Version classiqueVersion mobile

L'éveil politique de la Savoie

 | 
Sylvain Milbach

Chapitre II. Des agitations petites et grandes : formes anciennes et nouvelles du mécontentement

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Ce chapitre s’attardera sur des manifestations collectives qui se traduisent par des troubles à l’ordre public. Elles se distinguent d’abord par leur ampleur, c’est-à-dire en premier lieu par le nombre de personnes impliquées. Si les cris et chants séditieux y sont présents, ils ne sont ici qu’une composante de l’expression contestataire. Le point commun de ce type de manifestations, est que la rue, l’espace public, sont maîtrisés, au moins un temps, par les acteurs. Pour ses formes, et plus encore ses motivations, le trouble à l’ordre public recouvre en fait des manifestations très différentes : aussi ne faut-il pas les assimiler de manière systématique à des manifestations de nature politique. Entendons par là que les revendications et les motivations ne sont pas nécessairement, et même rarement, des traductions de revendications partisanes. Au contraire, l’agitation de rue s’inscrit dans une tradition que le desserrement lié à l’entrée en vigueur du Statut rend plus visible. Toutefois, et c’est tout le sens de l’analyse qui va suivre, il convient d’être vigilant aux inflexions que connaissent ces manifestations « traditionnelles ». Elles paraîtront parfois infimes ou anecdotiques : pour notre part, nous les croyons significatives. Il ne s’agit pas ici d’appréhender ces troubles comme des ruptures, mais de suggérer que l’esprit de 1848 circule souterrainement et leur imprime une signification nouvelle. En un mot, ces manifestations peuvent être considérées comme des « sas » pour la « descente du politique ». D’une part, les formes anciennes permettent une transition, peut-être en partie imperceptible pour les acteurs, de la révolte communautaire vers l’intégration à une communauté plus vaste, donc à un déplacement des enjeux de la révolte. D’autre part, les divisions au village tendent à s’inscrire dans des formes institutionnelles nouvelles, issues des réformes octroyées, et certains troubles traduisent ce glissement. Pour bien faire, il convient de distinguer les agitations urbaines de celles des bourgs ou des villages, mais aussi d’être attentif aux ressorts de la mobilisation qui peuvent inviter à une typologie des troubles.

Chambéry, capitale du tumulte collectif

2Le cas de Chambéry mérite un traitement à part. D’abord, à cause de l’ampleur de certaines manifestations. Ensuite, du fait de leur nature même : elles sont plus ostentatoirement ancrées dans les clivages partisans, ainsi que dans la conjoncture politique nationale et internationale, comme suffit à le suggérer la chronologie de ces troubles qui se concentrent sur la période allant de mars 1848 à mars-juillet 1849. Enfin, ces manifestations ont pour principal acteur la « classe ouvrière » de la cité. En l’absence d’études approfondies sur la sociologie de Chambéry en ce milieu du xixe siècle, nous en sommes réduits à une approche quel que peu impressionniste. Afin de mieux cerner la nature de ces manifestations, une démarche de nature thématique a été préférée à une démarche chronologique. On commencera donc par les manifestations dont les formes sont les moins équivoques et qui mettent en valeur l’originalité chambérienne : le rôle des ouvriers dans les agitations de rue. Dans un second temps, on s’attachera à des manifestations plus ambiguës, celles que les autorités nomment « charivari ». Des unes aux autres, des solutions de continuité existent.

Le bruit sourd de la rue : la voix de la nation

  • 1 L. D. L. Audiffret, La Grande-Chartreuse, le Mont-Blanc et l’Hospice du grand Saint-Bernard : souv (...)

« Rien au monde ne semble troubler l’atmosphère de paix qui enveloppe [Chambéry]. Le tranquille savoisien marche dans ses rues lentement et à pas comptés. Malgré son embonpoint, la Savoisienne fraîche et piquante, s’avance en quelque sorte silencieuse comme une ombre. Chambéry compte dans ses murs des fabriques de gaze, de dentelles, de bas de soie et de chapeaux, une raffinerie d’alun et plusieurs tanneries. Mais l’on ne s’en douterait pas au peu de mouvement qu’elles entraînent. L’émeute y est inconnue ; d’ailleurs, un geste du gouverneur, un arrêt du Sénat, ou même au besoin une simple admonition de l’archevêque suffiraient pour lui imposer silence [...]. Oh ! Chambéry est bien la ville où il convient le mieux de vivre quand on se dispose à mourir. C’est le calme des champs avec un léger reflet de l’aspect et des jouissances d’une grande ville. À quatre-vingt dix ans, j’irai lui demander droit de cité1. »

  • 2 Ces chiffres et ceux qui suivent sont empruntés à : J. Lovie, « La population ouvrière de Chambéry (...)

3Il aurait suffit à ce voyageur de passer par Chambéry quatre ou cinq années plus tard pour se faire une toute autre opinion. Il ne fait aucun doute que la capitale de la Savoie, avec ses quelque 17 000 habitants, possède des caractéristiques bien marquées. Plutôt que d’une classe ouvrière, il conviendrait de parler d’un monde diffus de petits artisans, travaillant dans des ateliers. Chambéry n’est effectivement pas une ville ouvrière. En 1845, l’activité industrielle est disséminée en cinq cent soixante seize petits ateliers, employant une population de mille neuf cent soixante quatre ouvriers : 77 % de ces ateliers ont moins de trois ouvriers, et emploient 29 % de la main d’œuvre2. Le textile emploie seulement trois cent vingt trois personnes et il est le secteur industriel le plus conséquent, encore faut-il préciser qu’aucune des unités de production ne dépasse le nombre de soixante dix-sept ouvriers (la filature de soie de Martin-Franklin). Les métiers alimentaires et le petit commerce de toute nature se taillent la part du lion dans l’activité chambérienne, plus encore si l’on tient compte des auberges et cafés. Il s’agit généralement de très petits établissements, au mieux deux ou trois employés. Autrement dit, c’est bien l’artisanat, sur un modèle familial, qui domine dans l’activité chambérienne. Ce monde d’artisans est assez peu cosmopolite puisque plus de 85 % de ouvriers sont originaires du duché, et 79 % de la province. Aussi parlerons-nous « d’ouvriers » par commodité, bien conscient de la réalité sociologique que cette appellation recouvre : un monde pluriel, mais identifié comme homogène par les autorités et les notables.

4Ce monde suscite en effet chez ces derniers une inquiétude constante : il est considéré comme le bras armé des « démagogues ». Ceux-là, généralement issus de la petite et moyenne bourgeoisie, du monde du négoce et du barreau, semblent effectivement au contact de cette population. Au demeurant, les changements de 1848 leur donne un poids nouveau dans la vie de la cité et il ne faut pas négliger l’impact réel à Chambéry des réformes octroyées. L’analyse de la composition du Conseil de Ville est éclairante pour comprendre la conjonction nouvelle qui naît de 1848.

Sociologie du Conseil de Ville de Chambéry, 1847-1855.

Sociologie du Conseil de Ville de Chambéry, 1847-1855.

Sources : G. Denotz, Le Conseil municipal de Chambéry de 1792 à 1871 : analyse sociologique et politique d’un personnel administratif, T.E.R, Université Paris IV, 1982.

5Premier constat : avant les réformes de 1848, les militaires et les propriétaires comptent pour 50 % de ce conseil, mais, suite aux réformes, les premiers disparaissent totalement, tandis que les seconds passent de 30 à 11 %. Les bénéficiaires de cette redistribution sont les avocats – qui passent de 20 à 48 % – et les négociants – de 8 % avant les réformes, ils représentent désormais 26 % de ce conseil. Les hauts fonctionnaires ainsi que les professions libérales (hors avocats) s’effacent alors que manufacturiers et artisans font leur entrée – si modeste soit-elle – au Conseil de Ville. En somme, l’introduction du suffrage, même censitaire, dans la désignation des conseillers modifie sensiblement l’allure de l’administration de Chambéry. De là, une dialectique inédite se met en place entre la population et ledit conseil : l’ouverture du corps politique et administratif, les élections qui en sont le moyen, coïncident avec un certain desserrement sociologique de l’opinion publique et de sa représentation. Il est à noter, pour finir sur ce point, qu’après 1853 s’opère un rééquilibrage, sinon un retour à la situation initiale : la représentation du corps des avocats fond de moitié, tandis que celle des propriétaires double. Les professions libérales retrouvent leur place, tandis que les autres catégories restent à peu près stables. Autrement dit, il y a des changements passagers et des changements durables. Au titre des premiers, on peut dire que les années 1848-49 ne voient que l’affirmation éphémère de la domination du corps des avocats, de même que l’effacement des propriétaires. Au titre des seconds, les négociants et artisans s’installent comme membres de l’administration. En somme, la composition du Conseil de Ville de Chambéry reflète avec exactitude la conjoncture de cette période : les années 1848-49, période de tensions et de doutes, sont rapidement suivies d’un retour « à la normale » et à une stabilisation. Il n’en reste pas moins vrai qu’un nouvel équilibre au sein de la notabilité s’est établi, reflet du régime nouveau. Notons qu’une analyse du Conseil de Ville en termes de classes d’âge confirme la rupture produite par les réformes de 1848 : on observe un très net rajeunissement des membres de ce conseil. Les modifications sont donc aussi de nature générationnelle.

Conseil de Ville de Chambéry – 1816-1860. Âges des conseillers

Conseil de Ville de Chambéry – 1816-1860. Âges des conseillers

Sources : G. Denotz, op. cit.

6Ces données illustrent le changement à l’œuvre dans la petite cité et contribuent à expliquer l’atmosphère nouvelle, née d’une concurrence inédite de notabilités, à partir de 1848.

  • 3 On peut distinguer trois faubourgs à Chambéry : les faubourgs Maché, Reclus et Montmélian. Aux por (...)
  • 4 ADS, U 1940, procédure contre A. Monnier, 1850.

7Cette atmosphère se révèle tout spécialement dans les cabarets des fau bourgs qui constituent un lieu de sociabilité pour la population ouvrière3. Les tensions y sont nombreuses : elles transpirent des sources. La police, notamment, y est mal vue. En novembre 1850, par exemple, une altercation a lieu entre A. Monnier et l’appariteur de police, chargé de la surveillance des musiciens qui jouent dans les cafés. Monnier injurie le fonctionnaire et le dénonce comme « mouchard »4. Ce type de scène paraît être assez courante. Les faubourgs voient d’un mauvais œil les immixtions extérieures et ces dernières conduisent à l’affirmation d’une identité « ouvrière » qui nourrit les tensions. Les plaintes sont notoires à la fin de l’année 1848 en ce qui concerne le faubourg Montmélian, sans que les archives judiciaires en conservent trace. Les riverains se plaignent d’agitations nocturnes constantes :

  • 5 Le Courrier des Alpes, 12 décembre 1848.

« S’il y avait une police quelconque à Chambéry, je m’adresserais à elle directement pour me plaindre, comme tous les honnêtes gens dont je ne suis ici que l’écho, des cris séditieux qui chaque nuit troublent le repos des bons citoyens de cette ville ; s’il y avait une police, nous n’entendrions pas sous un gouvernement monarchique les cris de vive la République ! à bas les Rois ! à bas les aristocrates ! S’il y avait une police, nos oreilles ne seraient pas blessées des cris d’à bas les prêtres ! à bas les calotins ! comme cela arrive presque tous les soirs, particulièrement dans le faubourg Mont mélian5. »

  • 6 ADS, U 1607, procédure sur les troubles et les cris séditieux du faubourg Montmélian, 1849.

8En juillet 1849, de véritables démonstrations de force visant à intimider les représentants de l’ordre se déroulent dans ce même faubourg Mont mélian, du 15 au 18 de ce mois6. Dans la soirée du 15, une quinzaine d’hommes en blouse se présentent devant le poste de garde : ils chantent La Marseillaise et crient « À bas Charles-Albert, à bas Victor-Emmanuel, Vive la République ». Ils sont dispersés, mais reviennent à près de soixante, armés de bâtons, et récidivent. Les ouvriers sillonnent en chantant le fau bourg par groupes de quatre. L’auberge en face du poste de garde reste ouverte jusque une heure du matin et les bandes y font halte. Chaque bande se plante à tour de rôle devant le poste de garde et se livre aux vociférations d’usage : « A bas les collets blancs », « à bas l’aristocratie », etc. Ce manège dure jusqu’à trois heures du matin. La communication avec le centre de la cité est barrée, à l’entrée du faubourg, par une bande d’ouvriers, tandis que l’autre entrée est également contrôlée par les agitateurs. Les soldats de faction, au nombre de six, ne peuvent donc pas réclamer de secours et sont enfermés dans le faubourg. Lorsqu’ils tentent « une sortie », ils sont contraints de rebrousser rapidement leur chemin : « Comme nous entendions les pierres rouler sur le pavé après nous et que l’on entendait proférer des cris de toutes parts, nous jugeâmes à propos de rétrograder. » D’une fenêtre, le brigadier s’entend dire : « Sois tranquille, tôt ou tard nous t’attraperons entre quatre yeux. » La procédure n’aboutit à aucune arrestation.

  • 7 On a voté le 15 juillet à Chambéry.
  • 8 Sur ce point : R. Avezou, op. cit., p. 128-129.

9Les causes de ces troubles restent inconnues et la presse est très discrète sur ces désordres. Les troubles du faubourg rapportés à l’instant, coïncident avec les élections aux administrations locales et au parlement de Turin qui se distinguent par une campagne de presse particulièrement âpre et vive7. S’ils se prolongent visiblement durant une bonne partie de l’été, c’est parce qu’ils sont entretenus par « l’affaire de l’Ordre du jour » : la presse vient de réveiller les dissentiments à propos d’une missive adressée par le Ministère de la Guerre à l’armée, suite aux opérations militaires de mars, et dans laquelle était omis le rôle de la Brigade de Savoie8. Aussi, les troubles s’expliquent tout autant par l’exacerbation des débats politiques liés aux enjeux électoraux que par des événements plus lointains qui chatouillent le sentiment identitaire national. Cette conjonction, à laquelle contribue largement la presse de tout bord, montre la forte réceptivité d’un quartier populaire aux débats nationaux. Les forfanteries et les cris prennent dans cette perspective toute leur signification.

10En première analyse, l’agitation se caractérise par le refus de l’immixtion de l’autorité : le ballet nocturne vise à affirmer la maîtrise de l’espace quotidien et à y marginaliser l’autorité exogène. Mais ces manifestations se doublent de la protestation d’un orgueil, pas seulement de quartier, mais aussi national : ce qui se traduit par des relents « d’antipiémontisme ». Cette forme de sentiment patriotique se mâtine en temps d’élections de politique : l’invocation de la « république » et La Marseillaise inscrivent bruyamment l’agitation dans cette double perspective. Ce que montrent ces désordres, c’est la connexion qui existe entre les débats politiques et les troubles. Les formes de protestations, qui prennent comme on l’a vu des allures de rodomontades ritualisées, témoignent vraisemblablement pour l’affirmation d’une identité de quartier, celle d’une classe, aux franges de la cité, qui tend à s’ériger comme l’incarnation du sentiment « national » bafoué. La solidarité transparaît d’ailleurs dans l’absence de toute interpellation : les témoins ne citent aucun nom. Une fois encore, sans surdéterminer le sens des slogans politiques dont il est fait usage, il est clair qu’il se forge une identité en lien avec l’idée vague de république.

  • 9 ADS, 6 FS PC 11166, procédure contre J. Lachat, serrurier de 23 ans, J. Caillet, faiseur de peigne (...)
  • 10 Libéral modéré, T. Chapperon laisse un journal qui est un témoignage précieux sur la période. Part (...)

11Les tensions sont plus vives encore lorsque ces ouvriers viennent manifester au cœur de la cité. Ainsi le 15 août 1848, 2 à 4 000 personnes sont regroupées place Saint-Léger9. De cette masse, où les curieux sont nombreux, jaillissent des cris : « À bas la noblesse ! à bas le clergé ! à bas les aristocrates ! » L’avocat Chapperon parle de quatre à cinq cent personnes vociférantes10. La confusion semble extrême. La garde nationale arrête un nommé L. Tochon : il s’agit en fait de le soustraire aux menaces des ouvriers qui le cernent en le dénonçant comme mouchard. Il se trouve que Tochon est un domestique du baron Jacquemoud, ce qui le désigne comme un agent aristocrate. Son arrestation est appréciée sans ambages : « Après que je l’ai eu pris, la foule vociférait en battant des mains et criait : à bas les nobles, à bas le clergé, à bas la calotte ». La garde nationale semble, aux yeux des agitateurs, agir, conformément à son statut symbolique, au nom du « peuple ». Toujours sur la place Saint-Léger, des « à bas les riches » retentissent. Plus significativement, on y chante la « chanson des ouvriers », selon les termes du tourneur Evrot. Cette chanson qui a pour refrain « À genoux devant l’ouvrier », sorte de cantique des clubs parisiens quarante-huitard, témoigne pour la circulation des référents identitaires. Certains prévenus déclarent être arrivés sur la place, avoir entendu crié ou chanté, et s’être naturellement joints au chœur. Jean Lachat dépose très franchement : « Si j’ai crié à bas la noblesse, j’ai fait comme beaucoup d’autres ouvriers, qui criaient à bas la noblesse pour ce qu’elle ne fait pas travailler les ouvriers. » Autrement dit, ces manifestations se déroulent sur fond de tensions sociales et reposent apparemment sur un véritable antagonisme de classes. Ce qui paraît être reproché aux notables, c’est de ne pas tenir leur rôle, en l’occurrence, de donner de l’ouvrage. Il convient néanmoins d’expliciter un peu plus cette affaire.

12Elle s’inscrit d’abord dans un contexte bien précis : celui de la levée militaire. Cet afflux d’hommes jeunes est propice au désordre. Les nouvelles du front contribuent à nourrir les tensions – l’armistice de Vigevano vient d’être signé, le 9 août – et, une fois encore, les menaces à l’encontre des nobles et des prêtres se comprennent avant tout dans ce contexte : ils sont soupçonnés d’avoir trahi le Roi et l’armée. Aussi, c’est la convergence de ces deux facteurs – la multitude liée à la levée militaire et les nouvelles du front – qui contribue à échauffer les esprits. Les troubles de la journée du 14, pour autant qu’on puisse remonter à leur origine, semblent débuter dans un cabaret, faubourg Reclus. Un nommé Prévaz fait la lecture du journal aux jeunes gens présents. Il aurait déclaré « qu’il fallait que tous les Savoyards se levassent en masse pour chasser les Autrichiens, mais qu’auparavant les nobles donnassent l’exemple et partissent comme les autres ». On dit, mais c’est un topos dans ce genre d’affaire, qu’il s’engagea à payer ceux qui crieraient. Toujours est-il que les agitations, d’abord latentes dans les cabarets et à leurs abords, convergent vers la place Saint-Léger. Les cris ne semblent pas être clairement dirigés contre des individus précis : on se regroupe place Saint-Léger, et non place du château sous les fenêtres de l’intendant, comme on va à l’agora. De fait, on y fait bien passer le sentiment de l’opinion publique car la place Saint-Léger, « l’hypercentre » de la cité, bordée des habitations de la bonne société : c’est donc en son cœur qu’on va porter la bruyante rumeur d’une identité de classe. Protestation sociale devant l’injustice de la conscription, cette agitation peut assez vite tourner à l’agitation politique. En effet, dans ces identités qui s’opposent, résonnent les paroles du Patriote savoisien qui dénoncent l’armée et son commandement, la trahison des aristocrates, les sourdes menées du clergé. De ce point de vue, les réticences à la conscription se déplacent : elles s’ennoblissent de la protestation d’égalité et s’inscrivent dans une ligne politique.

  • 11 Récit Chapperon, op. cit., 15 août 1848.

13Dans la soirée, l’agitation continue : les cabarets sont remplis, des altercations se produisent et les gardes nationaux, parfois accueillis par des seaux d’eau tombés des fenêtres, peinent à faire fermer les débits d’alcool. Devant le Grand café, café de la bonne société, les ouvriers s’attroupent et réitèrent leurs invectives à l’intention de la noblesse. Savoiroux, membre d’une des grandes familles nobles de Chambéry, répond : « La noblesse, qu’est-ce qu’elle vous a fait ! Ouvriers, nommez ceux de la noblesse qui peuvent vous avoir fait quelque chose, mais n’insultez pas tous les nobles en masse11. » Sous les arcades, Léon Ménabréa est montré au doigt et entend proférer à son encontre un « à bas » vindicatif. Sur la promenade il est soudainement entouré, injurié, et, selon sa propre déposition, frappé à deux reprises. Sous les portiques, le peintre Guille, après avoir été giflé, se défend à coup de parapluie des menaces de deux ouvriers ivres. Le lendemain, les patrouilles sont renforcées et l’intendant général lance un appel au calme et à l’union derrière le Roi et la Constitution. Il demande aux ouvriers de regarder autour d’eux les monuments de Chambéry qui témoignent de l’action évergétique des classes aisées, preuves donc de leur sollicitude et de leur générosité. L’antagonisme des classes sociales est ainsi livré à la publicité par les autorités.

