature par essence éphémère et, par voie de conséquence, très difficile à retrouver de nos jours. Si donc la circulation de l’information partisane par l’écrit est attestée, cela ne permet pas de cerner avec précision le public effectivement concerné. Certains lieux postulent indéniablement une circulation dans la classe la plus aisée de la population. Cela est sans surprise. C’est sans doute le cas, pour le salon de lecture ouvert à Moûtiers en mars 185146. Sous sévère contrôle de l’intendant général, on trouve exclusivement dans la liste des journaux français, généralement destinés aux élites : La Revue des Deux Mondes, LIllustration, Le Magasin Pittoresque, ainsi que des journaux satiriques comme Le Journal pour Rire et Le Charivari. Le prospectus pour l’ouverture du salon inscrit clairement le projet dans le sillage du Statut et de l’ère nouvelle qui a été inaugurée où le besoin d’instruction, « besoin général » est-il précisé, se fait spécialement sentir. Cela dit, la diffusion de l’écrit ne se résume pas à ce type de lieux. Le colportage est attesté et redouté : circulaire de Félix Pyat47, entrée en nombre du Napoléon le Petit d’Hugo48. En janvier 1852, on retire la permission accordée à E. Duclos – impliqué dans les troubles chambériens de 1848 – qui fait sillonner les campagnes de la Savoie par ses commis, de nationalité française. L’intendant général intervient rapidement et définitivement parce qu’un des commis multiplie les discours douteux dans les auberges49. Celles-ci constituent à l’évidence l’épicentre de la diffusion de l’écrit à destination « populaire ». Réalité difficile à repérer concrètement, il ne fait pourtant nul doute que ces lieux, si nombreux en Savoie, sont les lieux privilégiés de la sociabilité masculine des campagnes et le point de chute des colporteurs ou agents « séditieux ». La procédure judiciaire relative à la diffusion de L’Avenir de la Savoie mérite ici attention50.

  • 51 G. de Mortillet (1821-1898), a fait ses études au collège des jésuites de Chambéry. Préhistorien c (...)
  • 52 G. Mortillet, L’avenir de la Savoie. Savoie, Suisse, France, Nyon, 1851 (l’auteur a supprimé sa pa (...)

33Cette brochure a été rédigée par G. de Mortillet51 et prône des positions nettement annexionnistes, anticléricales et démocrates52. La première page de la brochure en résume avec efficacité le contenu, sous la forme encore de questions / réponses, en vulgarisant à l’extrême les débats qui se déroulent depuis 1848 dans la presse :

« Préface.
La Savoie est-elle piémontaise ?
Non.
Ses intérêts la lient-elles au Piémont ?
Non.
Elle doit donc s’en séparer ?
Oui.
Doit-elle former un État indépendant ?
Non.
S’unir à la Suisse ?
Non.
S’unir à la France ?
Oui.
Tel est tout à la fois le plan et le résumé de cet ouvrage. »

34Dans cette brochure, Mortillet encourage toutes les formes de mobilisations « militantes » :

« Démocrates de la Savoie [...], formez des sociétés publiques, ostensibles ; c’est-à-dire fréquentez-vous, réunissez-vous, voyez-vous souvent. Faites connaissances les uns avec les autres. Chaque province forme un petit monde, une petite société inconnue des autres provinces. Qu’il n’en soit plus ainsi ; que toutes les provinces se relient entre elles, que les démocrates des diverses provinces se voient, se mêlent, se mettent en contact [...] Causez politique, raisonnez sur les intérêts du pays avec les hommes tièdes, avec ceux qui n’ont pas encore réfléchi, avec ceux qui ont été circonvenus par les curés et les codinis. Toutes les fois que vous le pouvez, distribuez des brochures, brochures politiques, brochures contre le clergé, brochures de polémiques. »

  • 53 De fait, Mortillet est en exil à Genève. Toutefois, un témoin déclare qu’il est venu à Moûtiers en (...)

35La circulation de L’Avenir de la Savoie est attestée en Tarentaise. L’action se déroule à Moûtiers, en décembre 1851, dans le Café Ménand, le dimanche, où, aux dires des témoins, il y a beaucoup de va et vient. Moûtiers est alors un gros bourg rural (2 072 habitants en 1848) qui polarise et irrigue son territoire. De fait, la diffusion de la propagande a ses temps (le marché ou la foire) et ses lieux (l’auberge, le cabaret) : temps d’imbrication des affaires et d’une forme dilatée de sociabilité, lieux où se concluent les premières et où la seconde se détend. Ce jour-là, le 8 décembre, deux hommes sont chargés de faire la promotion de la brochure, tous les deux habitants de Moûtiers, membres du Cercle démocratique de Moûtiers et acteurs notoires de diverses agitations : J. B. Crey, avocat et V. Rubin, tanneur. Ils ont reçu, disent-ils, les ouvrages chez eux, avec un billet anonyme qui les invitait à distribuer l’opuscule pour venir en aide à Mortillet « qui est dans l’exil53 ». Les deux hommes s’installent donc au Café Ménand, mettant les ouvrages bien en évidence sur la table à laquelle ils consomment. Tous les témoins déclarent avoir vu les ouvrages dès l’entrée. Autrement dit, cette propagande ne s’opère pas dans la clandestinité. Mieux encore, les témoins font état des faits avec un grand naturel, ne faisant preuve, ni d’autocensure, ni d’étonnement. La plupart, est-il rapporté, avait l’ouvrage entre les mains et les exemplaires circulaient. Les uns disent y avoir jeté un coup d’œil et l’avoir reposé. Les autres confessent l’avoir acheté. Desfrêne, charron, déclare avoir lu quelques lignes et l’avoir passé à son voisin parce qu’il s’y trouvait tout ce qui est déjà dit dans les journaux. En somme, ce qui se dégage ici, c’est la grande liberté avec laquelle circule l’information – séparatiste en l’occurrence, donc prohibée. Il semble même qu’elle fasse en quelque sorte partie du quotidien, tant dans son contenu que dans les modalités de sa propagation. On objectera, avec raison, qu’il s’agit d’un milieu particulier : gens de justice (greffiers, avocats...) et artisans (menuisiers, traiteurs...) s’imposent dans le modeste corpus de témoins. Ce qui nous importe ici est de souligner l’apparente banalité du fait dans ce qui est alors un bourg. Qu’en sus nous détenions ici les « passeurs » de l’information ne fait nul doute : cette élite rurale, semi-rurale si l’on veut mais en contact direct avec les populations, ces « Messieurs » pour partie, sont indiscutablement les relais qui expliquent la dissémination du débat politique dans les campagnes. Cette affaire témoigne aussi pour le rôle des bourgs qui innervent – et énervent ? – les campagnes environnantes et constituent des zones de contact.

36La circulation de l’imprimé politique en Tarentaise ne fait donc nul doute. Son influence, sinon son intériorisation et appropriation véritables, n’est pas moins manifeste et contribue à expliquer le mauvais esprit public qui se traduit par la stabilité du vote « rouge ». Cet esprit est largement entretenu et nourri par un journal, dont la virulence est sans équivalent en Savoie, Le Paysan.

Le plus mauvais des journaux : Le Paysan

  • 54 Par commodité, nous utiliserons dans la suite du propos l’appellation générique de « Paysan ».
  • 55 Jacques Porraz, Antoine Gonthier et Charles Viard, tous les trois avocats, figurent parmi les memb (...)
  • 56 Parmi les journaux cités et les articles empruntés, citons : La voix du Peuple (dont le premier nu (...)
  • 57 À la disparition provisoire du Paysan, la rédaction du Patriote publie une Feuille des paysans au (...)

37Ce journal possède une assez belle continuité : derrière des changements de titres, ce sont les mêmes hommes qui dirigent. Fondé en mai 1849, Le Paysan disparaît en mai 1850 pour laisser place à La Voix du Paysan de janvier 1851 à février 1852 au moins. La Liberté lui succède, de novembre 1852 à mai 1853. Les collections conservées sont très lacunaires54. Trois hommes sont les rédacteurs des deux premiers organes : J. Porraz, C. Viard et A. Gonthier. Pour la Liberté, c’est l’avocat J. Fontaine-Tranchant qui effectue la déclaration tandis que le gérant est le même que celui de La Voix du Paysan : J. F. Pasteur. En somme, les leaders démocrates d’Albert ville55. En effet ces journaux sont publiés à Albertville mais, à les par courir, il est évident que leur public est celui de la Taren taise : les faits divers rapportés sont, dans leur immense majorité, relatifs à cette vallée. La ligne éditoriale, d’abord franchement démocrate et annexionniste, se durcit dans La Voix du Paysan et s’oriente très nettement vers le socialisme, de type quarante-huitard56. La Liberté, pour sa part, est bien moins incisive. Les articles sont inédits : peu d’emprunts et seulement quel ques collaborateurs exceptionnels identifiables (notamment G. de Mortillet). Ces organes trouvent le relais du Patriote savoisien qui reproduit parfois leurs articles (généralement des anecdotes anticléricales) et qui déclare à plusieurs reprises adhérer à leur ligne, alors qu’il renie pourtant assez nettement le socialisme en plusieurs de ses articles. En juin 1850, à la disparition du Paysan, le Patriote déclare : « Nous restons seuls à la tâche57. »

La volonté de pénétrer les campagnes

  • 58 Pierre Joigneaux, représentant de la Côte-d’Or en 1848 et 1849. Célèbre notamment pour sa Feuille (...)

38L’inspirateur du Paysan est expressément cité : il s’agit de Pierre Joigneaux58. Par conséquent, il s’agit bien, du moins dans l’esprit des rédacteurs, de s’adresser directement aux campagnes. Hebdomadaire modeste – format moyen et quatre pages –, l’abonnement s’élève à six francs par an, ce qui le place comme la feuille la moins onéreuse de Savoie (généralement huit francs par an pour un hebdomadaire et, surtout, dix-huit à trente francs pour les grands quotidiens d’information). La périodicité choisie a donc pour conséquence de baisser le prix de l’abonnement, mais est maintenu le caractère incisif et polémique, ce qui n’est généralement pas la fonction d’un hebdomadaire. L’éditorial est généralement court et en gros caractères. Sur la page de titre, des slogans simples s’imposent en caractères gras. La Voix du Paysan s’est ainsi choisie cette double maxime : « La Savoie n’est pas plus piémontaise que la Lombardie n’est autrichienne » et « Le roi est le délégué suprême de la nation ; il n’a de droits que ceux qui lui viennent du peuple ».

  • 59 ADS, 6 FS 343, l’avocat fiscal au Ministre, 27 mars 1850.
  • 60 Cinq condamnations retrouvées sous les inculpations d’attaque à la religion de l’État, d’excitatio (...)

39Du côté des autorités, il semble clair que cette publication touche bel et bien le public visé. Peu après sa fondation, l’avocat fiscal général réclame des poursuites destinées à condamner à mort le journal. Selon lui, cette feuille est le principal artisan de la corruption de la Tarentaise dont il « empoisonne », dit-il, les campagnes : « Après avoir démoralisé la ville, on veut démoraliser la chaumière59. » De fait, l’organe subit au moins cinq procès sanctionnés par de lourdes peines60. Pour autant, ce regard des notables, tant ceux aux rênes du Paysan que ceux qui se sentent gardiens de l’ordre, ne permet pas de mesurer l’impact réel de la diffusion de l’organe dans les campagnes. En l’absence du nombre d’abonnés – seul le nombre de cent est mentionné au moment de sa création –, l’historien est réduit à se fonder sur des éléments d’appréciation plus partiels. Il ne fait nul doute que Le Paysan est diffusé en Tarentaise, et même hors des périodes électorales : lors des marchés, il est mentionné que les membres du cercle démocratique de Moûtiers le distribuent aux paysans. D’autre part, l’officine du Paysan édite en tirés à part certains de ces articles qui « inondent » – l’avocat fiscal ou les représentants conservateurs de Tarentaise ont un penchant à l’exagération – les campagnes. Ainsi en est-il d’un discours de Félix Pyat déjà cité et d’une brochure anticléricale, Le Pape devant le Christ, dont nous reparlerons. Ces éléments n’indiquent rien de définitif, sinon qu’il existe bel et bien une propagande active en Tarentaise à destination du monde des campagnes. Le contenu des articles, du moins de certains d’entre eux, permet à la fois de fortifier cette première impression et de saisir la stratégie éditoriale.

  • 61 La Voix du Paysan, 7 mai 1851.
  • 62 « Aux honnêtes gens », La Voix du Paysan, septembre et octobre 1851.

40Le journal fait place à des thématiques proches du monde de ses lecteurs supposés : l’impôt, la conscription (« l’impôt du temps »), le morcellement du sol en pays de montagne, l’organisation du crédit foncier, etc. Ces articles, toujours courts et clairs, souvent « à suivre... », sont parfois proposés sous formes de questions/réponses ou de dialogues simples, présentés comme des conversations surprises sur un chemin de campagne. Ainsi en est-il, par exemple, d’un dialogue rapporté entre un curé et un notaire61. Cet échange met en scène ces deux notables de village se plaignant du tempérament frondeur du paysan depuis la Constitution et leurs récriminations s’ancrent dans le quotidien du lecteur : les paysans protestent désormais contre la cherté des actes notariés, se mettent à raisonner et n’ôtent plus leur chapeau devant le prêtre. Un article intitulé « Aux honnêtes gens » permet de bien mettre en perspective les visées du Paysan62.

