Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Guillaume de Digulleville

 | 
Frédéric Duval
, 
Fabienne Pomel

Réécritures et postérité du modèle des Pèlerinages

Plus avaricieux qu’Avarice : une traduction en prose du Pèlerinage de vie humaine en moyen néerlandais

Ingrid Biesheuvel

Texte intégral

1La tradition des traductions moyen néerlandaises du Pèlerinage de vie humaine est quasi inconnue en France. Pour cette raison, il s’agira d’abord d’en donner brièvement une vue générale. Ensuite, les caractéristiques d’une de ces traductions seront mises en relief, à l’aide des figures allégoriques de Gloutonnerie (Gulsicheit en moyen néerlandais), Avarice (Giericheit) et Orgueil (Hoverde). Enfin, j’aimerais signaler une faute du copiste dans un des manuscrits, qui a eu des conséquences pour l’une des miniatures qu’il contient.

  • 1 Pour plus d’information voir I. Biesheuvel, « Middelnederlandse pelgrimages, hoe ver en waarheen ? (...)
  • 2 Pour une description de toutes les miniatures et gravures sur bois voir I. Biesheuvel, Die Pelgrim (...)
  • 3 Voir I. Biesheuvel, ibid., p. 51-105 ; pour une description des manuscrits voir p. 482-486.
  • 4 Pour « traduction » et « adaptation » (ainsi que « remaniement ») voir W. P. Gerritsen, « Les rela (...)

2Il existe en moyen néerlandais trois manuscrits (datant du xve siècle) et un incunable (i486), représentant trois traductions différentes du Pèlerinage de vie humaine1. Deux manuscrits sont enluminés ; l’incunable est abondamment illustré de gravures sur bois2. Les traductions en prose des manuscrits d’Utrecht (Museum Catharijneconvent, BMH 93) et de La Haye (Bibliothèque royale, 76 E 6) s’avèrent être étroitement liées et ont dû être réalisées en même temps, et non pas l’une après l’autre3. La traduction est caractérisée par un certain nombre d’additions par rapport à sa source et, d’une façon générale, par un flux de paroles plus grand que dans le texte en ancien français. On peut indiquer les motivations qui furent à l’origine d’une partie des additions : le traducteur ajoute une morale supplémentaire ou un avertissement, une explication ou une précision, il donne ses propres informations d’arrière-plan ou répète des informations là où sa source ne le fait pas. Par ailleurs, il supprime à l’occasion des passages du texte en ancien français, bien que ces omissions soient beaucoup moins nombreuses que les additions. Les textes qu’offrent les deux manuscrits peuvent quantitativement être caractérisés comme une traduction amplifiée, avec, par endroits, les caractéristiques d’une adaptation sur la base d’additions indépendantes de l’original4.

  • 5 Voir I. Biesheuvel, Die Pelgrimage, p. 106-132 ; pour une description du manuscrit, voir p. 486-48 (...)

3Jusqu’à nos jours, on a dit du manuscrit de Berlin (Stiftung Preussischer Kulturbesitz, germ. fol. 624 [désormais B]) qu’il offrait une traduction similaire à celle des manuscrits d’Utrecht (désormais U) et de La Haye (désormais H). Mais cette idée s’avère fausse. Au début, les trois textes sont encore proches, mais très vite le manuscrit de Berlin manifeste un caractère propre5. Les ajouts par rapport au texte en ancien français sont moins nombreux ; en revanche, le nombre des suppressions augmente considérablement. Une analyse de ces retranchements ne permet pas d’esquisser une méthode de réécriture appliquée par l’adaptateur. En général, ils ne nuisent pas au déroulement de l’histoire. Des recherches effectuées sur les fautes de traduction dans U et dans H d’une part, et dans B d’autre part, montrent clairement qu’il ne s’agit pas, dans les trois manuscrits, d’une même traduction. Le texte dans B peut être qualifié de traduction abrégeante.

  • 6 Un exemplaire en est conservé à La Haye, Bibliothèque royale, 168 E 9.
  • 7 Voir I. Biesheuvel, ibid., p. 133-150.

