Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Guillaume de Digulleville

 | 
Frédéric Duval
, 
Fabienne Pomel

Réécritures et postérité du modèle des Pèlerinages

La réécriture du Pèlerinage de vie humaine dans la Moralité de Bien Avisé et Mal Avisé

Stéphanie Le Briz-Orgeur

Texte intégral

  • 1 F. Duval, Descente aux enfers avec Guillaume de Digulleville. Édition et traduction commentées d’u (...)
  • 2 Voir dans ce volume la communication de Géraldine Veysseyre.

1Dans son beau livre destiné à élargir le cercle des lecteurs de Guillaume de Digulleville, Frédéric Duval a rappelé combien ceux-ci avaient été nombreux à la fin du Moyen Âge1 La volumineuse tradition manuscrite, la fréquente annotation2, ainsi que les réécritures nombreuses et variées des Pèlerinages attestent ce succès médiéval de l’œuvre du moine de Chaalis. Nous nous proposerons ici de montrer que la Moralité de Bien Avisé et Mal Avisé constitue elle aussi une adaptation de l’œuvre la plus diffusée de Guillaume, le Pèlerinage de vie humaine.

  • 3 Y. Le Hir, « Indications scéniques dans la Moralité : Bien Advisé et Mal Advisé », Bibliothèque d’ (...)
  • 4 Le titre de fin de l’imprimé indique que celui-ci a été réalisé « a Paris par Pierre le Caron pour (...)
  • 5 La proposition de Jean Babelon, qui date le manuscrit de l’extrême fin du xve siècle, n’a jamais (...)
  • 6 Chacun des trois textes conservés dans le manuscrit est agrémenté d’aquarelles : 4 accompagnent le (...)
  • 7 Archives nationales, AB XXVIII 63. Seule l’édition du texte est conservée ; de l’étude sur les Mor (...)
  • 8 J. Beck, dans J.-P Bordier (dir.), Le théâtre du Moyen Âge, éditions, traductions et annotation, P (...)
  • 9 Un feuillet blanc sépare chaque texte du suivant : les folios 16 et 78 sont vierges.
  • 10 Voir à ce sujet T. Walton, « Les poèmes d’Amé de Montgesoie (fl. 1457-1478). Le Pas de la Mort et (...)
  • 11 Ces vers du Chevalier délibéré, « Ce traittié qui tant point et mort Que fist Amé de Montjesoye, P (...)
  • 12 É. Picot indique que le Compte de Pepin Perrin, miseur de la ville de Rennes (en 1435-1443), menti (...)
  • 13 Dédié à Isabelle de Bourbon, Le Pas de la Mort a donc été écrit avant la mort de celle-ci, survenu (...)
  • 14 Voir la note 10.
  • 15 La Moralité est beaucoup plus développée que les deux autres textes ; elle montre les deux chemine (...)
  • 16 Dans son étude iconographique du manuscrit, Anne-Marie Legaré confirme que « l’exemplaire a été co (...)
  • 17 Le premier des deux artistes, qui a illustré Le Pas de la Mort et Le Chevalier délibéré, a parfois (...)
  • 18 T. Walton indique pour sa part un emprunt du Pas de la Mort (écrit avant la fin septembre 1465) à (...)
  • 19 Voir sur ce point en annexe à ce volume le tableau des manuscrits dressé par Géraldine Veysseyre : (...)

2La Moralité de Bien Avisé et Mal Avisé nous est parvenue dans un manuscrit et un imprimé. Dans une brève mais suggestive comparaison, Yves Le Hir a montré que ces deux témoins étaient assez dissemblables3. L’imprimé, réalisé à Paris par Pierre Le Caron pour le compte d’Antoine Vérard et compris dans la Réimpression fac-similé de vingt-deux pièces allégoriques […] de Werner Helmich4, est seul à inclure un prologue, célèbre pour la description du dispositif scéniquecontient. Manifestement destiné à une représentation de la pièce, cet imprimé de l’extrême fin du xve siècle donne un texte un peu plus volumineux que le manuscrit (environ 7 500 vers, contre environ 7 200 dans le manuscrit) : le prologue long de 166 vers, mais aussi un dédoublement de la confrontation entre Mal Avisé et Male Fin, expliquent cette plus grande envergure de la version imprimée, alors que de son côté le manuscrit est seul à faire intervenir Réformation contre les pillards instruits par Fausse Doctrine. Contemporain de l’imprimé, le manuscrit5 est abondamment illustré et vraisemblablement destiné à la lecture plutôt qu’à une quelconque représentation6. Il reste malgré tout préférable, dans la mesure où il fournit un texte correct lorsque l’imprimé est lacunaire ou franchement corrompu. Sauf nécessité, nous citerons donc en priorité le texte de Bien Avisé et Mal Avisé d’après le témoin manuscrit qui nous l’a conservé. Il s’agit du BNF, Rothschild 2797, et deux des trois éditeurs de la pièce l’ont pris comme base : Jean Babelon dans sa thèse d’École des chartes de 1910 (que l’on dit souvent perdue mais qui peut en réalité être consultée dans sa version originale, manuscrite, aux Archives nationales7), et plus près de nous Jonathan Beck (qui donnera son édition à un volume collectif d’éditions traduites de pièces médiévales françaises8). Seul Werner Helmich a évidemment choisi, pour sa réimpression fac-similé de pièces imprimées aux xve et xvie siècles, l’imprimé de Pierre Le Caron. À ces arguments matériels qui nous feront préférer la version manuscrite de la pièce, s’en ajoutent deux qui concernent plus directement Guillaume de Digulleville. 1) Copiée aux folios 79 à 231 du ms. BNF, Rothschild 2797, la Moralité de Bien Avisé et Mal Avisé fait suite à deux œuvres de la fin du xve siècle dépendant l’une de l’autre, et dont la seconde au moins connaît la trilogie des Pèlerinages de Guillaume de Digulleville : il s’agit, aux folios 1 à 15, du Pas de la Mort d’Aimé de Montgesoie, et, aux folios 17 à 77, du Chevalier délibéré d’Olivier de La Marche9. Ces deux œuvres précédant notre Moralité dans le manuscrit sont apparentées : toutes deux dépendent de la cour de Bourgogne pour laquelle travaillaient leurs auteurs respectifs10 ; en outre, dans le Chevalier délibéré, Olivier de La Marche avoue s’être inspiré du Pas de la Mort11. Dès lors, l’on est fondé à se demander si le manuscrit entier constitue un recueil, et, si tel est le cas, sur quelles bases la Moralité de Bien Avisé et Mal Avisé a pu être associée au Pas de la Mort et au Chevalier délibéré. Représentée en 1439 à Rennes12, la Moralité ne saurait dépendre, du moins dans sa version première, des deux textes qui la précèdent dans le manuscrit : de fait, le Pas de la Mort date des années 146013 et le Chevalier délibéré a été achevé en 148314. La parenté entre les trois œuvres copiées ensemble ne tient donc pas à une imitation des deux premières par la troisième, et l’inverse paraît également peu probable15. Il convient toutefois de déterminer ce qui a pu conduire la famille Lalaing, et sans doute plus précisément Charles Ier, à faire copier d’une même main16 (et à faire illustrer par deux artistes du même atelier hainuyer17) les trois œuvres aujourd’hui encore réunies dans le même volume, le ms. BNF, Rothschild 2797. Cette commande ne semble pas être le fruit d’un pur hasard. Si l’on s’intéresse au contenu des trois œuvres réunies dans le manuscrit, l’on constate leur homogénéité : toutes trois proposent une approche allégorique de la condition humaine dans la veine des Pèlerinages de Guillaume de Digulleville. Accident, Antique et Maladie dans le Pas de la Mort, Accident et Débile dans le Chevalier délibéré, ne sont pas sans rappeler les messagères de Mort, Infirmité et Vieillesse, qui assaillent le pèlerin au quatrième livre du Pèlerinage de vie humaine18 ; quant à la Moralité de Bien Avisé et Mal Avisé, elle puise dans ce même Pèlerinage divers éléments, qu’elle cite mot à mot ou dont elle s’inspire plus librement. Au vu de ces liens unissant les trois œuvres, l’on pourrait donc suggérer que le manuscrit BNF, Rothschild 2797 est le fruit d’une commande bourguignonne des environs de 1490 qui visait à réunir diverses réécritures de l’œuvre la plus diffusée19 de Guillaume de Digulleville. 2) Un second argument incite à étudier la Moralité dans sa version manuscrite : ce manuscrit est parfois le seul témoin fiable de la pièce lorsque le Pèlerinage lui sert visiblement de source.

  • 20 Nous comptions sur la consultation de l’étude des Moralités par Jean Babelon pour nous détromper, (...)

3Avant d’interroger les divers emprunts que fait le texte manuscrit de Bien Avisé et Mal Avisé au Pèlerinage de vie humaine, l’on se demandera pourquoi, sous réserve d’inventaire20, l’auteur anonyme de la Moralité ne figure jamais parmi les héritiers de Guillaume de Digulleville. Ce silence peut avoir plusieurs causes.

  • 21 Dans les Mystères et Moralités du manuscrit 617 de Chantilly publiés pour la première fois et préc (...)

4Tout d’abord, à la différence de la Moralité du Pèlerinage de la vie humaine du ms. 617 du Musée Condé de Chantilly éditée par Gustave Cohen en 192021, la Moralité de Bien Avisé et Mal Avisé ne revendique pas d’emblée sa dépendance à l’égard du premier Pèlerinage de Guillaume : la pièce n’a pas de titre dans le manuscrit, et elle est simplement intitulée Bien Advisé, Mal Advisé dans l’imprimé.

  • 22 F. Pomel, « La théâtralité des Pelerinages de Guillaume de Digulleville », dans D. Hüe et D. Smith(...)
  • 23 Texte du ms. Parma, Biblioteca Reale, Pal. 106 (anciennement 63), édité dans Revue des langues rom (...)
  • 24 F. Pomel, ibid., p. 165. Pour une étude des rapports complexes de la Passion Nostre Dame aux deux (...)

5D’ailleurs, cette dépendance à l’égard du moine de Chaalis est bien moindre que dans les deux autres adaptations théâtrales françaises des Pèlerinages étudiées naguère par Fabienne Pomel22, à savoir la Moralité du Pèlerinage de la vie humaine et la Passion Nostre Dame conservée dans un manuscrit de Parme édité en 1906 par Antonio Boselli23. Dans ces deux textes « dramatiques », l’emprunt à Guillaume est immédiatement visible. La Moralité liégeoise abrège, sans se soucier du mètre, la scène de l’Eucharistie que l’on trouve au premier livre du Pèlerinage de vie humaine. Quant à la Passion Nostre Dame, elle « reprend avec d’infimes variations les plaintes de la Vierge qui apparaissent à deux reprises » dans l’œuvre de Guillaume, dans le Pèlerinage de l’âme et dans le Pèlerinage de Jésus-Christ24. À quelques exceptions près, les emprunts de Bien Avisé et Mal Avisé au Pèlerinage de vie humaine sont beaucoup plus discrets.

  • 25 Parmi les nombreuses études abordant cette corrélation des deux langages codés (rêve et allégorie) (...)
  • 26 L’on observe ainsi le même phénomène dans la Moralité du Pèlerinage de la vie humaine inspirée du (...)
  • 27 L’on ne saurait ici proprement parler d’un rêveur : avant son récit, le héros devenu narrateur s’e (...)
  • 28 Dans son édition désormais difficile à trouver, Georg Wimmer a répertorié ces manuscrits qui, pour (...)
  • 29 De fait, il ne paraît guère possible de confondre Bien Avisé et Mal Avisé, de considérer qu’ils in (...)

