Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Guillaume de Digulleville

 | 
Frédéric Duval
, 
Fabienne Pomel

Approches du lexique de Guillaume de Digulleville

Le traitement lexicographique de Guillaume de Digulleville

Takeshi Matsumura

Texte intégral

1La richesse du vocabulaire de Guillaume de Digulleville a attiré très tôt l'attention des lexicographes. Un grand nombre des mots qu'il a employés se trouvent ainsi cités dans les dictionnaires. Mais ces citations remontent-elles bien à l'auteur ? Apparemment la question n'a pas inquiété beaucoup de monde, au moins jusqu'à une date assez récente, car la plupart des lexicographes ont utilisé différentes sources à l'aveuglette, sans se rendre compte de la complexité de la transmission des œuvres.

  • 1 F. Godefroy, Dictionnaire de l'ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXeau xvesièc (...)
  • 2 A. Tobler et E. Lommatzsch, Altfranzösisches Wörterbuch, 11 vol., Berlin etc., 1925-2002 que je dé (...)
  • 3 Je désigne cette édition par PelVieS.
  • 4 W. von Wartburg, Französisches Etymologisches Wörterbuch, 25 vol. parus, Bonn etc., 1922-.

2Le dictionnaire qui a exploité de la façon la plus large les œuvres de Guillaume de Digulleville est celui de Frédéric Godefroy1 ; on y compte plus de 800 citations. Le dictionnaire de Tobler-Lommatzsch2 s'est lui aussi intéressé à notre auteur, mais il s'est contenté de dépouiller le premier Pèlerinage dans l'édition publiée par Johan Jakob Stürzinger3 et pour le reste il n'a fait souvent que renvoyer à Gdf. Quant au FEW4, Wartburg a recueilli la plupart des attestations qu'il a trouvées dans Gdf, bien que plusieurs cas intéressants lui aient échappé.

  • 5 Voir E. Faral, « Guillaume de Digulleville, Jean Galloppes et Pierre Virgin », dans Études romanes (...)
  • 6 Voir ibid, p. 93 et A.-M. Legaré, Le Pèlerinage de Vie humaine en prose de la Reine Charlotte de S (...)

3Le malheur vient de ce que Gdf a dépouillé soigneusement non pas les manuscrits fiables des trois Pèlerinages, mais d'une part l'édition de Berthold Rembolt5 d'après l'imprimé de la bibliothèque Mazarine, classé « Incunable 1177 » (environ 550 citations) et d'autre part le manuscrit de l'Arsenal 23196 (environ 150 citations). Le texte de la Mazarine, que Gdf appelle « l'Imprimé de l'Institut », date d'environ 1500 ; il contient une version modernisée de la seconde rédaction du Pèlerinage de vie humaine (f. 1-92) ainsi que du Pèlerinage de l'âme (f. 93-148) et du Pèlerinage de Jésus-Christ (f. 149-206). Les leçons qu'on y trouve peuvent donc remonter à différentes couches. Pour le premier Pèlerinage, trois cas de figure sont possibles : soit la première, soit la seconde rédaction, soit encore le remaniement propre à l'imprimé. Pour les deux autres Pèlerinages on doit envisager deux possibilités : soit la version due à Guillaume de Digulleville, soit celle réécrite par le remanieur. Ainsi, on ne peut pas attribuer une date unique à l'ensemble des mots qu'on trouve dans le texte. On doit vérifier chaque cas pour savoir par qui le mot a été employé. Ce travail m'a pris beaucoup de temps, mais le résultat ne manque pas d'intérêt, parce qu'on voit bien qu'il est dangereux de suivre sans critique les informations contenues dans les dictionnaires, car ils fourmillent de toutes sortes d'erreurs ; je ne pourrai ici qu'en donner quelques exemples. Pour les attestations tirées du ms. de l'Arsenal se pose la même question, mais avec des complications supplémentaires. Ce témoin daté d'environ 1470 contient une des versions en prose, due à l'anonyme d'Angers (datée de 1465 [n. st.]). Là aussi on doit vérifier chaque mot pour voir à qui l'on doit l'attribuer. La date du mot est différente selon la réponse qu'on obtient. Ce qui complique notre travail de vérification, c'est que Gdf attribue plusieurs cotes différentes à ce ms. de l'Arsenal. Ainsi, les citations qu'il dit avoir tirées du ms. 2323 viennent non pas de ce témoin du xviiie siècle mais du ms. 2319, à moins qu'il ne s'agisse de l'imprimé de la Mazarine. J'évoquerai encore d'autres erreurs à la fin de mon exposé.

* * *

  • 7 Outre PelVieS, c'est J. J. Sturzinger (éd.), Le Pèlerinage de l'Ame de Guillaume de Deguileville, (...)
  • 8 P.-Y. Badel, Le Roman de la Rose au xivesiècle, étude de la réception de l'œuvre, Genève, Droz, 19 (...)
  • 9 Par exemple le s. f. chastierresse de l'imprimé, f. 14d suit PelVieS, v. 2288 et non PelVie2, f. 1 (...)

4Examinons d'abord comment les attestations de l'imprimé de la Mazarine sont citées par Gdf et reprises par les autres dictionnaires. Pour les vérifier, j'ai consulté d'abord le microfilm de l'imprimé, puis l'édition des trois Pèlerinages publiés par J. J. Sturzinger7 et enfin le ms. de la BNF, fr. 12466 pour la 2e version du Pèlerinage de vie humaine (que je désigne par PelVie2). Si j'ai choisi ce ms., c'est parce que Pierre-Yves Badel l'a utilisé dans sa thèse8 sur la réception du Roman de la rose au xive siècle. Mais il faut savoir que ce n'est pas la source directe de l'imprimé, parce que dans plusieurs passages le texte de la Mazarine suit non pas la leçon de ce témoin mais celle de la 1re version. Sans entrer dans le détail9, il est certain qu'on a besoin de consulter les autres manuscrits de la 2e rédaction pour savoir lequel a servi au remanieur. Le résultat que je soumets ici est donc provisoire en ce qui concerne les leçons de la 2e rédaction.

5Je divise en quatre groupes les attestations que Gdf a tirées de l'imprimé de la Mazarine, selon la couche à laquelle elles remontent. Voici d'abord celles qui remontent à la 1re rédaction de PelVie. Elles sont souvent reprises par le FEW et Wartburg leur attribue en général la date d'environ 1350. Sa datation n'est pas très loin de la vérité mais pas tout à fait bonne pour les mots qui remontent à la version initiale de PelVie, puisque cette rédaction est datée de 1330-1331. On doit ainsi corriger légèrement la datation que le FEW 9, 94a donne au s. f. plongerie « action d'engloutir » d'après Gdf 6, 227c, car le passage que Gdf a pris à l'imprimé se retrouve dans PelVieS, v. 1180. Il en va de même pour le v. pron. dessaisoner soi « s'écarter ». Mais là il faut remarquer que le FEW 11, 241b et 242a se trompe en citant deux fois PelVieS, v. 888 et 11105 d'après Gdf 2, 649a et le TL 2, 1741 sans qu'il y ait aucune différence sémantique.

  • 10 Voir PelVieS, v. 10000 ; Gdf 1, 577c ; TL 1, 832 ; FEW 9, 331a.
  • 11 Voir PelVie S, v. 11785, 11819, 11834 ; Gdf 2, 786b ; TL 2, 2112 ; FEW 15, 2, 82a.

6Le Pèlerinage de vie humaine n'est pas toujours daté d'environ 1350 par le FEW. Il arrive que Wartburg propose d'autres dates et c'est aux lecteurs de se débrouiller pour savoir à quels textes correspondent ces différentes dates. On trouve par exemple la date d'environ 1340 pour le s. m. baratement « tromperie10 » ou l'adj. duvé « couvert de duvet11 », qui, tous deux, ont été enregistrés par Gdf d'après l'imprimé mais qui se retrouvent dans PelVieS.

  • 12 Voir PelVieS, v. 10024 pour le v. pron. et v. 7521, 9994 et 10009 pour le p. p. adj. ; Gdf cite de (...)

7On trouve ailleurs une datation moins fine. Ainsi, le v. pron. esparveignier soi « s'écloper (d'une personne) » et le p. p. adjectivé esparveignié « éclopé (d'une personne) » sont qualifiés de mfr. dans le FEW 17, 171a avec la date xive siècle. Sans entrer dans des détails assez complexes, je dirai simplement que les sources du FEW sont d'un côté les exemples que Gdf 3, 515a cite d'après l'imprimé et le ms. 2319 de l'Arsenal mais qui remontent tous à PelVieS et de l'autre le TL qui cite trois passages de PelVieS12.

  • 13 Voir par exemple le FEW 1, 656a qui cite mfr. butordement « comme un butor » sans autre précision. (...)
  • 14 C'est le cas par exemple de l'adjectif cornuel « qui porte des cornes ». Bien que Gdf 2, 307b cite (...)

8Je n'insisterai pas davantage sur l'imprécision du FEW et il sera inutile de rappeler que dans ses premiers volumes, il arrive que Wartburg ne donne aucune date aux attestations de Guillaume de Digulleville13 et que parfois il passe sous silence les exemples précieux que Gdf a enregistrés14.

  • 15 K. Baldinger, F. Möhren et al., Dictionnaire étymologique de l'ancien français, Tübingen, 1974-.
  • 16 Les deux attestations sont déjà dans le TL 1, 209 et la première correspond à celle que Gdf 1, 163 (...)
  • 17 A. Terroine, L. Fossier et Y. Montenon (éd.), Chartes et documents de l'abbaye de Saint-Magloire, (...)

9D'ailleurs, le FEW n'est pas le seul à donner des dates fautives ou peu précises aux attestations de PelVie. Le DEAF15 G 1059, 41 s'est trompé lui aussi quand il a cité PelVieS, v. 11244 et 11276 pour le s. m. agot « ce qui tombe par gouttes16 », car le DEAF les date curieusement d'environ 1300. Ce qui semblerait être une simple faute d'impression a eu des conséquences dans l'histoire du mot, parce qu'à cause de cette datation PelVieS est rangé en premier, avant un document du début du xive siècle (mais transmis dans des manuscrits tardifs) et un document de 1315. L'attestation de 1315 citée par Gdf correspond au document n° 221 des Chartes et documents de l'abbaye de Saint-Magloire17. Ainsi, même si l'on met de côté l'attestation transmise par des manuscrits tardifs, celle de Saint Magloire doit être rangée en premier lieu et celle de Guillaume de Digulleville datée de 13301331, en second lieu.

10Un autre cas témoigne de la prudence du DEAF, encore qu'en l'occurrence elle s'avère excessive. C'est l'attestation de l'adv. desguiseement « d'une façon qui n'est pas conforme à la manière habituelle » que Gdf 2, 593a a citée d'après l'imprimé et que le FEW 17, 597a a datée d'environ 1340. Si le DEAF G 1665 a exclu de sa liste cet exemple, c'est sans doute parce qu'il l'a considéré comme appartenant au remaniement d'environ 1500. Mais en fait cette leçon remonte à PelVieS, v. 2832. Il fallait donc enregistrer celle-ci comme 5e attestation du mot.

11Jusqu'ici on a examiné les cas assez simples, parce que le TL qui a bien dépouillé PelVieS nous aide en général pour retrouver et vérifier les passages que Gdf a tirés de l'imprimé et qui remontent à la première version. Voyons maintenant des cas plus compliqués en commençant par les attestations qui se retrouvent seulement dans PelVie2.

  • 18 Le TL 4, 1562 et le FEW 2, 112a ignorent cette attestation.

12Certes, il y a des lexicographes qui ont eu la curiosité de vérifier les attestations citées par Gdf et qui leur ont donné une bonne date, c'est-à-dire 1355 en ce qui concerne les mots qui remontent à PelVie2. C'est le cas des rédacteurs du DEAF dans l'un de ses derniers fascicules parus. En effet, face à l'attestation du s. f. gembiere « pièce de l'armure qui recouvre la partie du membre inférieur de l'homme compris entre le genou et l'articulation du pied, jambière » que GdfC 10, 37c a tirée de l'imprimé de la Mazarine, le DEAF J 105 ne s'est pas contenté de lui donner la date de 1500, mais il a vérifié le passage correspondant du f. 35a de PelVie2. Comme c'est un passage introduit après PelVieS 4488, il est à dater de 1355 comme le fait le DEAF18.

