Version classiqueVersion mobile

La littérature dépliée

 | 
Jean-Paul Engélibert
, 
Yen-Maï Tran-Gervat

Chapitre VI – Réécrire au xixe siècle

Mad Trist ou la citation subvertie dans La chute de la maison Usher de Poe

Déborah Levy-Bertherat

Texte intégral

  • 1 Voir, sur les rapports entre Poe et Dickens, Benjamin Franklin Fisher, « Dickens and Poe : Pickwic (...)
  • 2 Il n’est pas sûr que Poe l’ait lu directement, mais il en a du moins, probablement, lu le compte r (...)

1À la date où Poe écrit The Fall of the House of Usher, en 1838, les « tales of the German school » sont passés de mode. C’est seulement en septembre 1839 que le Burton’s Magazine accepte de publier le conte. Le Southern Literary Messenger l’avait d’abord refusé, en raison d’un désintérêt des lecteurs : il n’y a plus de demande pour ce genre de récits depuis que Dickens lui a donné le coup de grâce, « the final death blow », avec Pickwick1 (1836-1837). The Fall of the House of Usher est en effet un récit d’inspiration germanique : on le considère volontiers comme un héritier assez lointain du Majorat de Hoffmann (Nachtstücke, 18172).

2Poe exploite manifestement la thématique gothique du récit hoffmannien : une famille noble condamnée à l’extinction, le parallèle symbolique entre sa dégénérescence et l’effondrement littéral de la demeure familiale, le frère meurtrier, le motif de l’inceste, la belle condamnée par la maladie, le narrateur extérieur à la famille. Poe reprend même, en l’anglicisant, le prénom Roderich, devenu Roderick. Son récit, plus ramassé, télescope et radicalise les thèmes : l’inceste se précise (amour entre cousins germains chez Hoffmann, entre frère et sœur jumeaux chez lui) ; la famille se réduit à ses deux derniers membres, Roderick et Madeline Usher, alors que l’histoire remontait, chez Hoffmann aux trois dernières générations ; ce n’est plus seulement une tour, mais toute la maison qui s’écroule. Par cette simplification, Poe semble tendre vers la caricature du genre. Pourtant, son récit se donne à lire, a priori, comme un conte fantastique sérieux, loin de la veine humoristique qui forme l’autre pan de son œuvre narrative.

  • 3 Antoine Compagnon, La seconde main ou le travail de la citation, Le Seuil, 1979.
  • 4 C. Martindale reproche à Allen Tate d’avoir vu dans le Mad Trist un élément médiocre, qui dégrade (...)

3Je voudrais m’attacher plus en détail à l’exploitation singulière que fait Poe d’un motif emprunté à Hoffmann, celui de la scène de lecture, élément déclencheur du surnaturel. L’étrange ne naît ni d’un événement, ni d’une impression, mais d’un livre cité. Dans Le Majorat, le narrateur lit le Visionnaire de Schiller, et parvenu à la scène de l’apparition du fantôme de Jeronymo, il entend, puis voit, lui aussi, un fantôme. Chez Poe, ce qui était seulement esquissé chez Hoffmann au début du conte devient une scène beaucoup plus développée, où le texte lu est abondamment cité, et qui précède immédiatement la « chute » du récit. Or le texte en question est tiré d’un ouvrage imaginaire, le Mad Trist de Launcelot Canning, ce qui constitue une perversion du principe de la citation, essentiellement hétérogène (Compagnon classerait le cas dans sa tératologie de la citation3). En outre, Poe prend le parti de faire de Mad Trist un mauvais livre, ce qui va à l’encontre de l’éloge, voire de l’hommage, impliqués habituellement par la référence, comme c’est le cas pour Schiller chez Hoffmann. Ce traitement de la scène de lecture me semble tirer La Chute de la maison Usher vers la dérision4, et rapprocher la nouvelle de certains textes grotesques, notamment, How to Write a Blackwood Article, qui en est contemporain.

4Je voudrais examiner trois aspects du dysfonctionnement de la citation dans Usher : le choix d’un texte imaginaire donné comme authentique ; le dénigrement du texte cité ; et l’insistance pesante sur les effets d’échos entre le texte cité et l’hypertexte. Je voudrais ainsi essayer de mettre en évidence une forme particulière de parodie, portant moins sur le sujet ou le style que sur une figure, la citation, remise en cause dans son fonctionnement et sa légitimité.