6Enfin, notre pièce ne reproduit pas exactement les schémas propres aux Pèlerinages du moine normand et immédiatement identifiables. Pour commencer, ni dans le manuscrit de la Moralité (qui s’ouvre sur une réplique de Bien Avisé déterminé à faire son salut), ni non plus dans l’imprimé qui contient pourtant un prologue, n’apparaît comme dans les récits de Guillaume le cadre onirique si propice à l’adoption du langage chiffré de l’allégorie25. À dire vrai, cette absence ne surprend pas dans une adaptation théâtrale26 : l’énonciation précoce du nom propre « Bien Advisé » (v. 41 du ms.) y indique assez la nécessité de ne pas s’en tenir aux lois ordinaires et de plutôt admettre que des abstractions parlent, se meuvent sur scène. et produisent ainsi une leçon morale. Le jeu dramatique assume en l’occurrence le même rôle libérateur que le cadre onirique dans un récit : il est en effet admis que la scène, comme le rêve, est le lieu de tous les possibles. Par ailleurs, si le schéma des deux voies contraires s’impose dans Bien Avisé et Mal Avisé avec la même netteté que dans le Pèlerinage de vie humaine, les deux auteurs n’en font pas exactement le même usage. En la matière, la proximité entre le Tournoi de l’Antéchrist (composé après 1234) et le Pèlerinage de vie humaine est par exemple beaucoup plus sensible. Comme le Pèlerinage de vie humaine un siècle plus tard, le Tournoi de l’Antéchrist présente en effet une double voie : après avoir été frappé par une flèche que Vénus destinait à Virginité, réfugiée in extremis dans une abbaye, l’aventurier (ensuite devenu narrateur27) passe de la voie d’enfer où l’avait entraîné le chambrier de l’Antéchrist Bras-de-Fer, à la voie de paradis où l’invite son médecin Espérance ; trop vite persuadé qu’il a ainsi gagné le salut, le héros se présente à saint Pierre, qui le repousse au motif qu’il n’a pas l’habit de fête requis ; le narrateur reconnaît alors que le chemin sera encore long, mais il espère que Religion, et plus précisément son entrée au monastère bénédictin de Saint-Germain-des-Prés, l’aidera à persévérer sur la bonne voie. Guillaume de Digulleville était un lecteur attentif du Roman de la rose, comme le confirment les communications de Philippe Maupeu et d’Herman Braet réunies dans ce volume ; peut-être avait-il également lu le Tournoi de l’Antéchrist, actuellement conservé dans douze manuscrits, dont deux au moins sont nettement antérieurs aux années 133028. Mais autant la structure du Pèlerinage de vie humaine peut se retrouver ailleurs que chez Guillaume – et même parfois avant Guillaume –, autant cette structure précise ne se retrouve pas dans la Moralité de Bien Avisé et Mal Avisé. Notre pièce confie quant à elle à deux personnages bien distincts le soin de nous faire découvrir les stations et les issues des deux voies qui s’offrent aux pèlerins de la vie29.

7Ne disant rien de son emprunt au Pèlerinage de vie humaine ni dans son titre ni ailleurs, ne reprenant que rarement de longs passages du Pèlerinage, abandonnant le cadre onirique et modifiant aussi l’agencement des deux voies propres au Pèlerinage, la Moralité de Bien Avisé et Mal Avisé n’avait donc guère de chances d’être citée parmi les exemples de pièces inspirées par Guillaume de Digulleville. C’est d’ailleurs un hasard qui nous a permis de constater les emprunts que nous allons maintenant répertorier. Intriguée par une inhabituelle variation de la Moralité sur le Credo, nous avons constaté, en lisant Guillaume de Digulleville, que cette interprétation originale se trouvait déjà dans la première rédaction du Pèlerinage de vie humaine. De cette coïncidence est née l’idée de regarder de plus près quand, comment et pourquoi l’auteur anonyme de Bien Avisé et Mal Avisé s’était inspiré de l’œuvre de Guillaume de Digulleville – d’une manière qui reste aujourd’hui plus sensible dans le manuscrit que dans l’imprimé, on l’aura compris.

8L’œuvre du moine normand étant mieux connue grâce aux travaux rassemblés dans ce volume, ce sont Bien Avisé et Mal Avisé que nous suivrons pas à pas dans leurs cheminements entrelacés et peut-être moins familiers. Nous passerons le plus rapidement possible sur les échos les plus discrets de la Moralité au Pèlerinage de vie humaine, dans la mesure où ces échos ne sauraient à eux seuls nous convaincre que le fatiste du xve siècle avait lu ou entendu lire l’œuvre de Guillaume de Digulleville. De fait, ces réminiscences pourraient tout aussi bien provenir d’autres lectures, bibliques ou profanes. Nous les signalerons toutefois, en raison de leur grand nombre, qui suggère que le fatiste a puisé à l’œuvre de Guillaume de Digulleville plus volontiers qu’à nulle autre. C’est cependant parce que ces nombreux souvenirs un peu vagues sont assortis de quelques citations plus étendues ou plus littérales du Pèlerinage de vie humaine que l’on peut s’y intéresser comme à des éléments d’une réécriture théâtrale du premier Pèlerinage de Guillaume de Digulleville.

  • 30 Voir par exemple ses déclarations à Confession (v. 2851-2856 du ms.) et à Occupation (v. 3370-3374 (...)
  • 31 Au v. 6469 du ms.
  • 32 Dans cette citation comme dans les suivantes, nous avons utilisé un double système de caractères : (...)

9Dans le manuscrit, la pièce commence in medias res : Bien Avisé, qui interpelle nommément son antagoniste au vers 41, lui assène un long discours qui tranche sur ses interventions futures. Certes doué du bon sens qui lui permet de ne pas négliger son âme, Bien Avisé insiste en général sur son inculture30, et il continue de s’exprimer fort simplement lorsque Regnavi et Sum sine regno, convaincus par son appel au mépris du monde, l’appellent « maistre31 ». Ici, en revanche, et alors qu’aucune vertu ne l’a encore instruit, Bien Avisé prononce la réplique que voici32

10BAMA ; Bien Avisé parle à Mal Avisé :

1 Le philosophe nous actrait,
En parlant par dilection,
Que chascun qui est imparfaict
4 Doit entendre a sa perfection.
Je ne voy proposition
Si naturelle a mon souhait ;
Et en che faisant deduction,
8 Je le te moustreray de fait.
Nous sçavons bien selon nature
Que une chose est tres parfaitte
A qui humaine creature
12 Doibt tendre, qui est imparfaitte.
Car nous voyons entierement
Touttez chosez aller a declin,
Et que tout naturellement
16 Tousjours tendons a nostre fin.
Toudis sommes en mouvemens,
Il n’y faut ja mettre grand-chose ;
Regardez les quattre elemens
20 De quoi nulluy ne se repose : Lair, le feu, la mer et la terre
Se meuvent et vont leur chemin.
Chascun d’eux queurt et va grant erre
24 Tousjours en tendant a sa fin.
Pour tant povons veoir de fait,
Quand telz chosez sont imparfaittes,
Qu’il y a aulcun tres parfait
28 Qui toutez ches chosez a faittes ;

C’est nostre sauveur Jhesucrist,
[…]
32 A qui chascun de nous doibt tendre.
[…]

PVH ; Nature dispute contre Grâce de Dieu :

– Identifié à Aristote par O. A. Dull (« Late Medieval French Morality Plays : from Allegory to Mimesis », Studi francesi, t. 118, 1996, p. 17-27, voir p. 20), ce philosophe anonyme de BAMA est cité nommément par Grâce de Dieu lors de sa dispute contre Nature : « Aristote qui fu paiens […] Dit et preuve par raison Que faite est generation par mon soleil. » (PVH, livre I, v. 1757 et suiv.).
– Dans le PVH, Nature parle.

Maistresse sui des elemens,
1560 Des impressions et des vens,
De faire variations
Et diverses mutations ;
en feu, en air, en terre, en mer
1564 Riens en estat ne laisse ester,
Tout faiz tourner et tendre a fin
[…]
(PVH, livre I, v. 1559-1565)

Jhesus, li rois, si est la fin
5436 Ou tendent tout bon pelerin.
(PVH, livre II, v. 5435-5436 ; Raison parle)

  • 33 L’imprimé a ici un texte corrompu ; la proposition concernant Jésus ne fait pas sens (voir W. Helm (...)

Par lui povons estre parfais,
36 Non par aultre, je n’en doubte mie.
(BAMA, v. 1-36 du ms.33)
[…]
73 Je preuve bien selon Nature
Toutte ma proposition,
Que toutte humaine creature
76 Doibt tendre a sa perfection
[…].
(BAMA, v. 73-76 du ms.)

– Dans le PVH, Nature parle.

11Comme tente de le montrer la confrontation de cette réplique avec deux extraits du Pèlerinage de vie humaine, il se pourrait qu’un souvenir de l’œuvre de Guillaume soit ici à l’origine du ton exceptionnellement savant de Bien Avisé. Son propos pourrait en effet s’inspirer de la dispute qui oppose Nature et Grâce de Dieu au sujet de la transsubstantiation dans le premier livre du Pèlerinage de vie humaine ; il pourrait aussi s’inspirer, en un point, d’un propos plus tardif de Raison, assignant à l’homme sa vraie fin, Dieu. L’allusion à l’aristotélisme, l’usage récurrent de l’expression tendre a fin ou de formules équivalentes, les références à Nature présentes dans la Moralité comme dans le Pèlerinage suggèrent, sans encore nous en persuader, que l’auteur de la pièce connaissait le texte du moine de Chaalis.

  • 34 Le Jeux des VII pechié morteil et des VII vertus du ms. 617 du Musée Condé de Chantilly (f. 11-20) (...)
  • 35 Paresse précède ainsi Orgueil dans l’évocation des sept péchés capitaux qui occupe une large part (...)
  • 36 L’on observe le même traitement du péché de paresse au sein de la reprise plus développée du septé (...)

12Convaincu par ce discours de Bien Avisé, Mal Avisé le suit, et tous deux rencontrent Franche Voulenté. Dans l’autoportrait auquel elle se livre pour répondre à la curiosité de Bien Avisé, Franche Voulenté nie que l’homme soit incapable de résister aux tentations. Contre les sept maux qui peuvent effectivement l’affaiblir ont été donnés à l’homme autant de remèdes (v. 201 et suiv. du ms.). Topique dans une Moralité34, cette évocation des péchés capitaux ne saurait quant à elle être comptée parmi les emprunts de la pièce du xve siècle au Pèlerinage de vie humaine : l’on n’atteint pas dans la Moralité l’ampleur des descriptions de vices qui occupent une bonne part des livres II et III du premier Pèlerinage ; de surcroît, la paresse qui chez Guillaume gardait des affinités avec l’acedia – au point d’occuper le premier rang parmi les sept péchés qui assaillent le pèlerin35 –, figure dans le propos de Franche Voulenté sans commentaire : « […] Et Diligence la propice Il [Dieu] nous donna contre Parresse » (v. 211-212 du ms.36). Il reste que Franche Voulenté présente quelques analogies avec des personnages du Pèlerinage de vie humaine : comme le miroir où le rêveur de Guillaume aperçoit d’emblée la Jérusalem céleste (I, v. 39 et suiv.), Franche Voulenté montre à Bien Avisé le terme de la voie droite avant même qu’il ne l’ait choisie (v. 292-293 du ms.). Cette voie est gardée par maintes demoiselles, ce qui poussera Bien Avisé à s’écrier contre ce « pays / parc de Femmenie » (aux v. 309-311 du ms., Franche Voulenté annonce cette exclamation typique des pénitents ; aux v. 3162-3172 du ms., Bien Avisé s’écrie effectivement dans les termes prévus), également critiqué dans le Pèlerinage (au livre II). Enfin, à l’inverse d’Orgueil qui appelle les pécheurs en sonnant de sa « corne » et les pousse à la faute (II, v. 7409 et suiv.), Franche Voulenté insiste sur le fait qu’elle ne contraint personne mais suit la pente de chacun, sans user de « corne » ni de « branche » (v. 276 du ms.). Ces ressemblances restent cependant ténues, et mieux vaut chercher ailleurs des preuves tangibles d’un emprunt de la Moralité au Pèlerinage.

