Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La littérature dépliée

 | 
Jean-Paul Engélibert
, 
Yen-Maï Tran-Gervat

Chapitre I – Champs

Réécriture et traduction

Christine Lombez

Texte intégral

1Si les termes reprise, répétition, réécriture apparaissent relativement peu dans le lexique de la théorie littéraire d’aujourd’hui, on constate que la notion de réécriture, pour sa part, intervient encore plus rarement dans les discours sur la traduction. Cela peut surprendre à première vue si l’on entend par « réécriture » les opérations qu’un texte est susceptible d’effectuer à partir d’un texte premier. Le plus large public n’associe-t-il pas, en effet, presque spontanément l’acte de traduire au geste d’écriture consistant à « refaire », dans une langue nouvelle, une œuvre originale issue d’une aire culturelle étrangère ? Il semblerait cependant qu’en dépit de ce rapprochement de surface, le rapport qu’entretiennent réécriture et traduction comporte bien des zones d’ombre.

2Pourquoi la notion de réécriture apparaît-elle si peu liée au discours critique des traductologues et des traducteurs eux-mêmes, quand les réalités de la pratique, elles, sont, dans les faits, assez peu contestables ? Loin d’être un phénomène univoque, la traduction engage en effet suivant les époques des types de remise en écriture différents et des comportements traductifs complexes, sinon ambivalents, qui touchent de près la problématique de la réécriture. Mais dans quelle mesure ? Quel est le périmètre respectif à donner à ces deux notions ? Notre propos sera d’apporter quelques éléments de réponse à ces interrogations.

Réécriture et/ou traduction ?

  • 1 Voir entre autres, H. Béhar, « La réécriture comme poétique – ou le même et l’autre », Romanic Rev (...)
  • 2 J. Ricardou, op. cit., p. 3.
  • 3 H. Béhar, op. cit., p. 51.

3Hypertexte, palimpseste, recréation, réécriture (ou « récriture »), transformation textuelle, transposition, etc. : ces termes parfois en usage dans la réflexion théorique contemporaine1 menée autour des phénomènes de textualité semblent avoir au moins un élément en commun. Tous renvoient en effet à une intervention (pour s’en tenir à un niveau de généralité maximum) qui, à partir d’un texte original, amène à la constitution d’un nouveau produit textuel, un « dérivé » du premier. Mais il n’est pas anodin de remarquer que certains de ces mots pourraient à des degrés divers s’appliquer aussi à l’acte de traduire. Ainsi, lorsque Jean Ricardou évoque ce qu’il nomme la « récriture » comme « l’ensemble des manœuvres qui vouent un écrit à se voir supplanté par un autre2 », il ne pense sans doute pas directement à la traduction ; pourtant, dans ce cas-là aussi, sa définition conserve toute sa pertinence. Même remarque chez Henri Béhar pour qui la réécriture désigne « toute opération consistant à transformer un texte de départ A pour aboutir à un nouveau texte B3 ».

  • 4 Voir J. Albrecht, Übersetzung und Linguistik, G. Narr, Tübingen, 2005 ; P. Ricoeur, Sur la Traduct (...)
  • 5 J. L. Cordonnier, Traduction et culture, Paris, Didier/Hatier, 1995.

4L’enjeu principal de la traduction interlinguale peut en effet se résumer comme suit : produire avec les moyens linguistiques et stylistiques d’une langue B l’équivalent d’un message produit dans une langue A, de sorte que, ayant vocation à remplacer le texte source en langue étrangère inaccessible pour une large partie du public, il fonctionne comme un nouvel original dans la culture cible. Pour parvenir à cet équivalent (dont la nature pose d’ailleurs problème4) diverses formes de manipulation textuelle interviennent, elles-mêmes évolutives selon les périodes et les degrés de liberté concédés au traducteur au fil des âges. Au-delà d’une translation linguistique déjà fort complexe, la traduction est aussi le lieu où s’observent à l’œil nu les tendances d’une collectivité en matière d’écriture, autrement dit ce qui, à une époque et dans une société données, est perçu comme proprement littéraire5.