4Le texte de l’incunable - imprimé en 1486 par Jacob Bellaert6 – se caractérise, entre autres, par un prologue qui a été littéralement traduit de l’ancien français, contrairement aux prologues des trois manuscrits7. Aussi, et pour cette seule raison, on pourrait considérer l’édition imprimée comme une troisième traduction. D’autres recherches attestent que le texte imprimé n’a aucun rapport avec U et / ou H : il n’y a pas d’erreurs de traduction que les textes aient en commun ; on trouve dans l’incunable des passages qui n’existent pas dans U/H et, à l’inverse, des additions de U/H ne se retrouvent pas dans le texte imprimé. Ce dernier présente pourtant des similitudes avec B : certaines fautes de traduction sont communes et leur pratique est la même en ce qui concerne les suppressions et les additions. Mais ce n’est que dans une grande partie de la deuxième moitié du texte que, de façon ininterrompue, le texte imprimé est plus ou moins identique à celui de B. Ceci nous permet de dire que l’incunable offre une troisième traduction indépendante.

  • 8 Voir I. Biesheuvel, ibid., p. 150.

5On peut en conclure que celui qui a préparé le texte de l’incunable pour l’imprimerie disposait d’une traduction en moyen néerlandais apparentée à la traduction B, mais aussi, et à la fois, soit d’un manuscrit en ancien français dont il aurait fait une - troisième - traduction en moyen néerlandais, soit d’une troisième traduction déjà existante à ce moment-là et qui ne s’est pas conservée intégralement8.

  • 9 Il existe aussi une traduction moyen néerlandaise en vers du Pèlerinage de Jésus-Christ, conservée (...)

6On peut donc dire que dans les Pays-Bas du xve siècle, il doit y avoir eu, indéniablement, un intérêt considérable pour le Pèlerinage de la vie humaine de Guillaume de Digulleville9.

  • 10 PVH, v. 10443-10447.
  • 11 I. Biesheuvel, Die Pelgrimage, p. 412, 2-3 : « Et quand je suis arrivée à la maison, je ne peux pa (...)
  • 12 I. Biesheuvel, ibid., p. 412, 3-7 : « Et je vais chambouler tout le quartier et faire un bruit tel (...)

7Comme je l’ai dit, les traductions des manuscrits U et H sont considérées comme des traductions amplifiées, présentant par endroits les caractéristiques d’une adaptation. Je donnerai des exemples de quelques additions à l’aide du monologue d’Orgueil (Hoverde), d’Avarice (Giericheit) et de Gloutonnerie (Gulsicheit). Lorsque cette dernière raconte qu’elle ne peut plus trouver sa maison et son lit pour avoir bu trop de vin, elle nous donne des exemples supplémentaires et des avertissements contre sa mauvaise conduite. Nous lisons en ancien français : « Les vins y avale et entonne, Et par oultrage tant m’en donne Que je n’ai ne sens ne raison Ne sai trouver ma meson Ne moi aler couchier en lit10. » Les deux derniers vers sont traduits en moyen néerlandais de la façon suivante : « Ende als ic thuys ben, soe en canic in mijn bedde niet geraken effene te gaen ligghene11. » Indépendamment du texte en ancien français, la traduction en dit encore plus sur le comportement de Gulsicheit : « Ende oec mede soe verstoerick al mijn gebuerte ende make soe groot ghescal, datment hoort al die straten dore daer ic wandele. Ende ben dan oec onbescheiden op alle die ghene die mij castien ende begrijpen willen, ende ic en kinne vrient no viant. Ende dit comt al van hare ghenuechten12. »

  • 13 PVH, v. 9573-9576.
  • 14 Biesheuvel, Die Pelgrimage, p. 388, 16.

8Dans le passage suivant, le traducteur ajoute une petite élucidation, en l’occurrence au moyen d’une comparaison que nous ne trouvons pas dans le texte en ancien français. Avarice dit au sujet de cette « lime » qui s’appelle Usure : « Elle est faite contre nature, Quar en touz temps elle met cure D’arain et fer metre couver Pour autre pondre et engendrer13. » La traduction moyen néerlandaise ajoute : ghelijc dat hoendere brueden haer eyere14, ce qui veut dire en français : comme les poules couvent leurs œufs.

  • 15 PVH, v. 8075-8079.
  • 16 I. Biesheuvel, Die Pelgrimage, p. 345, 15-25 : « Sachez qu’il ressemblait à cette singesse qui imi (...)

