Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Guillaume de Digulleville

 | 
Frédéric Duval
, 
Fabienne Pomel

Introduction

Texte intégral

  • 1 A. Piaget, « Le Roman de la fleur de Lys », Romania, t. 62, 1936, p. 317.
  • 2 C.-V. Langlois, La vie en France au Moyen Âge, du xiie au xive siècle, (...)
  • 3 Abbé Goujet, Bibliothèque française, ou Histoire de la littérature française, t. IX, Paris, P.-J. (...)
  • 4 E.-R. Labande, « France », dans Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, Paris, Beauche (...)
  • 5 E. Faral, « Guillaume de Digulleville, moine de Chaalis », dans Histoire littéraire de la France, (...)
  • 6 E.-R. Labande, art. cité.
  • 7 M. Standaert, « Guillaume de Digulleville », dans Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystiq (...)

1« Une kyrielle de vers anémiques » : voilà comment Arthur Piaget1 jugeait les Pèlerinages de Guillaume de Digulleville ! Charles-Victor Langlois quant à lui évoque un « interminable récitatif » et avoue n’avoir pas eu le courage de les lire intégralement2. L’abbé Gouget déjà, au xviiie siècle, regrettait que « ces instructions n’en finissent point3 ». À ces reproches de longueur et de monotonie, s’ajoutent des critiques sur la confusion du texte ou de la doctrine : le récit serait « plein de méandres, filandreux4 », « d’une invention mal disciplinée5 », fondé sur le « clinquant d’une affabulation malhabile, trop soucieuse de pittoresque et d’étymologies mystiques discutables6 », et véhiculerait une « scolastique mal assimilée7 ».

  • 8 Voir en annexe de cet ouvrage.
  • 9 Voir F. Duval, Lectures françaises de la fin du Moyen Âge. Petite anthologie commentée de succès l (...)
  • 10 F. Duval, Descente aux enfers avec Guillaume de Digulleville, édition et traduction commentées d’u (...)
  • 11 C.-V. Langlois se montre particulièrement féroce dans la comparaison : « Il y a en effet une dista (...)

2Pourquoi dès lors proposer un colloque sur Guillaume de Digulleville ? S’intéresser aujourd’hui aux œuvres de Guillaume de Digulleville, c’est d’abord prendre conscience d’une historicité de la réception des œuvres (médiévales en l’occurrence) et plus largement des pratiques de la lecture et de la critique littéraire. Les études qui ont vu le jour depuis une trentaine d’années et l’ampleur de la bibliographie dressée8 témoignent d’un regard neuf et d’un intérêt internationalement partagé pour une œuvre que bon nombre de critiques de la fin du xixe et du début du xxe siècle avaient méprisée, alors qu’elle comptait parmi les plus diffusées du Moyen Âge9. Il est vrai que la littérature allégorique dans son ensemble, qui avait pâti d’un certain discrédit, connaît maintenant un regain d’intérêt, notamment par le biais de recherches explorant le fonctionnement de l’esthétique allégorique. Après des études pionnières parmi lesquelles le travail d’Edmond Faral, nombreux sont ces dernières années les chercheurs venus des disciplines les plus diverses qui se sont intéressés aux Pèlerinages de Guillaume : littéraires, historiens, historiens de l’art, linguistes, théologiens… Les travaux, articles, ouvrages universitaires, livres de vulgarisation et thèses, attirent de nouveau l’attention sur l’écrivain normand, pour sa représentation de l’au-delà et son traitement de la question du salut, son écriture allégorique, sa langue, sa versification ou pour l’histoire et l’iconographie des manuscrits et imprimés de la trilogie. Mais, en dépit de ce retour en grâce, peu de médiévistes ont lu les Pèlerinages. Ce colloque voudrait les inviter à parcourir les vers de Guillaume : c’est dans le cadre de cette manifestation et à notre demande que la Bibliothèque nationale de France a bien voulu numériser la trop rare édition Stürzinger, désormais disponible sur Gallica ; ce colloque et ses Actes contribueront, nous l’espérons, à élargir le public du moine d’origine normande. C’est dans cet esprit et afin de permettre à un public non spécialiste d’avoir accès au texte même de Guillaume de Digulleville que les archives départementales de la Manche ont publié Descente aux enfers avec Guillaume de Digulleville10. Il ne s’agit pas pour autant de basculer dans l’apostolat ou la défense et illustration de Guillaume comme Dante français11, mais de rendre justice aux qualités littéraires de cet auteur et, plus généralement, à l’intérêt de ses textes et des témoins qui nous les transmettent.