14Cette affaire témoigne de la singularité de Chambéry dans le paysage savoyard. La présence relativement importante d’une classe sociale s’édifiant ouvrière, groupée autour de ses lieux de sociabilité propres, arborant des référents venus de France et importés par les ouvriers migrants, cette présence donc, donne à l’agitation une connotation sociale qu’il serait assez vain de chercher ailleurs dans le duché. On perçoit fort bien la porosité de ce groupe aux influences extérieures et sa réceptivité aux événements.

15Certes, dans le cas de la conscription, ces événements les touchent directement. Il n’empêche que les troubles liés à la levée militaire prennent ici une allure inédite : s’il arrive que les opérations de levées donnent lieu à des troubles, on verra plus loin que leur nature diffère fortement ce ceux de la capitale.

  • 12 Joseph Jacquemoud (1802-1863), magistrat et un des leaders conservateurs en 1848. Député de Pont-d (...)
  • 13 Léon Ménabréa (1806-1857), magistrat qui instruit après 1848 des procès contre les agitations « dé (...)
  • 14 P. Geneletti, Jacques Guille. Un peintre mauriennais, Saint-Jean-de-Maurienne, SHAM, 1999.
  • 15 ADS, 6 FS PC 14105, procédure contre Le Patriote savoisien du 15 août 1848.

16Ainsi, il n’est pas indifférent que le domestique de Jacquemoud et Ménabréa soient directement pris pour cibles : Jacquemoud est député et incarne à la Chambre la Savoie conservatrice et, notamment, l’hostilité à la guerre de libération nationale12 ; Ménabréa de son côté incarne la défaite puisqu’il vient d’être nommé conseiller à la légation du Roi à Milan pour les négociations qui précèdent le traité de paix avec l’Autriche13. Quant au peintre Jacques Guille, c’est un protégé de Mgr Billiet, archevêque de Chambéry14. Aussi, n’y a-t-il pas de hasard et est-il possible de voir dans ces événements la traduction, certes un peu confuse, de la ligne politique du Patriote savoisien et de ses articles incendiaires contre la réaction en Savoie. D’ailleurs, le journal sera poursuivi pour des articles du même acabit, dans un numéro publié le lendemain des événements dont nous venons de parler15. On ne peut pas raisonnablement ici accuser la répression d’inventer des liens imaginaires : il existe à l’évidence des contacts entre les propos de la presse et la nature de l’agitation de rues à Chambéry. La presse qui disserte abondamment sur la nature des droits et des devoirs nouveaux, tend à diffuser des représentations qui, une fois appropriées, courent les rues sous les formes de protestations égalitaristes :

  • 16 ADS, 28 F 77/1, Chapperon, Éphémérides, 26 novembre 1848.

« [Étant] de patrouille, des conscrits prétendent avoir le droit de chanter la nuit entière ; un d’eux me dit sous les portiques que c’est là le quartier des riches, des aristocrates ; que quand ils font des fêtes les ouvriers ne savent pas où coucher. Je lui réponds que la liberté qu’il invoque est pour tout le monde et que si les riches l’empêchaient de dormir, nous les ferions également cesser, etc. Enfin nous en arrêtons un16. »

  • 17 Ibid., 31 août 1848.

17Le journal de Chapperon, comme les autorités administratives, dénonce l’attitude de la garde nationale et sa permissivité : il note, à pro pos d’un désordre créé par un ouvrier qui se promène dans les rues une cocarde rouge à sa casquette et l’air altier, que les chefs du poste de garde n’ont pas bougé. Or, parmi ces hommes de faction, nous retrouvons des hommes compromis auparavant en d’autres affaires et agitations politiques17. Des officiers de la garde nationale, il est aisé de remonter à ceux qui les appuient au Conseil de Ville. Évidemment, cette approche tend à valider les représentations disqualifiantes à l’égard des démocrates : ils seraient ainsi des hommes de désordre. Pour l’historien, il ne s’agit pas là de valider ce qui relève de procédés polémiques, mais plutôt de constater qu’il y a lutte d’influence au sein de la cité et que la manifestation de rue, ou la tolérance à son égard, s’inscrit dans un rapport de force. Les nouveaux venus au sein du Conseil de Ville s’efforcent d’assurer leur légitimité en faisant montre de leur appui « populaire ». Car au fond de ces agitations, c’est bien de nouvelles légitimités – tant celle des « nouveaux notables » que celle que cherchent les ouvriers – qui tendent à se définir. De ce point de vue, les désordres de fin mars 1849, « l’affaire Broglia », montrent bien les convergences à l’œuvre.

  • 18 Sauf mention contraire, le récit qui suit est puisé aux sources suivantes : AST, Materie politiche (...)
  • 19 Tous les deux, membres du cercle démocratique de Chambéry. Joseph Dessaix (1817-1870), neveu du gé (...)
  • 20 6 FS PC 11285, témoignage de Dollin, négociant.

18Dans le contexte très tourmenté qui précède la défaite de Novare (23 mars), le gouvernement nomme en Savoie un nouveau gouverneur : le général Broglia. Celui-ci arrive précédé d’une fort mauvaise réputation, dont Le Patriote savoisien s’est fait généreusement l’écho : en tant que commandant de la 3e division de l’armée sarde, il avait ordonné le retrait de ses troupes lors de la bataille de Custozza, cette même bataille où le général d’Aviernoz, héros de la Brigade de Savoie, était blessé au combat. Il est donc l’incarnation de la supposée trahison des cadres militaires et sa nomination apparaît comme un affront à la (patriote) Savoie. Dès son arrivée, les rues connaissent de graves agitations nocturnes18. De la masse mise en mouvement, émergent les « blouses », même si les ouvriers marchent main dans la main avec des « gens bien mis » : « MM. Dessaix et Python19, passèrent devant la compagnie que je commandais [...]. Ils ont fait deux ou trois tours sous les portiques et ensuite se sont mis à chanter en passant dans la rue, sans que je me rappelle quelle chanson ils chantaient. Alors une foule d’ouvriers au nombre d’environ une vingtaine, sont sortis de tous côtés pour faire cortège20. »

  • 21 Le poing coupé était, avant les réformes de 1822, réservé aux parricides.

19Les témoignages sont de ce point de vue irrécusables, tant ils sont nom breux à mentionner les mêmes individus liés au cercle démocratique à proximité ou au sein des agitateurs, majoritairement les ouvriers de la cité. Dès la nouvelle de l’arrivée du général Broglia, les bruits d’un « charivari » circulent. On parle d’aller en procession brûler le mannequin du général au parc du Verney, lieu des exécutions capitales : on se contentera en fait de le huer nuitamment sous ses fenêtres et de s’emparer de la ville pour quelques nuits. Une « foule de personnes de toutes classes », selon le commissaire de police, se rassemblent pour crier : « À bas Broglia, à bas le traître, le lâche, à bas l’Autrichien ». Parfois, des slogans plus menaçants se font entendre, telle cette chanson entonnée par deux ouvriers et dont le refrain est : « Broglia mérite d’avoir la tête et les poings coupés ; aux armes vengeons-nous ». Cette « figure » s’inscrit selon toute vraisemblance dans la perspective du brûlement devant se dérouler au Verney : le châtiment proposé, assimilable aux peines infâmantes, accompagnait autrefois certaines condamnations à mort21. La présence des enfants est mentionnée dans toutes les manifestations qui se succèdent. Place Saint-Léger, la garde nationale doit intervenir pour faire taire un groupe de dix à quinze gamins qui crient « à bas Broglia » et qui « avaient des queues en paille auxquelles ils voulaient mettre le feu, mais on les en a empêchés ».

  • 22 Pour plus de précisions sur cet épisode dans lequel le réseau des cercles démocratiques de Savoie (...)
  • 23 Nicolas Parent (1817-1889), avocat, s’impose comme leader démocrate en Savoie après l’Annexion de (...)
  • 24 Le premier est substitut greffier, le second maître tapissier.
  • 25 6 FS PC 11285, témoignage du colonel de la garde nationale, Pithon.
  • 26 Ibid., témoignage de C. Pégaz, serrurier, prévenu.
  • 27 J. Michel, maçon de 30 ans ; M. Gorrin, tailleur de pierre de 23 ans ; C. Pegaz, ouvrier serrurier (...)
  • 28 ADS, 28 F 77/1, Chapperon, Éphémérides, 22-31 mars 1849.

20Au charivari succède une ambiance de mobilisation générale suite à la nouvelle de la défaite de Novare22. La victoire de l’armée autrichienne semble présager le retour à l’ancien régime, l’abolition du Statut et peut-être même l’invasion du territoire. Les craintes sont sans doute avivées par le souvenir de l’occupation de 1815. L’avocat Parent, directeur du Patriote savoisien23, se déclare en privé prêt à parcourir la Savoie pour mobiliser des volontaires et s’en aller combattre les Autrichiens. Comme les jours précédents, on danse et on chante dans les rues. Significativement, c’est la place de l’Hôtel de Ville qui devient le lieu des manifestations. Une farandole s’y organise, tandis que Piccolet et Brionis24 tentent de planter le drapeau français au balcon de l’Hôtel de Ville, pour signifier la mobilisation générale. Dans ce désordre total et cette effervescence, on entend dans la procédure judiciaire la voix des ouvriers de Chambéry. Quand on leur demande de cesser de chanter et de danser, au regard de la gravité de la situation, « ils se sont resserrés entre eux criant qu’ils pouvaient chanter et danser librement25. » Cette altière réplique n’est pas à comprendre comme une réponse anarchique. En effet, tout comme pour l’avocat Parent, c’est le sentiment patriotique qui les anime : « Nous lui avons répondu que nous ne savions que trop [la gravité de la situation] et que nous nous égayons pour partir et aller à leur secours si l’on voulait nous donner des armes. »26Lorsque finalement, la garde nationale arrête péniblement six des ouvriers27, les récriminations à son encontre s’élèvent. Jusque-là, s’étant bien gardé d’intervenir, se limitant à faire acte de présence, elle avait été saluée des vivats de la foule. Lorsqu’une partie de la garde nationale s’efforce de rétablir finalement l’ordre place de l’Hôtel de Ville, elle s’entend dire par « les miliciens de la classe ouvrière » : « On veut nous flouer ». Expression d’une défiance et d’un climat de méfiance qui s’est installé par les rumeurs récurrentes de trahison. Cette attitude est encouragée par la pusillanimité d’une partie de la garde nationale : les ouvriers sont devenus, en ce temps de crise, les porte-parole du sentiment national. Au demeurant, celle-ci incorpore des ouvriers, ce qui ne contribue pas peu à la paralyser. Geste révélateur que celui de cet artisan quand il apprend la défaite des armées : « Meunier, officier de la garde nationale, excitait les cris de à bas la Garde nationale. Il avait enlevé sa cocarde et foulée aux pieds en disant qu’il n’en avait plus besoin. Aux arrêts28. »

  • 29 6 FS PC 11285, rapport du questeur Dupuy.

21On voit que les réminiscences de la Grande Révolution – la mobilisation populaire au service de la « patrie en danger » – traverse toute une partie de la société chambérienne : il n’y a pas, de ce point de vue, de clivages culturels entre les classes sociales, mais bien le fonds commun d’une culture politique ancré dans des mythes fondateurs. En revanche, il existe bien un rejet à l’encontre d’une classe dirigeante, celle qui s’est maintenue dans les sphères du pouvoir local, et dont le passé ne peut être accommodé au sentiment national (re)naissant. C’est ce que traduit, sur un mode parodique, cette réponse faite à Domenge, titulaire de la croix des saints Maurice et Lazare, qui tente de faire cesser chants et danses : « Ils dansèrent une farandole. M. Domenge, major de la milice qui s’était approché pour les inviter à cesser ce désordre fut alors entouré par eux et quelques-uns s’étant mis à danser une ronde, chantèrent en même temps : Dis moi donc, frère Jean-Pierre, où Diable as-tu gagné la croix29. »

  • 30 Ibid., rapport du questeur Dupuy.
  • 31 AST, Materie politiche..., mazzo 14, l’intendant général au Ministre de l’Intérieur, 24 mars 1849.

22Les ouvriers chambériens vivent un temps crucial d’une construction identitaire fondée sur le sentiment d’incarner le sentiment national. Fonda mentalement festif, encouragé par les articles du Patriote savoisien, ce sentiment a partie liée avec la Grande Révolution et l’air du temps : celui des nationalités. Les affaires de mars 1849, marquent le point d’orgue d’une agitation latente et achèvent pour partie un processus en cours : « Au reste, il y a déjà plus de huit mois que de temps à autre des individus toujours pour la plupart chauffés par le vin, font retentir les mêmes chants pendant la nuit en parcourant les rues de cette ville sans qu’on ait pu parvenir à les réprimer30. » Soulignons pour finir que si l’effervescence de la « patrie en danger » retombe vite, les émeutiers ont en revanche obtenu la révocation du général Broglia. Plus encore, dans sa correspondance avec le Ministre, l’intendant général déclare ne pouvoir maintenir le calme qu’à condition qu’un commandant de place jouissant de la confiance populaire soit nommé en remplacement de Broglia et, ajoute-t-il, « ce chef doit être savoisien31 ».

23Ce qui sera : Broglia rappelé, c’est précisément d’Aviernoz, général et héros de la Brigade de Savoie, qui le remplace comme gouverneur de la Savoie.

  • 32 Création de l’administration de la Sûreté publique, désormais sous l’autorité des intendants. Décr (...)

24Suite aux années indécises de 1848-49, une stabilisation s’opère : l’éloignement de la perspective d’un rattachement à la France coïncide avec l’entrée en vigueur progressive des réformes venues de Turin concernant l’ordre public32.

Le charivari politique : les troubles de mars 1848

25La connexion entre un dispositif partisan et les démonstrations dans l’espace public est sensible dès les premières agitations qui se déroulent à Chambéry et qui précèdent de quelques jours l’arrivée des Voraces. Ces manifestations méritent un traitement particulier.

  • 33 Le Courrier des Alpes, 11 mars 1848.
  • 34 Journal de Jean-Baptiste Vernaz, 12 mars 1848.
  • 35 La garde nationale n’est pas encore en place à cette date.

26La révolution de février à Paris provoque à Chambéry une certaine fébrilité. Le 11 mars, Le Courrier des Alpes, alors seul journal politique de Chambéry, s’en fait l’écho. Son directeur, G. M. Raymond signe un éditorial où, après avoir fait l’éloge de l’œuvre de Charles-Albert, il condamne le vent de division et les manœuvres politiques qui percent au sein de la cité. Après avoir énoncé les droits et les devoirs du citoyen, il met en garde contre l’agitation. Il souligne que celle-ci, suscitant l’inquiétude, nuit à l’activité économique. Au contraire, la quiétude est la condition de la prospérité : « Alors l’ouvrier obtient par sa bonne conduite, sa modération et sa patience ce qu’il n’eût pas pu obtenir par le tapage et le bruit. » Il met en valeur les bienfaits de l’épargne et, au contraire, la malédiction liée à la fréquentation des cabarets. Toutes ces considérations trahissent que les fêtes qui ont accueilli la promesse d’une constitution en février 1848, tendent à se prolonger en une liesse plus diffuse, teintée d’attentes et de revendications nées des difficultés économiques, mais aussi des échos venus de France qui soulèvent des attentes auxquelles le Statut ne répond désormais plus que partiellement. Ce ton paternaliste se complique de phrases malheureuses sur les ouvriers fainéants : « Le fainéant se plaint toujours. Il lui irait très bien d’être nourri, vêtu, logé, payé pour ne rien faire et s’enivrer [...]. Il crie même qu’il n’y a point de travail, parce qu’il serait bien aise qu’il en fût ainsi, ou qu’on le crût. Cela lui vaudrait excuse33. » Dès le lendemain, l’agitation gronde dans les cabarets des faubourgs. On y entend La Marseillaise et les cris « Vive la République ». Le Chant d’espoir, un des hymnes des fêtes de la liberté octroyée, est parodié : « Croix blanche, croix flétrie, /En toi nous avons peu de foi, / Désespoir de la patrie / À bas, à bas le Roi34. » Vers 22 heures, la troupe fait fermer cafés et cabarets, cela est alors dans ses attributions35, et disperse les attroupements échauffés. Vers minuit, les concerts reprennent dans les rues : le gouverneur fait à nouveau sortir les troupes. On en reste là.

27Ce qui est ici à l’œuvre est une dialectique réelle entre une classe de la population et la presse, cette dernière agissant cette fois comme repoussoir. Le tout fait écho à l’onde de choc venue de France, comme le prouve le chant de La Marseillaise et le dédain affiché pour la dynastie. Il est à noter que le détournement de la chanson ci-dessus est le seul exemple recensé : il semble évident que Charles-Albert, en prenant la tête de la guerre de libération, a désamorcé l’animosité qui existait contre son régime. Nous avons vu que dans les troubles d’août 1848 et ceux d’après, si la noblesse et le clergé sont visés, en revanche le Roi n’est qu’exceptionnellement attaqué. Le principe bien connu des mauvais conseillers reste de mise.

28Le 18 mars, L’Abeille, journal non politique, agite l’affaire et s’en prend de manière feutrée au Courrier des Alpes, en valorisant par anticipation la garde nationale :

« Tel journal qui dresse aujourd’hui un piedestal à la classe ouvrière pour la traîner le lendemain dans la boue, est souvent, sans s’en apercevoir, l’auteur de ces revirements soudains dont on cherche à s’expliquer la cause. Montrez à l’ouvrier que vous avez confiance en lui, que vous l’estimez ; organisez en patrouilles les hommes les plus turbulents, chargez-les du maintien de l’ordre, vous n’aurez personne de plus dévoué, car l’homme du peuple a le cœur bon. »

  • 36 Le docteur Buet, président de la Société philanthropique savoisienne de Paris, se rend le 19 mars (...)
  • 37 ADS, 1 FS 461, le gouverneur au Ministre de l’Intérieur, 25 mars 1848.

29Les animosités sont donc entretenues et elles éclatent le 25 mars au soir, suite encore à un article du Courrier. Cette fois, G. M. Raymond s’en prend à la délégation du Docteur Buet auprès de Lamartine36. Il s’agit d’un article virulent contre l’idée d’annexion, où il est dit que la Savoie ne veut pas de la république et qui dénonce l’image donnée de la Savoie par le docteur Buet. Le soir, Raymond est assailli chez lui : « Une troupe assez considérable de jeunes gens composée d’étudiants, de substituts et de clercs de procureur s’est portée au-devant de la maison de M. l’avocat Raymond rédacteur en chef du Courrier des Alpes, et l’a assaillie de coups de pierres. Les volets des persiennes, les vitres, et mêmes les portes ont été brisées ou fortement endommagées37. »

  • 38 Cette manifestation se déroule lors de l’application du décret d’expulsion des jésuites, ce qui ex (...)

30Dans l’après-midi, dans plusieurs cafés le numéro de Courrier avait été brûlé. Dans les rues des jeunes gens, exhibant le journal planté au bout d’une perche, injuriaient le directeur-gérant : « Ces jeunes gens poussèrent des hourras et lorsque je fus à quelques pas du côté du boulevard ils crièrent à bas les jésuites, à bas le caffard38. » Une souscription avait circulé dans les cafés pour donner le soir un charivari audit Raymond. Vers 20 h 30, celui-ci entend de chez lui des bruits confus qui se rapprochent. Deux groupes convergent vers sa maison. Le silence total se fait. Des enfants frappent avec des pierres contre la porte. Une première pierre est lancée, puis les jets se multiplient et durent cinquante minutes avec les résultats que l’on imagine sur la demeure : le questeur de police laisse sur ce point un rapport éloquent sur l’aspect intérieur de la maison de Raymond consécutif à la grêle de pierres. Des menaces jaillissent : on propose d’incendier la maison ou les presses. « On criait par intervalle à bas Raymond, à bas le jésuite, à bas le caffard, le caffard à l’eau, à la lanterne, c’était ordinairement une voix qui poussait le cri et la foule le répétait quoique ce ne fut pas toujours la même voix qui commença. » Il semble qu’il y ait eu beaucoup de simples spectateurs – dont certains sont pris à partie au titre de « mouchards » – mais aucune intervention d’aucune sorte. La foule se retire une fois l’œuvre de destruction accomplie.