  • 6 Les analystes de la traduction parlent plus volontiers de « recréation » ou de « transposition cré (...)
  • 7 Voir par ex. J. Kristeva, La Révolution du langage poétique, Seuil, Paris, 1974 ; M. Riffaterre, L (...)
  • 8 Le mot n’apparaît pas chez G. Genette dans la partie de son ouvrage qui évoque le cas des traducti (...)
  • 9 Voir H. Meschonnic, Pour la poétique II, Gallimard, Paris, 1973, p. 315. « Première traduction “mo (...)

5Si l’on prolonge la réflexion d’H. Béhar, réécriture et traduction devraient pouvoir se comprendre dans un rapport d’inclusion, la « réécriture » s’apparentant à un macro-concept dont la traduction serait un sous-ensemble. Divers indices révèlent pourtant que ce point de vue ne va pas de soi. On trouvera ainsi significatif qu’en français, aussi bien qu’en anglais par exemple, les mots réécriture ou rewriting ne renvoient pour ainsi dire jamais à la pratique des traducteurs littéraires et que ces derniers, eux-mêmes, n’associent pas directement l’idée de réécriture à leur activité6. On pourra se demander également pourquoi certains travaux critiques menés autour de la production du texte ou de l’intertextualité7 délaissent la question des traductions. Quand d’autres, au contraire, s’y intéressent, la notion même de réécriture8 n’apparaît, pour ainsi dire, pas. Fait révélateur : lorsque, dans le contexte de ses réflexions sur la traduction, Henri Meschonnic vient à employer le terme « récriture9 », c’est seulement de manière restreinte, pour désigner l’écriture d’un poète qui vient se superposer à la version mot à mot d’un texte original faite par un spécialiste de la langue source : autrement dit, une traduction intermédiaire (ou traduction-relais).

  • 10 Voir C. Cusset, op. cit. ; H. Béhar, op. cit. ; G. Genette, op. cit.
  • 11 G. Genette, Palimpsestes, op. cit., p. 238 et sq.

6Dans l’étude des processus de transformation actifs10 d’un texte premier, il ne semble cependant pas pensable de laisser l’un des deux termes hors du débat. G. Genette l’avait bien compris : sa notion centrale d’hypertexte11 (terme générique désignant un produit textuel dérivé) englobe la traduction comme une « pratique hypertextuelle » parmi d’autres :

  • 12 G. Genette, ibid., p. 14.

J’appelle donc hypertexte tout texte dérivé d’un texte antérieur par transformation simple (nous dirons désormais transformation tout court) ou par transformation indirecte : nous dirons imitation12. […]

7Les termes « transformation » et « imitation » qui renvoient ici chez Genette à deux types distincts de réécriture (parodie et pastiche en l’occurrence) sont en effet susceptibles de s’appliquer à la démarche traductive comme processus dynamique englobant non seulement les modifications/altérations de contenu auxquelles Genette fait allusion, mais aussi les conditions dans lesquelles s’effectue ce processus de transformation (réalités socio-historiques, personnalité de l’auteur, paramètres économiques à l’œuvre lors du transfert, conception de l’objet littéraire prévalente à une époque donnée, etc.).

8Quelle sera la place de la traduction dans l’horizon de la réécriture ?

La traduction dans l’horizon de la réécriture : une notion plurivoque

  • 13 Voir M. Schreiber, « Une typologie de la traduction et de l’adaptation », actes de la journée d’ét (...)