Un livre imaginaire : Mad Trist de Launcelot Canning

5L’évocation de Mad Trist, « antique volume », fait suite à l’évocation de la bibliothèque de Roderick Usher, dont Poe énumère un certain nombre d’ouvrages, bien réels. Il s’amuse à glisser, auprès de titres authentiques, un intrus, brouillant la frontière admise entre fiction et réalité, et anticipant, en quelque sorte, sur les jeux fictionnels de Borges.

6La bibliothèque de Usher est riche, fascinante, objet de lectures approfondies pratiquées par lui-même et par le narrateur :

  • 5 « Nos livres, – les livres qui depuis des années constituaient une grande partie de l’existence sp (...)
  • 6 E. A. Poe, The Short Fiction of Edgar Poe, Urbana and Chicago, University of Illinois Press, 1990. (...)

Our books – the books which, for years, had formed no small portion of the mental existence of the invalid – were, as might be supposed, in strict keeping with this character of phantasm5. (p. 94)6

7Située dans la chambre de Usher, elle correspond à son intérêt passionné pour la spiritualité, l’idéalisme, les sciences occultes. Eclectique, elle mêle des ouvrages célèbres et des titres rares, allant de Gresset à Campanella, en passant par Machiavel, Swedenborg et Tieck, entre autres :

  • 7 « Le Ververt et la Chartreuse, de Gresset ; le Belphégor, de Machiavel ; Les Merveilles du Ciel et (...)

the « Ververt et Chartreuse » of Gresset ; the « Belphegor » of Machiavelli ; the « Heaven and Hell » of Swedenborg ; the « Subterranean Voyage of Nicholas Klimm » by Holberg ; the « Chiromancy » of Robert Flud, of Jean D’Indagine, and of De la Chambre ; the « Journey into the Blue Distance » of Tieck ; and the « City of the Sun » of Campanella. One favourite volume was a small octavo edition of the « Directorium Inquisitorum », by the Dominican Eymeric de Gironne ; and there were passages in Pomponius Mela, about the old African Satyrs and AEgipans, over which Usher would sit dreaming for hours. His chief delight, however, was found in the perusal of an exceedingly rare and curious book in quarto Gothic – the manual of a forgotten church – the Vigiliae Mortuorum secundum Chorum Ecclesiae Maguntinae7. (p. 94)

  • 8 D’après Th. Mabbott, notes de l’édition Belknap Press of Harvard University Press, 1979.

8Poe n’avait pas lu tous ces ouvrages, il avait eu connaissance de certains d’entre eux par des revues ou des catalogues, mais était convaincu qu’ils avaient trait à l’influence de l’esprit sur la matière8.

9On notera qu’une bibliothèque du même genre, avec d’autres titres, est mentionnée dans Bérénice (1835), récit assez proche de The Fall of the House of Usher. Au point culminant du récit, Poe insère une brève citation d’un livre lu par le héros, qui lui révèle son propre crime. Mais le passage, très bref, est tiré d’un ouvrage réel.

  • 9 On peut s’interroger sur la valeur symbolique d’une telle pauvreté : si la riche bibliothèque situ (...)
  • 10 « L’antique bouquin sur lequel j’avais mis la main était le Mad Trist de sir Launcelot Canning ; [ (...)

10À la richesse et à la multiplicité des ouvrages de la bibliothèque s’oppose l’unique ouvrage que le narrateur trouve dans sa propre chambre9, lorsqu’il cherche à distraire Roderick Usher de la violence de l’orage : « The antique volume which I had taken up was the “Mad Trist” of Sir Launcelot Canning ; […]. It was […] the only book immediately at hand10… » (p. 96).

11Un peu plus haut dans le récit, Poe a prêté à Roderick Usher un de ses propres poèmes (poème et personnage étant situés sur le même plan fictionnel), ce qu’il pratique couramment dans ses récits. En revanche, il est abusif, dans la même logique narrative, que le narrateur lise au héros un texte composé par Poe, car il relève du contexte référentiel, censément réel de la fiction. Or pour soutenir l’authenticité de l’ouvrage, il lui prête, selon une logique canularesque, la célébrité d’un classique :

  • 11 « J’étais arrivé à cette partie si connue de l’histoire où Ethelred, le héros du livre, ayant en v (...)

I had arrived at that well-known portion of the story where Ethelred, the hero of the Trist, having sought in vain for peaceable admission into the dwelling of the hermit, proceeds to make good an entrance by force. Here, it will be remembered, the words of the narrative run thus11 […]. (p. 96, je souligne)

  • 12 D’après Mabbott : « printed probably at Basel around 1500 in quarto and with Gothic type ! While t (...)
  • 13 Mais n’existant qu’en deux exemplaires, et non catalogué au temps de Poe (toujours selon Mabbott).

