Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La littérature dépliée

 | 
Jean-Paul Engélibert
, 
Yen-Maï Tran-Gervat

Chapitre VIII – Littérature contemporaine

Réécrire l’histoire littéraire. Georges Perec et d’autres voyageurs d’hiver

Hans Hartje

Texte intégral

1Le Voyage d’hiver, pour le locuteur français cultivé, désigne le cycle de lieder pour piano et voix Die Winterreise que Franz Schubert a composé en 1827 sur des poèmes de Wilhelm Müller. Cette œuvre emblématique du Romantisme allemand a pour sujet la perte d’un amour, et l’amoureux éconduit s’en voit condamné à une existence qui n’a plus de but. Le voyage du titre est en réalité une errance, tandis que le décor hivernal est censé illustrer la désolation morale du personnage. En tant qu’œuvre musicale, la success story du Voyage d’hiver se confond avec l’histoire de ses interprétations, avec cette particularité qu’elle a été chantée tantôt par des voix graves (par exemple celle de Dietrich Fischer-Dieskau) et tantôt par des voix aiguës, comme celle de Brigitte Fassbaender.

  • 1 La chorégraphe Béatrice Massin va même jusqu’à proposer un spectacle de danse intitulé « Un Voyage (...)

2Chose plus étonnante, Le Voyage d’hiver a tout récemment encore « inspiré » plusieurs cinéastes, pour des films où l’œuvre de Schubert fournit le cadre narratif et une certaine ambiance1. Il en va ainsi de Mon voyage d’hiver de Vincent Dieutre (2003) et de Winterreise de Hans Steinbichler (2006), mais il n’en va pas de même de Just visiting this planet (Die Winterreise) de Peter Sempel (1991) et de Franz Schubert-Winterreise de David Alden (1997) qui sont des films musicaux.

  • 2 À en croire Paulette Perec, dans Portraits de Georges Perec, BnF, 2001, p. 111.

3S’il y a là déjà de quoi s’interroger sur les phénomènes de reprise, de répétition et de réécriture, je me suis quant à moi intéressé à une nouvelle branche de cette arborescence qui s’inaugure en décembre2 1979 avec un bref texte intitulé Le Voyage d’hiver publié par l’écrivain français Georges Perec dans une plaquette hors commerce éditée par Hachette et intitulée « Saisons ». Outre celui de Perec y figuraient de brefs textes de Serge Rezvani, Jean Freustié et de Jacques Chessex, et il semblerait que l’origine du recueil soit d’ordre thématique, chaque auteur sollicité devant traiter d’une des quatre saisons.

4À vrai dire, d’hiver il est fort peu question dans le texte de Perec, tout comme le rapport à Schubert demeure totalement énigmatique. En revanche la notion de voyage y est explorée dans un sens plutôt surprenant vu qu’elle désigne, de façon métaphorique, le fait que des fragments d’un texte se retrouvent éparpillés dans d’autres textes, en vertu d’une intertextualité qui à première vue a tout du plagiat.

5Les choses se compliquent toutefois du fait de l’appartenance de Perec à l’Oulipo. Ce groupe, rappelons-le, propose depuis sa constitution au début des années 1960 « de nouvelles façons d’entendre l’écriture » (Italo Calvino), ce qui ne veut pas nécessairement dire qu’il les invente car « de tous temps, des auteurs ont travaillé “sous contrainte” » (Hervé Le Tellier, Esthétique de l’Oulipo, Bordeaux, Le Castor Astral, 2006, p. 17). Comme pour illustrer ce dernier constat, les oulipiens ont recours au concept de « plagiat par anticipation » qui désigne tout phénomène d’écriture présentant des analogies – formelles ou conceptuelles – avec ses propres préoccupations esthétiques, mais mis en œuvre avant la fondation du groupe et partant, avant l’introduction de la notion d’intertextualité dans le débat théorique.