9La réponse à cette question est étroitement liée au sens même à donner au mot traduction, tant il est vrai que l’activité des traducteurs a été comprise de façon fort différente (et parfois ambivalente) au fil des siècles. De la translation essentiellement soucieuse du contenu (sententia) au Moyen Age et à la Renaissance (où commentaires, coupures, ajouts, recompositions diverses de l’original13 sont la règle), à l’imitation comme exercice rhétorique et jeu intellectuel durant le Classicisme français (où le traducteur rivalise de virtuosité littéraire avec le poète original pour produire une œuvre nouvelle), à la traduction « fidèle » (ou littéraliste) qui suscite des débats de plus en plus animés à partir du xixe siècle, large est l’éventail du traduire. Les modalités de voisinage de toutes ces notions ne sont d’ailleurs pas aisées à cerner. Si le terme translation disparaît peu à peu au cours du xvie siècle, en revanche, imitation et traduction cohabiteront durant des siècles avec des attributs propres qui tendront néanmoins à se brouiller progressivement après le Classicisme. Ces deux dernières notions renvoient tout de même à des processus de remise en texte spécifiques qu’il s’agit d’éclaircir.

  • 14 Voir M. Schreiber, ibidem.

10La traduction a été généralement conçue en France dès la Renaissance comme la reproduction d’un texte, sans prétention littéraire aucune (d’où par exemple le choix majoritaire de la prose pour rendre les textes versifiés). Loin de toute ambition d’écriture ou de « réécriture », il s’agissait alors essentiellement, pour le traducteur, de produire une version à priorité sémantique14, en principe très proche de l’original, et, ce faisant, d’enrichir de mots ou tournures nouveaux le lexique d’une langue-cible encore en formation.

11À la différence de la traduction proprement dite, l’imitation qui offrait un espace important à la créativité littéraire, occupa une place centrale dans la poétique du Classicisme, y compris au-delà. Conçue comme appropriation et (re)mise en œuvre – de manière plus ou moins libre et virtuose – de moyens thématiques et stylistiques déjà éprouvés, elle engage très étroitement les notions de réécriture et de traduction. On en trouve un exemple assez frappant dans les deux versions (une « traduction » et une « imitation ») que Charles Nodier a proposées de « La Violette » de Goethe au tout début du xixe siècle : quand la première (en prose) suit au plus près le poème original, la seconde, en vers, double presque le volume de l’original. Cela ne tient pas à une quelconque spécificité du français par rapport à l’allemand, mais seulement à la libre décision de l’imitateur qui ne fait autre chose que réécrire un nouveau poème à partir du canevas fourni par le texte premier :

J. W. von GOETHE
Das Veilchen

Ein Veilchen auf der Wiese stand
Gebückt in sich und unbekannt ;
Es war ein herzigs Veilchen. […]

La Violette

La Violette ingénue
Au fond d’un vallon obscur,
Déployait sur l’herbe émue
Son frais pavillon d’azur.

  • 15 C. Nodier, Essais d’un jeune barde, Paris et Besançon, An XII, p. 57.

De sa vapeur fugitive
Les airs étaient parfumés ;
Elle reposait craintive
Sous ses voiles embaumés15. […]

12L’imitation renvoie ici à un geste esthétique d’écriture effectué à partir d’un texte initial, pour aboutir à la naissance d’un nouvel objet littéraire de plein droit. La traduction a fourni au cours des âges en France nombre d’exemples de la pratique imitative, notamment dans le domaine poétique. Ainsi, l’une des premières versions de la célèbre « Lénore » de Bürger par Gérard de Nerval, intitulée « Lénore – Ballade allemande, imitée de Bürger », n’est à l’évidence pas une « traduction » au sens moderne du terme : elle n’est d’ailleurs pas annoncée comme telle. Se comportant en véritable auteur, Nerval se permet en effet d’inventer de toutes pièces un dénouement inattendu qui a pour effet de gommer le tragique de l’histoire vécue par Lénore. D’expérience réelle chez Bürger, la fin de la ballade allemande se mue chez Nerval en simple cauchemar, et c’est finalement un autre poème qui voit le jour :

[…] Des Leibes bist du ledig ;
Gott sei der Seele gnädig !