41Le propos est mis dans la bouche d’un paysan s’adressant aux journalistes de toute couleur : il entreprend de « parler à tout ce monde d’exaltés le langage de la tranquillité dont je jouis dans nos montagnes ». Jacques Bonhomme, car il s’agit bien de lui, renvoie dos à dos les partis. En ce qui concerne les réactionnaires, il se livre à un succinct rappel historique afin de leur montrer l’inanité de leurs desseins. Rappel d’abord de l’oppression pluriséculaire et de la Révolution française qui a affranchi Jacques : « Puis un jour cette poignée de factieux, ouvrant sa large main calleuse, a brisé comme un roseau les colonnes de votre temple, déraciné votre vieille arbre de 1 400 ans. » La guillotine, les exils (Sainte-Hélène et Frosdhorf) ont apuré les comptes et tout retour au passé ne saurait être que temporaire : « La force, elle est dans ceux qui vous briseront sous leur orteil le jour où votre insolence aura fait avancer sur le cadran populaire l’heure fatale de votre profonde et dernière chute. » L’auteur a l’adresse de faire parler Jacques Bonhomme aux démocrates de tout poil sur le même ton. C’est l’histoire récente qui est cette fois en cause : la guerre des nationalités dans laquelle Jacques a été poussé. Cette guerre perdue, les leaders exilés, il reste seul à subir la compression : « Pauvre Jacques Bonhomme, condamné éternellement à souffrir des luttes de partis ». Il se trouve désormais réduit à trimer pour espérer pouvoir « apporter, Dieu aidant, son obole patriotique à ce gouffre qu’on nomme perception ». Ce misérabilisme a pour fonction de mettre en confiance le lecteur potentiel et de l’entretenir en proximité, manière de « causeries auprès du feu » avant l’heure. De là, Jacques peut enchaîner sur des conseils politiques, qui permettent un glissement vers l’exposé doctrinal, tout en ayant soin de maintenir l’enracinement dans le quotidien du lecteur. Il fustige un petit nombre qui possède au détriment d’un grand nombre qui travaille. La métaphore sur le monopole des moyens de production est originale : « Mais de qu’un homme a inventé la charrue, en résulte-t-il que toutes les charrues lui appartiennent ? » Jacques fait ensuite l’éloge de la commune comme espace du réel, le seul pour la communauté, et revendique son indépendance administrative. Jacques parle au nom de son pragmatisme, de son sens des réalités et conclut son propos par ce beau morceau :

« Nous autres paysans [...], nous ne nous inquiétons pas beaucoup de certaines libertés qui ne nous touchent guère, parce qu’elles nous rendent peu ; nous voulons le positif. Que l’on accorde la liberté de la presse, c’est bien, nous en sommes contents, parce que nous aimons le franc parler ; mais que l’on diminue l’impôt, le prix du sel, les droits d’octroi [...].
Peut-être, honnêtes gens à qui je m’adresse, crierez-vous à l’anarchiste, au révolutionnaire [...]. Je suis propriétaire et paysan, deux puissants arguments contre ces calomnies. Je ne veux qu’une chose : simplifier l’administration, en diminuant le budget [...]. Je ne suis pas plus anarchiste que les journalistes qui demandent des réformes, que les prêtres qui prêchent la conversion. »

42Le procédé rhétorique au service de la stratégie de pénétration du Paysan est assez simple et repose, pour bonne partie, sur une vision de l’Histoire issue des historiens de la génération libérale en France (Augustin Thierry, Michelet...) : il n’y manque pas même l’allusion aux processus d’affranchissement des communes et de destruction du monde féodal au profit de la construction de pouvoir royal et de l’émergence de la bourgeoisie. Cette approche tend à déifier la force du peuple, héritage de 1792 revitalisé par l’esprit quarante-huitard. Au-delà de la flagornerie, non exempte de démagogie, ce qui est à l’œuvre est bien la tentative d’acculturation des campagnes aux valeurs libérales et républicaines. L’ancrage dans les réalités, dans le quotidien du lecteur a, naturellement, force de démonstration des constructions théoriques. Cette attention à la proximité avec le « vécu » des lecteurs potentiels a également une fonction très pragmatiquement instrumentale. La référence aux structures éprouvées (administratives – avec l’in tendant ou la mention de la division –, et judiciaires – avec l’évocation du juge) tend à cristalliser la démonstration autour de référents non seulement connus, mais surtout peu aimés des gens des campagnes : l’article joue ainsi des répugnances bien établies des communautés à l’égard des autorités qui leur sont extérieures et qui sont traditionnellement ressenties comme des immixtions en leurs affaires. Ce procédé permet de valoriser l’échelle de la commune, échelle du réel, en correspondance avec le bon sens tout naturel de Jacques Bonhomme. De ce fait, invitation lui est faite de s’emparer des rênes du pouvoir local, légitimement le sien. C’est ainsi que la politique tente de s’introduire au village : en sensibilisant la communauté à ses droits que le sens de l’Histoire a rendu imprescriptibles. Le Paysan vise donc réellement à une « action par le bas » et en cela confirme la grande peur des autorités à son égard. D’autant plus que l’article cherche évidemment à « dédiaboliser » les doctrines « rouges », en les présentant, selon la même logique que le « Christ premier prolétaire », comme la traduction du sentiment naturel des populations, en tâchant de le superposer au bon sens, à l’instinct (supposé) égalitariste et indépendant des communautés paysannes. Ce qui permet à Jacques, en toute fin d’article, de passer à l’exposé revendicatif concret : « Nous acceptons toutes les formes de gouvernement, pourvu qu’elles viennent du peuple. Nous voulons l’abolition du pouvoir royal vis-à-vis du droit populaire ; l’abolition de la religion d’État et du budget des cultes, l’abolition du Sénat ; la libre élection avec droit de révocation des députés, des syndics, des juges et des prêtres. »

  • 63 « Les dimanches et les fêtes, les auberges et les cafés », La Voix du Paysan, 20 et 26 novembre 18 (...)

43Cette volonté de faire pénétrer l’esprit partisan dans le village prend des formes plus concrètes encore dans l’article intitulé « Les dimanches et les fêtes, les auberges et les cafés63 ». L’auteur procède méthodiquement. Il débute par un éloge de la sociabilité populaire, moyen de l’échange entre les hommes qui est source de fraternité et de progrès. Il prend en compte la situation de la Savoie : un territoire morcelé en hameaux, séparé en vallée. De ce point de vue, le dimanche tient un rôle fondamental puisqu’il est le temps par excellence de la sociabilité. La description qu’en livre l’auteur, est encore fortement ancrée dans le paysage de son lecteur, tout en se livrant au jeu analogique déjà évoqué qui permet la domestication de la peur du rouge :

« Les réunions des dimanches et des jours de fêtes étaient [autrefois et depuis toujours] de vrais clubs où les choses se passaient comme dans les clubs de Paris en 1848 et 1849, mais, l’esprit de l’Église devenant de plus en plus exclusif au fur et à mesure qu’elle se consolidait, le droit de discussion y subit le sort que les réactionnaires de France firent subir à ce même droit ces deux dernières années. Mais c’est devant l’église et sur les places publiques que les villageois s’abordent, fraternisent et se communiquent leurs pensées et leurs sentiments. C’est là que les amours, qui aboutissent au mariage, commencent, que se font les premiers pourparlers d’une union conjugale ; que l’on devise des affaires générales et que par la discussion et le frottement des esprits, on fait jaillir la lumière sur tout ce qui intéresse le bien de famille communale. C’est encore là qu’ont lieu les propositions de vente, d’échange et de tous les autres marchés. »

44Fort habilement, l’auteur dénonce l’Église comme institution tout en inscrivant l’église comme monument dans l’espace public : il décrit d’abord un univers familier au lecteur et opère une mise en perspective d’une pratique de sociabilité non moins familière. Il s’agit bien de donner à lire l’espace du quotidien et de l’anodin, en reconstruisant une géographie du village. En effet, la longue description cède le pas à la conclusion de l’article :

« L’église doit avoir son correctif, c’est l’auberge, c’est le café. Dans les communes rurales, il faut une tribune pour l’opposition ; il faut un club pour les hommes déjà quelque peu émancipés et sentant naître en leur conscience le droit qu’a inauguré Descartes, le droit de libre examen. Où discuter ? Où aller critiquer les paroles empreintes de réaction que le prêtre a laissé tomber du haut de la chaire ? Dans l’auberge, dans le café. Or l’église, c’est la droite ; l’auberge, le café doivent être la gauche, la montagne. Nous disons donc : point d’église sans auberge ou café. »

45La géographie familière, celle de la communauté, devient une géographie politique du village. L’introduction du cabaret dans cette géographie tend, encore une fois, à démystifier un lieu : entre pédagogie et propagande, ce type d’article élabore de manière concrète les symboles et les référents de la lutte partisane au village.

46Si l’on passe du champ de la propagande aux réalités, force est de constater, à travers les deux articles ci-dessus présentés, que cette propagande est en prise avec le réel : les communes sont en lutte perpétuelle avec l’administration qui les domine et le rôle du cabaret, hantise des autorités administratives et de l’Église, dans la vie politique au village, n’est plus à démontrer. En ce sens, le Paysan cherche à encadrer et donner sens à des phénomènes qui animent la vie quotidienne du villageois. Il construit ainsi des référents symboliques qui permettent la polarisation partisane. On soulignera que ces référents sont reconnus par les adversaires : la pédagogie de la feuille ne vise donc pas à les renier, mais au contraire à les assumer. L’action de l’équipe du Paysan s’achève néanmoins sur une note amère, dans le dernier numéro de la Liberté consacré à « L’activité du Savoyard » :

  • 64 « L’activité du Savoyard », La Liberté, 11 mai 1853.

« Est-il actif ? À cette demande que nous nous faisons, nous répondons : non.
Non, l’existence des faits n’est pas ce qui constitue le fort du Savoyard. Voyez-le dans les villes, voyez-le dans les campagnes ; vous le trouvez par tout le même ; il semble éprouver une répugnance extrême à passer du repos au mouvement, de la discussion à l’action. On dirait qu’il ignore encore que la vraie félicité humaine consiste à donner un corps à chaque pensée, à chaque sentiment. Cette difficulté si grande qu’il éprouve à faire des actes, d’où vient-elle ? Nous croyons qu’elle est le produit du travail de nos trente trois ans de despotisme64. »

La ligne éditoriale : « Nous sommes rouges, très rouges »

47Si on s’essaie désormais à dégager la ligne éditoriale du Paysan, il est aisément possible de la décliner en trois thèmes, durables et récurrents : l’anticléricalisme, le rattachement à la France et, en ce qui concerne sur tout La Voix du Paysan, le socialisme.

48L’anticléricalisme virulent du Paysan est sans aucun doute un de ses traits forts et constants. Il est d’ailleurs, conjointement avec les membres du Cercle démocratique d’Aigueblanche, à l’origine de la campagne anticléricale la plus retentissante de la période. En 1849, il publie une déclaration dudit cercle qui ramène à la surface une ancienne affaire, datant de 1838 : le meurtre mystérieux du syndic Meugnier de Feissons, en Tarentaise. Meugnier, favorable dans sa jeunesse aux idées de la Révolution, a été assassiné chez lui par trois hommes masqués. La rumeur publique accuse trois prêtres, mais la justice n’a pas pu trouver les coupables et finit par blanchir ceux que la rumeur désignait. Les démocrates de Tarentaise réveillent cette affaire pour dénoncer la collusion entre la justice et le clergé en Savoie. En effet, la procédure est encore en cours (elle ne sera définitivement close qu’en 1851). Cette affaire exemplaire, aux yeux des démocrates du moins, du maintien de l’esprit réactionnaire dans le duché est l’occasion de mener une offensive contre les autorités par une lettre ouverte au Ministre, qui mérite d’être citée dans sa presque intégralité :

  • 65 « Cercle démocratique de la vallée d’Aigueblanche, séance du 3 juin 1849 », Le Patriote savoisien, (...)

