Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Guillaume de Digulleville

 | 
Frédéric Duval
, 
Fabienne Pomel

Réécritures et postérité du modèle des Pèlerinages

L’ABC de Chaucer : traduction et transformation

Juliette Dor

Texte intégral

  • 1 Sur l’influence de Guillaume de Digulleville sur Chaucer, on consultera notamment : W. W. Skeat(...)

1Alors que des Contes de Canterbury, Troïle et Criseyde ou encore la Légende des femmes vertueuses sont accessibles en éditions critiques, en traductions et même en ligne, peu d’attention a été accordée aux poèmes courts de Geoffrey Chaucer, qui ne figurent que dans les éditions complètes des œuvres du poète. Un de ces malaimés est la traduction-adaptation de la prière mariale abécédaire de Guillaume de Digulleville, dont on trouvera le texte ainsi que ma traduction en fin d’article1.

  • 2 Voir aussi les commentaires formulés par Helen Phillips sur la difficulté de la comparaison des de (...)

2Quelques précautions s’imposent préalablement à la confrontation du poème ABC anglais et de sa source française ; elles portent sur l’aspect hautement conjectural2 d’une démarche sous-tendue par un pacte postulant qu’on se prête à un jeu de comparaison en dépit d’un éventail de paramètres conditionnels. Se risquer à détricoter les processus mentaux qui ont régi l’écriture littéraire est particulièrement téméraire lorsque l’auteur est distant, à la fois dans le temps et dans l’espace. L’entreprise est de surcroît d’autant plus hasardeuse que rien ne permet de postuler que les deux textes étudiés sont bien ceux qui doivent être l’objet de cet exercice : peut-être le poète anglais a-t-il travaillé à partir d’un autre manuscrit, peut-être aussi son ABC n’est-il qu’un avatar d’un autre texte.

  • 3 « Chaucer’s A.B.C. called La Priere de Nostre Dame : made, as some say, at the request of Blanche (...)
  • 4 Cette explication est formulée par Helen Cooper dans l’article « Chaucerian Representations » (R. (...)
  • 5 Parmi les commentaires sur le caractère fini de l’œuvre, on retiendra ceux d’Helen Phillips, « Cha (...)
  • 6 Il s’agit surtout d’Alan J. Fletcher, « Chaucer the Heretic », Studies in the Age of Chaucer, t. 2 (...)

3La précision s’impose d’emblée, car la critique est loin d’être unanime quant à la date de composition de l’hymne anglais. Les divergences sont de taille puisque selon les uns il daterait des tout débuts de la carrière poétique de Chaucer (c’est- à-dire avant la fin des années 1360), tandis que pour d’autres il s’agirait d’une œuvre beaucoup plus tardive, voire même composée dans les derniers mois de son existence (soit autour de 1400). Peu inspirés par cet écrit, différent du reste de la production de son auteur, les critiques s’étaient traditionnellement bornés à identifier servilement la gaucherie d’une œuvre de jeunesse, dans la foulée des affirmations de son premier éditeur3. Thomas Speght avait précisé (c’était en 1602) que l’hymne avait été commandé par Blanche de Lancastre, hypothèse qui situait le terminus adquem en 1368, année du décès de la duchesse. On ignore sur quels éléments ces affirmations se fondaient, mais il est plausible que l’éditeur ait voulu dégager la responsabilité de Chaucer d’un texte compromettant dans le climat religieux qui sévissait alors en Grande-Bretagne4. Pour d’autres, en revanche, l’ABC fait montre d’une maîtrise artistique incompatible avec le style d’un novice ; l’écrivain a profondément renouvelé sa source, livrant un texte artistiquement mieux fini, comme en témoigne, par exemple, le « détail » de sa « circularité ricardienne », la dernière strophe en écho à la première, peut-être à la manière d’un rosaire5. Quant à la forme strophique, elle aussi différente de celle adoptée par le moine de Chaalis, elle n’est attestée chez Chaucer que dans des œuvres nettement plus tardives. Alerté par certains détails du texte, un autre courant critique a récemment estimé que, loin d’être un jeu littéraire, voire la prière écrite à l’intention d’une tierce personne, ces vers étaient l’expression du repentir – qu’il ait été sincère est un autre problème – d’un homme traqué par la répression sanglante menée à la charnière des xive et xve siècles contre le courant réputé hérétique des Lollards6.

  • 7 Le Middle English Dictionary (s.v. able, adj., 3c) établit clairement ce sens pour le « able » poi (...)

4Les travaux sur la traduction au Moyen Âge nous ont sensibilisés à la flexibilité de la notion de traduction littérale à cette époque. Les attitudes vont de la traduction verbalement fidèle, le verbum e verbo de saint Jérôme, à une gamme de plus en plus complexe de réécritures. Un premier examen de la prière abécédaire fait apparaître d’emblée la volonté de l’adaptateur de se démarquer de sa source. Les strophes de douze vers sont ainsi remplacées ici par des strophes de huit. Chaucer a fait l’impasse sur les deux strophes ajoutées en fin d’alphabet ; aussi son poème n’en comporte-t-il plus que 23. En introduisant un mouvement sur trois rimes selon un schéma moins répétitif (ababbcbc) que son modèle, il a rompu la monotonie litanique d’un jeu sur deux rimes responsable de la répétition forcée de mots ou de racines homophones. Il n’y a aucun parallélisme, même lointain, entre les ouvertures des deux poèmes et pas davantage entre les vers finaux : « almighty and al merciable queene To whom that al this worldfleeth for socour ». Chaucer démarre en force avec une idée de puissance et de clémence absolues, pour n’envisager celle de refuge qu’en second lieu. Les strophes Y et Z du texte source exprimaient l’espoir humain d’être lavé du péché, d’être protégé et défendu, et dès lors, de ne pas tomber sous les coups de la justice divine. Le poète anglais, plus sceptique, clôt en implorant la Madone de conduire les pénitents au palais construit pour ceux qui sont « merci able », c’est-à-dire qui méritent la clémence, qui sont dignes d’entrer dans le palais divin7. S’il boucle son invocation sur une répétition du « merciable » du premier vers, ce n’est qu’un trompe-l’œil car il exploite la polysémie du vocable. Celui du vers initial, « capable de clémence » et appliqué à une Vierge sujet, devient l’attribut des êtres humains, objets d’une grâce à mériter.

5Une des intentions de Chaucer semble donc avoir été de refuser d’emblée de donner l’impression de clonage et d’avoir voulu faire œuvre nouvelle. Ce sentiment se vérifie dès la première confrontation des deux poèmes. Le début et la fin de la prière abécédaire ne sont en effet pas les seuls cas de divergences, fussent-elles formelles. Si nombre de termes et d’idées de l’écrit du moine normand émaillent la réécriture, il serait vain de se livrer à la recherche de parallélismes systématiques entre les mots, voire entre les phrases, ou même entre les strophes.

  • 8 L’article cité, « Chaucer and Deguileville » d’H. Phillips donne davantage d’exemples.

6D’aucuns se sont néanmoins livrés à une chasse active de mots manquants ou d’éléments ajoutés, une analyse qui a parfois permis de retrouver la trace d’un disparu ou d’identifier la présence d’un intrus, avec quelques strophes d’écart. C’est ainsi, par exemple, que « Bountee » (v. 9), personnifiée ici, a glissé du dernier vers de la strophe N de Guillaume ; « tente » (v. 9 et 41) est devenu un dédoublement de la strophe F ; « crookedstrete », « route tordue » (v. 70) pourrait avoir glissé de la strophe B (« voie torte ») ; « so litel fruit shal thanne in me be founde », « on trouvera si peu de fruit en moi » (strophe E), est probablement redistribué de la strophe Q (« S’a nul bien je ne m’afruite8 »). Pareilles dissections ont surtout mis en évidence quelques convergences plus discrètes entre les deux invocations à Notre-Dame. Elles ont simultanément permis de mieux percevoir le processus de création littéraire d’un poète se réservant de réaménager ses matériaux comme s’il les avait trouvés à l’état brut.