31Cette affaire soulève plusieurs questions. Tout d’abord, les agitateurs semblent jouir d’une impunité totale. Il faut se souvenir du grand chamboulement alors à l’œuvre : Charles-Albert vient à peine de déclarer la guerre à l’Autriche et les troupes stationnées à Chambéry sont en partance. D’autre part, les formes de cette manifestation doivent retenir l’attention. Les autorités parlent de charivari. De fait, elle en a bien les formes. Le concert bruyant est composé de sifflets, de cornets, de pistons, de clochettes et de casseroles. La part la plus active est dévolue à la jeunesse : d’abord les enfants, puis les auteurs des jets de pierres. Ces jets de pierres contre la demeure sont eux-mêmes un classique du charivari. Un rituel est à l’œuvre, comme le suggèrent les slogans d’abord proférés par une voix unique puis répétés à l’unisson. Certains des auteurs de ces dégradations, est-il dit, sont déguisés en paysans. Retenons ce témoignage important : « Parmi les personnes dont est question les unes étaient pliées dans des manteaux, les autres avaient des patelots à capuchon, d’autres étaient habillées en paysans mais à leurs mouvements aisés je serais portée à croire que c’étaient des personnes déguisées. »

  • 39 ADS, 6 FS 268, l’avocat de Tarentaise à l’avocat fiscal général, 2 septembre 1848.

32L’appellation « charivari » peut prêter à confusion, mais on la retrouve en plusieurs affaires qui ont les mêmes caractéristiques, toujours à l’encontre de notables. C’est le cas à Brides-les-Bains, où c’est la maison du député Palluel qui est prise à partie en septembre 1848 par une vingtaine de personnes : « Quelques individus qui pour se déguiser avaient retourné leurs habits et caché leurs figures avec leurs mouchoirs, portant les uns des sonnettes, les autres des marteaux, d’autres enfin différents instruments en cuivre39. » C’est encore le cas à Albertville, en août 1848, quand Ancenay – notons-le, neveu du précédent – dénonce sur la place publique les déserteurs : le soir, son jardin est saccagé et sa maison entourée de bruits et de clameurs assourdissantes, accompagnées de jets de pierres. En mars 1849, le général Broglia subit des sérénades vindicatives données à l’aide d’instruments divers sous sa chambre d’hôtel.

  • 40 C. Desplat, Charivaris en Gascogne. La « morale des peuples » du xvie au xxe siècle, Paris, Berger (...)

33Le charivari évoluerait donc vers une manifestation qui se mêlerait de politique. On sait que C. Desplat a montré de justes réticences à l’égard d’une telle interprétation40. Il faut bien pourtant constater que les charivaris dont nous parlons sont de nature assez particulière. Tout d’abord, ils sont urbains : tous les charivaris recensés dans les campagnes durant cette période sont généralement conformes à leur définition spécifique, en tous cas ils ne sont pas politiques. Il n’y a en revanche aucune poursuite judiciaire pour charivari à Chambéry. D’autre part, les auteurs des « charivaris politiques » ne semblent pas issus du monde villageois : pour Brides, on soupçonne, sans doute avec raison, les membres du cercle démocratique de Moûtiers, de petits-artisans (serruriers, cabaretiers...). À Albertville, il s’agit d’un geste spon tané de la population de la ville. La citation utilisée plus haut qui souligne que, malgré la mise des assaillants de la maison Raymond, les gestes ne correspondaient pas à ceux des paysans, plaide dans le même sens. On se rappelle aussi que l’on parle d’étudiants et de clercs de procureur : jeunesse estudiantine portée aux désordres urbains et, peut-être, à l’application de rituels collectifs. C’est une spécificité de la capitale du duché, mais cette présence est à exclure pour les autres cas de « charivaris politiques » évoqués à l’instant.

  • 41 La pratique de déguisement n’est pas exceptionnelle : songeons à la « Guerre des Demoiselles » dan (...)
  • 42 ADS, 1 FS 461, l’intendant général au Ministre de l’Intérieur, 18 avril 1849. Le sous-intendant se (...)

34On peut considérer que les autorités commettent un abus de langage. On peut aussi considérer qu’elles identifient une forme de désordre, qui se distingue, non par ses motivations, mais par ses rites. Ainsi, évidemment, le travestissement peut avoir pour finalité de ne pas se faire reconnaître, de se dissimuler. Mais c’est aussi une pratique de type carnavalesque, qui peut tout autant emprunter aux charivaris « classiques » qu’aux rites estudiantins41. Ces manifestations sont accompagnées de menaces, mais pas de revendications : pas de traces ici de « Vive la République » ou autres slogans du même acabit. C’est précisément ce fait qui doit pourtant nous conduire à envisager la pratique charivaresque comme un « sas » de la manifestation politique. En effet, il s’agit ici de l’emprunt de pratiques communautaires reconnues et intériorisées : c’est-à-dire, non perçues par les acteurs comme un acte de sédition, mais plutôt comme un acte réparateur. Leurs destinataires – qui sont toujours des notables, insistons-y – agissent comme des repoussoirs pour l’identité de cette communauté dont ils ont généralement stigmatisé l’identité : Raymond – sans doute mal interprété sur ce point – parle d’une Savoie misérable, Ancenay fustige la lâcheté d’un soldat savoyard déserteur, le sous-intendant Cappa est victime d’un charivari à Pont-de-Beauvoisin car on lui reproche de s’être conduit comme un lâche lors de l’invasion des Voraces42, Broglia quant à lui se serait mal conduit à l’égard des Savoyards au front. C’est l’honneur et l’identité commune qui est en jeu. Dans cette perspective, la pratique charivaresque prend son sens. Elle se veut d’abord protestation réparatrice : la violence reste symbolique, n’atteint pas les personnes. Elle rend aussi pensable et effective une mobilisation « de masse », un ordonnancement du mouvement. Pour autant, elle se fait au regard de contenus inédits, le sentiment savoyard et national, orgueilleusement éprouvé et défendu quand on l’estime bafoué. Ce qui signifie dans ce cas, que le référent identitaire s’élargit au-delà de la communauté immédiate : en ce sens, cette pratique aux formes « archaïques » per met d’intégrer des valeurs dans l’actualité, celle du sentiment identitaire national.

  • 43 ADS, 6 FS 343, l’avocat fiscal général au Ministre de l’Intérieur, 22 mars 1849.
  • 44 ADS, U 1803, procédure contre H. Caillot, ouvrier tissier de 19 ans, 1850.

35Dans les cas cités, l’idée de manipulation est sous-jacente : si la pratique charivaresque resurgit, c’est parce qu’elle est en mesure de mobiliser, de canaliser l’action du nombre, mais à l’initiative de certains acteurs. Sans tomber dans l’interprétation des autorités, celle de la manipulation et du complot, soulignons que dans l’affaire Raymond, Ferraris, gérant de L’Abeille, a été vu dans l’après-midi, au café Pollet, préparant la souscription avec plusieurs autres jeunes gens. L’article susmentionné en réponse à celui de Raymond, montre assez bien que L’Abeille préfigure l’action du Patriote savoisien. Selon toute vraisemblance, les meneurs du parti démocratique s’efforcent de faire coaguler les identités sociales et le sentiment national. Ces deux perspectives des meneurs se rejoignent puisque les démocrates, notamment dans Le Patriote savoisien à partir de l’été, parlent du « peuple » pour l’opposer à l’aristocratie, traître à la nation. Tant pour le charivari Raymond que pour celui de Broglia, les autorités rapportent que des hommes se tiennent encapuchonnés à distance du groupe et en retrait des halos de lumière : « Les vociférateurs étaient organisés en bandes d’individus appartenant au bas peuple et presque tous vêtus de blouse. On pouvait voir, à quelque distance de chaque bande, des citadins du parti républicain qui avaient mission de diriger les mouvements. Les cris de “Vive la République” se sont fait entendre dans les lieux non éclairés par les réverbères43. » Lors d’un des nombreux troubles aux abords du théâtre, le factionnaire pris à partie par un jeune ouvrier tissier – « mauvais Piémontais, mauvais soldat » – déclare que celui-ci est accompagné d’un « Mon sieur bien mis » qui l’encourage « de signes de la main44 ».

36La pratique du charivari politique témoigne tout autant d’un sentiment naissant, bien dans l’air du temps – la nationalité blessée –, que d’une dialectique entre une frange des classes éclairées et son volant de main d’œuvre. Moins cyniquement, on pourra parler d’une rencontre : au balbutiement de l’expression partisane, se pose le problème d’agir en collectif. De ce point de vue, la manifestation « charivaresque » contre Raymond montre de manière caricaturale le dialogue nouveau qui s’établit entre la parole de la presse, l’action partisane et la mobilisation du nombre. Ce dispositif, d’ailleurs, se traduit concrètement dans l’évolution du recrutement du Conseil de Ville. Notons au passage que les conservateurs, comme le montrent les articles de Raymond, contribuent activement au redéploiement partisan et à fixer les identités. C’est un temps créateur : derrière les formes traditionnelles, c’est la nouveauté en gestation qui est à l’œuvre. Cela demandera du temps pour devenir des réalités tout à fait conscientes : les identités se construisent sans rupture. Les affaires dont nous avons parlées ont pour ressort des questions d’honneur et des valeurs communautaires : on reste dans une filiation traditionnelle. L’émotion en est le fondement. Ces valeurs communautaires ont une réalité éminemment discutable, tant si on les aborde sous l’angle de la classe sociale que sous celle de la « nationalité ». Si elles ne correspondent pas nécessairement à des réalités objectives (la classe ouvrière chambérienne ? la notion de peuple et de nation dont seraient exclues les classes aisées ? l’appropriation exclusive de la cause nationale par les « démocrates » ?), elles contribuent à forger des représentations qui sont bien réelles et efficientes. Les représentations s’inscrivent parfois à rebours des faits ou des réalités objectives, elles n’en restent pas moins des faits d’histoire parce qu’elles contribuent à l’émergence de l’événement. Leur vertu bien réelle ici est à coup sûr d’élargir le sentiment de communauté au-delà de la proximité immédiate et des interrelations traditionnelles : ici, la « nation », là, la « classe ouvrière », incarnation du peuple, ou du moins qui tend à se penser comme voix de la conscience de la nation. Cette période troublée n’est donc pas seulement une période d’affrontement : elle est aussi une période d’intégration et d’intériorisation de valeurs nouvelles, de familiarisation et d’appropriation de repères qui sont ceux qui circulent en Europe.

37Les agitations de rues de Chambéry n’épuisent nullement la question de la manifestation du politique en Savoie. Mais gardons bien à l’esprit que ces événements de la capitale sont de plus en plus relayés par la presse, affichant au grand jour les oppositions partisanes, et qui, du coup, diffuse un discours, mais plus encore des modèles.

Les rites protestataires, beaucoup de bruit pour un peu de politique

38Hors de Chambéry, les désordres prennent une autre couleur. Ce qui frappe au premier abord est une composante traditionnelle apparemment plus prégnante : révoltes anti-fiscales, dissensions autour de l’usage des communaux ou affrontements « claniques » restent le fond des désordres collectifs. Il existe donc une forte continuité et il serait absurde de concevoir les implications du mouvement de 1848 en termes de révolution : la vie au bourg et au village ne connaît pas de mutation brusque. Les passions, les rancœurs, les envies et les représentations restent les mêmes. « Temps immobile » donc ? Pas tout à fait.

39L’esprit du temps souffle aussi, mais sans rien emporter. Tout d’abord, les réformes initiées par Charles-Albert pénètrent de fait au sein des communautés, ne serait-ce que par le biais des élections. Mais le changement pénètre surtout de manière plus confuse sous les formes de ce que l’on pourrait appeler un desserrement de l’encadrement traditionnel, desserrement qui contribue à favoriser une dilatation du fait communautaire. Ce desserrement se traduit par un déplacement de l’argumentaire revendicatif et/ou agonistique. Les promesses de liberté, valeur jadis suspectée et prohibée mais dont le régime a désormais fait son étendard, transmuent les revendications traditionnelles en exigences de légalité et de conformité à l’espoir suscité. En somme, le Statut et l’ère des nationalités réveillent un sentiment égalitariste qu’on peut désormais revendiquer au nom du droit reconnu.

40Plus malicieusement, ce sont les rivalités claniques au sein des bourgs et villages qui vont parfois se muer en affrontements politiques : certaines communautés vont être divisées entre rouges et blancs. On pourra juger parfois qu’il s’agit d’allures carnavalesques. On pourra juger souvent que le vernis politique cache assez mal la banalité des affrontements. Pourtant, c’est précisément cet habillage qui doit retenir l’attention, sauf à considérer que le clivage partisan est nécessairement catéchétique. En réalité, rien ne s’impose, tout s’insinue. S’il y a circulation du politique, c’est d’abord par la voie de l’appropriation et, celle-ci, ne s’effectue que si elle est « utile » à ceux qui en usent. Les modestes acteurs que nous allons croiser ont ainsi capté au service de leurs passions ce qui pouvait les servir au mieux. C’est d’abord ainsi que les clivages partisans parcourent le village. Et c’est cet accaparement, geste initiale de « la politique moderne » dans la communauté de base, qu’il convient de comprendre.

Aix, Thonon, Évian en 1848 : rébellions et politique

  • 45 Sur Aix : G. Corre, op. cit. et AST, Alta polizia n° 250, correspondance des carabiniers avec le M (...)
  • 46 Citons la synthèse récente de Jean Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et consc (...)
  • 47 Environ la moitié des prévenus se déclarent cultivateurs ou laboureurs. L’année 1848 ouvre une pér (...)
  • 48 Ces deux expressions sont reprises des travaux de E. P. Thompson et R. Dupuy. Ces approches visent (...)

41Les premiers vrais troubles d’importance se déroulent au printemps 1848 et touchent de petites, mais emblématiques, cités. En juin et juillet, deux révoltes contre l’octroi se produisent respectivement à Aix (3 850 habitants) et Thonon (4 488 habitants). Ces manifestations, qui ont été l’objet d’instructions judiciaires, sont rapidement considérées par les autorités comme non politiques45. De fait, elles reproduisent le schéma connu des « émotions populaires46 ». Ce sont des manifestations de forte ampleur, cent cinquante individus à Aix et au moins deux cent à Thonon, où les enfants et les femmes jouent le rôle moteur : les premiers débutent l’assaut contre les symboles de l’octroi – par des jets de pierre –, les secondes sont au premier rang des émeutiers. Les hommes se tiennent d’abord à distance, puis quelques meneurs se distinguent : à Thonon, deux d’entre eux vont achever l’œuvre de destruction en démontant, sous les hourras, la charpente de la toiture des baraques de l’octroi. À Aix comme à Thonon, ces baraques sont effacées du paysage, ainsi que les autres symboles de l’impôt urbain : poteaux, affiches, registres, enseignes... Ces vestiges sont portés en triomphe avant leur destruction. Commencent alors des processions plus ou moins inquiétantes. À Thonon, elles restent fondamentalement festives, voire bachiques. À Aix en revanche, on déambule dans les rues en criant « à bas les riches », le vice-syndic est chahuté, l’insinuateur est menacé et la salle du Conseil de Ville est envahie. L’impuissance des autorités est flagrante : à Aix, le vice-syndic tente de fuir et à Thonon les discours apaisants de l’intendant ne servent à rien. Dans les deux cités, le rappel de la garde nationale est battu en vain : seuls les officiers viennent mollement se présenter. Ces agitations témoignent pour une certaine unanimité de la communauté, même si à Aix il se dégage bel et bien un vif antagonisme social. C’est qu’il s’agit réellement en ce cas d’une révolte contre une « nouvelleté » : l’augmentation du tarif est en discussion et vise à financer la construction du Cercle pour les touristes de la ville thermale. L’émeute témoigne alors d’un antagonisme entre les notables de la cité et une part de la population, souvent des agriculteurs47. Quoi qu’il en soit, il n’en reste pas moins que ces manifestations rappellent, dans leurs formes du moins, les révoltes antifiscales de l’Ancien Régime, le tout sur fond « d’économie morale » ou de « politique du peuple48 ». Dans les deux cas, les autorités révisent, ou promettent de réviser, le tarif de l’octroi.

42Bien que de même nature, les émeutes d’Aix et de Thonon ne sont pourtant pas absolument identiques quant à leurs motivations. En effet, à Thonon, le tarif de l’octroi n’est pas une chose nouvelle, puisqu’il est en vigueur depuis quatre ans. Selon le syndic, la colère s’est accumulée et la révolte couvait. Quel est donc l’événement qui met le feu aux poudres et permet de passer à l’action ? Une lecture attentive de la procédure judiciaire donne la clé. Plusieurs témoins déclarent que c’est seulement depuis la proclamation de la Constitution que des discours publics contre l’octroi se sont fait jour « et que l’on a hautement manifesté l’intention d’abolir cet impôt ». Ce qui signifie donc que le feu couvait depuis quatre mois : « J’ai fréquemment entendu le soir dans les rues, depuis la promulgation de la constitution seulement, crier : vive le Roi ! à bas l’octroi ! » Cette dernière mention est cruciale. Tout d’abord, elle explique que les autorités aient d’emblée considéré l’émeute comme non politique : elle n’est pas contestation du pouvoir. Surtout, elle suggère la nature et la cause de l’émeute. Les acteurs agissent, dans leur esprit, sinon au nom du Roi, du moins au nom d’une certaine forme de légalité : d’une certaine manière, l’abolition de ce tarif s’inscrit comme une traduction des attentes que soulèvent les concessions royales. L’octroi du Statut est l’événement déclencheur, en ce sens qu’il produit un desserrement qui libère la parole, permet la maturation de la contestation et, en dernier ressort, légitime le passage à l’acte. Les bravades de certains jeunes gens, quelques jours après la journée d’émeute, confirment cette interprétation. En effet, le 2 juillet est introduit ostensiblement en ville un tonneau de vin que les jeunes gens débitent sur la place publique au prix qu’ils ont fixé. La fête se poursuit assez en avant dans la nuit et donne lieu à des déambulations festives : « Hier soir [le deux juillet] encore, une foule s’est à différentes reprises arrêtée sur la place de l’octroi en criant de la même manière : vive le Roi, à bas l’octroi ! en dansant la farandole et en chantant des chants de la Révolution ». Cette attitude témoigne, comme il est dit, de la « satisfaction générale », mais aussi d’une forme d’appropriation de la liberté octroyée. Résolument non séditieuse, l’émeute est tout à la fois rétablissement d’un ordre juste et application du Statut. Elle exprime donc à la fois la permanence d’une pratique éprouvée et la perméabilité au changement qui légitime l’acte « traditionnel » de révolte. L’ex pression peut-être un peu fruste de l’idée de liberté est marquée par le chant de La Marseillaise. Mais l’émeute n’en reste pas moins fondamentalement attachée à l’idée de légalisme. L’affaire de Thonon n’est pas la seule à suggérer une telle interprétation.

  • 49 ADS 6 FS PC 11167, procédure pour rébellion à la justice, 1848.

43À Évian (2 210 habitants), en juin 1848, se produisent des incidents graves entre la garde nationale et les douaniers49. L’intendant du Chablais écrit au ministre qu’en plusieurs points de la province les mauvaises dispositions à l’encontre des douaniers s’accentuent. Quoique non politiques, il y voit un terreau sur lequel les « anarchistes » pourraient faire prospérer « leurs folles ambitions ». Il réclame un renforcement des troupes. Le 26 juin, les douaniers d’Évian sont nuitamment insultés et quelques pierres rebondissent sur leur poste. Ils sortent et tombent à bras raccourcis sur les deux hommes qui les ont provoqués. Incident assez quelconque a priori. Toute fois, il se trouve que les deux victimes sont des gardes nationaux de retour vers leur hameau, après avoir participé à des manifestations de la garde nationale d’Évian. Ce point n’est pas anodin, comme le montre la nature des rodomontades nocturnes des deux jeunes gens. Au-delà des injures classiques à l’égard des « gapians », tous plus bons à rien les uns que les autres, les provocations sont en effet symptomatiques : « Venez brigands, voleurs, tas de gapians, qu’on vous enfile au bout de la baïonnette. Ils faisaient en même temps frapper leur fusil contre terre, ce qui nous a fait connaître que c’était des gens de la garde nationale ». Cette prise de parole tend à mettre en scène un statut, et plus précisément, avec l’arme, le symbole de celui-ci. C’est au titre de la fonction surinvestie de garde national que les douaniers se font traiter « d’aristocrates » et s’entendent dire : « À bas le Sonderbund ». L’affaire prend, par les mots prononcés, une singulière tournure : la haine traditionnelle à l’égard des douaniers semble s’être quelque peu déplacée. C’est ce que confirme la journée du lendemain, dimanche, jour de marché à Évian.