« Les paisibles et les innocents membres du Cercle [d’Aigueblanche] se demandent : Mais l’assassinat de M. Meugnier, de Feissons-sous-Briançon, commis le 28 août 1838, demeure toujours là, enseveli sous la poussière d’un oubli inqualifiable !... L’opinion générale de la vallée, résumée dans ce Cercle, demande satisfaction du crime exécuté dans une de ses communes ; elle le demande avec énergie présente et future...
Oui, Mr le Ministre, on récompense ceux qui tuent des loups, des ours, et l’on ne cherche pas à punir ceux qui tuent des braves gens ! Où allons-nous ? La justice ne fait rien ; elle prend notre argent et laisse le sang humain versé indigne de son attention. Eh bien ! les années s’écoulent, le souvenir du crime est toujours présent à l’esprit de tous ; les soupçons pèsent toujours sur les mêmes, et ces soupçons, daignez le remarquer, Mr le Ministre, n’ont fait que se consolider de leur naissance ; l’horreur que ce crime inspire est toujours la même, elle fait du mal à ceux à qui le système d’impunité veut faire du bien ; les tâches de sang se voient encore, et l’instruction resterait décidément les bras croisés sur le cadavre en putréfaction ?... Et ce serait après une amélioration sociale fondamentale, ce serait sous une constitution que ce crime trouverait faveur et peut-être protection ?...
Le Cercle démocratique de la vallée ensanglantée ose espérer que vous voudrez bien, Mr le Ministre, comprendre la valeur des sentiments impérissables que ce crime lui inspire, et que vous ne tarderez pas, Dieu aidant, à confondre vos efforts avec les nôtres pour que la société soit vengée65. »

49Cette affaire permet de créer un « mythe » anticlérical dont le succès, lié au sensationnel de l’affaire, est garanti : simple à comprendre et à colporter. « Coup médiatique » habile, sinon de bon goût, elle vaudra au gérant du Paysan, ainsi qu’aux autres journaux démocrates qui ont reproduit cette lettre à sa suite, un petit séjour sur la paille du cachot pour injures à l’autorité de la justice..., ce qui a pour conséquence aux yeux des victimes de valider la dénonciation de collusion dénoncée. L’opération est donc une réussite.

  • 66 Articles publiés dans Le Paysan, septembre 1849-mai 1850.
  • 67 Le premier est extrait de la Gazetta del Popolo et le second de L’Écho des Alpes maritimes.

50Cette affaire est suivie d’un autre procès pour attaque à la religion d’État avec la publication concomitante de deux séries d’articles : « Le Pape devant le Christ » et « La pauvreté évangélique66. » Ces deux séries d’articles attaquent l’appétit temporel de la papauté, selon des modalités très classiques, et le premier d’entre eux, qui est un dialogue, s’achève sur cette parole du Christ à Pie IX : « Tu n’es plus mon serviteur, je ne suis plus ton maître ». Cet article est distribué en brochures dans la Tarentaise, ce qui vaudra à l’imprimeur du Paysan une aggravation de sa condamnation. Ces articles offrent de surcroît « l’avantage » d’être des articles d’emprunt67 : n’ayant pas été originellement condamnés, cela permet au Paysan – et au Patriote qui relaie l’affaire – de mettre en valeur l’exception réactionnaire de la Savoie. Toutefois, cette forme bruyante d’anticléricalisme ne paraît pas nécessairement la plus déterminante dans la tentative de façonnement de l’esprit public. En effet, la quantité d’anecdotes courtes rapportées dans les colonnes du journal permet d’agir plus efficacement. D’une part, parce que ces anecdotes sont ancrés géographiquement et mettent en scène, encore une fois, des sujets familiers au lecteur. D’autre part, s’opère là une véritable distillation hebdomadaire qui banalise l’anticléricalisme. La grivoiserie et les allusions douteuses sont en bonne part. Sans multiplier les exemples, limitons-nous à l’anecdote suivante :

  • 68 La Voix du Paysan, 12 novembre 1851.

« Un curé des environs d’Albertville fit pendant plusieurs dimanches de suite un sermon sur ces paroles : Croissez et multipliez ; c’était surtout aux femmes qu’il semblait adresser ses touchantes exhortations. Quelques mois s’écoulèrent, et le fervent prédicateur, pour la propagation de l’espèce humaine, eut lieu de s’applaudir dans son humilité chrétienne du succès de son éloquence : six filles étaient enceintes68. »

  • 69 Ibid., 1er avril 1852.
  • 70 Ibid., 15 octobre 1851.

51L’anticléricalisme se répand ainsi par de courtes anecdotes, mais aussi par des slogans, tel celui-ci – on appréciera la métaphore toute rurale –, qui est placé en avril 1852 en tête du journal : « Les mauvais prêtres sont à la religion ce que les vermisseaux sont aux jeunes plantes des jardins. Dans certains diocèses de Savoie, notamment dans celui de Tarentaise, sur dix prêtres, huit environ ressemblent aux vermisseaux ; ils rongent les racines du catholicisme69. » Le Paysan se veut parfois plus « pédagogue ». Dans « Les curés de campagne se font des illusions », il est question de l’apparent respect des gens des campagnes pour le prêtre70. Ainsi, ôtent-ils leur chapeau quand ils croisent l’homme d’Église. Pour autant, point de soumission, car Jacques est lucide et les temps présents ont dessiller ses yeux : s’il salue, il médit aussi..., le prêtre passé. Plus généralement, les paysans regimbent au pouvoir du curé : « Non, ils ne l’aiment plus ; non, ils ne lui sont plus asservis. » Là encore, Le Paysan donne à lire et interpréter le quotidien, sa signification réelle, en s’insinuant dans le « vécu ». Là encore, en s’appuyant sur cet anticléricalisme quotidien, il prêche de fait l’exemple en prédisant que, bientôt, on ne fera même plus par-devant de bonnes grâces.

  • 71 Notamment, sous la pression des autorités françaises. Des exemplaires du Paysan sont en effet atte (...)
  • 72 Première brochure favorable à l’annexion à la France publié par Léon Brunier, député libéral de la (...)
  • 73 « Les employés en Savoie », Le Paysan, 14 octobre 1849. « La Savoie et ses fonctionnaires », Le Pa (...)
  • 74 « Les étouffeurs en Savoie », Le Paysan, 18 mai 1850.

52L’horizon français est toujours d’actualité dans Le Paysan. D’abord franchement annexionniste, dans la lignée des souvenirs de 1792 souvent évoqués, il devient après 1851 violemment anti-bonapartiste, mettant le thème de l’annexion sous le boisseau. Notons que c’est précisément ces attaques qui mèneront à la disparition de La Voix du Paysan71. En 1851 encore, la feuille publie dans ses colonnes la brochure du député Brunier éditée en 184872. Surtout, il procède, par touches inlassablement répétées, comme dans une musique répétitive, à une reconstruction de la période du Buon Governo, la mémoire servant de repoussoir. Des séries d’articles sont consacrées à rappeler ce que fut l’administration sous le régime ancien73, tout en suggérant la menace de son retour dans les agissements de la « réaction » : le présent est lu dans le miroir noirci du passé proche. Les anciens maîtres n’ont pas abandonné leurs valeurs. Les « étouffeurs74 » sont avides « de reprendre [leur] travail d’abrutissement interrompu en 1848 ». L’alliance de l’aristocratie et du clergé est virulemment dénoncée et tout spécialement parce qu’elle vise à maintenir l’emprise de l’ordre ancien sur les campagnes qui deviennent, de ce fait, l’enjeu réel en Savoie. Le propos qui suit est placé dans la bouche d’un « étouffeur » :

« Dans les provinces où la terre est entre les mains des nobles, [le paysan] appartient aux nobles et aux prêtres ; dans les provinces où le sol est entre les mains des paysans, le laboureur ignorant est entre les mains des prêtres [...]. L’ignorance du peuple est donc notre ancre de salut : que le mot de ralliement du clergé et de la noblesse soit plus que jamais : IGNORANCE DES CAMPAGNES. Oui, l’ignorance des campagnes sera l’éternel isolement de la bourgeoisie et en conséquence son impuissance absolue : l’ignorance sera le lien qui les enchaînera au clergé et à la noblesse, et par suite, leur invincible prépondérance. »

  • 75 Ibid.

53Cet article se termine par une métaphore dont nous connaissons déjà les ressorts : « Que la domination que l’un et l’autre convoitent, soit partagée de manière à contenter les deux parties contractantes : aux nobles, les arbres de haute-futaie et les balivaux, c’est-à-dire, les régions supérieures et moyennes du pouvoir ; aux prêtres les bois taillis, c’est-à-dire les influences communales ou locales ». Évidemment, cette mise en perspective paraît au premier abord sans lien avec la question française. Et pourtant, toute la description de la réaction en Savoie repose précisément sur l’horizon français. La conclusion de l’article précédent le prouve : « Il n’est pas de puissance au monde qui puisse empêcher la quatrième révolution française d’arriver et d’arriver bientôt. Que sera-t-elle ? Elle sera par-dessus tout le grand coup de ballet (sic) de toutes les aristocraties, de tous les gouvernements impopulaires, et de tous les débris du passé75. »

  • 76 La Voix du Paysan, 5 février 1853.
  • 77 Le Paysan, 13 avril 1850.

54Ainsi, la France conserve en 1850 toute sa valeur révolutionnaire et « eschatologique ». Le salut viendra d’outre-Rhône. Encore au début de l’année 1852, le Paysan, ne pouvant se résoudre à la réalité, prédit une révolution à Paris. En 1853, alors que l’horizon français paraît bien bouché, le journal expose que la virulence du parti réactionnaire en Savoie s’explique par la situation géographique du duché : « Ton crime, c’est le crime de ta position géographique, qui vers la France, n’a pas de solution de continuité. Tu es coupable en vertu de la loi du voisinage76. » En somme, à la différence du Patriote savoisien, plus réaliste, la rédaction du Paysan maintient sa ligne française contre toute évidence. C’est que la feuille est ancrée plus profondément à gauche et subit l’influence déterminante du socialisme français : « Oui le Socialisme nous envahit, l’horizon français l’irradie vers nous, comme un aurore boréale nous envoie sa matière lumineuse77. »

  • 78 « Le socialisme », Le Paysan, 23 février 1850.
  • 79 « Le socialisme », La Voix du Paysan, du 20 avril au 28 mai 1851.
  • 80 La Voix du Paysan, 8 juillet 1852.
  • 81 Ibid., 24 septembre 1851.
  • 82 La Voix du Paysan, 8 juillet 1852.
  • 83 G. Mortillet, « L’aristocratie nobiliaire », La Voix du Paysan, 21 août 1851.

55En effet, c’est la grande originalité de La Voix du Paysan que d’essayer de diffuser un socialisme destiné aux campagnes. Les nombreux articles relatifs à ce sujet visent à rassurer le lecteur en associant le socialisme avec l’esprit du christianisme (« Le socialisme, c’est la religion de l’Évangile », « c’est en un mot le règne de Dieu parmi les hommes78 ») et avec l’esprit de la communauté rurale (« Ce dicton populaire : Il faut que tout le monde vive, qu’est-ce autre chose que du socialisme79 ? »). Le programme proposé est en gros celui des « démoc-socs » français, fortement marqué par la volonté laïcisante : séparation de l’Église et de l’État et laïcisation de l’école, du mariage, de l’état-civil ; enseignement primaire gratuit et obligatoire, proportionnalité de l’impôt, droit au travail. L’esprit quarante-huitard perdure jusque 1853, perpétuant des slogans qu’on trouvera peut-être assez naïfs : « Paysans, vous êtes les hommes du pays : vous êtes le suc qui féconde, la main laborieuse qui récolte ; ne pensez-vous pas que votre place doive aussi être marquée au grand banquet de la vie80 ? » Mais le socialisme revendiqué peut prendre des formes plus corrosives. Plusieurs articles font montre d’un ton péremptoire : « Nous sommes rouges, et très rouges81. » Ce type d’affirmation vaudra au journal des poursuites, tel cet article de juillet 1850 : « Oui nous sommes socialistes ; oui, nous croyons que les étais de votre société sont depuis longtemps vermoulus et que l’édifice va crouler sur votre imbécillité et votre égoïsme82. » Car, Le Paysan se fait une spécialité du procès pour incitation à la haine entre les classes sociales. De sur croît, la feuille appelle, sur un mode désormais bien éprouvé, à l’action : « Au lieu de lever notre chapeau devant [le noble], nous devons nous contenter de lever les épaules83. » Ces appels provocateurs s’appuient généralement sur des protestations égalitaristes :

  • 84 La Voix du Paysan, 8 juillet 1852.

« Paysans, vous payez seul l’impôt du sang, est-ce que les larmes de vos mères ne valent pas les pleurs grimaçantes des grandes dames qui se pâment à une piqûre d’épingle ? Et l’honneur de vos filles, ne vaut-il pas toutes ces chastetés de parade ? [...]
Prélétaires (sic), espérez ! nous en avons fini avec les théocraties, autocraties, aristocraties : l’ère de la démocratie s’avance ; l’idée s’en va grandissant ; n’ayez crainte, ni despotisme, ni baïonnete (sic) n’entraveront sa marche : elle vous apporte la régénération84. »

56Cette stigmatisation de la noblesse est une constante de la ligne éditoriale. La diabolisation de la classe naufragée – du moins, qu’on aimerait telle – du Buon Governo est ainsi pragmatique : la peur de l’aristocrate sert de levier, au même titre que l’anticléricalisme. Là encore, la feuille d’Albertville contribue à créer des repères identitaires partisans. Ces arguments doivent peser dans la lutte électorale. Surtout, cette stigmatisation postule la fusion des paysans et de « leurs frères bourgeois ». En ce sens, c’est un socialisme passablement paternaliste qui se dessine. Le Patriote savoisien, se faisant l’écho de la souscription en faveur de l’avocat Porraz, condamné comme gérant du Paysan en 1851 à six mois de prison, construit, sur la base d’un récit édifiant, l’image de ces nouveaux notables :

  • 85 Le Patriote savoisien, 19 septembre 1851.