7Il est une différence beaucoup plus fondamentale entre les deux hymnes marials. Le poème abécédaire de Guillaume est une prière enchâssée dans une fiction. Dans sa première rédaction, ce texte est lancé d’un nuage par Grâce de Dieu au pèlerin venu solliciter une formule toute faite pour adresser une prière à la Vierge. Le voyageur en répète fidèlement les termes et sollicite ensuite de l’aide auprès de Grâce de Dieu afin de se redresser et guérir. L’ABC anglais est, en revanche, un poème isolé et autonome amené à s’auto-suffire. L’ensemble du message doit être inclus dans les 184 vers, et tout doit en principe être conclu avec le point final.

  • 9 Qu’il s’agisse de simple réécriture ou de traduction dans une autre langue, ces auteurs entendaien (...)
  • 10 J. Dor, « Le Patrimoine littéraire selon Chaucer », dans J.-C. Polet (éd.), Patrimoine littéraire (...)
  • 11 Voir H. Phillips, « Chaucer and Deguileville », art. cité, p. 8-9.

8On connaît la tendance partagée par nombre d’écrivains de la fin du Moyen Âge soit d’insérer un petit texte ancien dans une œuvre nouvelle, soit, au contraire d’extraire un des éléments du texte source et d’en faire un produit isolé. Dans Troïle et Criseyde, le père de la poésie anglaise re-contextualisait ainsi un poème de Machaut ; ici il dé-contextualise celui de Guillaume9. Dans un article que j’ai consacré au rapport qu’entretient Chaucer à l’autorité de ses sources10, j’ai souligné combien, après s’être abondamment nourri des lettres antiques et puis d’un vaste corpus d’écrits dans d’autres langues vernaculaires, notre auteur s’est progressivement dégagé d’une sorte de tutelle. Il refusera dorénavant de se retrancher derrière des fonctions d’intermédiaire servile, clamant d’ailleurs çà et là sa volonté de libre expression. Il manie ainsi des slogans tels que « vieux livres, nouvelle science » (Parlement des Oiseaux), ou encore des affirmations catégoriques clamant que le livre est le germe d’où va naître le renouveau. L’écrivain qu’il est devenu combine, refaçonne et met son talent individuel (« connyng for t’endite », « talent pour composer », Parlement des Oiseaux, v. 167) au service de la réécriture. Ses méthodes de réemploi des matériaux d’emprunt sont très variables, que l’on compare des productions littéraires différentes, ou même des temps différents au sein d’une œuvre. C’est ce que confirme son hymne marial, où des vers très proches de ceux de Guillaume alternent avec des séquences novatrices. Comparons ainsi, dans la strophe A, « I flee » (v. 5) / « je m’en fui » (v. 2) ; « Releeve » (v. 6) / « relieve » (v. 5) ; « Debonayre » (v. 6) / « debonnayre » (v. 11) ; « Venquisshed » (v. 6) / « vaincu » (v. 6). On retrouve des similitudes comparables entre les vers 41-42 « Fuyant, je cours me réfugier sous ta tente, Pour me cacher de la tempête » et, v. 10953-10954, « Fuiant m’en vieng a ta tente Moi mucier pour la tormente […] tempeste. » Ailleurs, c’est un jeu sur les homonymes qui a présidé au choix du traducteur ; dans la strophe N, le « tirelire » français du milieu de la strophe s’est ainsi en quelque sorte dédoublé pour lui suggérer à la fois « glee », « musique » (que j’ai traduit par « tire-lire », le chant de l’alouette) et la pique ironique relative à l’avocat peu âpre au gain11. Une brève confrontation des strophes G (introduisant ici une scène extraite de la vie familiale d’un enfant entouré de ses père et mère) illustrera à merveille la démarche de création mise en œuvre ailleurs par le poète anglais.

  • 12 Comme les travaux d’Helen Phillips sur les procédés de traduction employés par Chaucer l’ont révél (...)
  • 13 Je me fonde sur le développement d’Alan Fletcher (« Chaucer the Heretic », art. cité), qui identif (...)
  • 14 Selon moi, davantage explicitée ici (« si j’ai été une bête en intentions et en actions »), la bêt (...)

9Il n’est pas rare que des passages de l’ABC original soient organiquement liés au contexte du Pèlerinage de vie humaine, spécificité qu’ils perdent forcément lors de leur transposition dans un poème autonome. L’allusion aux sept larrons de la strophe B est logique dans la source puisque l’itinéraire du pèlerin vient de le mettre aux prises avec les sept péchés capitaux. Chez Chaucer ces bandits ont perdu leur signification initiale et sont perçus comme un renforcement du sens général de la poursuite par de féroces adversaires, au nombre desquels se profile Satan. Une des méthodes de transformation d’une composante d’un récit en une petite pièce indépendante et unifiée12 consiste en effet à incorporer et à redistribuer les bribes et échos du macrocontexte. Il s’agit donc, en l’occurrence, de réinjecter dans la traduction des éléments extraits d’autres parties du Pèlerinage de vie humaine. On peut penser, à titre d’exemples, aux allusions à l’hérésie dans laquelle serait tombé le « je » narratif, qu’il s’agisse de déplorer son « erreur13 » ou encore, voudrais-je suggérer, en demandant à être maintenant vêtu, lui qui a été une bête (strophe F14). Absente dans l’ABC de Guillaume, l’hérésie occupe une place non négligeable dans la partie narrative de l’allégorie, où elle apparaît même sous une forme personnifiée. De même, selon moi, les « épines venimeuses » de la strophe T pourraient, elles aussi, se comprendre comme une allusion au contexte dans lequel était inséré l’hymne français : il s’agirait de la haie aux épines séparant les deux voies soumises au choix du pèlerin. Il n’est pas inutile de revenir, dans la foulée, sur le « merci able », point final de la prière anglaise. Le point d’interrogation, inséré par Chaucer dans sa conclusion, quant à l’aptitude de chacun à mériter la clémence divine par l’intermédiaire de la Vierge se faisait partiellement l’écho d’un autre passage de sa source. Après sa prière, notre rêveur récupérait en effet son bourdon de la main de Grâce de Dieu, à laquelle il demandait ensuite à la fois de l’aider à se relever et de l’oindre pour assurer sa guérison. Le Pèlerinage enchaînait sur une cascade d’intermédiaires : la Vierge était médiatrice de son fils auprès de Grâce de Dieu, laquelle était celle de la Vierge auprès du pèlerin, et ce dernier doit apprendre à s’aider lui-même pour mériter cette succession d’intercessions. Lues métaphoriquement, les injonctions au pèlerin « au bourdon t’apuie, (Et) gardes, ne te faignes mie ! Pour nient le doi (tu) me tendroies, Se a toi lever ne t’aidoies » (v. 11225-11228), constituent une variation sur le thème du proverbe « aide-toi, le ciel t’aidera » : le sort de l’être humain est en ses propres mains et la seule condition imposée à l’aide divine est la bonne volonté de celui qui l’implore, le libre-arbitre selon saint Bernard. Telle est aussi la signification d’une des transformations de la strophe G, dont le message, beaucoup plus catégorique, exclut la possibilité de remédier seul à son drame pour envisager la damnation éternelle directement et images à l’appui. On mesure la différence entre la confiance qu’affirme le cistercien en la possibilité offerte aux hommes d’assurer leur salut et l’incertitude que laisse planer Chaucer.

  • 15 On trouvera un bilan des thèses en présence dans l’article cité de K. Gilligan Stevenson.
  • 16 L’article cité « Chaucer and Deguileville » d’H. Phillips est largement consacré à cette problémat (...)
  • 17 Voir W. Elford Rogers, Image and Abstraction. Six Middle English Religious Lyrics, Copenhague, Ros (...)