12À l’inverse, les livres réels de la bibliothèque sont pour certains complètement inconnus, et mentionnés comme tels « exceedingly rare and curious book […] the manual of a forgotten church – the Vigilae Mortuorum secundum Chorum Ecclesiae Maguntinae12.… » Malgré les apparences, ce titre impossible est celui d’un ouvrage bien réel13. L’évocation d’une pareille « curiosité » rend crédible, par contraste, la prétendue authenticité du Mad Trist.

  • 14 Poe lui attribue également l’épigramme du Stylus, revue qu’il tentera de lancer en 1843.

13On a invoqué plusieurs sources possibles du nom de l’auteur imaginaire, Launcelot Canning14, le « romancer » (p. 97). Le patronyme pourrait venir de Chatterton, maître de la supercherie pseudo-médiévale : William Canning ou Canynges apparaît dans son œuvre comme le protecteur de Thomas Rowley, poète imaginaire du xve siècle, auteur prétendu de nombreux poèmes de Chatterton. Il se pourrait aussi que le patronyme forgé évoque les adjectifs canny et cunning, « rusé ». Quant au prénom, il évoque manifestement un contexte médiéval. Il n’est pas exclu que Poe ait eu à l’esprit le Lancelot, modèle par excellence du texte cité dans une scène de lecture, dans l’épisode de Paolo et Francesca, au chant V de l’Enfer de Dante (ce poème était, selon Poe, un des ouvrages essentiels de la veine fantaisiste dont il se voulait l’héritier).

14Quant au titre, Mad Trist, il évoque évidemment la folie, mais aussi le prénom de Madeline (Mad-line). Trist se réfère peut-être à Tristan, mais aussi, à trist ou tryst, « rendez-vous secret », ou bien sûr à la tristesse. L’ironie de Poe lui fait donner un tel titre à un récit qui doit tirer Roderick Usher de la spirale dépressive dans laquelle il sombre. Enfin, le nom du héros, Ethelred, porté par deux rois d’Angleterre, à l’époque de l’invasion danoise, peut, par sa dernière syllabe, évoquer la lecture (Ethel-read).

Le dénigrement du texte

15Avant même de citer l’ouvrage, le narrateur critique la médiocrité du « romance » :

  • 15 « […] je l’avais décoré du titre de favori d’Usher par plaisanterie – triste plaisanterie, car en (...)

I had called it a favourite of Usher’s more in sad jest than in earnest ; for, in truth, there is little in its uncouth and unimaginative prolixity which could have had interest for the lofty and spiritual ideality of my friend15… (p. 96)

16Avant même d’être cité, le texte est l’objet d’une critique : « uncouth [maladroit, grossier, fruste] and imaginative », il constitue une sorte d’anti-référence littéraire, de négation de l’art. Il est censé s’opposer à la qualité des ouvrages de la bibliothèque de Usher.

17Les trois extraits cités confirment en partie cette critique :

  1. Ethelred fracasse la porte de la demeure de l’ermite (9 lignes).
  2. Au lieu de l’ermite, il trouve un dragon gardant un palais d’or et un bouclier d’airain portant une légende (6 lignes + 2 vers + 5 lignes). Il tue le dragon d’un coup de massue.
  3. Il s’approche du bouclier, mais celui-ci tombe à ses pieds (8 lignes).

18La construction parfaitement symétrique, qui place au milieu de la citation centrale une devise en deux vers, peut sembler relativement savante. Mais la teneur de la devise est élémentaire et attendue :

Who entereth herein, a conqueror hath bin ;

  • 16 « Celui-là qui entre ici a été le vainqueur ;
    Celui-là qui tue le dragon, il aura gagné le bouclier (...)

Who slayeth the dragon, the shield he shall win16 (p. 97)

  • 17 Darrel Abel, « A Key to the House of Usher », University of Toronto Quarterly, 18 (1949), 176-185.

19Le récit, comme l’a noté Darrel Abel17, fonctionne de manière plus mécanique que symbolique. La thématique relève de la topique de la geste héroïque, le combat contre le dragon, comme chez Persée ou Siegfried. Ce combat est réduit au minimum puisque, à peine la devise citée, le héros terrasse le dragon, au premier coup de massue. Le décor, vaguement esquissé, semble emprunté au récit populaire d’inspiration médiévale (armure, masse d’armes, palais d’or et d’argent, dragon, bouclier).

