Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'éveil politique de la Savoie

 | 
Sylvain Milbach

Chapitre I. Les « vociférateurs » de Savoie : des usages de la parole séditieuse

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Code pénal pour les États de S. M. le Roi de Sardaigne, Turin, 1839, chapitre II, section 3, « Des (...)

1Les propos, cris et chants séditieux, sont des délits inscrits dans le code pénal sarde1. Toutefois, les sources judiciaires sont en partie trompeuses. Tout d’abord, parce que le cri ou le chant séditieux apparaissent dans la plupart des agitations de rues : ils sont souvent l’indispensable agrément de la manifestation collective. En ce cas, la catégorie du code pénal s’avère réductrice : certaines de ces manifestations se rapprochent de l’émeute et il convient de les traiter comme telles. En effet, l’usage des mots prohibés devient alors un élément d’une démonstration plus complexe, dans ses motivations, ses ressorts et ses formes. Ces affaires relèvent alors du tumulte collectif et seront traitées dans le chapitre suivant. Aussi, sous la catégorie « propos, cris et chants séditieux » est-il retenu ici un type de manifestations très homogènes. Ce qui les identifie est d’abord le nombre réduit d’acteurs, toujours moins de dix individus et généralement moins de cinq, qui les distingue nettement de l’émeute ou de l’agitation de rues. Comme on le verra, ce type de manifestations a ses lieux et ses temps. Elles s’inscrivent dans une forme de sociabilité rapprochée : le propos séditieux que l’on tient à l’auberge, dans une discussion ou dans un affrontement ; le chant ou le cri qui soude un petit comité et qui obéit à un rituel généralement festif. Ces manifestations ne sont pas revendicatives au sens propre, mais plutôt protestation et provocation. Elles résultent d’un échauffement mutuel. Pour le chant, elles sont une forme de solidarité. Elles s’inscrivent rarement comme réponse directe à un événement : elles sont rarement réactives, mais plutôt ritualisation de l’expression politique. C’est pour cela qu’elles n’épousent pas exactement la temporalité de l’événement politique, mais plutôt la temporalité de la sociabilité d’une classe – les artisans des petites cités de Savoie, ou d’une fonction – la garde nationale, ou d’une communauté – celle du village, en lien avec des conjonctures locales. En somme, elles témoignent d’un déplacement des formes de la protestation et des représentations qui les sous-tendent. Elles murmurent pour l’historien l’air du temps.

  • 2 AST, Alta polizia, 250, l’intendant général d’Annecy au Ministre de l’Intérieur, 29 février 1848.
  • 3 Dans la plupart des cas débouchant sur un non lieu, du fait de la difficulté d’attester les parole (...)

2Une soixantaine de manifestations de ce type peuvent être retenues de1848 à 1853. À parcourir les sources de police, il ne fait nul doute qu’il y en eut davantage. Les autorités se contentent, selon toute évidence, d’obtenir la cessation immédiate de ces démonstrations et s’en satisfont. Elles n’apparaissent clairement dans les sources judiciaires que dans les cas de refus ou au terme de démonstrations répétées. Il existe donc une certaine tolérance, fruit du pragmatisme des autorités de proximité qui cherchent à éviter de créer des émotions qui, précisément, pourraient faire le jeu des agitateurs. Dans bien des cas, cette attitude traduit une certaine lucidité de ces autorités qui connaissent bien leurs « administrés » : la parole séditieuse n’est pas exactement le fait séditieux. Si elle inquiète, c’est parce qu’elle dénote d’une tournure d’esprit, cet « air du temps » qui ne plaît guère mais qu’il serait illusoire de vouloir mettre en laisse. Dès février 1848, l’intendant général de la division d’Annecy expose une saine méthode pour la gestion des petits désordres : « Pour les idées politiques (pas pour les faits) beaucoup de modération ; il faut les contenir par tout autre moyen que la violence. La compression agit sur les opinions tout comme sur les enfants, elle les pousse à la réaction »2. Le cri séditieux est traqué, mais généralement légèrement puni3.

  • 4 Les registres de procédures criminelles révèlent en effet une floraison de cris, propos et chants (...)

3Le propos, le cri et le chant séditieux s’inscrivent dans une chronologie révélatrice. Tout d’abord, il faut souligner qu’on ne trouve aucune trace dans les registres de justice de cris séditieux dans les années qui précèdent 1848. Il faut remonter au début des années 1830 pour trouver cette qualification, sous la forme d’ailleurs d’une flambée, moindre que durant notre période, mais cependant significative4. Ensuite, le cri séditieux disparaît de ces mêmes registres après 1853 : un seul cas en 1854, aucun avant 1858-59,à la veille du rattachement de la Savoie à la France. À l’évidence, le cri séditieux en Savoie accompagne les pulsations politiques de la France. Cette corrélation n’est pas le fruit du prisme déformant des sources de justice : d’une part, parce que la coïncidence avec la chronologie française suffit à expliquer les acmés, d’autre part parce qu’aucune circulaire, aucune correspondance officieuse, ne se focalise sur ces cris, tant dans le sens d’un sur croît de sévérité que dans celui d’une plus grande indulgence. Il n’en demeure pas moins que les sources n’indiquent ici que le point le plus bas de l’agitation verbale : seuls les cas passés en justice ont laissé une trace tangible. Cette chronologie est pleine d’intérêt car elle postule une certaine pérennité de la contestation de l’ordre après les incertitudes de 1848-49 : elle est, pour le coup, différenciée de l’évolution de la situation en France (en toute logique décembre 1851 devrait être un terme ultime), même si l’essoufflement est constant et indubitable. Ce que signifie cette permanence est la diffusion de formes d’expression de la contestation. De ce point de vue, il n’est pas sans intérêt de souligner que ces formes sont précisément déphasées par rapport aux positionnements officiels des portes voix démocrates de Savoie. De 1851 à 1853, on continue de chanter La Marseillaise et de crier « Vive la République » alors que les députés les plus avancés et Le Patriote savoisien ont abandonné l’idée du rattachement à la France, devenue impériale. Bref, une sorte de dissémination s’opère et sa traîne témoigne pour une nouvelle ritualisation des formes de la protestation.

Le propos séditieux

  • 5 ADS, U 1780, procédure contre A. Bollard, garde forestier de 48 ans, 1848.
  • 6 ADS, 6 FS PC 11356, procédure contre J. Mermillod, jugé contumace, 1848.

4En 1848, les propos et cris sont nombreux, pour ensuite s’estomper et être remplacés par le chant. Ceci témoigne d’une évolution. Le propos séditieux fleurit dans l’incertitude liée à la guerre : l’armée piémontaise est critiquée, plus rarement le Roi. Quand ce dernier l’est, c’est généralement parce qu’on refuse ou qu’on redoute d’aller sous les drapeaux. En août 1848, le garde forestier de Sainte-Reine, dans les Bauges, déclare : « J’aime rais mieux pourrir dans mon lit que d’obéir et d’aller me faire tuer pour le Roi5. » Ce cri du cœur est poussé après la lecture du décret royal portant secours aux familles des soldats. Le jour où il vient d’obtenir son passeport, et à la veille de partir pour Lyon, un jeune homme nommé Mermillod déclare dans une auberge de Faverge : « Notre Roi est un cochon, un brigand. Bientôt il fera une levée nouvelle de militaires dans laquelle je serai compris. Je ne veux pas servir le Roi6. » Il quitte la Savoie et sera donc jugé contumace. Ces propos assez crus sont exceptionnels. Ce qu’il faut retenir pour l’instant, c’est que le propos séditieux s’enracine dans une attitude qui n’est pas nécessairement politique.

  • 7 ADS, 6 FS PC 11202, procédure contre J. M. Benod, huissier au tribunal de Chambéry de 52 ans, 1848
  • 8 AFS 6 FS PC 11238, procédure contre C. Gentil, ouvrier serrurier de 27 ans, 1848.

5Refus traditionnel de la conscription, la prise de parole séditieuse peut toutefois se changer en diatribe politique. C’est encore à l’auberge, à Dullin cette fois, qu’un nommé Benod, huissier de justice, déclare que les Savoyards ne sont pas prêts de retourner dans l’armée avec de pareils généraux7. Il interpelle l’assemblée à propos des revers essuyés par l’armée et affirme « que le Roi avait trahi son armée et l’avait vendue aux Autrichiens, comme on vend des animaux à la foire, que les soldats avaient été obligés de se sauver dans les forêts, à moitiés nuds [sic] ». Il s’en prend donc directement au Roi mais aussi à Pie IX, qui a « retiré ses armées », en les qualifiant tous les deux « de sacrés scélérats et de sacrés brigands ». À l’évidence, l’information circule bien de bouche à oreille, et si l’exactitude historique est ici approximative, elle est juste quant au fond. L’allusion à Pie IX fait référence à la fameuse allocution consistoriale d’avril 1848, par laquelle il se tient en marge de la cause nationale italienne et de la guerre à l’Autriche, et qui va nourrir les premières formes d’anticléricalisme politique en Savoie. Benod tient ces propos le 9 août 1848, le jour même de l’armistice de Vigevano qui suit d’une quinzaine de jour la défaite de Custozza. Ledit Benod témoigne tenir ces informations de soldats de retour du front, qu’il a croisés dans les Bauges. Ils lui ont dit que « tout était foutu », que les chefs avaient trahi – à l’exception de Sonnaz, de la Brigade de Savoie. Il affirme que la seule issue est dans l’intervention de la France. Interpellé avec virulence par le syndic, Benod change de conversation et parle des journées de juin de Paris. On le voit, l’inquiétude devant le cours des événements, en des temps troublés, favorise la circulation des idées. Parfois, celles-ci s’expriment d’une manière peut-être fruste, mais révélatrice. À Chambéry, un ouvrier serrurier boit en devisant avec un tailleur de pierre. D’un coup, il se lève et crie : « Vive la République ». Une discussion s’engage avec l’assemblée et l’ouvrier déclare : « Que nous ne savions pas ce que c’était que la république, que c’était un gouvernement pour faire gagner les ouvriers8. »

  • 9 ADS, U 1779, procédure contre J. F. Berthet, 1848.