10Un raisonnement identique montre que rien n’empêche de postuler que d’autres ajouts du texte anglais aient été puisés à la structure encadrante d’une autre rédaction du Pèlerinage. Se pose dès alors la question de savoir de quelle version notre poète était familier15. Aurait-il eu connaissance des deux rédactions ? Quelques aménagements et redistributions pourraient en effet s’interpréter à la lumière du contenu de la réécriture française16. Les deux autres hymnes à la Vierge de la révision de Guillaume auraient pu, par exemple, avoir inspiré l’un ou l’autre vers anglais ; le titre de « clémente / miséricordieuse reine », conféré dès les premiers mots, n’est pas sans évoquer la prière « O Reine de miséricorde » de la version postérieure. Même si cette explication peut sembler restrictive alors que la liturgie anglaise regorge d’affirmations clamant à la fois sa miséricorde et son état royal17, le choix du titre dévotionnel a pu avoir été renforcé par la connaissance de cette autre prière mariale.

11Après donc une longue tradition de désintérêt, voire de mépris, pour ce qui est la seule prière non enchâssée de Chaucer, la plupart des critiques qui se sont penchés récemment sur celle-ci ont souligné avec enthousiasme son originalité, sa valeur artistique, la gravité de son ton, ou encore la puissance de son style. De la confrontation des deux invocations mariales ressort le plus souvent la force de l’intensité dramatique de l’adaptation anglaise. Le pèlerin égaré a cédé la place à un homme piégé dans une cavale infernale. Beaucoup mettent aussi en évidence la puissance de l’effet physique de poursuite effrénée, de fuite, d’épuisement et de terreur qui se dégage de cris désespérés du narrateur :

Strophe B
Regarde ces sept voleurs qui me font la chasse.
Au secours, splendide dame, avant que mon navire ne se rompe.

Strophe F
Fuyant, je cours chercher secours sous ta tente,
Pour me cacher de la tempête, rempli de terreur,
Vous implorant de ne point vous absenter
[…] De l’aide en cette heure difficile !
[…]
Ton ennemi et le mien – dame, prends garde ! –
Jusqu’à ma mort se tient prêt à me prendre en chasse !

Strophe K
Ne laisse plus mon ennemi couper dans ma blessure

Strophe Q
Hélas, moi, pauvre captif, où puis-je donc fuir ?

Strophe T
Reçois-moi – je ne puis fuir davantage.
D’épines venimeuses, oh reine des cieux,
Dont la terre fut maudite il y a très longtemps,
Je suis tellement blessé, comme vous pouvez le voir,
Que je suis presque perdu ; cela fait tellement mal.

12Des voleurs acharnés dans leur poursuite, le naufrage du navire, la tempête qui fait rage, une course à mort menée par un ennemi, dont même la Vierge est menacée, une blessure qu’on s’apprête à rouvrir, un homme traqué qui ne voit plus d’issue, la douleur insurmontable d’une chair meurtrie transpercée d’épines venimeuses : l’épuisement physique et moral total. À cette lecture littérale vient, de surcroît, se superposer la dynamique du jeu de métaphores, aisément décryptées, disant les affres de la vie humaine après la chute et dessinant le visage de Notre- Dame la rédemptrice.

  • 18 Voir notamment H. Phillips, « Chaucer and Deguileville », art. cité, p. 1.
  • 19 Comme K. Gilligan Stevenson l’a signalé avant moi, « The prayer is a personal expression of the pi (...)
  • 20 Ceci a été souligné à diverses reprises, notamment par P. Beekman Taylor, op. cit., p. 93.
  • 21 G. R. Crampton a judicieusement fait remarquer (art. cité, p. 195) que le dernier mot du poème fra (...)

13S’il est évident qu’une des originalités de ce nouveau poème abécédaire réside dans la force avec laquelle certains vers communiquent la panique et l’angoisse du narrateur, cette spécificité découle aussi partiellement de la nature fondamentalement différente des deux poèmes lyriques. L’ABC de Guillaume représente un moment de répit au milieu de la tension et des périls dans lesquels l’orant se trouve emprisonné18. Techniquement, cette trêve marque un temps d’arrêt ; dans la version brève, Grâce conseille à son protégé de prier en cette heure difficile et de répéter sa démarche chaque fois qu’il se retrouvera dans des circonstances identiques. Les consignes sont de lire le texte de l’écrit avec clarté et d’implorer la Vierge avec sincérité et dévotion en s’engageant à être un bon pèlerin qui ne s’aventurera pas dans des tentations inutiles. Le pénitent acquiert une sorte d’outil à utiliser en cas de besoin19 et il faut probablement voir une analogie entre l’expérience de celui qui marche vers la Jérusalem céleste et la réception du poème par son public. Avant d’entamer son oraison, le narrateur du Pèlerinage interrompt en effet le récit du songe pour s’adresser directement au lecteur, auquel il garantit que si celui-ci connaît son alphabet il en récitera facilement le texte en cas de nécessité. La prière dont le texte écrit lui tombe du ciel n’est donc pas spécifique à une situation extrême, et en insérant son propre message à l’intention de son lectorat, Guillaume élargit la portée de l’instrument transmis. Le ton de l’oraison exprime une confiance qui persiste jusqu’aux derniers vers. Pas question pour notre moine de s’interroger ici sur l’aptitude à bénéficier de la miséricorde céleste. Et même si l’on observe un certain parallélisme entre deux strophes évoquant Zacharie, la fontaine lavant les péchés, ou encore la présence d’Adam, leur portée est tout autre. Le rêveur de Guillaume sollicite uniquement le pardon hic et nunc20. Il promet ensuite dans les deux strophes additionnelles de s’amender, tout en exprimant son espoir de vie éternelle21. Chaucer a introduit toute la tension de l’ensemble du Pèlerinage dans ces 184 vers ; pareille condensation sur un laps de temps très bref explique l’intensité de la poursuite et le désespoir de la fuite d’un homme qui voit sa retraite coupée. D’autres facteurs viennent contribuer à la panique de celui qui n’a aucune certitude quant à son salut.

  • 22 H. Phillips (« Chaucer and Deguileville », art. cité, p. 12-13) relève un certain nombre de paramè (...)
  • 23 G. R. Crampton, art. cité, p. 205.
  • 24 H. Phillips, « Chaucer and Deguileville », art. cité, p. 13.
  • 25 Je prépare actuellement une analyse plus détaillée de la distribution de ces formes et de leur por (...)
  • 26 P. Beekman Taylor, op. cit., p. 93.

14L’emploi des pronoms de la première personne n’est pas sans incidence sur la manière dont la panique du suppliant se communique au lecteur. La comparaison précise des emplois des formes et constructions des premières personnes du singulier et du pluriel chez les deux écrivains est problématique22. Quoi qu’il en soit, les résultats obtenus par différentes approches établissent qu’aucun des deux textes ne s’en tient soit à l’emploi du singulier, soit à celui du pluriel, et, de l’analyse quantitative, il ressort que la réécriture anglaise est nettement plus engagée dans la formulation du pluriel que sa source. On compte ainsi vingt- quatre pronoms pluriels chez Chaucer, contre trois chez le moine normand23. En envisageant, en épreuve inverse, les formes et les constructions grammaticales de la première personne du singulier, on constate que le texte initial comporte grosso modo le double de celles utilisées par le poète anglais24. Dans les deux documents, l’orant passe donc à diverses reprises d’une invocation strictement personnelle à une prière élargie à l’intention de ses lecteurs, voire à l’ensemble de la chrétienté25. Dès la fin de la strophe Y, le « nous » acquiert progressivement une autre valeur. La prière devient aussi celle de ceux qui entonnent l’hymne, et elle se termine en apothéose en prenant une dimension quasi apocalyptique dans la strophe finale26, dans laquelle elle englobe l’ensemble de la semence d’Adam.