  • 16 Voir G. de Nerval, Poèmes d’outre-Rhin, Grasset, Paris, 1996, p. 327.

[…] – Ah ! Guillaume, dit-elle,
Quel rêve j’ai fait cette nuit16 !

13Dans la plus pure tradition classique, et de manière très assumée, l’imitation de Nerval revêt ici tous les traits d’un exercice de réécriture littéraire.

  • 17 L’Iliade d’Homère, traduite en françois, avec des remarques, par Madame Dacier, Rigaud, Paris, 171 (...)
  • 18 L’Iliade, poème avec un discours sur Homère par M. de La Motte, Dupuis, Paris, 1714.
  • 19 Ibid., p. 1.
  • 20 N. Lemercier, Chants héroïques des montagnards et matelots grecs, H. Tarlier, Bruxelles, 1825.
  • 21 C. Fauriel, Chants populaires de la Grèce moderne, Paris, 1824-1825.
  • 22 « Notre poésie, bien travaillée, peut tout dire gracieusement, et mieux encore que notre prose. » (...)

14Le périmètre propre aux notions de traduction et de réécriture s’avère tout aussi malaisé à circonscrire dans le cas de traducteurs qui travaillent, non à partir de l’original étranger, mais en « recyclant », pour ainsi dire, une version antérieurement traduite. Ainsi ont pu procéder ceux qui, ne connaissant pas la langue-source, se bornaient à effectuer la reprise – moyennant quelques arrangements – d’une traduction déjà existante. L’exemple d’Antoine Houdar de la Motte au xviiie siècle est resté célèbre : ignorant le grec, il n’hésite pas à se servir de la version en prose de l’Iliade par Mme Dacier17 publiée quelques années auparavant, qu’il réécrit en alexandrins18 (une version amputée d’ailleurs sans scrupules de 12 chants – la moitié de l’original d’Homère !). Il est toutefois fort significatif de noter que, dans son Discours sur Homère, Houdar ne se situe pas parmi les traducteurs du grand poète épique grec. Affirmant sans ambages en ouverture qu’il le traduit moins qu’il ne l’imite, il s’assure ainsi une marge de manœuvre maximale et souligne que « l’usage des traducteurs ne fait point de loi pour19 [lui] […] ». À Houdar succède à peine un siècle plus tard un littérateur alors assez en vue, Népomucène Lemercier, dont la méthode de « traduction » est encore très similaire. Ne connaissant pas la langue grecque moderne et jugeant que seul un poète peut traduire un poète, Lemercier20 s’approprie la version littérale en prose des chants populaires grecs modernes réalisée par le savant philologue Claude Fauriel21 et la traite comme un matériau brut à mettre en « poésie », c’est-à-dire essentiellement à réécrire en vers (en vertu de l’amalgame, courant à l’époque, entre poésie et vers)22 :

  • 23 N. Lemercier, op. cit., vol. I, p. 5.

[…] les traductions exactement textuelles […] sont toujours utiles aux écrivains jaloux de les repolir ensuite, soit en prose, soit en vers […]. La matière m’étant donc fournie, je n’avais plus qu’à la refondre en vers français23 […].

  • 24 Un fait que discute néanmoins George Steiner lorsqu’il évoque la supériorité de la traduction d’un (...)
  • 25 Voir M. Oustinoff, Bilinguisme d’écriture et autotraduction, L’Harmattan, Paris, 2001.