6C’est encore dans les auberges qu’en ce mois d’août 1848, un dénommé Berthet se livre, à Saint-Hélène-du-Lac et dans les environs, depuis plus d’un mois à une propagande « rouge », disant « qu’au moyen du communisme, à la fin de chaque année, le pauvre partagerait avec le riche9 ». Le soir, devant le four banal, il prêche ses idées, « répétant les articles des journaux ». Dans les auberges, il parle politique et se livre à un prosélytisme qui ne semble pas effaroucher ses interlocuteurs :

  • 10 Allusion à l’expédition des Voraces d’avril 1848, ces ouvriers savoyards de Lyon venus à Chambéry (...)

« Nous lui disions qu’il était républicain, nous lui disions cela en plaisantant, à quoi il nous répondit : maintenant tous les républicains sont par don nés10, au surplus moi je ne suis pas républicain, je suis bon constitutionnel, et comme je fis l’observation que l’on prétendait que c’étaient les républicains qui se trouvaient aux chambres à Turin, qui faisaient le mal, il me répondit : “toi, Gardien, on ne peut pas parler avec toi, tu ne comprends rien, ce n’est pas les républicains, il est reconnu que c’est le clergé. J’ai ouï dire que l’évêque à Chambéry avait été recherché parce qu’il avait gardé chez lui un général autrichien” et comme j’insistais en disant que c’était un républicain, il répéta que je n’y comprenais rien. »

7Ce témoignage doit retenir l’attention. Il montre d’abord une certaine banalisation de la discussion politique dès 1848 et, qui plus est, le ton amical qu’elle peut revêtir. Il révèle des positionnements politiques quelque peu confus : entre propos révolutionnaire, anticléricalisme et légalisme. De fait, il ne faut pas s’imaginer, dans cette période, des adhésions et des professions de foi ancrées dans des catéchismes partisans : la dialectique est plus complexe, les positions sont teintées d’un certain millénarisme séculier assez dans l’air du temps et les catégories politiques conservent un fort pouvoir discriminant (« je ne suis pas républicain »). La nature du changement politique en Savoie contribue à créer des syncrétismes à première vue étranges, mais en réalité fort compréhensibles en cette terre où se rencontrent les échos venus de France et l’esprit réformateur venu de Turin. Sur tout, cette citation suggère une réalité dont les sources rendent mal compte. En effet, les propos politiques n’y apparaissent que lorsqu’il y a action judiciaire et les sources sont de ce point de vue trompeuses. Ainsi, les discours d’un Benod ou d’un Berthet ne nous sont parvenus que parce qu’ils ont eu le syndic pour témoin et que, conformément à sa fonction, il en informe les autorités supérieures. Mais pour ces quelques cas attestés, combien d’auberges taiseuses, voire de syndics « coulants » ? De surcroît, les poursuites engagées contre ledit Berthet ne sont pas relatives aux propos cités, tenus et répétés depuis plus d’un mois, mais à une déclaration plus récente relative à l’issue de la guerre : c’est pour « défaitisme » et colportage de mauvaises nouvelles du front que Berthet est poursuivi. Ce qui signifie concrètement que le propos séditieux consigné dans les sources n’est qu’à la surface de la réalité : le décompte des procédures n’est qu’un instrument imparfait pour rendre compte de la circulation des idées. Cette citation enfin, comme les exemples précédents, suggère encore que la guerre menée par le Piémont fut un temps favorable à la diffusion des idées républicaines : du fait du relâchement de la surveillance, mais aussi parce que la guerre touche les intérêts particuliers. En effet, avec la guerre, la politique fait son retour jusque dans les campagnes : elle est un facteur d’intégration parce qu’elle implique possiblement tout un chacun. Elle réveille une mémoire commune des guerres révolutionnaires et impériales qui rappellent que la grande histoire rattrape parfois les humbles dans leurs foyers. En ce sens, les bruits du front rapprochent l’homme du commun de la politique.

  • 11 Ballila est le nom prêté à un enfant qui aurait, au xviiie siècle, contribué par son courage à la (...)

8Bien des propos séditieux jaillissent à l’occasion d’altercations avec les autorités piémontaises. Ici, sont tout spécialement concernés les régiments stationnés en Savoie. À Chambéry, Yenne, Aix ces altercations coïncident chronologiquement. Ces heurts font suite à la défaite piémontaise de l’été 1848 et traduisent concrètement les rumeurs de trahison colportées par les journaux démocrates et relayées par des hommes comme Berthet. Les Piémontais ne se seraient pas battus, les cadres aristocrates auraient trahi, la Brigade de Savoie aurait inutilement fait des sacrifices. Alors, des jeunes gens assaillent les soldats d’insultes : « abasso li Balilla », « abasso li coletti bianchi »11.

  • 12 ADS, 1 FS 461, 6 FS 273, 6 FS 343, 6 FS 1607, correspondances des autorités et Le Courrier des Alp (...)

9Les tensions semblent récurrentes. À Yenne comme à Aix, les soldats sont poursuivis par les enfants qui les insultent. Ces faits en disent long sur la pénétration de la rumeur et, surtout, sur la diffusion de ce qu’on peut qualifier d’antipiémontisme populaire. Lorsque à Yenne, un soldat tire sa baïonnette pour se défendre, les bourgeois, est-il dit, se rassemblent et récriminent12. En 1850, toujours à Aix, les musiciens du 15e de ligne sont moqués en permanence dans les rues, provoqués à l’auberge, autour du billard, par de jeunes coqs. Leur logement essuie des jets de pierre et « chaque jour quand nous passons, et surtout la nuit, les jeunes gens et même les enfants nous crient : à bas les Piémontais ». Là aussi, la population semble solidaire des provocations des jeunes têtes brûlées. L’anecdote suivante, saisissant raccourci, montre assez les tensions à l’œuvre :

  • 13 Cité dans : G. Corre, Conflits sociaux et politisation : l’agitation populaire savoyarde entre 184 (...)

« Un soir, un militaire appartenant à la fanfare de l’armée était assis devant chez lui lorsqu’une fillette est venue lui donner une claque. Le militaire s’est alors levé, et alors que tous riaient, il a répliqué, donnant un coup de pied à la jeune inconnue, ne sachant pas qu’elle était folle. Les personnes qui observaient l’événement entourèrent le militaire, le chargèrent de grossières et basses insultes13. »

10Ces altercations incessantes inquiètent les autorités. Elles entament des procédures judiciaires. Le propos injurieux à l’égard de l’armée piémontaise révèle des solidarités collectives. D’ailleurs, dans ces affaires il n’y a pas de prévenus, sinon, à Yenne, un adolescent de quatorze ans : ce qui signifie que les auteurs des altercations sont généralement « couverts » par les témoins. Ces propos sont surtout des protestations identitaires : ces protestations sont bien en phase, avec leurs modalités propres, avec la ligne adoptée tant par les représentants savoyards à Turin que par les organes de presse, conservateurs ou démocrates. De ce point de vue, la stigmatisation des soldats piémontais n’est pas systématiquement à mettre au compte des « démocrates ». C’est ce que peut laisser penser l’expression « abasso li Ballila » qui renvoie davantage à l’origine gênoise des bataillons en stationnement plutôt qu’au Piémont dans son ensemble. Une lettre anonyme retrouvée dans les archives du Ministère de l’Intérieur conforte cette opinion. Ce correspondant invite l’autorité à ne pas envoyer en Savoie la brigade de Savone :

  • 14 AST, Materie politiche..., mazzo 14, 8 avril 1849.

