Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Guillaume de Digulleville

 | 
Frédéric Duval
, 
Fabienne Pomel

Approches du lexique de Guillaume de Digulleville

Étude de quelques regionalismes lexicaux dans les Pèlerinages de Guillaume de Digulleville

Béatrice Stumpf

Texte intégral

Préambule

  • 1 DEAFBiblEl = version électronique, tenue régulièrement à jour, de la version imprimée DEAFBibl 199 (...)
  • 2 Cf. P. Meyer, dans Histoire littéraire de la France, t. XXXII, 1898, p. 48.
  • 3 Cf. D. Boutet et L. Harf-Lancner, Écriture et modes de pensée au Moyen Age) viiie-(...)
  • 4 Cf. PelVieS, p. V : « By […] enclosing letters or words in text t which should be omitted, as inco (...)
  • 5 Cf. ibid. : « By Italics where other words have been substituted from other MSS. or by conjecture (...)
  • 6 Cf. ibid. : « The is used with qui, si, li, ce, ne (Latin nec), whenever their vowel must be elide (...)
  • 7 Voir son article dans ce volume.
  • 8 Ceste, attesté dans tous les manuscrits consultés pour l'apparat (= signe to après la varia (...)
  • 9 La leçon tantost du manuscrit (leçon présente dans deux autres manuscrits, à côté de trestout dans (...)
  • 10 Dire te vuel, attesté dans tous les manuscrits consultés pour l'apparat, remplace ainsi Te (...)
  • 11 Les règles appliquées sont en conformité avec celles de l'École nationale des chartes : Conseil po (...)

1Avant d'entreprendre cette étude, il me faut préciser que tous les sigles employés dans cet article trouvent leur extension sous forme de notices bibliographiques sur le site du Dictionnaire étymologique de l'ancien français (abrégé DEAF1) et surtout, et c'est le vrai motif de ce préambule, annoncer les règles dorénavant suivies pour les citations des exemples extraits de la trilogie de Guillaume de Digulleville. J'ai, en effet, choisi – plutôt que de suivre fidèlement l'édition de Johann Jakob Stürzinger qui utilise des procédés typographiques qui surchargent le texte et en entravent ainsi la lisibilité – de rétablir, en respectant autant que faire se peut, le texte du manuscrit de base Paris, BNF, fr. 1818 (= t, av. 1348). En vertu du principe que le copiste de ce manuscrit enfreint le précepte selon lequel Guillaume de Digulleville fait compter dans la mesure du vers l'e atone de la rime – le vers féminin dans le texte original étant accentué sur la septième syllabe2 – et qu'il remanie le texte primitif en ajoutant une syllabe pour rétablir l'usage métrique ordinaire, J. J. Stürzinger recourt systématiquement à divers artifices typographiques, distincts des variantes textuelles reproduites dans l'apparat critique, pour restaurer ainsi la métrique telle qu'elle devait être, selon lui, dans son état initial3. Son usage des parenthèses, des crochets, de l'italique et des apostrophes vise à signaler tout écart de l'édition par rapport au manuscrit suivi : les lettres ou mots enfermés par des parenthèses sont ainsi rejetés du poème, sans pour autant être tout simplement supprimés, tandis que ceux qui sont encadrés par des crochets sont des ajouts d'éditeur4, l'italique qui en affecte certains est destiné à rendre compte d'une correction au manuscrit ou d'une résolution d'abréviation5, et, enfin, l'apostrophe de fin de mot à voyelle finale sert à élider cette voyelle finale devant un mot à initiale vocalique6. Sur le plan métrique, Gilles Roques, qui part du principe que le poète n'a certainement pas toujours été dans sa versification d'une rigueur aussi fixe que ne le pense Stürzinger, préconise, pour donner au vers tout son sens et rétablir une syntaxe meilleure, de restituer, dans la mesure du possible, la leçon entre parenthèses du manuscrit, de supprimer à l'inverse certains ajouts entre crochets ainsi que les apostrophes d'élision, quand bien même le vers pourrait passer pour hypermétrique7. Toutes ces règles, dans la mesure où ces procédés typographiques n'ont d'autre intérêt que la restitution d'une métrique stable, ont été appliquées dans les quelques citations retenues dans cette étude, si bien que l'on observera, par rapport à l'édition de Stürzinger, la disparition des parenthèses (en suivant l'ordre des citations : PelVieS, v. 13319 [fillaciere], 9071, 9074, 9374, 9743 et 9744 [ratatelee]) comme celle des apostrophes de fin de mots (PelVieS, v. 882 [note 14] et le remplacement des mots en italiques par la leçon du manuscrit transcrite en caractères romains – remplacement justifié par la suprématie du manuscrit, ou de plusieurs manuscrits en adéquation, aux remaniements de l'éditeur – (PelVieS, v. 13320 [fillaciere8], 881 [voir citation note 149], 9073, 9373, 9723, 972410 et 9743 [ratatelee]). En revanche, pour éviter les mauvaises interprétations, il m'a semblé nécessaire d'affecter d'un accent aigu la lettre e en syllabe finale (y compris sur -es) quand elle note une voyelle tonique11.

Cadre de l'étude

2L'intérêt lexicographique pour cette trilogie a attiré l'attention assez tôt si bien que je crois utile de prolonger cette trajectoire en abordant cette œuvre, longue d'à peu près 40 000 octosyllabes à rimes plates, sous un angle linguistique et ma visée est plus spécifiquement d'ordre lexical.

  • 12 Les bornes chronologiques retenues pour le moyen français lors du IIIeColloque internation (...)
  • 13 Voir à ce sujet P.-Y. Badel, Le Roman de la Rose auxivesiècle, Genève, Droz, 1980, (...)
  • 14 « Ce verrez vous tantost sans glose Ou roumans qui est de la Rose » (= PelVieS 881-882).
  • 15 Voir, à propos des emprunts à ces deux textes, l'article de G. Roques dans le présent volume.

3Précisons, pour commencer, que notre auteur se situe à la charnière de l'ancien et du moyen français puisqu'il a commencé à composer le premier volet de sa trilogie aux alentours de 1330 et que cette date correspond justement à la borne chronologique qui marque le début du moyen français12. Mon intérêt pour les Pèlerinages a été provoqué par le projet d'un Dictionnaire du moyen français (DMF) pour lequel j'ai été chargée d'élaborer un lexique de la trilogie. Dans ce lexique, je m'emploie à dégager des faits linguistiques intéressants et en particulier les phénomènes variationnels, c'est-à-dire, d'une part, la variation individuelle comme les emplois archaïques ou, au contraire, les formations néologiques, et, d'autre part, la variation diatopique, avec les régionalismes. À l'évidence, la langue de Guillaume est d'une remarquable richesse, elle puise sa source dans la culture latine agrémentée d'une ouverture manifeste vers la littérature vernaculaire. Cette richesse verbale lui vient à la fois de sa connaissance des Écritures, comme en témoigne son œuvre ponctuée de paraphrases de la Bible, et, de sa connaissance des écrits scolastiques, ainsi que d'œuvres littéraires comme Le Roman de la rose13 auquel il fait référence dans le Pèlerinage de vie humaine14, le Renclus de Moilliens et les Miracles Notre Dame de Gautier de Coincy15 qui l'ont grandement inspiré. Et il me paraît intéressant de relever que la langue du poète toute archaïsante qu'elle soit (il emploie encore la déclinaison nominale bicasuelle et a conservé une foule de vocables désuets : bersaire « cible » [PelJChrS, v. 10067] ; mui « mugissement » [PelAmeS, v. 1021], etc.) est, par ailleurs, véritablement novatrice (il forge, en prenant beaucoup au latin, bon nombre de néologismes : le terme de musique be quarre [PelJChrS, v. 1641 et 1651] ; le terme d'astronomie epicicle [PelAmeS, v. 8920], etc.). D'autre part, et notamment parce que nous sommes en présence d'une œuvre poétique avec toutes ses contraintes liées à l'observation des règles formelles, Guillaume de Digulleville, qui se montre habile, voire hardi, dans ses créations lexicales, manifeste une prédilection toute particulière pour les suffixés, à titre d'exemple – car la liste serait trop longue à développer – : -iau (aigletiaus « les petits de l'aigle », PelJChrS, v. 7463) ; -eresse (moquerresse : escharnisserresse « railleuse », PelVieS, v. 7633-7634) et l'on peut observer la multiplication de suffixes pour un même radical (dans un contexte très proche, baptisement : circuncisionnement, PelJChrS, v. 4861 et baptisation : circuncision, PelJChrS, v. 4899 côtoient baptesme, PelJChrS, v. 4893). Parallèlement à ces fantaisies de poète, Guillaume de Digulleville crée des mots qui n'auront eu qu'une existence tout éphémère, je pense à ahoc « pièce de métal recourbée, pour prendre ou retenir qqc. » (croc : ahoc, PelVieS, v. 8620) ; duvee attesté comme adjectif au sens de « qui semble pourvue du duvet de la jeunesse, jeune » (duvee : emplumee, PelVieS, v. 11785) et comme substantif féminin (duvee : nommee, PelAmeS AppIII, 99), un substantif que lui empruntera plus tard Philippe de Mézières (cf. DMF1).

  • 16 Cf., par exemple, FEW 14, 321a : VĚRTĪBŪLUM où la mention mfr. (= moyen français) précède vervieul (...)
  • 17 Signalons en passant que le FEW ne donne pas toujours les mêmes datations pour les mots empruntés (...)
  • 18 Cf. H. Moisy, Dictionnaire du patois normand, Caen, Delesques, 1887 (réimpr. Genève, Slatkine, 196 (...)
  • 19 Cf. DialGregEvrS 68.
  • 20 Cf. DialGregEvrS 67.
  • 21 Cf. TombChartr1/2/3S 58.
  • 22 Cf. Pope2 § 894 et § 1326, § XIV.
  • 23 Cf. H. Moisy, op. cit., p. XC-XCI.
  • 24 Cf. Pope2 § 1326, § II et § V.
  • 25 Cf. Henry Chrest 1960, Notes, p. 59.
  • 26 Cf. G. Roques, Revue de Linguistique romane, t. 61, 1997, p. 605.
  • 27 GreubRég, p. 132 : « En moyen français, le type semble être répandu sur une aire englobant et dépa (...)