  • 27 D’où la difficulté pour le traducteur de gérer deux termes synonymes mais de registres différents, (...)
  • 28 B. Boyd, « Our Lady according to Geoffrey Chaucer : Translation and Collage », Florilegium, t. 9, (...)
  • 29 W. F. Schirmer en établit un corpus analytique et précise l’utilisation chaucérienne dans « Geschi (...)
  • 30 Ce point est développé par H. Phillips dans, « “Almighty and al merciable Queens”‘ », art. cité, p (...)
  • 31 Il n’hésite pas non plus à exploiter la complexité des implications sémantiques de l’alternance de (...)
  • 32 Ce volet des titres conférés est développé par plusieurs critiques, dont G. R. Crampton.
  • 33 Selon G. R. Crampton (art. cité, p. 198), il en aurait ajouté un tiers.
  • 34 Priscilla Martin parle de « doubtful orthodoxy… her power almost equalling that of God » (Chaucer’ (...)
  • 35 H. Phillips, « “Almighty and al merciable queene” », art. cité, p. 95-96.

15Avant d’aborder les modalités – titres, épithètes ou pronoms – adoptées par le poète pour s’adresser à la Vierge, il convient de rappeler que si l’héritage autochtone de l’anglais a tissé le vocabulaire familier, les emprunts au français et au latin donnent, respectivement, des niveaux de plus en plus élevés. Ici comme ailleurs, Chaucer juxtapose avec dextérité anglais quotidien et termes plus recherchés issus du français ou du latin27. On relève ainsi d’emblée l’opposition, dans les vers 3 et 4, entre « relees » (« rémission »), terme élevé, d’origine française, et les tristes realia de la vie du pécheur, « sinne », « sorwe », « teene » (« péchés », « chagrins » et « douleurs »), termes anglais à haute fréquence d’emploi, pour s’élever à nouveau ensuite à la grandeur éthérée de « Glorious virgine, of alle floures flour » (« Glorieuse vierge, fleur de toutes les fleurs »). Au gré du fil conducteur de son apostrophe à la glorieuse Vierge, j’opposerai ainsi le « glorious virgine » du vers 4 à son écho à la strophe G, « glorious mayde », tous deux signifiant « glorieuse vierge ». En charnière, « glorious », d’origine franco-latine, mais intégré de longue date (qu’il s’agisse du gloria liturgique ou d’attestations nettement antérieures). Sa seconde occurrence qualifie « mayde », le vieux vocable du terroir pour désigner une jeune fille. Le jeu artistique n’est pas gratuit, car le recours à ce terme familier donne le ton bon enfant d’une strophe consacrée à la dramatisation du rôle maternel joué par Notre-Dame, et cela dans une scène de la vie quotidienne d’une famille dont on oublierait qu’elle est la Sainte Famille. Beverly Boyd a très judicieusement identifié un procédé de « collage » dans les discours marials de Chaucer28 : il s’agit de la superposition ou juxtaposition de matériaux disparates, auxquels la présence d’un contexte différent confère une valeur autre. Dans la lyrique mariale tardive de l’Angleterre, la polysémie contradictoire de Marie a alimenté une vaste gamme de titres et métaphores29 ; ils égrènent tantôt des titres honorifiques évoquant ses rôles théologiques, comme « Mère de clémence », tantôt tout un éventail d’éléments physiques non-humains (fleur, tour, porte, etc.30). Pour chanter celle qui est à la fois mère charnelle et influente reine des cieux, notre adaptateur joue adroitement sur ce foisonnement de fonctions et double l’exploitation des strates linguistiques du balancement entre un style orné maniant les concepts abstraits et la familiarité doublée de concret de la vie humaine31. Ainsi, des génitifs périphrastiques tels que « queen of misericorde », « queen of confort » (77 et 121), « largesse of pleyn felicitee » (« largesse de l’absolue félicité ») (v. 13), « ground of oure substaunce » (« fondement de notre substance ») (v. 87), ou « of alle floures flour » (« fleur de toutes les fleurs ») (v. 4), coexistent avec des « tente » (v. 9, 41), « haven of refut » (« havre de refuge ») (v. 14), « temple » (v. 145), « flour » (v. 158), ou encore « targe » (v. 176). Sur ces collages de discours hétérogènes et ces artifices verbaux vient, de surcroît, se greffer le jeu habituel sur un catalogue également composite de fonctions traditionnelles, ou parfois moins, de la Mère du Christ : remède, médecin, tendre mère, vicaire et maîtresse du monde, gouvernante des cieux, porte du salut, etc. Les dichotomies n’y font pas défaut (vierge et mère, G ; servante et maîtresse, O) ; le poème est enrichi de formes plus élevées, mais toutefois jamais absconses, empruntées aux hymnes latins (ainsi, reine de miséricorde, espoir de salut, v. 33, servante, v. 109) et certaines des apostrophes condensent une réflexion théologique séculaire32. On constate aussi un certain renouveau de la conception mariale, que ce soit par rapport au contexte anglais du xviiie siècle ou même par rapport à Guillaume. Comme l’avait déjà signalé Schirmer, Chaucer a gommé l’idée de la sainteté de la mère de Dieu (aucune occurrence de « holy » ou « seinte » là où la source permettrait de les attendre), au profit d’une conception mariale insistant sur la signification de l’Assomption. Il renforce le style de la litanie par l’accumulation de titres, un tiers en plus selon la critique33. L’accent porte davantage sur sa puissance céleste, et c’est le ton que l’auteur entend d’emblée imprimer à sa réécriture par le choix du tout premier mot, « almighty » (« toute puissante »), absent chez Guillaume et peu orthodoxe, voire énigmatique pour d’aucuns34. Si le choix de cette épithète a peut-être été dicté par des documents latins35, toutefois, associée au concept de Reine céleste (six fois ici, contre aucune chez Guillaume), dans un poème mettant l’accent sur le règne céleste et la fonction psychopompe de Marie, elle peut s’interpréter comme un autre reflet de l’importance de l’Assomption.

  • 36 Selon W. Elford Rogers, op. cit., pareilles métaphores légales, appliquées à la Vierge, sont attes (...)
  • 37 H. Phillips (« Chaucer and Deguileville », art. cité, p. 8) a identifié une remarque similaire (ab (...)
  • 38 Cette donnée sociale se lit souvent en filigrane dans l’œuvre de notre poète ; voir notamment J. D (...)

16Chaucer organise toutefois son matériau de manière à rompre avec le style monocorde d’interminables litanies. Il renforce les interpellations et interjections : « Help and releeve » (« à l’aide, soulage-moi », v. 6), « Help » (« à l’aide », v. 16), « o help » (v. 44), « ladi tak heede » (« dame, prends garde ! », v. 47), « allas » (« hélas », v. 54 et 124), « loo » (« regarde », v. 15 et 18), etc. Il accentue aussi l’aspect visuel : en plus de l’accumulation d’expressions signifiant « regarde », il s’arrête au regard de la Vierge, ou insère des tableaux presque vivants (l’Annonciation dans P, le Buisson ardent dans M, ou encore Longin à la croix dans X). À ceci s’ajoute l’introduction de personnifications (ainsi, Bonté dans la strophe B) et de petits scénarios, que ce soit le sens quasi physique de poursuite effrénée ou le drame au sein du triangle familial (G et R), duquel, pour mieux communiquer la terreur que lui inspire ce père, Chaucer a supprimé le vers français rappelant qu’il était après tout le frère du Christ. Le poème s’anime également de métaphores filées hautement suggestives, chasse, poursuite endiablée, proie, blessure, remèdes… Le trait le plus marquant est le renforcement de celles portant sur le procès en justice, les juges et autres avocats, avec tout le cortège du vocabulaire juridique afférent. L’image du tribunal n’a rien d’étonnant dans la littérature pénitentielle36 et n’était d’ailleurs pas absente dans la source. Elle fait ici partie d’une cascade de métaphores qui tiennent le lecteur en haleine jusqu’à la fin du texte, malgré une digression ironique louant la céleste avocate pour ses tarifs avantageux37. Des remarques inspirées par une même logique mercantile ou financière méritent aussi d’être soulignées38. Ainsi la comptabilité tenue dans l’au-delà (R), le chantage exercé par le pénitent sur la Reine des cieux (« ton fils choisit de mourir tel un agneau. Alors, dame pleine de clémence, je vous en prie, Puisqu’il a, lui, distribué sa clémence avec tant de générosité, Ne soyez pas avare », Y ), ou encore le document légal vivant signé du sang du Christ crucifié pour le rachat de l’humanité, utilisé comme moyen de pression auprès de la Vierge pour réclamer son intercession (H).