15On conviendra à la lumière de tels exemples que les limites sémantiques entre « réécriture » et « traduction » demeurent pour le moins floues. Elles le sont tout autant dans le cas de l’autotraduction. Ce phénomène d’un écrivain qui fait lui-même passer son propre texte/sa propre œuvre dans une autre langue bouscule en effet le clivage traditionnel entre œuvre originale et œuvre traduite, en particulier le rapport d’opposition ou d’asymétrie en vertu duquel l’écriture d’un original serait toujours naturellement supérieure à sa traduction24. Ainsi qu’on a pu le faire remarquer25, dans l’autotraduction, autant le texte original que la « traduction » sont revêtus de la même autorité, ce qui les fait immédiatement considérer comme des textes littéraires de plein droit, des espaces d’écriture intangibles. Il semble bien en effet que nul ne s’est encore risqué à discuter les options d’autotraduction de Samuel Beckett, Julien Green, Nancy Huston, etc., quand bien même certaines offrent une riche matière à la critique traductologique :

Now. Breathe deeply.
Om is where the Art is.
Don’t give me the Krapp.
Stop crooning at me.
No more lullabyes, no more
good nights.

Twitches and spasms. Jactations.
Here we go again.

  • 26 N. Huston, Limbes/Limbo, Actes Sud, 1998, p. 56. Nous reproduisons ici la mise en page de l’auteur

(February 199726)

Maintenant. Respirez profondément, faites preuve de savoir-vivre.
Ne me faites pas rire.
Plus de berceuses, plus de bonsoirs.
Spasmes et orgasmes. Soubresauts.
C’est reparti pour un tour.

  • 27 Ibid., p. 57.

(Février 199727)

  • 28 Voir M. Oustinoff, op. cit.
  • 29 C’est ce que note Julien Green lorsqu’il remarque qu’en s’autotraduisant en français, il écrit « u (...)
  • 30 Un phénomène analogue est étrangement observable pour les traductions réalisées par de très grands (...)

16Un banal traducteur jouirait-il d’autant de liberté ? Telle est bien la particularité de cette singulière « traduction », qui donne complète latitude au traducteur-auteur pour procéder à tous les changements possibles sur son original, y compris le réécrire de fond en comble s’il le souhaite. Cette traduction qui possède une auctorialité28 de fait s’affirme comme écriture littéraire à part entière et œuvre, comme un véritable original dédoublé29 qui, en règle générale, décourage lui-même les traducteurs futurs30 :

  • 31 Ungaretti traduit par lui-même, plaquette publiée par l’Institut italien de Paris (oct. 1970), int (...)

Lorsqu’un poète fait à une langue qui n’est pas celle de son pays l’honneur de transposer en elle ses œuvres, il n’est pas plus possible d’envisager une autre traduction que, par exemple, une transcription, dans un autre registre de la même langue, de ses textes mêmes31.

17Qu’il s’agisse d’imitation, de (re)traduction ou d’autotraduction, le « traducteur » intervient à chaque fois sur le texte premier pour en créer un nouveau, destiné idéalement à jouer le rôle d’œuvre littéraire dans la culture cible. Il lui incombe ce faisant d’être le passeur des marqueurs essentiels du texte source, de sa signifiance. Un tel passage n’est pas neutre. Au prix de quelles interventions et autres mécanismes plus souterrains de la nouvelle mise en écriture cette translation vers « l’autre rive » linguistique pourra-t-elle avoir lieu ?

Réécriture, traduction et orthonymie

  • 32 J.-Cl. Chevalier, M.-F. Delport, Problèmes linguistiques de la traduction, L’Horlogerie de saint J (...)

18L’intervention du traducteur dans ce qui fait la matrice de l’original étranger ne va jamais sans laisser de traces. Au cours de ce processus, en effet, sa présence est tangible, même s’il nourrit l’illusion de la plus parfaite transparence. Prise dans un contexte littéraire, historique, culturel qui l’oriente nécessairement, rénonciation traductive vient se superposer à celle de l’auteur premier. On peut ainsi souvent observer une opacification de l’instance énonciative lors de la nouvelle phase d’écriture, due à son redoublement (celle de l’auteur et celle du traducteur). Elle se manifeste entre autres par des phénomènes très caractéristiques d’orthonymie32, ou tendance du traducteur à « redresser » son texte dans le sens de l’usage en vigueur au sein de la langue d’accueil. Ainsi l’énonciation originale se voit-elle fréquemment brouillée, voire bouleversée en profondeur, par la « griffe » du traducteur :

  • 33 J. L. Cordonnier, op. cit., p. 162.