4Mais d'emblée, d'autres faits de langue semblent davantage encore nous éloigner de la langue générale de l'époque, notamment ceux qui nous entraînent vers l'Ouest, et plus précisément vers la Normandie où notre poète est né, et l'on notera que le Französisches Etymologisches Wörterbuch (FEW) juxtapose volontiers, mais pas systématiquement16, l'indication diatopique anorm. (= ancien normand), plus rarement norm. (= normand) à la date de ca.135017 qu'il attribue généralement aux mots de cette trilogie, notamment sous l'adjectif couroiant (FEW 2, 1222a, s. v. CŎRRĬGIA : « Anorm. couroiant “flexible (d'une verge)” (ca.1350) »), sous le substantif hudel (FEW 15/2, 192a, s. v. HYDEL : « Anorm. hudel m. “chaumière” (ca.1350, Digulleville) ») ou encore sous le substantif palangue (FEW 8, 350a, s. v. PHALANX : « Mfr. palangue “pelle” (norm. ca.1350) »). Cette localisation est appuyée, dans le corps du vers, par un certain nombre de traits plus formels du dialecte normand, et semble confirmée par la réalisation à la rime de traits diatopiques normands – les seuls qui puissent être attribuables à Guillaume de Digulleville – qui, réunis, nous entraînent eux aussi vers la Normandie. À savoir, en ce qui concerne la première catégorie : 1) la substitution du [k] au [š] et celle du [g] au [ž] (menga [= mangea] et chauca [= chaussa], PelVieS, v. 7899-7900 ; mais chaucier et mengier aux vers 7917-7918 ; menga, PelAmeS, v. 10567 ; muca, PelJChrS, v. 1448) ainsi que la confusion entre [k] et [š] (ahoquié [« accroché »] et atachié, PelVieS, v. 6317-6318 ; ahoquiés et atachiés, PelAmeS, v. 4579-458018), mais ces deux phénomènes se trouvent aussi en picard ; 2) la forme courte el pour elle19 (PelAmeS App. I, v. 289, 295, 297, etc. mais elle aux vers 284, 301, etc.) ; 3) les formes analogiques en -aument20 (egaument, PelAmeS, v. 2242 ; generaument, PelJChrS, v. 1921) ; 4) l'affaiblissement du o prétonique en -e21 (volenté, PelVieS, v. 1958 et PelJChrS, v. 8791). Et, en ce qui concerne la seconde catégorie : 1) la désinence -on avec amuissement de l's à la première personne du pluriel de l'indicatif présent22 (mandon : execution, PelVieS, v. 5223-5224 ; bourdon : alon, PelAmeS, v. 3043-3044 ; soion : temptation, PelJChrS, v. 5411-5412) ; 2) la substitution du <i> désinentiel français, au participe passé, par <u>23 (batu : consentu, PelVieS, v. 2337-2338 ; saillus : descendus, PelAmeS, v. 5159-5160 ; voulu : consentu, PelJChrS, v. 3589-3590) ; 3) la confusion entre ai et oi24 ; voies : haies, PelJChrS, v. 6877-6878). Il n'y a pas de doute, le croisement de tous ces traits dans une même œuvre nous entraîne nettement vers l'Ouest ou vers la Normandie. En outre, il est des études qui m'ont également orientée vers cette même aire diatopique. Je pense en particulier à la note d'Albert Henry sur le verbe espigacier « “parer, ou traiter douillettement ( ?)” » (espigacier : couchier, PelVieS, v. 5765), un mot dont A. Henry affirme qu'il est vraisemblablement un mot de l'Ouest « qui subsiste, avec des sens divers, notamment dans plusieurs patois normands25 ». Je pense en outre à des mots comme espaulu « aux larges épaules » (espaulus : ossus, PelVieS, v. 4621), essangier « tremper (le linge) pour le décrasser » (PelVieS, v. 2098), qui ont déjà été relevés, dans la littérature médiévale, comme étant des régionalismes de l'Ouest, le premier par Gilles Roques26 et le second par Yan Greub27.

5Ce sont précisément quelques régionalismes lexicaux des Pèlerinages qui ont retenu toute mon attention et pour lesquels je me propose de vous livrer mes premiers résultats, des résultats qui, du fait qu'ils ne sont réalisés que sur un échantillonnage réduit de mots, n'ont aucunement la prétention d'être définitifs.

  • 28 J'ai écarté de la nomenclature de l'œuvre de Guillaume toutes les leçons propres à cette version t (...)
  • 29 Pour plus d'informations, voir l'article de G. Veysseyre dans ces Actes.
  • 30 Cf. PelVieS p. VI ; PelAmeS p. V et PelJChrS p. V. Notons que pour ce dernier texte, l'éditeur a c (...)
  • 31 Mon souhait aurait été de sélectionner, pour cette étude lexicale, des unités lexicales qui provie (...)

6Avant toute chose, je me dois de souligner que ma base de travail est le résultat d'une sélection réalisée par une lecture attentive de l'œuvre : comme elle ne repose pas sur un dépouillement intégral effectué par ordinateur, les données en sont, par conséquent, forcément partielles. Pour essayer de combler les lacunes que cela laisse supposer, j'ai eu recours aux diverses ressources lexicographiques qui se sont intéressées à cette trilogie. En particulier en complétant dûment – après, bien sûr, avoir pris le soin de vérifier qu'il s'agit bien d'un mot qui devait appartenir à l'original – à l'aide des dictionnaires de Tobler-Lommatzsch (TL : le Pèlerinage de vie humaine y a été dépouillé dans l'édition Stürzinger) ou de Godefroy (Gdf : l'imprimé de 1500, qui présente cependant quelquefois un texte remanié modernisé différent de celui de l'édition Stürzinger28, y a été intensivement dépouillé conjointement à divers manuscrits [Paris, bibl. de l'Arsenal 2319, 1er tiers du xve s. ; bibl. de l'Arsenal 2323, xviiie s. ; bibl. de l'Arsenal 3331, xve s. sont les plus cités]) ; ou encore à l'aide du Glossarium mediae et infimae latinitatis de Du Cange (DC : le manuscrit Brugge, bibl. philos. herm. 108, anciennement Cheltenham Phillipps 3655, milieu du xive s., y a été dépouillé), et, dans une moindre mesure, à l'aide du Dictionnaire historique de La Curne de Sainte-Palaye (Lac : les manuscrits Paris, BNF, fr. 1647 [anciennement 76425], 1403 ; BNF, fr. 823 [anciennement 7210], 1393 ; BNF, fr. 825 [anciennement 7211], xve s. et BNF, fr. 828 [anciennement 7212], xve s. y ont été dépouillés bien que bon nombre des attestations de Lac soient tirées de DC). Il me reste à souligner que l'immense accueil qui a été fait à cette trilogie se traduit par le grand nombre de manuscrits (environ 829) qui ont conservé le texte dans son ensemble ou en parties. Et c'est là que réside l'une des principales difficultés rencontrées, savoir faire la part entre ce qu'il faut attribuer à l'auteur et ce qui est à mettre sur le compte des scribes. Mais pour son édition, Stürzinger a choisi pour chacun des volets de la trilogie un manuscrit de base différent (BNF, fr. 1818, pour le Pèlerinage de vie humaine ; BNF, fr. 14976, début xve s., pour le Pèlerinage de l'âme et BNF, fr. 12466, début xve s., pour le Pèlerinage de Jésus-Christ) et son établissement de texte, qui repose sur la consultation régulière de six à huit manuscrits30, me paraît tout à fait fiable31.

7Mais venons-en maintenant à l'étude lexicale d'un certain nombre d'unités lexicales, par ailleurs peu communes, des Pèlerinages.

Étude de deux normandismes

Fillaciere

8Ce mot se lit au vers 13320 du Pèlerinage de vie humaine, dans un contexte allégorique, dans lequel Miséricorde, qui dénoue les liens qui attachent le pèlerin à la terre, s'exprime ainsi en parlant de sa mère :

Ma mere Charité cordiere
De ceste corde et fillaciere
Fu. Aussi tost comme rompra,
Monter u ciel nul ne pourra. (PelVieS, v. 13319-13322)

  • 32 Ces crochets signalent que le mot encadré est une unité lexicale à graphie variable.

9L'absence de variante lexicale pour ce mot me conduit tout naturellement à considérer que fillaciere, ou en tout cas le type ┌ filaciere ┐32 (qui est la leçon des six manuscrits répertoriés par Stürzinger dans son apparat critique), est bien un mot de l'auteur, et que fillaciere, en collocation avec cordiere, a bien entendu ici le sens de « celle qui apprête la filasse [= les amas de filaments tirés des tiges de certains végétaux textiles] ».

10Outre ce texte, les autres occurrences de ce substantif sont attestées ultérieurement, sous une forme normande ([š] pour [s]), dans un règlement de 1390 destiné aux maîtres et maîtresses du métier de filasserie de la ville de Rouen :

  • 33 Ce règlement est confirmé par le règlement du 18 juillet 1394 où seul le substantif masculin filac (...)

[…] à présent appartient au Roy nostre S. la haulle aux fillacheres, à grant pris, & encores lui tiennent, que nul ne nulle ne puisse vendre fil taint & ouvré dudit mestier, à graigneur nombre que la moitié de demie livre ensamble, si ce n'est en ladicte halle, ou chascun en son hostel. (Ord 7, p. 35833)

11et peu après, en 1426, dans un mandement de Henri VI qui exige que la ville de Rouen lui remette une certaine somme d'argent pour la fiefferme des halles, mandement qui est extrait des archives de Rouen où on lit :

  • 34 P. le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d'Arc et pendant l'occupation anglaise (1419-1449), Rouen- (...)

[…] la halle aux fillacheres, la halle aux pelletiers de connins et celle aux pelletiers de grant pont, toutes joignantes ensembles. (Rouen au temps de Jeanne d'Arc34, p. 64)

  • 35 ATILF : Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française.

12Si dans ces deux dernières citations le mot est incontestablement un normandisme tant lexical que formel, faut-il voir aussi un régionalisme normand dans la citation de Guillaume de Digulleville ? Seule l'étude de l'ensemble de la famille de mots de fillasse au Moyen Age nous permettra de répondre à cette question. Pour ce faire, j'ai recensé un maximum d'attestations sur cette famille à partir de la consultation, d'une part, des principaux dictionnaires de langue ancienne (Gdf, TL, FEW, DC, Littré, Lac.), et, d'autre part, des ressources disponibles au laboratoire de l'ATILF35 (les bases textuelles informatisées : les textes à saisie intégrale [242 textes] et les textes à saisie partielle [460 références], les glossaires d'éditions, les documents sur papier [confectionnés à partir d'un travail de dépouillement d'éditions de textes, de revues ou de comptes rendus], les deux séries de Glossaire des glossaires du moyen français sous forme électronique et enfin les fiches d'exemples de l'Inventaire Général de la Langue Française [IGLF : une collection d'environ six millions de fiches rédigées entre 1936 et 1969]. L'intégralité des attestations ainsi obtenues figure dans la suite de l'exposé.

  • 36 Cf. EneasS2, p. XIX.

13Pour commencer, examinons le mot de base filasse. Ce mot est attesté une première fois dans le roman d'Eneas (c. 1160), un roman, selon Jean-Jacques Salverda de Grave, dont « la langue de l'original […] est l'idiome qui régnait en Normandie dans la seconde moitié du xiie s.36 » et dans lequel on lit :

Toz tens file iraigne et tist,
Sa filace de son vantre ist. (EneasS2, v. 4541-4542)

  • 37 Attestations du xiiie aux xiv-xve s. dans la seconde édition du Anglo-Norman Dic (...)
  • 38 Eneas; doc. 1315 Rouen : fillache dans GdfC, s. v. filace.
  • 39 Doc. 1393 : fillache dans GdfC, loc. cit.
  • 40 CrieriesF Paris ca. 1265 : filache dans GdfC, loc. cit.
  • 41 RutebJ1 3e q. xiiie s. : filace dans TL.
  • 42 ChrPisCitéC 901 c. 1404-1407 : fillace dans DMF1 (Y. Greub note que le vocabulaire de cet auteur e (...)
  • 43 MirNDChartrD 1262 : fillace dans TL.
  • 44 Italien filaccia, catalan filassa, espagnol hilaza et portugais filaça dans FEW 3, 540a, note 2.