« Dans cette brigade, les soldats génois d’origine ont des tendances républicaines ; nous l’avons connu [sic] en 1848, ils sont chanteurs et tapageurs. Ce serait impolitique de les envoyer maintenant en Savoie, sourdement travaillée par les partis républicains. [...]
Nos meneurs connaissent déjà la plus grande partie des soldats et sergents : en 1848, ils les ont fêtés dans des banquets. Aussi se sont-ils réjouis en apprenant leur arrivée.
Déjouez-les, Excellence, en faisant envoyer la brigade de Piémont. La garnison de Piémont convient mieux à Savone. Autrement, il vaudrait mieux attendre la pacification de Gênes, si maintenant la brigade de Piémont ou quelque autre aussi brave et aussi bonne n’était pas disponible14. »

11Cet auteur dénonce donc les collusions entre les forces démocrates locales et les bataillons stationnés en Savoie. Dans les faits pourtant, dans la plus grande partie des cas, cet « antipiémontisme » est de fait accompagné par des références à la république. Il n’en reste pas moins que l’hostilité à l’égard des soldats piémontais, c’est-à-dire la manifestation du sentiment national, n’est pas l’apanage du « parti français ».

12Progressivement, on l’a dit, le chant séditieux semble relayé, quantitativement parlant, le propos en que tel. Ce qui frappe est la grande homogénéité des affaires, de 1848 à 1853. En ce sens, il ne fait nul doute qu’il faille d’abord appréhender ces manifestations comme une ritualisation et une appropriation des adhésions partisanes. D’une grande homogénéité de contenu, ces chants sont fort peu variés : Le Chant des Girondins, Le Chant du Départ, parfois, mais rarement, La Carmagnole et, de manière générale, La Marseillaise. En effet, le succès du chant de Rouget de Lisle est absolument stupéfiant : il apparaît, pour ainsi dire, dans 100 % des affaires, parfois couplé avec les airs susmentionnés. Cette omniprésence mérite d’être analysée avec attention, afin d’en bien mesurer la portée et la signification.

Variations sur La Marseillaise : « La République en Savoie règnera »

13La Marseillaise a fait en Savoie une entrée précoce, mais sur la pointe des pieds, dès les fêtes qui ont accueilli les réformes royales : sous la forme d’un chant en l’honneur de Charles-Albert composé pour la circonstance – La Savoisienne – sur l’air de l’hymne de Rouget de Lisle. Ce chant accompagne le départ des troupes pour le front, fin mars 48. Puis, assez confusément, dans les manifestations de rues à Chambéry où La Savoisienne semble parfois détournée au profit de son modèle original. Surtout, en janvier 1849, elle est chantée in extenso au théâtre de Chambéry. Depuis décembre en effet, les troisième et quatrième loges s’y distinguent par une agitation croissante, par des « vociférations », des « personnalités blessantes », et des « cris indécents » à l’intention du public du parterre. Le 15 janvier, à la tombée du rideau, on réclame à cors et à cris La Marseillaise. Le 19, elle est affichée au programme d’une troupe parisienne en représentation. À la fin de la pièce, Mademoiselle Dupuis paraît dans le costume de la Liberté et entonne le « chant sacré ». Le Patriote savoisien en laisse un compte rendu exalté qui témoigne pour l’histoire d’un chant :

  • 15 Le Patriote savoisien, 20 janvier 1849.

« C’en est fait, le buon governo a fini son temps ; je m’en suis convaincu à ce théâtre, jeudi dernier, en entendant chanter La Marseillaise. C’est la première fois depuis 1792 que ce cantique sublime d’un peuple qui brise ses chaînes a été chanté sur notre théâtre. Aussi, avec quel enthousiasme les mâles accents des poitrines libérales s’élançaient vers les combles de l’édifice ! Quelle majestueuse explosion de voix dans le chœur de la foule15 ! »

14En mars, à l’occasion du Chevalier de la Maison rouge, le public entonne en chœur Le Chant des Girondins, puis, lors des entr’actes, La Carmagnole et La Marseillaise. L’intendant général envisage la fermeture du théâtre. Le Courrier des Alpes ne cesse de récriminer. Ces troubles se produisent lors de la préparation des élections de janvier 1849, dont l’enjeu est la victoire de Gioberti, puis dans la période de la « guerre de libération » de mars 1849. Les mesures de police se renforcent et les troubles du théâtre disparaissent des sources. Ainsi, La Marseillaise est d’abord intimement lié à un contexte international et patriotique. Elle est alors tolérée. Passé mars 1849, elle devient un chant séditieux. Elle subit, et la chose est de prime importance, un second détournement : dans les poursuites judiciaires, toute l’attention des juges instructeurs portent sur la nature du refrain. En effet, à celui de Rouget de Lisle sont substituées des variantes très proches les unes des autres, qui peuvent être résumées sous la forme suivante :

  • 16 ADS, 6 FS PC 11637, procédure contre N. Dangon, forgeron de 23 ans, 1850.

Jurons d’anéantir jusqu’au dernier des rois,
Marchons, ça ira, marchons, ça tiendra,
La République en Savoie règnera16.

  • 17 ADS, 6 FS PC 12171, procédure contre C. Choland, « écrivain » de 23 ans, 1851.

15Ce refrain est présent dans le théâtre en 1849, mais, selon toute évidence, dans bien des bourgs de Savoie jusque 1853. À en croire l’avocat fiscal de Maurienne, il s’agit d’un acte grave : « Rien n’est plus séditieux, plus hostile au gouvernement qu’une pareille menace. C’est un chant de haine et de mépris pour l’ordre de choses établi ; c’est en même temps le vœu du plus triste avenir, dans la pensée de ceux qui le profèrent17. » Les procédures se heurtent généralement à la difficulté d’établir l’exactitude du refrain chanté : toute la nuance réside dans le fait de savoir si ce fut la « République » ou la « Liberté » qui furent invoquées. Dans le second cas, le chant, quoique déplaisant, reste dans l’esprit du Statut ; dans le premier cas, en revanche, il s’agit d’un appel à changer les formes du gouvernement. Les témoins invitent à penser que les deux versions circulent. Au demeurant, témoins et prévenus jouent avec assez d’habileté sur l’ambiguïté entre La Marseillaise et La Savoisienne : en parlant, par exemple, du « chant de la Constitution » qui donne aux manifestations de rues les atours de la fidélité dynastique. Notons que Le Chant du Départ connaît une même forme d’appropriation, mais non séditieuse, puisque le refrain en est : « Pour elle [la patrie] un Savoisien doit mourir ».

16A priori donc, le chant séditieux qui traverse la Savoie est fondamentalement ancré dans la revendication identitaire et nationale, sinon politique. On pourrait même penser que s’opère une sorte de diffusion à partir des meneurs urbains : les désordres du théâtre de Chambéry sont, sinon orchestrés, du moins encouragés par les élites démocrates de la cité. Leur journal, le Patriote, se charge de faire connaître les faits et d’en expliquer le sens. Sous cet angle, La Marseillaise « à la savoisienne » serait un puissant vecteur de ritualisation et d’acculturation politiques. À y regarder de plus près, les choses ne sont pas aussi claires et demandent quelque nuance.

17L’étude des lieux et des temps du chant séditieux, ainsi que de la sociologie des « vociférateurs », apporte une première précision. Le profil type du chanteur est facile à tracer, tant il est récurrent : il s’agit d’un jeune ouvrier artisan, âgé d’une vingtaine d’année, généralement sans fortune. Le chant est communautaire, de deux à six individus, et nocturne, entre vingt-deux heures et une heure du matin. Cette « activité » est celle de la cité ou du bourg. C’est à la sortie de l’auberge ou du cabaret que ces jeunes gens, ivres d’ordinaire, se livrent à une déambulation nocturne, quelque peu bruyante. Signe de bonne humeur et de franche camaraderie, le chant accompagne la tournée des cabarets et les chanteurs se permettent toutes sortes d’interpolations. En novembre 1849, François Gay se fait ainsi appréhender à Chambéry, entonnant un vigoureux : « La République nous ouvre la barrière ». Son camarade rapporte :

  • 18 ADS, U 1872, procédure contre F. Gay, ouvrier tailleur de 21 ans, 1849.

« Gay et moi nous continuâmes notre chemin dans la dite rue, nous donnant le bras et tous deux en chantant, nous étions déjà en train. Pour quant à moi je chantais une chanson de liberté, mais dans laquelle il n’était pas question de république. Gay chantait de son côté, sans me rappeler positivement le sens de sa chanson, seulement j’ai entendu prononcer le mot de république18. »

  • 19 1 659 habitants en 1848, mais une commune qui s’étend sur un grand nombre d’hameaux. Le syndic lui (...)

18La fête de la nouvelle année – en tous cas en 1850 et 1851 – est propice à ces démonstrations. Dans d’autres cas, c’est dans la soirée, au retour d’une « partie de campagne » (arrosée) ou d’une baignade, que les jeunes rentrent au bourg ou au quartier en donnant de la voix. Symptomatique ment, La Marseillaise façon Savoie apparaît parfois au milieu d’autres chants, qualifié de « chansons de campagne ». Autrement dit, c’est une forme de la sociabilité juvénile qui est le ressort de ces manifestations, comme le suggère, sur un mode moins badin, la tournure des désordres aux Marches19. En 1850, les nuits y sont agitées : une trentaine d’individus, qui ont élu domicile au cabaret Blanchin, font des tournées nocturnes en chantant et en criant « Vive la République ». Des rixes ont lieu. Tous sont agriculteurs, âgés de 20 à 25 ans. Le 2 septembre, ils refusent, malgré les invitations réitérées des carabiniers, de cesser leurs chants. Ils suivent même les agents de l’ordre en continuant de chanter et en les insultant copieusement. Aucun habitant ne sort. Les peines, c’est exceptionnel, seront lourdes – de cinq à huit mois d’emprisonnement pour les trois meneurs. C’est que cette fois le syndic est intervenu auprès des autorités. Il déclare redouter l’approche des vendanges qui risquent de décupler les désordres : la justice prévient donc le mal. Cette affaire semble donc noyer le chant séditieux dans une affaire de violences juvéniles, comme il en surgit parfois dans les villages divisés. En somme, nous serions devant une affaire « traditionnelle ».