  • 37 Voir notamment S. Singer (dir.), Thesaurus proverbiorum medii ævi, Berlin/New York, De Gruyter, 13 (...)

13Déterminé à faire son salut, Bien Avisé reçoit tout de même de Franche Voulenté une explication concernant les deux voies qui s’offrent à chaque homme et à chaque femme. Celle de gauche est comme dans le Pèlerinage de vie humaine gardée par Oisiveté, mais il s’agit là d’une proposition fort banale puisque, selon l’expression consacrée, « l’oisiveté est mère de tous les vices37 ». Édifié par Franche Voulenté, Bien Avisé confirme son choix de la voie de droite et s’y engage. Il y croise tout d’abord Raison (v. 356 et suiv. du ms.), à l’instar du pèlerin de Guillaume, sauvé des griffes de Rude Entendement par Raison dès le début du livre II, c’est-à-dire dès que le pèlerin s’est mis en route (II, v. 5093 et suiv.). Bien Avisé rejoint ensuite Foi, et non le nattier Occupation qui chez Guillaume était assis aux abords de la haie de Pénitence et s’opposait à Oisiveté. À ce moment de la pièce, le fatiste semble donc délaisser le texte de Guillaume de Digulleville. En réalité, si son personnage raisonnable ne fait plus ses rencontres dans le même ordre que le pèlerin de Guillaume, son texte s’inspire bel et bien du Pèlerinage de vie humaine. Nous avons même affaire durant cette scène à l’une des reprises les plus étendues et les plus littérales du récit de Guillaume. La citation qui suit fait apparaître, après une première phase où les analogies semblent s’expliquer simplement par le modèle commun aux deux auteurs, à savoir le Credo, une seconde phase où l’emprunt au poème de Guillaume de Digulleville devient patent :

14BAMA ; Foi offre à Bien Avisé une lanterne à douze fenêtres qui lui permettra de voir clair pendant son cheminement vers Bonne Fin :

  • 38 Le ms. de la Moralité donne bien cette leçon, où la rime n’est pas respectée. Le fatiste a allongé (...)

516 Se tu veulx bien vers moy entendre,
Maintenant te seront descripttez.
Par ceste premiere frenestre
Est entendu le roy celestre,
520 Dieu le Pere qui tout crea,
Chiel et terre
et quanqu’il a
Contenu de par tout le monde
Tant comme il dure a la ronde.
524 En ceste frenestre seconde
Est Jhesus le saulveur du monde,
Filz de Dieu le Pere vrayement.
Et en la tierche proprement,
528 Comme nous lison en escript,
Est contenu le Sainct Esprit ;
Et ces trois personnez vrayement
Ne sont que
ung Dieu seulement,
532 Ung Dieu en saincte Trinité,
Trois personnes en unité :
Pere et Filz et Sainct Esprit ;

Ainsi le trouvon en escript.
536 En la quarte frenestre est dict
Comment
Jhesucrist descendit
En terre et en pitié esmeu
Et du Sainct Esperit conseu
540 Et en la vierge mere né.
Et en l’autre, n’en doubtes mie38,
Comment Jhesus fu tourmenté
Pour pecheurs, de sa voulenté,
544 Crucifié, navré a mort,
Dez faulx Juifz, a moult grand tort,
Sans avoir fait mal ne delis ;
Et aprés fu ensevelis.
548 Et en la sixte est descendu
Aval en l’infernal palu

PVH ; Grâce de Dieu remet au pèlerin une besace nommée Foi, ornée de douze clochettes (et tachée du sang des martyrs) :

En la premiere escript avoit :
3384 Dieu le pere, ce me sembloit,
Le ciel et la terre crea
De nient, et puis homme forma.

En la seconde : Diex le fil,

3388 En la tierce : Dieu saint esperit.
Mais ces trois cloches mervelleuses
Mont me furent et fort douteuses.
Quar de si prés s’entrejoignoient
,
3392 Que toutes une estre sembloient,
Et especiaument ce di,
Quar seulement es trois ne vi
Quë un martel qui y estoit

3396 Qui a toutes les trois servoit.
En la quarte clochete escrit
Avoit : le fil Dieu Jhesucrist
Du ciel en terre descendus,
3400 Par le saint esperit conceus.
Homme fait et de virge né.
En la quinte : li tourmenté
Pour pechëeurs et en crois mis,
3404 Navré, mort et ensevelis.

En la si sieme : Descendu
A val l’infernal palu

  • 39 L’imprimé donne ici un texte corrompu ; l’on y observe le maintien de la succession ordinaire des (...)

Pour hors jetter tous sez amis
Et les mener en Paradis.
552 En l’autre frenestre dict a
Comment Jhesus resuscita
Au tierch jour, c’est chose certaine.
En l’autre frenestre prochaine
556 Est comment il monta es chieulx,
La hault a la destre de Dieu,
Nostre doulx Pere tout puissans.
Et aprés vendra, je m’en vans,
560 Car l’escripture en est recors,
Jugier tous les vifz et les mors.
En l’autre frenestre est assise
La saincte cristienne eglise,
564 Avecques lez sains sacremens,
Qui sont moult solempnel dedens.
En la disime est union
Dez sains, et la communion,
568 Dez pechiez le indulgence
Par baptesme et penitance.
En l’autre le resuscitement
De tous mors qui au jugement
572 En corps et en ame vendront
Et leur sentence la orront.
En l’autre est le guerredon
Des biens fais, et pugnition
576 De ceulx qui les maulx fais auront
Et repentir ne s’en voudront.
Ainsi certez tu le dois croire,
Sans doubte, car c’est chose voire.
(BAMA, v. 516-579 du ms.39)

Pour hors geter tous ses amis
3408 Et mener les en paradis.
En la septieme : Suscite.

En l’uitisme : U ciel monté
Et a destre du pere assis
3412 Pour jugier les mors et les vis.

En la nuevime estoit mise :
La sainte crestienne eglise
Avecques les sains sacremens

3416 Qui sont solempnizés dedens.
En la disieme : l’union
Des sains et la communion

Et des pechiés la indulgence
3420 Par baptesme et penitance.
En l’onzieme : suscitement
De touz mors qui au jugement
En cors et en ames venront
3424 Et la leur sentencë orront.
En la douzieme : guerredon
Des biens fais et punicion
De ceus qui les maus fait aront
3428 Et repentis ne s’en seront.
[…]

(PVH, livre I, v. 3383-3428)

  • 40 Sur les 7170 vers que compte le texte manuscrit de notre Moralité, un peu moins de 2 000 sont à ri (...)
  • 41 Y compris lorsque celles-ci nécessiteraient pourtant quelques ajustements : le vers 3419 du Pèleri (...)
  • 42 Nous les avons abordées une première fois dans « Éclairer la foi : le cas de la Moralité de Bien A (...)
  • 43 Guillaume de Digulleville, qui illustre cette parenté de la pénitence avec le baptême au livre III (...)
  • 44 Voir G. Dumeije, La foi catholique. Textes doctrinaux du magistère de l’Église, Paris, Éditions de (...)
  • 45 F. Bœspflug, « Autour de la tradition picturale du Credo au Moyen Âge (xiie-xve siècle) », dans (...)
  • 46 Ibid., p. 57-65 et 73.

15L’on observera pour commencer que le système métrique dominant dans la Moralité, à savoir la succession de quatrains d’octosyllabes à rimes croisées, cède ici le pas au schéma métrique utilisé par Guillaume de Digulleville dans son Pèlerinage de vie humaine, à savoir la suite d’octosyllabes à rimes plates40. Certes le schéma métrique dont use le moine de Chaalis est fort répandu, mais l’on voit bien que dans la Moralité le couple d’octosyllabes remplace le quatrain à rimes croisées au moment très précis où la pièce prend visiblement le Pèlerinage pour modèle, c’est-à-dire aux vers 518 à 579 (les vers 516-517, qui introduisent ce morceau de bravoure sans se fonder sur le texte de Guillaume, forment quant à eux un quatrain à rimes croisées avec les vers 514-515 ; enfin, dès que cette description des douze fenêtres de la lanterne de Foi s’achève et que le fatiste n’emprunte plus à Guillaume de Digulleville, l’on retrouve, au vers 580, les quatrains à rimes croisées). Cette remarque ne suffirait pas pour conclure à un emprunt si l’on ne regardait que les vers 516-47 et 552-61 de la Moralité : à ces endroits en effet, les rimes ne coïncident pas dans leurs timbres avec celles du Pèlerinage. Cette remarque concernant le schéma métrique est en revanche fructueuse pour le reste du passage de la Moralité, puisque les vers 548-51 et 562-77 non seulement reprennent au Pèlerinage toutes ses rimes, mais même en reproduisent quasi littéralement les phrases41. L’on pourrait bien entendu objecter à ces premières observations qu’une traduction des douze articles du Credo en moyen français a peu de chances de différer beaucoup d’un auteur à l’autre, et que l’argument commun dicte un texte commun. Toutefois, outre que la Moralité reprend littéralement le Pèlerinage pour l’énoncé des points 6 et 9 à 12 du Credo, les deux textes présentent la même série de difficultés théologiques42. Malgré sa forte ressemblance avec les symboles de foi catholiques et plus particulièrement avec le Symbole des Apôtres, l’exposé en douze points contenu dans le Pèlerinage de vie humaine puis dans la Moralité de Bien Avisé et Mal Avisé présente en effet quelques particularités dignes d’attention. 1) Si les neuvième et dixième clochettes ou fenêtres concernent respectivement l’Église et la communion des saints et sont en cela conformes au Symbole des Apôtres en ses articles 8 à 10, une précision redevable à la conception médiévale de la pénitence marque la fin de l’exposé concernant la dixième clochette ou fenêtre : la rémission des péchés, permise par le baptême d’après le Symbole de Nicée-Constantinople, se fait aussi grâce à la pénitence, dès lors que l’on conçoit celle-ci comme un second baptême, dans les larmes (cet ajout se trouve aux vers 3413-20 du Pèlerinage43, puis aux vers 562-69 du ms. de la Moralité). 2) Sont pour finir affirmées la résurrection de la chair, figurée sur la onzième clochette de la besace ou fenêtre de la lanterne, et la vie éternelle, figurée sur la douzième (correspondant respectivement aux articles 11 et 12 du Credo) ; à propos de cette dernière, l’auteur du Pèlerinage combinant les voies d’enfer et de paradis invente une précision bien accordée à ce schéma narratif : il indique que l’éternité est bienheureuse pour les élus mais effroyable pour les damnés (I, v. 3425-3428) ; l’auteur de la Moralité, qui oppose lui aussi voies d’enfer et de paradis au sein de sa pièce, reprend littéralement cet ajout au texte doctrinal (aux v. 574-577 du ms.). 3) Mais surtout, avant que, comme à la fin des symboles de foi officiels, il ne soit ainsi question de l’Église et du destin des hommes qui en sont membres, l’exposé porte sur Dieu. Or, cette description des huit premières clochettes ou fenêtres n’est structurée dans le Pèlerinage ni dans la Moralité comme dans aucun des textes doctrinaux : au lieu de s’intéresser au Père, puis au Fils et à ses mystères, puis au Saint-Esprit, Guillaume de Digulleville et le fatiste dans son sillage traitent du Père, puis du Fils, puis de la Trinité que forme avec eux le Saint-Esprit, pour revenir ensuite seulement au Fils et à ses mystères. Ce type de structure des premiers articles de foi ne se rencontre dans aucune des versions écrites du Credo présentées et traduites par Gervais Dumeije d’après l’édition de Heinrich Denzinger44. Que Guillaume de Digulleville ait inventé cette structure distincte de celle des textes officiels ou qu’il ait lui-même été influencé par un autre auteur, deux hypothèses peuvent être formulées pour expliquer cette innovation. La première hypothèse, invérifiable, est celle d’une influence de l’usage (liturgique notamment) qui consiste, lorsqu’on a invoqué le Père et le Fils, à leur adjoindre immédiatement la troisième personne de la Trinité, le Saint-Esprit. La seconde hypothèse se fonde sur une étude de François Bœspflug consacrée aux figurations picturales du Credo au Moyen Âge45 : François Bœspflug a décelé dans certaines de ces mises en image un intérêt tout particulier pour la Trinité, et il a montré que celle-ci était alors volontiers figurée à l’orée des copies du Credo46. Dans leur évocation pour l’un de la besace appelée Foi, pour l’autre de la lanterne de Foi, Guillaume de Digulleville et l’auteur de la Moralité de Bien Avisé et Mal Avisé pourraient donc avoir suivi une tendance iconographique bien attestée, qui consistait à s’intéresser à la Trinité bien avant l’énoncé textuel de l’article du Credo afférent. Ils nous offrent en tout cas des textes que tout invite à rapprocher.