  • 19 C'est un ajout après PelVieS, v. 11513.
  • 20 D'où le FEW 4, 521b qui cite mfr. nfr. hydromancie (ca. 1340-DG) ; la date de ca. 1340 se réfère à (...)

13Il faut pourtant faire remarquer que même le DEAF n'est pas parfait dans tous ses articles. Il lui arrive de ne pas avoir poussé l'examen critique jusqu'au bout. Ainsi, le DEAF H 722 s. v. huper v. n. « crier à tue-tête » donne la date de 1499 à l'attestation que Gdf 4, 529c a tirée de l'imprimé. Ce faisant, le DEAF a noté que le passage manquait dans PelVieS. S'il avait cherché le passage correspondant dans PelVie2, il aurait pu donner une date plus exacte, car on lit au f. 77c le vers « A urper se print et corner » qui correspond au remaniement tardif cité par Gdf19. Il en va de même pour le s. f. idromancie « divination par le moyen de l'eau ». Gdf 4, 536a a cité comme exemple unique le f. 73a de l'imprimé20. Apparemment rebuté par le caractère tardif de cette attestation, le TL n'a pas créé l'article idromancie (ni ydromancie), mais le DEAF I 26 a bien l'article *idromancie avec plusieurs exemples anciens. Dans cet article, il considère l'attestation citée par Gdf comme un ajout tardif du remanieur, parce qu'il n'a pas trouvé le passage correspondant dans PelVieS. C'est en fait le f. 86b de PelVie2 qu'il fallait consulter, car on y trouve la source du remaniement : « Et dicte est ydromancie. » On peut donc ajouter cette attestation dans l'article du DEAF, avant celle d'Eustache Deschamps.

  • 21 C'est un ajout après le vers 3361.
  • 22 « Et tout aussi des autres sens Et de leurs organissemens. »

14Le FEW, qui n'a pas examiné de façon critique les attestations que Gdf avait citées d'après l'imprimé, leur donne différentes dates. Comme on l'a vu à propos des attestations qui remontent à PelVieS, Wartburg les date en général d'environ 1350. Pour les mots qui remontent à PelVie2, cette date s'avère donc assez exacte puisque cette rédaction est datée de 1355. C'est le cas par exemple du s. m. organizement « organisation ». Gdf 5, 633a cite comme exemple unique le f. 20c de l'imprimé et cette attestation est ensuite passée dans le FEW 7, 411a avec la date d'environ 1350. Le TL 6, 1253, publié par la suite, se réfère à ces deux dictionnaires tout en indiquant entre parenthèses que Gdf cite Guillaume de Digulleville. Comme c'est un passage absent de la première rédaction21, le TL n'a pas pu citer le passage correspondant d'après PelVieS. Mais on lit au f. 23a de PelVie22 les vers qui correspondent à la citation de Gdf. Ainsi, il faut corriger la datation du FEW en 1355 et préciser le renvoi du TL en disant qu'il s'agit d'une leçon qui se lit dans PelVie2.

  • 23 Voir par exemple FEW 2, 794b esclopiné « boiteux » Gdf 3, 407c ; le mot se lit dans PelVie2, f. 7 (...)
  • 24 P. Imbs et al., Trésor de la langue française, 16 vol., Paris, CNRS, 1971-1994.
  • 25 A. Hatzfeld, A. Darmesteter et A. Thomas, Dictionnaire général de la langue française, 2 vol., Par (...)
  • 26 Le FEW renvoie à A. D. Menut et A. J. Denomy, « Maistre Nicole Oresme, Le Livre du ciel et du mond (...)
  • 27 Dans le ms. BNF, fr. 1353, f. 26 ; cette partie n'a pas été publiée dans S. Dörr, Der älteste Astr (...)
  • 28 A. D. Menut et A. J. Denomy (éd.), Nicole Oresme, Le Livre du ciel et du monde, Madison/Milwaukee/ (...)
  • 29 « Les epicicles la ou il sont Souvent retrograder les font Ou les font stacionnaires Ou hors voies (...)

15Il serait facile de multiplier des exemples du même cas23. Je parlerai ici plutôt d'un cas où la date d'environ 1350 donnée avec désinvolture par le FEW a été critiquée mais imparfaitement par le TLF24. Il s'agit de l'adj. stationnaire au sens de « qui reste au même point (en parlant d'une planète) ». GdfC 10, 713a cite l'imprimé de la Mazarine comme premier exemple de ce sens astronomique. Et tandis que cette signification n'est pas enregistrée par le TL 9, 1041, le FEW 12, 245b la relève bien en disant qu'elle est attestée depuis environ 1350 jusqu'au Dictionnaire général25 et que l'adjectif se trouve également chez Nicole Oresme26. Dans la partie diachronique de son article stationnaire, le TLF examine bien les données de ses prédécesseurs et considère que le sens astronomique est attesté depuis la deuxième moitié du xiiie siècle. Cette nouvelle première attestation se lit dans l'Introductoire d'astronomie27, que GdfC avait cité sans contexte pour un sens plus général « qui s'arrête et reste dans la même place un certain temps ». Le TLF fait remarquer en même temps que la deuxième attestation se trouve en 1377 dans le Livre du ciel et du monde de Nicole Oresme28. On voit donc que malgré la date donnée par le FEW, le TLF a écarté l'attestation de l'imprimé de la Mazarine puisqu'elle ne se retrouve pas dans PelVieS. Mais en fait le remanieur a suivi PelVie2 (où le mot se lit au f. 49c29) qui a modifié PelVieS après le v. 6869. Ainsi, si le TLF avait poussé un peu plus loin son esprit critique et jeté un coup d'œil au PelVie2, il aurait pu ranger l'attestation du mot chez Guillaume de Digulleville avant celle qu'il a tirée de Nicole Oresme.

  • 30 Voir le FEW 12, 100a s. m. sonetement « son » qui s'appuie sur l'attestation de l'imprimé citée pa (...)
  • 31 Voir le FEW 6, 1, 117a qui cite mailleter v. tr. « frapper » et mailletement s. m. « action de fra (...)
  • 32 Voir le FEW 1, 242a qui mentionne s. f. baptiseure « baptême » d'après l'imprimé cité par Gdf 1, 5 (...)
  • 33 Voir le FEW 25, 407a qui, d'après V. Gay, Glossaire archéologique du Moyen Âge et de la Renaissanc (...)
  • 34 Le FEW 24, 228b date du xive siècle l'attestation citée par GdfC 8, 37b d'après l'imprimé ; la leç (...)

16Pour en revenir au FEW, sa datation des attestations de l'imprimé qui remontent à PelVie2 est assez variable. Il les date non seulement d'environ 1350, mais aussi d'environ 1330 ou 134030, ou du milieu du xive siècle31, ou tout simplement du xive siècle. Il arrive également qu'il ne propose aucune date32, mais cela se produit dans son premier volume où Wartburg ne s'intéressait pas tellement à une datation fine. Cependant, même dans ses volumes récents, le FEW n'a pas examiné sérieusement les citations de Gdf, comme on peut le constater à propos de son traitement du s. m. abeston « amiante33 » ou du s. f. aerimancie « art de deviner l'avenir par le moyen de l'air et des phénomènes aériens34 ». Il faut pourtant noter que Wartburg était parfois très prudent et qu'il lui est arrivé de ne pas attribuer des attestations tardives à Guillaume de Digulleville et de s'en tenir à la date de l'imprimé. Le FEW 4, 375b donne ainsi la date d'environ 1500 à la première attestation du s. m. pl. agiographes « 3e partie de l'Ancien Testament, contenant tous les livres autres que le Pentateuque et les livres des Prophètes » qu'il a trouvée dans l'imprimé cité par Gdf 4, 397b. Cette datation circonspecte a influencé le TLF, parce que celui-ci s.v. hagiographe considère que le deuxième exemple cité par Gdf d'après le ms. 5079 de la bibliothèque de l'Arsenal, daté de la fin du xve siècle, constitue la première attestation pour ce sens. Mais la leçon de l'imprimé remonte en fait à PelVie2, f. 93d, dans un passage ajouté après PelVieS, v. 12834. Elle doit donc être datée de 1355 et retrouver sa place de première attestation dans l'histoire du mot.

  • 35 Voir E. Faral, op. cit., p. 92.
  • 36 G. Paris et G. Raynaud, (éd.), Le Mystère de la Passion d'Arnoul Gréban, Paris, Vieweg, 1878. La c (...)
  • 37 Voir Gdf 6, 444b s. v. protraction ; cf. aussi le catalogue de la BNF qui l'attribue à Noël Olivie (...)
  • 38 Le mot est absent du DMF1 et de l'AND2 (= W. Rothwell et al., Anglo-Norman Dictionary, Second Edit (...)
  • 39 Ce sens me paraît préférable à celui de « asseoir dans une chaise » donné par Gdf 3, 86b à l'attes (...)
  • 40 Voir Gdf 3, 328a qui cite le passage remontant à PelVie2, f. 50b ; le mot est à ajouter au FEW 3, (...)

17On peut citer une autre première attestation qui, bien que relevée par Gdf, a été méconnue par les dictionnaires ultérieurs. Il s'agit du s. f. carence « manque ». GdfC 8, 429a enregistre cinq attestations du mot, et c'est la deuxième qui nous intéresse. Elle est attribuée à « J. Gallopez, Trois peler., f° 4d ». Cette référence semble désigner le Pèlerinage de l'âme, que Jean Galloppes35 dit le Galois a mis en prose entre 1422 et 1431 et qui est conservé dans le ms. Paris, BNF fr. 602. Mais apparemment ni le FEW 2, 373a ni le TLF s.v. carence n'ont élucidé cette indication, car en se fondant sur Gdf 1, 783b qui cite le Mystère de la Passion d'Arnoul Gréban d'après l'édition publiée par Gaston Paris et Gaston Raynaud36, ils présentent tous les deux Arnoul Gréban comme le premier auteur à avoir employé le mot. Le TLF évoque aussi le Repos de conscience cité par GdfC comme la deuxième attestation qu'il date du xve siècle, alors qu'il s'agit d'un texte plus tardif, imprimé en 149937. Quand l'équipe initiale de la partie diachronique du TLF a passé sous silence l'attestation attribuée à Jean Galopes, elle semble donc l'avoir considérée comme postérieure à celle du Repos de conscience. Or si l'on cherche le passage cité, on s'aperçoit que l'indication de GdfC était fautive et qu'en fait l'attestation vient du f. 4d de l'imprimé de la Mazarine, qui est lui-même fondé sur PelVie2, f. 5d. Comme c'est un passage ajouté après PelVieS 476, cette leçon doit être datée de 1355. Le mot se retrouve d'ailleurs trois fois dans PelAmeS 3772, 6863 et 7189, daté de 1355-1358. Ces quatre exemples précèdent ainsi l'attestation tirée d'Arnoul Gréban38. De plus, certains hapax qui ont été relevés par Gdf ont été ignorés par le FEW C'est le cas par exemple du v. tr. encathedrer « asseoir sur un trône39 » ou de l'adj. erratif « erratique40 ».

* * *

  • 41 Voir GdfC 10, 575b qui cite l'imprimé et le TLF s. v. rythmique qui cite PelAmeS, v. 9920 ; cette (...)
  • 42 Le DEAF J 99 cite PelAmeS, v. 8175 qui est la source de l'imprimé enregistré par Gdf 4, 631b et re (...)