14Ici, l'emploi de filace est un emploi analogique qui laisse supposer que le mot en son sens premier « ensemble de fils » est plus ancien. Cette attestation dans un texte régional normand n'aurait alors qu'un caractère tout à fait fortuit. Ce qui est, en effet, confirmé par les autres attestations anciennes du mot qui occupent non seulement le domaine anglo-normand37 ainsi qu'une large aire oïlique qui couvre la Normandie38, la Picardie39, les Flandres40 et, plus au sud, la Champagne méridionale41, Paris42 et l'Orléanais43, mais aussi par les formes héréditaires ou hérités de l'étymon en occitan et dans la plus grande partie de la Romania44 ; des attestations qui donnent une bonne raison de penser que cette unité n'a pas de spécificité diatopique. Ainsi, il faut considérer que le normand filace, également attesté sous la forme autochtone en [s] au lieu de [s], à l'époque médiévale comme à l'époque moderne (« havr. bess. Thaon » dans FEW 3, 526b), est seulement une attestation d'une région parmi d'autres.

15Venons-en, à présent, aux dérivés de filasse, en commençant par filassier, le correspondant masculin de fillaciere. Il est attesté en 1394, sous la forme normande filachier, au sens de « celui qui apprête ou qui vend la filasse », dans le passage suivant :

Nous maire dessus dit, à la requeste des diz filachiers, pour le commun prouffit dudit mestier, & pour la paix de bonnes gens d'icellui, déclairons que nul ne nulle dudit mestier, ne change sa place pour vendre fil ne autres denrées. (Ord 7, p. 634)

  • 45 Un règlement qui confirme un règlement plus ancien dans lequel le mot ne figure pas. Il s'agit de (...)

16Ce passage extrait de la Confirmation de plusieurs réglemens faits pour le métier des filassiers de la ville de Rouen45 nous oriente à nouveau tout comme pour fillaciere vers la Normandie.

17Mais il ne faudrait pas passer sous silence les attestations de l'anthroponyme Filachier, attesté en picard (Beauvais) aux alentours de 1350 (Jehan le Filachier et Thome le Filachier46), et, bien plus tard, sous la forme Fillacier en 1475-1483, dans un document du Poitou (Guytart Fillacier) où est aussi attesté, en 1477, le synonyme isolé filasseur (Pierre Barbin, filasseur47). En ce qui concerne ces deux dernières attestations – Fillacier et filasseur –, j'aurais tendance à croire que sont des formations tardives, indépendantes.

18Le substantif filasserie, qui dérive de filassier et qui signifie « métier des fileurs » est lui aussi attesté, sous la forme autochtone normande fillacherie, dans deux règlements destinés aux maîtres et maîtresses des filatures de la ville de Rouen, le premier date de 1390 et le second de 1394. Dans le premier on peut lire :

Comme pluseurs des maistres & maistresses ouvrans du mestier de fillacherie, en la ville & banlieue de Rouen, se feussent trais pardevers nous. [pour se plaindre des fraudeurs]. (Ord 7, p. 356 [aussi : mestier de filacherie, p. 360])

19et dans le second qui est une confirmation du premier :

[…] pour le commun proufit du mestiers de fillacherie de Rouen, & la requeste de pluseurs personnes d'icellui mestier, certaines ordonnances ou establies eussent esté faictes oudit mestier ; desquelles ordenances ou establies, la teneur s'ensuyt. Veschi l'establie & l'ordonnance du mestier de fillacherie de couleurs. (Ord 7, p. 632)

  • 48 Encore en vigueur, sous la forme filachier, en normand (cf. H. Moisy, op. cit., s. v. filachier et (...)

20Toutes ces attestations témoignent de la vitalité de cette famille en normand ; mais, seule la dérivation en -ariu (filassier48, filassière), à laquelle il faut adjoindre celle qui y ajoute le suffixe -ie (filasserie) est typiquement normande (et picarde, dans le cas de filachier). Pour finir, je pense pouvoir affirmer qu'il ne fait aucun doute que l'emploi de fillaciere par Guillaume de Digulleville dans le Pèlerinage de vie humaine est un normandisme.

Deganer

21La citation suivante, tirée du Pèlerinage de l'âme où je me propose d'examiner le verbe deganer, s'inscrit dans le passage où le bourreau d'enfer châtie durement les pécheurs par là où ils ont péché ; il s'adresse, en les ridiculisant, aux larrons pendus par les mains (les mains étant considérées comme les responsables des vols) en les mettant au défi de lui échapper et de lui subtiliser son bien. Le pèlerin commente cette scène ainsi :

Ainsi a ces pendus parloit
Le bourrel et les deganoit [var. degannoit, degaboit, desdaignoit, se moquoit et regardoit]. (PelAmeS, v. 5157-5158)

22Le sens du verbe deganer ne fait aucun doute : c'est bien de « railler qqn, se moquer de qqn » dont il est question ici. En effet, ce sens est corroboré par les nombreuses variantes lexicales du mot : degaber « se moquer de » / desdaigner « mépriser » / (se) moquer, des variantes qui contiennent à la fois le sème de « se moquer » et celui de « mépris ».

  • 49 AngDialGregP, p. 77 : « On pourrait peut-être ajouter à cette liste quelques autres mots, que je n (...)

23Il mérite d'être souligné que Mildred Katharine Pope, dans son Etude sur la langue de Frère Angier, classe ce verbe avec dejener et propose, en marquant toutefois une hésitation, de le mettre au rang des mots propres à l'Ouest49. Faut-il en déduire que deganer – qui présente un des caractères de l'idiome normand : le [g] dur devant [a] au lieu de [z] en français – appartient lui aussi à cette même aire dialectale ? Pour vérifier la possibilité de cette hypothèse d'une aire dialectale cohérente circonscrite à l'Ouest, j'ai relevé dans la littérature médiévale, selon les mêmes critères que ceux énumérés au paragraphe précédent, les attestations de ces deux variantes.

5051Prestre et de deus Ribaus52Renart le contrefait53Blason de faulses amours54Livre des manières55Dialogue de saint Grégoire56Vie de monseigneur saint Martin de Tours de Péan Gatineau57rexiiieTrès ancienne coutume de Bretagne58Renart le contrefait59xve60Blason de faulses amours 61Livre des manières62, Dialogue de saint Grégoire63Vie de monseigneur saint Martin de Tours64Très ancienne coutume de Bretagne65Renart le contrefaitxve666768

Figure 1. Les représentants oïliques modernes de ┌ deganer ┐ et ┌ dejener ┐

Figure 1. Les représentants oïliques modernes de ┌ deganer ┐ et ┌ dejener ┐
  • 69 Cf. aussi H. Moisy, op. cit., p. 189, qui l'atteste également au xviie s. dans la Muse no (...)
  • 70 Cf. R. Lepelley, Paroles de Normands, Caen, Presses universitaires de Caen, 1995, p. 136.

24La visualisation de la carte fait nettement apparaître que le type ┌ deganer ┐ est resté très présent en Normandie69 et plus particulièrement dans une aire assez compacte du nord de la Normandie et ce type – il faut le souligner – y est exclusif ; la survivance de d'ganner « imiter » dans le parler moderne de Jersey où il est encore en usage en 198070 atteste de la forte implantation du mot dans l'aire normande. Le type ┌ dejener ┐, quant à lui, se concentre dans une aire qui réunit le bourguignon et le comtois et il est attesté en des points isolés du sud du domaine normand, de la Champagne, de la Lorraine et de la Vendée. On remarquera l'absence significative du mot en picard et en wallon.

25En conséquence de ce qui vient d'être dit, il est licite d'utiliser le critère moderne de la répartition géographique de ┌ deganer ┐ pour ranger l'attestation de Guillaume parmi les normandismes.

Étude des vers 9075-9076 du Pèlerinage de vie humaine

26Après avoir relevé la présence de normandismes dans la trilogie du moine de Chaalis, je vais me concentrer sur deux octosyllabes du Pèlerinage de vie humaine dans lesquels apparaissent plusieurs unités lexicales rares, à savoir le participe ratatelee et les substantifs clustriaus, panufles et churriaus, attestés aux vers 9075 et 9076. Ainsi, j'examinerai, dans l'ordre du texte, ces diverses unités lexicales en me fixant pour objectif de déterminer si ces mots, qui ne sont pas d'un usage courant, sont eux aussi des régionalismes issus du domaine normand.

Ratatelee

27Ces vers sont tirés du passage qui relate la rencontre fort pittoresque du pèlerin avec Avarice. C'est en ces termes que le pèlerin décrit cette vieille qui s'est mise en travers de son chemin pour en faire sa proie, une vieille, grandement déguisée, plus laide que tout ce qu'il a pu voir jusqu'ici :

Nulle tel beste en Daniel
N'ainsi faite en Iezechiel,
Ne plus laide en l'Apocalipse
Ne recort pas c'onques veisse.
Boisteuse estoit, torte et bocue,
D'un gros et viez burel vestue,
Ratatelee de clustriaus [var. ratasselee, ratacelee et rapatinee]
De viez panufles, de churriaus. (PelVieS, v. 9069-9076)

28Le premier vocable de cet extrait qui nous arrête est ratatelee, un participe qui s'applique à Avarice, décrite comme une personne contrefaite, vêtue d'une bure grossière et vieille (D'un gros et viez burel vestue) et ratatelée de lambeaux d'étoffe (clustriaus).

29Ce mot est repris plus loin, toujours à propos d'Avarice, dans deux autres passages où Avarice, constamment préoccupée par le souci d'amasser des dons, explique au pèlerin que si elle prend l'apparence d'une personne indigente, c'est dans le seul but de susciter la charité des passants auxquels elle demande l'aumône :

Et esbahi ne soies pas,
S'ainsi me vois ratatelee,
Et mal vestue et taconnee ! (PelVieS, v. 9372-9374)

30et, à propos de sa main qui s'ingénie à la couvrir de haillons :

  • 71 Outre taconnee, l'apparat critique de l'édition Stürzinger donne clistree, clostree, clutee, des v (...)
  • 72 Un rivet est une broche métallique qui sert à assembler très solidement deux pièces. En raison du (...)
  • 73 Syntagme classé avec cette attestation dans TL, s. v. pentecoste2 où il est donné comme o (...)

De l'autre main a l'escuelle
Dire te vuel autre nouvelle.
[…]
C'est celle qui ratatelee[var. ratacelee, ratasselee et rapatinee]
M'a ainsi com vois et clustree. [var. taconnee71]
Rien ne set faire que rivés72
Et pautonnieres [« bourses »] et saches,
Que la penthecouste porter73
Et moi aus buissonnés grater.
[…]
Et a fin qu'il [les passants] aient greigneur
Pitié de moi et que du leur
Il me donnent plus volentiers,
Elle me fait plus floibe au tiers
Et plus povre que je ne sui. (PelVieS, v. 9723-9724, 9743-9748, 9753-9757)

  • 74 J'écarte le syntagme mal vestue (PelVieS, v. 9374) qui offre un champ sémantique différent.