20Ethelred est une figure primitive, fruste. Il agit mécaniquement, ne parle pas, ne pense pas, et les rares sensations mentionnées à son sujet sont uniquement physiques. La seule motivation invoquée pour ses actes est la crainte d’être mouillé par la pluie. Cette pure corporéité s’oppose à la spiritualité de Usher. Ethelred le brutal fracasse la porte, symbole possible de l’intelligence intuitive, renvoyant bien sûr au nom de Usher. Contrepoint de la bibliothèque évoquée plus haut, Mad Trist illustre, en quelque sorte, le triomphe de la matière sur l’esprit.

21Il est possible que l’épisode s’inspire librement du ch. XVI de Ivanhoe (1819), où le héros, sous l’identité du chevalier noir, demande l’asile à un ermite :

  • 18 « Et Ethelred […] n’attendit pas plus longtemps pour parlementer avec l’ermite, […] il leva bel et (...)

And Ethelred […] waited no longer to hold parley with the hermit, […] uplifted his mace outright, and, with blows, made quickly room in the plankings of the door for his gauntleted hand ; and now pulling there-with sturdily, he so cracked, and ripped, and tore all asunder18… (p. 96, je souligne)

  • 19 « En conséquence, le chevalier ne prit pas le temps d’examiner précisément les détails […] il saut (...)

Accordingly, the knight took no time to consider minutely the particulars […] he leaped from his horse and assailed the door of the hermitage with the butt of his lance, in order to arouse attention and gain admittance. […] the knight struck the door so furiously with his foot, that posts as well as staples shook with violence19. (Walter Scott, Ivanhoe, ch. XVI, je souligne)

22Dans le texte de Scott la porte s’ouvre enfin sur un ermite colossal (dont on ne sait pas encore qu’il est frère Tuck, le compagnon de Robin des Bois) et deux molosses… mais pas sur un dragon.

23Il est cependant peu probable que l’objet du Mad Trist soit vraiment une récriture parodique d’Ivanhoe. L’ouvrage forgé est supposé « antique », l’archaïsme du langage y est du reste nettement plus marqué que chez Scott. Surtout, il semble que la charge porte moins sur la teneur du texte que sur la figure même de la citation, de la référence intertextuelle. Les trois citations sont longues, marquant une sorte d’invasion, de parasitage du texte de Poe par celui de Canning. La « prolixité » annoncée est ainsi confirmée, d’autant plus que chacun des trois passages est bâti sur le même modèle : le récit d’une action d’Ethelred se clôt sur l’évocation minutieuse du bruit qu’elle a provoqué. Ce que Poe donne à lire de l’histoire d’Ethelred pourrait se résumer à des sons. L’impression de redondance est renforcée par le fait que chaque citation est suivie d’un temps de pause, où le narrateur croit entendre l’écho des bruits décrits.

Mad Trist et La Chute de la maison Usher : système d’échos

24C’est en effet par l’adéquation, trois fois répétée, des sons décrits par Canning à ceux qu’entend le narrateur, que se justifie, après coup, l’insertion de ces trois fastidieux passages. Le crypto-récit médiéval sert, si l’on veut, de caisse de résonance, et ce d’autant mieux qu’il est creux, aux bruits à peine audibles provenant des souterrains du manoir, où lady Madeline a été enterrée vivante et est parvenue à sortir de son caveau.

25Le système des échos sonores présente une simplicité systématique, à la mesure du caractère mécanique du Mad Trist : Roderick Usher le résume en ces termes à la fin de la lecture :

  • 20 « […] la porte de l’ermite enfoncée, et le râle du dragon, et le retentissement du bouclier ! dite (...)

the breaking of the hermit’s door, and the death-cry of the dragon, and the clangour of the shield ! – say, rather, the rending of her coffin, and the grating of the iron hinges of her prison, and her struggles within the coppered archway of the vault20 ! (p. 98)

26Le fracas de la porte de l’ermite a pour écho le craquement du cercueil, le cri d’agonie du dragon correspond au grincement des gonds du caveau, et la chute du bouclier est reprise par les coups sur l’arche de cuivre.

  • 21 « Exacte analogie », « exacte contrepartie », « très extraordinaire coïncidence ».
  • 22 « écho […] retentissant, mais comme assourdi ».