« Un pauvre vieillard s’approche et demande l’aumône. M. M*** donne au solliciteur, vieil invalide du travail, un sol ; c’était ce qu’il possédait sur lui en ce moment. Aussitôt le vieillard lui rend le sol en lui disant : “Mon sieur, je sais que vous faites une souscription pour un ami du paysan, M. Porraz ; mon regret était de ne pouvoir y prendre part. Mais, que voulez-vous ? je n’ai rien au monde que les morceaux de pain qui sont dans ma besace ; vous venez de me donner les moyens de contribuer, moi aussi, à cette bonne œuvre ; je vous en remercie, inscrivez-moi pour un sou”85. »

57La Tarentaise est donc une zone active de propagande politique. Dans nulle autre province, on ne trouve une activité aussi suivie. Ces options, dira-t-on, témoignent surtout pour les représentations des « notables » cachés derrière leur plume. Sans doute. Mais il n’en reste pas moins que cette attitude des démocrates « extrêmes » montre assez leur volonté de monter à l’assaut des campagnes, tandis que les conservateurs sont réduits à tenter d’établir des contre-feux. De ce fait, il paraît nécessaire de prendre en compte cette activité propagandiste dans le faisceau de raison qui permet de comprendre l’esprit public en Tarentaise.

De bien mauvais sujets

58Assez curieusement, la Tarentaise ne se distingue pas en matière d’actions en justice pour troubles. Pourtant, les intendants de la province sont unanimes à souligner qu’à Moûtiers, les désordres sont récurrents. Com ment expliquer alors cette discrétion des sources judiciaires ? Il semble bien, selon les aveux de l’autorité elle-même, que les fauteurs de troubles soient trop haut placés pour être mis en cause sans preuve indubitable.

59D’autre part, l’action en justice est, dans une certaine mesure, redoutée car elle peut contribuer à exacerber les animosités. Car celles-ci sont vives en Tarentaise. Songeons, par exemple, que dans « l’affaire du drapeau bleu », dont nous parlerons dans un instant, les autorités décident de délocaliser le procès : l’audience se déroule à Chambéry, pour éviter des désordres pré parés à Moûtiers. En effet, les « démocrates » avaient rameuté leurs partisans et réclamaient, afin de pouvoir recevoir la foule, que l’audience se déroule au théâtre. Cette capacité de pression montre assez l’ancrage dont dispose les forces de gauche dans la haute vallée de l’Isère.

Une agitation diffuse et récurrente

  • 86 ADS, 7 FS Moûtiers 353, procédure sur les désordres à Nâves, 1849.
  • 87 ADS, 1 FS 461, l’intendant général au Ministre de l’Intérieur, 12 mars 1850.
  • 88 ADS, 1 FS 421, rapport d’enquête du brigadier des carabiniers, mars 1850.
  • 89 ADS, 1 FS 421, l’intendant général au Ministre de l’Intérieur, mars 1850.
  • 90 ADS, 1 FS 461, l’intendant général au Ministre de l’Intérieur, 10 août 1849.
  • 91 ADS, 1 FS 2204, l’intendant de Tarentaise à l’intendant général, 15 février 1850.

60Ce qui caractérise en effet les désordres en Tarentaise, c’est leur lien direct avec les acteurs de la politique locale. Les membres des cercles démocratiques – qui sont sous l’autorité, rappelons-le, des députés Jacquemoud et Carquet – font preuve d’une activité sans égale – dans les sources du moins – en Savoie. D’autre part, l’intendant de la province se plaint à plusieurs reprises des « mauvais syndics ». Ces mauvais syndics, nous les avons devinés plus haut : ce sont eux qui abonnent leur commune aux journaux démocrates. Mais qu’est-ce qu’un mauvais syndic ? C’est généralement à l’occasion de solennités locales qu’ils apparaissent dans les sources. Ainsi en est-il de celui de Nâves (779 habitants en 1848) qui, en septembre 1849, réunit à l’auberge la milice communale à l’occasion de la cérémonie en mémoire de Charles-Albert, décédé le 28 juillet, et, après les libations d’usage, lance une souscription pour un banquet communal et se livre à une courte péroraison : « Oui, mes enfants, écoutez-moi bien, nous sommes dans un temps de démocratie, de liberté, les volontés sont libres, et l’on recevra [les souscripteurs] depuis un sou, etc.86. » L’année suivante, le même syndic est encore signalé pour une harangue dans laquelle il déclare qu’il conviendra « d’armer la garde nationale au premier mouvement qui éclaterait en France pour républicaniser le pays87. » Ce syndic a pris l’habitude d’afficher le Paysan sur la porte de sa demeure88. De fait, il s’avère qu’il est membre du cercle démocratique d’Aigueblanche, tout comme les syndics de Saint-Oyen (238 habitants), de Briançon (272), de Saint-Laurent-de la-Côte (357), de Petit-Cœur (243), d’Aigueblanche (527) même. Celui de Saint-Laurent se distingue par l’opiniâtreté de son anticléricalisme : afin de détourner ses administrés de la religion, il affiche, au moment des offices, « des journaux d’opposition aux murs du cimetière89 ». L’intendant de Tarentaise appuie la destitution de trois de ces syndics. Mais, à Aigueblanche, la situation est plus délicate car l’ensemble du conseil municipal est « imbu des principes démocratiques » et, par voie de conséquence, tout remplacement du syndic en poste s’avère d’entrée inefficace. De même paraît-il inutile de provoquer de nouvelles élections qui ne manqueraient pas de donner le même résultat que les précédentes. Il convient donc de se résoudre, selon les mots de l’intendant général, à subir ce syndic90. En février 1850 encore, l’esprit de la province « n’est pas de nature à éloigner toute crainte » : « Tant que ne seront pas remplacés les syndics nommés sur la proposition des clubs, les gens de la campagne surtout garderont leurs opinions contraires et leurs idées exaltées ; car, à leur point de vue, l’autorité de l’endroit c’est le Gouvernement, c’est le prospectus des principes par lui professés91. » Cette appréciation met en valeur le rôle écran des élites locales qui captent le politique à leur profit, ce qui l’enracine profondément dans le contexte local. En 1849, le club d’Aigueblanche a manifestement su imposer des syndics selon ses vues, vraisemblablement en s’appuyant sur l’influence de son député.

  • 92 Le Patriote savoisien, 3 février 1849.
  • 93 ADS, 1 FS 525, l’intendant de Tarentaise à l’intendant général, 18 janvier 1849.
  • 94 ADS, 6 FS non coté, procédure contre Bérino pour cris séditieux, 1849.
  • 95 Discours du Docteur Jacquemoud, op. cit., p. 104-106.

61Le mauvais esprit en Tarentaise semble donc lié à l’appartenance d’une partie des notables à la mouvance démocratique. Les cercles démocratiques se distinguent de fait par une forte visibilité. Ainsi, les victoires électorales des députés sont l’occasion de démonstrations publiques. En janvier 1849, Carquet est fêté à Bourg par un grand bal, où il acclamé, et une « cavalcade de près de cent cavaliers » accompagne le député de Bourg à Moûtiers92. En janvier 1849 encore, la victoire de Jacquemoud est annoncée dans plusieurs villages au son de la trompette93. En juillet 1849, le cercle d’Aigue blanche fête bruyamment le départ de Jacquemoud pour Turin après sa réélection : une troupe d’une trentaine d’hommes l’accompagne jusque Moûtiers (une demie heure de trajet) au chant de La Marseillaise avec le refrain « ²a ira, ça ira, la liberté [ou « la République » selon les témoins] en Savoie renaîtra94 ». Déjà en janvier, après la campagne électorale acerbe déjà évoquée, la réélection de Jacquemoud avait été non moins bruyamment mise en scène. Le 6 février, le député avait droit à une sérénade nocturne, sous ses fenêtres. Le lendemain matin, « les milices communales de la vallée étaient rangées en rangs serrés devant la maison qu’il occupait », accompagnées de la « population démocratique ». Un cortège de mille cinq cent personnes, musique en tête, se dirige vers Moûtiers où il entre au son des détonations de boîtes. Le député se lance dans une courte harangue et les milices défilent devant lui avant de se retirer. Le soir, nouvelle sérénade95. Ce qui se joue ici est évidemment une ritualisation du principe d’élection et de représentation, qui s’appuie sur une forte personnalisation des enjeux. Cette ritualisation s’opère selon les codes réservés d’ordinaire à la hiérarchie administrative du duché (détonations, défilé des corps locaux...) : jadis au gouverneur, mais encore en ce temps, à l’intendant. En quelque sorte, c’est à un transfert de légitimité que s’essaient les membres des cercles démocratiques. Cette ritualisation est d’autant plus significative qu’elle s’inscrit dans le contexte très tendu des élections de 1849 : elle vise également à une démonstration de force, en ce sens qu’elle s’empare de l’espace public sous les yeux – et l’ouïe ! – des adversaires. De surcroît, cette ritualisation s’opère selon des modes festifs. Ce qui se fait jour donc est l’étroite solidarité entre l’action des cercles démocratiques et les mandataires de Tarentaise. Ces réseaux forment un puissant vecteur d’inscription du politique dans l’espace.

  • 96 L’Écho du Mont-Blanc, 18 août 1849.
  • 97 ADS, 6 FS 282, correspondance de l’avocat fiscal général, 15 novembre 1853.
  • 98 ADS, 5 FS 255, l’intendant général à l’intendant de Tarentaise, 16 janvier 1849.
  • 99 ADS, 1 FS 525, l’intendant de Tarentaise à l’intendant général, 18 janvier 1849.
  • 100 Le Patriote savoisien, 8 novembre 1849.

62C’est autour de l’axe Moûtiers-Aigueblanche – les deux cercles les plus actifs – que s’organisent l’essentiel des troubles et désordres proprement dits. En septembre 1848, les membres de ces clubs se livrent à un charivari nocturne, à Brides-les-Bains, à l’encontre de la famille du député Palluel. De 1848 à 1852, reviennent périodiquement, soit des plaintes de l’intendant de province, soit des rumeurs. À la fin de 1848, « des masques sacrilèges ont rôdé autour de la cathédrale pendant la messe de minuit » et on a parlé d’un coup de main contre le séminaire lors de la retraite ecclésiastique96. Ces rumeurs créent un climat qui perdure, comme le suggèrent, en 1853, ces femmes qui font sonner le tocsin craignant les opérations d’inventaires des biens de la fabrique97. À la fin de 1848 et au début de 1849, les rues de Moûtiers semblent, la nuit, être aux mains des agitateurs. Ils chantent des chansons républicaines sous les fenêtres des diverses autorités. La garde nationale refuse de faire respecter les heures de fermeture des cabarets. L’intendant demande à ce que la police nocturne des rues soit confiée aux carabiniers. Il demande également l’appui de deux cent hommes de troupes. Il envisage la dispersion de force des groupes chantant ainsi que leur consignation pour la nuit. Il envisage aussi de faire signer aux prévenus de cette sorte, un engagement écrit de mieux se comporter. Toutes ces propositions sont refusées en bloc par l’intendant général, à l’exception des troupes, qui lui sont envoyées mais qui fraternisent avec les agitateurs. Au final, l’intendant de Tarentaise est remplacé en février 1849 et son successeur obtient tout de même la nomination d’un commissaire de police à Moûtiers. Au début 1849, « on dit que les deux partis qui divisent malheureusement votre province » sont à la veille d’une collision : on craint un malheur98. À la suite des élections, les partis restent extrêmement échauffés : le parti des agitateurs « a pu dire bien haut que s’il fallait en venir aux armes, il était prêt ; il s’est plaint de ce que l’autre parti faisait fondre des balles et confectionnait des cartouches et a fait savoir qu’il en avait de prêtes »99. Comme on l’a vu précédemment, les élections de 1849 trouvent le relais de la presse. T. Clootz, au nom des conservateurs, écrit au Courrier des Alpes pour dénoncer l’activité des « démagogues ». En novembre, au marché de Moûtiers, « [la justice publique] a affublé un des animaux noirs destiné au couteau le jour de la Saint-André, d’une jolie banderole blanche portant ces mots en grosses lettres : Thomas Clootz à vendre100 ». La foule, comme de juste, se gausse et applaudit à la vue du porc déambulant sur la place. C’est donc sur un mode quelque peu carnavalesque, intégrant par là le public à leur protestation, que les « militants » de Moûtiers répondent aux articles les dénonçant. Cet épisode se déroule quatre mois après les dernières élections, ce qui montre une certaine permanence de l’effervescence des esprits.

  • 101 ADS, 1 FS 2204, l’intendant de Tarentaise à l’intendant général, 15 février 1850.
  • 102 ADS, 1 FS 388-89, l’intendant de Tarentaise à l’intendant général, 5 janvier 1850.

63Au début 1850, l’intendant général enjoint l’intendant de Tarentaise de renforcer la surveillance des auberges, d’être vigilant sur la délivrance des passeports, etc. Ledit intendant confesse son impuissance en prenant l’exemple du peu de dévouement dont il jouit de la part du personnel des postes. Ainsi est-il au courant qu’un nommé Villod, originaire de Moûtiers, travaillant dans les messageries à Paris, fait parvenir à ses concitoyens les journaux les plus mauvais et « les tient au courant des mouvements qui ont lieu en France101 ». L’intendant, visiblement, n’arrive pas à identifier les destinataires de cette correspondance venue de Paris, se heurtant à la mauvaise volonté des officiers des postes de Moûtiers. En janvier 1850, l’intendant, se méfiant de la mauvaise volonté des postes et des syndics, met en place un « piétonnage extraordinaire » – c’est-à-dire qu’il dépêche un personnel choisi – pour l’affichage de la proclamation des élections municipales102.