31Il ne fait aucun doute que dans ces trois citations, ratatelee, qui a pour variante lexicale significative rapatinee « raccommoder » (autre leçon pour PelVieS, v. 9075 et 9743 ; à rattacher FEW 8, 33b : PATT-) et pour synonymes clustree « rapiécée », au sens de « vêtue de vêtements rapiécés » (PelVieS, v. 9744) et taconnee « rapiécée » (PelVieS, v. 9374 et comme autre leçon du vers 9744 ; FEW 17, 301a : *TAKKO74), des vocables qui appartiennent tous au champ sémantique du rapiéçage de vêtements en haillons, s'applique, par métonymie, à la personne qui porte ces vêtements misérables, il convient ainsi de comprendre ratatelee par « rapiécée (de lambeaux d'étoffe) ».

  • 75 On notera, par ailleurs, que la même confusion se retrouve au f. 98v (= vers 9075) du ms. Paris, b (...)

32Si, d'un point de vue sémantique, tout est clair, il se pose néanmoins le problème du rattachement de ce mot absent de la plupart des dictionnaires de langue ancienne (Gdf, FEW, DC, Lac, Hu, Littré, DG,…) ainsi que des ressources disponibles au laboratoire de l'ATILF. On remarquera cependant que TL cite toutes nos attestations de ratatelee sous ratasseler en se contentant de faire sous le premier un simple renvoi au second. Par ailleurs, un examen plus attentif de nos citations permet de constater que d'après l'édition Stürzinger ratatelee est attesté uniquement dans le manuscrit de base BNF, fr. 1818 et que parmi les huit autres manuscrits consultés et répertoriés dans l'apparat critique par Stürzinger, deux d'entre eux portent les variantes formelles ratacelee, ratasselee ; on ajoutera à ces manuscrits, grâce aux renseignements aimablement fournis par Françoise Bourgeois, ceux de Soissons, BM 208, f. 106 – un manuscrit, selon elle, proche du texte original – et Genève, bibl. de Genève, fr. 182, f. 134 qui portent ratacelee. Or, après avoir consulté une photocopie du manuscrit, je puis dire qu'il porte incontestablement partout la leçon ratatelee. Il est, par conséquent, aisé d'imaginer que la forme ratatelee (attestée deux fois à la rime) est issue d'une mélecture du scribe qui a transcrit le texte, un scribe qui ignorait vraisemblablement ce mot et aura donc confondu, comme cela est fréquent dans les textes médiévaux, c et t75 et a ainsi produit un ratatelee qui, lui, n'existe pas.

  • 76 On notera cependant que le participe ratasselé y est au masculin et qu'il ne s'applique donc non p (...)
  • 77 Signalons que la date de c. 1320 consignée dans le FEW pour un texte du domaine picard, correspond (...)

33Le principe d'une mélecture pour ratatelee étant admis, de même que j'admets, au vu des variantes, l'existence dans l'archétype d'une unité lexicale du type ┌ ratacelee ┐, voyons à présent ce que le FEW nous apprend sur le mot. Selon lui (13/1, 138a : TAXILLUS), la première attestation de ratasseler est celle d'un texte normand, il s'agit bien évidemment de notre première citation qu'il tire de Gdf (dont la source est DC qui cite le manuscrit aujourd'hui conservé à Brugge, bibl. philos. herm., sous la cote 10876) et qu'il définit « réparer (une pièce de vêtement) ». L'examen du FEW nous apprend aussi que ratasseler au sens de « réparer (une pièce de vêtement) », sens qui nous occupe ici, est circonscrit en moyen français à la Normandie, au Hainaut (Tournai), à la Flandre (Molinet) et à l'époque moderne, en outre, à la Wallonie, c'est-à-dire dans une aire cohérente qui s'étend de l'extrême nord de la France jusqu'à la Belgique et qui exclut la Normandie. Au sens de « raccommoder (avec des pièces de bois, des planches, une porte, un pont) », FEW (13/1, 139a) atteste ce mot uniquement dans le Hainaut (Tournai 1395-1592 ; aussi sous la forme rataiseler en 1399) et dans les parlers modernes uniquement en wallon (Mons). Ajoutons que le FEW (13/1, 138a) enregistre également son synonyme retasseler « réparer (une pièce de vêtement) » en ancien picard77, et, à la page 139a du même tome, en moyen français, au sens de « raccommoder (avec des planches) » dans le Hainaut (Tournai) et les Flandres (Lille).

  • 78 Pour ce faire nous avons, là encore, utilisé les ressources dictionnairiques citées précédemment c (...)
  • 79 W. von Wartburg, Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine darstellungdes galloromanischen spr (...)

34Mais en ce qui concerne notre première citation, celle du vers 9075 du Pèlerinage de vie humaine, le FEW fournit des informations intéressantes sur l'emploi régional normand du mot ; c'est justement cet aspect régional qui pourrait être l'une des explications plausibles à l'incompréhension du mot par le copiste, un copiste dont tout laisse à supposer qu'il est originaire d'une autre région que celle où le mot a cours. Ainsi, afin de vérifier l'exactitude de l'étiquette « normand » pour cette unité lexicale de Guillaume de Digulleville, nous avons fait le relevé, pour la période médiévale, de toutes les attestations du mot à notre disposition actuellement78 et les avons reportées sur des cartes du domaine oïlique restreint essentiellement à la Normandie et à la Picardie. Le fond de carte extrait de la seconde carte du Beiheft au FEW79 permet de visualiser la distribution diatopique du mot.

35Toutes les cartes reproduites ci-après, portent la délimitation du domaine normand et du domaine picard ainsi que les localités de Digulleville et Chaalis qui correspondent aux aires susceptibles d'enrichir le vocabulaire de l'auteur qui est né dans la première et a passé la plus grande partie de sa vie dans la seconde. Les attestations sont signalées par les dates inscrites dans des ellipses (fig. 2).

Figure 2. ┌ ratasseler ┐ en moyen français

Figure 2. ┌ ratasseler ┐ en moyen français
  • 80 Un sens qui réunit ceux de « réparer (une pièce de vêtement) » et « raccommoder (avec des pièces d (...)
  • 81 « Audit Jehan Rose, pour avoir […], taillier perches pour l'espoye, appareillier aix pour icelle r (...)
  • 82 « Ung lit et le cavech de quatre aunes et demie de long et autant de large, lequel est rataselet e (...)
  • 83 « Vestu d'un viel gyppon ratasselé » (Molinet, Rom. Rose moralisé, c. 1500, dans Dupire, Gloss., p (...)
  • 84 « Pannosus […] : vestus de vieses robes toutes ratasselees – Pannositas […] : vieutés d'abis ratas (...)

36Cette première carte regroupe l'ensemble des attestations de ┌ ratasseler ┐ au sens générique de « rapiécer, raccommoder, réparer80 ». ┌ ratasseler ┐, qui n'est pas attesté en ancien français, occupe nettement le Hainaut (Tournai : 1352, 13951396, 1399, 1422-1423, 1434-1435 [= Gdf]), la Flandre occidentale (1418-1420, doc. DMF281), 1453 et 1496, doc. IGLF82, c. 1500 Molinet83) et exceptionnellement la Picardie, avec une attestation sporadique, plus tardive, à Abbeville, (1420-1440, LeVerM 35484).

37Voyons à présent, toujours selon le même procédé, si la variante morphologique retasseler nous oriente également vers ces mêmes régions (fig. 3).

Figure 3. ┌ retasseler ┐ en moyen français

Figure 3. ┌ retasseler ┐ en moyen français
  • 85 « Mais s'a vous plaisoit, sire, a ceste matinee Que vous me donnissiez le vostre cotte lee, Qui es (...)

38Sur cette seconde carte, on constate un nombre plus restreint d'attestations et l'aire du mot comprend la Picardie septentrionale (1358, doc. DMF85), le Hainaut (Tournai : 1371, 1418, 1440 [= Gdf]) et la Flandre occidentale (1415 [= Gdf]) ; on observe que ces deux aires voisines correspondent aux aires les plus représentatives de r ratasseler ".

  • 86 Les données du FEW ont ici été complétées par L. Maes, Lexique mouscronnois suivi de trois récits (...)

39Pour finir, j'ai établi une troisième carte qui superpose les deux précédentes et auxquelles j'ajoute, sous forme de lignes isoglosses et de +, les parlers modernes de ┌ ratasseler ┐ et ┌ retasseler ┐. En ce qui concerne la localisation moderne, on constate une fois de plus, que le mot s'inscrit dans une aire cohérente qui s'étend de la Flandre à la Wallonie, en passant par le Hainaut et avec une extension jusqu'à la Picardie86 (la grande boucle figurée sur la carte et qui couvre la Picardie occidentale représente l'attestation de l'abbé Jules Corblet qui se situe quelque part à l'intérieur de cet espace) (fig. 4).

Figure 4. ┌ ratasseler ┐ / ┌ retasseler ┐ en français médiéal et en français moderne

Figure 4. ┌ ratasseler ┐ / ┌ retasseler ┐ en français médiéal et en français moderne

40Le résultat du croisement des aires est certain : la superposition de ces trois cartes révèle, depuis les attestations les plus anciennes jusqu'aux plus récentes, une forte concentration de ces mots dans le Nord du domaine linguistique picard et une extension plus sporadique jusqu'à la Picardie.

  • 87 ┌ ratasseler ┐ / ┌ retasseler ┐ sont absents de O. Collet, Glossaire et index critiques des œuvres (...)
  • 88 L'important glossaire de l'édition Van Hamel ne relève aucune forme de ┌ ratasseler ┐ / ┌ retassel (...)