44Dans la matinée, une certaine effervescence règne dans les cabarets. Les carabiniers, auxquels rien n’échappe, mènent une investigation subtile : « Nous allâmes ensemble successivement dans deux cafés faisant mine de prendre quelque chose, afin de voir ce dont il s’agissait et d’entendre tout ce qui pouvait se dire. » Il se trouve que l’excitation, sans doute encouragée par la discrète présence des enquêteurs, est à son comble : « On parlait de brûler la caserne [des douaniers]. » Vers dix heures, six à sept cent personnes sont amassées devant ladite caserne : beaucoup d’étrangers sont présents

45– il s’agit des « montagnards », venus pour le marché – mais les membres de la garde nationale apparaissent comme les leaders du mouvement. Le capitaine de la garde vient porter plainte auprès du juge de mandement pour les voies de faits commises durant la nuit. Le juge harangue la foule et s’engage à recevoir, en début d’après-midi, les deux plaignants. La foule se disperse. Mais elle revient une heure plus tard, toujours grondante. Le juge est à nouveau sommé de se présenter : on réclame désormais l’arrestation immédiate des trois douaniers de faction la nuit précédente. C’est la défiance qui motive la foule : « Il me fut répondu que sous le gouvernement précédent, soit antérieur à la Constitution, des préposés avaient tué du monde, que pour toute punition on leur avait donné des galons en les changeant de poste ». Par conséquent, « il faut que les préposés soient arrêtés à l’instant, sous nos yeux, autrement on les oubliera ». Devant l’effervescence, le juge croit plus prudent de faire arrêter lesdits douaniers, afin de les protéger de l’attroupement qui menace leur poste. La foule s’ouvre pour laisser passer le juge et les trois fonctionnaires : c’est aux cris de « Vive le juge », que ce cortège se dirige vers la prison. Cependant, la défiance persiste : « Une partie de la foule les a suivis jusqu’à la caserne pour savoir si ce n’était point une feinte et si, une fois entrés, on ne les ferait point sortir par derrière ; mais quand elle a vu les verrous tirés sur eux, elle s’est retirée satisfaite. »

46Cette affaire est à la fois plus limpide et plus complexe que les précédentes. Plus limpide, parce que le rôle symbolique joué par le Statut est plus net encore : l’hostilité traditionnelle à l’égard des douaniers est libérée par les promesses d’une ère nouvelle. En effet, la défiance de la population est clairement motivée par le souvenir du Buon Governo, lequel est accusé, à tort ou à raison, d’avoir couvert les excès de ses fonctionnaires. Les ressorts qui sont à l’œuvre ici sont les mêmes que ceux à l’œuvre dans l’affaire de l’octroi de Thonon : une demande de justice légitimée par les promesses politiques. Le châtiment des douaniers doit être la traduction concrète de l’ère nouvelle et des promesses. En ce sens, il y a manière de révolution puisque cette ère nouvelle se caractérise par la possibilité de revanche, mais aussi comme rétablissement de ce qui devrait être. Les autorités elles-mêmes arborent l’idéal des libertés octroyées pour couper court aux manifestations de rue. Le discours du vice-syndic est de ce point de vue significatif : « Je leur fis observer qu’ils avaient tort, qu’à présent nous étions sous un gouvernement représentatif, nous avions un député à la Chambre, nous nous ferions rendre justice si on ne nous la rendait pas. » Cette référence à la légalité nouvelle suggère le rôle des élites, toutes garantes de l’ordre qu’elles puissent être, dans la diffusion des repères politiques, entendus ici en termes institutionnels. On voit assez bien comment une hostilité traditionnelle, mais toujours en quête de légitimité pour se faire entendre, sert à la diffusion de représentations nouvelles. L’antique antagonisme permet, au jour du marché, de mobiliser facilement une population qui a des comptes à régler. De ce point de vue, l’affaire est limpide. Elle l’est un peu moins si on descend à un plus grand degré de précision, c’est-à-dire si l’on s’intéresse aux acteurs.

47À l’évidence, le rôle de la garde nationale, à la fois victime et actrice, est crucial. Dans un premier temps, on peut interpréter les faits en avançant une sorte de sentiment de corps : la garde nationale, blessée dans son honneur – blessures au demeurant constatées par le médecin –, demande réparation. Toutefois, cette interprétation en termes d’honneur « clanique » s’avère rapidement insuffisante. En effet, la mobilisation de la population « montagnarde » plaide pour une autre dimension de l’événement. En s’appuyant sur la rancune tenace à l’égard des douaniers, certains membres de la garde tendent, en faisant jouer à ces derniers le rôle dévolu d’ordinaire aux carabiniers, à se hisser au statut de représentants du « peuple ». Les membres de la garde qui se sont fait rosser, cristallisent désormais l’injustice de l’ordre à l’égard de la multitude. Incarnation par essence de la citoyenneté issue du régime nouveau, ils en deviennent le symbole et, de ce fait, deviennent porte-paroles du peuple. Sous cet angle, il n’y a pas manipulation par les officiers – c’est évidemment la thèse d’un certain nombre de témoins. Il y a plutôt concours de circonstances, ou si l’on préfère opportunité : la garde, victime, trouve naturellement en ses officiers les médiateurs de leurs revendications et ceux-ci vont savoir les orchestrer. Cette délégation de pouvoir prend des allures martiales : « Quand vous commanderez, nous sommes à vos ordres », dit un garde à son capitaine. Ce dernier se présente clairement, devant le juge instructeur, comme le personnage temporisateur : ses démarches auprès du juge font de lui l’élément indispensable de la résolution pacifique du conflit. Calmant par sa présence et sa médiation les ardeurs de la multitude, il en devient du coup le délégué légitime. Rôle certes trouble, il n’en incarne pas moins de fait l’ordre légal du nouveau régime. C’est pourquoi l’analyse du rôle de la garde dans cette affaire, et tout spécialement de celui des officiers, est indispensable.

  • 50 Les jésuites sont expulsés des États en mars 1848.
  • 51 La Suisse, et plus précisément Genève, est toujours source d’inquiétude pour les autorités, au moi (...)
  • 52 Le terme apparaît à plusieurs reprises dans la procédure, et dans celle-là seule, et on peut suppo (...)

48Le capitaine et le lieutenant, les frères Bordet, sont considérés par les autorités comme les fauteurs des troubles. Ce qui leur est reproché est que, loin d’avoir tenté « d’écraser » l’affaire pour préserver la paix, ils l’ont au contraire portée sur la place publique. Ce fait est indubitable, et nous venons d’en voir les raisons. Il leur est également prêté des opinions et des propos équivoques depuis leur accession à la tête de la garde : « Gaspard surtout est celui qui excite le plus les habitants en prêchant la liberté à sa mode ». Un événement assez anecdotique éclaire ce jugement. Le 30 juin, alors que l’instruction est en cours, une rixe éclate dans un café d’Évian entre Gaspard Bordet et un nommé Andrier, médecin à Évian. Les causes précises de cette rixe sont assez obscures, mais les formes en disent long. Deux groupes d’hommes boivent chacun à leur table. Ils parlent haut et fort. La table de Bordet parle politique : « En buvant une bouteille, nous avons parlé de différentes choses, entre autres des Autrichiens et de ceux qui trahissaient notre gouvernement » et, plus précisément, « des jésuites qui envoyaient de l’argent aux Autrichiens et de ceux-ci qui n’auraient manqué d’avoir le dessus chez nous si les premiers n’avaient pas été chassés de nos États50. Nous nous sommes entretenus des malheureuses affaires de Paris ». La table d’à côté, rapporte les propos un peu différemment : « Ils ont successivement parlé du Sonderbund51 et des ristons52, en faisant toujours quelque allusion pour nous. » Rapidement, le ton monte et on en vient aux mains. Cette anecdote suggère que les événements politiques créent des clivages au sein du bourg et que, par conséquent, l’action du capitaine de la garde n’est pas totalement « neutre ».

49L’antagonisme avec le juge relève de ces clivages : le capitaine agit auprès du magistrat en tant qu’émanation d’un nouvel ordre des choses, tandis que le juge incarne en partie l’ancien régime. Lorsque ce dernier, lors de l’attroupement, demande au capitaine de rétablir l’ordre, il s’entend dire : « Il faut que justice prompte se fasse ». Ce mot de « justice » est bien l’expression d’une forme de clivage politique. Certes, en premier lieu, il traduit un espoir de revanche des « petits », comme Bordet le suggère lui-même dans sa déposition face à l’avocat fiscal : « Je ne comprends pas pourquoi dans cette circonstance on ne nous donnait une petite satisfaction, soit une enquête ». Mais cet espoir est aussi autorisé par le changement politique. Bordet se mue alors en une sorte de tribun, lorsqu’au café, lisant son acte de comparution pour son action dans l’émeute, il harangue les clients : « On m’accuse de rébellion à justice, où est-elle donc cette justice, y en at-il à Évian ? » Le juge devient l’incarnation de la perpétuation de l’ancien ordre des choses, tandis que la garde devient une victime expiatoire de la justice attendue et promise. Tandis que Bordet est incarcéré, des charivaris nocturnes se déroulent sous les fenêtres du juge « sans que les autorités locales prennent aucun soin pour faire cesser ces désordres ». Des jeunes gens, auxquels on a distribué des fusils, font retentir des détonations. Une chanson contre le juge court les rues. Derrière l’affrontement des clans, se dessinent des représentations de l’ordre ancien et de l’ordre nouveau.

  • 53 Détenus depuis fin juillet, ils sont libérés suite à l’audience, ayant été « suffisamment punis » (...)
  • 54 En effet, tous les deux se déclarent « propriétaires », ce qui signifie qu’ils sont censitaires.

50Mais l’affaire ne s’arrête pas là. En octobre, Le Patriote savoisien publie un assez long compte rendu du retour à Évian des frères Bordet au sortir de leur emprisonnement53. Ce retour est triomphal. On va les accueillir à Amphion, le village voisin : la garde est en armes, la musique municipale et le corps des pompiers en habit de cérémonie. Sur place, on vide un tonneau de vin, on chante Le Chant des Girondins. L’entrée dans la ville se fait dans le plus grand appareil : la voiture dépêchée pour les deux héros entre aux flambeaux dans Évian illuminé, précédée de la musique. Le drapeau de la garde est solennellement replacé à l’Hôtel de Ville. Le lendemain, on leur offre un banquet, présidé par le syndic. Des toasts sont portés... à la France ! Un chapeau de douanier est brûlé sur la place publique, au milieu d’une farandole et, finalement, un arbre de la liberté est érigé. Cet épisode festif, qui mélange rite carnavalesque, entrée royale et rite révolutionnaire, donne décidément aux événements d’Évian une autre tonalité. L’héroïcisation des officiers de la garde tend à refonder l’identité de la communauté autour de sa garde. L’image qui s’est esquissée lors de l’émeute en sort ainsi renforcée, et du même coup la légitimité de la garde nationale aussi. Celle-ci s’appuie sur le consentement populaire, signe du changement. Il se dégage concrètement des ressorts festifs qui sont à l’œuvre : ici, point d’ordre venu « du haut », mais des modalités festives qui émanent du groupe. Qui plus est, l’invocation de la France tend à associer la révolte contre les douaniers à un acte politique. Cela n’était pas au fondement de l’émeute du 27 juin, mais l’événement et la tournure qu’il a pris, permettent une relecture de la part des notables dont les officiers martyrs font partie54 et qui, nous l’avons vu pour Gaspard Bordet, inscrivent les rivalités locales dans la perspective de clivages partisans. Évidemment, l’article du Patriote n’est pas un simple compte rendu et le dithyrambe est vraisemblablement partial. Il n’en reste pas moins qu’il témoigne des processus de ritualisation de l’identité citoyenne. En dernier lieu, il témoigne que cette ritualisation s’opère à la fois dans un processus de continuité et de rémanences, et, surtout, qu’elle s’impose d’abord dans le cadre de l’autocélébration de la communauté. Voici une des voies de pénétration des référents politiques.

Les pratiques contestataires : rites traditionnels et ritualisation partisane

  • 55 Pour l’essentiel de ce dossier : AST, Alta polizia n° 250. Cette affaire a fait un assez grand bru (...)
  • 56 1 FS 461, le gouverneur au Ministre de l’Intérieur, 12 octobre 1848.
  • 57 ADS, U 1756, procédure pour injures, menaces et voies de fait, 1848.

51Il serait possible de trouver d’autres exemples de rébellions aux tonalités ambiguës. À Bonneville, par exemple, où en mai 1848 on brûle en place publique les exemplaires de L’Opinione, journal piémontais qui a publié un article hostile à l’emploi du français à la Chambre55. À Thonon encore, en octobre 1848, suite à l’interdiction du spectacle d’un prestidigitateur, la foule s’amasse pour vitupérer contre le syndic et le commissaire de police : de la foule, s’élèvent les cris « à bas les Piémontais », « Vive la République56 ». On le voit, en Savoie, on ne craint pas le mélange des genres : les désirs de multitudes contrariés, risquent vite de tourner à la protestation séditieuse. À Saint-Thibaud-de-Couz en juin 1848, une partie du village (459 habitants) s’oppose au garde forestier et au syndic, son supérieur57. L’échec de la révocation du premier entraîne de bruyantes manifestations nocturnes, avec jets de pierres et, bientôt, des cris et chants séditieux : « Vive la République, à bas le curé, à bas le syndic, à bas le garde ». Les agitateurs chantent sous les fenêtres une chanson dont le refrain est : « Vive Charles-Albert, vive la liberté ». Les carabiniers dépêchés pour faire cesser les désordres déclarent : « Ils nous ont répondu que le Roi leur avait accordé la liberté et qu’ils pouvaient chanter et crier et faire ce que bon leur semblerait. » Toutefois, sans être pléthore, ces exemples conduiraient à mener une analyse très proche de celle qui vient d’être effectuée. En revanche, il est d’autres manifestations dont les ressorts sont assez différents : il s’agit de celles qui s’organisent autour de l’usage de symboles, autres que le seul chant déjà évoqué. Disons-le d’entrée, cette approche pose problème. D’une part, parce que ces manifestations peuvent paraître, à l’échelle du duché, assez résiduelles. D’autre part, parce que leur interprétation est complexe, fortement ambivalente.

52Ce qu’il faut retenir en premier lieu, car c’est d’une grande originalité, c’est qu’il n’est pas question ici de symboles séditieux – on ne trouve guère d’emploi de symboles prohibés –, mais plutôt d’un usage déplacé ou partisan de symboles admis et légaux. Il n’est pas question ici, par exemple, du drapeau rouge qui serait brandi comme signe d’adhésion à un corps de doctrines constitué et revendiqué. Non : ce qui est observé, c’est une pénétration larvée de la division, une pénétration lente, imperceptible peut-être pour les acteurs, parce que généralement sans revendication claire. Il ne sera donc pas question ici de révolution, encore moins d’idéologie. L’usage politique du symbole, et sa fonction référentielle, s’opère à un autre niveau, plus prosaïque : celui des luttes au sein de la commune. Il n’existe pas de sentiment de sédition : il n’existe, à cet échelon, que la réaction à un réel immédiat. C’est par cette voie que va d’abord s’opérer une dynamique d’intégration des référents partisans.

Les allures martiales du folklore partisan

53Il est fréquent que l’usage des symboles s’accompagne de manifestations « martiales » : l’usage du symbole politique et identitaire, les deux acceptions sont indissociables car toutes deux ont alors vertu protestataire, se veut souvent affirmation d’une solidarité virile. L’usage du symbole s’inscrit généralement dans une filiation : c’est un temps de ritualisation du folklore politique, une sorte d’entre-deux où l’on perçoit des rites festifs rechargés de significations nouvelles. Nous ne sommes plus, comme dans le cas des émeutes contre les autorités traditionnelles, dans le monde ancien, mais bel et bien en transition vers une codification nouvelle des manifestations collectives.

  • 58 ADHS, 4 FS 290, le secrétaire de conseil de Seyssel à l’intendant général d’Annecy, 9 avril 1848.
  • 59 ADS, 1 FS 539, correspondance des autorités, janvier 1849 et U 1931, procédure pour décharge de co (...)
  • 60 Surnom décerné par dérision à Victor-Amédée III suite à l’annexion de la Savoie en 1792, et le ret (...)
  • 61 AST, Alta polizia n° 250, l’intendant général de Chambéry au Ministre de l’Intérieur, 18 juillet 1 (...)

54Le chapelet de bourgs frontaliers, qui voit passer, début mars, les voitures bardées des couleurs tricolores de la Grande Nation, est sur la ligne de front du transfert des symboles. En mars 1848, les manifestations pacifiques et fraternelles dominent : à Pont-de-Beauvoisin ou à Seyssel, on franchit les ponts sur le Rhône pour des banquets conjoints, où les populations célèbrent leurs ères nouvelles respectives et se promettent aide mutuelle en cas d’attaque des « peuples du nord ». Mais ces échanges reprennent rapidement leurs tournures d’affrontements de clocher : les franchissements de frontière prennent les atours de défilés provocateurs aux allures martiales, agrémentés des symboles nationaux respectifs, qui renouent avec les traditionnels affrontements de jeunesse d’avant 1848. Désormais, l’identité politique, avec ses référents, est au cœur des relations. Les manifestations républicaines des bourgs français sont regardées de haut par ceux de la rive gauche du Rhône. Les rapports se tendent : invasions charivariques et chants qui se répondent d’une rive à l’autre surgissent sporadiquement. En avril 1848, une opération coup de poing venue de Seyssel côté France, Marseillaise et drapeau tricolore en tête, promet de venir planter un arbre de la liberté côté Savoie58. En décembre 1848, on frôle l’incident de frontière lorsqu’un militaire de piquet sur le pont de la Balme, près de Yenne, tire deux coups de feu contre les ouvriers français de l’autre rive59. Chaque jour, ceux-ci décochent à l’intention de leurs voisins des bordées d’insultes : « soldats du Roi des marmottes60 », pour ne retenir que celle-ci, fait allusion à un passé à l’évidence bien en mémoire. En cette zone frontière, les symboles deviennent une question sensible. Pour preuve l’épisode suivant, encore à Yenne, dérisoire mais révélateur de l’état des esprits. En juillet 1848, des ivrognes entassent de nuit des pièces de bois au travers d’un des chemins du bourg. C’est, selon le syndic, une plaisanterie assez habituelle. Mais, dans le contexte et dans ce lieu frontière, il circule rapidement qu’une barricade a été élevée à Yenne. L’intendant général rassure le Ministre : « Dans toute autre circonstance, on n’aurait pas donné le nom de barricades à cet amas de bois ; mais comme les esprits sont encore sous l’impression des événements de Paris, on a cru trouver de la similitude dans un fait qui n’en a pas61. » C’est assez dire la circulation des représentations de la sédition, et aussi une certaine hypertrophie des craintes à leur égard : une barricade, pour quoi faire dans un bourg rural de 3 000 habitants, hameaux compris ! Toutefois, ces craintes s’estompent, semble-t-il, rapidement : force est de l’admettre, pas de trace de symboles séditieux, autre que le chant, en Savoie, si ce n’est lors des troubles de Chambéry de mars 1849 (le drapeau tricolore français qu’on chercha à planter sur l’Hôtel de Ville).

  • 62 Dans le système de conscription carlo-albertien (1831), les jeunes gens sont convoqués dans leur v (...)
  • 63 AST, Ministero interni, Gabinetto, n° 34, l’intendant de police de Saint-Julien au Ministre, 23 ju (...)
  • 64 ADS, 6 FS PC 12171, procédure pour désordres à Aiguebelle, 1851.

55Il n’en reste pas moins que des éléments d’un folklore républicain persistent dans un type de manifestation particulier : celui de la « levée militaire62 ». Les relents patriotiques des premières levées de 1848, pour les besoins de la guerre, marquent en effet durablement les rites de la conscription. Le chant de La Marseillaise, lors du départ pour le front, est alors de mise et admis. Il semble perdurer dans le cadre de la conscription après 1849. On trouve trace de désordres liés à la conscription dans les rapports hebdomadaire des carabiniers. À Saint-Julien, en juillet 1848, les conscrits défilent devant la caserne des carabiniers en criant « Vive la République », « À bas les prêtres63 ». À Grésy, en juillet 1851, les conscrits font un tapage du diable dans le bureau, chantent La Marseillaise et entravent le bon déroulement des opérations. Malheureusement, les rapports des carabiniers ne sont que très partiellement conservés dans les archives et il manque donc à l’historien l’apport de cette surveillance de proximité, dont relève généralement ce type de trouble, plus ou moins toléré. Au hasard d’une procédure, on apprend qu’à Aiguebelle en octobre 1851, les conscrits de passage chantent encore La Marseillaise, mais, notons-le, ce n’est pas l’objet de la procédure et le syndic rapporte ces faits comme une affaire bénigne et habituelle64. Il reproche même à l’autorité d’avoir laissé en station les carabiniers, assimilant cette mesure à une provocation. Tout ceci suggère que le temps de la conscription, en voie de devenir un rite de passage, est marqué par un rituel martial qui emprunte symptomatiquement les symboles de la Grande Nation. De ce point de vue, l’affaire d’Aix de 1851 mérite qu’on s’y attarde car elle est mieux connue, grâce à la procédure judiciaire qui fut engagée suite aux désordres anormaux dont fut l’occasion, ces jours-là, l’opération du tirage.

  • 65 Pour les faits qui suivent : ADS, 1 FS 460, correspondance avec le Ministère ; 6 FS PC 12417, proc (...)