9Le traducteur en moyen néerlandais connaissait d’autres sources comme l’histoire du singe et du cordonnier, et sans doute a-t-il pensé qu’il valait la peine de la raconter à son public. Dans le texte en ancien français, Orgueil ne parle pas de cette histoire du singe et du cordonnier sinon de façon succincte : « Le singe qui se fist piec’a Cauetier le senefia ; Quar tant se mesla du mestier Qu’il s’en coupa au derrenier La gorge15. » En revanche, le texte en moyen néerlandais est prolixe : « Weet dat hij wel ghelikede der symmen, de welke wijlen eer dede allesghene dat sij sach doen eenen schoemakere, om dwelke de schoemakere herde gram was om dat de symme conterfeitte al dat hij dede. Ende doen en wiste hem de schoemakere hoe te wreken, dan dat hij peynsde eenen nauwen keer, om dat de symme des niet meer doen en soude. Ende hij maecte een maniere als oft hij sijn mes hadde ghewet aen sijn kele ende doen leide hij sijn mes neder ende ghinc ewech. Ende alsoe saen als hij ewech was, soe quam de symme gelopen derwaert ende nam dmes ende woudene conterfeyten ghelijc als sij voermaels ghedaen hadde. Maer het en verghinc haer niet te goede alst wel scheen, want sij wette ende streeck soe lange metten messe op haer kele dat sij ten lesten haer keele over sneet16. »

10J’ai déjà noté le « flux de paroles plus grand » que dans le texte en ancien français. Le dialogue suivant entre le pèlerin et Avarice peut nous servir d’illustration. Comparons le texte suivant en ancien français :

  • 17 PVH, v. 9543-9546.

[Les dernières paroles d’Avarice] :
Au derrenier je les pendrai
Si com mains autres pendu ai.
Pèlerin :
Comment, dis je, es tu bourrelle ?
Avarice :
Ouil voir, respondi elle.
Pèlerin :
Peresce, dis je, si m’a dit
Quë elle l’est17.

  • 18 I. Biesheuvel, Die Pelgrimage, p. 387, 3-12. [Avarice] : Car je les pendrai moi-même, comme j’en a (...)

11avec le texte en moyen néerlandais dans lequel, par souci de clarté, j’ai souligné les mots qui forment la traduction du texte en ancien français : « Want ic hange se selve, ghelijc dat ic menegen anderen ghedaen hebbe dicwile ende menichwerven. » Pelgrijm : « Nu segt mij, vule leelike stinckende queene, wat eest dat ghij meynt ? Pleechdij de lieden te hanghene in dijne heerscappie ende in dijne mogenthede, ende vaer ende vreese aen te doene in dijns selfs huys ? » Ghiericheit : « Jaic vrient, ic doen hondertwerven meer dan ic noch geseit hebbe. Ende dat metgroter verraderyen dat sij van mij niet en weten. » Pelgrijm : « Hoe mach dit sijn ende hoe maecht comen dat ghi dit segget ? Want Justicie die heeft mi dit al gheseit hier voirmaels dat sij dat selve es, dat sij justicie doet op hen allen diet verdienen, doot ende levende18. »

12Outre le fait que le traducteur en moyen néerlandais traduit – abusivement ? – Peresce par Justice, il est clair qu’il a besoin de beaucoup plus de mots pour rendre le dialogue entre le pèlerin et Giericheit. Reste à savoir si cette profusion profite à la traduction ; mais répondre à une telle question n’entre pas dans le cadre limité de mon exposé.

  • 19 I. Biesheuvel, ibid., p. 393, 19-24 : « Et elle fait encore plus ; elle me dit : ‘‘Tu dois emmener (...)

13Je voudrais, à l’aide de quelques autres exemples d’additions dans le monologue de Giericheit, qui sont trop beaux pour ne pas être cités, montrer pourquoi j’ai choisi ce titre, « Plus avaricieux qu’Avarice ». Lorsque Avarice parle de Coquinerie et de Taquinerie, qui forment ensemble sa quatrième main, elle énumère quantité de mauvaises pratiques par lesquelles la noblesse exploite le clergé : on exige de l’équipement pour les oiseaux et les chiens de chasse ; on demande du fromage et des toiles de lin, produits dans l’abbaye ; on emprunte les outils agricoles, les bêtes de sommes et les animaux de trait pour labourer la terre. Mais celui qui a traduit le texte en moyen néerlandais connaît encore d’autres formes d’exploitation : « Ende noch doet sij meer. Sij seit mij : “Ghij moet my houden mijn ors desen dooden wintere tote zomere […] oft twee coppelen honden oft drie. Ende ghij moet dese beesten mij vet maken met uwer weyen […]. Ghij moet mij doen hebben eenen goeden vetten osse ende 4 goede scapen oft 6”19. »

  • 20 I. Biesheuvel, ibid., p. 392, 12-19 : « C’est elle aussi qui, pendant l’hiver, m’emmène dans des a (...)