41Mais notons qu'aux alentours de l'époque où Guillaume de Digulleville composa ses Pèlerinages, ┌ ratasseler ┐ atteignait uniquement la Picardie septentrionale et ajoutons, que même à époque plus récente, ce verbe n'est guère usité en picard puisqu'il n'est attesté que chez J. Corblet, où il n'est pas réellement localisable, et encore, sous la forme ratasloté, ratasyoté dans le Vermandois. Force est de constater l'absence de ces mots – dont le simple tasseler « mettre des planches (à un pont) » n'a d'existence que dans un texte de Tournai (1409 [= Gdf]) – en normand. Par conséquent, la glose hâtive norm. (= normand) du FEW pour cette attestation est à exclure. Mais comment expliquer l'usage de ratasselee dans l'œuvre de Guillaume de Digulleville puisqu'à son époque ratasseler n'atteignait que la Picardie septentrionale, une région éloignée de la Picardie méridionale où vivait le poète ? Dans quelle réserve linguistique l'auteur a-t-il bien pu puiser ? Il faut sans doute exclure ses sources littéraires habituelles qui l'ont beaucoup influencé : les Miracles Notre Dame de Gautier de Coincy (Soissons87), Li romans de carité et miserere du Renclus de Moiliens (Amiens88), qui comportent tous deux des traits picards ou encore le Roman de la rose, car aucune de ces œuvres ne semble attester l'un ou l'autre de ces mots. On en est réduit, du fait qu'on connaît bien peu de choses sur Guillaume de Digulleville, si ce n'est qu'il est né en Normandie et qu'il a écrit sa trilogie alors qu'il était établi à Chaalis, à avancer plusieurs hypothèses qui pourraient expliquer l'emploi de ce flandrianisme en espérant que d'autres unités lexicales permettront ultérieurement de conforter l'une ou l'autre d'entre elles. La première hypothèse, consiste à imaginer que Guillaume a emprunté le mot à une personne de son entourage, originaire de la Flandre, qui lui aurait transmis le mot et il vaudrait peut être la peine de vérifier auprès des archives si un moine flandrien résidait en même temps que Guillaume de Digulleville à l'abbaye de Chaalis. La seconde, à admettre la possibilité que Guillaume aurait séjourné dans cette région du nord de la Picardie, mais peut-on sérieusement envisager l'idée qu'un moine cistercien, ait pu rayonner jusque là-bas ? Et enfin, et c'est peut-être la plus plausible de toutes les hypothèses, celle de la présence en normand de mots empruntés à la Flandre, à la faveur d'échanges commerciaux maritimes entre ces deux zones d'activité ce qui signifierait que Guillaume de Digulleville aurait appris le mot dans son enfance. Quoi qu'il en soit, cet exemple nous montre qu'il faut éviter de tomber dans l'écueil d'une attribution régionale automatique et donc non contrôlée.

42Analysons maintenant le premier complément de ce verbe.

Clustriaus

  • 89 B. Stumpf, « Le moyen français clut et ses dérivés dans le Pèlerinage de Vie Humaine de Guillaume (...)
  • 90 Ibid., p. 207, n. 7.

43Je me contenterai pour la compréhension du passage de renvoyer à des développements précédemment publiés89, et que l'on peut résumer ainsi : clustriaus, complément second de ratacelee qui, comme nous venons de le voir, signifie « rapiécée », dérive, à l'aide du suffixe second –ereau, du substantif clut. Or clut est attesté dans ce même Pèlerinage (PelVieS 7852) où il signifie « morceau de tissu qui sert à rapiécer un vêtement » ; par conséquent, le diminutif clustriaus est à comprendre « morceaux d'étoffe, haillons », un sens qui est conforté par le synonyme clutel, attesté par l'anglo-normand cloteus pl. (xiiie s., AND2) et le régionalisme de l'Ouest ou de la Normandie cluteax m. pl. (1196-1200, RenM XI, 13 690). En ce qui concerne ces deux unités lexicales – clustriaus et clut – auxquelles il convient d'associer le dénominatif clustrer « couvrir de haillons » également attesté dans ce Pèlerinage (PelVieS 9744), les résultats sont nets : ce sont des normandismes. Ajoutons que le mot de base clut est un emprunt fait à l'anglais clut par l'intermédiaire de francophones en contact direct avec des Anglais et qui s'est ensuite diffusé, en prenant le sens nouveau de « lambeaux, haillons », dans le français en contact avec l'anglais dans le domaine des Plantagenêts, insulaire comme continental. Il a survécu en jersiais.

44En conclusion, les trois normandismes de la famille de clut attestés dans le Pèlerinage de vie humaine s'incrivent dans une aire plus large qui englobe l'anglo-normand, la Normandie et l'ouest du domaine d'oïl. À savoir clutet, en anglo-normand et en normand ; clutels, en anglo-normand et en normand ; cluter en anglo-normand, en normand et dans l'Ouest ; clutement en anglo-normand ; cluter en anglo-normand ; racluter en normand ; recluté en anglo-normand ainsi que dans des textes non localisables et, enfin, reclute en anglo-normand.

45Outre ce complément second de ratacelee, on peut lire au vers suivant les substantifs peu connus panufles et churriaus. Examinons immédiatement le premier.

Panufles

  • 91 D'où l'attestation datée de « ca. 1350 » du FEW 7, 557a : PANNUS.
  • 92 Et non bibl. de l'Arsenal 2323, voir note 75.

46Tout d'abord, signalons que l'examen des manuscrits cités par Stürzinger et complétés par les manuscrits dépouillés par les lexicographes me laisse à penser que l'original portait vraisemblablement la leçon panufles. En effet, parmi les dix manuscrits consultés (huit l'ont été par Stürzinger et les deux autres par DC et Gdf), c'est la leçon panufles qui est de loin la plus fréquente ; en outre, la seule leçon à s'en écarter – en tant que variante lexicale – et que l'on peut lire dans l'apparat critique de l'édition Stürzinger, est feupes « haillons, guenilles » (Lyon, BM 768 [ancien 686], xive s.), les autres variantes étant à considérer comme des leçons déviantes de panufles, à savoir penifles (London, British Library, Add. 38120 [ancien Huth], copié aux alentours de 1400), panifles (Brugge, bibl. philos. herm. 108, cf. DC, s. v. pannuceus91) et pennufles (Paris, bibl. de l'Arsenal 23192). D'un point de vue sémantique, panufles qui tout comme clustriaus et churriaus est un complément second de ratacelee « raccommodée » avec lesquels il est en collocation, appartient nécessairement au même champ sémantique. Or, comme clustriaus signifie « lambeaux d'étoffe, haillons », panufles a forcément un sens très proche de celui-ci. Mais pour nous en assurer, examinons les autres attestations du mot dans la littérature médiévale.

47Notons, pour commencer, que panufle est peu représenté dans les textes puisqu'on n'en enregistre, pour toute la période ancienne, que cinq occurrences (y compris celle de Guillaume de Digulleville) et que deux d'entre elles sont de surcroît issues de la même œuvre. Vue la rareté du mot, nous allons passer en revue toutes les citations qui l'attestent, ce qui nous permettra d'en mieux cerner le sens et l'usage.

48Le mot se rencontre une toute première fois dans le Roman de la rose, composé aux alentours de 1275, dans un passage où Raison houspille en ces termes l'Amant triste qu'elle exhorte à se ranger sous sa loi – donc sous la loi de la raison – pour lui faire recouvrer tous ses sens :

L'en te devroit en un putel [« mare d'eau sale »]
Tooullier conme un viez panufle.
Certes je tendroie a grant trufle [« tromperie »],
Qui diroit que tu fusses hom,
Qu'onques hom en nule seson,
Por qu'il usast d'entendement,
Ne mena [sous-entendu : comme toi] deul ne marrement [« chagrin, tristesse »].
(RoseMLec 6354-6360)

49Les deux premiers octosyllabes pourraient se traduire littéralement par : l'on devrait te touiller « t'agiter, te secouer » dans une mare comme un vieux chiffon.

50Le mot se lit plus loin dans un passage où le mari jaloux compte vendre, pour écarter les galants, tout le luxe de toilette et les fanfreluches de sa femme en échange d'habits de chanvre et de larges souliers à lacets taillés dans ses propres vieilles bottes, des souliers qu'elle devra rembourrer de lambeaux d'étoffe, de chiffons pour pouvoir les porter :

Et de mes houseaus anciens
Ravrez granz solers a liens,
Larges a metre granz panufles. (RoseMLec 9275-9277)

51Dans ces deux citations, panufle(s) – sous la graphiepen(n)ufle(s) dans d'autres manuscrits – signifie incontestablement « lambeaux de vieille étoffe, haillons ».

52C'est aussi ce même sens que l'on doit attribuer à viez panuffle de drapel dans le Miracle de un parroissian esconmenié écrit et joué en 1356 à Paris, dans le passage que voici :

Je vois mettre en lieu de banniére
A ce fol dessoubz son chappel
Ce viez panuffle de drapel,
Et li sacheray le toupet. (MirNDPers17P 1499-1502)

53passage repris, aux environs de 1375, dans le Miracle de Robert le Dyable :

Mettre li vois soubz son chapel
Ce viez panufle de drappel,
Et li sacheray le toupet. (MirNDPers33P 1449-1451)

54Ainsi, dans la citation de Guillaume de Digulleville panufles, accompagné de l'épithète viez « vieux », comme dans la plupart des autres citations, signifie dans ce syntagme « lambeaux de vieille étoffe, haillons ».

  • 93 Cf. DEAFBiblEl, s. v. RoseMLangl.
  • 94 Non localisé, Cf. GlutzMir.
  • 95 H.-P. Jaubert, Glossaire du centre de la France, Paris, N. Chaix, 1864. Signalons cependant que ni (...)

55Bien que les attestations pour cette unité lexicale, au Moyen Age, soient peu nombreuses, on remarquera néanmoins qu'il y a un noyau qui est parfaitement clair : à date ancienne, le mot est attesté en Orléanais (Roman de la rose93) et à Paris (Miracle de un parroissian esconmenié94), et, à date moderne, le mot a survécu, avec des sens nouveaux, dans la région parisienne (Desgr 1821 ; SainPar ; Rig 1881 ; Delv 1867 ; Del 1896 dans FEW 7, 557a : PANNUS) ainsi que dans le centre (Jaubert : « panoufle, s. f. Fourrure qui retombe sur le devant du sabot95 »). La diffusion du mot en Franche-Comté et à Barcelonnette, dans les Basses-Alpes (cf. FEW 7, 557a) est à considérer, le premier, comme un emprunt, et, le second, comme une forme indépendante.

  • 96 « En veillant avoie lëu, Consideré et bien vëu Le biau roumans de la Rose » (PelVieS, v. 9-11).

56Par conséquent, même si l'attestation de Guillaume de Digulleville, qui a écrit son œuvre à Chaalis, appartient à une aire voisine de la zone diatopique stable (le Centre et Paris), je reste néanmoins persuadée que cette attestation a été empruntée au lexique du Roman de la rose, un poème allégorique auquel notre poète se réfère dès les premiers vers du Pèlerinage de vie humaine96, une œuvre dont il s'est largement inspiré et dont la technique d'écriture a fortement marqué l'ensemble de la trilogie. Venons-en, pour finir, au troisième complément de ratacelee : churriaus.