56La veille du tirage, au soir, trente à cinquante inscrits parcourent les rues d’Aix en entonnant La Marseillaise et Le Chant des Girondins, en criant « Vive les rouges, à bas les blancs65 ». Ils portent un sapin – un « mai » – qu’ils ont garni de rubans rouges. Ils sont dispersés, sans heurt, vers 20 heures par les carabiniers. Le lendemain matin, le tapage reprend. Les jeunes gens sont d’abord une vingtaine, mais le cortège enfle : ils recrutent, et pour la modique somme de trente sous pour la « Masse » (masse des dépenses à effectuer), on peut librement participer au cortège, aux libations et au repas. Ils défilent, interpellant les jeunes gens de la classe 1830 : « Tu ne viens pas avec le peuple ? » Le refus est mal perçu : « Les conscrits me firent des reproches amers de ce que je n’étais pas venu dîner avec eux ; ils me traitèrent d’aristo, en me rappelant que j’étais fils d’ouvrier tout aussi bien qu’eux, que je ne pouvais ainsi les renier ». On se joint généralement à eux, en conformité à la tradition : « Je leur répondis que c’était l’habitude de se réunir à cette occasion et que j’irai ». Lors du défilé les touristes de la cité thermale sont pris à partie aux cris de « à bas les blancs », « à bas les aristos ». La procession est ponctuée d’arrêts dans les cafés et repasse cinq à six fois aux mêmes endroits. La troupe est organisée : en tête, le tambour et le porte-drapeau, derrière la jeunesse vociférante. Le drapeau est aux couleurs nationales et porte deux inscriptions : « Vive le peuple » et « Classe de 1830 ». Ce n’est pourtant pas le drapeau officiel du Piémont puisque n’y figurent pas les armes de la dynastie : il s’agit donc du drapeau tricolore de l’ancienne République cisalpine. Les inscrits portent un ruban rouge ou tricolore à leur chapeau. Les chansons vont bon train. La spontanéité domine – « on a commencé un grand nombre de chansons, sans en finir une seule car tous étaient ivres » –, donnant naissance à une joyeuse cacophonie – « nous étions tous gais, on criait on chantait les uns une chose, les autres une autre ». De ce concert désordonné, surnagent encore Le Chant des Girondins, Charlotte la républicaine, mais aussi « À genoux devant l’ouvrier » et une chanson dont le refrain est « Quitte ton bonnet rouge en France et met ton bonnet de coton ». Des cris jaillissent : « Vive la République », « Vive les rouges, à bas les blancs » et, à ce qu’il semble, de rares « Vive Mazzini ». La chorale ne serait pas digne d’elle, si elle ne faisait place aux « chansons du pays » et aux chansons à boire, telle que « Bouteille, bouteille qui nous mets tous en train ». On le voit, une jolie fanfare. Finalement, la troupe s’arrête sur la place, installe une table et plante sa bannière : « Ils sont arrivés sur la place où ils ont fait à plusieurs reprises des rondes frénétiques autour de leur drapeau sur lequel était écrit vive le peuple ». Le soir, après l’opération du tirage, la troupe se rend au port, où elle soupe en commençant diverses chansons « qu’ils ne finissent pas ». À 20 heures, elle passe le lac du Bourget à la barque – traversée durant laquelle « on a beaucoup gueulé » – et se rend au Bourget. Devant l’auberge, les envahisseurs arborent le drapeau et chantent encore Le Chant des Girondins. Après d’ultimes libations, ils s’en reviennent à Aix.

  • 66 Voir : J. C. Farcy, La jeunesse..., op. cit.

57Comme on l’a déjà constaté en d’autres occasions, cette démonstration est hybride. Au fond, elle est déjà une manifestation de conscrits66 : beuverie, exaltation du sentiment patriotique, sociabilité de jeunesse et tolérance des témoins, autant de signes distinctifs de cet usage. Ceci tend à montrer l’enracinement précoce d’une ritualisation. En effet, la population ne s’émeut pas, les autorités n’interviennent pas et laissent divaguer la troupe. Il est clairement mentionné que les autorités municipales n’ont pas fait appel à la garde nationale, persuadées qu’elles étaient que celle-ci se refuserait à intervenir. L’intendant général lui-même, au terme d’une rapide enquête policière, écrit au Ministre que les événements n’ont pas eu la gravité qu’on leur avait d’abord prêtée : précisément, il ne s’agit que d’une affaire d’inscrits. Cet avis, qui montre la lucidité des autorités les plus hautes du duché, suggère la tolérance en vigueur à l’égard de débordements qui s’expliquent par « l’état d’animation propre au tirage ». Ce qui signifie que les allures « martiales » sont tout à fait admises, avec leurs débordements bruyants. Le folklore est rapporté par tous les témoins avec naturel. Certains soulignent même que les désordres, bien audibles, n’ont pas retenu leur attention : « Comme l’on savait que c’était jour de tirage pour les inscrits, l’on ne s’étonnait point que les jeunes gens parcourussent la ville en chantant ». On entend donc, mais, occupé à l’atelier ou au magasin, on ne prend pas la peine d’abandonner sa tâche : « Sachant [que la troupe] était composée de conscrits, je ne suis pas sortie pour les voir ». Le drapeau de la troupe est celui qui est utilisé chaque année depuis 1848 : ces usages sont donc bel et bien « traditionnels ». Le jour du tirage, la jeunesse s’approprie un folklore patriotique selon toute évidence bien connu et reconnu. L’association qui s’opère entre les rites de la conscription et l’usage de chants et de symboles qui font écho à la Révolution française suggère les racines ambiguës du sentiment national. La notion de peuple, récurrente, constitue une composante prégnante de l’éventail symbolique : inscrite sur le drapeau, c’est en son nom que la troupe réquisitionne la jeunesse dans les rues et dans les ateliers. Cette notion de peuple est associée à l’idée de nation en armes : une des chansons avait pour refrain « Conscrits, si l’ennemi s’avance, répétons tous ensemble : “Halte là, les conscrits sont bien là” ». Ces rodomontades martiales ne sauraient étonner. Mais cette notion de peuple fait fréquemment référence à l’appartenance ouvrière, notamment par l’espèce d’hymne de 1848, « À genoux devant l’ouvrier ». Revendication de classe ? Sans doute pas clairement, mais en tout cas un enracinement fin 1851 du côté de la France. Notons au pas sage que, sur les vingt-deux prévenus, six se déclarent laboureurs ou cultivateurs, aux quels ils faut ajouter trois individus se déclarant « employés » : il ne s’agit donc pas d’ouvriers au sens propre. Le chant invoqué a donc une autre signification. La notion de patrie ou de nation, à laquelle le rituel de la conscription est intimement lié, revêt encore en 1851 des atours révolutionnaires. La protestation d’abord juvénile, est aussi la construction simultanée, et hypertrophiée, d’une identité : celle de la part que les humbles ont désormais acquise, précisément par la ritualisation de la conscription. Pour bien comprendre ce qui est à l’œuvre au moins chez certains des inscrits, il convient de pénétrer dans la salle même du tirage.

  • 67 Rappelons que la majorité politique est fixée à 21 ans, précisément l’âge des inscrits (classe 183 (...)

58En effet, si le désordre dans les rues peut jouir d’une certaine tolérance, il en va autrement du moment du tirage, où les jeunes gens se trouvent face à face avec les autorités – en l’occurrence les autorités municipales et les carabiniers. Or, ce 4 août 1851, la troupe continue ses démonstrations jusque sous le nez des autorités. Les jeunes gens entrent dans la salle du tirage dans un chahut terrible et leur sacro-saint drapeau en tête qui, au témoignage du brigadier des carabiniers, « était une marque évidente d’hostilité, et qu’on déployait avec beaucoup d’affectation, en redoublant chaque fois les cris de Vive le peuple ». Il faut une longue négociation pour obtenir qu’ils le déposent dans un coin de la salle, sous la condition formelle que personne n’y toucherait. L’opération du tirage s’opère dans le plus grand désordre. Les nommés Roux et Bojet montrent leur poing aux carabiniers. Des cris répétés scandent le tirage : « Brassez les numéros, le peuple l’ordonne », malgré que l’on remuât déjà « plus que nécessaire », et « le peuple ordonne de mêler les urnes ». Les allures bon enfant s’estompent à l’évidence. Les droits de la multitude patriote sont invoqués et donnent une ascendance sur l’autorité : « Tout ce qu’ils disaient ou faisaient, c’était toujours en invoquant le nom de peuple ». La notion de peuple devient injonctive et autorise les jeunes conscrits, en passe de devenir citoyens67, à remplir leur premier devoir : demander l’égalité devant la loi, en l’espèce laisser toutes les chances au hasard. L’instant du tirage devient l’apogée de cette journée, si bien préparée durant toute la matinée. C’est à cet instant-là que le rite de passage s’opère : il y a un avant et un après.

59Certes, on peut comprendre ces manifestations comme une fièvre obsidionale, traduction de l’angoisse de savoir si on en sera ou n’en sera pas. On peut aussi, comme le fait le soupçonneux brigadier, les mettre sur le compte d’une tactique visant à faire annuler l’opération : « Comme la salle se trouvait très petite, ils espéraient, sans nul doute, par un accident quelconque, annuler l’opération. Ils se poussaient et se heurtaient de manière à produire toujours des chocs et des ondulations près de la table où l’on travaillait et où se trouvait l’urne avec les numéros ». Il y eut peut-être de cela. Mais, plus essentiellement, il y eut le recours à la notion de peuple pour exorciser les peurs, pour transfigurer l’instant et, finalement, lui donner sens. L’opération du tirage est intériorisée comme fondamentalement contractuelle : un pacte entre l’État et le « peuple ». Les jeunes ne se rendent pas à l’appel d’un souverain, mais subissent un devoir au nom de leur droit, au nom de la fonction dans laquelle ils entrent par l’âge et dont ils s’enorgueillissent. Le chahut est d’abord la mise en scène d’une notion confuse de citoyenneté. Dans cette perspective, il participe d’une économie de pratiques et de symboles qui, pour n’être pas nécessairement séditieuse, renvoie à une conception de la citoyenneté qui n’est pas en usage en Piémont-Savoie. L’importation des symboles venus de France tendant à inscrire dans le paysage folklorique – et ce de manière très concrète en s’emparant de l’espace public sous les yeux des plus jeunes et des anciens –, le sens d’une pratique. Le ton martial, les allures militaires des manifestations constituent un vecteur fort d’intégration et d’appropriation des symboles politiques, qui sont alors sacralisés parce qu’appropriés, comme le montrent les débats autour du drapeau dans la salle de la levée. Désormais, ceux-ci s’inscrivent dans la proximité d’un temps vécu et d’une expérience éprouvée. Ils font sens.

  • 68 Sur les vingt deux condamnés, vingt écopent de un à six mois de prison. J. Jacquin et F. Domenge, (...)
  • 69 François Dommenge, journalier, a déjà été condamné en 1849 pour cris séditieux, et a été impliqué (...)

60Il ne fait nul doute, à regarder le jugement des autorités et l’attitude apathique des témoins, que ce qui se passe à Aix n’est propre ni à cette année, ni à Aix même. Cette tolérance explique le manque de traces précises dans les sources à propos des jours de levée. Reste à comprendre pourquoi à Aix, l’affaire donne lieu à des poursuites judiciaires, qui se solderont au demeurant par des peines assez lourdes68. Les symboles y sont vraisemblablement pour peu de chose : le même drapeau – sauf à changer l’année de la classe – est en vigueur depuis quatre ans et les chansons sont celles d’usage, aux dires des témoins. En revanche, le désordre dans la salle du tirage – la volonté prêtée de faire basculer l’urne surtout – est inacceptable. Surtout, les curistes ont été menacés : pour ceux identifiés, ils appartiennent à la haute société de France, ce qui explique pour partie les « à bas les blancs ». Certains ont quitté Aix le jour même. C’est s’attaquer à l’économie locale, aux notables. Cela n’est pas acceptable en cette cité toujours en bataille pour obtenir des privilèges afin de favoriser son activité « thermale ». Il existe de ce point de vue des tensions sociales fortes à Aix. Enfin, cette journée de tirage se déroule au lendemain des élections municipales : le syndic sortant – c’est-à-dire, les conseillers – vient d’être battu « par les rouges », affirme le brigadier des carabiniers. Autrement dit, le défilé de la veille se déroule dans le contexte d’élections victorieuses, ce qui en modifie la signification et éclaire les cris d’« à bas les blancs » et de « vivent les rouges ». Ils ne relèvent pas à proprement parler du rituel de la conscription, mais ce dernier sert à légitimer, pour les meneurs, l’expression du sentiment politique. C’est sans doute ce contexte électoral qui explique l’ampleur des désordres du lendemain, voire les demandes impératives lors de la séance du tirage. Trois des prévenus sont connus pour avoir participé à des manifestations séditieuses69.

61Ainsi, l’affaire d’Aix nous permet d’approcher des modalités de la ritualisation folklorique du temps de la conscription, mais de manière biaisée. Le tissu social de la cité explique la récurrence de la référence au monde ouvrier et au peuple, ainsi que sa dimension conflictuelle : la vie de la cité est animée par des intérêts contradictoires. D’une part, ceux d’une partie de la notabilité qui sont liés à la prospérité touristique d’Aix. D’autre part, ceux des artisans et des paysans alentours qui subissent le renchérissement de la vie et côtoient de près le train de vie de la haute société étrangère. La conjoncture liée à la vie municipale et au renouvellement des mandataires explique aussi l’ampleur des désordres. Et donc la trace dans les sources. En revanche, la nature des manifestations et l’usage des symboles ne relèvent pas spécifiquement de ce double contexte. Il s’agit bien d’un moment d’appropriation des référents et d’affichage dans l’espace public d’un temps de la vie d’un homme nouveau : le citoyen. Temps d’un rite de passage qui permet l’intériorisation, somme toute bénigne et lente, d’une nouvelle conception de la place de l’individu au regard d’un corps social. On ne peut manquer de souligner que cette intégration s’opère par le biais ambigu des symboles importés de France. C’est bien en cela, qu’à terme proche (le plébiscite d’annexion de 1860), ce type de manifestation joue un rôle important dans la familiarisation avec un « destin national ». En ce sens, le rituel de conscription en Savoie est fondamentalement pénétration du politique. Celle-ci se cristallise autour de l’usage de référents – tout spécialement le drapeau qui passe de classes en classes – qui sacralisent et drainent des représentations qui tendent à se banaliser.

Drapeaux et arbres de la liberté au village

  • 70 En 1852 est instaurée officiellement dans le royaume une fête nationale qui célèbre les libertés o (...)

62L’historien peine quelque peu à fixer le statut des symboles dans le paysage quotidien. En effet, empiriquement, il en devine la présence, sinon l’omniprésence : les sources en font foi. Ce n’est toutefois qu’incidemment qu’ils y apparaissent, comme si la banalité de leur inscription dans le paysage communautaire n’invitait à aucune curiosité. Pourtant, la lecture de la presse et la correspondance des autorités ne laissent nul doute : les bourgs et certains villages voient s’imposer dans leur paysage des symboles nouveaux, contestés parfois. Ces symboles sont tout particulièrement liés à l’entrée en vigueur du Statut, puis à la fête instaurée pour ce même Statut, fête qui se veut nationale70. C’est le cas des drapeaux qui sont de toutes les fêtes, de toutes les manifestations : ils sont aux couleurs nationales, aux couleurs de la Savoie, aux couleurs de la cité ou de tel ou tel corps. Mais, là encore, ils apparaissent comme banals dans le paysage festif, voire quotidien, alors qu’à l’évidence cette profusion de couleurs est précisément due au changement politique. Est-ce à dire que le symbole laisse indifférent ? On peut le penser. Il ne surgit distinctement aux yeux de l’historien que dans les cas de troubles à l’ordre public. C’est là une vue biaisée. Toutefois, cela indique aussi que sa portée symbolique, en tant que signe partisan, pénètre au village quand les relations au sein de celui-ci sont tendues : il devient alors un point de ralliement. Le symbole n’est pas à proprement parler l’objet du trouble, il en est un moyen. Il ne divise pas en lui-même, mais est instrumentalisé quand le village est divisé.

  • 71 ADHS, 4 FS 290, le syndic à l’intendant général d’Annecy, 22 juin 1849.
  • 72 Il existe des tensions autour du drapeau « national savoisien ». Certains conservateurs penchent p (...)
  • 73 Lors de la constitution des milices municipales, il avait été d’usage que le clergé bénisse le dra (...)
  • 74 ADHS, 4 FS 290, le curé à l’intendant général, 8 juillet 1849.
  • 75 Ibid., le syndic à l’intendant général d’Annecy, 22 juin 1849.
  • 76 A. Corbin, Les cloches de la terre, Paris, Albin Michel, 1994.

63C’est bien ce que suggèrent les rivalités à l’œuvre en juin 1849 à Vulbens, village de 818 habitants à quelques kilomètres de Saint-Julien-en-Gene vois. L’année précédente, avait été placée au sommet du clocher une bannière célébrant le changement politique : il s’agissait d’une croix blanche sur fond bleu. Le curé avait toléré cette novation puisque « l’année dernière [...], c’était la constitution, une sorte de révolution71 ». En somme, la tolérance se justifierait parce qu’on fêtait un événement, non pas un ordre nouveau : de ce fait, le symbole n’était voué à aucune pérennité. C’est une première clé du conflit. En 1849 donc, à la veille de la foire de Vulbens, le syndic décide de remplacer ledit drapeau qui avait subi les affronts du temps : le nouveau porte toujours la croix blanche, mais sur fond rouge cette fois72. Dans la nuit, ce drapeau est enlevé. Le curé est accusé, semble-t-il à juste titre. Il déclare que l’usage du clocher pour la bannière n’est qu’à titre de tolérance, et certainement pas un droit. Surtout, dit-il, l’étendard « au quatre-neuvième rouge » a les allures d’un symbole séditieux ! Il faut préciser que ce drapeau a été placé, à la dérobée, la veille de la Fête Dieu. Ce qui se profile, c’est la question de l’usage légitime du clocher. Le curé l’estime sous sa tutelle, tandis que le syndic y voit un symbole de la commune. Cette lutte entre les deux autorités se traduit donc par une rivalité pour la maîtrise de l’espace symbolique. Pour preuve, afin de remplacer le drapeau subtilisé, la garde nationale fait installer, encore à la dérobée, son drapeau aux couleurs nationales, celui-là même que le curé avait béni73 : à son tour, ce drapeau est retiré du clocher. Le drapeau est pourtant tout ce qu’il y a de plus officiel. Le prêtre refuse finalement que l’édifice sacré soit assimilé à une fonction profane. Il signale qu’il y a « un grand peuplier à l’entrée du village, à quelques pas de l’église, qu’on y place les drapeaux et l’on ne prophanera (sic) plus la maison de Dieu. Il n’y a aucune loi qui le permette, cela ne souffre pas (sic) dans les mosquées des Turcs74 ». L’argumentaire du syndic se veut plus patriotique et, au détour, nous révèle que la commune de Vulbens n’est pas une exception : « Faute d’édifices publics, de maison commune, je ne voyais pas où était la moindre inconvenance à poser un drapeau, l’emblème de notre amour pour le pays, sur le clocher de la paroisse, à l’endroit le plus apparent ; que d’ailleurs il y avait assez d’autres communes où on en avait fait autant. » Selon toute évidence, le conflit naît en fait à l’occasion de la concurrence entre la fête religieuse (Fête Dieu) et la fête profane (la foire). Ce conflit s’inscrit donc dans une tradition bien éprouvée, celui d’un combat ecclésiastique teinté de rigorisme. Mais l’argumentaire né du conflit tend à faire du drapeau et de son inscription dans le paysage communal, le symbole de l’identité de la communauté. Le syndic insiste, non sans une certaine emphase, sur ce point : « Les trois communes qui composent la paroisse suivent cette affaire avec anxiété ; elles veulent revoir un drapeau là où il y en avait un75. » Voici donc un symbole (national) entré dans le cadre de l’affrontement partisan au village par le biais des petites concurrences locales de statuts et de pouvoir, mais aussi dans le sillage d’affrontements traditionnels. L’évêque d’Annecy décide que l’accès au clocher sera désormais fermé, c’est-à-dire réservé au curé. C’est valider, à terme, les luttes de pou voir et renforcer la dimension symbolique du « faîte » de la commune76.