6Voilà ce qu’il vaut mieux savoir avant d’aborder Le Voyage d’hiver de Georges Perec (le texte sera cité d’après son édition au Seuil, dans la collection « La librairie du xxe siècle », 1993). C’est – très sommairement – l’histoire d’un jeune professeur de lettres, Vincent Degraël, qui en 1939 découvre par hasard dans la bibliothèque de la maison de campagne des parents d’un de ses collègues un « mince volume intitulé Le Voyage d’hiver » (op. cit., p. 8) que son auteur, Hugo Vernier, a publié en 1864. Or ce livre contient plusieurs centaines de vers que Degraël identifie d’abord comme des plagiats par anticipation d’une trentaine d’auteurs, avant de conclure – vu la date de publication du livre – que ce sont au contraire ces auteurs qui « semblaient bien avoir fait du Voyage d’hiver la bible où ils avaient puisé le meilleur d’eux-mêmes : Banville, Richepin, Huysmans, Charles Cros, Léon Valade y côtoyaient Mallarmé et Verlaine et d’autres à présent tombés dans l’oubli qui s’appelaient Charles de Pomairols, Hippolyte Vaillant, Maurice Rollinat (le filleul de George Sand), Laprade, Albert Mérat, Charles Morice ou Antony Valabrègue » (ibid., p. 25). Partagé entre l’exubérance du chercheur ayant fait une découverte majeure et le dégoût qu’inspire tant de malhonnêteté, Degraël constate que tous ces gens-là « n’étaient que les copistes d’un poète génial et méconnu qui, dans une œuvre unique, avait su rassembler la substance même dont allaient se nourrir après lui trois ou quatre générations d’auteurs » (ibid., p. 22) ! Malheureusement, la Seconde guerre mondiale interrompt ses recherches en vue de « remettre en question […] tout ce que les critiques et les historiens de la littérature avaient imperturbablement professé depuis des années et des années » (ibid., p. 23), et malgré tous ses efforts il ne parviendra plus jamais à « remettre la main sur un exemplaire du Voyage d’hiver » (ibid., p. 30). Degraël mourra au milieu des années 1970 à l’hôpital psychiatrique de Verrières, laissant, parmi un « immense tas de documents et de manuscrits […] un épais registre relié de toile noire et dont l’étiquette portait, soigneusement calligraphié, Le Voyage d’hiver : les huit premières pages retraçaient l’histoire de ses vaines recherches ; les trois cent quatre-vingt-douze autres étaient blanches » (ibid., p. 33).

7La lecture du texte de Perec provoque à coup sûr un sentiment de vertige : si ce qu’il raconte était vrai, il faudrait non seulement réécrire toute l’histoire littéraire (en l’occurrence française) depuis le milieu du xixe siècle, mais également réévaluer ses hiérarchies et partant, tout le système de valeurs que ces dernières soutiennent. Or, pour le dire avec les mots mêmes des organisateurs de notre rencontre, à quoi bon disposer d’une notion critique – l’intertextualité – si ce n’est pour éprouver tout son « pouvoir de questionnement théorique et d’interprétation » ?

  • 3 Jacques Roubaud, « Le Voyage d’hier » dans Georges Perec, Jacques Roubaud, Le Voyage d’hiver/Le Vo (...)

8Voilà en tout cas ce que les camarades oulipiens de Perec ont retenu de la lecture du Voyage d’hiver, en proposant à ce jour une dizaine de textes qui sont toujours explicitement raccordés à leur modèle commun tout en exploitant de façon extrêmement diverse, voire divergente, les potentialités qu’il recèle. Le scandale d’ordre philologique que constitue la découverte de Vincent Degraël y occupe toujours une place centrale, mais chaque auteur en réévalue les tenants et les aboutissants en fonction d’un ou de plusieurs éléments du texte-source choisis pour y accrocher une nouvelle histoire. Ainsi Jacques Roubaud fait-il du fils de la famille dans la maison de laquelle Vincent Degraël a fait sa découverte, le personnage principal d’un récit publié en 1992 et intitulé Le Voyage d’hier, et cette progéniture providentielle lui permet de relancer la quête du livre disparu, dont l’existence et l’importance sont par ailleurs confirmées. Mais cette prolongation de l’intrigue permet surtout à Roubaud de réécrire à son tour des pans entiers de l’histoire littéraire où figurent notamment Charles Baudelaire (dont Les Fleurs du mal – il fallait s’en douter – ne sont qu’un « plagiat caractérisé3 » des Poésies d’Hugo Vernier), Théophile Gautier et… Perec lui-même dont l’ultime livre laissé inachevé à sa mort (« 53 jours »), serait en fait un plagiat par appropriation désinvolte d’un épisode de la vie de Denis Borrade, dans la maison des parents duquel Degraël avait découvert Le Voyage d’hiver.

9Le Voyage d’Hitler d’Hervé Le Tellier, paru en mars 1999 (B. O. n°105), et Le Voyage d’Hoover d’Ian Monk, paru en septembre 1999 (B. O. n°110), sont complémentaires en ce que ces deux avatars du Voyage d’hiver motivent la disparition du livre d’Hugo Vernier par un enjeu de taille : il y aurait eu en effet une tentative d’instrumentalisation des plagiats découverts par Vincent Degraël à des fins idéologique et politique. Dans Le Voyage d’Hitler, le dévoilement de l’affaire Hugo Vernier aurait ainsi dû « porter un coup décisif au “rayonnement français” et rabattre le caquet de cette intelligentsia “enjuivée et négrifiée”, pleine de morgue face à la nouvelle culture national-socialiste » (p. 22), alors que dans Le Voyage d’Hoover cette même affaire aurait dû être mise au service de la « propagande antibritannique » (p. 15).