Churriaus

57Churriaus est incontestablement un mot qui devait figurer dans l'œuvre originelle et cette déduction s'est imposée à moi grâce à l'examen des variantes formelles déviantes ou aberrantes signalées par Stürzinger dans l'apparat critique de son édition, d'une part et à l'unique emploi de chureaus en ancien français, d'autre part. En effet, la leçon churriaus du manuscrit de base, ou plus précisément, l'existence d'un type lexical ┌ churriaus ┐ dans l'archétype, semble appuyée par les variantes churraus [Tours, BM 950, fin xive s.-début xve s.] et cheuriaus [London, British Libr., Gibbs, Esq.] tandis que les variantes chirriaus [London, British Libr., Add. 38120 (ancien Huth), c. 1400], charriaus [München, Bayerische Staatsbibliotek, gall. 30, xive s.] sont à interpréter comme des mélectures des copistes ne comprenant pas le mot et l'on notera que le copiste du manuscrit Lyon, BM 768 (ancien 686, xive s.) n'a pas davantage compris le mot puisqu'il lui substitue la variante lexicale chainseaux – diminutif non attesté par ailleurs de chainse « vêtement court porté par dessus la chemise » (FEW 2, 142b : CAMǏSIA « chemise ») – qui n'est pas appropriée sur le plan sémantique au contexte. Comme nous avons observé, dans ces deux vers, une relation parasynonymique entre clustriaus, panufles et churriaus, nous sommes assurée, avec l'appui des dictionnaires de langue ancienne, du sens de « lambeaux d'étoffe, chiffons » de churriaus. Toutefois, ne faudrait-il pas y ajouter les sèmes de « usé », « vieux » ou « sale » déjà dégagés par les dictionnaires qui définissent cet exemple, qui, par « morceaux usés de drap ou d'étoffe » (DC 9, 112), qui, par « draps en loques » (Gdf et à sa suite FEW 22/2, 188b) ou encore par « (sale) morceau d'étoffe en loques, chiffon » (TL) ?

58Mais voyons à présent l'unique autre attestation connue du mot, celle de la Vie de saint Alexis, un poème bien plus ancien, écrit aux alentours de 1200, dans lequel on peut lire, à propos d'Alexis, les vers suivants :

Mout deboté fu [Alexis] et lediz,
Et ramponez et escharniz,
Tant que neis les laveures
Des poz et chureaus et ordures
Sor sont chief li meteient il ;
Mout le teneient [les serviteurs] cort et vil
Et feseient mal a foison. (AlexisOctP, v. 513-519)

59Ce passage peut se traduire par : « Il a été repoussé et maltraité et réprimandé et raillé à tel point qu'ils [les serviteurs] lui jetaient même à la figure les eaux de vaisselle, des chiffons et des ordures. Ils le surveillaient de très près et le méprisaient et lui faisaient beaucoup de mal », ce qui confirme le sens de « lambeaux d'étoffe (vieux, sales ou usés), chiffons ».

60La question qui nous vient à présent à l'esprit est de savoir ce qui pourrait bien rapprocher les deux seuls poèmes qui attestent le mot, mis à part le fait qu'ils sont tous deux des textes religieux.

  • 97 Les barres obliques signifient qu'il ne s'agit pas du mot mais du concept chiffon.
  • 98 Le type manque aussi dans FlutreMPic.
  • 99 Je me suis notamment fondée sur P.-H. Billy, Index onomasiologique des Atlas linguistiques par rég (...)

61FEW (22/2, 188b : /chiffon/)97 qui range ces deux attestations sous les origines inconnues, ne relève le mot dans aucun patois, ni ancien ni moderne, et l'on notera, plus spécialement l'absence de références concernant la Normandie et la Picardie98, les deux aires susceptibles d'enrichir le vocabulaire de Guillaume de Digulleville ; d'une manière plus générale, l'on constate que cette unité lexicale n'est pas représentée dans la lexicographie régionale99.

  • 100 J. Lechanteur, Atlas linguistique de la Wallonie, t. V, 2e partie, La maison et le ménage, Liège, (...)
  • 101 J. Lechanteur, Atlas linguistique de la Wallonie, t. IV, 1re partie, La maison et le ménage, Liège (...)

62En revanche, on pourrait être tenté de rapprocher ce mot du latin *EXCURARE qui dans le domaine wallon a donné churer / hurer « écurer, nettoyer » alors qu'ailleurs les exemples sont de type cur- (cf. FEW 3, 283a : *EXCURARE ; ALW (p. 323-324 et carte 61100) : churer « écurer (les cuivres) » et son composé ()churer) et de rapprocher ainsi chureau du substantif churon « linge qui sert à essuyer, à sécher » attesté dans le nord-est du domaine wallon (cf. ALW carte 54 (p. 227) et p. 228, note 6101). Mais, un emprunt au wallon semble exclu, tant du point de vue diatopique – Guillaume de Digulleville étant très à l'écart du wallon qui occupe une aire bien circonscrite –, que du point de vue sémantique, un tel dérivé ne pouvant signifier que « torchon pour essuyer » assez différent du sens de « lambeau d'étoffe » qu'attestent les textes. En outre, les substantifs en -eau formés sur une base verbale sont très peu nombreux, on peut citer pour exemples traîneau ou tombereau.

  • 102 Romania, t. 8, 1897, p. 169.
  • 103 Cf. Pope2 § 914.
  • 104 Respectivement aux p. 50, 128, 180 et 191.
  • 105 Cf. TL, Gdf qui citent aussi GGuiB pour lequel G. RoquesBien Dire, t. 21, p. 359, signale (...)

63Pour en revenir à la Vie de saint Alexis, le seul autre témoin de chureau, il ressort de l'analyse du poème que le copiste et l'auteur utilisent tous deux une variante occidentale de la langue d'oïl. En effet, les systèmes phonétique et graphique de ce texte sont teintés de dialectalismes qui appartiennent à l'ouest du domaine d'oïl, ce qui permet à Gaston Paris d'affirmer, dans l'introduction à son édition102, que « C'est donc, vraisemblablement, dans la Touraine, le Poitou ou l'Angoumois que notre pièce a été copiée » et l'on peut ajouter à ces propos que l'auteur, de son côté, ponctue son œuvre de traits appartenant à cette même région. Parmi ces traits, on peut relever, d'une part, ceux qui sont formels, en particulier à la rime : -on pour -ons (non « non » : sachon « sachons » [v. 639-640], l'imparfait de la première conjugaison en -ot issu du latin -abat103 (amot : pensot [v. 115-116], ot : mot [v. 691-692]), et, d'autre part, ceux qui sont lexicaux. À savoir les verbes baater « guetter » (v. 389), defire « disparaître » (v. 277), essanicier « guérir » (v. 934) et l'adjectif marmitous « souffreteux » (v. 785), déjà relevés comme des régionalismes de l'Ouest dans RoquesRég104 et auxquels on peut encore joindre crabacier « renverser » (v. 27105). Ainsi ces deux attestations de chureau occupent une zone occidentale, mais les documents ne sont pas suffisants et l'absence de données dialectales modernes ne permettent pas de conclusion fiable quant à la diatopicité de ce vocable.

64Avant de conclure, je voudrais souligner le fait que tout l'art de notre poète peut se résumer à ces deux octosyllabes dans lesquels se manifeste son souci de précision, sa remarquable subtilité ; pour appuyer ces propos, il a recours à tous les procédés qui s'offrent à lui pour exprimer au mieux ses idées, pour toucher du plus près qu'il le peut le lecteur auquel il cherche à faire passer un message. Dans cette citation en particulier, il prend un réel plaisir – pour laisser imaginer au lecteur combien ce monstre qu'est Avarice, vêtue de guenilles rapiécées, est hideux – à accumuler des mots de sens très proches, et, lorsque le vocabulaire de la langue commune lui manque, il va puiser du vocabulaire chez les auteurs qui l'ont inspiré (le Roman de la rose, pour panufle) ainsi que dans le vivier linguistique flandrien (ratacelee). Il va de soi qu'une telle virtuosité stylistique ne peut émaner que de l'auteur lui-même et non d'un copiste.

Conclusion

  • 106 Ce mot fera ultérieurement l'objet d'une étude.
  • 107 Ma reconnaissance va à Jean-Paul Chauveau (CNRS/ATILF), qui a fait bénéficier cet article de ses c (...)

65Pour terminer, nous retiendrons que le texte examiné, mis à part les emprunts aux écrivains à succès, possède deux noyaux linguistiques : originaire de la pointe de la Hague, Guillaume de Digulleville truffe son œuvre de mots empruntés à cette région (clustriaus, clustrer, clut, deganer, espaulu, essangier et fillaciere) et emprunte néanmoins – nous l'avons constaté avec rataceler et probablement aussi avec taconner (PelVieS, v. 9374106) – au parler flandrien. La question qui se pose à présent est de connaître la source de ces emprunts au flandrien. Il faut, pour ratacelee, exclure l'hypothèse d'un emprunt aux deux œuvres contemporaines picardes qui l'ont beaucoup influencé : le Renclus de Moilliens (Amiens) et les Miracles Notre Dame de Gautier de Coincy (Soissons), ces textes se rattachant à la Picardie méridionale, et, il ne faut pas chercher non plus du côté de Chaalis, situé à la frange de la Picardie méridionale. Il est très regrettable de n'avoir sur cet auteur qu'une biographie fort mal établie : il aurait été intéressant de savoir s'il a accompli des voyages dans les Flandres où il aurait pu enrichir sa langue, ou encore, s'il est entré en contact avec une personne de cette région. Toujours est-il – et je voudrais tout particulièrement attirer l'attention sur ce point – qu'il ne faut pas conclure trop vite, sur la base notamment d'une ou deux attestations, de la diatopicité d'un mot chez un auteur. Je souhaiterais pour finir faire une ultime constatation : il faut encore, dans ce vaste domaine, poursuivre les recherches car les premières conclusions livrées ici et qui reposent sur un échantillonnage de mots devront être vérifiées sur une nomenclature plus large et plus représentative107.

Notes

1 DEAFBiblEl = version électronique, tenue régulièrement à jour, de la version imprimée DEAFBibl 1993, consultable sur le site http://www.deaf-page.de/

2 Cf. P. Meyer, dans Histoire littéraire de la France, t. XXXII, 1898, p. 48.

3 Cf. D. Boutet et L. Harf-Lancner, Écriture et modes de pensée au Moyen Age) viiie-xvesiècles), Paris, Presses de l'École normale supérieure, 1993, p. 132 : le « Pèlerinage présente une particularité métrique que de nombreux scribes ont cherché à supprimer : les vers féminins ont le même nombre de syllabes que les vers masculins. La plupart des scribes, entre autres celui du ms. fr.1818, ayant rajouté une syllabe, Stürzinger a essayé de rétablir la situation initiale, en mettant entre parenthèses la syllabe qui, à son avis, avait été rajoutée ».

4 Cf. PelVieS, p. V : « By […] enclosing letters or words in text t which should be omitted, as inconsistent with the meaning, grammar, or metre […]. By […] enclosing letters or words in text t which for a like reason should be added from other MSS., or as conjectural emendations. »

5 Cf. ibid. : « By Italics where other words have been substituted from other MSS. or by conjecture for those in text t. »

6 Cf. ibid. : « The is used with qui, si, li, ce, ne (Latin nec), whenever their vowel must be elided before another one for the sake of meter. »

7 Voir son article dans ce volume.

8 Ceste, attesté dans tous les manuscrits consultés pour l'apparat (= signe to après la variante, voir à ce sujet PelVieS, note, p. 2), remplace ainsi la.

9 La leçon tantost du manuscrit (leçon présente dans deux autres manuscrits, à côté de trestout dans dix autres manuscrits) remplace tout de l'édition – qui n'est donné par aucun manuscrit – ; on notera qu'aucun des manuscrits consultés par l'éditeur ne porte ici de leçon monosyllabique.