18Mais sans insister davantage, je passe maintenant à l'examen des attestations de l'imprimé qui remontent à PelAmeS. Certes, contrairement à PelVie2 qui reste inédit, PelAmeS a été publié dès 1895 par J. J. Stürzinger et il est donc moins difficile d'y retrouver les passages que Gdf a cités d'après l'imprimé si l'on sait que le deuxième Pèlerinage occupe les feuillets 93 à 148. Mais ni le FEW ni le TL n'ont fait une recherche sérieuse dans cette direction. Ce n'est que chez des lexicographes plus récents que l'on trouve le souci d'étudier attentivement PelAmeS. Ainsi, le TLF et le DEAF ont vérifié et bien daté l'attestation du s. f. rithmique « science du rythme41 » et celle du syntagme mal jambu « qui a des jambes qui ne fonctionnent pas bien42 » que Gdf avait citées d'après l'imprimé.

  • 43 Voir A. Longnon (éd.), Meliador par Jean Froissart, 3 vol., Paris, Société des anciens textes fran (...)
  • 44 Passage correspondant à l'imprimé cité par Gdf 5, 489b au sens de « nerveux, fort, solide » et dat (...)
  • 45 Attestation relevée par V. Gay, op. cit., s.v. nervure et reprise par le FEW pour le sens de « orn (...)
  • 46 Voir l'éd. citée, p. 286.
  • 47 Voir l'éd. citée II, D, 1 et 2 ; le DMF1 aussi cite ce texte.

19Cependant, dans d'autres articles, le TLF passe sous silence l'attestation précoce qu'il aurait pu retrouver dans PelAmeS. C'est ce qui arrive dans l'article nerver où il cite comme première attestation le Meliador de Froissart43 (fin du xive siècle) d'après le TL 6, 606, alors qu'on a une occurrence antérieure de 1355-1358 dans PelAmeS, v. 807944, elle-même précédée d'un document daté de 135145. Il en va de même pour le s. m. épicycle « petit cercle qu'on supposait parcourir la circonférence d'un autre cercle plus grand (astron.) ». Le TLF, qui cite comme première attestation le Livre du ciel et du monde de Nicole Oresme46 daté de 1377, n'a pas retenu l'exemple que GdfC 9, 497a avait cité d'après l'imprimé, que le FEW 2, 1604b a ensuite daté d'environ 1350 et qui se retrouve dans PelAmeS, v. 8920. Le mot se lit d'ailleurs un peu plus tôt dans les Compilations de le science des estoilles47.

  • 48 Voir par exemple assenestrir soi v. pron. « se rendre gaucher » cité par Gdf 1, 434b et ensuite da (...)
  • 49 Par contre le TL n'a pas recueilli le mot pour des raisons inconnues.

20Comme on vient de le voir et aussi comme on l'a vu dans l'examen des cas qui remontent à PelVieS ou à PelVie2, Wartburg qui n'a pas eu le temps de vérifier tous les détails a souvent donné la date d'environ 1350 aux attestations que Gdf avait citées d'après l'imprimé de la Mazarine. Tant que les références de Gdf sont exactes, on peut assez facilement vérifier ses attestations dans les passages correspondants de PelAmeS et remplacer par 1355-1358 la date d'environ 1350 donnée par le FEW. Je n'aurai pas besoin d'entrer dans le détail pour ces cas48. Mais il arrive qu'une faute d'impression défigure les références et complique notre tâche. Voyons par exemple l'article cendriere s. f. « tas de cendre » de Gdf 2, 13c. Là, Gdf cite un seul exemple, tiré du f. 209b de l'imprimé. Or le volume ne contient que 206 feuillets. Apparemment cette référence fautive n'a pas embarrassé le FEW 2, 686b, car Wartburg date le mot d'environ 1350 comme il le fait souvent ailleurs49. Cette attestation se lit en fait au f. 109b de l'imprimé et elle se retrouve dans PelAmeS, v. 3252.

  • 50 Voir par exemple le FEW 10, 324a qui cite afr. restituement s. m. « action par laquelle on rend, o (...)
  • 51 E. Huguet, Dictionnaire de la langue française du seizième siècle, 7 vol., Paris, 1925-1967.
  • 52 J.-B. La Curne de Sainte-Palaye, Dictionnaire historique de l'ancien langage françois ou Glossaire (...)
  • 53 Le TL 3, 1776, 43 ne fait que renvoyer à Gdf et au FEW sans autre précision.

21Je passe sur d'autres dates que Wartburg attribue aux leçons qui remontent à PelAmeS50, sauf un cas étrange. Il s'agit du s. f. festoirie « festin » que le FEW 3, 483b date du xvie siècle. Comme le mot manque à Huguet51 et à La Curne de Sainte-Palaye52, sa source doit être Gdf 3, 773c53 (ou GdfLex) qui cite comme exemple unique l'imprimé de la Mazarine. La datation exceptionnellement basse du FEW est-elle due à une prudence inhabituelle de Wartburg ou à une simple faute d'impression pour le xive siècle ? En tout cas, le passage se retrouve dans PelAmeS, v. 9525 et l'on peut donc dater cet hapax de 1355-1358.

  • 54 Sa source est Gdf 1, 756b qui cite deux passages de l'imprimé, fondés sur PelAmeS, v. 10351 et 107 (...)
  • 55 Voir Gdf 2, 293c qui cite l'imprimé, provenant de PelAmeS, v. 1584 ; le TL 2, 835 se borne à renvo (...)
  • 56 De même, la première attestation de l'adj. infinable « infini » que Gdf 4, 579a a citée d'après le (...)
  • 57 Le mot est relevé par Gdf 3, 684c d'après l'imprimé qui remonte à PelAmeS, v. 2669.
  • 58 Voir PelAmeS, v. 6958 qui est la source de l'imprimé cité par Gdf 3, 306a.
  • 59 Gdf 8, 344a cite le mot d'après l'imprimé fondé sur PelAmeS, v. 9402.

22À côté des attestations ainsi datées de diverses façons par le FEW, un certain nombre lui ont échappé. Certes, personne ne sera étonné que Wartburg n'ait pas recueilli les hapax comme le s. f. buisinerie54 « action de jouer de la trompette, le son de la trompette » dans le FEW 1, 756b ou le s. m. copulement55 « accouplement » dans le FEW 2, 1161a, puisqu'à l'époque les mots d'ancien français ne l'intéressaient pas tellement56. Mais les mots ignorés ne concernent pas que les premiers volumes du dictionnaire. Même dans des volumes ultérieurs le FEW a omis des mots rares que Gdf avait cités d'après l'imprimé, comme on peut le constater à propos du s. f. exhorbitacion « action de sortir des bornes57 » ignoré par le FEW 7, 389a, du v. tr. entriniter « doter d'une faculté triple58 » qui manque au FEW 13, 2, 286a ou du v. tr. zodiaquer « entourer59 » que le FEW 14, 666a n'a pas recueilli. Si ces mots n'ont pas été retenus par Wartburg, cela est-il dû au fait que le TL n'a pas dépouillé PelAmeS et que par conséquent le FEW ne disposait pas d'instruments pratiques (en dehors de l'édition Stürzinger) pour vérifier facilement les passages enregistrés par Gdf ? Quoi qu'il en soit, les lecteurs doivent toujours retourner aux sources du FEW pour ne pas laisser échapper les attestations intéressantes.

  • 60 Voir par exemple le s. m. escremissement « escrime » que Gdf 3, 438c a cité d'après l'imprimé remo (...)
  • 61 Sa source est Gdf 1, 183c qui cite l'imprimé fondé sur PelJChrS, v. 7463.
  • 62 Voir F. J. Tanquerey, « Exhortation à l'amour divin, poème du xiiie siècle », Romania, t. 66, 1940 (...)

23Ce que l'on vient de voir dans le traitement des attestations qui remontent à PelAmeS se retrouve dans la façon dont les dictionnaires datent les attestations que Gdf a citées d'après l'imprimé de la bibliothèque Mazarine et qui se retrouvent dans PelJChrS. Le FEW leur attribue le plus souvent la date d'environ 135060, mais il lui arrive de proposer d'autres dates. Ainsi, le s. m. aigleteau « aiglon » est daté curieusement du xiiie siècle dans le FEW 25, 73a61. D'autres dates, plus proches de la bonne date, se rencontrent ailleurs. Par exemple, l'adj. entresemblable « qui se ressemble l'un à l'autre » est enregistré par Gdf 3, 300c avec un seul exemple tiré de l'imprimé. Cette attestation est ensuite passée dans le FEW 11, 626a qui la date d'environ 1340. Il faut, en fait, la dater de 1358 parce que le mot se lit dans PelJChrS, v. 663. Une autre date est fournie par le FEW 13, 2, 203a à propos du s. m. transfigurement « la transfiguration du Christ au Thabor ». Ce mot, daté de 1357, provient de Gdf 8, 15b où est cité un seul exemple d'après l'imprimé, qui remonte à PelJChrS, v. 6385. On peut relever d'autres occurrences du mot dans la même œuvre (aux v. 6377, 6412, etc.) et compléter aussi le TL 10, 525 qui renvoie à Gdf et au FEW en indiquant que le mot se trouve chez Guillaume de Digulleville sans plus de détails. Ailleurs, le FEW propose une datation plus vague. C'est ce qu'on trouve dans le FEW 24, 265a qui enregistre l'adj. aignelin « d'agneau » en le considérant comme un hapax du xive siècle. Sa source est Gdf 1, 162a qui cite un seul exemple tiré de l'imprimé, qui est fondé sur PelJChrS, v. 1591. On peut signaler du reste que ce n'est pas un hapax, parce qu'on rencontre l'adj. dans un poème du xiiie siècle appelé Exhortation à l'amour divin62. Enfin, il y a même un cas où Wartburg se contente de qualifier le lexème d'ancien français sans proposer de date. Comme on peut s'y attendre, c'est ce qui lui arrive au début de son entreprise. En effet, le s. m. bareïs « barrage » que Gdf 1, 584a a enregistré d'après l'imprimé et qui se retrouve dans PelJChrS, v. 7044 est repris dans le FEW 1, 255b avec une simple indication d'ancien français et sans que son caractère unique soit souligné.

  • 63 Le passage cité par Gdf correspond à la p. 426 de A. D. Menut, Maistre Nicole Oresme, Le Livre de (...)

24Mis à part le cas de bareïs, dépourvu d'indication chronologique, les différentes dates ainsi données par le FEW résultent de la supposition optimiste selon laquelle les leçons que Gdf a tirées de l'imprimé de la Mazarine remontent à Guillaume de Digulleville. C'est une attitude bien sûr très dangereuse. Quand on est plus prudent, on s'en tient donc à la date de l'imprimé. C'est ainsi que le DEAF I 125 a daté de 1499 l'attestation de l'adj. impermuable « qui ne peut être changé » que Gdf 4, 553b avait citée d'après l'imprimé à côté d'une autre attestation tirée du Livre de Ethiques d'Aristote de Nicole Oresme63. Quand le FEW 8, 252b a repris cette attestation, il lui a donné la date d'environ 1350 et l'a donc considérée comme antérieure à celle de Nicole Oresme datée de 1370. Le TL 4, 1352 a également recueilli les deux exemples de Gdf en les attribuant à Guillaume de Digulleville et à Nicole Oresme. Mais le DEAF n'a pas accepté cette identification et a donné la priorité à l'attestation de Nicole Oresme. Or le passage cité par Gdf n'est pas une leçon introduite par le remanieur, mais remonte à PelJChrS, v. 11225. Il faut donc revenir à l'ordre admis sans réflexion par les autres dictionnaires.

  • 64 Voir PelJChrS, v. 8201, passage correspondant à la citation que Gdf 1, 352c a tirée de l'imprimé.
  • 65 Le mot se lit dans PelJChrS, v. 4862 ; cf. Gdf 2, 138a ; TL 2, 439.
  • 66 Le mot est cité par Gdf 3, 420c d'après l'imprimé fondé sur PelJChrS, v. 1708 et repris par le FEW (...)