10Toutefois, ni l’une ni l’autre de ces opérations de dénigrement par textes littéraires interposés n’aurait été menée à terme, après la découverte de faits absolument rédhibitoires aux yeux des Nazis. Dans le cas du Voyage d’Hitler c’est l’ascendance juive d’Hugo Vernier (op. cit., p. 25) et Le Tellier de laisser entendre que c’est cette découverte-là qui aurait poussé le Führer au suicide. Ian Monk quant à lui imagine un fait analogue, sauf que ce n’est plus le Voyage d’hiver qui est en cause, mais un manuscrit du xive siècle en hébreu intitulé Le Conte d’hiver qui contiendrait, in nuce, toute l’œuvre de Shakespeare. Or « le fait que le vrai génie caché derrière Shakespeare fût non seulement juif, mais encore le chantre d’amours homosexuelles avec un noir, rendit le manuscrit inutilisable » (Le Voyage d’Hoover, op. cit., p. 15).

11On pourrait continuer comme ça, mais même en résumant très sommairement les pièces versées au « corpus hugovernien » (l’expression est de Jacques Jouet) par, justement, Jacques Jouet (Hinterreise et autres histoires retournées, B. O. n°108, mai 1999), Jacques Bens (Le Voyage d’Arvers, B. O. n°112, septembre 1999), Michelle Grangaud (Le Voyage divergent, B. O. n° 113, avril 2001) et François Caradec (Le Voyage du ver, B. O. n°114, mai 2001), nous en aurions pour un certain temps et plus personne ne s’y retrouverait. Or ne doit-on pas penser que ce soit là précisément un des buts assignés à ce « premier roman “collectif” de l’Oulipo » (Hervé Le Tellier, Esthétique de l’Oulipo, op. cit., p. 209) ?

  • 4 À ne pas confondre avec le « Hugo Award », prix littéraire décerné par la World Science Fiction So (...)

12En témoigne paradoxalement ce qui apparaît à première vue comme une mise au point d’ordre philologique, tentée dès le mois de février 2000 par Reine Haugure, « secrétaire de l’Association des Amis d’Hugo Vernier » et « lauréate du prix Hugo Vernier4 1999 », sous la forme d’une « communication au Premier Congrès de l’Association Internationale des Etudes Vernériennes » qui s’est tenu à l’université de Princeton (Le Voyage du vers, B. O. n°117, mai 2001). Or ce texte, dû en réalité à un « oulipien qui avance masqué » (Hervé Le Tellier, Esthétique de l’Oulipo, op. cit., p. 210), s’inscrit à son tour dans la vaste entreprise de mise à plat – et de remise en cause – des hiérarchies du champ littéraire inaugurée en 1979 dans Le Voyage d’hiver de Perec.

13Et le « Voyage » continue, bon an mal an. Que ce soit Le Voyage des verres de Harry Mathews, publié en octobre 2001 (B. O. n°118), Si par une nuit un voyage d’hiver de Mikhaïl Gorliouk, publié en septembre 2003 (B. O. n°129) ou Le Voyage des rêves de Frédéric Forté, publié en juin 2005 (B. O. n°139), chacun à sa manière parodie l’ensemble des textes appartenant au corpus hugovernien et plus généralement, le genre de la fiction érudite.

14Reste à savoir d’où vient le texte fondateur dudit corpus.

  • 5 Voir la quatrième de couverture du livre paru au Seuil.

15On l’a dit, l’histoire racontée par Perec est essentiellement une « fiction d’histoire littéraire » (pour employer un concept proposé par Jean-Louis Jeannelle) et pose fondamentalement la question des origines. On est alors tenté de lire le texte de Perec en écho à l’Introduction à l’architexte, essai publié par Gérard Genette en octobre 1979 (selon l’achevé d’imprimer) dans sa collection « Poétique », au Seuil. Je rappelle que dans cet essai, issu d’un article publié dans la revue Poétique en novembre 1977, Gérard Genette entreprend la déconstruction de la « tripartition, généralement admise depuis la fin du xviiie siècle et indûment attribuée à Aristote lui-même, [du] champ [littéraire] selon trois “types fondamentaux” auxquels viendraient se subordonner tous les genres et les espèces littéraires : le lyrique, l’épique, le dramatique5 ». Toutefois, le texte paru en volume est enrichi d’une quinzaine de pages dans lesquelles l’auteur revient, suite notamment à des observations que lui aurait faites Philippe Lejeune, sur certaines des affirmations contenues dans le texte publié deux ans auparavant en revue.