  • 20 Sur ce point et les exemples qui suivent : R. Devos et C. Joisten (éd.), Mœurs et coutumes de la S (...)
  • 21 ADS, 6 FS PC 11725, procédure contre P. Curlet, manœuvre de 34 ans, J. Perravex, apprenti tanneur (...)

19De fait, ces désordres nocturnes s’insèrent dans des pratiques bien en place et dans des formes festives repérables dès avant 1848. On sait qu’en certains lieux, la jeunesse avait coutume de pratiquer la « course nocturne », peut-être au sortir de la veillée20. Ainsi à Sion : « La jeunesse est portée à courir les chemins du voisinage en chantant à la fin de la veillée ». Ces courses sont si bien établies à Mieussy, « tellement fixées, sanctionnées, parla coutume, que rien ne peut en affoiblir la fureur ». À Vallorcine, elles existent « de temps immémorial ». Cet usage invite à ne pas trop rapidement surdéterminer le chant séditieux : il est d’abord une pratique qui s’inscrit dans une tradition. C’est sans doute ce qui explique le peu de réactivité des habitants, les témoins semblant peu émus devant le juge instructeur : plusieurs déclarent n’y avoir vu que fête et n’y avoir porté que peu d’attention. Ils confessent avoir entendu le chahut mais n’en être pas pour autant sortis du lit : ils ont vaguement entendu, mais rien vu. Cette acception festive est clairement confirmée en certains cas : le délit est commis ici le « jour de la fête des ouvriers », là, le jour de la vogue. Plus généralement, le délit se commet le dimanche soir. Les autorités – le syndic, un membre du conseil communal, un responsable de quartier – déposent toujours en faveur des mœurs des prévenus. Tout au plus est-il signalé une tendance au tapage en état d’ivresse. Cette indulgence trouve un écho dans celle de la justice, qui souvent n’arrive d’ailleurs pas à certifier le chant du fameux couplet. Ainsi, le chant séditieux s’inscrit dans le cadre d’une sociabilité juvénile et l’omniprésence de La Marseillaise pourrait simplement témoigner pour le succès populaire d’un air. Une simple mode. Certains prévenus protestent ne pas comprendre le motif de leur arrestation car ce n’est pas la première fois qu’ils chantent La Marseillaise. Ainsi, à Annecy, P. Curlet : « Mais on l’avait chantée publiquement l’année dernière et même cette année-ci ; on n’a jamais rien dit, et nous n’avons pas cru, ni mes camarades, ni moi, que cette chanson fut défendue21. » Cette confession atteste d’une pratique assez généralement répandue et dont les dossiers de justice – ledit Curlet n’a jamais été arrêté auparavant – ne rendent encore une fois qu’imparfaitement compte.

  • 22 ADS, 1 FS 525, l’intendant de Maurienne à l’intendant général, 21 octobre 1848.

20Toutefois, ne tombons dans l’excès inverse et méfions-nous d’une ingénuité apparente. Ce qui se fait jour aussi, ce sont les linéaments d’une sociabilité peut-être nouvelle : celle d’artisans, fréquentant le cabaret, où – c’est attesté, nous le verrons ailleurs – circule l’imprimé, où l’on discute politique, à l’image de Berthet ci-dessus évoqué. En ce cas, La Marseillaise serait aussi une mise en pratique sur la place publique de discours échangés au cabaret. On ne peut manquer d’être attentif à ces jeunes ouvriers prévenus de chants, dont on apprend, généralement incidemment, qu’ils ont séjourné en France. À Chamoux, un nommé Fusiez « se flattait ouvertement d’être du parti républicain et de jouir dès à présent d’une paye de 60 centimes par jour, tout en se promettant qu’une fois la république proclamée, il aurait lui et ses nombreux affiliés la paye de 2fcs 50 par jour22 ». Cet ouvrier s’en revient du Var où il a perçu un tel salaire. À Chambéry, Gentil, ouvrier serrurier déclare au juge : « Je ne me rappelle pas avoir crié Vive la République dans ces pays-ci. » Il arrivait tout juste de Lyon. À Aix, en 1851, Chambon et Padey, de retour de France depuis peu, sont mal connus en leur cité d’origine. Ils ont su fédérer autour d’eux d’autres jeunes ouvriers. Encore à Aix, en mai 1851, le jeune cordonnier Richon déclare « qu’il était bien maître de chanter ici la République puisque c’était permis à Lyon ». Il y a souvent une réelle obstination à nier le délit, avec en arrière-fond une protestation au nom des libertés dans l’air. La Marseillaise, dans ses arrangements savoyards, n’est tout de même pas une bluette anodine. C’est ce que montre une grande partie des affaires.

  • 23 ADS, 6 FS PC 11765, procédure contre Naud, cultivateur résidant à Chambéry âgé de 20 ans, 1850.

21Un certain nombre de refrains ou de cris qui accompagnent ladite Marseillaise sont sans équivoque : le grand nombre de « Vive la République » ou un slogan comme « Jurons d’anéantir tous les rois », sont sans ambiguïté. Mais plus précisément encore, il faut prendre en compte les interlocuteurs des jeunes noceurs. En effet, dans beaucoup de dossiers, les chants sont accompagnés d’insultes à l’intention des carabiniers et nous tenons-là une des clés pour la compréhension du chant séditieux. Songeons par exemple à l’affaire d’Aix de janvier 1851. Une petite dizaine de jeunes gens parcourent les rues en chantant « En Savoie la République règnera ». Ils arrivent sur la place, face aux carabiniers. Ils se taisent mais font « des démonstrations pour nous narguer : ils toussaient avec affectation ». Ils se séparent, et traversent la place. Quelques coups de sifflets retentissent, des groupes plus restreints se reforment, se disséminent, et le chant reprend. Le lendemain, ils recommencent. Passant devant les carabiniers en silence, ils murmurent : « Les rois sont morts, à nous la République ». Cette scène décrit assez bien un jeu avec les forces de l’ordre, une transgression juvénile, qui, d’ailleurs, ameute parfois au-devant de l’auberge quelques badauds « qui rient de cette bravade ». Ici, les carabiniers agissent sous le contrôle de la population et doivent user de doigté. C’est pourquoi l’arrestation ne se produit, en un certain sens, que contrainte et forcée : « Nous n’aurions pas arrêté ce jeune homme si lorsque nous nous approchâmes la seconde fois il ne nous avait pas dit “qu’est-ce que vous êtes vous autres brigands, voleurs et autres épithètes”23. »

  • 24 ADS, 6 FS PC 11744, procédure contre N. Dangon, forgeron de 23 ans, 1850.
  • 25 ADS, 6 FS PC 12544, procédure contre C. J. A. Goy, J. Martin, J. Violland et J. Démourioux, 1852.
  • 26 Le Faucigny se distingue par la pluriactivité, la « nébuleuse horlogère », qui conduit au développ (...)

22Les échanges sont souvent plus vifs. À Annecy, lorsque les carabiniers somment N. Dangon de cesser de chanter, celui-ci leur répond : « Je ne vous connais pas et je vous emmerde24. » Aux Marches, à Chambéry, à Rumilly, etc., les chants sont accompagnés de « Merde aux carabiniers ». Dans la plupart des affaires, les prévenus sont d’abord invités à cesser leur chant : ils se plantent alors – parfois chancelant ! – devant les deux ou trois représentants de l’ordre et reprennent leur refrain : « La République en Savoie règnera », généralement agrémenté d’injures. À Scionzier, en août 1852, l’altercation se déroule dans l’auberge, à 22 h 30, jour de la vogue, en « fin de veillée25. » Quatre jeunes gens, tous fabricants de pignons de montre26, entonnent « La République en Savoie règnera » au nez des carabiniers présents dans la salle. Très significativement, les clients prennent soin de leur signaler que ce n’est pas parce qu’ils sont là que ces jeunes gens chantent. Les carabiniers demandent naturellement de cesser et s’entendent dire : « Nous la chanterons bien davantage ». Mieux encore, l’un des provocateurs affirme son droit de préséance sur l’autorité étrangère aux habitudes de la communauté : « J’ai chanté la chanson avant que vous fussiez brigadier, je la chanterai encore après. » Cette indépendance frondeuse trouve l’indulgence du syndic lui-même : il s’agit de jeunes garçons « peu dégourdis », qui ne pensaient pas à s’en prendre au gouvernement, mais cherchaient simplement à vexer le brigadier. En résumé, il atteste « qu’ils avaient chanté comme des enfants ».