25À côté des mots repris par Wartburg avec des dates diverses, on a des mots que Gdf a cités d'après l'imprimé de la Mazarine mais qui ne sont pas passés dans le FEW C'est ce qui arrive à l'adj. apartenable « convenable64 » dans le FEW 25, 34b, au s. m. circoncisionement « circoncision65 » dans le FEW 2, 705a, ou au s. m. esconsail « cachette66 » dans le FEW 24, 50b. On voit que même dans la refonte de la lettre A, les rédacteurs n'ont pas pu éviter ces petites omissions.

26Après avoir vu comment les attestations qui remontent à Guillaume de Digulleville sont traitées dans les dictionnaires, examinons de quelles façons les mots introduits par le remanieur sont enregistrés et datés par les lexicographes à la suite de Gdf qui les a cités.

  • 67 Voir le f. 51b : « Ou aucune cretonnee. »
  • 68 Voir le vers 10314 : « Ou autre rien desguisee. »
  • 69 Passage correspondant à la p. 43 de G. Di Stefano (éd.), Boccace, Decameron, traduction (1411-1414 (...)
  • 70 Voir le TLF s. v. mallier qui cite comme premier exemple de l'emploi substantivé « cheval qui port (...)

27Les dictionnaires comme le TLF et le DEAF sont conscients de la modernisation de l'imprimé et attribuent souvent la bonne date aux attestations que Gdf en a tirées au lieu de les faire remonter à Guillaume de Digulleville. Ainsi, l'adj. rural « rustique, grossier » est cité par GdfC 10, 601c d'après l'imprimé. Comme le passage se lit dans le prologue que le remanieur a ajouté à PelVie2, on ne doit pas l'attribuer à Guillaume de Digulleville. Alors que le FEW 10, 581a a imprudemment daté cette attestation d'environ 1350, le TLF s. v. rural n'a pas suivi le FEW et il lui a donné la bonne date d'environ 1500. Il en va de même pour le s. f. salade « plat composé d'herbes potagères assaisonnées ». L'attestation que GdfC 10, 613a a tirée de l'imprimé est ensuite passée dans le FEW 11, 82b avec la date d'environ 1350 et le TL 9, 101 réfère lui aussi à Guillaume de Digulleville. Or le passage modifie la leçon de PelVie67, qui diffère elle-même de celle de PelVieS68. Par conséquent, le TLF s.v. salade l'a exclu et il considère comme première attestation le Decameron de Laurent de Premierfait69 cité par GdfC. On retrouve cette bonne datation dans d'autres articles du TLF, qu'il serait fastidieux d'énumérer70.

  • 71 Voir le f. 63c : « Plus aspre que n'est gletonnier. »
  • 72 Voir par exemple le DEAF G 1314 s. v. ragregier ; – H 282 s. v. hauberc qui critique la datation a (...)

28Le DEAF examine également avec prudence les attestations que Gdf a tirées de l'imprimé. Par exemple, l'attestation unique du s. m. gleteronnier « bardane (plante) » a été citée par Gdf 4, 289c d'après l'imprimé et elle est ensuite passée dans le TL 4, 371 avec la mention du nom d'auteur et dans le FEW 16, 330b qui l'a datée d'environ 1350. Mais le DEAF G 843 a vérifié le contexte dans l'imprimé et il a donné la date du xve siècle à cette leçon qui n'est fondée ni sur PelVie71 ni sur PelVieS, v. 8847. On retrouve le même esprit critique dans d'autres articles du DEAF que ses lecteurs assidus doivent bien connaître72.

  • 73 Elle correspond au vers 658 de l'éd. Jodogne ; le mot se lit aussi au vers 77. Le DMF1 ne connaît (...)
  • 74 Le TLF s.v. avocasserie date aussi imprudemment d'après 1355 l'attestation de l'imprimé citée par (...)
  • 75 On peut faire remarquer que la forme gayne est en fait attestée dès la première moitié du xive siè (...)

29Mais il arrive que même le TLF et le DEAF se soient trompés, surtout au début de leur entreprise. Le s. f. amenité « agrément » est l'un de ces cas malheureux. D'abord GdfC 8, 103a a cité une attestation du mot d'après l'imprimé. Le mot est ignoré du TL mais l'exemple de l'imprimé a été ensuite repris par le FEW 24, 462b où il est considéré comme la première attestation datée du xive siècle. Le TLF s. v. aménité a lui aussi recueilli cette attestation en la datant de 1358. Or elle n'est pas due à Guillaume de Digulleville parce qu'elle se trouve dans un passage ajouté par le remanieur au f. 6a de PelVie2. La nouvelle première attestation semble donc être celle d'Arnoul Gréban73 citée par GdfC74. D'autre part, la graphie gayne avec y du s. f. gaïne « fourreau d'épée ou de couteau » a reçu un traitement semblable dans le DEAF G 54, parce qu'il lui donne la fourchette chronologique d'environ 1350 à 1560. Sa source est GdfC 9, 679c qui cite l'imprimé. Cette attestation est passée dans le FEW 14, 121b avec la date d'environ 1350 et cette datation a été acceptée par le DEAF sans critique. Pourtant dans le passage correspondant, PelVieS, v. 94 et PelVie2, f. 2c utilisent l'expression mettre en sauf au lieu de mettre en gayne. Il faut donc donner à l'exemple de l'imprimé la date d'environ 150075.

  • 76 Cet hapax que Gdf 1, 152c a cité d'après l'imprimé est repris par le FEW 3, 805a avec la date de 1 (...)
  • 77 C'est l'attestation de l'imprimé qui est citée par Gdf 1, 288a et reprise par le FEW 24, 580a avec (...)
  • 78 Bien que le FEW 2, 131b date le syntagme du xive siècle, le FEW 24, 149a donne à mfr. chambres ais (...)
  • 79 Voir par exemple al(l)umement s. m. « action d'allumer, son résultat » FEW 24, 341a, cf. PelVie2, (...)
  • 80 Voir le FEW 12, 137b qui cite afr. espasmé « évanoui » (ca. 1320) d'après Gdf 3, 515b ; la citatio (...)
  • 81 Voir le FEW 2, 1108b qui enregistre mfr. contingentement « de manière contingente » (1332-ca. 1430 (...)
  • 82 Par exemple l'adj. tournatil « comme fait au tour, arrondi » est daté d'environ 1340 par le FEW 13 (...)
  • 83 Voir le FEW 24, 340a qui donne à al(l)umnier v. tr. « mettre le feu à qch de combustible » la four (...)
  • 84 Outre le s. m. pronostiqueur cité plus haut, voir le FEW 6, 1, 686a qui date de la première moitié (...)
  • 85 Voir le FEW 2, 1079b qui cite mfr. constantionner « rendre persévérant » (milieu du xive s.) ; sa (...)
  • 86 Queux de Saint-Hilaire (éd.), Œuvres complètes de Eustache Deschamps, t. II, Paris, Didot, 1880, p (...)
  • 87 L. Douët-d'Arcq (éd.), Comptes de l'argenterie des rois de France au xivesiècle, Paris, Renouard, (...)
  • 88 P. Guérin (éd.), « Recueil des documents concernant le Poitou contenus dans les registres de la Ch (...)
  • 89 A. Slerca (éd.), André de La Vigne, Le Voyage de Naples, Milan, Vita e Pensiero, 1981, p. 147.

30Quant au FEW, il lui arrive certes de donner une bonne date aux attestations tirées de l'imprimé comme on peut le constater par exemple à propos du v. tr. afringoter « parer76 », de la locution estre anhelant de « aspirer vivement à77 » ou du syntagme chambres aisees « cabinets d'aisance78 ». Mais dans la grande majorité des cas, Wartburg fait remonter à Guillaume de Digulleville les leçons introduites par le remanieur et leur donne diverses dates précoces : environ 135079 pour la plupart, mais aussi environ 132080, 133281, environ 134082, ou plus vaguement le xive siècle83 ou la première moitié84 ou le milieu85 du siècle. Ce faisant, il risque de donner une fausse image de l'histoire du vocabulaire, parce que les attestations qu'il considère comme les premières sont souvent dues au remanieur. Dans ces cas-là, nous sommes obligés de repartir à la recherche de nouvelles attestations précoces. C'est ce qui arrive par exemple dans la datation du syntagme or de touche « or de bonne qualité ». Le FEW 13, 2, 7b lui donne la date d'environ 1340 tout en citant aussi Eustache Deschamps86. Or la leçon de l'imprimé citée par Gdf 7, 772b modernise celle de PelAmeS, v. 4584 (« Et aussi com or reluisoit ») et il faut donc dater cette attestation d'environ 1500. En tenant compte du DMF1 on doit ranger les attestations anciennes dans l'ordre suivant : d'abord un document de 135287, ensuite Eustache Deschamps, puis un document poitevin de 142388 suivi d'André de La Vigne89 et enfin notre imprimé de la Mazarine.

  • 90 Les rédactions anciennes donnent toutes deux barbelé.
  • 91 Voir Gdf 2, 213a qui cite l'imprimé ; c'est un passage ajouté après PelJChrS, v. 4188. Il faut cor (...)
  • 92 Le mot se lit dans l'imprimé cité par Gdf 3, 687a ; il est dans un prologue ajouté à PelVie2.
  • 93 Puisque la citation donne aboistie comme forme féminine, il vaut mieux reconstituer aboistié quabo (...)
  • 94 Voir PelVie2, f. 55a et PelVieS, v. 7166.
  • 95 M. Roques, op. cit., p. 368 : « innobedienter : desobeissanment ».
  • 96 Ibid.

31À côté des cas auxquels le FEW a donné ainsi des dates trop hautes, on a des mots que Wartburg n'a pas recueillis dans son dictionnaire alors qu'ils sont enregistrés par Gdf d'après l'imprimé. Comme on peut s'y attendre, les cas se rencontrent surtout dans les premiers volumes. Ainsi, l'adj. rebarbelé « barbelé » que Gdf 6, 635c a tiré de l'imprimé mais qui n'est fondée ni sur le f. 62c de PelVie2 ni sur PelVieS, v. 870790 est absent dans le FEW 1, 244b. De même, ni le s. f. comprehense « action de comprendre91 » ni l'adj. exponible « qui peut être exposé92 » ne sont recueillis dans le FEW 2, 989a s.v. comprehendere et 3, 312b s. v. exponere. Mais même dans des volumes ultérieurs le FEW néglige parfois des attestations de l'imprimé. Par exemple, Gdf 1, 25b cite l'adj. aboistié93 « estropié » d'après l'imprimé : « Ta hanche tort [lire torte] et aboistie. » Ce passage modifie le f. 74a de PelVie2 où on lit esboitie au lieu de aboistie, qui modifie lui-même PelVieS, v. 10024. Or l'attestation d'aboistié ainsi relevée par Gdf est ignorée par le TL aussi bien que par le FEW 9, 652b et à cette occasion l'on pourra ajouter dans le FEW l'adj. esboitié qu'on lit dans le passage correspondant de PelVie2, d'autant plus que cette attestation antidate celle de 1587 que Wartburg y a consignée. On peut citer également l'adj. crampelier « replié sur soi-même » que Gdf 2, 355c a cité d'après l'imprimé, mais que le FEW 16, 354a n'a pas repris. C'est une leçon à dater d'environ 1500 parce qu'elle a été introduite par le remanieur à la place de l'adj. encrampelie des deux versions anciennes de PelVie94, cité par le TL 3, 262 comme par le FEW L'adv. desobeissanment « avec désobéissance » mérite aussi d'attirer notre attention. Le FEW 7, 277b le qualifie de français moderne et lui donne la fourchette chronologique de 1606 à 1636. Ce faisant, Wartburg n'a pas tenu compte de Gdf 2, 615c qui avait cité le Glossaire latin-français de Conches ainsi que notre imprimé. Bien que le TL 2, 1661 ne fasse que renvoyer à Gdf, il est facile de vérifier les deux exemples cités par Gdf. Le premier correspond au n° 4410 du Glossaire de Conches (daté d'environ 1350) publié par Mario Roques95 et l'on constate que le Glossaire de Paris96 aussi utilise le même mot. Quant à l'attestation de l'imprimé, elle correspond au vers 3805 de PelJChrS où on a à la place de l'adv. le s. m. desobeissement « action de désobéir ». Cette leçon est aussi précieuse, parce que le FEW ne connaît qu'une réalisation de ce type en ancien occitan. On peut ainsi ajouter au FEW non seulement trois attestations de l'adv. antérieures à celles qu'il a enregistrées, mais aussi l'exemple unique en français du s. m. desobeissement.