  • 6 Affirmer qu’il a été écrit exprès pour combler une case vide, voilà à quoi je ne m’aventurerai pas

16Plusieurs éléments font penser qu’il existe un lien intertextuel entre l’essai de Genette et la nouvelle de Perec. Avant tout, il y a la mention d’un « tableau combinatoire » (Genette, op. cit., p. 84) « où n classes thématiques recoupées par p classes modales et submodales détermineraient un nombre considérable (c’est-à-dire np, ni plus ni moins) de genres existants ou possibles » (op. cit., p. 82). On a connu Gérard Genette moins inspiré par l’idée oulipienne de potentialité, mais force est de constater que ce tableau présente des ressemblances structurelles troublantes avec le « tableau de Queneleiev », mis en forme dès 1974 par Raymond Queneau et où figurent – pour le dire à la manière de Genette, mais qu’en l’occurrence les oulipiens ne renieraient pas – « n opérations – les fameuses contraintes – recoupées par p objets linguistiques et déterminant np textes existants ou possibles ». Genette est dès lors forcé d’admettre que dans un tel tableau, établi « par observation du donné historique, ou à la limite par extrapolation » (op. cit., p. 70), il puisse y avoir une « case vide » qui un jour « peut se trouver […] un occupant légitime » (op. cit., p. 50, voir aussi p. 71). Or tout se passe comme si Le Voyage d’hiver était virtuellement contenu6 dans la définition que le théoricien propose de la « transcendance textuelle » ou « transtextualité » :

  • 7 G. Genette, op. cit., p. 87-88.

J’y englobe l’intertextualité au sens strict (et “classique”, depuis Julia Kristeva), c’est à dire la présence littérale (plus ou moins littérale, intégrale ou non), d’un texte dans un autre : la citation, c’est-à-dire la convocation explicite d’un texte à la fois présenté et distancié par des guillemets, est l’exemple le plus évident de ce type de fonctions, qui en comporte bien d’autres. J’y mets aussi, sous le terme, qui s’impose (sur le modèle langage /métalangage), de métatextualité, la relation transtextuelle qui unit un commentaire au texte qu’il commente […] j’y mets encore d’autres sortes de relations – pour l’essentiel, je pense, d’imitation et de transformation, dont le pastiche et la parodie peuvent donner une idée, ou plutôt deux idées, fort différentes quoique trop souvent confondues, ou inexactement distinguées – que je baptiserai faute de mieux paratextualité (mais c’est aussi pour moi la transtextualité par excellence), et dont nous nous occuperons peut-être un jour, si le hasard fait que la Providence y consente. J’y mets enfin (sauf omission) cette relation d’inclusion qui unit chaque texte aux divers types de discours auxquels il ressortit. Ici viennent les genres, et leurs déterminations déjà entrevues : thématiques, modales, formelles, et autres (?). Appelons cela, comme il va de soi, l’architexte7.

17Le Voyage d’hiver de Perec répond presque idéalement à ce « cahier des charges », en traitant du thème de l’intertextualité sur le mode de la métatextualité afin d’illustrer le concept de la paratextualité – dans sa version de 1979. Ironie de l’histoire : les vers de Vernier (vers nié ?) relèvent du genre lyrique dont Genette cherche à prouver qu’il n’existe pas dans la Poétique d’Aristote. Or en faisant mourir Vincent Degraël sans qu’il n’ait jamais pu retrouver un exemplaire du Voyage d’hiver, Perec ne laisse-t-il pas entendre que les vers qu’il a découverts n’ont jamais existé ailleurs que dans son fantasme de… chercheur ?

Notes

1 La chorégraphe Béatrice Massin va même jusqu’à proposer un spectacle de danse intitulé « Un Voyage d’hiver » (Le Parvis – Scène nationale Tarbes Pyrénées, mardi 28 novembre 2006).

2 À en croire Paulette Perec, dans Portraits de Georges Perec, BnF, 2001, p. 111.

3 Jacques Roubaud, « Le Voyage d’hier » dans Georges Perec, Jacques Roubaud, Le Voyage d’hiver/Le Voyage d’hier, Nantes, Editions Le Passeur-CECOFOP, 1997, p. 66. Tous les autres « voyages d’hiver » seront cités dans leur version originale parue dans « La Bibliothèque Oulipienne » et mis généreusement à ma disposition par J. Jouet. (B. O., suivi du n°).

4 À ne pas confondre avec le « Hugo Award », prix littéraire décerné par la World Science Fiction Society (WSFS) ainsi appelé en souvenir de Hugo Gernsback.

5 Voir la quatrième de couverture du livre paru au Seuil.

6 Affirmer qu’il a été écrit exprès pour combler une case vide, voilà à quoi je ne m’aventurerai pas.

7 G. Genette, op. cit., p. 87-88.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540