27Après chaque extrait cité, le narrateur insiste, avec un étonnement croissant, sur la perfection des coïncidences : « Exact similarity », « exact counterpart », « most extraordinary coincidence21 ». Le jeu de l’écho assourdi (« echo […] stifled and dull », de la réverbération (« clangorous, yet apparently muffled reverberation22 »), a évidemment toutes les raisons d’être parfait, puisque le texte cité est bâti sur mesure. Le rire de Usher (« Ethelred – ha ! ha ! »), qui éclate à la fin de la lecture, peut s’interpréter non seulement comme le signe de sa démence, mais aussi comme l’ouverture vers une lecture ironique, sensible au ridicule du texte cité, et à l’excessive précision des coïncidences. Les deux textes se font trop littéralement écho.

28Il en résulte une dégradation du fantastique romantique de La Chute de la maison Usher : l’apparition terrifiante de lady Madeline dans son suaire ensanglanté est désamorcée, si l’on y entend l’écho d’une histoire très ordinaire. Le Mad Trist constitue donc, au sein du récit poesque, une sorte de mise en abyme sonore, comme un miroir déformant dans lequel le tragique trouverait un reflet comique. Mais on peut s’étonner que, malgré ces coïncidences sonores, les deux textes divergent à ce point quant à la thématique, comme si Poe s’amusait à montrer qu’on peut créer des échos textuels à partir de n’importe quelle source – que la citation est, au fond, une acrobatie assez vaine. Il en vient ainsi à pervertir le principe même de la citation : au lieu d’anoblir ou d’éclairer le récit, elle le dégrade et l’obnubile.

Charge contre le récit romantique : How to Write a Blackwood Article

29Cette subversion de la citation peut être mise en parallèle avec un texte satirique que Poe publie en novembre 1838 dans l’American Museum de Baltimore : How to Write a Blackwood Article, dont la composition est à peu près contemporaine de celle de Usher. L’apprentie écrivaine Psyche Zenobia reçoit de l’éditeur Blackwood des conseils pour la rédaction de récits à sensation, qu’elle devra écrire à l’encre très noire, avec une plume émoussée. Blackwood évoque d’abord la question du sujet, en donne quelques exemples, dont celui de l’homme enterré vivant, qui n’est pas sans rappeler Madeline Usher :

  • 23 « Il y eut, Le Mort vivant, une pièce de premier ordre ! – l’enregistrement des sensations d’un ho (...)
  • 24 E. A. Poe, The Short Fiction of Edgar Poe, Urbana and Chicago, University of Illinois Press, 1990. (...)

There was « The Dead Alive », a capital thing ! – the record of a gentleman’s sensations when entombed before the breath was out of his body – full of tastes, terror, sentiment, metaphysics, and erudition. You would have sworn that the writer had been born and brought up in a coffin23. (p. 359, je souligne24)

30L’important, dans un récit, est de transcrire des sensations. Aussi l’auteur novice doit-il s’appliquer à noter les siennes en toutes circonstances :

  • 25 « Les sensations sont l’essentiel, en somme. Fussiez-vous jamais noyée ou pendue, ayez soin de not (...)

Sensations are the great thing, after all. Should you ever be drowned or hung, be sure and make a note of your sensations – they will be worth to you ten guineas a sheet. If you wish to write forcibly, Miss Zenobia, pay minute attention to the sensations25. (p. 359)

31Mais surtout, insiste Blackwood, l’essentiel est dans le « remplissage », la « farce », au sens culinaire du terme, autrement dit les citations, par lesquelles l’auteur fait montre de sa culture littéraire, et anoblit son récit :

  • 26 « Il reste à s’occuper de la partie la plus importante – en vérité, l’âme de toute l’affaire – je (...)

The most important portion – in fact, the soul of the whole business, is yet to be attended to – I allude to the filling up. It is not to be supposed that a lady, or gentleman either, has been leading the life of a book worm. And yet above all things it is necessary that your article have an air of erudition, or at least afford evidence of extensive general reading26. (p. 361)

32Il précise que n’importe quelle citation peut s’appliquer à tout sujet :

  • 27 « En jetant les yeux sur n’importe quelle page de n’importe quel livre au monde, vous serez capabl (...)

By casting your eye down almost any page of any book in the world, you will be able to perceive at once a host of little scraps of either learning or bel-espritism, which are the very thing for the spicing of a Blackwood article27. (p. 361)

  • 28 Genette, Palimpsestes, Le Seuil, 1982, p. 36.