23Dans cette optique, le chant prend une résonance singulière : il est directement émis à l’intention des représentants de l’ancien pouvoir, celui du Buon Governo. Ce type d’altercation – c’est-à-dire « en chanson » – ne se produit jamais avec les membres de la garde nationale. Bien au contraire, à Chambéry en 1849, le capitaine de la garde intervient en faveur de ceux qui ont été arrêtés, en arguant de leur état d’ivresse pour les élargir. Ici, l’autorité estime qu’il s’agit de jeunes étourdis, là qu’ils sont trop simples pour mesurer ce qu’ils disent ou qu’ils ont manifesté du repentir. Mieux encore, à Aix, lors de la mise en scène évoquée à l’instant, les membres de la garde nationale déclarent n’avoir rien entendu ce soir-là : pourtant leur poste de garde donne directement sur la place où les jeunes gens sont passés. Sou lignons que la garde effectue un service de nuit et qu’il relève tout spécialement de ses attributions de veiller à la paix nocturne. Cette mission provoque, dans beaucoup de cités, des altercations avec les carabiniers : une sorte de conflits de prérogatives. C’est bien ce que signifie la réponse du jeune forgeron Dangon citée plus haut à l’intention des carabiniers : « Je ne vous connais pas » est à comprendre comme « je ne reconnais pas votre autorité ». En ce sens, on comprend mieux l’action de la jeunesse et peut être aussi la rareté dans notre corpus de cris séditieux avérés dans les villages (les carabiniers n’y sont pas stationnés). La jeunesse jouit d’une certaine indulgence, non seulement parce que les aînés y voient un jeu, mais aussi parce qu’ils mettent en scène le sentiment latent des populations. Les carabiniers sont honnis, non pas seulement en tant que représentants de l’ordre, mais aussi en tant que Piémontais. C’est ce que signifie ce nouveau détournement de La Marseillaise, chantée par quelques provocateurs au nez des carabiniers : « Qu’un sang impur inonde les Piémontais », référence à l’attitude présumée de l’armée lors des guerres de libération.

24Ces éléments permettent de cerner la double veine des mécanismes culturels et sociaux du chant séditieux. D’abord, expression traditionnelle, où la jeunesse se fait porte-parole de la communauté qui reste en retrait. Ensuite, dimension plus politique avec l’affirmation d’une identité qui refuse l’assimilation pure et simple au Piémont. À travers les carabiniers, c’est l’ordre du pouvoir central qui est maltraité. Il n’est pas indifférent que ce soit au nom de la « République » que sont stigmatisés les représentants de l’ordre qui incarnent la société du Buon Governo. Certes, il faut faire cas de la résonance tout autant festive que provocatrice de cette République invoquée. Toutefois, cette notion ainsi revendiquée face aux Piémontais, postule de fait une « exception française » de la Savoie. S’affirment et se forgent dans ces altercations des fondements identitaires, une sorte d’attente aussi, puisque le futur est de mise dans le refrain répété. Ainsi, la présence des carabiniers cristallise dans son immédiateté une certaine définition de l’affinité politique : l’appropriation se fait autant par la voie de la pratique traditionnelle en vigueur dans les communautés que par l’adoption, par rejet de l’autorité exogène, des composantes d’une certaine culture politique. À terme, ces « vociférations » fonctionnent comme un processus de familiarisation, mais plaident aussi pour une ritualisation d’une animosité d’abord plus directe, comme il a été vu précédemment, à l’égard des troupes piémontaises. En dernier ressort, cette relation conflictuelle avec les carabiniers explique la permanence du trouble après 1851 : le déphasage chronologique s’ancre dans des réalités strictement locales, dans des enjeux de proximité.

L’attitude des « notables », de la tolérance au mauvais exemple

25Pour être tout à fait complet, il convient de préciser que le propos et le chant séditieux n’appartiennent pas en propre à la jeunesse ouvrière des bourgs, même si ce cas de figure est majoritaire. Il arrive en effet qu’une autre catégorie de la population apparaisse dans les sources, ce qui est intéressant parce qu’il devient possible de rendre compte d’une cohérence à l’œuvre, cohérence qui ne relève pas strictement de l’appartenance sociale ou générationnelle. En premier lieu, parce que la parole séditieuse implique en certains cas, et de facto quand elle s’empare de l’espace public, les autorités locales et que leur attitude peut passer de la tolérance ou de l’indulgence à une certaine forme d’encouragement.

  • 27 ADS, 1 FS 461, l’intendant général au ministre de l’Intérieur, 19 août 1849. La Rochette, 1 200 ha (...)

26Ainsi en est-il à La Rochette, en août 1849, où la tranquillité est troublée par une bande de jeunes gens qui déambulent ivres morts dans les rues du bourg en chantant, entre autres, La Marseillaise27. La garde nationale n’agit pas et, au contraire, se refuse à faire fermer les auberges, qu’au demeurant elle fréquente. Les altercations avec les carabiniers se multiplient. Les jeunes gens « n’ont pu s’empêcher de crier à bas les chapeaux, à bas les carabiniers, à bas les mouchards, qu’ils aillent commander en Piémont, accompagnant leurs démonstrations du chant de La Marseillaise ». Le brigadier des carabiniers cristallise les haines : « Il faut qu’il passe par nos mains et il aura lieu de s’en repentir toute sa vie. » Ce qui est symptomatique est l’attitude du syndic qui prend la défense des jeunes gens et va jusqu’à mettre la démission du conseil municipal dans la balance. Selon lui, les désordres incombent à l’attitude des carabiniers qui ne comprennent pas les us et coutumes de la commune. À ses yeux, il ne s’agit que de désordres rituels, rien de plus. Les jeunes gens en question sont membres de la société musicale locale et, lors de la première altercation, ils s’en allaient gaiement animer la vogue du village voisin. Si, au fond de l’attitude des agitateurs, on retrouve le sentiment antipiémontais déjà exposé, il est patent que ce sentiment est partagé par les autorités du bourg. Le syndic, cherchant à protéger ses jeunes administrés, ne fait pas même cas du chant de La Marseillaise, qui est purement et simplement ici assimilé à une pratique festive :

  • 28 ADS, 1 FS 525, le conseil de La Rochette à l’intendant général, 22 août 1849.

« L’administration, sans approuver cette conduite, ne crut pas devoir s’en alarmer, connaissant les habitudes de la jeunesse de La Rochette qui, amie de l’harmonie, sut à ses propres frais organiser un corps de musique, et cherche toujours à profiter des motifs de réunion pour faire de la musique et chanter. Il est facile d’établir la ligne de division entre l’amusement et le désordre quand on connaît son pays28. »

  • 29 ADS, 6 FS PC 11672, procédure sur les troubles aux Échelles, 1850. Les Échelles, 1 026 habitants e (...)

27Cette attitude des autorités locales est loin d’être exceptionnelle. Aux Échelles, en avril 1850, les carabiniers interviennent dans une rixe entre deux individus qui sortent d’une auberge29. La garde nationale intervient à son tour, une échauffourée s’ensuit avec les carabiniers : l’un d’entre eux est désarmé et emmené au poste. Le sergent de la garde spécifie aux carabiniers : « C’est moi qui fait la police, vous n’avez pas à vous en mêler », « Nous n’avons pas besoin des carabiniers maintenant aux Échelles » et que « leur service était nul ». S’ensuit le classique « Merde aux carabiniers ». Cette attitude est le fruit des consignes du syndic. Durant l’hiver, il a déclaré à plusieurs reprises « que maintenant c’était la garde nationale qui était chargée de la police du lieu et des patrouilles et qu’il fallait se comporter de manière qu’elle ne fut pas rendue aux carabiniers qui ne l’avaient plus ». Derrière cette attitude, ce sont les mécanismes d’une forme des désordres au village qui se révèlent : ceux-ci ne s’imposent pas forcément « par le bas », mais bien au contraire naissent, du moins dans cette configuration, « par le haut ». Avec le Statut, apparaît, dans certaines communautés, la revendication ostentatoire du droit à l’autonomie : tout en s’inscrivant dans une « mentalité de clocher », c’est une des voies de pénétration de la politique. En effet, cette protestation d’autonomie vise les représentants du pouvoir central au sein de la communauté. Les vexations infligées aux carabiniers, dont on a vu que le chant de La Marseillaise constituait un topos, sont parfois couvertes par les autorités qui libèrent ainsi l’expression symbolique de l’identité partisane. Même s’il convient de ne pas interpréter ici systématiquement le chant séditieux comme un signe d’adhésion idéologique, il n’en reste pas moins que cette libération de la parole et cette revendication d’autonomie riment avec la France républicaine et tendent à construire des représentations identitaires. De surcroît, c’est un processus de banalisation des référents partisans qui est, de facto, favorisée.

  • 30 ADS, 6 FS PC 12108, procédure contre F. Renand, capitaine de la garde nationale de Bonneville de 2 (...)
  • 31 Selon toute vraisemblance, l’air très populaire de l’opéra de Boieldieu, La Dame blanche (1825).
  • 32 Le Patriote savoisien, 2 août 1851.