  • 103 6 FS 277, l’avocat fiscal de Tarentaise à l’avocat fiscal général, 5 janvier 1851.
  • 104 Ibid., 5 janvier 1851.

64En décembre 1851 encore, des rumeurs circulent : un coup de main serait en préparation. Le mouvement débuterait à Aigueblanche, avec l’appui de la garde nationale qui dispose de fusils, et s’étendrait à Moûtiers pour un pillage103. Cette rumeur semble prendre corps suite à une série de réunions nocturnes du cercle démocratique d’Aigueblanche. L’intendant de Tarentaise se refuse à toute perquisition car, fait significatif, les personnes accusées par la voix publique sont « trop haut placées pour s’exposer à procéder ouvertement contre elles » et que le « parti rouge est très fort à Moûtiers ». Évidemment, de tels desseins paraissent pour le moins fantaisistes, mais, encore une fois, ce qui nous importe est moins ici la vérité des faits – d’ailleurs impossible à établir – que la crédibilité qu’on leur accorde. Il faut d’ailleurs entendre dans cette rumeur l’écho du coup d’État parisien. L’intendant se concerte avec l’avocat fiscal et met les suspects sous surveillance policière ; la population est « jeté [dans] un certain effroi104 ».

L’affaire du drapeau bleu de Moûtiers

  • 105 ADS, 7 FS Moûtiers 355, procédure à propos des désordres survenus à Moûtiers le 31 mai 1850. Sauf (...)

65En mai 1850, éclatent les troubles les plus retentissants105. Le 31 mai, Victor-Emmanuel, sur le retour de son voyage en Savoie, s’arrête dans la matinée à Moûtiers où il reçoit les honneurs des autorités locales dans le palais épiscopal. La cérémonie est évidemment réglée d’avance, sous la haute main de l’intendant de Tarentaise. La ville et les communes avoisinantes, recevront en corps le souverain. D’abord groupées à l’entrée du faubourg de la Magdeleine, pour le passage du cortège, près d’un arc de triomphe élevé pour la circonstance, elles se rendront ensuite au-devant du Palais épiscopal pour la durée de la réception. Là, les élèves du collège déclameront un texte de leur cru au Roi et Sa majesté sera saluée de vivats.

  • 106 Le collège de Moûtiers a alors le double statut de petit séminaire et d’école secondaire de chef-l (...)

66Dès le matin apparaissent les premières tensions : un court affrontement se déroule vers sept heures à l’Hôtel de Ville entre des membres de la garde nationale. Une partie de celle-ci s’oppose à la « levée » du drapeau de ladite garde : le capitaine fait croiser les baïonnettes et il s’ensuit un début de course poursuite. Une heure après, la garde nationale de Moûtiers ne figure que très amputée parmi le royal comité d’accueil : trente-six gardes sur cent-quatre ont fait le déplacement en uniforme. Parallèlement, des tensions croissantes se font jour entre une partie de la population et les élèves du collège106. D’abord aux pieds de l’arc de triomphe, puis devant le palais épiscopal. Le corps des pompiers s’efforce de compliquer l’arrivée des élèves accompagnés de leurs professeurs. Puis, l’atmosphère se tend : des cris discordants partent de la foule à l’intention du Roi. D’abord jaillissent des « Vive le Roi, Vive Siccardi », auxquels les élèves répondent en chœur « Vive le Roi », parfois les témoins précisent significativement « Vive le Roi tout seul ». Accusés de chercher à couvrir les premières ovations, les élèves sont pris à partie. Les Frères des Écoles chrétiennes font retirer leurs jeunes élèves, mais les professeurs du collège refusent de céder aux intimidations. Une fois le Roi repartit, les élèves s’en retournent vers leur établissement quand, en passant devant le café Ménand – celui-là même où était distribuée la brochure de Mortillet –, ils sont assaillis, frappés, et leur dra peau est emporté et mis en pièces. Le soir, l’échafaudage qui devait servir à l’illumination du collège est ruiné et le transparent déchiré. Les élèves molestés portent plainte.

  • 107 Victor-Emmanuel subit les pressions de Mgr Charvaz, « mandaté » par le Pape, pour faire capoter le (...)
  • 108 ADS, 1 FS 526, l’intendant général au Ministre de l’Intérieur, 4 juin 1850.

67L’affaire est assez grave puisqu’elle révèle une manifestation d’attachement au Roi assez équivoque : les cris de « Vive Siccardi » tendent en effet à mettre en valeur une œuvre ministérielle qui ne jouit pas de tout l’appui du souverain107. Elle tend surtout à exprimer une certaine acception du régime. Elle s’impose en fait comme une réponse « du peuple de Savoie » à la députation de la droite savoyarde qui se distingue tout spécialement à Turin par sa virulente opposition aux lois de sécularisation. Il s’agit bel et bien là d’un mot d’ordre puisque ce cri, si redouté de la part des autorités, s’est fait entendre ailleurs en Savoie lors de ce voyage royal. En effet, même si le voyage ne fut marqué par aucun incident majeur, il n’en reste pas moins qu’il provoque des tensions. À Saint-Paul-sur-Isère, un peu en aval de Moûtiers, l’arc de triomphe érigé pour le passage du Roi a été dans la nuit jeté dans la rivière108. À Moûtiers, ce que révèle le passage de la personne royale, ce sont les tensions internes de la cité. Il convient de les analyser.

  • 109 Jacques Rubin, tanneur à Moûtiers, 29 ans. Caporal dans la milice municipale.

68À l’évidence, ce sont les élèves du collège qui cristallisent ces tensions. L’affrontement qui se déroule devant le palais épiscopal oppose ces élèves à un autre groupe, moins bien identifié, mais dont les acteurs cités sont les membres les plus jeunes de la garde nationale, en cette occasion sans uniforme. L’affrontement prend, a priori, les dehors de rivalités juvéniles – et parfois entre frères d’une même famille : le collège, serré autour de son drapeau, qui est confié au plus grand et au plus fort des élèves, sacrifie aux rites provocateurs de l’affrontement de groupe. Aux cris « Vive Siccardi » lancés de la foule, ils répondent avec bruit « Vive le Roi » et brandissent « avec affectation leur drapeau, toutes les fois qu’ils [font] retentir leurs cris ». Au fil de l’affrontement, ils crient avec beaucoup plus de force et « semblaient vouloir éteindre les autres cris qui se poussaient dans la foule ». Les jeunes gardes nationaux, en civil, vont au-devant des élèves et leur demande de ployer leur drapeau, de modérer leurs vivats, voire de crier « Vive Siccardi ». Une courte lutte s’engage autour du drapeau, quelques coups tombent. Jacques Rubin109 leur dit : « Vous venez porter l’étendard de la révolte » et se livre à des rodomontades : « Je n’ai qu’un mot à dire et vous êtes tous massacrés. » De la foule, surgissent des interpellations désapprobatrices : « Vous venez apportez le désordre », « Vous êtes des séditieux », « Vous venez exciter la révolte », « Sortez, sortez ! ». Les élèves empruntent une attitude provocatrice à l’égard de leurs jeunes aînés. Le matin, en descendant du collège pour l’accueil du Roi, en passant le café Ménand, « il me sembla qu’ils affectaient d’agiter leur drapeau pour le faire flotter davantage, ce qui fit crier les individus qui étaient dans la rue », rapporte une femme qui était sur le pas de sa porte. Devant l’arc de triomphe, les gardes nationaux des communes voisines défilent : aux cris de « Vive la Savoie », les élèves répondent par « Vive le Roi ». Lorsqu’ils prennent leur place, ils passent au plus près du capitaine de la compagnie des pompiers, malgré l’espace dont ils disposaient. Le récit suivant illustre assez bien le ballet provocateur, où se mêlent des postures et des allures, des cris et l’usage altier du drapeau :

  • 110 Ce capitaine, Joseph Roche, est géomètre. Il est vice-président du Cercle démocratique de Moûtiers
  • 111 ADS, 7 FS Moûtiers 355, déposition de L. Berlive, aubergiste et pompier.

« Je vous dirai seulement que, dès le matin, les élèves du collège avaient affecté de se trouver toujours avec la compagnie des pompiers au-devant de laquelle ils insistaient à passer et même sans conserver la bienséance qu’ils devaient garder vis-à-vis de ses officiers. Ainsi, vers la place Sainte-Marie, ils passèrent si près de la compagnie qu’ils s’étaient rangés presque dans ses rangs. Lorsque nous fûmes vers l’arc de triomphe, pour le départ du Roi, les élèves se présentèrent de nouveau pour passer devant nous, et quoique le capitaine110 leur dit de passer plus au large dans l’espace qu’il avait fait rendre libre, ils parurent affecter passer si près de lui, que quelques-uns d’eux le coudoyèrent et qu’il fut obligé de se reculer de quelques pas [...]. Je distinguais alors clairement que le drapeau porté par les élèves lui effleura la figure, qu’il chercha à l’écarter avec son épée et qu’il le repoussa seulement du côté de celui qui le portait [...]. Lorsque les élèves, en cette circonstance, passèrent devant la compagnie, ils se mirent à crier, quoique le roi ne fut pas encore là : Vive le Roi, à plusieurs reprises, mais avec une telle force et une telle insistance, qu’il ne me semblât pas que ces cris fussent proférés seulement pour saluer le Roi111. »

69Dans leurs déplacements les élèves prennent soin de « caresser » avec leur étendard le visage de certains membres de la garde nationale, notamment quand ils passent devant le café Ménand. C’est une fois la solennité achevée et le Roi parti, que, devant ce café, ils tombent dans l’embuscade dans laquelle leur drapeau disparaît.

  • 112 J. Replat, Plaidoyer dans la cause des drapeaux de Moûtiers, prononcé à l’audience du Tribunal de (...)
  • 113 Cité dans : J. Replat, op. cit.

70L’étendard, à l’évidence, est un signe de ralliement. Les descriptions concordent : c’est un drapeau bleu – aux couleurs de la dynastie donc – portant en son coin haut, près de la hampe, le blason de la Savoie. Il est en tout point semblable au drapeau qu’une partie de la garde, le matin, avait refusé pour enseigne de la milice. Ce drapeau avait été réalisé par souscription pour les fêtes de Moûtiers à l’occasion de l’octroi du Statut, en février 1848. Depuis lors, il avait été remisé dans l’Hôtel de Ville et, peu à peu, était apparu comme un vestige du temps passé, auquel le régime nouveau, dans l’élan de la guerre de libération nationale, avait substitué le drapeau tricolore. Aussi, l’irruption de ce drapeau, à l’occasion du passage du Roi et dans une période troublée par les débats sur la loi Siccardi, prend une tournure polémique. C’est pourquoi, lors de l’audience qui se tient à Chambéry, l’avocat des agresseurs des collégiens – mandaté, selon ses aveux même, par François Carquet en personne – consacre entièrement sa plaidoirie au symbole. Cette plaidoirie est reproduite dans la presse puis en brochure112. L’argumentaire mis en œuvre présente la manifestation de Moûtiers comme une manœuvre délibérée du parti réactionnaire. En effet, le drapeau bleu renvoie, selon l’avocat, au régime révolu et son ostentation équivaut à une protestation contre le régime constitutionnel. Cette protestation a été orchestrée par les professeurs du collège qui tentent de montrer au Roi la Savoie « parée des habits de l’ancien régime » et, du même coup, vient à l’appui de l’attitude des députés savoyards conservateurs qui s’opposent aux lois Siccardi. En somme, le drapeau du collège s’affirme d’emblée à la population de Moûtiers comme une expression partisane et comme un acte politique. C’est ce qui explique les redoublements de cris « Vive Siccardi », réponse bruyante à la protestation et provocation muette de l’étendard. Le débat autour du drapeau n’est pas nouveau en Savoie. À la suite du Courrier des Alpes, L’Écho du Mont-Blanc avait flétri le drapeau tricolore, qu’il assimile à celui des crimes, des désordres et de la guerre, qu’on a substitué au symbole d’un passé glorieux et paisible : « C’est tout notre passé qu’on a voulu nous faire renier à notre insu lorsqu’on nous imposa un drapeau inconnu jusqu’alors113. »

  • 114 Débats rapportés dans Le Courrier des Alpes, 26 janvier 1850. Le 22 mars 1848, à l’aube de la guer (...)
  • 115 Séance du 29 janvier, reproduite dans Le Patriote savoisien, 6 février 1851.