  • 12 Alors que la critique française utilise « Digulleville », d’après le toponyme moderne du village d (...)

3L’histoire de la réception de la trilogie des Pèlerinages vient en tout cas curieusement renforcer la posture de la victime et la logique de la défense présente chez Guillaume : si on l’en croit, son manuscrit du Pèlerinage de vie humaine lui aurait été volé, l’obligeant à une deuxième rédaction vingt-cinq ans plus tard. Or c’est la première rédaction, reniée pour son imperfection, et non la seconde qui s’est diffusée malgré lui en un grand nombre d’exemplaires manuscrits et imprimés. Lui qui avait inscrit en acrostiche son nom – Guillermus de Deguilevilla – dans son œuvre pour en assurer la pérennité et revendiquer la paternité du texte, s’est vu infliger par la critique moderne une dénomination flottante qui perturbe les moteurs de recherche et n’est pas sans rappeler la mutilation qu’avait subie le cheval de Renommée de Guillaume, attaqué par Détraction et Envie dans son monastère12. L’histoire semble avoir ainsi conspiré pour contrecarrer la double identité du texte et de l’auteur, ce qui n’est pas sans intérêt pour qui s’intéresse à l’histoire de ces notions dont P. Maupeu rend compte dans sa thèse.

  • 13 Voir en annexe la liste des manuscrits.

4C’est aussi à l’histoire de la réception des Pèlerinages que nous nous sommes intéressés, puisqu’ils fournissent un poste d’observation privilégié, par le nombre des manuscrits et des éditions anciennes, par les traductions et adaptations dans plusieurs langues européennes (allemand, néerlandais, anglais, espagnol…) et plus curieusement en latin, par les mises en prose ou réécritures partielles, mais aussi par l’abondance de leur iconographie. Les historiens du livre, les historiens de l’art, comme les historiens de la langue ou les codicologues peuvent trouver ici un riche domaine d’investigation13. Dans la lignée des premiers critiques qui voyaient d’abord dans les œuvres littéraires des documents pour l’histoire des mentalités, on peut trouver encore dans les Pèlerinages matière à réfléchir sur l’histoire des idées sociales et religieuses, mais aussi à l’occasion politiques, sur les pratiques de dévotion ou la représentation de la vie humaine et du temps par exemple. Les contributions rassemblées ici ne peuvent que proposer un aperçu des recherches à mener.

5Dans une perspective littéraire, mais aussi comparatiste et iconographique, les Pèlerinages sont d’abord resitués dans la mouvance de la littérature allégorique : Philippe Maupeu et Herman Braet s’attachent ainsi à préciser les relations entretenues avec une des œuvres centrales et des plus polémiques de cette veine, le Roman de la rose, notamment pour ce qui concerne la constitution de la figure de l’auteur, observable dans l’épisode du choix entre les deux chemins gardés par Oiseuse et Labeur ou dans les miniatures d’ouverture. Mais si Guillaume est l’héritier d’une tradition, il est également par l’ampleur et le succès de son œuvre à l’origine d’un genre allégorique, celui du pèlerinage de la vie humaine dont Anne-Elisabeth Spica nous fait découvrir les avatars dans l’emblématique de dévotion à l’époque de la Contre-Réforme.