On redistribue les phrases et les paragraphes. On rationalise ce qui heurte trop la raison française. On clarifie. On détruit les réseaux signifiants. On désystématise. On efface les connotations culturelles que le lecteur français ne « comprendrait » pas, ou qui risqueraient de le choquer. […] En un mot donc : on désécrit33.

  • 34 Voir B. Folkart, Le Conflit des énonciations. Citation et discours rapporté, Ed. Balzac, Candiac ( (...)
  • 35 Par comparaison, on notera que la traduction de Louis Cazamian (1947) donne « Voguant vers Byzance (...)

19Toute réécriture, quelle qu’elle soit, n’est-elle pas aussi « désécriture » ? L’opacification (le démantèlement) de l’énonciation originale suite à l’accumulation de gauchissements successifs peut aller jusqu’au conflit34 – un phénomène surtout visible chez les écrivains ayant à leur actif une œuvre de traduction. Il n’est pas rare en effet, dans ce cas précis, que la voix du « poète » prenne ponctuellement le pas sur celle du traducteur. Revenant sur le poème de Yeats « Sailing to Byzantium », Yves Bonnefoy explique ainsi avoir voulu traduire le titre par « L’embarquement pour Byzance », puis y avoir renoncé en raison du risque d’interférence avec le tableau de Watteau (L’Embarquement pour Cythère). En outre, le participe « sailing » aurait selon le poète français un dynamisme de verbe, plus que de substantif. Alors « A Byzance ! » ? Solution rejetée en raison de son volontarisme outrancier. Bonnefoy se résout finalement à « Byzance – l’autre rive », une formule bien plus proche stylistiquement de son œuvre propre que de celle de Keats35. De même, la voix de Philippe Jaccottet, poète et traducteur, se trahit elle aussi à de multiples reprises. On retiendra ici l’une de ses versions du poème de Goethe « Wanderers Nachtlied », notamment la traduction du célèbre distique liminaire, qui témoigne d’une réelle orthonymie poétique jaccottéenne :

Au-dessus des montagnes
Le repos.

Über allen Gipfeln
Ist Ruh,

20La sobriété de la proposition nominale « le repos » n’est pas sans rappeler l’esthétique du haïku et certains poèmes de la maturité de Jaccottet, notamment ceux du recueil Airs. Cette tendance stylistique forte s’imprime tout au long du poème traduit :

Dans les cimes des arbres,
[C’est] à peine si
Bouge une feuille.

In allen Wipfeln
Spürest du
Kaum einen Hauch ;

21« [C’est] à peine si / Bouge une feuille » révèle encore une fois la tentation très jaccottéenne de se passer de verbe : le poète semble en effet s’orienter vers une relative atemporalité qui est souvent la marque de ses poèmes personnels – mais que Goethe, lui, n’avait de toute évidence pas souhaitée.

  • 36 Dans un passage d’Orlando que P. Jaccottet s’est d’ailleurs souvent plu à citer, Virginia Woolf év (...)

22N’est-ce pas dans ce conflit (ou ce dialogue ?) des énonciations que la notion de réécriture revêt son plein sens, dans le subtil feuilleté de voix36 et d’écritures (traduction ou autre) qui la constitue, et dont le flux savamment orchestré fait, précisément, œuvre ?

23Si l’on accepte de voir dans la traduction une composante de la sphère « réécriture », si la réalité désignée par le terme lui-même apparaît dans les faits assez peu discutable, pourquoi son utilisation dans le discours traductologique va-t-elle si peu de soi ? Est-ce en raison du manque de prestige qui s’y attache, quand le système littéraire valorise surtout l’originalité des créations « premières » ? Est-ce parce que le périmètre respectif des deux concepts demeure, de fait, très malaisément définissable ? Ou les deux ?