71Cette question des couleurs nationales s’insère donc dans un débat qui dépasse Moûtiers et donne même lieu à des incidents à la Chambre en amont et en aval de l’affaire. Dans la séance du 23 janvier 1850. Brofferio, au nom de la gauche, demandant au Gouvernement l’application pleine et entière du Statut (liberté de la presse, enseignement, etc.), le général d’Aviernoz, député de Saint-Pierre-d’Albigny, crû bon d’intervenir pour rappeler que, suivant cette logique, l’article 77 du Statut devait aussi être appliqué. Cet article stipulait que l’État conservait sa bannière et que la cocarde bleue restait la seule cocarde nationale. Cette sortie permet à Brofferio une démonstration de patriotisme fougueux en faveur du drapeau tricolore, teinté du sang de la « libération nationale », et prescrit par la volonté de Charles-Albert lui-même114. En janvier 1851, c’est bien l’affaire de Moûtiers qui ramène la question des drapeaux à la Chambre115, lorsque les députés avancés de Savoie tentent de montrer l’activité délétère des forces réactionnaires en Savoie. Le député Parent justifie sans ambages l’action des démocrates de Moûtiers :

  • 116 Hyppolite Pissard, député conservateur savoyard de la circonscription de Saint-Julien.

« Quant aux drapeaux bleus dont a parlé M. Pissard116, cet honorable député a, sans doute avec légèreté, proclamé dans cette enceinte que le pou voir était tenu d’arrêter les individus qui voulaient déchirer les drapeaux bleus. Nous croyons, au contraire, que, dans une pareille circonstance, le devoir d’un bon citoyen est de briser, de mettre en pièces un tel drapeau. »

72Mais dans ce débat, c’est tout naturellement le député Carquet qui mène le bal. Pour lui, les manifestations des élèves du collège sont « les conséquences d’un parti pris, d’un système de compression à l’usage de la Savoie ». Il dénonce la permissivité du gouvernement qui ne tolère de telles attitudes qu’outre-monts, ce qui lui vaut à la séance suivante une longue et cinglante réponse de Cavour en personne. Dans la suite de son discours, il incrimine l’action de la justice qui se met dans le duché au service de la réaction et qui a poursuivi, non les fauteurs de troubles, mais les honnêtes citoyens :

« C’était le droit du drapeau bleu que la magistrature voulait faire consacrer, c’est-à-dire que le drapeau bleu était le drapeau de la Savoie, que vous avez en Piémont un drapeau tricolore ; cela se conçoit, car vous êtes des révolutionnaires ; mais nous, Savoyards, nous devons avoir le drapeau de l’ancien régime. »

73Comme on le voit, la rue et la Chambre entrent en résonance. C’est pourquoi c’est au nom de la mission de la garde nationale que l’avocat Crey interpelle les élèves du collège de passage devant le café Ménand : c’est très solennellement « au nom de la Constitution » qu’il demande au porteur du drapeau de le lui donner. En ce sens, il se fait défenseur du régime et du gouvernement.

  • 117 Cette approche de la garde nationale de Moûtiers se fonde sur la correspondance des autorités : AD (...)
  • 118 Sa charge de député n’est au demeurant pas sans poser de nouveaux problèmes, du fait des absences (...)

74Cela dit, si le débat autour du drapeau est public, aucune manifestation n’a eu lieu, en tout cas dans cette proportion, ailleurs qu’à Moûtiers. C’est que cette cité permet un tel surgissement du politique par les divisions qui la traversent, à nul autre lieu comparable dans le duché. Il convient de souligner le rôle crucial de la garde nationale, d’autant plus que cette milice est à Moûtiers sévèrement divisée depuis la fin de 1848 et est à l’origine de tous les troubles de cette cité. Les chefs de la milice ont été élus le 4 avril 1848117. Maurice Mayet est élu capitaine mais, à l’instar du drapeau bleu confectionné pour l’octroi du Statut, le gros de la milice cherche rapidement à le remiser. On conteste la valeur de l’élection, qui aurait été réalisée dans l’urgence. Il semble qu’elle ait pu correspondre à l’état d’esprit d’alors – car elle est bien validée quelques jours plus tard par acclamation –, mais qu’elle ne corresponde plus à l’état d’esprit de Moûtiers après l’élection de son député. Les premiers troubles apparaissent à l’automne 1848, quand une partie de la garde rechigne à obéir à son capitaine : elle lui refuse l’entrée au corps de garde, ne se rend pas sous les armes, et, surtout, n’opère plus la police de nuit et participe même aux troubles nocturnes en se livrant à des sortes de charivaris sous les fenêtres de ses officiers. Le conseil de discipline s’avère impossible à mettre en place, aucun milicien acceptant d’en faire partie. Depuis lors, la division s’affiche en public : aux cérémonies officielles, la majorité de la garde ne paraît plus que par quelques-uns de ses membres. À la cérémonie funèbre en la mémoire de Charles-Albert, une partie des miliciens siègent dans les rangs du cercle démocratique. Ce qui a mis le feu aux poudres est le refus du capitaine de répondre aux instances des miliciens, en octobre 1848, qui voulaient rendre en corps les honneurs au député Jacquemoud en partance pour Turin. Depuis lors, la garde est entrée dans un bras de fer avec l’autorité communale qui, alternativement, voit refuser ses convocations de la garde ou refuse d’elle-même de la convoquer. La milice est ici le levier des forces politiques et clientélistes qui s’opposent au sein de la cité. En effet, Jacquemoud, Mayet et Carquet, ainsi que nombre de miliciens eux-mêmes, se côtoient dans le conseil municipal. Qui plus est, aux élections législatives de janvier 1849, Mayet est le candidat qu’oppose le cercle constitutionnel (les conservateurs) à la candidature de Jacquemoud. Il est même l’auteur du discours « incendiaire » – évoqué plus haut – contre les députés sortants et diffusé en brochures dans les campagnes. Depuis ce temps, une partie des miliciens n’a de cesse d’obtenir de nouvelles élections au sein de la garde nationale. Les autorités refusent obstinément de céder à la pression, mais s’y résolvent finalement en janvier 1853. Symptomatiquement, le nouveau capitaine élu est précisément Carquet118, syndic de Moûtiers depuis 1850. Les « rouges » ont réussi à affirmer leur emprise locale. Autrement dit, la division des notables est patente et d’autant plus attisée qu’ils sont en rivalité dans les divers lieux de pouvoir : députés, conseil de ville, garde nationale, où s’élaborent et jouent des réseaux, des clientèles qui contribuent à étendre les dissensions.

  • 119 L’affaire met en cause 15 individus. Seulement deux sont condamnés, tous deux membres du cercle dé (...)
  • 120 Procureur, conseiller municipal en 1849, garde national, membre du cercle démocratique de Moûtiers

75Ce qui se joue à Moûtiers en mai 1850 lors du passage du Roi, n’est donc qu’un épisode de cet affrontement. En effet, les miliciens réfractaires envisagent de soumettre à Sa Majesté une pétition pour obtenir la dissolution de la garde et de nouvelles élections. Cette entreprise est contrecarrée par l’agitation des élèves du collège qui font régner un désordre peu propice à la réception de la pétition. Dans cette rivalité, chacun des clans a mobilisé ses troupes propres. Il était de rigueur de signifier au monarque la vraie « couleur » de la cité. Mayet et les siens, s’appuient sur le collège dont il mobilise les professeurs et les élèves au nom de la loi Siccardi. Les meneurs démocrates de la garde, généralement membres du cercle démocratique de Moûtiers ou d’Aigueblanche, s’efforcent de montrer l’emprise de « l’esprit constitutionnel » à Moûtiers. Ainsi, les principaux prévenus de ces troubles sont des hommes que nous avons déjà croisés en d’autres affaires119. Pour eux, il ne fait nul doute que la manifestation des élèves du collège répond à un plan ourdi et précautionneusement préparé par les « réactionnaires » : « On a cru voir dans cette conduite un parti pris ou une impulsion étrangère qui leur aurait été suggérée d’avance. » Lors de la parade où les jeunes coqs se mesurent devant le palais épiscopal, Rubin montre aux élèves une pièce de quatre sous, suggérant par là qu’ils avaient été soudoyés pour manifester : « Vous êtes des séditieux, vous ne cherchez qu’à provoquer les gens et à mettre la ville en révolution, il allât même jusqu’à leur présenter une pièce de monnaie en leur disant : voilà de l’argent, criez encore plus fort ». Dans le palais épiscopal, les notabilités informées des risques de désordres sont divisées. Griotteray120 déclare qu’il faut renvoyer les élèves du collège pour éviter un affrontement. Le chevalier de Jarre aurait rétorqué : « tant mieux, nous n’en demandons pas mieux ». À la fenêtre du palais, un professeur aurait fait signe aux élèves de hausser la voix. Ambiance de suspicion donc, propice au cheminement dans l’ombre des trames politiques, de toutes les méfiances, de toutes les rumeurs.

76Ainsi, la garde nationale joue un rôle crucial pour expliquer l’affirmation publique des clivages partisans à Moûtiers. D’une part, parce que son rôle symbolique est la voie d’affirmation d’une nouvelle forme de notabilité, si modeste fut-elle, immédiatement appropriée et instrumentalisée. D’autre part, et plus prosaïquement, parce que sa division laisse la cité sans force de l’ordre et permet aux tumultes et aux passions de s’exprimer. De ce point de vue, contrairement à d’autres lieux, le corps des pompiers ne peut pas faire contrepoids, placé qu’il est sous la direction du capitaine Joseph Roche, membre lui aussi du Cercle démocratique de Moûtiers. C’est pourquoi l’atmosphère semble si tendue à Moûtiers, où l’affrontement sur la place publique est un fait intériorisé. Les élèves du collège suscitent la réprobation de la part de la foule. En route vers le palais épiscopal, les professeurs du collège essuient des injures : « À bas la calotte et les calotins », « à bas les jésuites ». Un élève reçoit un coup de bâton sur son chapeau de la part d’un paysan sur le bord de la route. Entre l’arrivée et le départ du Roi, une femme se rend près de l’abbé Mérendet « en lui représentant qu’avec le concours de monde qui se trouvait dans les rues et l’effervescence qui régnait dans la foule, il n’était prudent ni pour lui, ni pour ses élèves de sortir ».

77Autrement dit, la passion partisane, à l’œuvre sous des formes traditionnelles de l’affrontement juvénile, s’exprime pleinement parce qu’à Moûtiers peut s’opérer une fusion entre différentes échelles de la réalité. Les débats politiques de la Chambre s’inscrivent dans une sociabilité et une géographie de proximité – le café Ménand / le collège. La passion partisane s’ancre dans les antagonisme locaux, les principes s’incarnent et se donnent à voir à l’œuvre à deux pas de chez soi. Cette proximité et cette immédiateté permettent l’appropriation et la cristallisation des enjeux nationaux, leur donnent corps et chair et constituent le relais vers l’adhésion aux mots d’ordre politiques véhiculés par des députés dont la parole est activement relayée. Ces passions s’inscrivent bien sûr dans des réseaux, ceux des cercles politiques. Mais aussi vraisemblablement, dans des réseaux plus difficiles à saisir : notons simplement qu’un des meneurs de la fronde de la milice depuis 1848 est le docteur Canton, beau-frère du député Carquet, tandis que l’un des inculpés de l’affaire de mai 1850 est le neveu de ce même Carquet. Ainsi, les réseaux familiaux entrent aussi en jeu. De ce point de vue aussi se superposent l’ancien – l’affrontement « clanique » – et le nouveau – l’affrontement partisan.

78Au demeurant, ces passions, et c’est ce qui explique qu’elles soient exacerbées, ne relèvent pas de la génération spontanée, mais s’inscrivent au contraire dans une continuité, dans des antagonismes, des souvenirs et des sentiments peut-être un temps rentrés. Cette continuité, elle se construit ou reconstruit dans l’affrontement, pour les besoins de la cause. Ainsi, suite aux élections de 1849, on reproche avec véhémence à Mayet une chanson par lui composée en février 1848. Comme beaucoup d’autres en Savoie, elle célébrait la libéralité royale et mettait en garde contre les dérives d’une liberté mal entendue :

  • 121 « Chanson populaire par un ami du Progrès et de l’Ordre », Le Courrier des Alpes, 11 octobre 1849.

« Défions-nous de la démocratie,
De radicaux prêchant l’égalité,
Qui, sous ce nom, poussent à l’anarchie
Par le désordre et l’illégalité121. »

79Audible en février 1848, aux temps de la concorde autour de la liberté octroyée, ce couplet prend, un an passé, une autre résonance. D’autant plus que Mayet, enraciné désormais dans le « juste milieu », assume cette chanson dont il affirme que sa destination était d’être diffusée dans les campagnes afin de lutter préventivement contre la diffusion des idées radicales. Preuve, s’il en est, qu’en Tarentaise la propagande partisane, « réactionnaire » ou « démagogue », débute précocement son œuvre.

Conclusion

80Au total, à quoi se résume le « mauvais esprit » de la Tarentaise ?

81En tout premier lieu, pour les autorités il se manifeste par la constance de son vote pour des députés qui sont, au sein du duché, d’opposition. Ce vote, on l’a vu, s’opère en pleine connaissance de cause : la diffusion des discours du député Jacquemoud ne laisse planer aucune ambiguïté sur les positions de ce dernier à la Chambre. Pleinement assumées et revendiquées, elles laissent entendre que ces prises de positions fortes et marquantes constituent une assise électorale. Le corps censitaire de Tarentaise est massivement composé d’électeurs attachés au travail de la terre. Est-ce à dire que la Tarentaise est une campagne « rouge » ? Ce serait aller un peu vite en besogne. Le changement d’orientation des votes après 1853, avec les démissions de Carquet et Jacquemoud, laisse entendre plutôt un attachement à la personne de ces deux députés. De fait, on observe en Tarentaise une très forte personnalisation des enjeux électoraux, comme en témoigne la ritualisation festive qui suit les victoires électorales.