* * *

  • 97 On a plus d'une centaine de cas où cette cote apparaît à la place du ms. bibl. de l'Arsenal 2319 ; (...)
  • 98 Voir Gdf 3, 155b s. v. enforcillé adj. « recouvert, masqué » dont la citation vient en fait du ms. (...)
  • 99 Il s'agit sans doute d'une faute d'impression ; voir Gdf 7, 758c qui cite en fait le ms. 3331 de l (...)
  • 100 Voir Gdf 2, 184a qui cite deux passages sous cette cote alors qu'il s'agit du ms. bibl. de l'Arsen (...)
  • 101 Voir GdfC 8, 30a qui cite en fait un passage du ms. bibl. de l'Arsenal 2319 correspondant à PelVie (...)
  • 102 Si l'on met à côté l'attribution à la bibl. de l'Arsenal 2309 qu'on trouve dans Gdf 7, 667a ; l'at (...)

32Les attestations que Gdf a tirées de l'imprimé de la Mazarine posent ainsi de nombreux problèmes. Avant de terminer mon exposé, je dirai un mot sur la façon dont Gdf a cité des mss de l'Arsenal et des méprises fâcheuses qui en résultent dans les dictionnaires ultérieurs. Si l'on examine les exemples que Gdf attribue aux œuvres de Guillaume de Digulleville ou à leurs remaniements conservés à l'Arsenal, on est frappé par la multiplicité des cotes. Voici celles que j'ai trouvées : 323, 2309, 2319, 232397, 232898, 3331, 353199, 5208100 sans parler d'un cas où Gdf a oublié de noter la cote101. Or toutes les attestations ainsi référencées ne proviennent en fait que de deux sources102 : d'un côté le ms. 2319, daté d'environ 1470, qui contient la mise en prose de l'Anonyme d'Angers comme je l'ai dit au début ; et de l'autre, le ms. 3331, qui contient la fin de PelVie au premier feuillet et dont le reste est consacré à PelAme, mais Gdf n'en a dépouillé que les 16 premiers feuillets. Le résultat est simple, mais la vérification qui demande de la patience n'a pas tenté beaucoup de monde. Quand les lexicographes ont eu de la difficulté à retrouver la bonne référence, ils ont souvent caché leur ignorance sous une indication peu explicite. Ainsi, le v. pron. defrimer soi « se détruire » que Gdf 2, 460b a attribué au f. 76v du ms. 323 de l'Arsenal est ignoré ensuite par le TL, tandis qu'il est rangé dans le FEW 16, 239b avec une mention laconique d'ancien français et d'après seulement GdfLex. Ce mot se lit en fait dans la version en prose conservée dans le ms. 2319, qui modifie les vers 7172 et 7175 de PelVieS où l'auteur utilisait le verbe defrier. La datation tardive du mot justifie certes son exclusion du TL, mais dans le FEW on doit dater cet hapax de 1465 à la place d'une indication trop vague d'ancien français.

  • 103 Voir le FEW 12, 104b qui cite mfr. sophistice s. f. « sophisterie, tromperie » (c. 1330) en s'appu (...)
  • 104 L'attestation du s. m. assopail « occasion de commettre une faute » tirée par Gdf 1, 56c d'après l (...)
  • 105 Les cas sont nombreux, dont certains sont évoqués plus bas. Voir en outre le FEW 16, 616a qui donn (...)
  • 106 L'attestation du s. m. espavain « exostose du jarret chez le cheval » citée par GdfC 9, 538a d'apr (...)
  • 107 Voir le FEW 7, 266b qui cite oublaier (c. 1280-1316), datation qu'il faut donc modifier avec cette (...)

33Une fois identifiés les deux mss utilisés par Gdf, il reste à examiner toutes les attestations cas par cas. Je ne parlerai ici que du ms. 2319. Pour donner aux attestations une bonne datation, il faut comparer la version en prose avec le texte de Guillaume de Digulleville, car les mots peuvent soit remonter à l'auteur soit être le résultat du remaniement tardif. Les erreurs du FEW sont du même type que celles qu'on a vues à propos de son traitement des attestations tirées de l'imprimé de la Mazarine. Très souvent, Wartburg attribue imprudemment les attestations tardives non pas au remanieur mais à Guillaume de Digulleville et il donne des dates trop hautes comme environ 1330103, 1340104, 1350105, ou plus vaguement le xive siècle106. Ce faisant, il a parfois bouleversé la chronologie des attestations, comme on le voit par exemple dans l'histoire du s. m. oublieur « celui qui fait et vend des oublies ». Le FEW 7, 267a donne à ce mot la fourchette chronologique d'environ 1350 à 1874. La première date correspond à l'attestation que Gdf 5, 664c a tirée du ms. 2319. Cette leçon ne remonte pourtant pas à Guillaume de Digulleville, car celui-ci utilisait le mot oublaier107 dans PelVieS, v. 2675. La nouvelle première attestation se trouve chez Eustache Deschamp, cité par le TL 6, 957, 19.

  • 108 Le FEW 3, 326a date aussi erronément du xve siècle l'adj. f. estenderesse « qui étend » alors que (...)

34Il arrive également que le FEW soit trop prudent en donnant des dates présumées du remaniement aux mots qui remontent à la version primitive. Par exemple, le s. f. traineresse « celle qui traîne un condamné par les rues » est daté d'environ 1440 dans le FEW 13, 2, 167a. La source de Wartburg est Gdf 7, 788b qui cite le ms. 2319. Or le passage correspond à PelVieS, v. 7289 où on lit toujours le mot trahinerresse. Aussi fallait-il donner la date de 1330-1331 à cette leçon qui remonte à Guillaume de Digulleville108. En revanche, lorsque le FEW 25, 30a a daté du xvie siècle le s. m. appellateur au sens de « oiseleur qui attire les oiseaux par des appeaux », on doit être indulgent parce qu'il a été induit en erreur par les références fautives de GdfC. En effet GdfC 8, 141c attribue sa citation à « J. Gallopez, Pelerin. de la vie hum., Ars. 3331, f° 2v° », alors qu'elle provient non pas de la version de Jean Galloppes mais de celle de l'Anonyme d'Angers et que le ms. porte non pas la cote 3331 mais la cote 2319 de la bibliothèque de l'Arsenal. Comme le remanieur modifie PelVieS, v. 102 où l'auteur utilisait le mot apasteleur, cette leçon doit être datée de 1465. Quand on pense à tous ces obstacles qui attendent les lexicographes, on dirait que c'est par un heureux hasard que le FEW 12, 414a a daté du xve siècle l'hapax suffoqueresse s. f. « celle qui détruit » que Gdf 7, 589a avait tiré du ms. 2319, parce que le passage modifie PelVieS, v. 2050 où on a un autre mot.

  • 109 Voir le TL 2, 490, 15 qui renvoie à Gdf 2, 157a ; la citation de celui-ci vient du ms. 2319, qui m (...)
  • 110 Voir le TL 2, 1419, 37 qui ne fait que renvoyer à Gdf 2, 515b ; celui-ci cite le ms. 2319, passage (...)
  • 111 Le TL 3, 503, 8 ne fait que se référer à Gdf 3, 223a ; les deux premières citations de Gdf viennen (...)
  • 112 Il est à tort daté d'environ 1350 par le FEW 12, 331b.
  • 113 Voir aussi G. Roques, « [Compte rendu :] Boeces, De Consolacion, édition critique par J. K. Atkins (...)
  • 114 Voir aussi le TL 3, 2057, 9 s. v. forbissement s. m. « fourbissage » qui renvoie au FEW 3, 883b et (...)
  • 115 Où Wartburg propose la date erronée d'environ 1340.

35Le TL aussi était peu attentif, parce qu'il se contentait souvent d'un simple renvoi à Gdf, comme on le voit dans ses articles clocheteïz109, deplor110 ou enroncier111. Et lorsqu'il donnait un peu plus de détails, il attribuait à Guillaume de Digulleville ou datait du xive siècle les leçons que Gdf avait tirées de la version en prose de l'Anonyme d'Angers. Par exemple le TL 9, 321, 24 s. v. seduiresse « séductrice » a indiqué que la citation de Gdf 8, 352a était de Guillaume de Digulleville alors qu'en fait elle vient du ms. 2319. Le mot seduiresse du remaniement112 se substitue à envelopperresse de PelVieS, v. 555113. De même, la date du xive siècle114 que le TL 5, 1161, 35 s.v. margoignier « malmener » donne en renvoyant au FEW 6, 321a115 et à Gdf 5, 173c correspond à l'attestation que Gdf avait tirée du ms. 2319 et qui ne se retrouve pas dans le passage correspondant de PelVieS, v. 13265 où on lit mangonner.

  • 116 Passage qui modifie PelVieS, v. 7869.

36Même le DEAF s'est trompé au début (en G 344) en attribuant à Guillaume de Digulleville et en datant d'environ 1331 l'attestation du s. m. garrulement « cri des oiseaux » que Gdf 4, 238c avait tirée du ms. 2319116 et que le FEW 4, 72a avait datée d'environ 1350. L'équipe du DEAF a dû y revenir plus tard en G 1703, 41 pour corriger cette datation et préciser qu'il s'agissait d'une attestation qu'on ne trouve que dans un remaniement en prose.

  • 117 On peut citer aussi l'adj. detractoire « qui tend à détracter » dont Gdf 2, 689a a cité une attest (...)
  • 118 Gdf 1, 164b cite le mot d'après le ms. 2319 et il se retrouve dans PelVieS, v. 9569, mais ni le TL (...)
  • 119 Il se lit dans le ms. 2319 comme on le voit dans Gdf 2, 355b, mais il ne remonte pas à PelVieS, v. (...)
  • 120 La leçon en demussailles qu'on trouve dans le ms. 2319 cité par Gdf 2, 505b se substitue à en muça (...)
  • 121 Gdf 3, 200a cite le mot d'après le ms. 2319 ; cette leçon qui remplace celle de PelVieS, v. 10179 (...)

37Parmi les attestations que Gdf a tirées du ms. 2319, il y en a aussi qui, bien qu'elles soient précieuses, sont ignorées dans les dictionnaires ultérieurs. Par exemple, Gdf 5, 712a cite l'attestation précoce du s. f. palpation « action de palper » d'après le ms. 2319, mais elle n'a pas été recueillie par le FEW 7, 518b. En fait cette leçon remonte à Guillaume de Digulleville comme on peut le constater dans le TL 7, 112 qui cite le passage correspondant de PelVieS, v. 4184. Pourtant, même le TLF s.v. palpation continue à l'ignorer, parce qu'il donne 1833 comme la date d'apparition du mot. Même si le mot est employé chez Guillaume de Digulleville dans un sens général et non pas dans son sens médical, il ne fallait pas passer sous silence cette attestation isolée117. Il y a donc des mots qui, bien qu'enregistrés par Gdf, ne se retrouvent plus dans les autres dictionnaires. Je cite par exemple agrapeler v. tr. « accrocher, saisir118 », crampeli adj. « replié sur soi-même119 », demussaille s. f. « cachette120 », ou emmaillocher v. tr. « emmailloter121 ».

38Il reste encore d'autres précisions à apporter, car Gdf cite, bien que d'une façon moins systématique, d'autres sources manuscrites comme les mss BNF, fr. 377 et fr. 823, ou le ms. Valpinçon. Le Roman de la fleur de lys ne lui a pas échappé non plus. Les citations que Du Cange a tirées de PelVie lui ont également servi à étoffer son dictionnaire. Je n'abuserai pourtant pas de votre patience en vous racontant l'itinéraire lexicographique de toutes les attestations ainsi recueillies. Si l'occasion se présentait ailleurs, je donnerais volontiers la liste que j'ai établie. En attendant, j'espère avoir montré qu'il faut faire preuve d'une vigilance et d'une attention particulières quand on se trouve face à des mots que les dictionnaires attribuent à Guillaume de Digulleville ou à ses remanieurs.