16Lorsque Bien Avisé parle ensuite à Contrition, il découvre avec étonnement son pilon à deux têtes. La parenté de cet attribut avec le maillet de Pénitence nommé Contrition dans le Pèlerinage de vie humaine semble d’abord minime. C’est en effet un « pestiel », et non un maillet, que manie ici Contrition ; en outre, les deux têtes de ce pilon figurent les deux motifs qui amènent les hommes à éprouver de la contrition, c’est-à-dire le souvenir de l’incarnation et de la Passion rédemptrice, et la peur du Jugement dernier : ces motifs ne se trouvaient pas chez Guillaume de Digulleville dans la description des maillet et balai de Pénitence. Il reste que le texte de la pièce du xve siècle est comparable à celui du poème du xvie siècle, notamment dans un passage pittoresque où les larmes jaillies d’un cœur endurci puis contrit sont comparées au jus extrait de la pomme dure que l’on broie :

BAMA ; Contrition parle à Bien Avisé : Contrition vient d’expliquer les deux têtes de son pilon (amour de Dieu qui s’est incarné, peur de Dieu qui reviendra juger les hommes) :

  • 47 Si l’imprimé donne ici le même texte, il est très lacunaire en amont (seules trois des cinq catégo (...)

Telz chosez sont ensamble honnestez,
1160 Pour tant mon pestiel a deux testez.
Les cuers dez femmez et dez hommez
Je pile et contors comme pommez,
Et lez molis tant o cest fust,
1164 Que j’en fais issir eauue et jus.
(BAMA, v. 1159-64 du ms.47)
Contrition a auparavant donné la recette de sa sauce, servie à Bonne Fin :

800 […] tous ceulx qui me voeullent croire,
Et qui a moy se veullent traire,
Je les fais trembler et fremir,
Leurs pechiés plaindre et gemir
804 Du parfont du ceur jusquez es yeulx,
Et puis lez larmez en requieux
[…]

PVH ; Pénitence décrit son maillet
Contrition :
Du maillet je brise et froisse
2056 Par contrition, et angoisse
Le cuer d’omme : quant est remplis
De viez pechiés et endurcis,
Je l’amolis et fas plourer,
2060 Plaindre et gemir et doulouser.
Tout aussi com par bateure
Fait l’enfant de la pomme dure
Issir le jus et hors saillir,
2064 Et l’amolle par ferir,
Tout aussi par mon ferir fas
Lermes issir et crier : « Las,


Qu’ai je fourfait, je m’en repent,
2068 Pourrai je avoir alegement ? »
[…]

(PVH, livre I, v. 2055-2068)
Au pèlerin qui la trouve rebutante, Enfermeté (accompagnée de Vieillesse) réplique :

(BAMA, v. 800-805 du ms.)
Dans cette même réplique, Contrition déplore que personne ne pleure plus « se enfermeté ne l[e] lye Ou aulcune grand maladie » (v. 814-815 du ms.). Les lamentations non repentantes d’Enfermeté se sentant vieille à force de douleur viennent bientôt confirmer ses dires.

13130 […] je suis celle
Qui ramentoif Penitance

13132 Quant est mise en oubliance,
[…]
(PVH, livre IV, v. 13130-13132)

  • 48 G. Di Stefano et R. M. Bidler, Toutes les herbes de la Saint-Jean, Les Locutions en moyen français (...)
  • 49 Base textuelle et Base de lexiques du moyen français de l’ATILF (ATILF / Équipe « Moyen français e (...)
  • 50 Une image qu’affectionnait Guillaume, puisque dans son traitement de l’image du pressoir mystique, (...)
  • 51 Ce changement de système métrique se produit dès le début de la scène qui réunit Bien Avisé et Con (...)

17Plusieurs éléments permettent de faire ici encore l’hypothèse d’un emprunt du fatiste au poète : dans les locutions recensées par Giuseppe di Stefano et Rose M. Bidler48, jamais le mot pomme n’entre dans un tel système comparatif ; une recherche dans la Base textuelle et dans la Base de lexiques du moyen français de l’ATILF49 ne donne pas davantage de résultats ; quant aux textes allégoriques que nous avons pu regarder à ce jour, ils ne contiennent pas non plus cette image50. L’auteur de la Moralité pourrait donc bien l’avoir trouvée chez Guillaume de Digulleville, à qui on l’a vu tout à l’heure reprendre des vers entiers. Un tel emprunt paraît d’autant plus probable que, d’après une indication de Géraldine Veysseyre que nous remercions, les images concrètes de ce type font partie des passages que les lecteurs de Guillaume de Digulleville pointent volontiers dans les marges des manuscrits du premier Pèlerinage. De surcroît, sans reprendre littéralement le texte du Pèlerinage, le fatiste abandonne à nouveau dans ce passage la succession de quatrains à rimes croisées pour lui préférer la suite d’octosyllabes à rimes plates qu’utilise Guillaume de Digulleville dans ses Pèlerinages51. Enfin, les derniers vers cités dans cet exemple prouvent que les deux auteurs déplorent également que la contrition spontanée soit devenue rare et que les hommes pleurent non pas tant leurs péchés que leurs maux physiques, leur « enfermeté » – qui constitue dans les deux textes une allégorie du même nom.

18Désireux de parler à Confession, Bien Avisé encore attaché aux usages du monde se heurte d’abord à la portière de la grande dame, Humilité. Celle-ci prouve à Bien Avisé que le corps qu’il pare si richement n’est que charogne : un tel discours n’est pas sans rapport avec l’enseignement que reçoit de Raison le pèlerin égaré du Pèlerinage de vie humaine, mais le motif est déjà tellement topique que l’on ne peut guère conclure ici à une influence de Guillaume de Digulleville sur le fatiste.

  • 52 Les trois xylographies de l’imprimé contiennent les éléments suivants : la première montre Fortune (...)

19C’est ensuite Mal Avisé, au début de son chemin, qui intéresse le dramaturge. Les aquarelles du manuscrit qui représentent Mal Avisé l’affublent constamment d’une raquette, qui n’est pas sans évoquer l’équipement de Jeunesse, qui au livre IV du Pèlerinage de vie humaine montre à sa tenue son goût pour le jeu de la pelote (IV, v. 11784-11785) ; de ce point de vue aussi, l’imprimé paraît moins attaché aux détails qui apparentent la pièce au récit de Guillaume de Digulleville, puisque les trois xylographies qui ornent l’imprimé omettent complètement ce possible emblème du mauvais chrétien52. Dès qu’il a confirmé à Franche Voulenté son intention d’emprunter la voie large, notre mal avisé rencontre Tendresse, avec qui il a immédiatement beaucoup d’affinités (v. 1362 et suiv. du ms.). L’on songe bien sûr ici aux « mains tendres » du pèlerin de Guillaume qui l’empêchent de porter les lourdes armes dont Grâce de Dieu souhaitait l’équiper (I, v. 4546). De même, Oisiveté portant des gants, aimant entre autres choses confectionner des couronnes de fleurs, et ne se souciant nullement de filer (v. 1472-1473, 1604-1606 et 1569-1571 du ms.), présente des analogies avec la jeune coquette Oisiveté qui attend le pèlerin de Guillaume à côté de la haie épineuse en tortillant ses gants (II, v. 6521-6532). Ces éléments sont certes traditionnels et ne signifient donc rien à eux seuls, mais la présence d’autres emprunts plus nets suggère que l’auteur de la Moralité avait le texte de Guillaume bien en tête et pouvait donc ici le reprendre, par petites touches. Oisiveté présente ensuite Mal Avisé à Rébellion (v. 1615 et suiv. du ms.). Dans le Pèlerinage, c’était l’un des attributs d’Orgueil, l’un de ses deux éperons, qui portait ce nom. La ressemblance entre l’éperon et la dame du même nom resterait bien ténue, si ne s’y ajoutait cette déclaration de Mal Avisé invité à bafouer les donneurs de leçons pour satisfaire Rébellion : « N’ayes ja paour, ma douche amie, Je suys bon maistre de flater » (v. 1805-1806 du ms.) ; l’on s’avise alors que, dans le poème de Guillaume, Orgueil chaussé de Rébellion était porté par Flatterie, qui disait le nourrir, ainsi que tous les vices (II, v. 8143 et suiv.). La station suivante de Mal Avisé, auprès de Folie (v. 1835 et suiv. du ms.), ne présente pas de ressemblance notable avec un quelconque passage du texte de Guillaume de Digulleville : l’analogie de Folie avec Rude Entendement reste bien trop superficielle pour que l’on perçoive ici une influence directe et unique du Pèlerinage de vie humaine. Puis à la taverne, le « devantel » de Houllerie, et son allure générale de bouchère (v. 2190-2193 du ms.), peuvent faire penser à Paresse armée de sa cognée et de ses cordes, ou encore à Tribulation revêtant un « devantel » et armée d’un marteau, mais les analogies textuelles restent rares et sont certainement liées à l’argument traité.

20Tandis que Mal Avisé se fourvoie ainsi à la taverne, Bien Avisé, qui s’est dépouillé de son costume mondain, est conduit à Confession par Humilité satisfaite de ce geste. S’engage alors le plus long dialogue de la Moralité (v. 2339 et suiv. du ms.), dont une partie constitue un souvenir assez précis du Pèlerinage de vie humaine. Le « faez » (la gerbe, formant un paquet à porter) que doit faire le pécheur pour aller se confesser (d’après le v. 2414 du ms.) n’est pas sans rappeler le paquet porté par le pécheur du Pèlerinage de l’âme, qui doit en brûler le contenu au feu du purgatoire, mais le fatiste pouvait trouver ailleurs ce motif, ainsi bien sûr que l’insistance sur la nécessité d’être contrit pour se confesser (v. 2348-2368 du ms.). En revanche, le débat relatif à l’hostie, valant dans ses moindres parts comme si elle était entière (v. 2789 et suiv. du ms.), s’inspire visiblement de la dispute qui opposa Aristote à Sapience et que Grâce de Dieu rapporte au pèlerin étonné par ce mystère (Pèlerinage de vie humaine, livre I, v. 2921 et suiv.) :

BAMA ; Bien Avisé avoue s’être offusqué lorsqu’un prêtre partagea un jour en trois l’hostie qui lui était en principe destinée à lui seul ; Confession lui répond :

Je te respons a ce que tu quiers.
2810 Tu estoiez fol, mon ami chier,
Pour certain, de te courrouchier.
Car se l’ostie yert departie
En chinquante et une partie,

2814 Puis qu’elle est sacree, pour certain,
D’ung homme qui est chappellain,

PVH ; Aristote et Sapience s’affrontent à cause d’une propriété physiquement inconcevable de l’hostie, rondelle de pain capable de rassasier des foules ; au terme d’une série de comparaisons destinées à contredire la loi du contenu nécessairement plus petit que son contenant, Sapience cite l’exemple du miroir :

[…]
Aussi regarde en un mirour,
3202 Ta face y verras et ton tour ;

Aussi bien y est proprement
Le corpz de Dieu entierement
2818 Soubz le maindre trestout entier,
Sans nullement appetichier,
Trestout en la propre maniere
Comme se l’ostie estoit entiere.
2822 Tu en peulz exemple trouver
De la lune du miroir.
Despiechez la en pluiseurs pars ;
Se tu fais dedans tes regars,
2826 Tu verras aussi bien ta face
Toutte entiere en petit espace,
En trestouttez et en chacune,
Comme tu faisois en la grand lune.
2830 Aussi est ainsi proprement
Dez partiez de cest sacrement,
Car chascune part, point n’en doubt,
Est aussi grand comme s’il yert tout.