82Il n’en reste pas moins que l’âpreté des quatre campagnes électorales de 1848-49 tend à diffuser des argumentaires qui dépassent largement les enjeux locaux : ces argumentaires s’inscrivent dans les débats nationaux et internationaux. En ce sens, le résultat des élections témoigne pour une participation des électeurs de Tarentaise à « l’esprit de 1848 », entretenu de surcroît jusqu’en 1852 par Le Paysan. Les liens entre l’activité propagandiste de ce dernier et les députés de Tarentaise ne sont pas sans ambiguïté. En effet, le discours du journal se radicalise au moment où ces députés se rapprochent du gouvernement. Dans les faits, Carquet et Jacquemoud ne sont pas des députés rouges, mais des libéraux avancés, de tendance démocrate. L’alliance objective qui se met en place repose sur la crainte du retour de l’ancien ordre des choses. De ce point de vue, le propos du Paysan permet de diffuser une diabolisation de l’adversaire que les députés ne peu vent ouvertement assumer. Sa propagande peut ainsi contribuer à diffuser des thèmes, sans pour autant bâtir des « campagnes rouges ». Au demeurant, le socialisme quelque peu paternaliste du journal n’est pas sans coïncider avec l’action politique d’hommes qui sont des notables. En somme, ce qui caractérise l’esprit public en Tarentaise, au moins jusqu’en 1853, est le rejet des anciennes élites du Buon Governo, rejet qui permet la convergence de discours ailleurs distincts. Cette convergence paraît donner raison aux amalgames conservateurs qui crient aux rouges contre les députés de la province.

83Ce qui distingue surtout la province, et tout spécialement la circonscription de Moûtiers, est l’activité propagandiste, notamment celle des cercles politiques. Cette activité ne se limite pas aux seuls temps des élections. Elle débute précocement avec les brochures d’Henri Ougier. La diffusion attestée du Paysan montre une véritable volonté de gagner et de former l’opinion publique. L’anticléricalisme et la hantise du passé sont le ciment de cette propagande. Il n’en reste pas moins que l’activité de ces cercles, comme la rédaction du Paysan, est aux mains de notables, non agriculteurs. Ce qui transparaît ici est un réseau notabiliaire, dans lequel les gens de justice tiennent un rôle prépondérant. Il existe en Tarentaise des notables libéraux et démocrates fortement enracinés dans la province : c’est ce qui en explique le profil. Les brochures de Clootz et ses lettres adressées à la presse témoignent d’un antagonisme durable. En effet, contrairement à la plupart des autres provinces, l’opinion de « gauche » n’a pas besoin de parachuter ses candidats mais s’appuie sur des individus du cru, dont la position de notables est déjà assurée avant les réformes de 1848.

84La Tarentaise ne se distingue pas particulièrement par la fréquence des troubles de nature politique. Si elle fait figure de ce point de vue de mauvaise province, c’est pour l’essentiel du fait de l’agitation récurrente de Moûtiers. Or, on l’a vu, le profil sociologique de cette cité est singulier en Tarentaise : gros bourg administratif et artisan, elle est divisée à son sommet par la rivalité de ses notables qui, soit directement, soit par le jeu des réseaux, rivalisent dans les luttes électorales législatives. La garde nationale, elle-même expression de notabilité, devient un instrument dans les luttes politiques. Celles-ci s’étendent donc, attisées par un monde d’artisans censitaires et agents des cercles démocratiques. À Moûtiers, se mêlent de manière assez inextricable des rivalités strictement locales et des questions de politique nationale : c’est sur cette interpénétration, et sur fond d’affrontement entre deux jeunesses, que s’opèrent les clivages partisans. Ce qui distingue la province est assurément le rôle visible et revendiqué des cercles politiques locaux. Ceux-là contribuent à valoriser le rôle de l’élection et à personnaliser leurs enjeux. Ils contribuent aussi à faire éclater au grand jour et à faire muer les antagonismes : sous leur pression, c’en est fini de la fiction d’unanimité. Ce sont des agents de division, et c’est bien là, aux yeux des autorités, que réside l’essentiel de leur action délétère. Ils signent bien la fin de l’ancien idéal social. Enfin, ces cercles diffusent un rituel et des référents politiques qui s’inscrivent à la fois dans une continuité et qui constituent une rupture. Continuité dans le rituel festif réservé aux députés par exemple, qui déplace les anciens usages vers des personnalités et des fonctions nouvelles, leur apportant par là légitimité. Continuité encore dans les formes et les modalités de l’affrontement, comme le suggère l’affaire du drapeau bleu de Moûtiers. Mais rupture, parce que ces manifestations sont fondamentalement partisanes. Ainsi, pour rester dans le même ordre d’idées, les honneurs rendus aux députés n’ont plus pour fonction de témoigner les honneurs – idéalement unanimes – dus aux représentants de l’administration, mais sont bien des manifestations « sectaires » : apolitiques à l’origine, ces rites deviennent partisans. Rupture sur tout, parce que l’affrontement local s’opère en résonance avec les débats nationaux. Les membres du cercle démocratique de Moûtiers tout spécialement, jouent un rôle « d’interface » : bien insérés dans les rivalités locales, ils y inscrivent et incarnent les éléments des identités partisanes. Un glissement s’opère.

  • 122 Sur la période 1846-50, le taux de mortalité passe au-dessus du taux de natalité (28,9 % contre 30 (...)

85On dira que ces éléments explicatifs ne font que déplacer le problème, en ce sens qu’ils n’éclairent pas les fondements de l’attachement des campagnes tarines aux députés les plus libéraux. Il existe vraisemblablement des explications plus profondes, mais, il faut bien le reconnaître, l’historien reste en partie démuni. Il faudrait faire appel ici à des études socio-culturelles dont on ne dispose pas (notamment, la nature des réseaux préexistants). Au demeurant, si tel était le cas, cela nécessiterait des éléments de comparaison avec les autres provinces de Savoie. Ce qui pourrait être avancé d’abord sont des facteurs structurels : nature de la propriété, activités, réseaux divers... On peut mettre aussi en avant des facteurs conjoncturels. J. L. Mayaud a noté le rôle de la crise de 1846-47 dans les votes différenciés des hauts et des bas-pays du Jura, les bas pays, touchés avec plus de virulence, se signalant par un vote républicain. En ce qui concerne la Savoie, faute d’études, rien ne peut être nettement affirmé. Tout au plus peut on constater que, sur la base de l’exemple d’Aime, la crise agricole commet des ravages certains : un pic considérable de mortalité se distingue en 1847122. Il faudrait encore tenir compte de facteurs davantage culturels : rôle du souvenir de la Révolution, anticléricalisme... Là encore, le Buon Governo est trop mal connu pour s’avancer de ce côté. Il est toutefois certain que l’anticléricalisme, à se fier à son importance tant dans la propagande que dans l’affaire des drapeaux, joue un rôle déterminant et ren contre de sourdes ou bruyantes adhésions. La polarisation des débats autour de la question religieuse fut, assurément, une des formes originelles de la politique en Tarentaise, tout comme le fut, au début de la période, la question de l’identité savoyarde – et des intérêts savoyards – en lien avec les événements français. Insistons y encore, ce dont dénote le vote tarin dans les années qui suivent immédiatement 1848, c’est du rejet de l’ordre passé. C’est ce dont témoigne la perméabilité à la propagande, plus que les résultats électoraux en tant que tels.

Notes

1 François Carquet (1810-1891), avocat, député de Bourg de 1848 à 1854. Démissionnaire en juin 1854. Se représente en 1858 sur la demande de Cavour en personne pour contrer l’influence des élus conservateurs de la Savoie. Il est de nouveau élu à Bourg. Député, puis sénateur sous la IIIe République. Son père, marchand-drapier en détail, se déclare rentier en 1842.

2 Antoine Jacquemoud (1804-1887), médecin, député de Moûtiers de 1848 à 1852. Démissionnaire en 1852. Réélu en 1857. Syndic de Moûtiers, il est démis en 1850. Intervient très souvent à la Chambre, député très en vue, orateur estimé.

3 A. Jacquemoud, Deux mots prononcés par le Dr Jacquemoud au banquet de la fête patriotique qui a eu lieu à Moûtiers le 2 mai 1848, Moûtiers, 1848, p. 1 et 5.

4 Atti de la camera dei deputati, 1850-1854, Turin, 1850-54.

5 Claude Gonnet (1795-1866), général dans l’armée sarde. Battu aux élections de juillet et décembre 1849 par Jacquemoud. Il les remporte à sa démission en décembre 1852. En 1853, il est nommé sénateur.

6 Michel Roux-Vollon (1808-1878), marchand de fromages, député de 1853 à 1857, année où il démissionne sous la pression de son parti. Député discret. Syndic de Saint-Jean-de-Belleville, se déclare « propriétaire » sur les listes électorales et inscrit sur les rôles pour un impôt de 78,20 livres d’impôt.

7 Comte Hyacinthe-Fidèle Avet (1788, Moûtiers-1855, Turin). Éminent légiste, il est membre du Conseil d’État et participe activement à la rédaction du Code civil sarde et du Code de procédure criminelle. En 1840, il est anobli. Ministre des affaires ecclésiastique et de la justice (1843), il participe à l’élaboration du Statut de 1848.

8 Dans l’avant-pays savoyard, on tombe à des proportions de 6,5 % (circonscription de Rumilly, par exemple).

9 M. Miranti, op. cit.

10 La loi électorale concédait à certaines provinces du royaume, dont la Savoie, un abaissement du cens électoral de 40 à 20 livres de contributions.

11 La section de Bourg, pouvant ici servir d’échantillon, indique que 62,5 % du corps électoral paie un cens entre 20 et 30 livres.

12 En 1848, les agriculteurs forment 78 % de la population active, soit 65 % de la « population nourrie » (cette différence s’explique par l’émigration structurelle : les émigrés sont comptés dans les recensements, quoiqu’absents de la commune). Y. Chenal, La population d’Aime. Étude démographique et socio-professionnelle, mémoire TER, Centre universitaire de Savoie, 1973.

13 Séez (1 842 habitants) compte ainsi 91 journaliers, ce qui est, en l’état, le plus fort nombre recensé, les journaliers étant fort peu nombreux dans les recensements de Tarentaise.

14 L’Écho du Mont-Blanc, 24 août 1849.

15 Le Courrier des Alpes, 6 décembre 1849.

16 Jacquemoud jouit d’une solide réputation de poète depuis le prix que lui a décerné l’Académie de Savoie au concours de 1840. Malheureusement, les chansons mentionnées n’ont pu être retrouvées.

17 Sous le régime sarde, le Conseil de réforme, sis à Chambéry, est l’instance supérieure du duché en matière d’enseignement. Il est étroitement contrôlé par l’intendant général. Il est supprimé en octobre 1848 suivant le principe de la politique de centralisation (et de sécularisation) de l’enseignement.

18 ADS, 5 FS 255, le syndic de Bozel à l’intendant de Tarentaise, 13 avril 1848.

19 ADS, 6 FS 273, l’avocat fiscal de Tarentaise à l’avocat fiscal général, 22 juillet 1849.

20 Séance du 7 août, reproduite dans Le Courrier des Alpes, 13 août 1849.

21 Séance du 30 janvier, reproduite dans Le Courrier des Alpes, 4 février 1851.

22 Le Patriote savoisien, 8 novembre 1849.

23 « Lettre d’un membre du Cercle démocratique de Moûtiers », Le Patriote savoisien, 22 septembre 1849.

24 Discours du Docteur Jacquemoud prononcés à la chambre des députés pendant la dernière session, Moûtiers, 1849 (document communiqué par Mme Gherardini, Académie de la Val d’Isère).

25 Cette adresse est publiée dans La Concordia du 18 décembre 1848. Ce discours valut à Jacquemoud d’être élu en 1849 dans les collèges de Rapallo, de Gênes et de Moûtiers. Il s’inscrit dans le débat à la Chambre sur la question des « profughi », ces réfugiés, impliqués dans les journées révolutionnaires anti-autrichiennes en Lombardie-Vénétie, contraints de quitter les territoires repris en main par l’Autriche. Finalement, la Chambre votera le principe de leur accueil et de l’aide à ces « frères exilés » en territoire piémontais. Jacquemoud a parlé en ce sens.

26 « Circulaire de la confrérie des codinis de Moûtiers aux habitants de Tarentaise », Le Chat, 15 juillet 1849.

27 Jacquemoud, « Les Codinis. Études de mœurs politiques. », Le Chat, 7 janvier 1849.

28 ADS, 5 FS 237, tract électoral [décembre 1852], feuille volante.

29 Le Comité électoral de Moûtiers, aux électeurs de Tarentaise, 4 p. (document communiqué par Mme Gherardini, Académie de la Val d’Isère).