33Suivent plusieurs exemples de citations dans des langues diverses, à commencer par le chinois, dont Blackwood montre comment les appliquer au récit d’une expérience censément vécue par l’écrivain – mourir étouffé par un os de poulet. La reprise d’un texte de style élevé avec un sujet vulgaire signe la parodie28. Voici, à titre d’illustration, le dernier exemple qu’il fournit :

« Und sterb’ich doch, so sterb’ich denn

Durch sie – durch sie ! »

  • 29 « C’est de l’allemand, de Schiller. “Et si je meurs, du moins je meurs, pour toi, pour toi !” Ici, (...)

That’s German – from Schiller. « And if I die, at least I die – for thee – for thee ! » Here it is clear that you are apostrophizing the cause of your disaster, the chicken29. (p. 362)

34Les vers cités ne sont pas de Schiller, mais proviennent du lied Das Veilchen, « La Violette », dont les paroles sont de Goethe.

35Psyche Zenobia note scrupuleusement tout ce que dit l’éditeur, puis, pour mettre en application ses conseils, elle rédige le témoignage, publié sous le titre de A Predicament, d’une expérience sensationnelle : comment, montée en haut d’un beffroi, elle s’est fait couper la tête par une aiguille de l’horloge. Fidèlement, elle cite d’abord un roman chinois, au titre canularesque :

  • 30 « Touchantes circonstances, qui ne peuvent manquer de rappeler au souvenir du lecteur classique ce (...)

Touching circumstances ! which cannot fail to bring to the recollection of the classical reader that exquisite passage in relation to the fitness of things, which is to be found in the commencement of the third volume of that admirable and venerable Chinese novel the Jo-Go-Slow30. (p. 364)

36On notera ici que les termes de « volume », « venerable », et la prétendue célébrité d’un auteur imaginaire, sont presque les mêmes que dans Usher. Elle reprend ensuite, dans le même ordre, les citations que lui avait suggérées Blackwood. Mais, ne connaissant pas les langues étrangères, elle les a notées phonétiquement. Ainsi, la dernière citation reprend la pseudo-citation de Schiller évoquée plus haut, mais transcrite de manière fantaisiste :

  • 31 « Grands dieux, qu’est-ce que je contemple, est-ce là l’esprit défunt, l’ombre, le fantôme de ma p (...)

Ye gods ! and what do I behold – is that the departed spirit, the shade, the ghost, of my beloved puppy, which I perceive sitting with a grace so melancholy, in the corner ? Hearken ! for she speaks, and, heavens ! it is in the German of Schiller –
Unt stubby duk, so stubby dun
Duk she ! duk she !
Alas ! and are not her words too true ?
And if I died, at least I died
For thee – for thee31. (p. 368)

37On voit comment une nouvelle sérieuse comme La Chute de la maison Usher peut être tirée, par l’insertion d’un texte médiocre et dérisoire, vers les confins de l’autre veine de l’œuvre poesque, celle du grotesque et du canular. La citation est une sorte d’élément étranger qui se fiche dans le corps du texte et peut le dégonfler comme une baudruche.

38Cette déflation grotesque du romantisme relève d’une auto-parodie quelque peu masochiste : Poe s’en prend à l’inspiration gothique qui est à la source d’une grande partie de son œuvre, celle qui lui est la plus chère. Certes, il exploitera encore cette veine avec des récits comme William Wilson (fin 1839), The Masque of the Red Death (1842), The Black Cat (1843). Mais le thème de la morte amoureuse, déjà traité dans Berenice, Morella (1835) et Ligeia (1837), trouve ici son ultime sursaut. Du reste, Madeline Usher meurt à la fin du récit et disparaît avec l’effondrement de la maison. Elle ne se réincarnera pas comme Morella ou Ligeia.

  • 32 « une vapeur mystérieuse et pestilentielle, à peine visible, lourde, paresseuse et d’une couleur p (...)
  • 33 Voloshin, Beverly, « Transcendence Downward : An Essay on “Usher” and “Ligeia” », Modern Language (...)

39La maison Usher ne symbolise pas seulement une lignée en extinction ni l’esprit de son hôte, mais une certaine veine de l’imagination romantique, celle de la sensibilité. Avec la maison, c’est ce romantisme-là qui s’effondre. On pourrait aller plus loin : le livre imaginaire de Mad Trist ressemble à l’étang (tarn) décrit au début du récit : « a pestilent and mystic vapour, dull, sluggish, faintly discernible, and leaden-hued32 » (p. 89). Comme le narrateur contemple, dans les eaux funestes de l’étang, le reflet « transformé et inversé » de la maison (« the remodelled and inverted images », p. 89), l’histoire des Usher trouve un reflet déformé dans les pages moisies du vieux livre. Et de même que la maison s’effondre et disparaît dans l’étang, l’histoire de Roderick et de Madeline Usher s’engloutit dans les miasmes rances (rank miasma) de Mad Trist33.