  • 53 Le texte de l’imprimé est à peu près identique.

(BAMA, v. 2809-2833 du ms.53)

Et se tu veulz faire autrement,
Pour miex soudre ton argument
Qui dis que je t’ai faussee
3206 Ta maxime et reprouvee,
En tant com chascune partie
Qui du pain seroit brisie
Aussi grant fas comme son tout,
3210 Fai que soit despecié et rout
Tout le mirour en pluseurs pars !
a chascune est tes regars,
N’i ara celle ou ne voies
3214 Ta facë et apperçoives
Aussi bien et entierement
Comme faisoies premierement
Ou miroir, quant entier estoit
3218 Ou quë une face n’avoit.

(PVH, livre I, v. 3201-3218)

  • 54 En fait, le passage aux paires d’octosyllabes s’est produit avant le dialogue qui réunit Confessio (...)

21Si le texte du Pèlerinage est en l’occurrence abrégé et si certains syntagmes sont repris dans un ordre différent, la parenté entre les deux textes reste sensible, d’autant que, cette fois encore, l’imitation coïncide avec un changement de système métrique : l’octosyllabe à rimes plates remplace ici le quatrain d’octosyllabes à rimes croisées que l’on rencontre beaucoup plus couramment dans la Moralité de Bien Avisé et Mal Avisé54.

22Tandis que Bien Avisé se confesse à celle qui l’a longuement instruit et parfois rassuré, Avarice et sa fille Malice font appel à Fausse Doctrine pour créer une école de voleurs, où les rejoignent bientôt trois écoliers (v. 2886 et suiv. du ms.). L’on retrouvera ensuite ces personnages auprès de la roue de Fortune, mais sans qu’ils aient croisé Mal Avisé, déjà mort d’après le texte du manuscrit. Aucune correspondance exacte avec l’Avarice bossue aux six mains crochues et aux deux moignons du Pèlerinage de vie humaine (III, v. 9085 et suiv.) ne se remarque ici. Quittant Confession, Bien Avisé croit qu’il parviendra bientôt dans la « Grand cité » qui l’a d’emblée attiré : Confession le dément, comme le font à plusieurs reprises les adjuvants du pèlerin dans le texte de Guillaume de Digulleville. Le motif du long chemin n’a cependant rien de rare, convenons-en. Le dialogue qu’engage ensuite Bien Avisé avec le nattier Occupation est en revanche très proche de celui qui a lieu lorsque le pèlerin de Guillaume se trouve à la croisée des chemins :

BAMA ; Bien Avisé dispute contre le nattier Occupation, beaucoup moins fruste qu’il n’en a l’air :
BIEN ADVISÉ :
Se je veïsse en vous aulcun bien,
3196 Je me conseillasse d’un mot,
Mais bien voy a vostre maintieng
Qu’estez simple et idiot.
Pour neant m’en vois debatant,
3200 Je ne sçaroye que je feïsse.

OCCUPATION :
Par m’ame, je ne sçay pas tant,
Sire, de bien com je volsisse.
Nullui conseillier ne se vient
3204 O gent qui sont de labourage ;
Pour tant, aulcunes fois advient
Que fol conseille bien un sage.
Ung petit homme de labeur
3208 Ensaigne bien, a mon advis,
A ung roy ou ung empereur
Le chemin d’aler a Paris.
Se aller voulois en Espaigne,
3212 Ou an aulcune grant cité,
Que te chault il qui le t’ensaigne,
Mais qu’il te die verité ?
Pour quoy te samble il, par ta foy,
3216 Que je soye si fol comme tu dis ?

BIEN ADVISÉ :
Pour ce que me samble, pour vray,
Que meschamment tu te vifz.
Tout premier tu as ung mestier
3220 Qui est de tres povre ordonnance,
Car oncquez je ne vis natier
Qui peüst recouvrer chevance.
Aussi tu endurez malaise,
3224 Car tu labeurez chascune heure ;
Homme ne pourroit avoir aise,

PVH ; le pèlerin interroge le nattier Occupation, à qui il préférera bientôt la coquette Oisiveté :
Au chemin destre un refaiseur
6534 De nates et raparelleur
Vy sëoir qui rapareilloit
Ses viez nates et refaisoit
Et encor plus dont esbahy
6538 Fu, fu ce qu’avoit fait ly vy
Du tout en tout redespecier
Et puis aprés rapareillier.
Bien me sembla quë un fol fust
6542 Et quë en li nul sens n’ëust.
Pou le prisay, mais fol en fu,
Si com puis bien je l’aperçu.
Toutevoies a li premier
6546 Je parlay, comment que plus chier
Ne l’ëusse pas, et li dis :
« Or me dy, je te pry, amis,
Le quel de ces chemins vaut miex ?
[…] »
Le nattier répond qu’il convient de passer par lui quand on veut se rendre à Jérusalem.

« Bien vourroye, dis je, savoir,
6564 Se ce que tu me dis est voir,
Quar ton ouvrage si me dit
Qu’en toy il a de sens petit.
Je voy que t’ez mis a natier,
6568 Qui est vil et povre mestier,
Et voy que souvent tu deffaiz
Ce qu’as bien fait et le refaiz.
N’est pas, ce me semble, grant sens,
6572 Se la cause ne m’en aprens. »

Pour certain, qui tousjours labeure.
Encore mesbahis plus, de fait,
3228 Par verité, de ta maniere,
Car quant ton ouvrage est fait,
Tu la redespicez ariere.

Qui a ces fais volroit s’amordre
3232 Ne pourroit grand chevance avoir.

OCCUPATION :

Ateng, je responderay par ordre
A tez dis selon mon sçavoir.
Ou premier point : tu t’esbahis
3236 Pour quoy je suy faiseur de nattez.
Je te respons, beaux dous amis,
Tous neuvrent pas en estuallez ;
Se tous forgoient argent et or,
3240 Sans faire aultre mestier certain,
Cascun feroit son grand tresor,
Mais le peuple morroit de fain.

Il est bien cose veritable
3244 Qu’un mestier dont on ne fait pas feste
Est au peuple plusproffitable,
Aulcunes fois, que ung plus honneste.
Ung laboureur, c’est chose vraye,
3248 Proffite plus a nostre vie
Que s’il ouvroit en drap de soye
Ou en drapz d’or, je n’en doubt mye.
Peu profitteroit, pour certain,
3252 Que feuissons vestus en draps d’or !
Pour tant que morussons de fain,
Peu nous vauldroit nostre tresor.
Et aussi, certez, qui feroit
3256 Tout d’ung mestier, je veul plevir
Qui le monde povre feroit
Et ne se pourroit on chevir.
[…]
Occupation termine ce premier point en rappelant qu’un métier est bon, pourvu qu’on en vive ; Bien Avisé est forcé de reconnaître qu’il n’a pas affaire à un sot.

OCCUPATION :
[…]
Lequel te samble mieulx valoir,

Adonc me respondy celui :
« Se de povre mestier je sui,
N’as pas cause de moy blasmer
6576 Ne moy de folie arguer.
Chascun ne puet mie forgier
Couronnes d’or ne or changier.
L’un a de l’un, l’autrë a l’autre.
6580 Ce que fait un, ne fait pas autre ;
Se touz d’un mestier estoient,
Povrement se cheviroient.
Et bien te dy que le mestier
6584 Qui povres est a miex mestier
Et plus souvent neccessaire est
Que cil qui riches et grans est.
Li un par l’autre est maintenu
6588 Et gouverné et soustenu.
N’y a celui qui soit mauvés ;
Mes que loyalment il soit faiz,
Ne puet chaloir, mes que ne soit
6592 Li hons oyseus ou quë il soit.
Miex vaut povre mestier loial
Quë Huiseuse de court royal.
Se je despiece et je refas,
6596 Afin que je ne soie pas
Huiseus, ne m’en doiz pas blasmer,
Quar s’autre chose a labourer
Eusse, je m’i occupasse
[…].
Ce cy souffire te devroit,
6606 Se bien m’amoies a ton droit. »

3276 Ung grand bourgois qui ne fait rien,
Ou ung homme qui main et soir
Labeure et gaigne lez biens ?

BIEN ADVISÉ :
Cellui qui ne fait riens, pour voir,
3280 Vault le mieulx, et je le maintieng.
Grâce à une comparaison entre le porc oisif et le cheval aidant l’homme, Occupation parvient à contredire Bien Avisé.

OCCUPATION :
Je conclus donc qu’on doit prisier
3296 Plus le laboureur que l’osif.
[…]

BIEN ADVISÉ :
Plus ne veul arguer a toy,
3304 Tu as a merveille l’engin vif.
Mais respons moy d’un aultre fait :
Pourquoy ton œuvre tu despices ?
Quand il est complet et parfait,
3308 Tu le mes en plus de XX piechez ;
Je te pry que me vœullez dire
Toutte la raison et le voir.

  • 55 L’imprimé donne à peu près le même texte mais remplace par exemple « arguer », repris au Pèlerinag (...)

OCCUPATION :
Voulentiers le vous diray, sire,
3312 Puis qu’il vous plaist a le sçavoir.
Si tost com mon œuvre est faitte
Et je n’ay plus que labourer,
J’ayme mieulx qu’elle soit deffaite,
3316 Pour certain, que oisif demourer.
O monde n’a chose si dure,
Fer, n’achier, ne aultre chose,
Qu’il ne chiee en ruyl et en ordure
3320 Se longuement il se repose.
Oysieveté tous maulx nous donne.
[…]
(BAMA, v. 3195-3321 du ms.55)

« Amer, dis je, et qui es tu
6608 Et dont t’est tel pensé venu ?
[…]
En toy je ne voy que sotie,
6616 Et niceté et musardie,
Qui prises miex ceus qui paine ont
Que ne fais ceus qui aise ont,
Qui pris es miex les laboureurs
6620 Que tu ne faiz les gens huiseus.
Ne sai qui t’a apris ce ci
Ne qui le te fait dire aussi,
Quar je sai bien que reposer
6624 Vaut assez miex que labourer
Et miex se vaut aise tenir
Qu’il ne fait houer ne fouir ;
Tant com le contraire tenras,
6628 Pour fol touz jours tenu seras. »

« O, dist celui, biau douz amis,
Pou me connois, ce m’est avis ;
Pou connois aussi Huiseuse
6632 Et s’acointance perilleuse.
Je te demant, or me respon !
Pour quel cause et pour quel raison
Est ce que fer cler et fourby
6636 Et acier luisant et burny
Enröoullié et lait devient
Et sa biauté touz jours ne tient ? »

« S’il est ainsi, li ai je dit,
6640 De ce que par devant m’as dit
Tort ai de toy arguer plus,
Quar a ce mot tu m’as confus. »
« Certes, dist il, aussi est il,
6644 Quar tout aussi comm en peril
Est le fer dont rien on ne fait

Convaincu, Bien Avisé demande à quelle tâche il pourrait s’atteler, lui qui n’a jamais travaillé et qui ne sait pas non plus lire ; qu’il se rende à la haie de Pénitence, lui conseille Occupation.

Quë assez tost röoul n’i ait,
Aussi li hons qui huiseus est
6648 Et rien ne fait, en peril est
Quë assez tost enröoul
Ne soit par vice et par pechié ;
[…] »

(PVH, livre II, v. 6533-6650)
Le pèlerin interroge tout de même Oisiveté et renonce pour lors à affronter la haie de Pénitence.