64Sans être sans doute aussi courant que le drapeau, l’arbre de la liberté semble être un « monument » assez répandu. Alors que fort peu de récits en consignent l’érection, on le croise pourtant assez fréquemment au hasard des sources, mais il n’est mentionné qu’au détour d’une description des manœuvres de la garde nationale ou d’une émeute : il apparaît alors incidemment, mais toujours comme marqueur, dans la description de la géo graphie des lieux. De ce fait, le contenu symbolique de l’arbre de la liberté est rarement décryptable, tant les informations sont ténues. Il s’agit pourtant d’un symbole passionnant, notamment parce que, à l’inverse de ce qui se passe en France, l’arbre de la liberté reste durablement l’emblème du régime au cœur de la cité ou du village. S’il devient la cible des « conservateurs », comme en France, ceux-là n’ont pas en Savoie la même position : il sont opposants politiques et la destruction d’un arbre devient un acte de désapprobation politique. De ce fait, les conservateurs introduisent les clivages partisans au village : il existe un « vandalisme réactionnaire ». Là encore, il est impossible de chiffrer le phénomène. Seule deux affaires donnent lieu à des enquêtes judiciaires, c’est bien peu. Mais on apprend à Reignier, au hasard d’une enquête, qu’un arbre élevé par l’élément républicain de la garde a été abattu par le clan des « cléricaux ». Cet arbre, très symboliquement, était surmonté du drapeau national et portait une boîte pour l’affichage des lois. Dans un tout ordre d’idées, à Chevron, en mars 1851, un affrontement oppose le clan du curé et le clan du syndic : les femmes sortent le banc d’église du premier magistrat de la commune et le portent, les témoins le mentionnent sans aucun développement, aux pieds de l’arbre de la liberté. Ce lien entre le banc d’église et l’arbre n’est pas si anodin qu’il y paraît : on sait qu’en 1790, l’érection des arbres de la liberté était souvent liée à la destruction des symboles des privilèges, à commencer par les bancs d’église que l’on brûlait. Cette dialectique est ici originalement à l’œuvre puisque l’arbre signifie en Savoie l’ordre légal et, dans ce contexte, symbole officiel et établi d’anticléricalisme.

  • 77 ADS, 6 FS PC 122, 2e s., procédure sur l’envahissement du conseil communal du Publier et sur des c (...)

65Il ne paraît pas que l’érection des arbres de la liberté se soit réalisée en une vague, mais plutôt de manière étalée, au gré des conjonctures locales. Parfois, ils sont mentionnés dès 1848, d’autres fois ils sont érigés à l’occasion de la constitution de la garde nationale, d’autres fois encore lors de la première célébration officielle de la fête du Statut. Ils se veulent donc symboles d’unanimité et de légalisme. Pourtant, signe d’ambivalence du symbole, à Publier, dans le Chablais, sa signification reste des plus révolutionnaires. C’est au hasard d’une affaire relative à l’adjudication de communaux, que l’arbre apparaît dans les sources77. En 1849, une partie de la population refuse l’aliénation de ces communaux et envahit le conseil municipal : c’est à cette occasion qu’est initiée la procédure judiciaire. On y apprend qu’en 1848 déjà, il y avait eu opposition (réussie) à cette aliénation. Au courant de l’hiver de cette année, lors des discussions à propos de leur attribution, les opposants s’étaient rendus sur lesdits communaux, et y avaient déraciné un jeune arbre :

« [Ils] rassemblèrent les habitants du village, arrachèrent un peuplier et le menèrent au commun des Fourches, où en présence de beaucoup de monde ils le plantèrent ; ils avaient rassemblés tout ce monde au son d’un tambour battu par Jean Vallier dit le Renard. Là, après avoir planté l’arbre, ils proférèrent toute sorte de cris séditieux et des menaces contre le conseil. Reymond Nicolas dit Romain, prononça des discours où il disait que c’était bien temps que les pauvres profitassent de leurs communs, que les riches en avaient toujours jouis, qu’il était temps que les pauvres gouvernassent. »

  • 78 M. Ozouf, La fête révolutionnaire, 1789-1799, Paris, Gallimard, 1988. Dans cette analyse classique (...)
  • 79 Aucune image, aucun discours recensé, sinon quelques articles dans Le Patriote savoisien.

66Cette pratique permet de comprendre une des représentations attachées à l’arbre de la liberté : réminiscence de la Révolution française, elle n’emprunte pas apparemment aux rites agraires ou aux métaphores tardivement attachées à l’arbre – temps cyclique, croissance, rameaux et fruits symbolisant la prospérité de l’ère nouvelle dont il est sensé transmettre la mémoire. L’arbre de Publier à tous les atours du « Mai sauvage » analysé par Mona Ozouf78. À cette réserve près que 1848 n’est pas 1790 : la signification est clairement marquée par le souvenir de la Révolution. Selon la description, il s’agit d’une cérémonie « hybride » : « mai » quant au contenu – contestation de l’ordre établi –, il est bel et bien « arbre de la liberté » en ce sens qu’il s’agit bien d’un arbre et non d’un « mât » – non émondé, il est dit dans la procédure que son pied est arrosé –, c’est-à-dire amené à durer et prospérer. En somme, institutionnel par ses formes, séditieux par le fond. Fonction ambivalente donc, comme l’est la mémoire, car l’arbre est désormais chargé d’une mémoire : il est réitération, qui se suffit en elle-même, à l’exclusion de toute autre démonstration qui avaient accompagné les plantations de 1790 (destruction des symboles des privilèges). Ce que l’arbre de la liberté, puisqu’il est unanimement ainsi dénommé, a perdu d’ineffable, il l’a gagné en lisibilité : de fait, les terres ne ramèneront à la commune aucun bénéfice pour cette année 1848, ce qui signifie que les locataires se sont « désistés ». Le message est passé : l’arbre a soudé la solidarité des opposants et a découragé celle des « possédants ». Évidemment, le prélèvement de l’arbre sur le fonds communal renforce l’idée du droit d’appropriation du bien commun et enrichit la fonction symbolique de l’action délictuelle revendiquée et exposée. De même que le lieu d’implantation : non pas, comme à l’ordinaire, la place du village, mais les franges conflictuelles de celui-ci, celle des terres communes. Il n’en reste pas moins que les propos prêtés – et qui sont évoqués par plusieurs témoins – assurent d’un souvenir attaché à une pratique éprouvée, intériorisée de tous. Cet exemple, exceptionnel dans les sources consultées, pourrait suggérer la fonction première, spontanément référentielle, des arbres érigés en 1848. Comme ce fut le cas en France finalement, mais en Savoie ce fut sans aucune publicité79, précisément à cause de cette fonction référentielle. Les autorités furent assez habiles pour en faire les arbres du régime – comme la Révolution l’avait fait en 1792 – et, de ce fait, ils deviennent, deux ans plus tard, les symboles non officiels, mais assimilés de fait au régime nouveau. Ils vont donc être un moyen de contester ce régime.

  • 80 ADS, 7 FS Moûtiers 358, procédure sur la destruction de l’arbre de la liberté de Pesey, 1851.

67L’activité des conservateurs est éclatante dans l’affaire de l’arbre de Pesey, en Tarentaise80. Celui-ci avait été érigé en mai 1851, à l’occasion de la fête du Statut : il s’agit d’un mai, un sapin élagué, placé sur un piédestal, face à la maison communale, surmonté d’une feuille métallique coloriée aux cou leurs nationales. Le curé s’est absenté ce jour-là, en signe de désapprobation et a laissé son vicaire célébrer la messe. Dans la nuit du 7 au 8 octobre, le mai est coupé, le tronc est couvert d’ordures et le drapeau subtilisé. Dans la nuit du 11 au 12 octobre, le drapeau est replacé au milieu des ordures, accompagné d’un placard. Ce placard, où aux pieds de l’arbre est caricaturé J. F. Ougier, garde magasin et payeur des mines de Pesey, dénonce l’érection du mai en l’honneur d’un régime hypocrite : « Je te dirai qu’on a coupé l’arbre de la liberté. Ha ! l’arbre de la pauvreté, car c’était l’arbre du mensonges (sic). On a beaucoup tenu à nous faire crier vive La liberté, et on nous étrangle. Oui, c’est vrai, liberté à eux de tout faire, de tout dire, de tout penser et de nous faire vivre en caniche (sic). » Le curé est soupçonné, sans que les faits puissent être établis. Le syndic lui prête des sermons hostiles, dont il cite un exemple : « Maintenant que vous avez l’arbre de la liberté, voyez comme vos pommes de terre prospèrent, comme vos blés sont beaux, comme toute la moisson va être conforme à vos désirs ! Oh ! à présent que vous avez l’arbre de la liberté, plus rien ne va vous manquer. »

  • 81 Ces renseignements, et ceux qui suivent, sont empruntés à : E. Clary, Les mines de Pesey et Macot (...)

68L’affaire s’inscrirait donc dans le mouvement d’hostilité du clergé à la suite des lois anticléricales du gouvernement piémontais. Mais en fait la scission de la commune, et le passage à l’acte sous les ordres ou non du curé, s’opère dans un contexte à peine évoqué dans la procédure. En effet, le 11 février 1851, la Chambre des députés, conformément aux options libérales du nouveau régime, a décidé l’abandon par l’État des mines de Pesey et leur adjudication à une société privée81. Sur les 1 500 habitants de la commune, les mines emploient directement deux cent soixante-cinq ouvriers en 1848. L’entreprise éprouve déjà quelques difficultés depuis 1848 : en 1851, elle emploie deux cent quarante ouvriers. La décision des autorités turinoises a des retombées immédiates : dès 1852 le nombre d’ouvriers est réduit à deux cent et en 1854 il est tombé à cent vingt. Autre ment dit, l’opposition au gouvernement repose sur des facteurs conjoncturels précis et vient à l’appui de l’hostilité du curé. Le payeur des mines, caricaturé dans le placard susmentionné, est dénoncé dans ce même placard pour habiter le « palais » (maison de la direction des Mines) et pour être un « loup » : vocabulaire qui met en scène l’État prédateur. Le payeur Ougier est, de surcroît, un de ceux qui sont à l’initiative de l’érection de l’arbre de la liberté. La personnalisation de l’opposition à l’État et sa cristallisation symbolique dans l’arbre s’opère donc naturellement. Le 28 octobre, un second placard est trouvé, celui-ci non agrémenté d’un dessin :

  • 82 ADS, 7 FS Moûtiers 358. Document perdu. Photocopie de ce document dans : K. Yacoub, La délinquance (...)

« Bravo. On prévient les gens de bien de tenir bon pour le parti aristocrate, de ne pas se laisser ébranler par cette vermine rouge qui incommode tout le monde. En regardant leur conduite, on voit d’abord qu’ils veulent nous agréger à la communauté des chiens. En voyant comme ils s’entendent sur la politique on voit ensuite qu’ils veulent vous emmener à l’antique esclavage comme on a fait de l’Angleterre, car [mot illisible] Palmers ton est la avec Mazzini qui s’occupent tout les jours pour vous faire protestantiser (quelle barbarie). Ce dernier a volé 30 millions à nos états et il s’est réfugié en Angleterre. Je viens d’apprendre qu’un nouvel arbre de la liberté a été élevé proche de Notre-Dame-du-Mont-Carmel (profondes sensations). Si cela est vrai et que dans huit jours il ne soit abattu, vous verez dans des nouvelle affiches les noms des individus qui l’ont dressé et les noms imbéciles ou abonnés aux journaux intitulés le patriote savoisien et la voix du paysan, les gens de bien qui pensant à l’insulte fait à la Ste Vierge par les démocrates ce feront un devoir de réciter quelques avé pour la dédomager de cet insulte. Il est probable que nos braves administrateurs se feront un devoir de la faire abattre car qui penserait qu’en juge rait les étrangers qui viendrait là-haut sur ce mont vénéré ne croye [ ?] que ce soit Mr le curé qui ait fait abatre l’arbre d’insolence, ce sont 4 père de famille qui tirait leurs substences de la mine et [à] présent la source à tarie et l’argents e[s]t entre les mains de Mr O[ugier] et de Mr P. et d’autres que je ne veux pas nommer.
Donnés aux clubs des cultivateurs de la liberté le 26 8bre 185182. »

69Ce texte, dans sa prolixité brouillonne, indique assez bien la nature du clivage à Pesey en usant de référents partisans qui permettent l’identification des clans : il y a ceux qui profanent et ceux qui prient ; ceux qui profitent de l’État et ceux qui en sont victimes. La diabolisation et l’identification de l’adversaire reposent sur des réappropriations simples dont on peut reconnaître les sources. La première, la plus évidente, prouve l’influence de la presse. Les journaux sont cités et les excès de vocabulaire (« parti aristocrate », « rouges »...) montrent l’influence des organes partisans. Les références à lord Palmerston et à l’exil de Mazzini en Angleterre attestent d’une attention à l’information et de la diffusion en Savoie d’une hostilité à l’encontre de l’Angleterre protestante et libérale, une des antiennes du Courrier des Alpes. Plus finement, l’usage étonnant de « (profondes sensations) » prouve une familiarité – visuelle – avec la lecture des transcriptions des extraits des débats parlementaires. La seconde source lexicale relève du langage de la prédication. « Protestantiser », mais surtout l’idée de retour à l’état de bête – un topos des sermons des pasteurs sur les mœurs de leurs ouailles – témoignent de l’influence de la parole du prêtre, immédiatement identifiée par les lecteurs potentiels. Le lien est clairement établi entre l’action du gouvernement, les dissensions religieuses et les rivalités locales. La force de ce document est de montrer les interactions entre des niveaux différents du politique : international/national/local. Une logique « bipolaire » – manichéenne conviendrait mieux – permet l’adaptation des clivages partisans au village par un jeu de renvois et d’associations. « L’arbre de l’insolence » cristallise et matérialise dans le paysage cette logique. Le « parti conservateur » profite d’une situation conjoncturelle pour faire pénétrer la politique au village et allier des causes apparemment distinctes – la politique religieuse et les difficultés sociales locales. Le vandalisme à l’égard de l’arbre de la liberté fait figure d’élément déclencheur de l’affrontement partisan parce que l’arbre s’impose dans l’espace public et permet la publicité de la protestation.

  • 83 ADS, U 1857, procédure pour désordre à Yenne, 1859.
  • 84 La pratique du mai apparaît peu dans les travaux des folkloristes (Van Gennep) ou dans l’enquête d (...)

70En Savoie, l’arbre de la liberté participe donc des luttes partisanes au village : il est un élément qui cristallise et matérialise les oppositions. En 1859 encore, à Yenne, l’arbre divise la communauté83. Érigé le dernier jour de l’année, le 31 décembre 1858, sa plantation donne lieu à des réjouissances nocturnes qui s’achèvent par des coups de feu sous les fenêtres du curé. C’est pour cette raison, et cette raison seule, qu’il laisse une trace dans les sources. Les jeunes gens ont trinqué au pied de l’arbre à la santé de « notre secrétaire » (de commune) avant de s’en aller déambuler. Les dépositions des témoins sont pour le moins ambiguës. Unanimement, et c’est ce qui doit retenir l’attention dans cet exemple tardif, ils déclarent que les jeunes gens élèvent un arbre chaque fin d’année, pour donner lieu à réjouissances, « tantôt dans un village, tantôt dans un autre ». Il ne s’agit là que d’un amusement juvénile, « au moins telle est l’opinion générale du pays », une tradition. Ce retour cyclique de la plantation d’un mât – et non d’un arbre au sens propre – semble assimiler cette réjouissance à une pratique populaire bon enfant, non politique. Pourtant, force est de constater que cette pratique ne correspond nullement à la pratique du « mai », d’ailleurs assez mal repérable en Savoie84. Il est aussi remarquable que l’appellation « arbre de la liberté » soit admise par l’ensemble des témoins. Ce dont témoigne confusément cette affaire, c’est de la plasticité du symbole. Pratique indifférente et banale, lorsque le village est en paix, l’érection de l’arbre de la liberté devient un moyen de cristalliser les appartenances lorsque la dissension s’insinue. Et c’est le cas à Yenne, où l’animosité entre le secrétaire et le curé dure depuis un certain temps, le temps aux clans de coaguler. L’arbre, en lui-même, est polyvalent, ou pour mieux dire, ambivalent. Il conserve un peu de la spontanéité trouble des « mais » de 1790 comme des rituels folkloriques, mais il possède désormais une histoire. Au total, il est aussi trouble que l’est l’idée de liberté : inoffensive et banale quand elle se revendique des principes du Statut, elle devient provocatrice et arrogante quand elle s’inscrit dans le contexte de la « guerre au village ». Tout est question de contexte et de micro-conjonctures. Il n’existe point de rituels anthropologiques immuables : les formes perdurent, mais les significations se modifient et c’est précisément ce qui explique la permanence desdits rituels. Parce que l’arbre de la liberté est inscrit dans des schèmes de pensée traditionnels, parce qu’aussi il est réceptacle d’une mémoire, d’une histoire, il est, dans le village, un support qui permet le passage d’un monde à un autre, sans rupture. En ce sens, dans certains endroits et dans certaines conjonctures, il devient un « sas » pour la pénétration des clivages partisans au village.

L’impossible partage des communaux d’Arbin : c’est la faute au syndic

  • 85 L’analyse qui suit se fonde sur le croisement des documents suivants : 1 FS 526, correspondance de (...)

71Le cas d’Arbin en 1850, et du débat autour des communaux, est une illustration exemplaire de l’infléchissement d’un différend communal traditionnel après 184885. Arbin est une petite commune (702 habitants et 128 feux en 1848), à l’entrée de la combe de Savoie, dont la vocation est exclusivement agricole : dans le dénombrement de la population, tous les habitants se déclarent « cultivateurs », à l’exception d’une grosse vingtaine d’artisans. En réalité, on y reviendra, l’activité essentielle est viticole. En mai 1850, l’intentant général est informé des troubles qui se déroulent à Arbin : il y voit d’emblée une affaire politique. Une faction s’oppose à l’autorité du syndic par des manifestations bruyantes. Des affichages anonymes et des propos républicains se répandent dans la commune. Il semble avéré que cette faction « démocrate » se venge du syndic qui vient d’accéder à la tête de la commune avec l’appui desdits démocrates, qu’il aurait trahis depuis. Néanmoins, la répartition des communaux a été l’événement déclencheur des hostilités. Il convient donc de circonscrire d’abord cette question des communaux, c’est-à-dire d’en faire la généalogie.

  • 86 N. Vivier, Propriété collective et identité communale : les biens communaux en France, 1750-1914, (...)
  • 87 Opérations débutées en 1824 par la pose de la première pierre au confluent de l’Arc et de l’Isère (...)
  • 88 J. B. Boccoz, aubergiste de 43 ans, déclare 3 000 livres de fortune.

72On sait l’importance, mais aussi la complexité, de la question des communaux dans l’équilibre social des communautés rurales86 : volant financier pour la commune par le biais des acensements, ils sont aussi l’objet de toutes les convoitises, qu’ils soient acensés ou non. Ici au service des plus riches, là condition de survie des plus humbles, la question de leur vente divise les communautés selon qu’ils apparaissent comme un moyen d’accession à la propriété des plus petits ou comme moyen de renforcement de la domination des plus gros propriétaires. À Arbin, la question des communaux est étroitement liée aux opérations d’endiguement de l’Isère87. D’abord, parce que la commune, contrainte de contribuer aux coûts des travaux, est amenée à mettre en adjudication une partie des communaux. En 1840, quarante-huit lots (de 25 à 40 livres) sont dévolus pour un bail de neuf ans à quarante-trois adjudicataires. Il apparaît, à sur voler la correspondance entre la commune et les services de l’intendance générale, que tout au long des années 1840 ces terres ont posé des problèmes récurrents, essentiellement parce que les travaux d’endiguement entraînent à plusieurs reprises des dégâts. Des « filtrations » d’eau ont noyé plusieurs récoltes. De ce fait, certains amodiataires demandent la révision à la baisse du bail. Ce que refusent les services de l’intendance. On observe également durant toute cette période que ces terres « bougent » beaucoup : « désacensements » et « réacensements » sont nombreux. D’autre part, l’endiguement de l’Isère libère à terme des terres nouvelles, celles qui jusque-là étaient soumises aux débordements de la rivière. Ces terres seront progressivement rachetées par la commune à l’État. En bref, il y a là des convoitises déçues ou réanimées qui entretiennent des tensions. En 1845, un pro cès oppose Poncet, syndic d’Arbin à J. B. Boccoz : cette affaire mérite d’être citée car nous retrouverons par la suite ces deux personnages. Boccoz88 spécule sur les terres communales qu’il possède en les sous-louant. Il en touche donc les revenus, mais ne paie pas son loyer à la commune. Pour recouvrer les loyers, le syndic se tourne vers les sous-locataires, auxquels il laisse la jouissance des terres attribuées à Boccoz. Ce dernier traîne le syndic et les sous-locataires en procès. Il obtient gain de cause. Dans le même temps, le syndic donne à l’entrepreneur du diguement de l’Isère l’autorisation d’user des épines du lot dévolu à Jean Roget : celui-ci en nourrit une animosité à l’égard du syndic. Des affichages anonymes contre le syndic fleurissent sur les murs d’Arbin, des menaces et des insultes sont échangées dans les rues. Des rivalités durables se font jour. Bref, les tensions paraissent assez vives dès avant 1848 et notre affaire de 1850 s’inscrit donc dans une continuité. Des clans existent au village, animés par une animosité bien construite et fondée sur l’accumulation de rancunes.