10 Dire te vuel, attesté dans tous les manuscrits consultés pour l'apparat, remplace ainsi Te vuel dire.

11 Les règles appliquées sont en conformité avec celles de l'École nationale des chartes : Conseil pour l'édition des textes médiévaux, fasc. 1, Conseils généraux, publ. par l'École nationale des chartes, groupe de recherches « La civilisation de l'écrit au Moyen Âge », Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques/École nationale des chartes, 2005, p. 48-49.

12 Les bornes chronologiques retenues pour le moyen français lors du IIIeColloque international sur le moyen français organisé à Düsseldorf par Peter Wunderli en 1980 sont celles de 1330-1500. Cf. Actes, p. 14.

13 Voir à ce sujet P.-Y. Badel, Le Roman de la Rose auxivesiècle, Genève, Droz, 1980, qui consacre une quinzaine de pages (p. 362-376) à l'influence du Roman de la rose sur Guillaume de Digulleville, mais aussi dans ce volume la communication de P. Maupeu.

14 « Ce verrez vous tantost sans glose Ou roumans qui est de la Rose » (= PelVieS 881-882).

15 Voir, à propos des emprunts à ces deux textes, l'article de G. Roques dans le présent volume.

16 Cf., par exemple, FEW 14, 321a : VĚRTĪBŪLUM où la mention mfr. (= moyen français) précède vervieulx (qu'il faut lire verveulx) suivi de (ca.1350) dont la source est Gdf, s. v. verveux.

17 Signalons en passant que le FEW ne donne pas toujours les mêmes datations pour les mots empruntés à Guillaume de Digulleville, citant généralement : « ca.1350 », mais parfois aussi : « 14. jh. » (cf. p. ex. acrocheteur dans FEW 16, 401a : *KRÔK), ou « 1332, PelVieS » (cf. p. ex. avidité dans FEW 25, 1226b : AVIDITAS) ou encore : « ca. 1340 » (cf. p. ex. assopail dans FEW 13/2, 345b : TSOPP-. ; vermefiier dans FEW 14, 295b : VËRMIS ; amigault dans FEW 16, 586b : *MŪSGAUDA). On rencontre aussi, bien que plus rarement, outre la marque géolinguistique « afr. » (= ancien français ; cf. p. ex. chancelière dans FEW 2, 173a : CANCELLARE), des datations du type : « ca. 1300 » (cf. p. ex. castrimargie dans FEW 2, 75a : GASTĒR) ou « 13. jh. » (cf. p. ex. aigleteau dans FEW 25, 73b : AQUILA). Je renvoie, pour plus de détails sur ce sujet, à l'article de T. Matsumura dans ce volume.

18 Cf. H. Moisy, Dictionnaire du patois normand, Caen, Delesques, 1887 (réimpr. Genève, Slatkine, 1969), p. CXX-CXXVI.

19 Cf. DialGregEvrS 68.

20 Cf. DialGregEvrS 67.

21 Cf. TombChartr1/2/3S 58.

22 Cf. Pope2 § 894 et § 1326, § XIV.

23 Cf. H. Moisy, op. cit., p. XC-XCI.

24 Cf. Pope2 § 1326, § II et § V.

25 Cf. Henry Chrest 1960, Notes, p. 59.

26 Cf. G. Roques, Revue de Linguistique romane, t. 61, 1997, p. 605.

27 GreubRég, p. 132 : « En moyen français, le type semble être répandu sur une aire englobant et dépassant un peu la Normandie. »

28 J'ai écarté de la nomenclature de l'œuvre de Guillaume toutes les leçons propres à cette version tardive, parmi lesquelles on peut citer pour exemples : aboisti « boiteux » ; administreux « celui qui administre, qui gère un ensemble de biens » ; afringoter « parer ».

29 Pour plus d'informations, voir l'article de G. Veysseyre dans ces Actes.

30 Cf. PelVieS p. VI ; PelAmeS p. V et PelJChrS p. V. Notons que pour ce dernier texte, l'éditeur a consulté 26 manuscrits pour les 362 premiers vers.

31 Mon souhait aurait été de sélectionner, pour cette étude lexicale, des unités lexicales qui proviennent des trois parties de la trilogie à la seule fin de donner la meilleure représentativité possible de la langue de l'auteur, mais il manque, faute de temps et à mon grand regret, à cet article pour être complet, un régionalisme tiré de PelJChrS.

32 Ces crochets signalent que le mot encadré est une unité lexicale à graphie variable.

33 Ce règlement est confirmé par le règlement du 18 juillet 1394 où seul le substantif masculin filachiers est attesté (voir la cinquième citation de cette rubrique).

34 P. le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d'Arc et pendant l'occupation anglaise (1419-1449), Rouen-Paris, A. Lestringant-A. Picard, 1931.

35 ATILF : Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française.

36 Cf. EneasS2, p. XIX.

37 Attestations du xiiie aux xiv-xve s. dans la seconde édition du Anglo-Norman Dictionary (AND2), s. v. filace.

38 Eneas; doc. 1315 Rouen : fillache dans GdfC, s. v. filace.

39 Doc. 1393 : fillache dans GdfC, loc. cit.

40 CrieriesF Paris ca. 1265 : filache dans GdfC, loc. cit.

41 RutebJ1 3e q. xiiie s. : filace dans TL.

42 ChrPisCitéC 901 c. 1404-1407 : fillace dans DMF1 (Y. Greub note que le vocabulaire de cet auteur est plutôt oriental [GreubRég, p. 374]). André de La Vigne , Voy. de Naples, éd. A. Slerca, c.1495, p. 133 : fillace.

43 MirNDChartrD 1262 : fillace dans TL.

44 Italien filaccia, catalan filassa, espagnol hilaza et portugais filaça dans FEW 3, 540a, note 2.

45 Un règlement qui confirme un règlement plus ancien dans lequel le mot ne figure pas. Il s'agit de l'ordonnance d'où est tirée notre troisième citation.

46 Cf. http://patrom.fltr.ucl.ac.be/

47 Cf. DMF1 pour ces deux dernières occurrences.

48 Encore en vigueur, sous la forme filachier, en normand (cf. H. Moisy, op. cit., s. v. filachier et FEW 3, 527a).

49 AngDialGregP, p. 77 : « On pourrait peut-être ajouter à cette liste quelques autres mots, que je n'ai trouvés que dans des textes de l'Ouest, par exemple : […] dejener, <se tromper> qui se trouve dans la Vie de saint Lorant (sous la forme deganer), dans le Livre des manières, v. 532, et dans le Saint Martin, v. 3626, mais cette localisation n'est point certaine, et je n'y insiste pas. »

50 L'on notera que les formes francoprovençales de type degana (FEW 4, 683b-684a) qui sont liées à l'antonyme engana « tromper » semblent s'être diffusées en domaine francoprovençal à partir de l'occitan.

51 Je rejette, pour les raisons que je viens d'évoquer, l'attestation deganeras que Gdf tire de la Vie et la passion del beneuré saint Lorent en prose et que l'édition SLaurentPrS (p. 11) lit degaberes, puisqu'il s'agit, au vu de l'ensemble du texte, vraisemblablement d'un mot francoprovençal. F. Henry, que je tiens à remercier d'avoir bien voulu vérifier la leçon du ms. Paris, BNF, fr. 818, f. 278v (1re moitié du xiiie s. ou xive s., d'après le Catalogue des manuscrits français : fonds ancien de la Bibliothèque nationale, Département des manuscrits, Paris, Firmin-Didot frères, fils, 1868-1902, t. I, p. 88b), me signale que le ms. porte incontestablement en début de mot deganer (seule la désinence est peu lisible : faut-il lire –as/–es ou peut-être même -at/et ?) ; la forme degaberes de l'édition W. Soderhjelm est donc probablement liée à l'emploi de ge me degabes dans la phrase précédente. Cette confusion s'explique sans doute par la vitalité de degaber sur l'ensemble du domaine linguistique français par rapport à deganer.

52 NoomenFabl, t. V, p. 162, v. 275-279 : « A tant s'en va, si les degane : Li prestres ainsi les engane. A tant s'en va, si les esbuffe : Par son malice et par sa buffe Rot son cheval, si l'ala prendre. »

53 RenContrR II, v. 28003-28005 : « Mais pour ce je me gramentoie De Hersent que veüe avoie, Qui me degane et me despit. » Cette leçon est vraisemblablement attribuable au copiste (ms. Paris, BNF, fr. 370, fin xve s.) si l'on s'en tient à l'attestation de degane, quelques vers plus haut, où la rime avec tiengne impose la correction degiegne (voir note 59).

54 Alecis, Œuvres poétiques, éd. A. Piaget et É. Picot, Paris, Firmin-Didot, 1968, t. I, p. 196, v. 241-246 : « Tous papegaulx Sont ilz egaulx D'aage et d'organe ? Gorge d'oyseaulx, Quant sont nouveaulx, Tousjours degane. Quant on est jenne Force est qu'on tienne Le train des autres jouvenceaulx. »

55 EstFougL, v. 589-592 : « Franc hom de franche mere nez, S'a chevalier est ordenez, Pener se deit, s'il est senez, Qu'il ne seit vils ne degenez » et aux v. 645-648 : « Icel avrunt li ordené, Par que serunt cil malmené Et esconmingié et pené Qui avront ma lei degené » ; aussi comme pronominal réfléchi aux v. 531-532 : « Et së il trichent në engennent La bone gent, plus s'en degennent. »

56 AngDialGregP, p. 96 : « Car si li maufe n'enginnast la gent et dejenast. »

57 PeanGatS2, v. 3626 dans TL, s. v. degener : « Illeques vost nostre bons peres Estre mis ou la povre gent, Ne ne li chaut qui le degent » (correspond à l'attestation donnée à tort par Gdf, s. v. degentir ; à noter que T. Söderhjelm, « Die Sprache in dem altfranzösischen Martinsleben des Péan Gatineau aus Tours », Mémoires de la société néo-philologique de Helsinki, t. 4, 1906, porte p. 216 : « degentir […] Verachten, geringschätzen (?) »).

58 CoutBretP, p. 52 : « Car qui aprent à mauvès mestier chescun s'en devroit gaber, et les devroit l'en fuster, comme ceulx qui aprennent à […] avoer [« approuver, reconnaître comme sien (en qualité de maître) »] le deable et à si donner, à moquer et à degenner autres. »

59 RenContrR II, v. 27965-27968 : « …“L'orde vielz me degiegne ! Se Dieu voeult mais que je le tiengne, Je lui batray si bien la teste Qu'elle n'en ara mie feste !” ». La leçon degane a été corrigée, pour la rime avec tiengne, d'après le ms. BNF, fr. 1630. FEW 4, 684b, note 6, suppose une forme *degegnier dérivée de degener avec -gn- sous l'influence de engignier.

60 Romania, t. 50, 1924, p. 505 : « Le four degennela touraille [l'étuve dans laquelle le brasseur fait sécher le grain pour arrêter la germination. »]

61 NoomenFabl, t. V, p. 148.

62 Selon A. Lodge (EstFougL, p. 58) ce texte comporte à la fois des mots anglo-normands bien que les « mots appartenant à l'ouest de la langue d'oïl dominent », et, une minorité de mots qui se retrouvent dans les textes normands, et ce, bien que l'auteur soit « originaire des confins de la Bretagne et de la Normandie ».