23Si la Moralité de Bien Avisé et Mal Avisé ne reprend ici ni l’octosyllabe à rimes plates ni le texte exact du Pèlerinage de vie humaine, les parentés entre les deux œuvres sont tout de même frappantes : long de 118 vers chez Guillaume de Digulleville, le dialogue opposant le pèlerin au nattier compte 127 vers dans la Moralité, et son contenu, ainsi que son organisation suggèrent à nouveau que le fatiste avait un souvenir assez précis du récit de Guillaume. Dans les deux textes, le pèlerin exprime d’abord au sujet du nattier un jugement péjoratif, qu’il corrigera ensuite en entendant parler l’humble travailleur. Dans les deux cas aussi, le dialogue des deux personnages a la forme d’une dispute, où alternent régulièrement les prises de parole, tandis que les deux auteurs ont généralement tendance à laisser les allégories s’exprimer en de longues tirades didactiques. Cette dispute relativement animée suit enfin le même schéma dans les deux textes : le pèlerin et Bien Avisé méprisent le métier du nattier, et plus encore le fait que ce dernier défasse son ouvrage dès qu’il l’a achevé ; dans les deux cas, Occupation répond que, par chance pour la société, tout le monde n’exerce pas un grand métier, et l’infatigable travailleur évoque alors dans les deux cas aussi la forge des métaux nobles (une image volontiers pointée par les lecteurs du Pèlerinage de vie humaine qui l’ont annoté au Moyen Âge) ; le pèlerin de Guillaume et Bien Avisé dénigrent cependant la préférence d’Occupation pour les travailleurs, qui leur semblent avoir un sort beaucoup moins enviable que les oisifs ; pour réaffirmer malgré tout sa préférence, Occupation recourt dans les deux cas à l’image du métal qu’abîme la rouille s’il ne sert pas. Enfin, faire ici l’hypothèse d’un emprunt de la Moralité au récit de Guillaume permet de comprendre pourquoi Bien Avisé, pourtant avancé sur le chemin du salut, se montre si virulent dans son mépris du labeur : c’est que chez Guillaume de Digulleville, ce dialogue entre le pèlerin et Occupation avait lieu lorsque le pèlerin s’apprêtait à se fourvoyer, et non quand il avait un peu progressé spirituellement. En l’occurrence, le raccroc est assez malhabile, puisque Bien Avisé franchira peu après cet échange la haie de Pénitence ; s’il a emprunté ce dialogue à Guillaume, le fatiste a exceptionnellement oublié de l’adapter à l’action qu’il entendait porter sur la scène.

  • 56 L’on s’en souvient, c’est au contraire une prière dont le texte est transmis par Grâce de Dieu qui (...)
  • 57 Les éléments originaux de ce texte (les nids figurant de hautes fonctions, la fourche de Fortune p (...)

24Dans la seconde moitié de la Moralité, l’on ne trouve plus guère de ces analogies frappantes avec le Pèlerinage. Lorsque Bien Avisé a affaire à Satisfaction toute nue, puis au trio poursuivi par Vaine Gloire, à savoir Aumône, Jeûne et Oraison, ce sont plutôt les divergences entre les deux œuvres qui s’imposent. Satisfaction, proche en cela de Réformation (absente du Pèlerinage), invite à rendre à chacun ce qu’on a pu lui prendre, dans une perspective plus sociale que spirituelle, perspective sociale qui était absente du récit de Guillaume. Quant aux trois vertus guettées par la vaine gloire, elles illustrent tout simplement Matthieu VI qui invite à faire l’aumône, à jeûner et à prier en secret afin de ne pas s’en glorifier ; d’ailleurs Oraison est certes ailée, mais elle ne porte pas de tarière qui lui permettrait de percer les cieux comme jadis son homonyme des Pèlerinages de vie humaine et de l’âme. Ligoté par Désespérance mais en sursis à sa demande, Mal Avisé affronte ensuite des vieilles, Pauvreté et Male Mescheance, qui le conduisent à Larcin parce qu’elles le jugent disposé à voler. Plus perverti que le pèlerin de Guillaume, Mal Avisé est bientôt conduit à Male Fin, qui lui coupe la tête après s’être assurée qu’il ne s’est pas repenti et qu’il désespère bien56. L’on retrouve alors Bien Avisé, qui peine à supporter le discours de Patience l’invitant à aimer jusqu’à ses ennemis. Pendant cette discussion, Patience compare la « tribulation » rebutant Bien Avisé à une fournaise qui permet de purifier l’or (v. 4759-4666 du ms.) : il n’est cependant pas certain que l’on ait ici affaire à un emprunt au Pèlerinage de vie humaine où Tribulation est équipée comme un forgeron, comme une « favresse », dit Guillaume (elle porte un tablier, un marteau et des tenailles). De fait, dans toute la fin de la pièce, les ressemblances entre les deux textes sont fort ténues : certes Abstinence et Chasteté qui acceptent de laisser passer Bien Avisé coïncident avec les efforts réclamés au pèlerin de Guillaume pour demeurer dans la nef Religion (« Vie monastique ») ; certes la nécessité de connaître le mal pour valoir mieux quand on fait le bien, énoncée par Prudence (v. 4901-4948 du ms.), évoque tel ou tel dialogue des deux premiers Pèlerinages ; mais Obédience ne réclame pas dans la Moralité les mêmes efforts que dans le Pèlerinage où l’entrée au monastère donnait lieu à des prescriptions allégoriques très nombreuses et précises. Par la suite, les explications de Diligence, figurant l’empressement à faire le bien (v. 5142-5200 du ms.), n’ont pas d’équivalent dans l’œuvre de Guillaume ; celles d’Honneur, distinguant les honneurs du monde de l’honneur qu’il y a à faire son salut (v. 5261- 5320 du ms.), non plus. Quant à la longue scène auprès de la roue de Fortune (v. 5473-6196, 6413-28 et 6585-6636 du ms.), elle déborde très largement la rapide allusion du Pèlerinage de vie humaine (IV, v. 11941 et suiv.) et ne semble pas non plus s’inspirer de la narration amplifiée que l’on trouve dans la seconde rédaction du poème57. Enfin, la faux de Mort (v. 7093 du ms.) et les couronnes offertes aux bons pèlerins défunts (v. 7143-46 du ms.) sont tellement banales que l’on ne peut raisonnablement rien déduire de leur utilisation commune au Pèlerinage et à la Moralité.

25Comme nous l’avions annoncé au début de ce parcours dans la Moralité, un certain nombre d’analogies entre la pièce anonyme et le récit de Guillaume de Digulleville sont assez ténues et pourraient sans aucun doute se rencontrer ailleurs. Toutefois, leur quantité, associée à la présence de plusieurs passages plus nettement dépendants du Pèlerinage de vie humaine, nous invitent à les considérer comme autant de traces, plus ou moins discrètes, d’un souvenir du Pèlerinage de vie humaine chez le fatiste du xve siècle. Reste dès lors à interroger de façon plus globale la « réécriture » du Pèlerinage de vie humaine entreprise par l’auteur anonyme de la Moralité de Bien Avisé et Mal Avisé.

26Celui-ci ne s’est pas contenté d’adapter à sa pièce le matériau le plus aisément transposable au théâtre, à savoir les répliques au style direct, monologues ou dialogues. Il a également puisé à des passages plus proprement narratifs du texte de Guillaume, et notamment à des descriptions a priori moins faciles à exploiter dans une pièce. Il se distingue ainsi de l’auteur de la Moralité du Pèlerinage de la vie humaine, qui a quant à lui choisi une scène dialoguée du livre I du Pèlerinage et en a éliminé toutes les formules déclaratives, au risque d’incohérences et de vers faux. Le travail de notre fatiste diffère également de celui de l’auteur de la Passion Nostre Dame, où sont fidèlement reprises des plaintes de la Vierge que l’on peut lire dans les Pèlerinages de vie humaine et de l’âme, c’est-à-dire des discours directs qui peuvent être prononcés sans changement par un acteur, si l’on admet que la Passion du ms. de Parme était destinée à être jouée.

  • 58 Voir les v. 3281-3294 du ms. ; le Pèlerinage, lui, fait l’économie de cette argumentation et tient (...)

27Du matériau divers qu’il importe dans sa pièce, l’auteur de Bien Avisé fait un usage lui aussi varié, puisque selon les besoins de l’action il abrège ou allonge les passages dont il s’inspire. C’est ainsi que les répliques de Bien Avisé et Occupation deviennent chez lui un peu plus nombreuses que chez Guillaume lorsqu’il s’agit de démontrer la supériorité des travailleurs58, ou encore qu’il est un peu plus disert que le moine de Chaalis quand il s’agit de paraphraser les premiers articles du Credo ou de comparer les cœurs à des pommes que l’on broie, mais qu’il abrège au contraire le long débat sur la valeur des morceaux d’une hostie, en ne retenant que l’image ultime du Pèlerinage, celle du miroir – parce que Bien Avisé est loin de se poser cette seule question et qu’il a au préalable amené Confession à lui rappeler des points de doctrine essentiels (il ne faut pas adorer l’hostie avant qu’elle ne soit consacrée, Dieu est présent sous l’espèce du vin comme sous celle du pain.).

28Ce souci de l’adaptation des sources à l’action en cours apparaît encore plus nettement lorsque le fatiste transforme les attributs métonymiques portés par certains personnages du Pèlerinage en des personnages qui parlent et se meuvent eux-mêmes sur scène. Le maillet Contrition de Pénitence se transforme ainsi en une dame, nommée Contrition et équipée d’un pilon qui lui permet de cuisiner sa sauce à partir des larmes des pénitents ; de même, l’éperon Rébellion chaussé par Orgueil devient une querelleuse, Rébellion, qui exige de Mal Avisé qu’il dédaigne les leçons morales que l’on sera tenté de lui prodiguer en le voyant se perdre. Le même impératif théâtral explique que la sensualité du pèlerin aux « mains tendres » de Guillaume devienne dans la pièce une coquette demoiselle, parente d’Oisiveté et nommée Tendresse. La description d’attributs métaphoriques d’un personnage, très commune dans les récits allégoriques, cède donc le pas dans la Moralité à une démultiplication des personnages. L’on en compte ainsi près de quatre-vingts, alors même que la Moralité est moitié moins longue que le Pèlerinage de vie humaine.

29Concentrés dans la première moitié de la pièce et essentiellement pris aux deux premiers livres du récit, ces emprunts de la Moralité de Bien Avisé et Mal Avisé au Pèlerinage de la vie humaine ne donnent donc pas lieu à une reprise servile du texte de Guillaume. Dans la moitié où se rencontrent les emprunts les plus nombreux, ceux-ci sont tout de même disséminés dans une masse de passages originaux, et bien des données du récit sont complètement omises. La Moralité de Bien Avisé, dans une structure qui lui est propre, adapte donc, selon ses besoins, quelques passages variés du Pèlerinage de vie humaine, qu’elle reprend dans un ordre différent.

30Plus indépendante que la Moralité du Pèlerinage de la vie humaine ou que la Passion Nostre Dame, cette pièce ne cèle pourtant pas délibérément ses emprunts. Dans trois des quatre exemples les plus nets que nous avons pu observer (les quatre derniers tableaux textuels de notre développement), la citation du Pèlerinage de vie humaine se signale par l’adoption de l’octosyllabe à rimes plates, forme de prédilection de Guillaume de Digulleville dans ses trois Pèlerinages, mais forme minoritaire dans la Moralité de Bien Avisé et Mal Avisé. Ces coutures prosodiques, particulièrement sensibles à une oreille médiévale, sont la preuve, chez un auteur qui sait aussi procéder autrement (en refondant par exemple les répliques à rimes plates d’Occupation et du pèlerin en une série de quatrains à rimes croisées), qu’il ne cherchait pas à voiler sa dette littéraire.