Notes

1 Voir, sur les rapports entre Poe et Dickens, Benjamin Franklin Fisher, « Dickens and Poe : Pickwick and “Ligeia” », dans Poe Studies, vol. VI, n°1, juin 1973, p. 14-16.

2 Il n’est pas sûr que Poe l’ait lu directement, mais il en a du moins, probablement, lu le compte rendu par W. Scott dans Foreign Quarterly Review en juillet 1827. Il ne connaissait vraisemblablement pas le récit d’Achim von Arnim, Die Majoratsherren (1820).

3 Antoine Compagnon, La seconde main ou le travail de la citation, Le Seuil, 1979.

4 C. Martindale reproche à Allen Tate d’avoir vu dans le Mad Trist un élément médiocre, qui dégrade la qualité de la nouvelle. Martindale, au contraire, veut y voir un récit symbolique à valeur thérapeutique, montrant à Usher la voie à suivre. (Allen Tate, Collected Essays, Denver, Alan Swallow, 1960 ; Colin Martindale, « Archetype and Reality in “The Fall of the House of Usher” », from Poe Studies, vol. V, n°1, June 1972, p. 9-11.)

5 « Nos livres, – les livres qui depuis des années constituaient une grande partie de l’existence spirituelle du malade, – étaient, comme on le suppose bien, en accord parfait avec ce caractère de visionnaire » (traduction Ch. Baudelaire ; de même pour tous les passages traduits en notes, sauf indication contraire).

6 E. A. Poe, The Short Fiction of Edgar Poe, Urbana and Chicago, University of Illinois Press, 1990. Les numéros de pages entre parenthèses après les citations renvoient à cette édition.

7 « Le Ververt et la Chartreuse, de Gresset ; le Belphégor, de Machiavel ; Les Merveilles du Ciel et de l’Enfer, de Swedenborg ; Le Voyage souterrain de Nicholas Klimm, par Holberg ; la Chiromancie, de Robert Flud, de Jean d’Indaginé et de de La Chambre ; le Voyage dans le Bleu, de Tieck ; et la Cité du Soleil, de Campanella. Un de ses volumes favoris était une petite édition in-octavo du Directorium Inquisitorum, par le Dominicain Eymeric de Gironne ; et il y avait des passages dans Pomponius Mela, à propos des anciens satyres africains et des Ægipans, sur lesquels Usher rêvassait pendant des heures. Il faisait néanmoins ses principales délices de la lecture d’un in-quarto gothique excessivement rare et curieux, – le manuel d’une église oubliée, – les Vigiliae Mortuorum secundum Chorum Ecclesiae Maguntinae. »

8 D’après Th. Mabbott, notes de l’édition Belknap Press of Harvard University Press, 1979.

9 On peut s’interroger sur la valeur symbolique d’une telle pauvreté : si la riche bibliothèque située dans la chambre de Usher convient à l’esprit fécond de celui-ci, faut-il en conclure que l’indigence des livres qui l’entourent est à l’image de l’esprit du narrateur ?

10 « L’antique bouquin sur lequel j’avais mis la main était le Mad Trist de sir Launcelot Canning ; […] c’était le seul livre que j’eusse immédiatement sous la main […]. »

11 « J’étais arrivé à cette partie si connue de l’histoire où Ethelred, le héros du livre, ayant en vain cherché à entrer à l’amiable dans la demeure d’un ermite, se met en devoir de s’introduire par la force. Ici, on s’en souvient, le narrateur s’exprime ainsi […]. »

12 D’après Mabbott : « printed probably at Basel around 1500 in quarto and with Gothic type ! While the title reads VIGILIAE MORTUORUM MAIORES &c MINORES SECUNDUM CHORUM ECCLESIAE MAGUNTINENSIS, the text begins “Vigiliae Mortuorum secundum chorum ecclesiae Maguntinae” ».