28On retrouve à l’œuvre ce processus de banalisation dans le banquet qui se déroule Taninges en août 185130. Ce banquet réunit les délégations des pompiers, harmonies musicales et gardes nationales des bourgs du Faucigny. Ces trois corps forment des lieux de sociabilité en plein essor, avec ici l’entente entre les pompiers, corps ancien, et la garde nationale, corps nouveau. Le programme de la fête est strict. Au matin, l’accueil des délégations se fait sous l’arc de triomphe – sur lequel est inscrit « Que tous nos frères soient les bienvenus » –, à l’entrée du bourg. Réunies sur la place, les harmonies jouent à tour de rôle, puis encadrées par les pompiers et les gardes nationaux, font le tour de la cité sur l’air du Chœur des Monta gnards31. Ce même air ouvre le banquet. Une tribune est dressée d’où sont prononcés les toasts d’usage. À la suite du banquet, qui réunit plus de cinq cent convives, on se disperse et toute la ville est en fête. La journée s’achève par un bal public et une illumination générale. Ce dispositif témoigne clairement d’une appropriation festive, privée de sa dimension traditionnelle de célébration dynastique : c’est l’autocélébration des corps locaux qui est ici de mise, ainsi que la valorisation d’une sociabilité. La présence de la tribune invite également à mesurer la centralité de la parole dans la ritualisation festive : il s’agit là encore d’une appropriation significative d’une faculté issue de la liberté octroyée, qui signifie surtout une démocratisation symbolique de la puissance oratoire. Le discours, très convenu, du syndic de Samoëns, François Orsat, célèbre l’union des sentiments du Faucigny que les « corps armés », ici présents, sauront défendre contre l’oppression : « Au premier cri d’alarme, vous serez tous debout, serrés et sans peur » et de finir son discours par une réminiscence significative autour du slogan « Jurons de vivre libre ou de mourir32 ».

29Toutefois, les choses se gâtent avec l’intervention à la tribune de deux jeunes miliciens, F. Renand et A. Dumont. À ce qu’il semble, ils prennent la parole sans y être invités, mais, notons-le, sans être interrompus. Le premier se livre à une péroraison sur la situation de la Savoie, qu’il perçoit « en haillons, en pleurs et en fièvre » : l’instruction publique fait défaut, le protectionnisme enrichit les plus riches mais pénalise les humbles. La Savoie, meurtrie par les sacrifices consentis depuis 1848, a faim de pain et de liberté. Elle est tiraillée entre ceux qui, dans l’ombre, trament contre la liberté, et ceux qui ont trahi cette liberté et ont brigué les honneurs. Il convient, dit-il, d’user des moyens légaux pour développer la démocratie – la pétition, la presse, la tribune : « Les démocrates savoisiens ne poussent point un cri de guerre ; ils sont séparatistes, mais ils ne sont pas conspirateurs. » Le temps fera son œuvre, poursuit prudemment l’orateur, il suffit d’attendre que la carte de l’Europe soit redessinée et alors « nous irons où coulent nos rivières ». Ce destin est proche : « À chaque événement, les Alpes s’abaissent et le Jura s’abaisse. » Le second orateur est moins prolixe, mais plus net encore, lorsqu’il parle de la Savoie comme la « 87e partie de la patrie », c’est-à-dire comme du quatre-vingt septième département de la France. Évidemment, ces propos caressent l’idée séparatiste et la justice décide de poursuivre les deux jeunes gens. Notons, le fait est d’importance, que les autorités du duché ont vent de la manifestation par la publication des deux discours par leurs auteurs dans Le Patriote savoisien, ce qui en dit long sur l’impunité dont on pense jouir dans le Faucigny et, surtout, ce qui signifie qu’aucune dénonciation n’est venue de la société locale.

30Ces péroraisons témoignent de la permanence dans le Faucigny des thèmes du « 1848 savoyard » : sentiment de nationalité et rattachement à la France. D’autre part, l’attitude des témoins est pour le moins significative. Certes, ils déplorent devant le juge les discours prononcés et, disent-ils, improvisés, tout en ne disant mot de leur passivité. Tous, « couvrent » les deux jeunes gens en affirmant qu’ils ont cherché à briller, à faire un effet et qu’il ne s’agit, en somme et une fois encore, que d’une bénigne manifestation juvénile. Ce ne fut « qu’un enfantillage » qui « a fait peu d’impression ». Les témoignages convergent assez peu : certains parlent de désapprobation générale, d’autres déclarent qu’on n’écoutait pas, d’autres encore que l’on riait ou que les orateurs ont pris soin de toujours nuancer leurs propos. Plusieurs ne comprennent même pas les poursuites suscitées par des « lieux communs exploités par tous nos journaux » depuis 1848. Bref, pas de vue unanime possible sur la réception des discours. Une chose est sûre : ils ont été prononcés sans entraves et tous les témoins tendent, par des moyens divers, à minimiser leur importance.

  • 33 P. Sagnac, « Une société secrète en Savoie (1843-1848), la Pipe-Gogue de Samoëns », La révolution (...)
  • 34 ADHS, 4 FS 290, nota delle personne sospette in politica..., s. d.

31Cette procédure judiciaire permet de voir défiler, dans la galerie des témoins oculaires, une partie de l’élite du Faucigny, parmi laquelle figurent des hommes réputés pour leurs opinions libérales avancées, voire démocrates. Ainsi, viennent témoigner Pierre Blanc, avocat et vice-syndic de Bonneville ; François Orsat, notaire, syndic de Samoëns et conseiller provincial ; A. Ballaloud, notaire, capitaine de la garde nationale de Samoëns..., et d’autres, parmi lesquels bon nombre d’avocats. Ces hommes apparaissent dans la liste de la Société de la Pipe-Gogue, étudiée par Philippe Sagnac33. Ils figurent, pour certains, sur les listes des suspects de la division d’Annecy34. Autrement dit, ce banquet était bien une manifestation de notables libéraux plus ou moins avancés. Si les jeunes gens ont fait une bêtise – comme un témoin le déclare – ce n’est pas par leur discours à proprement parler, mais dans la publicité qu’ils lui ont faite. Soulignons encore que ces jeunes gens, selon toute évidence, appartiennent à ce monde de notables : Renand n’est rien moins que capitaine de la garde nationale de Bonneville, Dumont en est le sergent et apparaît dans liste de la Société de la Pipe-Gogue. Tous les deux seront jugés contumax – c’est-à-dire qu’ils ont pu profiter de protections et de réseaux bien établis en ce pays vers la Suisse ou la France – et écoperont symboliquement de trois mois de prison. En somme, on le voit, le propos séditieux n’est pas réservé aux classes les plus humbles. Bien au contraire, en ce Faucigny frondeur, les élites participent à la diffusion de modèles – et de valeurs – par la ritualisation de formes de sociabilité où le sentiment de particularisme se teinte d’attentes politiques. Ces démonstrations publiques contribuent à innerver le pays d’un certain état d’esprit et à diffuser des repères identitaires partisans.

  • 35 ADS, 1 FS 527, correspondance avec l’intendant général et ADS, 6 FS 282, correspondance avec l’avo (...)
  • 36 Généralement, les ouvriers se déclarent « sans fortune ».

32La jeunesse de la garde nationale joue dans ce processus un rôle fondamental. Ses banquets semblent être assez souvent l’occasion de démonstrations tendancieuses. Ainsi, à Faverges en mai 1852, à l’occasion des fêtes du Statut35. De jeunes miliciens lancent une souscription pour un banquet, lequel donne lieu aux manifestations habituelles : la tournée des cabarets, les déambulations de rues accompagnées de La Marseillaise à la savoyarde. C’est encore une sociabilité juvénile qui se dessine, mais cette fois dans un milieu social assez différent : pour la majorité artisans, ces jeunes gens déclarent une fortune non négligeable, en tous cas sans rapport avec celles des ouvriers précédemment présentés36. Le vice-syndic, notaire, est d’ailleurs impliqué dans cette affaire, puisqu’il participe activement au tintamarre et déclare solennellement : « Il n’y a point ici de vice-syndic, nous sommes tous égaux, ici chantons seulement, je réponds de tout ». C’était évidemment couvrir les désordres tout en valorisant cette garde nationale décidément porteuse des valeurs nouvelles.

33Les poursuites judiciaires sont déclenchées sur une dénonciation anonyme qui nous indique que ce type de démonstrations dure depuis un certain temps :

  • 37 Pierre Blanc (1806-1896) avocat. Député d’Albertville au parlement sarde. Député sous la Troisième (...)
  • 38 ADS, 6 FS PC 14107, procédure contre 27 prévenus, 1852.