Notes

1 F. Godefroy, Dictionnaire de l'ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au xve siècle, 10 vol., Paris, 1880-1902 que je désigne désormais par Gdf et GdfC.

2 A. Tobler et E. Lommatzsch, Altfranzösisches Wörterbuch, 11 vol., Berlin etc., 1925-2002 que je désigne par TL dans cet article.

3 Je désigne cette édition par PelVieS.

4 W. von Wartburg, Französisches Etymologisches Wörterbuch, 25 vol. parus, Bonn etc., 1922-.

5 Voir E. Faral, « Guillaume de Digulleville, Jean Galloppes et Pierre Virgin », dans Études romanes dédiées à Mario Roques par ses amis, collègues et élèves de France, Paris, Droz, 1946, p. 96.

6 Voir ibid, p. 93 et A.-M. Legaré, Le Pèlerinage de Vie humaine en prose de la Reine Charlotte de Savoie, Ramsen, Heribert Tenschert, 2004.

7 Outre PelVieS, c'est J. J. Sturzinger (éd.), Le Pèlerinage de l'Ame de Guillaume de Deguileville, Londres, Roxburghe Club, 1895 (= PelAmeS) ; Le Pèlerinage Jhésu Crist, Londres, Roxburghe Club, 1897 (= PelJChrS).

8 P.-Y. Badel, Le Roman de la Rose au xive siècle, étude de la réception de l'œuvre, Genève, Droz, 1980, p. 367, n. 30.

9 Par exemple le s. f. chastierresse de l'imprimé, f. 14d suit PelVieS, v. 2288 et non PelVie2, f. 16d où on lit enseigneresse.

10 Voir PelVieS, v. 10000 ; Gdf 1, 577c ; TL 1, 832 ; FEW 9, 331a.

11 Voir PelVie S, v. 11785, 11819, 11834 ; Gdf 2, 786b ; TL 2, 2112 ; FEW 15, 2, 82a.

12 Voir PelVieS, v. 10024 pour le v. pron. et v. 7521, 9994 et 10009 pour le p. p. adj. ; Gdf cite de plus M. Peigné-Delacourt, Les Miracles de saint Eloi, poème du xiiie siècle, Paris, 1859, p. 50 pour le deuxième emploi.

13 Voir par exemple le FEW 1, 656a qui cite mfr. butordement « comme un butor » sans autre précision. Cette attestation vient de F. Godefroy, Lexique de l'ancien français, Paris, 1901 (= GdfLex), lui-même fondé sur Gdf 1, 763a et elle est recueillie aussi par le TL 1, 1212 d'après PelVieS, v. 10473.

14 C'est le cas par exemple de l'adjectif cornuel « qui porte des cornes ». Bien que Gdf 2, 307b cite l'imprimé qui correspond à PelVieS, v. 7644 et que le mot soit présent dans GdfLex, il est absent du FEW 2, 1206b ; cf. aussi le TL 2, 881 s. v. cornüel qui cite non seulement PelVieS,v. 7644 mais aussi v. 1025.

15 K. Baldinger, F. Möhren et al., Dictionnaire étymologique de l'ancien français, Tübingen, 1974-.

16 Les deux attestations sont déjà dans le TL 1, 209 et la première correspond à celle que Gdf 1, 163a a tirée de l'imprimé.

17 A. Terroine, L. Fossier et Y. Montenon (éd.), Chartes et documents de l'abbaye de Saint-Magloire, t. II, Paris, CNRS, 1966, n° 221 : « recevoir touz les agouz ou degouz et les yaues » ; le mot se lit aussi dans le document n° 215, daté aussi de 1315 mais conservé dans une copie de 1331 : « recevoir, a touz jourz, touz les agouz du dit petit refectoer ».

18 Le TL 4, 1562 et le FEW 2, 112a ignorent cette attestation.

19 C'est un ajout après PelVieS, v. 11513.

20 D'où le FEW 4, 521b qui cite mfr. nfr. hydromancie (ca. 1340-DG) ; la date de ca. 1340 se réfère à notre attestation.

21 C'est un ajout après le vers 3361.

22 « Et tout aussi des autres sens Et de leurs organissemens. »

23 Voir par exemple FEW 2, 794b esclopiné « boiteux » < Gdf 3, 407c ; le mot se lit dans PelVie2, f. 70a « A sa hanche esclopinee » qui modifie PelVieS, v. 9102 ; – le s. m. hudel « chaumière » est également daté d'environ 1350 par le FEW 23, 1b < Gdf 4, 520c ; le passage est fondé sur PelVie2, f. 86d « La endroit .I. hudel avoit », qui est un ajout après PelVieS, v. 11192 ; pour ce mot sans doute régional, cf. K. Baldinger, Etymologien, Untersuchungen zu FEW 21-23, t. II, Tübingen, Max Niemeyer, 1998, n° 2731 ; – voir aussi le FEW 5, 155b mfr. lancelle « navette du tisserand » (norm. ca. 1350) d'après Gdf 4, 709a ; la leçon remonte à PelVie2, f. 36d « La lancelle du tesserant », passage ajouté après PelVieS, v. 4842 ; le TL 5, 121 aussi renvoie à Gdf avec la date du xive siècle ; – la date d'environ 1350 se retrouve aussi pour le s. f. mypartisseüre « partage par le milieu » qui est cité par le FEW 7, 687a s. v. partire d'après Gdf 5, 339a ; le passage est fondé sur PelVie2, f. 80b « A ma mipartissure », qui est un ajout après PelVieS, v. 11513 ; le mot se lit aussi dans PelAmeS, v. 8308, cf. DEAF I 117 ; le TL 6, 67a ne fait que renvoyer au FEW et à Gdf en mentionnant le nom de Guillaume de Digulleville ; – on peut citer aussi la loc. verb. servir du rechignart « montrer un mauvais visage » que Gdf 6, 663b a relevée d'après l'imprimé et que le FEW 16, 323b a datée d'environ 1350 ; on lit « Et quant je sers de rechignart » dans PelVie2, f. 80b, qui est un ajout après PelVieS, v. 11513 ; il faut donc corriger l'indication du FEW en servir de rechignart (1355) et préciser également le TL 8, 417 ; – le s. f. torderesse « femme qui tord le fil » est aussi daté d'environ 1350 par le FEW 13, 2, 85a qui le reprend à Gdf 7, 751c ; la leçon remonte à PelVie2, f. 107a « Torderresse et filaciere » qui modifie PelVieS, v. 13320 ; – l'adj. trassant « qui sait suivre une piste » est traité de la même façon par le FEW 13, 2, 144a ; sa source est Gdf 7, 781b qui cite l'imprimé, fondé sur PelVie2, f. 89b « Et de ceux qui sont plus traçans », passage ajouté après PelVieS, v. 11192.

24 P. Imbs et al., Trésor de la langue française, 16 vol., Paris, CNRS, 1971-1994.

25 A. Hatzfeld, A. Darmesteter et A. Thomas, Dictionnaire général de la langue française, 2 vol., Paris, Delagrave, 1890-1900.

26 Le FEW renvoie à A. D. Menut et A. J. Denomy, « Maistre Nicole Oresme, Le Livre du ciel et du monde, Text and Commentary », Mediaeval Studies, t. 5, 1943, p. 167-333 (p. 321 en particulier).

27 Dans le ms. BNF, fr. 1353, f. 26 ; cette partie n'a pas été publiée dans S. Dörr, Der älteste Astronomietraktat in französischer Sprache : L'Introductoire d'astronomie, Tübingen, Max Niemeyer, 1998.

28 A. D. Menut et A. J. Denomy (éd.), Nicole Oresme, Le Livre du ciel et du monde, Madison/Milwaukee/ London, The University of Wisconsin Press, 1968, f. 106a (= p. 412). Cette attestation est relevée aussi par le DMF1 (= Dictionnaire du Moyen Français (DMF), Base de Lexiques du Moyen Français (DMF1), site Internet : http://www.atilf.fr/blmf/) à côté d'une autre attestation plus ancienne (avant 1324) qui provient de F. J. Carmody, Leopold of Austria, Li compilacions de le science des estoilles, Books I-III, Berkeley/Los Angeles, The University of California Press, 1947, p. 76 et 85.

29 « Les epicicles la ou il sont Souvent retrograder les font Ou les font stacionnaires Ou hors voies ordenaires Les mectent et exentriques. »

30 Voir le FEW 12, 100a s. m. sonetement « son » qui s'appuie sur l'attestation de l'imprimé citée par Gdf 7, 474b ; elle remonte à PelVie2, f. 24c, qui modifie PelVieS après le v. 3559.

31 Voir le FEW 6, 1, 117a qui cite mailleter v. tr. « frapper » et mailletement s. m. « action de frapper » d'après l'imprimé enregistré par Gdf 5, 74b ; les deux mots se lisent dans PelVie2, f. 15c et 15d, qui modifie PelVieS, v. 2073 et 2082.

32 Voir le FEW 1, 242a qui mentionne s. f. baptiseure « baptême » d'après l'imprimé cité par Gdf 1, 575c ; la leçon se retrouve dans PelVie2, f. 76d, passage ajouté après PelVieS, v. 10216.

33 Voir le FEW 25, 407a qui, d'après V. Gay, Glossaire archéologique du Moyen Âge et de la Renaissance, 2 vol., Paris, 1887-1928, cite l'attestation de l'imprimé enregistrée par Gdf 1, 22b en lui donnant la date d'environ 1330 ; la leçon remonte à PelVie2, f. 37a, qui modifie PelVieS après le v. 4842.

34 Le FEW 24, 228b date du xive siècle l'attestation citée par GdfC 8, 37b d'après l'imprimé ; la leçon remonte à PelVie2, f. 86b dans la partie ajoutée après PelVieS, v. 11192. La date d'avant 1380 donnée par le TLF s. v. aéromancie est aussi à corriger.

35 Voir E. Faral, op. cit., p. 92.

36 G. Paris et G. Raynaud, (éd.), Le Mystère de la Passion d'Arnoul Gréban, Paris, Vieweg, 1878. La citation correspond au vers 1584 de l'édition publiée par O. Jodogne, Le Mystère de la Passion d'Arnoul Gréban, 2 vol., Bruxelles, Palais des Académies, 1965-1983.

37 Voir Gdf 6, 444b s. v. protraction ; cf. aussi le catalogue de la BNF qui l'attribue à Noël Olivier.

38 Le mot est absent du DMF1 et de l'AND2 (= W. Rothwell et al., Anglo-Norman Dictionary, Second Edition, Londres, Maney Publishing, 2005-, 2 vol. parus).

39 Ce sens me paraît préférable à celui de « asseoir dans une chaise » donné par Gdf 3, 86b à l'attestation qui remonte à PelVie2, f. 80d et qui est à ajouter au FEW 2, 508a.

40 Voir Gdf 3, 328a qui cite le passage remontant à PelVie2, f. 50b ; le mot est à ajouter au FEW 3, 241a.

41 Voir GdfC 10, 575b qui cite l'imprimé et le TLF s. v. rythmique qui cite PelAmeS, v. 9920 ; cette attestation est ignorée par le FEW 10, 386a. Le TL 8, 1322 ne fait que renvoyer.

42 Le DEAF J 99 cite PelAmeS, v. 8175 qui est la source de l'imprimé enregistré par Gdf 4, 631b et repris par le FEW 2, 111b avec la date du xive siècle. Le TL 4, 1563 s'est contenté d'un renvoi.

43 Voir A. Longnon (éd.), Meliador par Jean Froissart, 3 vol., Paris, Société des anciens textes français, 1895­1899, les vers 3544 et 6657 où l'adj. nervé signifie « garni de nerfs de bœufs pour renforcer ».