  • 39 Ce qui eût permis au MED d’identifier ici le sens « convaincre de crime, d’hérésie, de Lollarderie (...)

17Les collages de titres, de natures, de fonctions et de langages hétérogènes fragmentent chez le lecteur le sens de la figure ou de la personne de Marie. L’attention est constamment dirigée vers des éléments disparates, dispersion qui crée une impression de pouvoir diffus et déplacé. Si on y ajoute les changements de ton et autres touches ironiques, on ne peut que s’interroger sur la portée exacte du poème. La même remarque s’impose sur le sens précis, s’il y en a un, de certains mots. Le Middle English Dictionary reflète la longue tradition de désintérêt pour un texte dont on confinait la lecture à un degré littéral. Alors que ce bel outil lexicologique, élaboré durant la seconde moitié du xxe siècle, a largement tiré profit de la pléthore de travaux consacrés au père de la poésie anglaise, son interprétation de quelques-uns des termes attestés dans l’ABC manque singulièrement d’audace. Qu’il s’agisse de « figure » (M), confiné à « préfiguration », du jeu de mots sur « creance » (H), ou de « convict » (L) répertorié au sens de « vaincre », négligeant à la fois le renforcement du vocabulaire juridique de la prière et ses diverses allusions à l’hérésie39, le MED reflète le discrédit dont a été entaché l’hymne marial. Une analyse plus fouillée de ce texte démontre toutefois que Chaucer a opéré avec une ambiguïté qui n’a rien à envier à celle clairement identifiée dans la production de sa maturité littéraire. Une nouvelle preuve qu’il ne s’agit nullement d’une œuvre de jeunesse ?

L’ABC de Chaucer

[Ah], toute puissante et toute clémente reine,
Auprès de qui ce monde entier court demander secours Pour obtenir rémission de
échés, chagrins et douleurs, Glorieuse vierge, fleur de toutes les fleurs,
Auprès de toi je fuis, confondu dans l’erreur.
À l’aide, soulage-moi, toi, la puissante débonnaire,
Aie pitié de ma périlleuse langueur.
Il m’a vaincu, mon cruel adversaire.

Bonté a fixé en ton cœur de telle sorte sa tente
Que je sais bien que tu seras mon secours ;
Tu ne peux refuser à celui qui de bonne foi
Demande ton aide : ton cœur est toujours tellement généreux.
Tu es la largesse de l’absolue félicité,
Havre de refuge, de quiétude et de repos.
Regarde ces sept voleurs qui me font la chasse.
À l’aide, splendide dame, avant que mon navire ne se rompe.

(Du ré)Confort, toi seule en possèdes, chère dame ;
Car, regarde, mes péchés et ma confusion,
Qui ne devraient point apparaître en ta présence,
M’intentent une pénible action
De vrai droit et de désespoir ;
Et comme à bon droit, ils pourraient bien soutenir
Que je mériterais ma damnation,
S’il n’y avait votre pardon, bienheureuse reine des cieux.

De Doute il n’y a point : toi, reine de miséricorde,
Tu es la cause de la grâce et du pardon ici-bas ;
Dieu a octroyé de s’accorder avec nous à travers toi.
Car, certes, chère et bienheureuse mère du Christ,
L’arc serait maintenant tendu tout comme
Il le fut initialement, de justice et de colère,
Dieu, impartial, ne voulait entendre parler de pardon ;
Mais par toi nous avons grâce selon nos désirs.

[Et] toujours mon espoir de refuge a été en toi,
Car auparavant très souvent, de maintes manières,
Tu m’as admis à la miséricorde.
Mais, pardon, dame, aux grandes assises,
Lorsque nous arriverons devant la haute Justice !
On trouvera alors si peu de fruit en moi
Que, à moins que tu ne me corriges d’ici là,
À bon droit ma conduite me confondra.

Fuyant, je cours chercher secours sous ta tente,
Pour me cacher de la tempête, rempli de terreur,
Vous implorant de ne point vous absenter
Même si je suis mauvais. De l’aide en cette heure difficile !
Même si j’ai été une bête en intentions et actions,
Néanmoins, dame, vêts-moi de ta grâce.
Ton ennemi et le mien – dame, prends garde ! –
Jusqu’à ma mort se tient prêt à me prendre en chasse !

Glorieuse vierge et mère, qui jamais
Ne fut amère, ni sur terre, ni sur mer,
Mais toujours pleine de douceur et de clémence,
À l’aide pour que mon père ne soit pas en colère contre moi.
Parle, car je n’ose le regarder.
J’ai, hélas, agi de telle sorte sur terre pendant ce temps
Que, assurément, à moins que tu ne sois mon secours,
En la puanteur éternelle il exilera mon âme.

  • 40 Jeu de mots entre « croyance » et « créance ».

Homme il devint, il se l’accorda à lui-même,
Telle fut sa volonté, pour avoir notre alliance,
Et de son précieux sang il écrivit le document légal
Sur la croix,pour l’acquittement général
De chaque pénitent en pleine créance40 ;
Aussi, splendide dame, toi, prie pour nous.
Alors à la fois tu mettras fin à cette tourmente
Et tu feras que notre ennemi manquera sa proie.

Incontestablement, je le sais, tu seras notre secours,
Tu es si pleine de bonté, c’est un fait certain,
Que lorsqu’une âme tombe dans l’erreur,
Ta pitié se met en route et l’en retire.
Ensuite tu la mets en paix avec son souverain
Et la ramènes loin de la route tordue.
Quiconque t’aime ne t’aimera pas en vain,
Il le découvrira quand il perdra la vie.

(Des) calendriers sont enluminés
Qui en ce monde sont illuminés de ton nom,
Et celui qui va vers toi par le droit chemin
Ne doit pas craindre de boiter en son âme.
Aussi, reine de réconfort, puisque tu es celle-là
Auprès de qui je cherche mon remède,
Ne laisse plus mon ennemi couper dans ma blessure.
Mon salut, je le remets entre tes mains.

[Las,] Dame, je ne puis dépeindre ton chagrin
Sous la croix, ni sa douloureuse pénitence,
Mais, par vos souffrances à tous deux, je vous en prie,
Ne laissez pas notre vieil ennemi s’enorgueillir
D’avoir par son combat en lice de malchance
Convaincu de crime celui que vous avez tous deux si chèrement racheté.
Comme je l’ai dit auparavant, toi fondement de notre substance,
Conserve sur nous tes yeux clairs pleins de pitié !

  • 41 Chaucer suggère peut-être simultanément le sens d’« interprétation symbolique ».

Moïse, qui vit le buisson brûler
De flammes rouges, dont aucune branche ne brûlait,
Fut signe de ta virginité intacte.
Tu es le buisson sur lequel descendit
Le Saint Esprit, celui dont Moïse pensait
Qu’il avait été en feu ; et ceci était une préfiguration41.
Alors, dame, protège-nous du feu
Qui durera éternellement en enfer.