« Un habitant du bourg de Faverges a l’honneur de vous dire qu’il est tout surpris, Mr le magistrat, que voilà une année et plus qu’il y a eu plu sieurs procès verbaux de dresser contre une trentaine de personnes du bourg pour avoir chanté des mauvaises chansons contre le gouvernement et contre les carabiniers royaux et même contre les autorités du lieu. Mr l’avocat général est resté sous silence parce que des gens du haut personnage sont allés à son bureau pour obtenir grasse [...]. Quelques autres jeunes gens qui [en] étaient aussi, voudraient que le gouvernement fut culbuté et détruire les prêtres pour pouvoir gouverner comme en 1792. Mr l’avocat général je vous observe que les mêmes cas se sont bien passés dans divers localité, entre autre à Rumilly, vous les avez bien fait punir et qu’à Faverges vous avez resté sous silence parce que un baron Blanc37 qui avait ses contremaîtres qui ont chanté étant sur tout Français, qui désirent que la Savoie deviennent française. Je ne puis resté sous silence sans donner le nom des chanteurs [suivent les noms]. Le soussigné vous prévient que s’ils restent impunis ces jeunes gens, le soussigné écrira à Turin38. »

  • 39 6 FS 284, le député Blanc au Ministre de la Justice, 2 septembre 1852.

34Lors de l’audition des témoins, les dépositions sont unanimes : ils n’ont vu aucun mal dans les beuveries des gardes nationaux. Tous les ont vus, avachis au-devant de l’auberge, et entendus, mais ils ont simplement « ri et fait les fous », « ils étaient contents, alors ils se sont mis à chanter ». Rien de condamnable donc, même si « La République en Savoie règnera » a retenti : « C’était uniquement de leur part ce qu’on appelle une partie de jubilation et de plaisir. Il n’y avait dans tout le train rien d’hostile au gouvernement. » De fait, le député Blanc, cité d’ailleurs dans la lettre de dénonciation, interviendra auprès du Ministre pour réclamer la réintégration des miliciens impliqués dans la procédure judiciaire. Il déclare que le chant incriminé est « bien souvent chanté impunément en Savoie » et que « cette tolérance avait permis de croire que ce chant n’était pas par lui-même répréhensible39 ».

  • 40 Sur la jeunesse dans les campagnes, la belle synthèse de J. C. Farcy, La jeunesse rurale dans la F (...)

35Les affaires de Taninges et de Faverges laissent penser que les chansons ou propos séditieux ne sont pas l’apanage des « basses classes ». En revanche, il semble bien qu’il soit question d’une classe d’âge et de formes de sociabilités, qui jouissent de la protection accordée par les spectateurs. L’intervention du député Blanc invite même à penser que la tolérance des autorités locales répond à des desseins politiques. C’est bien ainsi qu’il faut comprendre le processus de ritualisation à l’œuvre dans ces différentes manifestations : elles sont un moyen de descente et d’appropriation des identités partisanes. Pour ce faire, le nouveau se coule dans l’ancien et se glisse dans des formes de sociabilité éprouvées, donc anodines. Dans cette perspective, la garde nationale, institution nouvelle, permet de déplacer un peu le sens des manifestations juvéniles40 : ces orgueilleuses manifestations, tout en conservant des repères bien identifiés – cabaret, chants provocateurs, déambulations... –, ne sont plus seulement l’affirmation d’un statut lié à une classe d’âge, mais conjointement celle d’une fonction, l’activité civique. On dira qu’il s’agit-là d’exemples particuliers, liés à des pays tenus en main – et de main de maître en Faucigny – par des députés avancés et que ces manifestations offrent la singularité d’une sociabilité élaborée qui tranchent avec les ivresses ouvrières. Certes. Toutefois, les similitudes des manifestations à contenu séditieux sont indubitables, comme le montre encore l’affaire qui se déroule à Chambéry en novembre 1850.

  • 41 ADS, 6 FS PC 11937, procédure contre neuf prévenus, 1850.
  • 42 Fils de famille signifie que l’individu est sans fortune personnelle : non émancipé, il reste sous (...)

36Le 3 novembre a lieu une violente altercation entre des jeunes gens et les carabiniers41. Le canevas est éprouvé : au sortir d’un repas bien arrosé, on chante La Marseillaise, les carabiniers interviennent, un court affrontement s’ensuit qui se clôt par une arrestation. Ce qui est ici singulier est la condition des acteurs : on y trouve les trois frères Collomb, banquiers reconnus, déclarant chacun plus de 10 000 livres de fortune ; Pierre Corcelet, agent d’affaire, qui déclare un même niveau de fortune ; un nommé F. Guillermin, propriétaire, qui déclare pour 40-50 000 livres ; Eugène Gotteland, procureur à la Cour d’appel, déclarant 20 000 livres ; Auguste Molin, négociant, 10 000 livres de fortune. Au milieu de ce beau monde, L. Genoulaz, cultivateur et « fils de famille42 », ce qui indique des sociabilités élargies. Toute cette troupe s’en revient d’une « partie de campagne », où ils ont dîné après avoir chassé (ce qui explique la présence de Genoulaz au sein de cette bonne société). Ils s’arrêtent en chemin dans la propriété des Collomb, au Bocage, où ils boivent le punch et entrent dans Chambéry en chantant. Devant la caserne des carabiniers, ils entonnent, comme il se doit, La Marseillaise. Ceux-ci sortent et l’altercation débute. Collomb déclare significativement « allons, ne faites pas les méchants, vous n’avez pas à faire à de la canaille ». Naturellement, c’est Genoulaz qui est embarqué. Le reste de la troupe se divise : certains vont chercher les officiers de la garde nationale – dont ils font généralement partie –, d’autres tambourinent à la porte de la caserne des carabiniers en délivrant des bordées d’injures et en leur déclarant « qu’ils ne crussent pas [pouvoir] faire comme par le passé ». Les carabiniers incarcèrent les « vociférateurs », à savoir les trois frères Collomb et Corcellet. Finalement, le colonel de la garde national intervient et fait libérer tout le monde. Les jeunes gens portent plainte pour mauvais traitements, mais écopent finalement de dix à quinze jours de prison. Ce dont témoigne cette affaire, certes assez exceptionnelle, c’est de la similitude d’attitudes entre des classes sociales pour le moins différentes, de sentiments à l’égard des carabiniers qui s’expriment selon des formes assez semblables. Cela tend décidément à laisser penser que les humbles, pour se faire coffrer plus souvent, ne sont pas isolés dans leurs manifestations. Les cris, propos et chants séditieux témoignent pour l’état d’esprit d’une certaine partie de la Savoie.

Conclusion

37Finalement, quelle est la signification réelle de la parole séditieuse ? On l’a dit, il convient de ne pas la surdéterminer, ce serait se plier aux prescriptions normatives du code pénal sarde. Il faut donc analyser cette signification selon des niveaux différents, celui des locuteurs et de ses spectateurs, et celui de l’historien.

38Il convient d’abord de distinguer le propos séditieux du chant séditieux, ce dernier étant généralement accompagné des cris du même acabit. Les premiers, voient le jour dans le contexte troublé de la guerre. Ils sont l’expression d’une angoisse devant les événements et sont, généralement, de vrais propos politiques : soit qu’ils délivrent une information – nouvelles du front – livrant sous forme d’excroissance une estimation de la situation ; soit qu’ils consistent en une négation de l’autorité – levées militaires et contestations de l’autorité royale, voire de la personne royale. Ces propos s’effacent des sources après mars 1849, mais l’idée de l’annexion à la France, avec celle sous-jacente d’une forme de gouvernement, persiste bien après cette date, comme le montrent les allocutions au banquet de Taninges en 1851.

39Les chants séditieux sont autrement plus nombreux et plus pérennes, même s’ils disparaissent totalement des sources après 1853. Cela dit, il est plus facile à la justice d’intervenir sur ces manifestations publiques et hautement provocatrices que sur des propos plus insaisissables, couverts par les murs de l’auberge. Quoi qu’il en soit, il s’agit bien là de manifestations de nature différente. Le chant séditieux est collectif – de ce point de vue, lorsqu’une affaire ne concerne qu’un prévenu, c’est parce qu’il est seul à s’être faire pincer – et festif. Il s’insère dans des traditions : les « courses nocturnes », les vogues et fêtes votives, et autres temps festifs de type « corporatifs » (fêtes des ouvriers, des musiciens...). Il y a donc mélange des genres : le chant séditieux, c’est-à-dire La Marseillaise peu ou prou détournée, est indépendant de toute action revendicative. Il est manifestation de joie et de gaîté – les témoins insistent toujours sur ce fait – et apparaît parfois au milieu d’autres chansons tout à fait anodines. De ce point de vue, le chant séditieux est l’expression d’une sociabilité juvénile assez traditionnelle, en tous cas il s’inscrit dans un paysage sonore et visuel bien intériorisé. C’est ce qui explique que les témoins ont une estimation divergente de celle du juge instructeur : ils n’y voient que jeunes gens en goguette.