44 Passage correspondant à l'imprimé cité par Gdf 5, 489b au sens de « nerveux, fort, solide » et daté d'environ 1350 par le FEW 7, 101a.

45 Attestation relevée par V. Gay, op. cit., s.v. nervure et reprise par le FEW pour le sens de « orné de nervures saillantes ».

46 Voir l'éd. citée, p. 286.

47 Voir l'éd. citée II, D, 1 et 2 ; le DMF1 aussi cite ce texte.

48 Voir par exemple assenestrir soi v. pron. « se rendre gaucher » cité par Gdf 1, 434b et ensuite daté d'environ 1350 par le FEW 11, 649a (le mot manque au TL) ; le passage cité est fondé sur PelAmeS, v. 7767 ; – il en va de même pour l'adj. blanchace « blanchâtre » que Gdf 1, 655c a cité d'après l'imprimé : l'attestation qui correspond à PelAmeS, v. 3613 est ensuite passée dans le FEW 15, 1, 139b ; – l'hapax encharpé « pourvu d'une besace de pèlerin » est traité de la même façon ; Gdf 3, 96c le cite d'après l'imprimé qui correspond à PelAmeS, v. 3042 et le FEW 17, 122a lui attribue la date d'environ 1350 ; – voir aussi l'adj. pansuot « pansu » que Gdf 5, 723b cite d'après l'imprimé, que le FEW 7, 567a date d'environ 1350 et que le TL 7, 124 enregistre sous une simple forme de renvoi ; cet hapax se lit à PelAmeS, v. 4523 ; – on peut citer aussi le FEW 10, 144a qui enregistre le s. f. recidivance « action de retomber dans une faute » d'après Gdf 6, 664a ; la citation unique de Gdf remonte à PelAmeS, v. 2134 ; – le s. m. rencheement « rechute » est daté de la même manière par le FEW 2, 26b ; sa source est Gdf 7, 20b qui cite l'imprimé correspondant à PelAmeS, v. 1888 ; – l'article sequestreement adv. « à part » de Gdf 7, 387b cite à côté du Glossaire latin-français du ms. Montpellier H 110 (qui date du xve siècle et non du xive siècle comme le dit le FEW 11, 487b) l'imprimé qui correspond à PelAmeS, v. 4854 ; il faut corriger la datation du FEW 11, 487b et préciser le renvoi à Guillaume de Digulleville du TL 9, 506 ; – enfin l'adj. triné « composé de trois éléments (couleur) » est cité par Gdf 8, 76b d'après l'imprimé et repris par le FEW 13, 2, 287a ; l'attestation est fondée sur PelAmeS, v. 10825 et le mot se retrouve au v. 10811.

49 Par contre le TL n'a pas recueilli le mot pour des raisons inconnues.

50 Voir par exemple le FEW 10, 324a qui cite afr. restituement s. m. « action par laquelle on rend, on restitue » avec la date d'environ 1340 ; sa source est Gdf 7, 124a qui cite l'imprimé fondé sur PelAmeS, v. 6079 ; – d'autre part, la date du xive siècle est donnée par le FEW 16, 401a au s. m. acrocheteur « qui s'empare de qqch » qu'il a trouvé dans Gdf 1, 87b et sans doute aussi dans le TL 1, 126 où est cité PelVieS, v. 9503 ; Gdf cite l'imprimé fondé sur PelAmeS, v. 2956.

51 E. Huguet, Dictionnaire de la langue française du seizième siècle, 7 vol., Paris, 1925-1967.

52 J.-B. La Curne de Sainte-Palaye, Dictionnaire historique de l'ancien langage françois ou Glossaire de la langue françoise, 10 vol., Niort-Paris, 1875-1882.

53 Le TL 3, 1776, 43 ne fait que renvoyer à Gdf et au FEW sans autre précision.

54 Sa source est Gdf 1, 756b qui cite deux passages de l'imprimé, fondés sur PelAmeS, v. 10351 et 10714 ; le TL 1, 1198 ne fait que renvoyer à Gdf.

55 Voir Gdf 2, 293c qui cite l'imprimé, provenant de PelAmeS, v. 1584 ; le TL 2, 835 se borne à renvoyer à Gdf.

56 De même, la première attestation de l'adj. infinable « infini » que Gdf 4, 579a a citée d'après le f. 120c de l'imprimé « [...] la peine aussi infinable [...] (qui est fondé sur PelAmeS, v. 5530) avant le Mystère de la Passion d'Arnoul Gréban (sa citation correspond au vers 2550 de l'éd. d'O. Jodogne : « Si doit avoir peine infinable ») n'a pas été recueillie par le FEW 3, 558a s. v. finire ; le TL 4, 1384 renvoie à Gdf et à Guillaume de Digulleville sans autre précision.

57 Le mot est relevé par Gdf 3, 684c d'après l'imprimé qui remonte à PelAmeS, v. 2669.

58 Voir PelAmeS, v. 6958 qui est la source de l'imprimé cité par Gdf 3, 306a.

59 Gdf 8, 344a cite le mot d'après l'imprimé fondé sur PelAmeS, v. 9402.

60 Voir par exemple le s. m. escremissement « escrime » que Gdf 3, 438c a cité d'après l'imprimé remontant à PelJChrS, v. 5027 et que le FEW 17, 118a a repris avec la date d'environ 1350 ; – il en va de même pour le s. m. pelerinement « pèlerinage » que le FEW 8, 234a a enregistré d'après Gdf 6, 67c ; la citation de celui-ci remonte à PelJChrS, v. 960 ; – on peut citer aussi l'adj. sablonas « sablonneux » que Gdf 7, 271b a enregistré d'après l'imprimé, que le FEW 11, 13b a repris et que le TL 9, 13 a recueilli en se référant à Guillaume de Digulleville ; le passage remonte à PelJChrS, v. 9991.

61 Sa source est Gdf 1, 183c qui cite l'imprimé fondé sur PelJChrS, v. 7463.

62 Voir F. J. Tanquerey, « Exhortation à l'amour divin, poème du xiiie siècle », Romania, t. 66, 1940-1941, p. 322-354 (p. 340, v. 91).

63 Le passage cité par Gdf correspond à la p. 426 de A. D. Menut, Maistre Nicole Oresme, Le Livre de Ethiques d'Aristote, New York, Stechert, 1940. C'est l'unique exemple du DMF1.

64 Voir PelJChrS, v. 8201, passage correspondant à la citation que Gdf 1, 352c a tirée de l'imprimé.

65 Le mot se lit dans PelJChrS, v. 4862 ; cf. Gdf 2, 138a ; TL 2, 439.

66 Le mot est cité par Gdf 3, 420c d'après l'imprimé fondé sur PelJChrS, v. 1708 et repris par le FEW 1, 9a mais oublié dans son vol. 24. Le TL 3, 960 cite PelVieS, v. 12301 ; on peut ajouter PelVie2, f. 92b.

67 Voir le f. 51b : « Ou aucune cretonnee. »

68 Voir le vers 10314 : « Ou autre rien desguisee. »

69 Passage correspondant à la p. 43 de G. Di Stefano (éd.), Boccace, Decameron, traduction (1411-1414) de Laurent de Premierfait, Montréal, CERES, 1998.

70 Voir le TLF s. v. mallier qui cite comme premier exemple de l'emploi substantivé « cheval qui porte la malle » notre imprimé avec la date d'environ 1500 en précisant que le passage correspond à PelVieS, v. 9785, où on lit sommier ; le TLF corrige ainsi le FEW 16, 508b qui a donné la date du xive siècle à cette leçon tardive qu'il a trouvée dans Gdf 5, 122c ; – voir aussi le TLF s. v. pronostiqueur « personne qui effectue des pronostics sur ce qui va se passer » qui date du début du xvie siècle l'attestation de l'imprimé citée par GdfC 10, 432c et reprise par le FEW 9, 436a avec la date de la première moitié du xive siècle comme par le TL 7, 1979 qui renvoie à Guillaume de Digulleville ; comme c'est un passage ajouté au f. 86a de PelVie2 et après PelVieS, v. 11192, la datation du TLF est exacte ; – enfin le TLF s.v. riveur date de 1507-1511 l'attestation de l'imprimé citée par Gdf 7, 205a et reprise par le FEW 10, 413a avec la date du xive siècle ; le TLF précise que l'imprimé modifie PelVieS, v. 4040-4042 ; on ajoutera que le passage correspond à PelVie2, f. 33a : « En avoit esté et rivés. »

71 Voir le f. 63c : « Plus aspre que n'est gletonnier. »

72 Voir par exemple le DEAF G 1314 s. v. ragregier ; – H 282 s. v. hauberc qui critique la datation antérieure du mot haulberjonnier tiré du f. 134c de l'imprimé ; – H 661 s. v. dehuement ; – I 81 s. v. illustrer qui critique la datation antérieure de l'imprimé ; – I 117 s. v. impartir qui examine les leçons impartissement et impartisseure de l'imprimé.

73 Elle correspond au vers 658 de l'éd. Jodogne ; le mot se lit aussi au vers 77. Le DMF1 ne connaît qu'une attestation postérieure.

74 Le TLF s.v. avocasserie date aussi imprudemment d'après 1355 l'attestation de l'imprimé citée par GdfC 8, 259b et reprise par le FEW 24, 204a avec la date du xive siècle ; c'est une leçon introduite par le remanieur à la place de PelAmeS, v. 860 : avocacie.

75 On peut faire remarquer que la forme gayne est en fait attestée dès la première moitié du xive siècle dans le Glossaire latin-français du Vatican. Voir le n° 5530 du Glossaire contenu dans le ms. Vaticano, lat. 2748 publié par M. Roques, Recueil général des Lexiques français du Moyen Âge (xiie-xve siècle), I, Lexiques alphabétiques, t. I, Paris, Champion, 1969, p. 229.

76 Cet hapax que Gdf 1, 152c a cité d'après l'imprimé est repris par le FEW 3, 805a avec la date de 1511. Le passage modifie le f. 38c de PelVie2 (« Et de robes epigachier ») qui diffère de PelVieS, v. 5758.

77 C'est l'attestation de l'imprimé qui est citée par Gdf 1, 288a et reprise par le FEW 24, 580a avec la date du xvie siècle ; elle correspond à PelAmeS, v. 3280 : « diligens ».

78 Bien que le FEW 2, 131b date le syntagme du xive siècle, le FEW 24, 149a donne à mfr. chambres aisies la fourchette chronologique de 1373-1520 qui semble correspondre au Livre du chevalier de la Tour Landry pour l'enseignement de ses filles (éd. A. de Montaiglon, Paris, 1854) et à l'attestation de notre imprimé, tous deux cités par GdfC 9, 33a ; on lit chambres coies dans le passage correspondant de PelVie2, f. 38d et de PelVieS, v. 5836.

79 Voir par exemple al(l)umement s. m. « action d'allumer, son résultat » FEW 24, 341a, cf. PelVie2, f. 57c : avivement ; – cressonee s. f. « salade de cressons » FEW 16, 384b, cf. PelVie2, f. 51b : cretonnee ; – fomentir v. tr. « exciter » FEW 3, 695b, partie ajoutée à PelVie2, f. 6a ; – un tantet + verbe « un peu » FEW 13, 1, 88b, cf. PelVie2, f. 51a : « Un pou essaié l'avoie » ; etc.

80 Voir le FEW 12, 137b qui cite afr. espasmé « évanoui » (ca. 1320) d'après Gdf 3, 515b ; la citation de Gdf vient de l'imprimé qui remanie PelAmeS, v. 1911.

81 Voir le FEW 2, 1108b qui enregistre mfr. contingentement « de manière contingente » (1332-ca. 1430, rare) ; cette datation est à corriger en « 1488-ca. 1500 » parce qu'elle est fondée sur GdfC 9, 176a qui cite notre imprimé (vers qui manque au f. 85b de PelVie2 et qui est ajouté après PelVieS, v. 11192) et l'édition de 1488 de La Mer des histoires.