6Une seconde série d’articles s’intéresse à la question centrale du salut en lien avec les modalités de l’écriture de Guillaume de Digulleville : Julia Drobinsky explore les enjeux et les différents partis iconographiques d’un épisode clef de la démarche pénitentielle, le cuvier aux larmes. Agnès Le Bouteiller étudie le procès de paradis qui encadre le Pèlerinage de Jésus-Christ et met en relief les spécificités littéraires et théologiques du traitement qu’en offre Guillaume de Digulleville par rapport aux mises en scène théâtrales ultérieures d’Eustache Mercadé et Arnoul Gréban. Quant à Mattia Cavagna, il s’emploie, par une double réflexion lexicale et théologique, à remettre en perspective l’histoire du purgatoire tout en cernant mieux le modèle proposé par Guillaume de Digulleville d’une structuration spatiale quadripartite de cercles emboîtés à la manière d’une noix. À travers une réflexion sur les formes et les fonctions des prières qui ponctuent le Pèlerinage de vie humaine, Denis Hüe s’interroge sur l’articulation de l’écriture et de la pratique religieuse individuelle, en même temps que sur la fonction de modèle qu’elle revêt. L’alternance ou le relais du français et du latin dans l’écriture des prières offre un axe supplémentaire d’investigation que suggère Frédéric Duval, en proposant l’édition de deux prières latines significatives, celles à saint Michel et à l’ange gardien.

7Seule représentante, on peut le regretter, de la communauté scientifique des historiens, Anne-Laure Lallouette s’est intéressée à la représentation de la vieillesse dans les portraits des Vices en la replaçant au sein d’une tradition savante et cléricale qui tend à dénigrer la vieillesse féminine.

8Trois articles sont consacrés au lexique de Guillaume de Digulleville, dont il faut souligner la richesse et la variété : à la fois novateur et archaïsant, il mêle volontiers des mots issus d’aires linguistiques différentes. Takeshi Matsumura, en s’intéressant minutieusement au sort que les lexicographes ont réservé à Guillaume de Digulleville, a mis à jour les erreurs multiples de datation liées aux différentes strates de diffusion du texte, de la première à la seconde rédaction, des manuscrits aux imprimés notamment, invitant à la prudence les utilisateurs des dictionnaires. Avec Béatrice Stumpf, c’est l’identification de quelques formes rares qui est discutée, notamment leur rattachement ou non à des formes régionales et plus précisément normandes. Ainsi se profile la question de l’origine orale ou livresque de régionalismes non normands dans les Pèlerinages. On trouvera une esquisse de réponse dans la communication de Gilles Roques, qui, à travers un commentaire linéaire d’un des passages les plus pittoresques du Pèlerinage de vie humaine, la rencontre d’Orgueil, montre notamment comment le lexique de cet auteur s’enrichit d’échos multiples à la littérature profane, par emprunt ou détournement fécond.

9Géraldine Veysseyre, Anne-Marie Legaré et Émilie Artus-Fréger se sont employées à défricher la question de la réception de l’œuvre de Guillaume de Digulleville dans deux directions : la première, à travers la mise en page des manuscrits et le péritexte, dessine les contours d’une réception qui permet d’esquisser des profils de lecteurs ; les secondes explorent les riches programmes iconographiques développés autour du second Pèlerinage et en proposent une typologie.

10Un dernier groupe d’articles prolonge les perspectives précédentes en s’intéressant à quelques réécritures françaises et étrangères des Pèlerinages : ainsi, Françoise Bourgeois montre comment l’un des manuscrits de la mise en prose du Pèlerinage de vie humaine se démarque par une réécriture cohérente et soignée qui élague discrètement ce qui peut apparaître comme des longueurs ou des digressions, s’éloignant ainsi de l’esthétique analogique déployée par Guillaume. Stéphanie Orgeur-Le Briz débusque dans la Moralité de Bien Avisé et de Mal Avisé une réécriture masquée et théâtrale du Pèlerinage de vie humaine. Ingrid Biesheuvel et Juliette Dor permettent de mieux mesurer l’influence de Guillaume de Digulleville dans d’autres aires linguistiques : l’une étudie la filiation et les caractéristiques des traductions du premier Pèlerinage en moyen néerlandais tandis que l’autre détaille les modalités et les enjeux de la réécriture en moyen anglais de la prière abécédaire par Chaucer.