30 Amédée Greyffié de Bellecombe (1811-1879), avocat des congrégations en Savoie et magistrat. Haute figure noble du conservatisme. Joue un rôle important lors de l’Annexion à la France en 1860. Avant 1860, ne se présente qu’à des mandats locaux.

31 ADS, 7 FS Moûtiers 361, procédure pour injure publique. J. Hote, à l’initiative de l’impression de la fausse déclaration et de sa diffusion écope d’un mois de prison. Hote, serrurier à Moûtiers, est membre du cercle démocratique de cette ville, soupçonné en 1848 pour un charivari nocturne à l’encontre de la famille du député conservateur Palluel et condamné en 1851 dans l’affaire des drapeaux de Moûtiers.

32 AST, Alta polizia, n° 250, rapport des carabiniers, 12 juin 1848.

33 Aucun renseignement sur les cercles démocratiques de Bourg et Séez.

34 L’Écho du Mont-Blanc, 27 juillet 1849.

35 Le Courrier des Alpes, 6 décembre 1849.

36 ADS, 1 FS 461, le gouverneur au Ministre de l’Intérieur, 4 août 1848.

37 ADS, 1 FS 2204, l’intendant de Tarentaise à l’intendant général, 15 février 1850.

38 Il s’agit des textes de lois et des décrets.

39 ADS, 6 FS 343, l’avocat fiscal au Ministre de la Justice, 12 juin 1850.

40 Ibid., 5 janvier 1850.

41 ADS, 1 FS 1723, abonnements aux journaux, 1851-52.

42 H. Ougier, Loi électorale annotée, Moûtiers, 1848. H. Ougier, originaire de Tarentaise, est avocat près de la cour d’appel de Chambéry.

43 H Ougier, Petit catéchisme politique pour la Savoie, Moûtiers, 1848.

44 B. Clootz, Petit carême rouge à l’usage de tous. Sténographié et publié tout brûlant, Chambéry, 1850 ; À bas les curés ou dialogue entre Gros et Menu, Chambéry, 1850 ; Les modérés en retraite, Annecy, 1850.

45 B. Clootz, Les modérés en retraite, op. cit., p. 59-60.

46 Ouverture d’un salon de lecture chez M. Ducloz, libraire à Moûtiers, 18 mars 1851, ADS, 5 FS 257, Presse, imprimé de deux pages.

47 Aux citoyens de la Nièvre et du Cher. Une voie dans l’exil, diffusé en Savoie fin 1851. Félix Pyat y prêche l’espoir du retour de la République.

48 Il existe plusieurs procédures judiciaires en 1852 à l’encontre d’introducteurs dans le duché du Napoléon le Petit. L’ouvrage est de tout petit format. Par exemple, un nommé Barral, bourrelier né en France résidant à Carouge, est arrêté dans une auberge de Chambéry porteur de cent quarante deux exemplaires dudit ouvrage.

49 1 FS 527, surveillance de Rouby, échange de lettres qui s’étend d’octobre 1851 à janvier 1852.

50 ADS, 6 FS PC 108 2e série, procédure pour délit de presse, 1852. L’affaire s’achève par un non lieu, pour vice de procédure.

51 G. de Mortillet (1821-1898), a fait ses études au collège des jésuites de Chambéry. Préhistorien célèbre, il connaît après 1860 une brillante carrière scientifique. Il mène également une carrière de député sous la Troisième République. En 1849, il favorise en juin l’évasion de Ledru-Rollin et est contraint de quitter la France après son pamphlet, La Guillotine : condamné à deux ans de prison, il se réfugie en Savoie, puis en Suisse où il est, de 1850 à 1853, attaché à la conservation du musée de Genève. Il rentre en Savoie en 1854 où il s’occupe du musée d’Annecy.

52 G. Mortillet, L’avenir de la Savoie. Savoie, Suisse, France, Nyon, 1851 (l’auteur a supprimé sa particule). En quatrième de couverture, d’autres ouvrages du même auteur sont cités, mais n’ont pu être retrouvés : Les jésuites. Détails sur le collège de Chambéry ; Le vrai catéchisme ; La Bible devant la science ou tous les cultes sapés dans leur base ; Catéchisme socialisme par un savoisien (à paraître).

53 De fait, Mortillet est en exil à Genève. Toutefois, un témoin déclare qu’il est venu à Moûtiers en octobre pour une « expédition coquillage au Mont-Cenis » (l’homme est préhistorien). Il ajoute qu’il n’a pas fait cette expédition et est reparti le soir même.

54 Par commodité, nous utiliserons dans la suite du propos l’appellation générique de « Paysan ».

55 Jacques Porraz, Antoine Gonthier et Charles Viard, tous les trois avocats, figurent parmi les membres fondateurs du Cercle démocratique d’Albertville en octobre 1848, le premier étant même son président. L’avocat J. Fontaine-Tranchant, participe activement aux réunions « clubistes » d’Albertville en 1848-1849.

56 Parmi les journaux cités et les articles empruntés, citons : La voix du Peuple (dont le premier numéro s’ouvre sur un hommage à Proudhon), La Revue sociale (Pierre Leroux), La Démocratie pacifique (saint-simoniens), La Gazetta del Popolo (gauche constitutionnelle, à visées populaires).

57 À la disparition provisoire du Paysan, la rédaction du Patriote publie une Feuille des paysans au prix de cinq centimes le numéro, un franc l’abonnement. C’est un mensuel. Cette feuille est aujourd’hui introuvable, mais on en saisit l’esprit grâce aux premiers éditoriaux publiés dans le Patriote : il est conforme au discours de Paysan. Créé en janvier 1850, il est encore attesté en juillet de la même année.

58 Pierre Joigneaux, représentant de la Côte-d’Or en 1848 et 1849. Célèbre notamment pour sa Feuille du Village destinée à convaincre les paysans des avantages de la République pour les campagnes.

59 ADS, 6 FS 343, l’avocat fiscal au Ministre, 27 mars 1850.

60 Cinq condamnations retrouvées sous les inculpations d’attaque à la religion de l’État, d’excitation à la haine entre les classes sociales et d’atteinte au droit de propriété. Au total : 9 mois de prison et 2 400 livres d’amendes.

61 La Voix du Paysan, 7 mai 1851.

62 « Aux honnêtes gens », La Voix du Paysan, septembre et octobre 1851.

63 « Les dimanches et les fêtes, les auberges et les cafés », La Voix du Paysan, 20 et 26 novembre 1851.

64 « L’activité du Savoyard », La Liberté, 11 mai 1853.

65 « Cercle démocratique de la vallée d’Aigueblanche, séance du 3 juin 1849 », Le Patriote savoisien, 9 juin 1849.

66 Articles publiés dans Le Paysan, septembre 1849-mai 1850.

67 Le premier est extrait de la Gazetta del Popolo et le second de L’Écho des Alpes maritimes.

68 La Voix du Paysan, 12 novembre 1851.

69 Ibid., 1er avril 1852.

70 Ibid., 15 octobre 1851.

71 Notamment, sous la pression des autorités françaises. Des exemplaires du Paysan sont en effet attestés en Isère.

72 Première brochure favorable à l’annexion à la France publié par Léon Brunier, député libéral de la circonscription de La Chambre de 1848 à 1857.

73 « Les employés en Savoie », Le Paysan, 14 octobre 1849. « La Savoie et ses fonctionnaires », Le Paysan, 6 et 13 avril 1850.

74 « Les étouffeurs en Savoie », Le Paysan, 18 mai 1850.

75 Ibid.

76 La Voix du Paysan, 5 février 1853.

77 Le Paysan, 13 avril 1850.

78 « Le socialisme », Le Paysan, 23 février 1850.

79 « Le socialisme », La Voix du Paysan, du 20 avril au 28 mai 1851.

80 La Voix du Paysan, 8 juillet 1852.

81 Ibid., 24 septembre 1851.

82 La Voix du Paysan, 8 juillet 1852.

83 G. Mortillet, « L’aristocratie nobiliaire », La Voix du Paysan, 21 août 1851.

84 La Voix du Paysan, 8 juillet 1852.

85 Le Patriote savoisien, 19 septembre 1851.

86 ADS, 7 FS Moûtiers 353, procédure sur les désordres à Nâves, 1849.

87 ADS, 1 FS 461, l’intendant général au Ministre de l’Intérieur, 12 mars 1850.

88 ADS, 1 FS 421, rapport d’enquête du brigadier des carabiniers, mars 1850.

89 ADS, 1 FS 421, l’intendant général au Ministre de l’Intérieur, mars 1850.

90 ADS, 1 FS 461, l’intendant général au Ministre de l’Intérieur, 10 août 1849.

91 ADS, 1 FS 2204, l’intendant de Tarentaise à l’intendant général, 15 février 1850.

92 Le Patriote savoisien, 3 février 1849.

93 ADS, 1 FS 525, l’intendant de Tarentaise à l’intendant général, 18 janvier 1849.

94 ADS, 6 FS non coté, procédure contre Bérino pour cris séditieux, 1849.

95 Discours du Docteur Jacquemoud, op. cit., p. 104-106.

96 L’Écho du Mont-Blanc, 18 août 1849.

97 ADS, 6 FS 282, correspondance de l’avocat fiscal général, 15 novembre 1853.

98 ADS, 5 FS 255, l’intendant général à l’intendant de Tarentaise, 16 janvier 1849.

99 ADS, 1 FS 525, l’intendant de Tarentaise à l’intendant général, 18 janvier 1849.

100 Le Patriote savoisien, 8 novembre 1849.

101 ADS, 1 FS 2204, l’intendant de Tarentaise à l’intendant général, 15 février 1850.

102 ADS, 1 FS 388-89, l’intendant de Tarentaise à l’intendant général, 5 janvier 1850.

103 6 FS 277, l’avocat fiscal de Tarentaise à l’avocat fiscal général, 5 janvier 1851.

104 Ibid., 5 janvier 1851.

105 ADS, 7 FS Moûtiers 355, procédure à propos des désordres survenus à Moûtiers le 31 mai 1850. Sauf référence contraire, le récit qui suit s’appuie sur cette procédure.

106 Le collège de Moûtiers a alors le double statut de petit séminaire et d’école secondaire de chef-lieu de mandement. Le personnel est composé en grande majorité d’ecclésiastiques.

107 Victor-Emmanuel subit les pressions de Mgr Charvaz, « mandaté » par le Pape, pour faire capoter le projet Siccardi. Le Ministère ne cèdera pas.

108 ADS, 1 FS 526, l’intendant général au Ministre de l’Intérieur, 4 juin 1850.

109 Jacques Rubin, tanneur à Moûtiers, 29 ans. Caporal dans la milice municipale.

110 Ce capitaine, Joseph Roche, est géomètre. Il est vice-président du Cercle démocratique de Moûtiers.

111 ADS, 7 FS Moûtiers 355, déposition de L. Berlive, aubergiste et pompier.

112 J. Replat, Plaidoyer dans la cause des drapeaux de Moûtiers, prononcé à l’audience du Tribunal de Première instance de Chambéry, le 22 janvier 1851, Annecy, 1851.

113 Cité dans : J. Replat, op. cit.

114 Débats rapportés dans Le Courrier des Alpes, 26 janvier 1850. Le 22 mars 1848, à l’aube de la guerre, Charles-Albert dans une proclamation adoptait le drapeau tricolore pour bannière nationale, abrogeant ainsi de fait l’article 77.

115 Séance du 29 janvier, reproduite dans Le Patriote savoisien, 6 février 1851.

116 Hyppolite Pissard, député conservateur savoyard de la circonscription de Saint-Julien.

117 Cette approche de la garde nationale de Moûtiers se fonde sur la correspondance des autorités : ADS, 1 FS 2204 et 5 FS 535.

118 Sa charge de député n’est au demeurant pas sans poser de nouveaux problèmes, du fait des absences qu’elle implique, dans l’activité de la garde.

119 L’affaire met en cause 15 individus. Seulement deux sont condamnés, tous deux membres du cercle démocratique : J. Hôte (déjà cité ci-dessus dans l’affaire de la fausse proclamation électorale) et J.J. Borrel, aubergiste, 34 ans, déjà soupçonné lors de l’affaire du charivari de Brides. Ils écopent respectivement de 1 mois et de 15 jours d’emprisonnement. La moyenne d’âge des prévenus impliqués est sensiblement inférieure à 30 ans. Parmi eux, citons : L.A. Griotteray (procureur, 26 ans), J. B. Crey (avocat, 31 ans), membres du cercle démocratique et V. Rubin, prévenu lors de l’affaire de la brochure de Mortillet. Le profil sociologique de l’ensemble des prévenus est conforme au recrutement de la garde nationale et de Moûtiers même : la grande majorité sont de petits artisans (tanneur, charron, serrurier...).

120 Procureur, conseiller municipal en 1849, garde national, membre du cercle démocratique de Moûtiers.

121 « Chanson populaire par un ami du Progrès et de l’Ordre », Le Courrier des Alpes, 11 octobre 1849.

122 Sur la période 1846-50, le taux de mortalité passe au-dessus du taux de natalité (28,9 % contre 30,6). Y. Chenal, op. cit., p. 22. Notons que cette situation se prolonge jusque 1855, la crise de 1853 jouant vraisemblablement un rôle explicatif.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540