73À l’approche de novembre 1849, terme des adjudications, ces animosités retrouvent vigueur, tandis que les appétits s’aiguisent autour des communaux. Le conseil municipal décide que soixante-dix lots seront portés aux enchères pour un bail de six ans. Cette décision devient effective en septembre quand l’intendant l’entérine. Le 27 septembre, quatre-vingt chefs de famille viennent protester auprès du conseil. Ils s’opposent en premier lieu au bail de six ans, estimé trop court. Ils réclament ensuite que la division des communaux acensés s’opère par « autant de faisant feu », à l’exclusion des propriétaires forains et par tirage au sort. Ils menacent de boycotter les enchères. Ils demandent de surcroît que le bail soit porté à vingt-neuf ans. Cette demande est adressée aussi à l’intendant général par voie de pétition. Les signataires arguent du fait que les habitants n’ont pris aucune terre à cens dans les communes voisines puisqu’ils attendaient l’adjudication des terres communales. Ils indiquent à l’intendant que le temps presse maintenant. L’intendant général refuse résolument l’attribution par « faisant feu ». Il temporise d’abord en demandant au syndic de trouver une solution.

  • 89 Il n’a pas été possible d’identifier avec précision qui sont les propriétaires des vignes. Selon t (...)
  • 90 Il s’agit d’un procédé qui, par le moyen de digues et de canaux, permet le détournement des eaux d (...)

74Il convient de s’attarder sur les motivations des habitants. Les communaux tiennent à Arbin une place fondamentale du fait de la nature du terroir. Il est essentiellement consacré aux vignes : les trois-quarts de la sur face agricole utile. Le manque de terres arables contraint les habitants d’Arbin à louer des terres dans d’autres communes, jusqu’à cinq kilomètres du village est-il précisé dans la pétition. On en déduit donc qu’il existe une « faim de terre » à Arbin. De fait, l’extension est limitée au-dessus de la commune puisque très rapidement on se heurte aux raides revers de la montagne : les terres communales de cette espace ne servent, vraisemblablement, que pour le petit bois. Il ne reste donc, au-delà des vignes, que les terres communales à proximité de l’Isère. D’autre part, les habitants d’Arbin ne sont pas propriétaires des vignes : elles appartiennent aux forains – ceux, est-il dit, qui ne viennent que lors des vendanges et du pressurage –, précisément ceux que l’on veut exclure de l’attribution des communaux89. Dans la pétition, il est dessiné un portrait misérable du viticulteur. Il est dit aussi que les adjudicataires ont mis depuis neuf ans les terres en valeur, que l’exploitation a été difficile, compliquée par les accidents répétés liés aux travaux d’endiguement. Il existe donc à Arbin une lutte pour la terre qui oppose les propriétaires (les forains) aux exploitants (les habitants). Le partage par faisant feu est un excellent argument pour solidariser la commune contre les forains, plus riches, qui feraient monter les enchères. Mais ce que la pétition ne dit pas, c’est qu’il y a derrière un calcul d’intérêt bien raisonné. En effet, l’endiguement de l’Isère a pour conséquence de libérer des terres mais surtout de les bonifier par le biais de l’atterrissement90. Or, au regard de l’avancée du chantier d’endiguement, cette opération est en voie de donner ses fruits. C’est ce qui explique la demande d’un bail de vingt-neuf ans : les amodiataires bénéficieraient, pour une somme « modique » et annuellement fixe, de terres dont le rendement serait bientôt sans proportion avec leur qualité lors de leur acensement. Cette proposition tend purement et simplement à une forme d’appropriation. Déjà en 1844, le conseil municipal proposait à l’administration que le remboursement des terres libérées par l’endiguement ne débute que quand celles-ci seront effectivement bonifiées : c’est-à-dire, une jouissance gratuite jusqu’à la fin des opérations d’atterrissement. C’est ce qui explique que l’adjudication de 1849, entérinée par l’intendant, soit fixée à six ans : une fois les terres bonifiées, elles seront attribuées à la hauteur de leur qualité réelle. En revanche, notons-le, l’autorité administrative ne s’oppose nullement au partage par faisant feu des communaux boisés.

75L’affaire traîne durant tout l’hiver 1849-1850 et en avril l’agitation reprend. Le syndic est pris dans l’étau de la pression des forains et des habitants, ces derniers manifestant devant la salle consulaire. Le syndic finit par céder : les forains sont exclus des adjudications et les terres sont partagées en cent trente deux lots (pour cent vingt huit feux, rappelons-le), sans enchères. Ces terres sont immédiatement mises en culture. L’intendant fulmine contre l’illégalité de l’exclusion des forains et contre le partage opéré sans autorisation préalable de l’intendance. Mis devant le fait accompli, il est prêt à reconnaître le partage, mais impose le bail de six ans. Des terres prises sur la réserve seront amodiées aux forains. Le bail de six ans s’impose, du fait de la bonification à venir, mais aussi parce que les forains se trouvent désormais lotis des terres les plus mauvaises. Cette décision, datée du 8 mai 1850, conduit aux troubles de mai 1850. Il fallait faire tout ce cheminement pour les bien comprendre.

76En effet, l’hostilité va désormais se tourner contre le syndic, chargé d’appliquer la décision de l’intendant. Le premier magistrat de la commune et certains membres du conseil se font siffler dans les rues et entendent « des grognements » sur leur passage. On leur reproche de favoriser les riches et d’être ennemis des pauvres. La « voix publique » les accuse de n’avoir pas défendu les intérêts communs. Pourtant, le syndic fait tout ce qu’il peut puisqu’en novembre 1850 encore il demande l’annulation de l’admission des forains. L’affaire s’enlise, mais dans le village les tensions s’exacerbent. Les placards refont leur apparition. Le 28 mai, on trouve le suivant :

  • 91 1 FS 526, correspondance de l’intendant général.

« Braves habitants d’Arbin, veillez.
Ne vous endormez pas vous êtes prévenus vous avez trois individus [le syndic et deux conseillers] qui méritent d’être brûlés vifs, qui sont trois infâmes scélérats, trois voleurs, trois coquins ou par menace ou par caresse ils veulent induire en erreur pour détruire et pour vous réduire en esclavage ; ils sont des trompeurs du bon Dieu, des indignes, des lâches, des brutes, des escroqueurs.
Malheureuse commune réveille-toi pour égorger ces trois coquins91. »

77Le 19 juin, une nouvelle pétition est envoyée à l’intendant : il s’agit d’une longue plainte contre l’administration du syndic en place. Elle est signée par cent un chefs de famille (sur cent vingt huit feux) et demande, auprès de Sa Majesté, la révocation du syndic. La fonction de syndic, est-il dit, est de maintenir l’harmonie pour le bien de tous. Or, celui d’Arbin est un « homme à passions » dont la commune ne peut plus souffrir les « actes arbitraires ». Très significativement, l’affaire des communaux n’est pas mentionnée dans cette pétition – et pour cause puisque le syndic applique les décisions de l’intendant –, sinon peut-être par une nébuleuse allusion à la dénaturation des actes de délibérations de la commune. En revanche, il est mis en avant des fautes d’administration. D’une part, une obscure affaire de distribution de fusils aux pompiers plutôt qu’à la garde nationale et à des membres trop jeunes de cette même garde. D’autre part, une modification abusive (en 1840 !) du tarif de l’octroi qui frapperait de manière inique l’entrée de la viande (et surtout, ce qui n’est pas dit, l’entrée des alcools). Après vérification, il s’avère que ces deux mesures sont tout à fait légales et, notamment en ce qui concerne l’octroi, absolument conformes aux vœux de l’administration. Évidemment, cette pétition ne connaît pas de suites.

  • 92 Le Patriote savoisien, 13 juillet 1850.

78Les derniers dimanches du mois de juin voient se dérouler des banquets – c’est le terme employé par les autorités – en plein air. Un joueur de violon est invité : on danse et on boit. Ces réunions sont des affronts à l’autorité du syndic, puisqu’elles se déroulent sans son autorisation. Ses interventions pour les faire cesser restent vaines. Dans son dos, on chuchote, on le provoque en répondant à ses injonctions par « Encore une valse ». Les esprits s’échauffent. Le syndic tâche de faire mettre en prison pour vingt quatre heures, le fils Bouaz, qui conteste ouvertement son autorité, mais il ne peut lui mettre la main dessus et la population ne lui prête aucun secours. Le père Bouaz écrit à l’autorité pour dénoncer le syndic qui outrepasse ses prérogatives. Le syndic, soutenu par l’intendant général, intente un procès contre le leader de l’opposition : J. B. Boccoz. Celui-ci s’est livré à une harangue contre le syndic sur la place publique. Ce procès est suivi d’un autre contre Le Patriote savoisien qui a publié in extenso la pétition des habitants d’Arbin à l’intendant général92. Ces deux procès débouchent sur des non-lieux. L’affaire s’envenime donc et prend une dimension publique. L’autorité communale est contestée, mais a priori, rien de politique, sinon une concurrence d’intérêts à propos des communaux qui conduit à diviser la commune. Toutefois, le dossier mérite d’être suivi avec plus d’attention sur ce point.

  • 93 ADS, U 1845, procédure pour cris séditieux, 1849.
  • 94 ADS, U 1822, procédure pour désordres à Montmélian, 1848.
  • 95 Les dénonciations de manœuvres lors des élections (listes tronquées, votes influencés...) sont rap (...)
  • 96 Au hasard des procédures ou de la correspondance des autorités, l’existence de contacts se dessine (...)

79En mai 1850, lorsque l’affaire apparaît dans les sources, il ne fait nul doute pour l’intendant qu’il s’agit d’une affaire politique. Ce qui semble le pousser à une telle interprétation est l’implication de J. B. Boccoz. Selon l’administrateur, celui-ci est en relation avec le docteur Dubouloz, médecin de Montmélian – bourg limitrophe –, membre du cercle démocratique d’Albertville, ami de Lacoste, syndic de Montmélian, tous les deux francophiles notoires. Ce lien semble bien réel comme le suggèrent deux autres procédures judiciaires à l’encontre de Lacoste et Dubouloz. La première concerne une sérénade nocturne donnée sous les fenêtres du syndic de Montmélian en décembre 184893. Il s’agit d’une manifestation partisane dans une cité divisée. Cette sérénade est accompagnée de cris et de chants séditieux, et agrémentée d’une déambulation nocturne sous la conduite de Dubouloz. Cette déambulation mène la troupe à Arbin où, à l’auberge, Dubouloz et Lacoste, debout sur une table, haranguent les convives. Il y a donc des liens entre les deux communes. Dans la seconde affaire, en janvier 1849, Dubouloz est obligé de quitter précipitamment Montmélian, sa demeure étant entourée d’une foule vociférante contre le « Vorace »94. Il se réfugie à Arbin. De là, il délègue J. B. Boccoz pour aller prendre la température à Montmélian et savoir s’il peut s’en retourner dans sa commune. Autrement dit, l’intendant général est dans le vrai : il existe bien des liens entre ledit Boccoz, meneur de la fronde contre le syndic, et le milieu avancé de Montmélian. De surcroît, la Combe de Savoie est secouée lors des élections par de vives tensions. C’est tout particulièrement vrai de la circonscription électorale de Saint-Pierre d’Albigny, bourg à peu de distance d’Arbin sur la route d’Albertville, où les scrutins sont vivement disputés. Les élections de juillet et décembre 1849 donnent lieu à des polémiques dans les journaux95. Tant et si bien que l’élection d’H. Ract est invalidée par Turin pour cause d’irrégularités en juillet 1849. Or, mais les indices sont bien ténus96, il existe des liens évidents entre les démocrates de Montmélian et ceux des bourgs de la circonscription voisine, et jusque dans des villages plus modestes. Autrement dit, Arbin se trouve en terres conflictuelles, animées par des réseaux actifs. Ce contexte invite à relire l’affaire des communaux.

  • 97 ADS, 1 FS 525, l’intendant général au syndic d’Albertville, 4 juin 1849. La pièce manuscrite consi (...)

80Tout d’abord, et la corrélation n’est pas faite par l’intendant, l’affiche anonyme placardée sur les murs d’Arbin qui a été citée plus haut n’est pas une affiche « originale ». En effet, on la retrouve, identique mot pour mot, dans la correspondance de l’intendance en juin 1849 : il s’agit d’un affichage réalisé à Albertville97. Cela signifie que les modèles circulent et il est aisé de saisir par quels canaux quand on sait que le docteur Dubouloz est membre du cercle démocratique d’Albertville. Dans le même ordre d’idées, la publication par Le Patriote savoisien de la pétition des habitants d’Arbin plaide aussi en faveur de réseaux et de relais. Le Patriote contribue au demeurant à monter l’affaire d’Arbin en une affaire politique. En commentant la pétition, il déclare ne pas s’étonner de l’attitude du syndic d’Arbin puisqu’il a été nommé par l’intendant général Mercier et, qu’en son temps, le journal s’était élevé contre les nominations politiques de cet administrateur.

  • 98 ADS, 1 FS 526, le syndic d’Arbin à l’intendant général, 18 juin 1850.
  • 99 Le Patriote savoisien, 8 juin 1850.

81Cette « politisation » de l’affaire se révèle encore lors du passage à Arbin du Roi Victor-Emmanuel, de retour vers Turin après son séjour en Savoie. Comme il est d’usage, la commune d’Arbin, par laquelle le cortège royal doit passer en cette fin de mai 1850, érige un arc de triomphe, portant la devise « Vive le Roi », et décore les rues de guirlandes. F. Grisard, un des meneurs de la fronde contre le syndic – et conseiller –, enlève la devise, déclarant que les caractères en sont mal faits et se propose de les refaire. Il replace donc une nouvelle inscription, sensiblement différente : « Vive le Roi, Vive la Constitution, Vive Siccardi ». Aux détonations de boîtes venues de Montmélian, le syndic se rend près de l’arc de triomphe, pour saluer le passage du roi, et découvre la nouvelle devise qu’il fait précipitamment descendre au milieu d’un joli tumulte. La commune est au bord de l’anarchie. La substitution de devise visait à discréditer le syndic. On sait en effet que la loi Siccardi – premier train de lois anticléricales – n’est pas une décision du souverain et que les autorités du duché redoutaient, lors du séjour du Roi, les cris de « Vive Siccardi », au demeurant promis et encouragés par Le Patriote savoisien. À l’évidence, en tâchant d’associer la commune d’Arbin à cette protestation équivoque, il s’agit d’appuyer la pétition adressée au Roi et de faire révoquer le syndic. Cette manœuvre montre assez bien que certains citoyens d’Arbin sont bien au fait des débats politiques qui animent et divisent les sphères turinoises. En ce sens, la haute politique pénètre au village par le biais des rivalités et des enjeux propres à la commune. Cette manœuvre témoigne également d’un processus d’instrumentalisation de la chose politique. En prévision du passage du Roi, Jean Paccard, encore un des agitateurs, déclare à l’auberge : « Nous en ferons bien tant au syndic que nous voulons le sommer de donner sa démission98. » Le Patriote savoisien publie un compte rendu de cette affaire où le retrait de la devise par le syndic est stigmatisé comme un acte d’autoritarisme digne du Buon Governo99. La politisation s’opère donc à plusieurs degrés : c’est ce jeu d’échelles qui permet de mesurer le changement en cours après 1848.

82L’attitude de J. B. Boccoz et les témoignages qu’elle suscite, suggèrent aussi que les événements politiques contemporains influencent les postures des antagonistes. C’est du moins ce que laisse entendre le résumé qui est fait de sa harangue publique de mai 1850 :

  • 100 ADS, U 1788, l’intendant général à l’avocat fiscal, 6 juin 1850.

« Le 19 mai dernier, sur les 9 ou 10 heures du soir, un nommé Boccoz Jean-Baptiste, cabaretier, s’étant placé dans une position convenable pour dominer et haranguer un groupe de quarante à cinquante personnes réunies autour de lui, leur a dit qu’il n’y avait que le syndic qui se fut opposé à l’exclusion des propriétaires forains de la jouissance des communaux, que c’était un coquin et un gueux et qu’il fallait le chasser de la salle consulaire comme on a chassé Louis-Philippe de la France, et lui couper la tête100. »

  • 101 Ibid., dépositions des témoins.

83Son discours stigmatise donc la collusion entre le syndic et les forains, en la dénonçant comme l’alliance des puissants. Il déclare que les forains reçoivent des lettres qui les invitent à venir réclamer des lots, tandis que les habitants d’Arbin sont réduits à la portion congrue. Il résume ainsi les forces en présence : « beaucoup de misérables à qui ont fait faire les corvées et ces étrangers [qui] n’en font jamais101. » L’orateur s’érige donc en défenseur des humbles. L’allusion à Louis-Philippe, qui télescope au demeurant allègrement janvier 1793 et février 1848, laisse entendre la fonction référentielle des événements français. Il est vrai que cette citation est contestée par beaucoup de témoins selon lesquels Boccoz se serait contenté de dire : « Le syndic venant à passer par là, Boccoz ajouta que celui qui n’a pas de tête, n’a pas besoin de chapeau ». Cette dernière image pourrait expliquer l’interpolation avec Louis XVI / Louis-Philippe. Cette interpolation visant à discréditer – et à faire inculper – le leader de l’opposition d’Arbin, n’en témoigne pas moins pour la prégnance des référents politiques au village et pour le rôle de l’information.

  • 102 Les principaux acteurs identifiés sont tous âgés de plus de 40 ans, la plupart membres du conseil (...)
  • 103 ADS, U 1954, procédure contre le Patriote savoisien, déposition de L. Boccoz.

84Dans l’affaire d’Arbin, la question des communaux opère comme un « sas » pour la politisation des rapports de force au village. Cette question qui divise de manière plus ou moins larvée la commune depuis 1840 prend après les événements de 1848 une tournure nouvelle. Elle contribue à diviser le village et permet la pénétration d’éléments d’un argumentaire partisan. Il faut distinguer ici la question de l’acensement et la demande de révocation du syndic. En effet, la pétition qui réclame la révocation a été présentée aux signataires comme une demande officielle pour l’exclusion des forains : la plupart des témoins déclarent avoir signé sur lecture orale du texte, eux-mêmes ne sachant lire. Ils ajoutent généralement qu’ils ne souhaitaient pas la démission du premier magistrat d’Arbin. Cela signifie que les promoteurs de la pétition se sont emparés de la question des communaux à leurs fins propres. Dans le cas du Boccoz ou de Roget, il peut s’agir d’un acte de vengeance contre l’attitude du syndic avant 1848. Mais pour les autres, en tout sept individus identifiés comme meneurs de l’opposition102, il s’agit en fait de s’emparer du pouvoir communal. Certaines dépositions lors de la procédure font très nettement le lien entre la question de la révocation du syndic et celle des communaux, ce qui montre une active propagande de « l’opposition ». Ainsi, un nommé Trosset, qui n’est pas impliqué dans la procédure autrement que comme signataire de la pétition, déclare : « Si j’ai signé c’est afin que si le syndic était changé, on put arriver à la division des communaux exclusion faite des forains. » Cette propagande peut être assimilée à une manière d’activité électorale, faite de pédagogie et de personnalisation des enjeux. On peut donc considérer que la fronde contre le syndic est motivée et rendue possible par les nouvelles modalités du pouvoir au sein de la commune depuis 1848 : l’élection des conseillers et le choix du syndic parmi eux. De ce fait, il sourd le désir de voir la communauté maîtresse d’elle-même et de ses décisions. Insistons-y : il y a là peut-être un sentiment traditionnel, mais celui-ci est réinvesti et instrumentalisé pour des enjeux nouveaux. Nul doute, de ce point de vue, que les notables de Montmélian agissent en sous-main dans cette affaire. Les liens évidents entre Boccoz et Dubouloz le suggèrent. Les paroles de L. Boccoz, de la famille de Jean-Baptiste, lors de son interrogatoire montrent également la prégnance d’un argumentaire qui dépasse la seule question des communaux d’Arbin : « [Le syndic] de tout le conseil, était le seul qui voulait donner notre bien aux messieurs. On me donna dans ce moment la lecture de ce même écrit [la pétition] et reconnaissant qu’il contenait des faits qui étaient en faveur et pour le soutien des habitants de la campagne et des pauvres ouvriers, j’ai signé alors comme je signerai encore aujourd’hui103. »

85Boccoz assume donc de manière altière son attitude et ses choix. L’opposition qu’il opère entre les « messieurs » et les « ouvriers » est toute imprégnée de la propagande démocrate d’après 1848.

Conclusion

86Finalement, ce parcours au milieu des agitations en Savoie peut se résumer autour de quelques idées assez simples. D’abord que 1848 constitue une rupture et un temps où la politique tend à imprégner les représentations collectives dans la contestation. Cette rupture repose sur les événements révolutionnaires venus de France, portés par le vent de changement qui balaie l’Europe, mais aussi, et peut-être surtout, sur la libéralisation venue de Turin. Les premiers nourrissent l’imaginaire et les référents de la contestation. La seconde offre les moyens légaux de l’affirmation du politique. Toutefois, cette notion de rupture est à manier avec prudence. Les manifestations collectives s’enracinent dans des héritages et, surtout, s’inscrivent dans une filiation. Le référent politique partisan ne s’impose pas brutalement, les revendications ne relèvent pas de l’imprégnation de catéchismes politiques. Au contraire : il colle à des représentations et des enjeux qui préexistent à 1848 et, précisément, permet, par la voie de l’appropriation, une transition douce, une manière d’acclimatation à l’intégration des valeurs partisanes. En ce sens, le référent politique est d’abord instrumental, c’est-à-dire au service, non pas des courants politiques, mais des enjeux qui traversent les communautés. C’est en termes de continuité qu’il faut d’abord comprendre ce qui se passe dans les années qui suivent 1848 : la rupture réside dans la visibilité de la contestation. Quant aux modalités, on l’a vu, elles sont complexes et ambivalentes. Rupture de ton, sûrement, mais dans l’ordre de la légalité et des nouvelles représentations véhiculées par le régime nouveau.