11L’ensemble des contributions permet de mieux situer Guillaume de Digulleville comme auteur majeur dans la production allégorique narrative du xive siècle : au point de contact des traditions savantes, théologiques, latines et de la littérature vernaculaire, son œuvre se caractérise comme un projet de vulgarisation sans concession qui s’efforce d’articuler religieux et profane, monastique et laïque, latin et français, didactique et autobiographique… Ses compétences dans des domaines divers ont été mises en relief : bon connaisseur de la littérature vernaculaire, non seulement du Roman de la rose mais de la tradition renardienne aussi bien que des textes d’Huon de Méry ou du Renclus de Molliens, Guillaume de Digulleville est aussi d’une compétence avérée en théologie où il n’hésite pas à prendre parti dans les débats les plus contemporains. Il témoigne également d’un souci didactique et pédagogique constant à travers une écriture qui s’approprie les pratiques catéchétiques et scolastiques, mobilisant les ressources de la mémoire mais aussi celles du plaisir littéraire. L’ample diffusion, les multiples réécritures et traductions de ses œuvres attestent un succès mérité. Si le détournement du Roman de la rose à des fins religieuses et didactiques est fructueux, c’est aussi que Guillaume met à son service à la fois son exubérance stylistique, sa culture littéraire, tant latine que française, et son expérience religieuse individuelle dans un investissement personnel nouveau comme personne et comme auteur. Conscient de sa pratique d’écriture et des enjeux moraux et religieux du texte littéraire, il se montre soucieux de l’orthodoxie dans une écriture cautionnée et authentifiée qui se remet en question par l’auto-réécriture du premier Pèlerinage. Son œuvre illustre un moment charnière de la construction de la figure de l’auteur, mais aussi de l’esthétique allégorique, de la langue française ou bien encore de la pastorale. C’est cette position de médiation, de transition et d’entre-deux qui à plusieurs égards, ressort de l’ensemble des études.

  • 14 Une collaboration s’est mise en place entre Philippe Maupeu (Toulouse) et Robert Edwards (Oxford).

12Nous avons souhaité que ce colloque soit avant tout le lieu d’un échange entre des perspectives disciplinaires variées sur cette œuvre, et l’occasion de décloisonner des recherches trop souvent isolées. Ce colloque n’a pas pu répondre autant que nous l’aurions souhaité, à toutes les approches que suscitent les Pèlerinages, mais nous espérons qu’il permettra à tout le moins un état des lieux des recherches diverses menées à ce jour. Nous espérons impulser de nouvelles pistes et chantiers, dans un esprit de collaboration, de partage et de décloisonnement des savoirs. Les échanges lors du colloque ont montré à quel point l’interprétation des Pèlerinages, du fait même de leur richesse et du foisonnement de leur diffusion, requérait des compétences pluridisciplinaires. Un projet d’édition de la seconde rédaction du Pèlerinage de la vie humaine est justement né des rencontres de Cerisy et nous ne pouvons que nous en réjouir14 : pour être moins diffusée que la première, elle n’en reste pas moins la version définitive voulue par l’auteur. Elle offre l’occasion de pénétrer dans l’atelier d’écriture d’un auteur médiéval, et de suivre la voie d’une critique quasiment génétique. Des pans entiers de l’œuvre de Guillaume de Digulleville restent pourtant encore inexplorés, ce qui handicape sensiblement les recherches qui lui sont consacrés. Que dire de l’absence de tout commentaire théologique et doctrinal linéaire des Pèlerinages ? Ce travail, qui exige la lecture extensive de sommes et manuels de théologie du xiiie siècle, modifierait à coup sûr notre lecture de Guillaume de Digulleville. Comment s’expliquer que l’œuvre latine de Guillaume de Digulleville, pourtant flamboyante et d’une virtuosité formelle impressionnante, n’ait jamais retenu l’attention ? Elle est pourtant intimement liée aux Pèlerinages : s’en priver, c’est ce priver d’un instrument herméneutique d’importance. L’édition proposée de deux prières est une invitation à mener des recherches dans l’œuvre latine de Guillaume. Enfin, que dire de l’abandon dont est victime le Pèlerinage de Jésus-Christ ? Le troisième volet de la trilogie reste encore le laissé-pour-comptes des études.

13L’esprit et la tradition de convivialité chers à Cerisy auront au moins permis, pendant les trois jours et demi de colloque, de mener des échanges fructueux et stimulants, d’ouvrir des perspectives de travail en commun et de nouer de nouvelles amitiés intellectuelles entre chercheurs.

  • 15 La générosité du Conseil général de la Manche a permis d’assurer l’accueil des participants dans d (...)