82 Par exemple l'adj. tournatil « comme fait au tour, arrondi » est daté d'environ 1340 par le FEW 13, 2, 61a, qui se réfère à l'attestation de l'imprimé citée par Gdf 7, 757a ; le TL 10, 425 aussi la considère comme due à Guillaume de Digulleville, mais PelAmeS, v. 7998 donne une leçon différente ; – il en va de même pour le s. m. offendicule « pierre d'achoppement, obstacle » ; l'attestation de l'imprimé citée par Gdf 5, 575a est reprise par le FEW 7, 330b avec la date d'environ 1340, mais on lit « De geter abuissal u pas » dans PelJChrS, v. 8364 ; il faut corriger également le TL 6, 990 qui a cru que cette leçon remontait à notre auteur.

83 Voir le FEW 24, 340a qui donne à al(l)umnier v. tr. « mettre le feu à qch de combustible » la fourchette chronologique du xive au xvie siècle alors que la date du xive siècle correspond à l'attestation de l'imprimé qui est citée par Gdf 1, 244b mais qui se substitue à alumee de PelAmeS, v. 3441 ; – le FEW 12, 100b cite aussi afr. personnant « résonnant » avec la date du xive siècle ; sa source est Gdf 6, 115c qui cite l'imprimé, qui modifie PelAmeS, v. 2757 ; – il en va de même dans le FEW 2, 680a qui cite mfr. surcindre « ceindre par­dessus » (xive-xvie siècle) ; la date du xive siècle correspond à l'attestation que Gdf 7, 521c a tirée de l'imprimé et que le TL 9, 868 aussi attribue à Guillaume de Digulleville alors qu'il s'agit d'une leçon introduite par le remanieur à la place de PelAmeS, v. 2245.

84 Outre le s. m. pronostiqueur cité plus haut, voir le FEW 6, 1, 686a qui date de la première moitié du xive siècle le s. m. melodiement « air de musique exécutée » qu'il a trouvé dans Gdf 5, 225a ; à la citation que Gdf a tirée de l'imprimé correspond PelAmeS, v. 9658 : « A si tresgrans envoisemens. »

85 Voir le FEW 2, 1079b qui cite mfr. constantionner « rendre persévérant » (milieu du xive s.) ; sa source est Gdf 2, 258b qui a tiré le mot de l'imprimé, passage qui modifie PelJChrS, v. 3747 (« si com stationné ») ; l'attestation de stationner v. tr. « placer quelque part » de PelJChrS antidate le FEW 12, 244b ; – la même datation se retrouve dans le FEW 13, 1, 316a qui cite mfr. entrosner v. tr. « mettre sur le trône » d'après l'imprimé relevé par Gdf 3, 308b ; le passage correspond à PelVie2, f. 87a (« Et com .I. roy enchaeré »), qui est ajouté après PelVieS, v. 11192 ; – il en va de même pour l'adj. f. mayeuresse « principale, supérieure » cité par le FEW 6, 1, 56b ; cet hapax est enregistré par Gdf 5, 86b d'après l'imprimé ; il correspond à mairesse du f. 82c de PelVie2 et de PelVieS, v. 11102.

86 Queux de Saint-Hilaire (éd.), Œuvres complètes de Eustache Deschamps, t. II, Paris, Didot, 1880, p. 217, le vers 91 du Lay de Vaillance.

87 L. Douët-d'Arcq (éd.), Comptes de l'argenterie des rois de France au xive siècle, Paris, Renouard, 1851, p. 125.

88 P. Guérin (éd.), « Recueil des documents concernant le Poitou contenus dans les registres de la Chancellerie de France, t. 7 », Archives historiques du Poitou, t. 26, 1896, p. 410.

89 A. Slerca (éd.), André de La Vigne, Le Voyage de Naples, Milan, Vita e Pensiero, 1981, p. 147.

90 Les rédactions anciennes donnent toutes deux barbelé.

91 Voir Gdf 2, 213a qui cite l'imprimé ; c'est un passage ajouté après PelJChrS, v. 4188. Il faut corriger le TL 2, 637 qui attribue cette attestation à Guillaume de Digulleville.

92 Le mot se lit dans l'imprimé cité par Gdf 3, 687a ; il est dans un prologue ajouté à PelVie2.

93 Puisque la citation donne aboistie comme forme féminine, il vaut mieux reconstituer aboistié quaboisti comme le fait Gdf.

94 Voir PelVie2, f. 55a et PelVieS, v. 7166.

95 M. Roques, op. cit., p. 368 : « innobedienter : desobeissanment ».

96 Ibid.

97 On a plus d'une centaine de cas où cette cote apparaît à la place du ms. bibl. de l'Arsenal 2319 ; Gdf semble y recourir surtout jusqu'au début du 7e volume.

98 Voir Gdf 3, 155b s. v. enforcillé adj. « recouvert, masqué » dont la citation vient en fait du ms. bibl. de l'Arsenal 2319, passage modifiant PelVieS, v. 5095 ; le même passage est attribué aussi au ms. bibl. de l'Arsenal 2328 dans GdfC 10, 492c s. v. rebarbatif et repris dans le TL 8, 369 qui a considéré que le mot remontait à Guillaume de Digulleville ; le TLF s. v. rébarbatif écarte implicitement cette attribution en donnant Froissart comme première attestation.

99 Il s'agit sans doute d'une faute d'impression ; voir Gdf 7, 758c qui cite en fait le ms. 3331 de la bibl. de l'Arsenal, passage qui correspond à PelAmeS, v. 2139.

100 Voir Gdf 2, 184a qui cite deux passages sous cette cote alors qu'il s'agit du ms. bibl. de l'Arsenal 2319 ; ils sont fondés sur PelVieS, v. 7017 et 7025.

101 Voir GdfC 8, 30a qui cite en fait un passage du ms. bibl. de l'Arsenal 2319 correspondant à PelVieS, v. 8626.

102 Si l'on met à côté l'attribution à la bibl. de l'Arsenal 2309 qu'on trouve dans Gdf 7, 667a ; l'attestation de temporement vient en fait de l'imprimé, qui est fondé sur PelJChrS, v. 10228 : « temporelment ».

103 Voir le FEW 12, 104b qui cite mfr. sophistice s. f. « sophisterie, tromperie » (c. 1330) en s'appuyant sur Gdf 7, 476a qui enregistrait le ms. 2319 ; le passage correspond à PelVieS, v. 3076 sophist(e)rie, cf. TL 9, 721.

104 L'attestation du s. m. assopail « occasion de commettre une faute » tirée par Gdf 1, 56c d'après le ms. 2319 est ainsi datée d'environ 1340 par le FEW 13, 2, 345b mais le mot n'est pas dans PelVieS, v. 7979 ; – voir aussi le FEW 17, 156a qui enregistre afr. esmaillement s. m. « revêtement d'émail », d'après le ms. 2319 cité par Gdf 3, 490c ; le passage modifie PelVieS, v. 3430 où on lit esmailleure.

105 Les cas sont nombreux, dont certains sont évoqués plus bas. Voir en outre le FEW 16, 616a qui donne au s. f. pautonnerie « coquinerie, méchanceté » la fourchette chronologique du xiiie siècle à c. 1350 ; la dernière date correspond à l'attestation que Gdf 6, 48c a prise au ms. 2319, leçon qui modifie pautonniere de PelVieS, v. 4139 ; – le FEW 8, 106a cite mfr. pingocher « peigner » (c. 1350) en s'appuyant sur Gdf 6, 166a qui cite le ms. 2319 ; le mot signifie plutôt « traiter douillettement » si l'on suit A. Henry, Chrestomathie de la littérature en ancien français, 6e éd., Tübingen, Francke, 1978, n° 100, note 19 et il est à ranger dans le FEW 8, 458b auprès de bmanc. pigocher ; – le FEW 10, 271a date d'environ 1350 l'adv. representaument « d'une manière figurale, symbolique » ; sa source est Gdf 7, 71a qui cite le ms. 2319 ; dans PelVieS, v. 3231 on lit representativement.

106 L'attestation du s. m. espavain « exostose du jarret chez le cheval » citée par GdfC 9, 538a d'après le ms. 2319 est ainsi datée du xive siècle par le FEW 17, 171a où espavin est à lire espavain.

107 Voir le FEW 7, 266b qui cite oublaier (c. 1280-1316), datation qu'il faut donc modifier avec cette attestation de PelVieS.

108 Le FEW 3, 326a date aussi erronément du xve siècle l'adj. f. estenderesse « qui étend » alors que l'attestation du ms. 2319 citée par Gdf 3, 607c remonte à PelVieS, v. 9927.

109 Voir le TL 2, 490, 15 qui renvoie à Gdf 2, 157a ; la citation de celui-ci vient du ms. 2319, qui modifie cloqueter de PelVieS, v. 3539. Le FEW 2, 790b date d'environ 1350 ce mot clocheteis « bruit de cloches ».

110 Voir le TL 2, 1419, 37 qui ne fait que renvoyer à Gdf 2, 515b ; celui-ci cite le ms. 2319, passage qui modifie PelVieS, v. 9163 où le mot est remplacé par pleur ; le FEW 3, 44b ignore cette attestation.

111 Le TL 3, 503, 8 ne fait que se référer à Gdf 3, 223a ; les deux premières citations de Gdf viennent du ms. 2319, qui correspondent à esronciner de PelVieS, v. 6819 et 6885. Il faut corriger le FEW 10, 558b qui attribue à ces attestations la date d'environ 1350.

112 Il est à tort daté d'environ 1350 par le FEW 12, 331b.

113 Voir aussi G. Roques, « [Compte rendu :] Boeces, De Consolacion, édition critique par J. K. Atkinson, Tübingen, Niemeyer, 1996 », Revue de linguistique romane, t. 61, 1991, p. 289-290 (surtout p. 290) pour la mauvaise attribution du TL 7, 2086, 20 s.v. punisseresse et la datation erronée d'environ 1350 que le FEW 9, 600b attribue au mot en se fondant sur Gdf 6, 466b qui cite le ms. 2319 (passage modifiant PelVieS, v. 2289).

114 Voir aussi le TL 3, 2057, 9 s. v. forbissement s. m. « fourbissage » qui renvoie au FEW 3, 883b et à Gdf 4, 64b avec la même date alors que la citation de Gdf vient du ms. 2319 qui modifie PelVieS, v. 6655 où on lit fourbisseur ; le mot est rangé dans le FEW 15, 2, 189b avec la date erronée d'environ 1350.

115 Où Wartburg propose la date erronée d'environ 1340.

116 Passage qui modifie PelVieS, v. 7869.

117 On peut citer aussi l'adj. detractoire « qui tend à détracter » dont Gdf 2, 689a a cité une attestation d'après le ms. 2319 (passage qui modifie PelVieS, v. 8615) ; le FEW 3, 57a ne l'a pas reprise, car il relève seulement Gringore. Quant au v. pron. desgresser « maigrir », la date du xvie siècle donnée par le FEW 2, 1284a correspond-elle à l'attestation du ms. 2319 (passage qui modifie PelVieS, v. 5719 où le mot n'apparaît pas) citée par GdfC 9, 339a ou à des attestations postérieures ? Le TLF ne dit rien sur l'histoire de l'emploi pronominal.

118 Gdf 1, 164b cite le mot d'après le ms. 2319 et il se retrouve dans PelVieS, v. 9569, mais ni le TL ni le FEW 16, 359a ne l'ont recueilli.

119 Il se lit dans le ms. 2319 comme on le voit dans Gdf 2, 355b, mais il ne remonte pas à PelVieS, v. 7166. Il est à ajouter au FEW 16, 354a à moins qu'on ne lise l'acrampelie.

120 La leçon en demussailles qu'on trouve dans le ms. 2319 cité par Gdf 2, 505b se substitue à en muçailles de PelVieS, v. 8375 ; elle est à ajouter au FEW 6, 3, 195b.

121 Gdf 3, 200a cite le mot d'après le ms. 2319 ; cette leçon qui remplace celle de PelVieS, v. 10179 enmalloter est à ajouter au FEW 6, 1, 16a.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540