87Un autre trait remarquable des ces agitations en Savoie, et qui s’inscrit en droite ligne de ce qui précède, est que la référence au politique apparaît au sein de communautés divisées. Ainsi, la vie politique fondée sur des référents partisans ne s’impose pas, elle ne se surimpose qu’à peine : elle s’immisce quand les conditions la rendent possible.

Notes

1 L. D. L. Audiffret, La Grande-Chartreuse, le Mont-Blanc et l’Hospice du grand Saint-Bernard : souvenirs d’un voyage en Dauphiné, en Savoie et en Suisse, Paris, 1845, p. 29-30.

2 Ces chiffres et ceux qui suivent sont empruntés à : J. Lovie, « La population ouvrière de Chambéry en 1845 », Congrès des sociétés savantes de Savoie, 1970, p. 103-118 et D. Thabuis, Chambéry de 1815 à 1860, Mémoire de maîtrise, Université de Savoie, 1987.

3 On peut distinguer trois faubourgs à Chambéry : les faubourgs Maché, Reclus et Montmélian. Aux portes de l’antique enceinte disparue, ce sont des lieux nettement identifiés et distincts, en termes de géographie des représentations, de « l’hypercentre » (château, place Saint-Léger, cathédrale, rue de Boigne).

4 ADS, U 1940, procédure contre A. Monnier, 1850.

5 Le Courrier des Alpes, 12 décembre 1848.

6 ADS, U 1607, procédure sur les troubles et les cris séditieux du faubourg Montmélian, 1849.

7 On a voté le 15 juillet à Chambéry.

8 Sur ce point : R. Avezou, op. cit., p. 128-129.

9 ADS, 6 FS PC 11166, procédure contre J. Lachat, serrurier de 23 ans, J. Caillet, faiseur de peignes de 33 ans, A. Villiard, ébéniste de 25 ans, et N. Damaisin, serrurier de 44 ans, 1848 et 1 FS 461, correspondance avec le Ministère de l’Intérieur, août 1848.

10 Libéral modéré, T. Chapperon laisse un journal qui est un témoignage précieux sur la période. Partiellement édité : J. Lovie, « La vie politique et l’esprit public en Savoie, à Chambéry, d’octobre 1847 à juillet 1848, d’après la relation de l’avocat Chapperon », Mémoires de l’Académie de Savoie, 6e série, n° XIX, 1962, p. 51-268 [désormais : Récit Chapperon]. Manuscrit original : ADS, 28 F 77/1, Chapperon, Éphémérides.

11 Récit Chapperon, op. cit., 15 août 1848.

12 Joseph Jacquemoud (1802-1863), magistrat et un des leaders conservateurs en 1848. Député de Pont-de-Beauvoisin de 1848 à 1850. Nommé sénateur en 1850. De noblesse récente (baron, 1834).

13 Léon Ménabréa (1806-1857), magistrat qui instruit après 1848 des procès contre les agitations « démocratiques ». Érudit féru d’histoire, il a notamment rédigé trois mémoires sur les traités de paix entre l’Autriche et le Piémont de 1743 à 1848.

14 P. Geneletti, Jacques Guille. Un peintre mauriennais, Saint-Jean-de-Maurienne, SHAM, 1999.

15 ADS, 6 FS PC 14105, procédure contre Le Patriote savoisien du 15 août 1848.

16 ADS, 28 F 77/1, Chapperon, Éphémérides, 26 novembre 1848.

17 Ibid., 31 août 1848.

18 Sauf mention contraire, le récit qui suit est puisé aux sources suivantes : AST, Materie politiche..., mazzo 14, correspondance du Ministère de l’Intérieur ; ADS, 6 FS 343 ; ADS, 6 FS PC 11285, procédure à propos du charivari Broglia ; ADS, 6 FS PC 11285, procédure pour cris séditieux du 27 mars 1848.

19 Tous les deux, membres du cercle démocratique de Chambéry. Joseph Dessaix (1817-1870), neveu du général d’Empire du même nom qui s’est notamment distingué dans la défense de la Savoie en 1815. Publiciste renommé, érudit, animateur de plusieurs journaux (dont l’incisif journal de caricatures Le Chat, publié à Chambéry en 1848-1850). Animateur et fondateur de plusieurs sociétés (par exemple, Société d’instruction mutuelle de 1848 à destination d’un public ouvrier). Incarcéré en 1834 pour un libelle contre le roi. C’est une grande figure, et haute en couleurs, du libéralisme en Savoie.

20 6 FS PC 11285, témoignage de Dollin, négociant.

21 Le poing coupé était, avant les réformes de 1822, réservé aux parricides.

22 Pour plus de précisions sur cet épisode dans lequel le réseau des cercles démocratiques de Savoie jouent un rôle crucial, on se permet de renvoyer à : S. Milbach, op. cit., (à paraître).

23 Nicolas Parent (1817-1889), avocat, s’impose comme leader démocrate en Savoie après l’Annexion de 1860. Député en 1871, et de 1876 à 1880. Sénateur de 1880 à 1889.

24 Le premier est substitut greffier, le second maître tapissier.

25 6 FS PC 11285, témoignage du colonel de la garde nationale, Pithon.

26 Ibid., témoignage de C. Pégaz, serrurier, prévenu.

27 J. Michel, maçon de 30 ans ; M. Gorrin, tailleur de pierre de 23 ans ; C. Pegaz, ouvrier serrurier de 28 ans ; C. Vallet, ouvrier serrurier de 28 ans ; F. Roulet, cordonnier de 19 ans ; M. Roguet, cordonnier de 21 ans.

28 ADS, 28 F 77/1, Chapperon, Éphémérides, 22-31 mars 1849.

29 6 FS PC 11285, rapport du questeur Dupuy.

30 Ibid., rapport du questeur Dupuy.

31 AST, Materie politiche..., mazzo 14, l’intendant général au Ministre de l’Intérieur, 24 mars 1849.

32 Création de l’administration de la Sûreté publique, désormais sous l’autorité des intendants. Décret du 30 septembre 1848.

33 Le Courrier des Alpes, 11 mars 1848.

34 Journal de Jean-Baptiste Vernaz, 12 mars 1848.

35 La garde nationale n’est pas encore en place à cette date.

36 Le docteur Buet, président de la Société philanthropique savoisienne de Paris, se rend le 19 mars auprès de Lamartine à la tête d’une délégation de savoyards émigrés. Il prononce un discours favorable à l’annexion de la Savoie à la France républicaine, au nom du passé commun et de la misère qui règne dans le duché sous le régime sarde. Voir : P. Guichonnet, L’affaire des Voraces en avril 1848. Essai de mise au point, d’après des documents inédits, Turin, Museo nazionale del Risorgimento, 1949.

37 ADS, 1 FS 461, le gouverneur au Ministre de l’Intérieur, 25 mars 1848.

38 Cette manifestation se déroule lors de l’application du décret d’expulsion des jésuites, ce qui explique les allures anticléricales des slogans. Le Courrier était naturellement hostile à cette mesure.

39 ADS, 6 FS 268, l’avocat de Tarentaise à l’avocat fiscal général, 2 septembre 1848.

40 C. Desplat, Charivaris en Gascogne. La « morale des peuples » du xvie au xxe siècle, Paris, Berger-Levrault, 1982. L’auteur souligne que la qualification de « charivari politique » est un procédé rhétorique et polémique pour disqualifier les désordres (p. 132-137).

41 La pratique de déguisement n’est pas exceptionnelle : songeons à la « Guerre des Demoiselles » dans les Pyrénées.

42 ADS, 1 FS 461, l’intendant général au Ministre de l’Intérieur, 18 avril 1849. Le sous-intendant se serait barricadé dans ses appartements, puis réfugié à Turin. C’est à son retour de la capitale qu’il est « charivarisé ».

43 ADS, 6 FS 343, l’avocat fiscal général au Ministre de l’Intérieur, 22 mars 1849.

44 ADS, U 1803, procédure contre H. Caillot, ouvrier tissier de 19 ans, 1850.

45 Sur Aix : G. Corre, op. cit. et AST, Alta polizia n° 250, correspondance des carabiniers avec le Ministère de l’Intérieur. Sur Thonon : ADS, 1 FS 461, correspondance du gouverneur ; AST, Alta polizia, correspondance de l’intendant du Chablais avec le Ministère de l’Intérieur ; ADS, 6 FS PC 11239, procédure sur les troubles de Thonon, 1848.

46 Citons la synthèse récente de Jean Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, Seuil, 2002.

47 Environ la moitié des prévenus se déclarent cultivateurs ou laboureurs. L’année 1848 ouvre une période de « modernisation » de la ville d’Aix qui mise de plus en plus sur son activité de villégiature des hautes classes étrangères, tout spécialement françaises : extension de l’établissement des bains, construction d’un casino. La correspondance de Cavour (C. Pischedda, M. L. Sarnicelli (a cura di), Camillo Cavour. Epistolario, Florence, 1973-2004, 17 vol. parus) et les débats à la Chambre (Atti de la camera dei deputati, Turin, Imprimerie royale, 1848-54) montrent les réseaux de notabilité et d’intérêts qui sont à l’œuvre et qui contribue aux tensions ici évoquées, dans le contexte général de la poltiique de modernisation économique de Cavour.

48 Ces deux expressions sont reprises des travaux de E. P. Thompson et R. Dupuy. Ces approches visent à théoriser les logiques à l’œuvre dans les révoltes populaires ou la conduite politique des masses dans la société passée. Schématiquement, il s’agit de rendre à un objet historique sa dignité en rétablissant ses cohérences profondes et ses continuités dans le long terme.

49 ADS 6 FS PC 11167, procédure pour rébellion à la justice, 1848.

50 Les jésuites sont expulsés des États en mars 1848.

51 La Suisse, et plus précisément Genève, est toujours source d’inquiétude pour les autorités, au moins depuis les années 1830. Les tensions entre les cantons qui débouchent en décembre 1847 sur la guerre éclair dite du Sonderbund, et qui voit la victoire des radicaux sur les cantons catholiques, ont été suivies avec célérité par les autorités locales et Turin. On voit ici, que le Chablais, dont les liens économiques et culturels avec Genève sont bien connus, est perméable aux conjonctures frontalières, qui plus est ici de retentissement international.

52 Le terme apparaît à plusieurs reprises dans la procédure, et dans celle-là seule, et on peut supposer qu’il signifie « aristocrates ».

53 Détenus depuis fin juillet, ils sont libérés suite à l’audience, ayant été « suffisamment punis » par cette détention. Le compte rendu de leur retour : Le Patriote savoisien, 12 octobre 1848.

54 En effet, tous les deux se déclarent « propriétaires », ce qui signifie qu’ils sont censitaires.

55 Pour l’essentiel de ce dossier : AST, Alta polizia n° 250. Cette affaire a fait un assez grand bruit et a donné lieu à une réponse imprimée à Bonneville à l’intention des journaux piémontais et à la publication d’une chanson antipiémontaise. La presse de Savoie a désapprouvé les désordres de rues, mais a fait preuve de compréhension à l’égard des motivations des agitateurs. Cet événement est assez caractéristique des rapports de force en Faucigny : dès le début de l’année 1848, les « rouges » y ont de puissants leviers d’action.

56 1 FS 461, le gouverneur au Ministre de l’Intérieur, 12 octobre 1848.

57 ADS, U 1756, procédure pour injures, menaces et voies de fait, 1848.

58 ADHS, 4 FS 290, le secrétaire de conseil de Seyssel à l’intendant général d’Annecy, 9 avril 1848.

59 ADS, 1 FS 539, correspondance des autorités, janvier 1849 et U 1931, procédure pour décharge de coups de fusils contre des ouvriers français, 1848.

60 Surnom décerné par dérision à Victor-Amédée III suite à l’annexion de la Savoie en 1792, et le retrait des troupes piémontaises, et immortalisé par une célèbre caricature révolutionnaire.

61 AST, Alta polizia n° 250, l’intendant général de Chambéry au Ministre de l’Intérieur, 18 juillet 1848.

62 Dans le système de conscription carlo-albertien (1831), les jeunes gens sont convoqués dans leur vingt-et-unième année au chef-lieu de mandement pour le tirage. Les heureux élus effectuent quatorze mois de service, puis sont intégrés pour sept ans dans la milice mobile.

63 AST, Ministero interni, Gabinetto, n° 34, l’intendant de police de Saint-Julien au Ministre, 23 juillet 1848 et Alta polizia, n° 250, les carabiniers au Ministre, 29 juillet 1848.

64 ADS, 6 FS PC 12171, procédure pour désordres à Aiguebelle, 1851.

65 Pour les faits qui suivent : ADS, 1 FS 460, correspondance avec le Ministère ; 6 FS PC 12417, procédure sur les désordres d’Aix ; 6 FS 748 et 749, arrêts de la Cour d’appel.

66 Voir : J. C. Farcy, La jeunesse..., op. cit.

67 Rappelons que la majorité politique est fixée à 21 ans, précisément l’âge des inscrits (classe 1830).

68 Sur les vingt deux condamnés, vingt écopent de un à six mois de prison. J. Jacquin et F. Domenge, respectivement de deux ans et quinze mois, du fait qu’ils sont récidivistes.

69 François Dommenge, journalier, a déjà été condamné en 1849 pour cris séditieux, et a été impliqué dans l’affaire de l’octroi de 1848, ainsi que J. Jacquin, menuisier. V. Bojet « a fait parler de lui » à Aix au moment des Voraces. La justice s’avère bien sévère au regard des propos de l’intendant général.

70 En 1852 est instaurée officiellement dans le royaume une fête nationale qui célèbre les libertés octroyées de 1848. Elle se déroule le deuxième dimanche de mai.

71 ADHS, 4 FS 290, le syndic à l’intendant général d’Annecy, 22 juin 1849.

72 Il existe des tensions autour du drapeau « national savoisien ». Certains conservateurs penchent pour la croix sur fond bleue, tandis que majoritairement la croix sur fond rouge s’impose. Le bleu est la couleur de la dynastie et, par conséquent, traduit une acception restrictive des réformes. De surcroît, comme c’est le cas ici, le rouge apparaît équivoque aux yeux de certains de ces conservateurs.

73 Lors de la constitution des milices municipales, il avait été d’usage que le clergé bénisse le drapeau de cette garde : il s’agit du drapeau tricolore de l’ancienne République cisalpine, avec les armes de la maison de Savoie. Ce drapeau avait été officialisé par Charles-Albert à l’orée de la première guerre de libération (mars 1848).

74 ADHS, 4 FS 290, le curé à l’intendant général, 8 juillet 1849.

75 Ibid., le syndic à l’intendant général d’Annecy, 22 juin 1849.

76 A. Corbin, Les cloches de la terre, Paris, Albin Michel, 1994.

77 ADS, 6 FS PC 122, 2e s., procédure sur l’envahissement du conseil communal du Publier et sur des coupes de bois illégales, 1849.

78 M. Ozouf, La fête révolutionnaire, 1789-1799, Paris, Gallimard, 1988. Dans cette analyse classique, l’auteur montre l’ambivalence de l’arbre de la liberté sous la Révolution entre mouvement spontané (fondamentalement revendicatif mais intégré dans un dispositif où la plantation ne se suffit pas à elle-même, 1790) et institutionnalisé (pédagogie républicaine, 1792). Pour un essai de mise en perspective dans un temps plus long : M. Pigenet, « Grandes heures et épuisement d’une marque républicaine : les arbres de la liberté. L’exemple du Cher », M. Agulhon (dir.), Cultures et folklores républicains, Paris, CTHS, 1995, p. 111-124.

79 Aucune image, aucun discours recensé, sinon quelques articles dans Le Patriote savoisien.

80 ADS, 7 FS Moûtiers 358, procédure sur la destruction de l’arbre de la liberté de Pesey, 1851.

81 Ces renseignements, et ceux qui suivent, sont empruntés à : E. Clary, Les mines de Pesey et Macot (1815-1852), Mémoire de TER, Université de Savoie, 1973.

82 ADS, 7 FS Moûtiers 358. Document perdu. Photocopie de ce document dans : K. Yacoub, La délinquance en Tarentaise de 1815 à 1860, Mémoire de maîtrise, Université de Savoie, 1992, p. 124. Orthographe et syntaxe conservées.

83 ADS, U 1857, procédure pour désordre à Yenne, 1859.

84 La pratique du mai apparaît peu dans les travaux des folkloristes (Van Gennep) ou dans l’enquête de Mgr Rendu de 1846 (Mœurs et coutumes de la Savoie du nord..., op. cit.).

85 L’analyse qui suit se fonde sur le croisement des documents suivants : 1 FS 526, correspondance de l’intendant général ; 1 FS 914, ordonnances et lettres de l’intendant général relatives aux communes de Savoie Propre, Arbin, 1815-60 ; 1 FS 2406-2408, diguement de l’Isère, 1830-60 ; U 1788, procédure contre J.B. Boccoz pour injures et menaces, 1845 ; U 1788, procédure contre J.B. Boccoz pour injures et menaces envers le sieur Poncet, 1850 ; U 1954, procédure contre N. Parent, gérant du Patriote savoisien, 1850 ; 6 FS 275-276, correspondance de l’avocat fiscal général, 1850 ; 1FS 3628, endiguement de l’Isère. Classification des terrains et perception de l’impôt, 1828-57 ; 1 FS 3633, endiguement de l’Isère. Atterrissements, 1841-68. ; 11 FS 34 et 35, archives communales d’Arbin, 1815-60 ; 1 Fi 10, plan réalisé lors du diguement de l’Isère, Arbin, s. d.

86 N. Vivier, Propriété collective et identité communale : les biens communaux en France, 1750-1914, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998.

87 Opérations débutées en 1824 par la pose de la première pierre au confluent de l’Arc et de l’Isère et qui s’étendent jusqu’après le rattachement à la France.

88 J. B. Boccoz, aubergiste de 43 ans, déclare 3 000 livres de fortune.

89 Il n’a pas été possible d’identifier avec précision qui sont les propriétaires des vignes. Selon toute probabilité, il s’agit pour partie de la haute société chambérienne.

90 Il s’agit d’un procédé qui, par le moyen de digues et de canaux, permet le détournement des eaux de la rivière, leur immobilisation pour dépôt du limon et leur expulsion vers la rivière après dépôt. Voir : J. Guigue, Mémoire sur le diguement de l’Isère et de l’Arc dans le département de la Savoie, Grenoble, 1891.

91 1 FS 526, correspondance de l’intendant général.

92 Le Patriote savoisien, 13 juillet 1850.

93 ADS, U 1845, procédure pour cris séditieux, 1849.

94 ADS, U 1822, procédure pour désordres à Montmélian, 1848.

95 Les dénonciations de manœuvres lors des élections (listes tronquées, votes influencés...) sont rapportées par Le Courrier de Alpes en plusieurs articles en juillet et août 1849.

96 Au hasard des procédures ou de la correspondance des autorités, l’existence de contacts se dessine. L’analyse des recensements communaux de 1848 montre également que des liens familiaux unissent les habitants de ces différents bourgs. Mais ces liens ne font qu’affleurer sans rien attester d’indubitable.

97 ADS, 1 FS 525, l’intendant général au syndic d’Albertville, 4 juin 1849. La pièce manuscrite consignée est divulguée à plusieurs exemplaires.

98 ADS, 1 FS 526, le syndic d’Arbin à l’intendant général, 18 juin 1850.

99 Le Patriote savoisien, 8 juin 1850.

100 ADS, U 1788, l’intendant général à l’avocat fiscal, 6 juin 1850.

101 Ibid., dépositions des témoins.

102 Les principaux acteurs identifiés sont tous âgés de plus de 40 ans, la plupart membres du conseil municipal.

103 ADS, U 1954, procédure contre le Patriote savoisien, déposition de L. Boccoz.

Table des illustrations

Titre Sociologie du Conseil de Ville de Chambéry, 1847-1855.
Légende Sources : G. Denotz, Le Conseil municipal de Chambéry de 1792 à 1871 : analyse sociologique et politique d’un personnel administratif, T.E.R, Université Paris IV, 1982.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/3513/img-1.png
Fichier image/png, 154k
Titre Conseil de Ville de Chambéry – 1816-1860. Âges des conseillers
Légende Sources : G. Denotz, op. cit.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/3513/img-2.png
Fichier image/png, 264k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search