14Le texte suivant en moyen néerlandais a aussi été ajouté juste avant le passage où, en ancien français, il est décrit comment le long des chemins Coquinerie demande l’aumône aux passants, aux pèlerins et aux grands seigneurs : « Ende sij es oec die ghene die mijpleecht te leydene te winter tijde in tavernen ende in caberet- ten, daer ic tsnachs in plege te slapene in die werme asschen, ende als sij die werme asschen niet vinden en can, noch en mach, dan soe leit sij mij onder der lieden venstere te slapene. Ende dese hant heeft vele liever dese droefheiden te hebbene dan pijne oft arbeyt te doene, hoe cleyne sij sij20. »

  • 21 PVH, v. 10175-10178.
  • 22 I. Biesheuvel, Die Pelgrimage, p. 404, 19-22 : « Et je l’aime beaucoup à cause du son qu’elle prod (...)

15Dans la dernière addition que je veux évoquer, Avarice est présentée avec beaucoup de justesse. Ainsi par exemple, elle est enchantée par le son que produit une pièce de monnaie. Après ce passage en ancien français – « Mon idole et mon Mahommet Le denier d’or et d’argent est Ou l’emprainte est figuree Du haut seigneur de la contree21 » –, on trouve encore en moyen néerlandais : « Ende ick hebbene grote minne ave om dat suete luut dat daer ute comt, dat welke ic prijse boven herpen ende vedelen, ja boven alle die instrumenten die noeyt waren oft nemmermeer sijn selen22. »

16Ces éléments supplémentaires au niveau du contenu dans le monologue de Giericheit suscitent naturellement la question de savoir ce qu’il en est des additions des six autres péchés capitaux. Pour avoir une réponse à cette question, j’ai noté le nombre d’additions que contiennent les monologues de chacun des six autres péchés, et de cet ensemble, j’ai examiné les additions qui accusent la même pratique que celles signalées plus haut au sujet de Giericheit. Nous visons donc ici le texte en moyen néerlandais, qui ajoute vraiment quelque chose en plus au texte original en ancien français : un nouveau défaut ou un exemple supplémentaire de mauvaise conduite.

17Voici le tableau récapitulatif de nos recherches. On voit, dans la première colonne, le nom du personnage en moyen néerlandais, avec une traduction en français ; dans la deuxième colonne figure le nombre de lignes en moyen néerlandais que compte dans mon édition le monologue que nous avons analysé (n’entre pas en ligne de compte le texte du pèlerin éventuellement intercalé dans le monologue) ; dans la troisième colonne se trouve le nombre total d’additions se rapportant au nombre total de lignes dans le morceau de texte déterminé ; enfin, dans la dernière colonne, on voit les additions dont on peut dire qu’elles contiennent des vices absents de l’original français.

18Bien que dans leurs courts monologues les figures allégoriques Traecheit (Paresse) et Nydicheit (Envie) présentent relativement un grand nombre d’additions, il convient, par rapport au texte en ancien français, de qualifier de « plus avaricieux qu’Avarice » le caractère de Giericheit tel qu’il est décrit en moyen néerlandais.

  • 23 Entre parenthèses la page et les lignes dans I. Biesheuvel, Die Pelgrimag e.
  • 24 Additions signalées dans les notes 207, 209 et 217.
  • 25 Voir n. 239, 243 et 296.
  • 26 Voir n. 320, 321, 323, 328, 329 et 332.
  • 27 Voir n. 413.
  • 28 Voir n. 40, 43, 44, 45, 47, 50, 51, 59, 60, 63, 66, 79, 85, 90, 100, 102, 107, 122, 131, 134, 149 (...)
  • 29 Voir n. 195, 201 et 203.

Personnage allégorique

Nombre de lignes en moyen néerlandais23

Nombre d’additions totales

Additions de vices

Traecheit
(Paresse)

67 (326, 14-329, 8)

4 (1 sur 17)

324

Hoverde
(Orgueil)

385 (332, 24-346, 11)

9 (1 sur 43)

325

Nydicheit
(Envie)

78 (349, 22-354, 14)

6 (1 sur 13)

626

Gramscap
(Ire)

114 (366, 32-370, 29)

3 (1 sur 38)

127

Giericheit
(Avarice)

702 (379, 12-405, 21)

29 (1 sur 24)

2228

Gulsicheit
(Gloutonnerie)

158 (408, 11-414, 16)

5 (1 sur 31)

329

Venus
(Luxure)

118 (414, 23-418, 32)

0

0

  • 30 « Et sur sa tête elle portait un amitte. » Nous remercions Juliette Dor de nous avoir fait remarqu (...)