63 D'après le DEAFBiblEl, s. v. AngDialGregO cette œuvre anglo-normande contient quelques angevinismes.

64 D'après le DEAFBiblEl, s. v. PeanGatS2 cette vie écrite à Tours nous a été transmise, pour cette partie du texte, par un manuscrit poitevin.

65 Haute-Bretagne d'après le DEAFBiblEl, s. v. CoutBretP.

66 Le substantif touraille étant typiquement picard ou wallon (cf. FEW 13/2, 108a et, commentaire, 109a : TŎRRERE).

67 Au mot dejaner, cependant, les indications : Montaigne (qu'il faut corriger en Montaigu) et Vendée, qui proviennent de la même source (L. Favre, Glossaire du Poitou, de la Saintonge et de l'Aunis, Niort, Robin et L. Favre, 1867) sont à regrouper.

68 G. Dottin, Glossaire des parlers du Bas-Maine, Paris, H. Welter, 1899 : « déjène « imiter en se moquant (la démarche, la parole, etc., de quelqu'un) « (Ernée) ».

69 Cf. aussi H. Moisy, op. cit., p. 189, qui l'atteste également au xviie s. dans la Muse normande de D. Ferrand : « Y te faudra faire à la courtisanne, Dessus su pis brouir comme un esclair, Et y endurer qu'un checun te déganne. »

70 Cf. R. Lepelley, Paroles de Normands, Caen, Presses universitaires de Caen, 1995, p. 136.

71 Outre taconnee, l'apparat critique de l'édition Stürzinger donne clistree, clostree, clutee, des variantes formelles de clustree vraisemblablement incompris.

72 Un rivet est une broche métallique qui sert à assembler très solidement deux pièces. En raison du contexte, je préfère ce sens à celui que TL retient pour cet exemple et qui peut être traduit par : « liseret de cuir formant bordure autour d'un soulier », un sens, qui plus est, d'après le FEW 10, 413a : RIPA, n'est attesté qu'à partir de 1549.

73 Syntagme classé avec cette attestation dans TL, s. v. pentecoste2 où il est donné comme obscur ; je tâcherai d'élucider, une autre fois, cette énigme qui n'altère pas la compréhension du passage.

74 J'écarte le syntagme mal vestue (PelVieS, v. 9374) qui offre un champ sémantique différent.

75 On notera, par ailleurs, que la même confusion se retrouve au f. 98v (= vers 9075) du ms. Paris, bibliothèque de l'Arsenal 2319 (1er tiers du xve s.) dans lequel figure la version en prose de l'Anonyme d'Angers. On corrigera Gdf, s. v. ratasseler qui cite ce dernier manuscrit en lui attribuant à tort la cote Ars. 2323 et en lisant ratacelee au lieu de ratatelee.

76 On notera cependant que le participe ratasselé y est au masculin et qu'il ne s'applique donc non pas à Avarice – comme c'est le cas dans l'édition Stürzinger – mais à burel « vêtement de bure ».

77 Signalons que la date de c. 1320 consignée dans le FEW pour un texte du domaine picard, correspond vraisemblablement à la date qu'il attribue à Hugues Capet, dont la source est Gdf, et qu'il convient de corriger en c. 1358 (voir citation note 85). Cette datation se retrouve dans FEW pour d'autres attestations tirées de cette chanson de geste, notamment, d'après Gdf, s. v. suppediter et supellatif dans FEW 12, 444b : SUPPEDITARE et 12, 442a : SUPERLATIVUS.

78 Pour ce faire nous avons, là encore, utilisé les ressources dictionnairiques citées précédemment complétées par les matériaux de l'ATILF.

79 W. von Wartburg, Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine darstellungdes galloromanischen sprachschatzes. Supplement zur 2. Auflage des Bibliographischen Beiheftes, Basel-Zbinden, M. Hoffert, 1957.

80 Un sens qui réunit ceux de « réparer (une pièce de vêtement) » et « raccommoder (avec des pièces de bois, des planches, une porte, un pont) » distincts dans FEW 13/1, 138a et 139a.

81 « Audit Jehan Rose, pour avoir […], taillier perches pour l'espoye, appareillier aix pour icelle rappointier et ratasseller le long pont » (Comptes Etat bourg. M.F., t. III, 1416-1420, p. 633).

82 « Ung lit et le cavech de quatre aunes et demie de long et autant de large, lequel est rataselet et bien petitement garni de pleumes » (Arch. Nord, B 3513, 1453, n° 123960 dans IGLF) ; « Ung lit de noef quartiers et le quevech ratasselet en pluiseurs lieux » (Arch. Nord, B 3513, 1496, n° 123952 dans IGLF).

83 « Vestu d'un viel gyppon ratasselé » (Molinet, Rom. Rose moralisé, c. 1500, dans Dupire, Gloss., p. 233), auquel on peut ajouter le dérivé ratasselage : « sans ratasselage fracture ou quelque radoubage » (Molinet, ibid.).

84 « Pannosus […] : vestus de vieses robes toutes ratasselees – Pannositas […] : vieutés d'abis ratasselés – Pannucius […] : vestus de robes ratasselees. »

85 « Mais s'a vous plaisoit, sire, a ceste matinee Que vous me donnissiez le vostre cotte lee, Qui est de maint tassiel entour retassellee Et ce viez chapperon qui est de maint anee, Je vous ay en couvent, me vie arez sauvee… » (HHugues Capet L., c. 1358, v. 5547-5551). Voir note 77, concernant la date de c. 1320 du FEW. Sur la localisation de cette épopée tardive, voir l'introduction de l'édition N. Laborderie très avantageusement complétée par le compte rendu de T. Matsumura dans la Revue de linguistique romane, t. 61, 1997, p. 596-600.

86 Les données du FEW ont ici été complétées par L. Maes, Lexique mouscronnois suivi de trois récits d'inspiration païenne, préface de R. Pinon, Mouscron, 1980 (s. v. ratass' fer « rapiécer ») ; J. Dauby, Le livre du « rouchi », parler picard de Valenciennes, Amiens, Musée de Picardie, 1979 (s. v. ratass(e)ler « mettre une pièce à une chaussure ») ; L. Jardet, Glossaire picard tournaisien, Tournai, Société royale d'histoire et d'archéologie de Tournai, 1998 (s. v. ratass' ler « réparer un vêtement, rapiécer ») ; Cercle dialectal du pays d'Ath, Le picard du pays d'Ath, Ath, Cercle archéologique d'Ath, 2000 (s. v. ratasleu « raccommoder grossièrement ») ; J. Corblet, Glossaire étymologique et comparatif du patois picard ancien et moderne, Paris, Dumoulin et al., 1851 (réimpr. Genève, Slatkine, 1978) (s. v. ratasseler « rapiècetter ») ; R. Debrie, Lexique picard des parlers du Vermandois, Amiens, Université de Picardie, 1987 (s. v. ratasloté « mal repriser », ratasyoté).

87 ┌ ratasseler ┐ / ┌ retasseler ┐ sont absents de O. Collet, Glossaire et index critiques des œuvres d'attribution certaine de Gautier de Coinci : vie de sainte Christine et miracles de nostre Dame, établis d'après les éditions d'O. Collet et V. F. Koenig, Genève, Droz, 2000.

88 L'important glossaire de l'édition Van Hamel ne relève aucune forme de ┌ ratasseler ┐ / ┌ retasseler ┐.

89 B. Stumpf, « Le moyen français clut et ses dérivés dans le Pèlerinage de Vie Humaine de Guillaume de Digulleville, un régionalisme ? », Revue de linguistique romane, t. 70, 2006, p. 181-208.

90 Ibid., p. 207, n. 7.

91 D'où l'attestation datée de « ca. 1350 » du FEW 7, 557a : PANNUS.

92 Et non bibl. de l'Arsenal 2323, voir note 75.

93 Cf. DEAFBiblEl, s. v. RoseMLangl.

94 Non localisé, Cf. GlutzMir.

95 H.-P. Jaubert, Glossaire du centre de la France, Paris, N. Chaix, 1864. Signalons cependant que ni P. Dubuisson, Atlas linguistique et ethnographique du Centre, Paris, CNRS, 1971-1982, 3 vol., ni M.-R. Simoni-Aurembou, Atlas linguistique et ethnographique de l'Ile-de-France et de l'Orléanais, Paris, CNRS, 1973-1978, 2 vol., ne l'enregistrent.

96 « En veillant avoie lëu, Consideré et bien vëu Le biau roumans de la Rose » (PelVieS, v. 9-11).

97 Les barres obliques signifient qu'il ne s'agit pas du mot mais du concept chiffon.

98 Le type manque aussi dans FlutreMPic.

99 Je me suis notamment fondée sur P.-H. Billy, Index onomasiologique des Atlas linguistiques par régions (domaine gallo-roman), de l'Atlas linguistique de la France, et du Französisches etymologisches Wörterbuch XXI-XXIII, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1993.

100 J. Lechanteur, Atlas linguistique de la Wallonie, t. V, 2e partie, La maison et le ménage, Liège, Vaillant-Carmanne, 1991.

101 J. Lechanteur, Atlas linguistique de la Wallonie, t. IV, 1re partie, La maison et le ménage, Liège, Vaillant-Carmanne, 1976.

102 Romania, t. 8, 1897, p. 169.

103 Cf. Pope2 § 914.

104 Respectivement aux p. 50, 128, 180 et 191.

105 Cf. TL, Gdf qui citent aussi GGuiB pour lequel G. RoquesBien Dire, t. 21, p. 359, signale la présence de traits occidentaux. Localisation confortée par les dialectes modernes (Anjou, Poitou) qui donnent le verbe en un sens nouveau (cf. FEW 16, 349b : *KRABBATJAN).

106 Ce mot fera ultérieurement l'objet d'une étude.

107 Ma reconnaissance va à Jean-Paul Chauveau (CNRS/ATILF), qui a fait bénéficier cet article de ses conseils ; à Gilles Roques, pour avoir bien voulu lire et améliorer par ses observations mon manuscrit ainsi qu'à Françoise Henry (CNRS/ATILF) qui a mis, avec générosité, ses compétences à ma disposition pour la réalisation des cartes ci-après reproduites.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/35117/img-1.jpg
Fichier image/, 10k
Titre Figure 1. Les représentants oïliques modernes de ┌ deganer ┐ et ┌ dejener ┐
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/35117/img-2.jpg
Fichier image/, 161k
Titre Figure 2. ┌ ratasseler ┐ en moyen français
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/35117/img-3.jpg
Fichier image/, 420k
Titre Figure 3. ┌ retasseler ┐ en moyen français
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/35117/img-4.jpg
Fichier image/, 391k
Titre Figure 4. ┌ ratasseler ┐ / ┌ retasseler ┐ en français médiéal et en français moderne
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/35117/img-5.jpg
Fichier image/, 201k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540