Noble princesse, toi qui fus toujours sans pareille,
Si nous connaissons un réconfort, assurément,
Il vient de toi, toi la chère mère du Christ.
Nous n’avons d’autre mélodie ou tire-lire
Pour nous réjouir dans notre adversité,
Pas d’avocat non plus qui accepte de plaider pour nous
Et l’ose, et cela pour un salaire aussi bas que vous,
Qui nous aidez contre un Ave Maria ou deux.
Oh, vraie lumière des yeux aveugles,

Oh vrai plaisir du labeur et de la détresse,
Oh trésorière de la bonté envers l’humanité,
Toi que Dieu choisit comme mère pour son humilité !
De toi, sa servante, il fit la maîtresse
Des cieux et de la terre, pour présenter notre pétition.
Ce monde est toujours en attente de ta bonté,
Car tu ne fais jamais défaut à un être dans le besoin.

(Le) Projet je fais parfois d’enquêter
Sur les raisons pour lesquelles le Saint Esprit vint te chercher
Lorsque la voix de Gabriel vint à ton oreille.
Ce ne fut pas par hostilité envers nous qu’il fit pareil miracle,
Mais pour nous sauver, nous qu’il racheta ensuite.
Aussi n’avons-nous pas besoin d’armes pour notre salut,
Mais seulement, là où nous n’avons pas agi comme nous le devions,
De faire pénitence, demander pardon et l’obtenir.

Quand je réfléchis cependant, reine du réconfort,
Au fait que j’ai péché à la fois envers lui et envers toi,
Et au fait que mon âme mérite de sombrer,
Hélas, moi, pauvre captif, où puis-je donc fuir ?
Qui sera mon intermédiaire auprès de ton fils ?
Qui, sinon toi-même, qui es fontaine de pitié ?
Tu as plus de compassion envers notre adversité
Qu’aucune langue au monde ne pourrait le dire.

Réprimande-moi et châtie-moi,
Car, c’est certain, le châtiment de mon père
Je ne puis en aucune façon l’affronter :
Il est si hideux son livre de comptes, tenu en toute justice.
Mère, dont jaillira notre pardon,
Soyez mon juge ainsi que le médecin de mon âme ;
Car toujours en vous la pitié est en abondance
Pour qui l’implorera.

[Si], c’est la vérité, Dieu n’accorde pas sa pitié
Sans toi ; car Dieu, dans sa bonté,
Ne pardonne à personne si cela ne te plaît.
Il t’a faite vicaire et maîtresse
De ce monde entier, et aussi gouvernante
Des cieux, et il tempère sa justice
Selon ta volonté ; c’est en ce témoignage
Qu’il t’a couronnée de manière aussi royale.

Temple de dévotion, dans lequel Dieu a sa demeure,
Dont ces mécréants sont privés,
Je conduis vers toi mon âme pénitente.
Reçois-moi – je ne puis fuir davantage.
D’épines venimeuses, – oh reine des cieux, –
Dont la terre fut maudite il y a très longtemps,
Je suis tellement blessé, comme vous pouvez le voir,
Que je suis presque perdu ; cela fait tellement mal.

Vierge, toi qui déploies tellement de noblesse
Et nous conduis en la haute tour
Du Paradis, guide-moi et conseille-moi.
Comment puis-je avoir ta grâce et ton secours,
Même si j’ai été dans la corruption et dans l’erreur ?
Dame, assigne-moi auprès de cette cour
Qui est appelée ton tribunal, oh fraîche fleur,
Là où ce pardon sera toujours présent.

(Le) Christ, ton fils, descendit sur cette terre
Pour souffrir sa passion sur la croix ;
Longin lui perça le cœur,
Faisant couler sur le sol le sang de son cœur :
Ce fut pour notre salut ;
Et moi envers lui je suis fourbe et suis un fils ingrat,
Et pourtant il ne veut pas ma damnation –
Je vous en remercie, secours de l’humanité entière !

Ysaac préfigura sa mort, c’est certain,
Lui qui voulut obéir à son père au point
De n’avoir cure qu’on le mette à mort ;
Tout pareillement, ton fils choisit de mourir tel un agneau.
Alors, dame pleine de clémence, je vous en prie,
Puisqu’il a, lui, distribué sa clémence avec tant de générosité,
Ne soyez pas avare, car nous chantons et disons tous
Que vous êtes toujours notre targe contre la vengeance.

Zacharie vous appelle fontaine ouverte
Pour laver l’âme pécheresse de sa faute.
Aussi dois-je bien rapporter cette leçon :
S’il n’y avait ton tendre cœur, nous serions damnés.
Alors, splendide dame, puisque tu peux et veux
Être envers la semence d’Adam clémente,
Amène-nous à ce palais qui est construit
Pour les pénitents qui sont de clémence dignes. Amen.

(Traduction inédite de Juliette Dor)

AN ABC.

Almighty and al merciable queene,
To whom that al this world fleeth for socour,
To have relees of sinne, of sorwe, and teene,
Glorious virgine, of alle floures flour,
To thee I flee, confounded in errour.
Help and releeve, thou mighti debonayre,
Have mercy on my perilous languour.
Venquisshed me hath my cruel adversaire.

Bountee so fix hath in thin herte his tente
That wel I wot thou wolt my socour bee ;
Thou canst not warne him that with good entente
Axeth thin helpe, thin herte is ay so free.
Thou art largesse of pleyn felicitee,
Haven of refut, of quiete, and of reste.
Loo, how that theeves sevene chasen mee.
Help, lady bright, er that my ship tobreste.

Comfort is noon but in yow, ladi deere ;
For loo, my sinne and my confusioun,
Which oughten not in thi presence to appeere,
Han take on me a greevous accioun
Of verrey right and desperacioun ;
And as bi right thei mighten wel susteene
That I were wurthi my dampnacioun,
Nere merci of you, blisful hevene queene.

Dowte is ther noon, thou, queen of misericorde,
That thou n’art cause of grace and merci heere ;
God vouched sauf thurgh thee with us to accorde.
For certes, Crystes blisful mooder deere,
Were now the bowe bent in swich maneere
As it was first of justice and of ire,
The rightful God nolde of no mercy heere ;
But thurgh thee han we grace as we desire.

Evere hath myn hope of refut been in thee,
For heer-biforn ful ofte in many a wyse
Hast thou to misericorde receyved me.
But merci, ladi, at the grete assyse
Whan we shule come bifore the hye justyse.
So litel fruit shal thanne in me be founde
That, but thou er that day correcte [vice],
Of verrey right my werk wol me confounde.

Fleeinge, I flee for socour to thi tente
Me for to hide from tempeste ful of dreeede,
Biseeching yow that ye you not absente
Thouh I be wikke. O, help yit at this neede !
Al have I ben a beste in wil and deede,
Yit, ladi, thou me clothe with thi grace.
Thin enemy and myn – ladi, tak heede –
Unto my deth in poynt is me to chace !

Glorious mayde and mooder, which that nevere
Were bitter, neither in erthe nor in see,
But ful of swetnesse and of merci evere,
Help that my Fader be not wroth with me.
Spek thou, for I ne dar not him ysee,
So have I doon in erthe, allas the while,
That certes, but if thou my socour bee,
To stink eterne he wole my gost exile.

He vouche sauf, tel him, as was his wille,
Bicome a man, to have oure alliaunce,

And with his precious blood he wrot the bille
Upon the crois as general acquitaunce
To every penitent in ful creaunce ;
And therefore, ladi bright, thou for us praye.
Thanne shalt thou bothe stinte al his grevaunce,
And make our foo to failen of his praye.

I wot it wel, thou wolt ben oure socour,
Thou art so ful of bowntee, in certeyn,
For whan a soule falleth in errour
Thi pitee goth and haleth him ayein.
Thanne makest thou his pees with his sovereyn
And bringest him out of the crooked strete.
Whoso thee loveth, he shal not love in veyn,
That shal he fynde as he the lyf shal lete.