  • 37 Voir les théories de l’École de Tel-Aviv (dites du « polysystème ») sur le centre et la périphérie (...)

24Prolongeant ces interrogations, on pourrait se demander si l’absence de la « réécriture » dans le débat sur les traductions ne tient pas aussi pour une bonne part au statut littéraire controversé de ces dernières. Si l’on associe plus difficilement la notion d’œuvre (et d’écriture) à un texte traduit, c’est peut-être parce que toute traduction est une production textuelle effectuée sous la contrainte d’un texte original par rapport auquel elle doit nécessairement se situer. Les traductions conservent ainsi une place à part dans le système littéraire37, distincte de la production en langue nationale (à l’exception de cas particuliers – et d’autant moins nombreux – tels que, peut-être, l’autotraduction ou les traductions réalisées par des poètes et des écrivains reconnus).

25Il faudrait donc poursuivre l’analyse et s’interroger également sur ce qui constitue la littérarité d’un texte en traduction, autrement dit ce qui est susceptible de le faire reconnaître comme écriture. Un vaste sujet qui mérite réflexion.

Notes

1 Voir entre autres, H. Béhar, « La réécriture comme poétique – ou le même et l’autre », Romanic Review, n° 72/1, janvier 1981 ; G. Genette, Palimpsestes, Seuil, Paris, 1982 ; C. Cusset, La Muse dans la bibliothèqueRéécriture et intertextualité dans la poésie alexandrine, CNRS Editions, Paris, 1999 ; J. Ricardou, « Pour une théorie de la récriture », Poétique, n° 77, Seuil, Paris, 1989.

2 J. Ricardou, op. cit., p. 3.

3 H. Béhar, op. cit., p. 51.

4 Voir J. Albrecht, Übersetzung und Linguistik, G. Narr, Tübingen, 2005 ; P. Ricoeur, Sur la Traduction, Bayard, Paris, 2004 ; M. Schreiber, Übersetzung und Bearbeitung, Narr, Tübingen, 1993.

5 J. L. Cordonnier, Traduction et culture, Paris, Didier/Hatier, 1995.

6 Les analystes de la traduction parlent plus volontiers de « recréation » ou de « transposition créatrice ».

7 Voir par ex. J. Kristeva, La Révolution du langage poétique, Seuil, Paris, 1974 ; M. Riffaterre, La Production du texte, Seuil, Paris, 1979 ; L. Jenny, « La stratégie de la forme », Poétique, n° 27, Seuil, Paris, 1976 ; N. Piegay-Gros, Introduction à l’intertextualité, Dunod, Paris, 1996.

8 Le mot n’apparaît pas chez G. Genette dans la partie de son ouvrage qui évoque le cas des traductions (cf. op. cit.).

9 Voir H. Meschonnic, Pour la poétique II, Gallimard, Paris, 1973, p. 315. « Première traduction “mot à mot” par un qui sait la langue de départ, mais qui ne parle pas le texte, puis rajout de la “poésie” par quelqu’un qui parle le texte mais pas la langue. »

10 Voir C. Cusset, op. cit. ; H. Béhar, op. cit. ; G. Genette, op. cit.

11 G. Genette, Palimpsestes, op. cit., p. 238 et sq.

12 G. Genette, ibid., p. 14.

13 Voir M. Schreiber, « Une typologie de la traduction et de l’adaptation », actes de la journée d’études franco-allemande « Poésie, traduction, retraduction », Transfer(t)-Travaux de franco-allemands de traduction Montpellier-Heidelberg, Université Montpellier III, Montpellier, 2004.