31D’ailleurs, malgré les divergences signalées entre les deux textes, l’on soulignera pour finir les relations fondamentales qui les unissent. Les deux œuvres ont bien des traits en commun. L’on aurait par exemple tort de croire que l’insistance de Bien Avisé sur son illettrisme s’accompagne d’une simplification outrancière des débats théologiques traités jadis par Guillaume de Digulleville : Foi, Confession et Honneur n’hésitent pas à fournir à Bien Avisé des réponses détaillées aux questions morales qu’il se pose à cause de son ignorance de certains points de doctrine et décrets pontificaux ; en plusieurs circonstances aussi, les répliques des vertus, et même des damnés, sont farcies de citations scripturaires données en latin avant d’être traduites ou résumées, sans que le Pèlerinage de Guillaume de Digulleville soit jamais à l’origine de ces passages bilingues.

32L’on a là une confirmation du fait que l’auteur de la Moralité de Bien Avisé et Mal Avisé dispose de nombreuses références, qu’il maîtrise bien. Il n’est donc pas improbable qu’il ait lu et médité les Pèlerinages de Guillaume de Digulleville, et tout spécialement le premier, dans sa première version, la mieux diffusée. Il semble en avoir tout particulièrement apprécié, comme bien d’autres lecteurs, les images les plus concrètes. Dans cette adaptation théâtrale de quelques pans du Pèlerinage de vie humaine, le fatiste, qui a manifestement exploité plusieurs sources, a en tout cas respecté l’esprit du récit de Guillaume de Digulleville. Comme Guillaume il s’est emparé de la structure ordinaire des catéchismes, qui reposent sur un échange de questions du disciple et de réponses circonstanciées du maître. Dès lors est « bien advisé » non seulement celui qui fait les bons choix, mais aussi celui qui reçoit de bons avis, de bons conseils, ceux des vertus plutôt que ceux des vices.

33Le titre auquel nous avions d’abord pensé pour cette communication, « citation du Pèlerinage de vie humaine dans la Moralité de Bien Avisé et Mal Avisé », lui conviendrait sans doute mieux, car notre Moralité n’entreprend pas à proprement parler une réécriture du Pèlerinage de vie humaine mais manifeste plutôt chez le fatiste une bonne connaissance, voire une lecture personnelle du premier Pèlerinage de Guillaume de Digulleville. À défaut d’avoir pu analyser dans le détail chacune de ces réminiscences, nous espérons avoir montré qu’elles existent, et qu’elles permettent de classer la Moralité de Bien Avisé et Mal Avisé parmi les héritières théâtrales de l’œuvre du moine normand.

Notes

1 F. Duval, Descente aux enfers avec Guillaume de Digulleville. Édition et traduction commentées d’un extrait du Pèlerinage de l’âme (Paris, Bibl. nat. de Fr., français 12466), Saint-Lô, Archives départementales de la Manche, 2006, p. 8-9.

2 Voir dans ce volume la communication de Géraldine Veysseyre.

3 Y. Le Hir, « Indications scéniques dans la Moralité : Bien Advisé et Mal Advisé », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. 46, 1984, p. 399-405.

4 Le titre de fin de l’imprimé indique que celui-ci a été réalisé « a Paris par Pierre le Caron pour Anthoine Verard libraire demourant a Paris sur le Pont Nostre Dame, a l’image saint Jehan l’evangeliste, ou au Palais au premier pillier devant la chappelle ou l’en chante la messe de messeigneurs les Presidens » (W. Helmich, Moralités françaises. Réimpression fac-similé de vingt-deux pièces allégoriques imprimées aux xve et xvie siècles, Genève, Slatkine, t. I, 1980, p. 109). Il reste aujourd’hui de cet imprimé quatre exemplaires : celui que W. Helmich a donné en fac-similé est conservé au Musée Th. Dobrée de Nantes ; l’on trouve les autres à la BNF, à Chantilly et à New York (Y. Le Hir, art. cité, p. 399).

5 La proposition de Jean Babelon, qui date le manuscrit de l’extrême fin du xve siècle, n’a jamais été contestée (« La Moralité de Bien advisé et Mal advisé, précédée d’une étude sur les Moralités en général, par Jean Babelon », Positions des thèses de l’École des chartes, 1910, p. 13-17 ; voir p. 16). L’étude du cycle iconographique du manuscrit a conduit Anne-Marie Legaré à préciser cette proposition, pour retenir la fourchette des années 1487-1490. Voir « Un exemplaire hainuyer du Chevalier délibéré aux armes de Lalaing », dans J.-M. Cauchies (éd.), Autour d’Olivier de la Marche. Rencontres de Châlon-sur-Saône (26-29 septembre 2002), Neuchâtel, Publication du Centre européen d’études bourguignonnes (xive-xvie s.), 2003, p. 179-198, et spécialement p. 187.

6 Chacun des trois textes conservés dans le manuscrit est agrémenté d’aquarelles : 4 accompagnent le Pas de la Mort (f. 1-15, soit un taux de 26,7 % de folios illustrés), 14 le Chevalier délibéré (f. 17-77, soit un taux de 22,9 %) et 59 la Moralité de Bien Avisé et Mal Avisé (f. 79-231, soit un taux de 38,5 % : l’illustration de la Moralité est donc particulièrement abondante, comme l’a souligné Y. Le Hir, qui en a déduit que le texte était dans cette version destiné à la lecture : art. cité, p. 399).

7 Archives nationales, AB XXVIII 63. Seule l’édition du texte est conservée ; de l’étude sur les Moralités qui devait accompagner l’édition de Bien Avisé on peut simplement lire quelques fiches préparatoires, afférentes au chapitre intitulé « Les Moralités dérivées de la Psychomachie » (chapitre annoncé à la p. 15 des Positions de thèses… de 1910).

8 J. Beck, dans J.-P Bordier (dir.), Le théâtre du Moyen Âge, éditions, traductions et annotation, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », t. II, à paraître.

9 Un feuillet blanc sépare chaque texte du suivant : les folios 16 et 78 sont vierges.

10 Voir à ce sujet T. Walton, « Les poèmes d’Amé de Montgesoie (fl. 1457-1478). Le Pas de la Mort et La Complainte sur la mort d’Isabelle de Bourbon », Medium Ævum, t. 2, 1933, n° 1, p. 1-33, et spécialement p. 1-2.

11 Ces vers du Chevalier délibéré, « Ce traittié qui tant point et mort Que fist Amé de Montjesoye, Plus riche que d’or ne de soye, Du merveilleux Pas de la Mort », rappellent le rébus qui clôt le Pas de la Mort et la Complainte sur la mort d’Isabelle de Bourbon d’Amé de Montgesoie : « […] Sans fin amé de monlt je soye » (É. Picot, dans le Catalogue des livres composant la bibliothèque de feu M. le baron James de Rothschild, Paris, 1884-1893, t. IV, p. 99-101, indique qu’Arthur Piaget a lu dans ce vers une signature des poèmes).

12 É. Picot indique que le Compte de Pepin Perrin, miseur de la ville de Rennes (en 1435-1443), mentionne une représentation en août 1439, en présence de Pierre de Bretagne (ibid., p. 99-101).

13 Dédié à Isabelle de Bourbon, Le Pas de la Mort a donc été écrit avant la mort de celle-ci, survenue le 26 septembre 1465 (T. Walton, art. cité, p. 1).

14 Voir la note 10.

15 La Moralité est beaucoup plus développée que les deux autres textes ; elle montre les deux cheminements spirituels possibles pour un homme, et non les seuls derniers instants d’une vie.

16 Dans son étude iconographique du manuscrit, Anne-Marie Legaré confirme que « l’exemplaire a été copié par une seule main dans une belle bâtarde bourguignonne régulière » (art. cité., p. 182)

17 Le premier des deux artistes, qui a illustré Le Pas de la Mort et Le Chevalier délibéré, a parfois été le collaborateur du Maître d’Antoine Rolin, actif dans le Hainaut dans les années 1480-1520 ; le second, qui a exécuté les illustrations plus nombreuses de La Moralité de Bien Avisé et Mal Avisé, utilise la même technique que le premier et a dû être formé dans le même atelier que lui ; d’ailleurs, « trois bordures à acanthes stylisées, d’un type répandu exclusivement en Hainaut, ponctuent le début de cha[cune des trois] œuvre[s] » (voir A.-M. Legaré, art. cité., p. 183-184).

18 T. Walton indique pour sa part un emprunt du Pas de la Mort (écrit avant la fin septembre 1465) à la Danse aux aveugles de Pierre Michault, qu’il date de l’année 1464 (T. Walton, art. cité., p. 1). Et de fait, la proximité du Pas de la Mort avec les Pèlerinages reste très superficielle. La dette du Chevalier délibéré à l’égard des Pèlerinages est plus conséquente et a notamment été signalée par Frédéric Duval (op. cit., p. 9, col. a) et par Philippe Maupeu dans sa thèse Pèlerins de vie humaine. Autobiographie et allégorie, de Guillaume de Digulleville à Octovien de Saint-Gelais.

19 Voir sur ce point en annexe à ce volume le tableau des manuscrits dressé par Géraldine Veysseyre : plus de quatre-vingts manuscrits nous conservent encore le Pèlerinage de vie humaine.

20 Nous comptions sur la consultation de l’étude des Moralités par Jean Babelon pour nous détromper, mais l’unique mention de Guillaume de Digulleville que nous ayons pu trouver dans les fiches préparatoires du premier éditeur du texte (« Cette moralité [le Jeux de Pelerinage humaine du ms. 617 de Chantilly] est tirée sans doute du Roman des trois pèlerinages de Guillaume de Digulleville si goûté au xve siècle ») ne permet pas d’affirmer qu’il avait lu de près le poète normand, d’autant qu’il rattache bon nombre de Moralités fondées sur la métaphore des deux voies, et rédigées bien après les années 1330, non pas au Pèlerinage de vie humaine mais à la Psychomachie de Prudence.

21 Dans les Mystères et Moralités du manuscrit 617 de Chantilly publiés pour la première fois et précédés d’une étude linguistique et littéraire, Gustave Cohen intitule la moralité imitant le premier Pèlerinage de Guillaume de Digulleville : Moralité du Pèlerinage de la vie humaine (Paris, 1920 ; réimpr. Genève, Slatkine, 1975, p. 93130) ; l’incipit du ms. 617 de Chantilly donne en fait : Jeux de Pelerinage humaine (sic, f. 23).

22 F. Pomel, « La théâtralité des Pelerinages de Guillaume de Digulleville », dans D. Hüe et D. Smith (éd.), Maistre Pierre Pathelin. Lectures et contextes, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2000, p. 159-70.

23 Texte du ms. Parma, Biblioteca Reale, Pal. 106 (anciennement 63), édité dans Revue des langues romanes, t. 49, 1906, p. 495-520.

24 F. Pomel, ibid., p. 165. Pour une étude des rapports complexes de la Passion Nostre Dame aux deux poèmes de Guillaume (Pèlerinage de l’âme et Pèlerinage de Jésus-Christ qui remanie les plaintes de la Vierge du premier texte), voir O. Masami, Les traditions apocryphes dans la littérature mariale du Moyen Âge. Étude et édition de textes français des xiiie-xvesiècles, Paris IV, 1995, thèse dactylographiée, t. I, p. 207-209.

25 Parmi les nombreuses études abordant cette corrélation des deux langages codés (rêve et allégorie) au sein de la littérature médiévale, l’on pourra citer celle de M. Zink, qui s’est intéressé aux spécimens en langue vulgaire antérieurs à l’œuvre de Guillaume de Digulleville, et notamment au Roman de la rose qui inspire les Pèlerinages (La subjectivité littéraire. Autour du siècle de saint Louis, Paris, PUF (Écriture), 1985, p. 143 et suiv.).

26 L’on observe ainsi le même phénomène dans la Moralité du Pèlerinage de la vie humaine inspirée du songe allégorique de Guillaume de Digulleville.