40Pourtant, du point de vue même des acteurs, ce chant n’est pas si anodin qu’ils veulent bien l’admettre. À l’évidence, il constitue un moyen de contester les autorités, en premier lieu les carabiniers. Certes, la détestation qui les frappe ne naît pas en 1848 et les manifestations d’hostilité s’inscrivent là encore dans une tradition : la contestation de l’autorité exogène. Néanmoins, les formes en sont nouvelles, ou du moins sont totalement absentes des sources avant cette date, à l’exception du « Merde aux carabiniers » qui jouit d’une belle permanence. L’invocation de La Marseillaise pour stigmatiser l’ordre piémontais tend à affirmer une identité irréductible, en l’occurrence, en repoussoir, française par la langue et les valeurs. En effet, l’espèce de fascination que semble exercer le chant de Rouget de Lisle, devient le levier d’une expression identitaire où il est difficile de démêler la dimension provocatrice et l’affirmation partisane. Les cris de « Vive la République » qui accompagnent souvent le chant laissent entendre que ce dernier est assimilé à une peut-être vague, mais altière, protestation de liberté. La garde nationale, si omniprésente dans ces affaires, incarne plus concrètement les valeurs que le chant postule : issue des réformes albertine de 1848, elle renforce la légitimité du refus de l’ingérence d’autorités extérieures. En ce sens, La Marseillaise peut faire son entrée dans la communauté sous des dehors traditionnels, c’est-à-dire comme expression de particularismes locaux. C’est un paradoxe apparent que ce chant, encore international, serve ces particularismes. Son appropriation dans le cadre, non moins traditionnel, des solidarités et des identités collectives incarnées par la jeunesse, permet toutefois de projeter un horizon, celui de la France. Il n’est pas question de soutenir ici que le rattachement à la France soit consciemment revendiqué par la majorité des tapageurs et vociférateurs – quoique dans un certain nombre de cas il en soit ainsi –, mais plutôt que cette pénétration larvée permet d’intérioriser un possible, ne serait-ce que par refus de l’ordre en place. De ce point de vue, la banalisation sur plusieurs plans du chant séditieux – celui des autorités locales et celui qui s’impose par sa fréquence dans les dossiers de justice – est un élément déterminant : ce qui est séditieux pour le pouvoir, ne l’est pas, ou du moins est contesté, au niveau des populations.

41Le chant séditieux revêt donc des allures ambiguës et paradoxales. À terme, sa force est de s’être immiscé dans les structures et les mentalités traditionnelles et d’y avoir banalisé, à pas de loup, des représentations nouvelles. Ce désordre correspond au fond à la conservation et à la permanence d’un ordre mais, à terme, il lui imprime le mouvement. C’est ce cheminement du politique, fait d’appropriation, de continuité et de contradictions, qu’il convient de suivre désormais dans les démonstrations plus spectaculaires que sont les agitations de rue.

Notes

1 Code pénal pour les États de S. M. le Roi de Sardaigne, Turin, 1839, chapitre II, section 3, « Des écrits, discours ou faits injurieux envers le Roi, la Famille Royale ou le Gouvernement », articles 199 et 200.

2 AST, Alta polizia, 250, l’intendant général d’Annecy au Ministre de l’Intérieur, 29 février 1848.

3 Dans la plupart des cas débouchant sur un non lieu, du fait de la difficulté d’attester les paroles prononcées, les poursuites peuvent toutefois donner lieu à des peines de un à huit mois de prison : dans ce cas, il y a toujours eu injures aux forces de l’ordre.

4 Les registres de procédures criminelles révèlent en effet une floraison de cris, propos et chants séditieux aux temps qui suivent la tentative d’invasion de la Savoie en 1834 par les troupes « mazziniennes ».

5 ADS, U 1780, procédure contre A. Bollard, garde forestier de 48 ans, 1848.

6 ADS, 6 FS PC 11356, procédure contre J. Mermillod, jugé contumace, 1848.

7 ADS, 6 FS PC 11202, procédure contre J. M. Benod, huissier au tribunal de Chambéry de 52 ans, 1848.

8 AFS 6 FS PC 11238, procédure contre C. Gentil, ouvrier serrurier de 27 ans, 1848.

9 ADS, U 1779, procédure contre J. F. Berthet, 1848.

10 Allusion à l’expédition des Voraces d’avril 1848, ces ouvriers savoyards de Lyon venus à Chambéry pour établir la République. Ils sont graciés par le Roi.

11 Ballila est le nom prêté à un enfant qui aurait, au xviiie siècle, contribué par son courage à la libération de Gênes du joug autrichien. À partir de 1848, il devient une figure « mythique » du sentiment national italien. Voir : G. Oliva, « Ballila », M. Isnenghi (dir.), I luoghi della memoria. Simboli e miti dell’ Italia unita, Rome, 1998, p. 391-402. Soulignons que Ballila apparaît dans le chant national, Il Canto degli Italiani, de Mameli, créé en décembre 1847. « Collets blancs » renvoie évidemment à l’uniforme des soldats.

12 ADS, 1 FS 461, 6 FS 273, 6 FS 343, 6 FS 1607, correspondances des autorités et Le Courrier des Alpes, 8 août 1849.

13 Cité dans : G. Corre, Conflits sociaux et politisation : l’agitation populaire savoyarde entre 1848 et 1852, mémoire de master 1, Université de Savoie, 2006, p. 122.

14 AST, Materie politiche..., mazzo 14, 8 avril 1849.

15 Le Patriote savoisien, 20 janvier 1849.

16 ADS, 6 FS PC 11637, procédure contre N. Dangon, forgeron de 23 ans, 1850.

17 ADS, 6 FS PC 12171, procédure contre C. Choland, « écrivain » de 23 ans, 1851.

18 ADS, U 1872, procédure contre F. Gay, ouvrier tailleur de 21 ans, 1849.

19 1 659 habitants en 1848, mais une commune qui s’étend sur un grand nombre d’hameaux. Le syndic lui-même ne réside pas dans le bourg.

20 Sur ce point et les exemples qui suivent : R. Devos et C. Joisten (éd.), Mœurs et coutumes de la Savoie du Nord. L’enquête de Mgr Rendu, Mémoires et documents de l’Académie salésienne, t. 8788, 1978 (enquête datant de 1845).

21 ADS, 6 FS PC 11725, procédure contre P. Curlet, manœuvre de 34 ans, J. Perravex, apprenti tanneur de 23 ans, et H. Durand, manœuvre de 20 ans, 1850.

22 ADS, 1 FS 525, l’intendant de Maurienne à l’intendant général, 21 octobre 1848.

23 ADS, 6 FS PC 11765, procédure contre Naud, cultivateur résidant à Chambéry âgé de 20 ans, 1850.

24 ADS, 6 FS PC 11744, procédure contre N. Dangon, forgeron de 23 ans, 1850.

25 ADS, 6 FS PC 12544, procédure contre C. J. A. Goy, J. Martin, J. Violland et J. Démourioux, 1852.

26 Le Faucigny se distingue par la pluriactivité, la « nébuleuse horlogère », qui conduit au développement du décolletage. Sur ce sujet : P. Judet, Horlogeries et horlogers du Faucigny (1849-1934), Grenoble, PUG, 2004.

27 ADS, 1 FS 461, l’intendant général au ministre de l’Intérieur, 19 août 1849. La Rochette, 1 200 habitants en 1848.

28 ADS, 1 FS 525, le conseil de La Rochette à l’intendant général, 22 août 1849.

29 ADS, 6 FS PC 11672, procédure sur les troubles aux Échelles, 1850. Les Échelles, 1 026 habitants en 1848.

30 ADS, 6 FS PC 12108, procédure contre F. Renand, capitaine de la garde nationale de Bonneville de 28 ans, et A. Dumont, sergent de la garde nationale de Bonneville de 28 ans, 1851. Le premier est « agent d’affaire », le second est substitut greffier au tribunal de Bonneville. Taninges, 3 100 habitants en 1848.

31 Selon toute vraisemblance, l’air très populaire de l’opéra de Boieldieu, La Dame blanche (1825).

32 Le Patriote savoisien, 2 août 1851.

33 P. Sagnac, « Une société secrète en Savoie (1843-1848), la Pipe-Gogue de Samoëns », La révolution de 1848, II, p. 85-88. Cette société créée en 1843, derrière des allures frivoles et folkloriques, sert en fait une sociabilité libérale.

34 ADHS, 4 FS 290, nota delle personne sospette in politica..., s. d.

35 ADS, 1 FS 527, correspondance avec l’intendant général et ADS, 6 FS 282, correspondance avec l’avocat fiscal, septembre 1852. Faverges, 3 700 habitants en 1848.

36 Généralement, les ouvriers se déclarent « sans fortune ».

37 Pierre Blanc (1806-1896) avocat. Député d’Albertville au parlement sarde. Député sous la Troisième république. S’inscrit dans la mouvance démocratique en Savoie dès 1848.

38 ADS, 6 FS PC 14107, procédure contre 27 prévenus, 1852.

39 6 FS 284, le député Blanc au Ministre de la Justice, 2 septembre 1852.

40 Sur la jeunesse dans les campagnes, la belle synthèse de J. C. Farcy, La jeunesse rurale dans la France du xixe siècle, Paris, éd. Christian, 2004.

41 ADS, 6 FS PC 11937, procédure contre neuf prévenus, 1850.

42 Fils de famille signifie que l’individu est sans fortune personnelle : non émancipé, il reste sous la dépendance de ses parents. Ce statut perdure parfois jusqu’à un âge assez avancé, parfois 30-40 ans.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540