14 Voir M. Schreiber, ibidem.

15 C. Nodier, Essais d’un jeune barde, Paris et Besançon, An XII, p. 57.

16 Voir G. de Nerval, Poèmes d’outre-Rhin, Grasset, Paris, 1996, p. 327.

17 L’Iliade d’Homère, traduite en françois, avec des remarques, par Madame Dacier, Rigaud, Paris, 1711.

18 L’Iliade, poème avec un discours sur Homère par M. de La Motte, Dupuis, Paris, 1714.

19 Ibid., p. 1.

20 N. Lemercier, Chants héroïques des montagnards et matelots grecs, H. Tarlier, Bruxelles, 1825.

21 C. Fauriel, Chants populaires de la Grèce moderne, Paris, 1824-1825.

22 « Notre poésie, bien travaillée, peut tout dire gracieusement, et mieux encore que notre prose. » Voir N. Lemercier, op. cit. Notice p. 43.

23 N. Lemercier, op. cit., vol. I, p. 5.

24 Un fait que discute néanmoins George Steiner lorsqu’il évoque la supériorité de la traduction d’un poème de J. Supervielle par P. Celan sur l’original français. Voir Après Babel, trad. L. Lotringer, Albin Michel, Paris, 1978.

25 Voir M. Oustinoff, Bilinguisme d’écriture et autotraduction, L’Harmattan, Paris, 2001.

26 N. Huston, Limbes/Limbo, Actes Sud, 1998, p. 56. Nous reproduisons ici la mise en page de l’auteur.

27 Ibid., p. 57.

28 Voir M. Oustinoff, op. cit.

29 C’est ce que note Julien Green lorsqu’il remarque qu’en s’autotraduisant en français, il écrit « un autre livre ». Voir Le Langage et son double, « An Experiment in English », Seuil, Paris, 1987, p. 175.

30 Un phénomène analogue est étrangement observable pour les traductions réalisées par de très grands noms de la littérature (F. R. de Chateaubriand pour J. Milton, C. Baudelaire pour E. Poe, G. de Nerval pour H. Heine, M. Yourcenar pour V. Woolf, A. W. Schlegel pour W. Shakespeare, P. Celan pour O. Mandelstam, etc.), qui ne font l’objet d’aucune retraduction, ou alors fort tardivement (ex., Les Vagues de V. Woolf dans la version de C. Wajsbrot, parue en 1993, soit presque soixante ans après celle de M. Yourcenar, en date de 1937).

31 Ungaretti traduit par lui-même, plaquette publiée par l’Institut italien de Paris (oct. 1970), introduction de G. Genot. Cité par D. Gellini, « Jaccottet traducteur d’Ungaretti », La Traduction des poèmes, Cahiers de l’Université n°22, Université de Pau, 1991, p. 61-62.

32 J.-Cl. Chevalier, M.-F. Delport, Problèmes linguistiques de la traduction, L’Horlogerie de saint Jérôme, L’Harmattan, Paris, 1995.

33 J. L. Cordonnier, op. cit., p. 162.

34 Voir B. Folkart, Le Conflit des énonciations. Citation et discours rapporté, Ed. Balzac, Candiac (Québec), 1991.

35 Par comparaison, on notera que la traduction de Louis Cazamian (1947) donne « Voguant vers Byzance ». On trouve également « Voile vers Byzance » (version de Robert Silverberg, 1985).

36 Dans un passage d’Orlando que P. Jaccottet s’est d’ailleurs souvent plu à citer, Virginia Woolf évoquait déjà cette « voix répondant à une autre voix » dans laquelle elle voyait la caractéristique de l’écriture poétique. Voir P. Jaccottet, Une Transaction secrète, Gallimard, Paris, 1987.

37 Voir les théories de l’École de Tel-Aviv (dites du « polysystème ») sur le centre et la périphérie dans le système de la culture, notamment I. Even-Zohar, « The Position of Translated Literature within the Literary Polysystem », Literature and Translation, Acco, Louvain, 1978 ; G. Toury, Descriptive Translation Studies and Beyond, John Benjamins, Amsterdam, 1995.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540