Kalenderes enlumyned ben thei
That in this world ben lighted with thi name,
And whoso goth to yow the righte wey,
Him thar not drede in soule to be lame.
Now, queen of comfort, sith thou art that same
To whom I seeche for my medicyne,
Lat not my foo no more my wounde entame ;
Myn hele into thin hand al I resygne.

Ladi, thi sorwe kan I not portreye
Under the cros, ne his greevous penaunce ;
But for your bothes peynes I yow preye,

Lat not oure alder foo make his bobaunce
That he hath in his lystes of mischaunce
Convict that ye bothe have bought so deere.
As I seide erst, thou ground of oure substaunce,
Continue on us thi pitous eyen cleere !

Moises, that saugh the bush with flawmes rede
Brenninge, of which ther never a stikke brende,
Was signe of thin unwemmed maidenhede.

Thou art the bush on which ther gan descende
The Holi Gost, the which that Moyses wende
Had ben a-fyr, and this was in figure.
Now, ladi, from the fyr thou us defende
Which that in helle eternalli shal dure.

Noble princesse, that nevere haddest peere,
Certes if any comfort in us bee,
That cometh of thee, thou Cristes mooder deere.
We han noon oother melodye or glee
Us to rejoyse in oure adversitee,
Ne advocat noon that wole and dar so preye
For us, and that for litel hire as yee
That helpen for an Ave-Marie or tweye.

O verrey light of eyen that ben blynde,
O verrey lust of labour and distresse,
O tresoreere of bountee to mankynde,
Thee whom God ches to mooder for humblesse !
From his ancille he made the maistresse
Of hevene and erthe, oure bille up for to beede.
This world awaiteth evere on thi goodnesse
For thou ne failest nevere wight at neede.

Purpos I have sum time for to enquere
Wherfore and whi the Holi Gost thee soughte
Whan Gabrielles vois cam to thin ere.
He not to werre us swich a wonder wroughte,
But for to save us that he sithen boughte.
Thanne needeth us no wepen us for to save,
But oonly ther we dide not, as us oughte,
Doo penitence, and merci axe and have.

Queen of comfort, yit whan I me bithinke
That I agilt have bothe him and thee,
And that my soule is worthi for to sinke,
Allas, I caityf, whider may I flee ?
Who shal unto thi Sone my mene bee ?
Who, but thiself, that art of pitee welle ?
Thou hast more reuthe on oure adversitee
Than in this world might any tonge telle.

Redresse me, mooder, and me chastise,
For certeynly my Faderes chastisinge,
That dar I nouht abiden in no wise,
So hidous is his rightful rekenynge.
Mooder, of whom oure merci gan to springe,
Beth ye my juge and eek my soules leche ;
For evere in you is pitee haboundinge
To ech that wole of pitee you biseeche.

Soth is that God ne granteth no pitee
Withoute thee ; for God of his goodnesse
Foryiveth noon, but it like unto thee.
He hath thee maked vicaire and maistresse
Of al this world, and eek governouresse
Of hevene, and he represseth his justise
After thi wil ; and therfore in witnesse
He hath thee corowned in so rial wise.

Temple devout, ther God hath his woninge,
Fro which these misbileeved deprived been,
To you my soule penitent I bringe.
Receyve me – I can no ferther fleen.
With thornes venymous, O hevene queen,
For which the eerthe acursed was ful yore,
I am so wounded, as ye may wel seen,
That I am lost almost, it smert so sore.

Virgine, that art so noble of apparaile,
That ledest us into the hye tour
Of Paradys, thou me wisse and counsaile
How I may have thi grace and thi socour,
All have I ben in filthe and in errour.
Ladi, unto that court thou me ajourne
That cleped is thi bench, O freshe flour,
Ther as that merci evere shal sojourne.

Xristus, thi sone, that in this world alighte
Upon the cros to suffre his passioun,

And eek that Longius his herte pighte
And made his herte blood to renne adoun,
And al was this for my salvacioun ;
And I to him am fals and eek unkynde,
And yit he wole not my dampnacioun –
This thanke I yow, socour of al mankynde !

Ysaac was figure of his deth, certeyn,
That so fer forth his fader wolde obeye
That him ne roughte nothing to be slayn ;
Right soo thi Sone list as a lamb to deye.
Now, ladi ful of merci, I yow preye,
Sith he his merci mesured so large,
Be ye not skant, for alle we singe and seye
That ye ben from vengeaunce ay our targe.

Zacharie yow clepeth the open welle
To wasshe sinful soule out of his gilt.
Therefore this lessoun oughte I wel to telle,
That, nere thi tender herte, we were spilt.
Now, ladi bryghte, sith thou canst and wilt
Ben to the seed of Adam merciable,
Bring us to that palais that is bilt
To penitentes that ben to merci able. Amen.

Notes

1 Sur l’influence de Guillaume de Digulleville sur Chaucer, on consultera notamment : W. W. Skeat (éd.), The Complete Works of Geoffrey Chaucer. Vol. 1, Romaunt of the Rose and Minor Poems, Oxford, Clarendon Press, 1899, 2e éd., p. 261-71 et 452-456 ; G. R. Crampton, « Chaucer’s Singular Prayer », Medium Ævum, t. 59, 1990, p. 191-213 ; H. Phillips, « Chaucer and Deguileville : The ABC in Context », Medium Ævum, t. 62, 1993, n° 1, p. 1-19 ; le chapitre consacré à Guillaume dans W. Calin, The French Tradition and the Literature of Medieval England, Toronto, University of Toronto Press, 1994, p. 184-197 ; K. Gilligan Stevenson, « Medieval Rereading and Rewriting : The Context of Chaucer’s “ABC’ », dans M. Bitot (éd.), Divers Toyes Mengled : Essays on Medieval and Renaissance Culture, Tours, Université François Rabelais, 1996, p. 7-42. L’édition utilisée dans cet article ainsi que pour ma traduction est celle de L. D. Benson, The Riverside Chaucer, Oxford, Oxford UP, 1987 (3e éd.), p. 637-640 ; on trouvera l’ABC moyen anglais en fin d’article. Le texte cité de l’ABC de Guillaume de Digulleville est celui de l’édition de J. J. Stürzinger, Le Pèlerinage de vie humaine, Londres, Roxburghe Club, 1893.

2 Voir aussi les commentaires formulés par Helen Phillips sur la difficulté de la comparaison des deux poèmes, dans l’article « Chaucer’s French Translations », Nottingham Medieval Studies, t. 37, 1993, p. 65-82.

3 « Chaucer’s A.B.C. called La Priere de Nostre Dame : made, as some say, at the request of Blanche Duchess of Lancaster, as praier for her privat use, being a woman in her religion very devout » (Riverside Chaucer, p. 1076).

4 Cette explication est formulée par Helen Cooper dans l’article « Chaucerian Representations » (R. G. Benson et S. J. Ridyard (éd.), New Readings in Chaucer’s Poetry, Cambridge, D. S. Brewer, 2003, p. 7-29, ici p. 16).

5 Parmi les commentaires sur le caractère fini de l’œuvre, on retiendra ceux d’Helen Phillips, « Chaucer’s French Translations », art. cité, p. 82 et « “Almighty and al merciable queene’’ : Marian Titles and Marian Lyrics », dans J. Wogan-Browne et aliae (éd.), Medieval Women : Texts and Contexts in Late Medieval Britain. Essays for Felicity Riddy, Turnhout, Brepols, 2000, p. 83-99, ici p. 94. Voir aussi W. Provost, « Chaucer’s Endings », dans R. G. Benson et S. J. Ridyard (éd.), New Readings in Chaucer’s Poetry, p. 91-105.