27 L’on ne saurait ici proprement parler d’un rêveur : avant son récit, le héros devenu narrateur s’est rendu en Brocéliande et y a reproduit le geste imprudent qui avait valu son échec à Calogrenant dans l’Yvain de Chrétien de Troyes. Tout le roman se présente ensuite comme un voyage au pays de la littérature, parsemé d’emprunts explicites ou d’allusions à la littérature profane ou religieuse. Pour une analyse de l’œuvre, nous nous permettons de renvoyer à l’introduction et aux notes de G. Wimmer (éd.), S. Orgeur (trad. et notes), Tournoi de l’Antéchrist, Orléans, Paradigme (Medievalia 13), 1995 (2e éd. revue).

28 Dans son édition désormais difficile à trouver, Georg Wimmer a répertorié ces manuscrits qui, pour la moitié d’entre eux, donnent le texte complet du Tornoimenz Antecrit ; c’est parmi les six versions complètes (seules datées par G. Wimmer) que l’on trouve au moins deux manuscrits de la seconde moitié du xiiie siècle (toutes les copies complètes ne sont toutefois pas datées par G. Wimmer), le ms. BNF, fr. 1593 (ancien 7615, f. 186-207v), et le ms. BNF, fr. 25407 (f. 213-244v) (G. Wimmer (éd.), Li Tornoiemenz Antecrit von Huon de Mery nach den Handschriften zu Paris, London und Oxford, Marburg, 1888, p. 1-3). Citant S. L. Galpin (Modern Language Notes, t. 28, 1913, p. 9), F. Duval a signalé de possibles emprunts du Pèlerinage de l’âme au Tournoi de l’Antéchrist (op. cit., p. 31 n. 3 au vers 2575, et p. 65 n. 2 au vers 3284)

29 De fait, il ne paraît guère possible de confondre Bien Avisé et Mal Avisé, de considérer qu’ils incarnent les orientations successives d’un seul et même homme. Le montage alterné des aventures de Bien Avisé et Mal Avisé suggère la simultanéité des progrès de l’un et de la déchéance de l’autre, et non l’hésitation d’un seul individu entre salvation et perdition : il n’est de fait guère concevable qu’après s’être voué à Tendresse, Oisiveté, Rébellion, Folie et Houllerie la tavernière, le pèlerin soit admis auprès de Confession. D’ailleurs, jamais l’auteur ne rassemble Bien Avisé et Mal Avisé pour suggérer qu’ils reflètent les orientations contraires d’un seul et même individu ; aucun des deux personnages ne quitte ici la voie qu’il a choisie après s’être entretenu avec Franche Voulenté : Mal Avisé a beau regretter son choix quand il est par trop malmené, jamais il n’envisage sérieusement de rejoindre Bien Avisé, qui lui non plus ne sort pas de son chemin malgré ses nombreux achoppements. Plusieurs Moralités mettent en scène un seul pèlerin : non seulement celle du ms. 617 de Chantilly, mais aussi La Moralité de Dieu, le docteur, le pechié, le diable et l’homme, La Moralité de l’Omme pecheur, ou encore Mundus, Caro et Dæmonia…

30 Voir par exemple ses déclarations à Confession (v. 2851-2856 du ms.) et à Occupation (v. 3370-3374 du ms.).

31 Au v. 6469 du ms.

32 Dans cette citation comme dans les suivantes, nous avons utilisé un double système de caractères : les caractères italiques (sauf quand on est dans un paragraphe tout en italiques ; ce sont alors des caractères romains qui sont utilisés) signalent les ressemblances que n’accompagne pas une reprise littérale du texte de Guillaume, les caractères gras indiquent les similitudes plus exactes entre les deux textes.

33 L’imprimé a ici un texte corrompu ; la proposition concernant Jésus ne fait pas sens (voir W. Helmich, op. cit., p. 3).

34 Le Jeux des VII pechié morteil et des VII vertus du ms. 617 du Musée Condé de Chantilly (f. 11-20) édité par Gustave Cohen (ibid., p. 39-77) constitue un cas limite, puisque l’action y repose entièrement sur l’affrontement des sept péchés capitaux et des sept vertus (cardinales et théologales).

35 Paresse précède ainsi Orgueil dans l’évocation des sept péchés capitaux qui occupe une large part des livres II et III du Pèlerinage de vie humaine. Dans la seconde version du Pèlerinage, ce n’est plus Paresse mais le couple formé par Luxure et Gloutonnerie qui se trouve à l’entrée du mauvais chemin.

36 L’on observe le même traitement du péché de paresse au sein de la reprise plus développée du septénaire qui structure, beaucoup plus tard, une scène infernale pourtant originale : les âmes des mal avisés décapités par Male Fin représentent chacune un péché du septénaire, non seulement du fait des places qui leur sont imparties à la table dressée par les diables (v. 6883-6916 du ms.), mais encore au sein d’une chanson de sept strophes à refrain (v. 6949-7032 du ms.).

37 Voir notamment S. Singer (dir.), Thesaurus proverbiorum medii ævi, Berlin/New York, De Gruyter, 13 vol., 1995-2002, t. III, p. 166-185, s. v. « faul ».

38 Le ms. de la Moralité donne bien cette leçon, où la rime n’est pas respectée. Le fatiste a allongé le texte de Guillaume de Digulleville, mais il a peut-être cherché à éviter le redoublement de la rime en -é.

39 L’imprimé donne ici un texte corrompu ; l’on y observe le maintien de la succession ordinaire des quatrains à rimes croisées, maintien qui semble d’ailleurs provoquer l’une des difficultés sémantiques du texte, aux v. 632-635 : « En la diziesme l’union Et des pechiez l’indulgence Des sains en communion Par baptesme et penitence », sic (voir W. Helmich, op. cit., p. 10-11).

40 Sur les 7170 vers que compte le texte manuscrit de notre Moralité, un peu moins de 2 000 sont à rimes plates.

41 Y compris lorsque celles-ci nécessiteraient pourtant quelques ajustements : le vers 3419 du Pèlerinage, hypométrique (mais corrigé par J. J. Stürzinger, qui remplace l’ par la), reste hypométrique dans la Moralité, au vers 568, où le se substitue bien à l’, mais où le et initial est supprimé. Le vers 3405 du Pèlerinage, hypométrique, a en revanche été corrigé par le fatiste qui a ajouté la préposition en (v. 549 du ms.).

42 Nous les avons abordées une première fois dans « Éclairer la foi : le cas de la Moralité de Bien Advisé, Mal Advisé (ms. BNF, Rothschild 2797) », dans Actes du Colloque « Littérature et révélation au Moyen Âge : visible, invisible » (Université Paris X-Nanterre, 29-30 octobre 2004), Littérales, t. 40, 2007, p. 95-115.

43 Guillaume de Digulleville, qui illustre cette parenté de la pénitence avec le baptême au livre III de son poème (voir aux v. 11239-11342 le cuvier aux larmes), pouvait trouver matière à ce rapprochement dans le texte d’Épiphane (ive siècle) traduit par G. Dumeije à la p. 7 de La foi catholique… (voir la note suivante) : « […] nous croyons en une Église, catholique et apostolique, et en un baptême de pénitence ; en la résurrection des morts […] ».

44 Voir G. Dumeije, La foi catholique. Textes doctrinaux du magistère de l’Église, Paris, Éditions de l’Orante, 1961, p. 21-48, d’après l’édition de H. Denzinger (Enchiridion Symbolorum et definitionum, 31e éd., 1957).

45 F. Bœspflug, « Autour de la tradition picturale du Credo au Moyen Âge (xiie-xve siècle) », dans P. De Clerck et É. Palazzo (dir.), Rituels. Mélanges offerts au Père Gy o.p., Paris, Cerf, 1990, p. 55-84.

46 Ibid., p. 57-65 et 73.

47 Si l’imprimé donne ici le même texte, il est très lacunaire en amont (seules trois des cinq catégories d’hypocrites annoncées sont effectivement traitées).

48 G. Di Stefano et R. M. Bidler, Toutes les herbes de la Saint-Jean, Les Locutions en moyen français, Montréal, CERES, 1992.

49 Base textuelle et Base de lexiques du moyen français de l’ATILF (ATILF / Équipe « Moyen français et français préclassique », 2003-2005, Dictionnaire du Moyen Français (DMF). Base de Lexiques de Moyen Français (DMF1). Site internet http://www.atilf.fr/blmf).

50 Une image qu’affectionnait Guillaume, puisque dans son traitement de l’image du pressoir mystique, le Christ est assimilé à la pomme que l’on broie (Pèlerinage de l’âme, épisode de l’arbre sec et de l’arbre vert). Dès lors, le cœur des pénitents qui essaient d’être dignes de la Passion rédemptrice est logiquement comparé à la pomme que l’on presse. Nous remercions F. Pomel pour cette suggestion de rapprochement entre les deux Pèlerinages.

51 Ce changement de système métrique se produit dès le début de la scène qui réunit Bien Avisé et Contrition (à partir du v. 593 et jusqu’au v. 1194 ; lorsque paraît Humilité (v. 1195), l’on retourne, non pas immédiatement mais très rapidement (à partir du v. 1203), aux quatrains à rimes croisées). Or, cette scène emprunte à divers moments au poème de Guillaume.

52 Les trois xylographies de l’imprimé contiennent les éléments suivants : la première montre Fortune tournant sa roue, où sont juchés Regno, Regnabo, Regnavi et Sum sine regno (W. Helmich, op. cit., p. 79) ; la deuxième figure une gueule d’enfer (ibid., p. 98) ; la troisième figure le Jugement dernier : les deux registres sont séparés horizontalement par des eaux ; le Christ en gloire porte les stigmates, il est entouré par des anges, la Vierge et saint Jean ; dans le registre inférieur, une gueule béante est à nouveau présente pour figurer l’enfer (ibid., p. 109). On le voit, ces illustrations ne coïncident que très partiellement avec le texte de la Moralité, où l’enfer est une cuisine et où il n’est rien dit de Notre-Dame et Jean lorsque Bien Avisé et ses compagnons sont accueillis par Bonne Fin.

53 Le texte de l’imprimé est à peu près identique.

54 En fait, le passage aux paires d’octosyllabes s’est produit avant le dialogue qui réunit Confession et Bien Avisé (à partir du v. 2339 et jusqu’au v. 2885), au milieu de la scène où Mal Avisé joue à la taverne (à partir du v. 2014 plus précisément, alors que les dialogues précédents de cette scène reposaient sur le schéma des quatrains d’octosyllabes à rimes croisées). En revanche, dès que se termine l’échange entre Bien Avisé et Confession (au v. 2885), l’on retrouve des quatrains à rimes croisées.

55 L’imprimé donne à peu près le même texte mais remplace par exemple « arguer », repris au Pèlerinage, par « harier ».

56 L’on s’en souvient, c’est au contraire une prière dont le texte est transmis par Grâce de Dieu qui sauve au livre III le pèlerin de vie humaine.

57 Les éléments originaux de ce texte (les nids figurant de hautes fonctions, la fourche de Fortune permettant de déloger ces nids) sont sans équivalents dans la Moralité, qui présente en revanche des traits absents du texte de Guillaume. L’on notera néanmoins un indice supplémentaire des contacts qui ont dû exister entre le ms. BNF, Rothschild 2797 et l’œuvre de Guillaume de Digulleville : en dehors de toute indication textuelle, l’enlumineur hainuyer a doté Franche Voulenté d’un habit mi-parti blanc et noir (f. 81 du ms. du fonds Rothschild), certes adapté à l’allégorie du libre arbitre mais sans doute lié aussi à l’imaginaire du Pèlerinage de vie humaine, où le rêveur devenu narrateur évoquait Fortune en ces termes : « Celle part [près de la roue] une dame avoit, Qui de blanc mipartie estoit Et de noir, selonc mon avis. » (v. 12783-12785 de la transcription du ms. BNF, fr. 377, f. 80, que Philippe Maupeu a eu l’amabilité de mettre à notre disposition, et que l’on peut consulter au t. III de sa thèse, op. cit.).

58 Voir les v. 3281-3294 du ms. ; le Pèlerinage, lui, fait l’économie de cette argumentation et tient son résultat pour acquis, aux v. 6615-6628, livre II. Nous ne redonnons pas ensuite les références des passages, analysés dans le développement.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540