14Nous tenons à remercier tout particulièrement, outre nos universités respectives de Rennes 2 et Metz, les archives départementales de la Manche et le Centre culturel de Cerisy pour l’aide matérielle qu’ils ont apportée à l’organisation du colloque15.

Normes de présentation :

15Sauf mention contraire dans les articles, les citations des Pèlerinages sont tirées des éditions de J. J. Stürzinger. Afin d’en faciliter la lecture, le e final atone a été accentué, contrairement à l’usage de l’éditeur.

16À l’exception de quelques articles, notamment de ceux des linguistes qui utilisent par convention la nomenclature d’abréviations du Dictionnaire étymologique de l’ancien français, les Pèlerinages sont tout au long du volume abrégés de la façon suivante :

PVH : Pèlerinage de vie humaine
PVH1 : Pèlerinage de vie humaine (première rédaction)
PVH2 : Pèlerinage de vie humaine (seconde rédaction)
PA : Pèlerinage de l’âme
PJC : Pèlerinage de Jésus-Chris

Notes

1 A. Piaget, « Le Roman de la fleur de Lys », Romania, t. 62, 1936, p. 317.

2 C.-V. Langlois, La vie en France au Moyen Âge, du xiie au xive siècle, t. IV, Paris, Hachette, 1928, p. 208.

3 Abbé Goujet, Bibliothèque française, ou Histoire de la littérature française, t. IX, Paris, P.-J. Mariette et H. Guerin, 1745.

4 E.-R. Labande, « France », dans Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, Paris, Beauchesne, 1965, t. V, col. 862.

5 E. Faral, « Guillaume de Digulleville, moine de Chaalis », dans Histoire littéraire de la France, Paris, Imprimerie nationale, 1962, t. XXXIX, p. 1-132, à la p. 12.

6 E.-R. Labande, art. cité.

7 M. Standaert, « Guillaume de Digulleville », dans Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, Paris, Beauchesne, 1967, t. VI, col. 1201-1203, à la col. 1202.

8 Voir en annexe de cet ouvrage.

9 Voir F. Duval, Lectures françaises de la fin du Moyen Âge. Petite anthologie commentée de succès littéraires, Genève, Droz, 2007.

10 F. Duval, Descente aux enfers avec Guillaume de Digulleville, édition et traduction commentées d’un extrait du Pèlerinage de l’âme (Paris, Bibl. nat. de Fr., français 12466), Saint-Lô, archives départementales de la Manche, 2006.

11 C.-V. Langlois se montre particulièrement féroce dans la comparaison : « Il y a en effet une distance démesurée entre cette haute intelligence, maîtresse de la culture et ornée de toutes les grâces de son temps, qui avait naturellement l’instinct de la grandeur et qui fut trompée par la vie libre d’un siècle violent, et ce grand et gros homme d’esprit positif et sans flamme, pas bête et même assez fin, mais cloîtré depuis l’adolescence dans un monastère forestier, avec des livres qui le rassasiaient de banalités et la manie d’écrivasser en rimaillant », op. cit., p. 206. E. Mâle les rapproche aussi : « Avec une imagination plus forte, Guillaume de Digulleville eût été notre Dante, car lui aussi, il a avec son pèlerin, traversé trois mondes » (L’Art religieux à la fin du Moyen Age en France, Paris, A. Colin, 1908, rpt 1995, p. 337).

12 Alors que la critique française utilise « Digulleville », d’après le toponyme moderne du village de La Hague qui aurait vu naître Guillaume, la critique américaine et anglaise, est plus fidèle aux manuscrits et emploie couramment le nom de « Deguileville ».

13 Voir en annexe la liste des manuscrits.

14 Une collaboration s’est mise en place entre Philippe Maupeu (Toulouse) et Robert Edwards (Oxford).

15 La générosité du Conseil général de la Manche a permis d’assurer l’accueil des participants dans d’excellentes conditions. Il faut saluer particulièrement la confiance que nous a accordée Gilles Désiré, directeur des archives et le travail de Selma Turalic, qui s’est chargée de la réalisation du programme, de la coordination des partenaires et des échanges avec les intervenants. Quant au Centre de Cerisy, il a mis à notre service sa longue compétence dans l’organisation de colloques en nous offrant un calendrier cadré et un site d’information efficace.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540