19Enfin, je voudrais revenir sur la figure allégorique d’Avarice et le passage avec le Mahommet pour signaler une miniature étrange qu’on trouve dans le manuscrit de La Haye (cf. cahier d’illustrations, fig. 55). On y voit Giericheit portant une mitre sur la tête, au lieu de la fameuse idole, ce qui, à mon sens, pourrait s’expliquer ainsi : le copiste du manuscrit H n’a fort probablement pas bien compris le mot mamet (image du faux dieu), employé dans son exemple, et l’aurait rendu par amit (ende op haer hoeft so droech si een amitte30) qui en moyen néerlandais comme en ancien français, désigne un morceau d’étoffe dont le prêtre couvre sa poitrine et ses épaules quand il célèbre la messe (« amict » en français moderne). Sans doute par association d’idées, on passe vite du tissu que porte un officiant à la mitre. En fin de compte, qu’est-ce qui se prête mieux à être porté sur la tête et à être représenté : une mitre ou une petite idole ?

  • 31 En particulier dans M. Camille, The illustrated manuscripts of Guillaume de Deguileville’s « Pèler (...)

20On ne peut plus savoir à quel moment de la transmission du texte le mot mahommet du texte en ancien français est devenu amit en moyen néerlandais. En revanche, il semble presque certain que le miniaturiste qui a doté d’illustrations le manuscrit de La Haye n’a pas eu sous les yeux un exemplaire enluminé du texte en ancien français. En effet, s’il avait trouvé une Avarice avec une petite poupée sur la tête, il se serait alors mis, selon toute vraisemblance, à penser et à lire plus attentivement. Je ne connais pas de manuscrits en ancien français avec des représentations d’Avarice portant sur la tête autre chose qu’une petite poupée. Dans les textes critiques non plus je n’ai pas trouvé d’indications à ce sujet31

Notes

1 Pour plus d’information voir I. Biesheuvel, « Middelnederlandse pelgrimages, hoe ver en waarheen ? Een verkenning », dans P. De Wilde (éd.), Op reis met Memoria, Hilversum, Verloren, 2004, p. 37-49, et I. Biesheuvel, Die Pelgrimage vander menscheliker creaturen. Een studie naar overlevering en vertaal- en bewerkingstechniek van de Pèlerinage de vie humaine (1330-1331) van Guillaume de Digulleville met een kritische editie van handschrift Utrecht, Museum Catharijneconvent BMH 93, Hilversum, Verloren, 2005.

2 Pour une description de toutes les miniatures et gravures sur bois voir I. Biesheuvel, Die Pelgrimage, p. 488-500.

3 Voir I. Biesheuvel, ibid., p. 51-105 ; pour une description des manuscrits voir p. 482-486.

4 Pour « traduction » et « adaptation » (ainsi que « remaniement ») voir W. P. Gerritsen, « Les relations littéraires entre La France et les Pays-Bas au Moyen Âge. Quelques observations sur la technique des traducteurs », dans Moyen Âge et littérature comparée. Actes du septième congrès national, Poitiers, 27-29 Mai, 1965, Paris, 1967, p. 28-46, spécialement p. 34.

5 Voir I. Biesheuvel, Die Pelgrimage, p. 106-132 ; pour une description du manuscrit, voir p. 486-487.

6 Un exemplaire en est conservé à La Haye, Bibliothèque royale, 168 E 9.

7 Voir I. Biesheuvel, ibid., p. 133-150.

8 Voir I. Biesheuvel, ibid., p. 150.

9 Il existe aussi une traduction moyen néerlandaise en vers du Pèlerinage de Jésus-Christ, conservée dans un manuscrit qui a fait partie de la bibliothèque fameuse de Lodewijk van Gruuthuse (ms. Bruxelles, Bibliothèque royale 15657). Le texte reste encore inédit ; sur le manuscrit voir Vlaamse kunst op perkament. Handschriften te Brugge van de 12de tot de 16de eeuw, Brugge, Stadsbestuur, 1981, p. 234.