13 Mais n’existant qu’en deux exemplaires, et non catalogué au temps de Poe (toujours selon Mabbott).

14 Poe lui attribue également l’épigramme du Stylus, revue qu’il tentera de lancer en 1843.

15 « […] je l’avais décoré du titre de favori d’Usher par plaisanterie – triste plaisanterie, car en vérité, dans sa niaise et baroque prolixité, il n’y avait pas grande pâture pour la haute spiritualité de mon ami. »

16 « Celui-là qui entre ici a été le vainqueur ;
Celui-là qui tue le dragon, il aura gagné le bouclier. »

17 Darrel Abel, « A Key to the House of Usher », University of Toronto Quarterly, 18 (1949), 176-185.

18 « Et Ethelred […] n’attendit pas plus longtemps pour parlementer avec l’ermite, […] il leva bel et bien sa massue, et avec quelques coups, fraya bien vite un chemin, à travers les planches de la porte, à sa main gantée de fer ; et, tirant avec sa main vigoureusement à lui, il fit craquer, et se fendre, et sauter le tout en morceaux […] ».

19 « En conséquence, le chevalier ne prit pas le temps d’examiner précisément les détails […] il sauta à bas de son cheval et assaillit la porte de l’ermitage du gros bout de sa lance, afin d’attirer l’attention et d’obtenir l’accès. […] le chevalier frappa si furieusement la porte du pied, que les poteaux ainsi que les attaches furent violemment ébranlés » (je traduis).

20 « […] la porte de l’ermite enfoncée, et le râle du dragon, et le retentissement du bouclier ! dites plutôt le bris de la bière, et le grincement des gonds de fer de sa prison, et son affreuse lutte dans le vestibule de cuivre ! »

21 « Exacte analogie », « exacte contrepartie », « très extraordinaire coïncidence ».

22 « écho […] retentissant, mais comme assourdi ».

23 « Il y eut, Le Mort vivant, une pièce de premier ordre ! – l’enregistrement des sensations d’un homme enterré avant que le souffle n’ait quitté son corps – plein de goûts, de terreur, de sentiment, de métaphysique et d’érudition. Vous auriez juré que le lecteur était né et avait été élevé dans un cercueil » (je traduis).

24 E. A. Poe, The Short Fiction of Edgar Poe, Urbana and Chicago, University of Illinois Press, 1990. Les numéros de pages entre parenthèses après les citations renvoient à cette édition.

25 « Les sensations sont l’essentiel, en somme. Fussiez-vous jamais noyée ou pendue, ayez soin de noter vos sensations, – elles vous vaudront dix guinées la page. Si vous voulez écrire avec vigueur, Mademoiselle Zenobia, prêtez une attention exacte aux sensations. »

26 « Il reste à s’occuper de la partie la plus importante – en vérité, l’âme de toute l’affaire – je fais allusion à la farce. On ne supposera pas qu’une dame, ou un monsieur, ait mené la vie d’un rat de bibliothèque. Et pourtant, par-dessus tout, il est nécessaire que votre article ait un air d’érudition, ou du moins qu’il apporte la preuve d’une vaste culture générale. »

27 « En jetant les yeux sur n’importe quelle page de n’importe quel livre au monde, vous serez capable de percevoir immédiatement une foule de petites bribes, soit de culture, soit de bel esprit, qui sont ce qu’il faut vraiment pour épicer un article de Blackwood. »

28 Genette, Palimpsestes, Le Seuil, 1982, p. 36.

29 « C’est de l’allemand, de Schiller. “Et si je meurs, du moins je meurs, pour toi, pour toi !” Ici, il est clair que vous apostrophez la cause de votre désastre, le poulet. »

30 « Touchantes circonstances, qui ne peuvent manquer de rappeler au souvenir du lecteur classique ce passage exquis, en rapport avec la capacité des choses, qui se trouve au commencement du troisième volume de cet admirable et vénérable roman chinois, le Jo-Go-Slow. »

31 « Grands dieux, qu’est-ce que je contemple, est-ce là l’esprit défunt, l’ombre, le fantôme de ma petite chienne adorée, que j’aperçois, assis avec une grâce si mélancolique, dans le coin ? « Écoutez ! Car elle parle et, Ciel ! c’est dans l’allemand de Schiller :
Unt stubby duk, so stubby dun
Duk she ! duk she !
Hélas ! et ses mots ne sont-ils pas trop vrais :
Et si je mourus, du moins mourus-je,
Pour toi – pour toi. »

32 « une vapeur mystérieuse et pestilentielle, à peine visible, lourde, paresseuse et d’une couleur plombée ».

33 Voloshin, Beverly, « Transcendence Downward : An Essay on “Usher” and “Ligeia” », Modern Language Studies 18, 1988, p. 18-29.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search