6 Il s’agit surtout d’Alan J. Fletcher, « Chaucer the Heretic », Studies in the Age of Chaucer, t. 25, 2003, p. 53-121 et de T. Jones, R. Yeager, T. Dolan, A. Fletcher et J. Dor, Who Murdered Chaucer ? A Medieval Mystery, Londres, Methuen, 2003.

7 Le Middle English Dictionary (s.v. able, adj., 3c) établit clairement ce sens pour le « able » point final du texte : « deserving of (sth), fit to become (an apprentice), worthy to receive (divine grace), etc. ». Il n’est peut-être pas sans importance de constater que le sens passif de l’adjectif est attesté à plusieurs reprises chez Wyclif.

8 L’article cité, « Chaucer and Deguileville » d’H. Phillips donne davantage d’exemples.

9 Qu’il s’agisse de simple réécriture ou de traduction dans une autre langue, ces auteurs entendaient renouveler le texte original ; ils imprimaient le plus souvent leur marque à leur œuvre en l’agençant de manière personnelle, en lui conférant une unité nouvelle et, bien sûr aussi, une senefiance éventuellement autre. J’emprunte les termes à P. Beekman Taylor, Chaucer Translator, Lanham-New York, Oxford-UP of America, 1998, p. 164.

10 J. Dor, « Le Patrimoine littéraire selon Chaucer », dans J.-C. Polet (éd.), Patrimoine littéraire européen. Actes du colloque international, Namur, 26, 27 et 28 novembre 1998, Bruxelles, De Boeck Université, 2000, p. 139-149.

11 Voir H. Phillips, « Chaucer and Deguileville », art. cité, p. 8-9.

12 Comme les travaux d’Helen Phillips sur les procédés de traduction employés par Chaucer l’ont révélé, la technique de notre écrivain est par ailleurs semblable ici à celle mise en œuvre dans Venus, poème adapté d’Oton de Grandson (voir, notamment, « Chaucer’s French Translations », art. cité).

13 Je me fonde sur le développement d’Alan Fletcher (« Chaucer the Heretic », art. cité), qui identifie l’« errour » comme étant la pratique de l’hérésie, et souligne l’insistance de Chaucer sur ce terme (strophes A, I et V).

14 Selon moi, davantage explicitée ici (« si j’ai été une bête en intentions et en actions »), la bête serait une métaphore des faux prophètes de l’Apocalypse de saint Jean. Il s’agirait peut-être aussi d’une allusion au passage du Pèlerinage de l’âme dans lequel Synderesis lui fait remarquer que la bête sauvage, c’est lui, ou plutôt son âme déformée par le péché : « S’en toi eüsses bon avis, Toi meïsmes regardasses Et plus loin de toi n’alasses Ja la sauvage beste vëoir, Car asses l’estoies de voir. […] Se tu estoies bien soutils, A ton prestre t’en iroies Disant que tu li monsterroies La sauvage beste de toi Que tu gardoies en recoi, C’estoit t’ame desguisee Par lais pechiés et deffourmee […] » (PA, v. 1248-1260). La même idée est développée dans l’épisode ajouté des miroirs, fidèles ou déformants à la fin du PVH2 (je remercie les éditeurs d’avoir attiré mon attention sur ce dernier point).

15 On trouvera un bilan des thèses en présence dans l’article cité de K. Gilligan Stevenson.

16 L’article cité « Chaucer and Deguileville » d’H. Phillips est largement consacré à cette problématique.

17 Voir W. Elford Rogers, Image and Abstraction. Six Middle English Religious Lyrics, Copenhague, Rosenkilde and Bagger, 1972, chapitre 6, « Geoffrey Chaucer, “An ABC”, ca. 1369 », p. 82-106.

18 Voir notamment H. Phillips, « Chaucer and Deguileville », art. cité, p. 1.

19 Comme K. Gilligan Stevenson l’a signalé avant moi, « The prayer is a personal expression of the pilgrim’s [reading] only in the paradoxical sense that it is a literal gift from Grace Dieu… » (art. cité, p. 38).

20 Ceci a été souligné à diverses reprises, notamment par P. Beekman Taylor, op. cit., p. 93.

21 G. R. Crampton a judicieusement fait remarquer (art. cité, p. 195) que le dernier mot du poème français est celui de vie (« pardurable vie »).

22 H. Phillips (« Chaucer and Deguileville », art. cité, p. 12-13) relève un certain nombre de paramètres risquant de fausser les données. Ainsi, le nombre supérieur à la fois de vocables et de formes fléchies dans la source, ou encore l’omission fréquente du pronom « je » en ancien français.

23 G. R. Crampton, art. cité, p. 205.

24 H. Phillips, « Chaucer and Deguileville », art. cité, p. 13.

25 Je prépare actuellement une analyse plus détaillée de la distribution de ces formes et de leur portée.

26 P. Beekman Taylor, op. cit., p. 93.

27 D’où la difficulté pour le traducteur de gérer deux termes synonymes mais de registres différents, ainsi « merci » et « misericorde ».

28 B. Boyd, « Our Lady according to Geoffrey Chaucer : Translation and Collage », Florilegium, t. 9, 1987, p. 147-154.

29 W. F. Schirmer en établit un corpus analytique et précise l’utilisation chaucérienne dans « Geschichte der englischen Marienlyrik im Mittelalter », Anglia. Zeitschrift für englische Philologie, t. 69, 1950, p. 3-88.

30 Ce point est développé par H. Phillips dans, « “Almighty and al merciable Queens”‘ », art. cité, p. 84 et suiv.

31 Il n’hésite pas non plus à exploiter la complexité des implications sémantiques de l’alternance de deuxièmes personnes du singulier et du pluriel pour s’adresser à Marie. Voir mon article en préparation.

32 Ce volet des titres conférés est développé par plusieurs critiques, dont G. R. Crampton.

33 Selon G. R. Crampton (art. cité, p. 198), il en aurait ajouté un tiers.

34 Priscilla Martin parle de « doubtful orthodoxy… her power almost equalling that of God » (Chaucer’s Women. Nuns, Wives and Amazons, Londres, Macmillan, 1990, p. 16). Sur l’interprétation de cet adjectif, on consultera notamment : H. Phillips, « “Almighty and al merciable queene” », art. cité, p. 95 ; A. J. Fletcher, « Chaucer the Heretic », art. cité ; W. Provost, art. cité, p. 93.

35 H. Phillips, « “Almighty and al merciable queene” », art. cité, p. 95-96.

36 Selon W. Elford Rogers, op. cit., pareilles métaphores légales, appliquées à la Vierge, sont attestées dans la liturgie ; de même, dans les Contes de Canterbury, la deuxième nonne demande à la Vierge d’être son avocate dans les cieux (Prologue au conte de la deuxième nonne, v. 68).

37 H. Phillips (« Chaucer and Deguileville », art. cité, p. 8) a identifié une remarque similaire (absente de l’ABC français) dans le Pèlerinage de l’âme. Lorsqu’on pense à la critique acerbe de certaines pratiques de l’Église qu’a développée Chaucer ailleurs dans son œuvre, on peut se demander s’il n’y aurait pas aussi quelque allusion ironique aux indulgences.

38 Cette donnée sociale se lit souvent en filigrane dans l’œuvre de notre poète ; voir notamment J. Dor « Les bons Comptes font les bons amis. Variations sur quite(n) dans les Contes de Canterbury », dans M.-F. Alamichel (éd.), La Complémentarité. Mélanges offerts à J. Bidard et A. Sancery à l’occasion de leur départ en retraite, Paris, Publications de l’Association des Médiévistes Anglicistes de l’Enseignement Supérieur, HS 11, 2005, p. 165-176.

39 Ce qui eût permis au MED d’identifier ici le sens « convaincre de crime, d’hérésie, de Lollarderie ».

40 Jeu de mots entre « croyance » et « créance ».

41 Chaucer suggère peut-être simultanément le sens d’« interprétation symbolique ».

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540