10 PVH, v. 10443-10447.

11 I. Biesheuvel, Die Pelgrimage, p. 412, 2-3 : « Et quand je suis arrivée à la maison, je ne peux pas me coucher tranquillement. »

12 I. Biesheuvel, ibid., p. 412, 3-7 : « Et je vais chambouler tout le quartier et faire un bruit tel qu’on l’entendra dans toutes les rues où je marcherai. Je suis insolent à l’égard de tous ceux qui veulent m’exhorter ou me réprimander ; et je ne veux rien entendre de personne, qu’il soit ami ou ennemi. Et tout cela vient du fait que j’ai bu trop de vin. »

13 PVH, v. 9573-9576.

14 Biesheuvel, Die Pelgrimage, p. 388, 16.

15 PVH, v. 8075-8079.

16 I. Biesheuvel, Die Pelgrimage, p. 345, 15-25 : « Sachez qu’il ressemblait à cette singesse qui imitait tout ce que faisait un cordonnier. Mais celui-ci n’était pas content de ces singeries ; et comme il n’avait aucun autre moyen pour punir la singesse, il songea à un stratagème pour mettre fin aux contrefaçons de l’animal. Il fit donc semblant d’aiguiser son couteau en le frottant contre sa gorge, puis il le déposa et s’en alla. Aussitôt le cordonnier parti, la singesse arriva, s’empara du couteau ; elle voulait, comme d’habitude, se livrer à ses imitations. Mais elle a mal fini, car elle frotta le couteau si longtemps contre sa gorge qu’elle a fini par la trancher. » (Nous remercions Juliette Dor d’avoir fait remarquer que le moyen néerlandais symme doit être traduit par singesse, étant donné sij (elle) et haer (sa)).

17 PVH, v. 9543-9546.

18 I. Biesheuvel, Die Pelgrimage, p. 387, 3-12. [Avarice] : Car je les pendrai moi-même, comme j’en ai pendu beaucoup d’autres, si souvent. » Le pèlerin : « Dis moi, vieille femme sale, laide et puante : qu’est-ce que tu entends par là ? Pends-tu les gens où tu veux, où tu peux, et les intimides-tu dans ta propre maison ? » Avarice : « Ma foi, oui ! mon ami ; mes actes seront encore cent fois pires que mes paroles ; et je m’y prendrai d’une manière si perfide que je ne me ferai pas remarquer. » Le pèlerin : « Comment se fait-il que tu dises des choses pareilles ? Car Justice m’a déjà dit qu’elle fait exécuter tous ceux qui le méritent, qu’ils soient encore en vie ou déja morts. »

19 I. Biesheuvel, ibid., p. 393, 19-24 : « Et elle fait encore plus ; elle me dit : ‘‘Tu dois emmener mon cheval, tout au long de cet hiver jusqu’à l’été […] ou deux, ou trois couples de chiens. Tu entretiendras ces animaux pour moi, et tu les nourriras de ta propre nourriture […] Tu me donneras un bœuf bien gras, et quatre ou six moutons en bonne santé’’. »

20 I. Biesheuvel, ibid., p. 392, 12-19 : « C’est elle aussi qui, pendant l’hiver, m’emmène dans des auberges et débits de boissons où je passe la nuit dans la cendre chaude du foyer. Et quand cela ne réussit pas, elle me fait dormir sous les fenêtres des maisons. Cette main préfère de loin ce genre d’incommodités à la moindre besogne. »

21 PVH, v. 10175-10178.

22 I. Biesheuvel, Die Pelgrimage, p. 404, 19-22 : « Et je l’aime beaucoup à cause du son qu’elle produit, un son que je préfère aux harpes et aux violons ; mais oui ! un son que j’estime au-dessus de tous les instruments de musique déjà existants ou à venir. »

23 Entre parenthèses la page et les lignes dans I. Biesheuvel, Die Pelgrimag e.

24 Additions signalées dans les notes 207, 209 et 217.

25 Voir n. 239, 243 et 296.

26 Voir n. 320, 321, 323, 328, 329 et 332.

27 Voir n. 413.

28 Voir n. 40, 43, 44, 45, 47, 50, 51, 59, 60, 63, 66, 79, 85, 90, 100, 102, 107, 122, 131, 134, 149 et 166.

29 Voir n. 195, 201 et 203.

30 « Et sur sa tête elle portait un amitte. » Nous remercions Juliette Dor de nous avoir fait remarquer qu’il ne s’agit très probablement pas d’une faute de traduction – parce que le mot mamet existe en moyen néerlandais – mais d’une faute du copiste.

31 En particulier dans M. Camille, The illustrated manuscripts of Guillaume de Deguileville’s « Pèlerinages » 1330-1426, thèse de l’Université de Cambridge, 1985.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540