Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le français : des mots de chacun, une langue pour tous

 | 
Françoise Argod-Dutard

Annexes

Florilège

Texte intégral

1Les Lyriades se veulent toujours être une fête de la langue française. Aussi en 2006, à Liré, à Ancenis et ailleurs, plusieurs moments de théâtre, de jeu, d’histoire ou de poésie ont permis de mettre en lumière la diversité et la beauté de notre langue, d’hier à aujourd’hui, dans tout l’espace francophone.

2Nous ne pouvons les restituer tous dans ce présent ouvrage. En voici un florilège, avec le concours et l’autorisation des intervenants eux-mêmes. Il illustre parfaitement l’âme du Petit Lyré et l’esprit des Lyriades de la langue française.

Ateliers d’écriture1

  • 1 Organisé en janvier 2006 par l’Inspection académique de Maine-et-Loire avec le concours des Lyriade (...)

3Janvier 2006 : atelier d’écriture Lyriades avec des conseillers pédagogiques et des professeurs des écoles (stage Inspection académique de Maine-et-Loire – inspections de Cholet 1, 2, 3 : Lire, écrire, des apprentissages culturels au cycle 3) à Cholet ; il a donné lieu à l’écriture du recueil Coquelicot etc.

4Au printemps suivant, Mohammed El Amraoui était en résidence à La Turmelière à Liré et participait aux Lyriades 2006 :

  • 12 mai 2006 : intervenant lors de la table ronde Lyriades n° 2 « Éducation », au collège Joachim Du Bellay à Cholet ;
  • 20 mai2006 : intervenant lors de la table ronde Lyriades n° 4 « Francophonie », à la Turmelière à Liré ;
  • 21 mai 2006 : rencontre avec le public lors d’un des « Moments poétiques » du dimanche matin (en prélude à la 3e séance des Rencontres consacrée à « la langue des poètes de la France et de la Francophonie »).

Poèmes choisis

5Extraits du recueil collectif « Coquelicot etc. » réalisé lors de l’atelier – exercice « Dix mots obligés, plus un »

Pas d’autres fleurs,
Juste un coquelicot bleu
Devant une maison minuscule
Endormie au soleil.
Par une fenêtre
Un reste de nuit
S’efface.
C’est lundi matin.
Les mots sont fous,
Le crayon aussi,
Le papier se laisse faire.

* * *

Coquelicot,
Soleil de papier
Fenêtre dans la nuit
Une maison de fleur
Où rien ne bouge
Où tout demeure
Bientôt le matin
Temps de bruit
Temps de vie
Poser ce crayon
Arrêter les mots
Attendre
La nuit

Ateliers et moments de theâtre2

Lecture par Slimane Benaïssa

6(extrait de sa pièce de théâtre : Les Confessions d’un musulman de mauvaise foi, éditions Lansman, coll. « Nocturnes Théâtre », 2004)

Extrait de 3. Adolescence (p. 31-34)

7Karim : Pour venger Rachid, Réda et moi, on s’était juré de trouver le chemin du maquis. Auprès de tous, on a tenté de savoir par où y aller : le cuisinier, le jardinier, même Monsieur Tahar, prof d’arabe, à qui on a écrit au bas de la page d’une interrogation écrite : « On veut aller au maquis. Aidez-nous ! » Il nous a mis zéro. Avec comme observation : « Répondez aux questions que l’on vous pose ! » Personne n’a voulu nous aider.

Je n’ai rien compris à cette guerre !
Mon oncle se bat pour la liberté.
Mon cheikh se bat pour Dieu.
Mon grand-père se bat pour la terre.
Mon père pour son commerce.
Pour ma mère, c’est une guerre d’hommes.

8Chacun fait la guerre à sa manière et de son côté, j’espère qu’on aura tous la même indépendance.

* * *

9 (Musique : Fête de l’indépendance)

10Karim : L’indépendance coule à flots, gorgée de paysans qui occupent les biens vacants dans les grandes villes ; les militaires traversent la fête à pas cadencés et cernent toutes les villes. Le collège a fermé ses portes ainsi que toutes les administrations. Plus de mairies, plus de préfectures, plus de commissariats. Comme dit mon oncle : « L’indépendance commence toujours par le chaos, mais après on ne sait pas où ça va ».

11Qu’importe. On a passé l’été à festoyer. Le temps s’est inversé : on vivait la nuit, on dormait le jour, pour nous venger du couvre-feu. Les naïfs vidaient de leurs meubles, pour les vendre, les appartements abandonnés par les Français ; les militants occupaient les appartements avec les meubles ; et les plus malins s’installaient à la tête de magasins en changeant l’enseigne. C’est ainsi que la boutique « Aux dames de Paris » est devenue « Aux femmes d’Afrique » ; « Le petit Suisse » est devenu « Le petit Algérien » ; « Les biscuits de l’Alsacienne » sont devenus « Les biscuits de l’Atlasienne » ; « Charcuterie française » est devenue « La boucherie de l’indépendance ». Et au-dessus des mairies, « Liberté, égalité, fraternité » a été remplacé par « Par le peuple, pour le peuple ».

12Quand les premières pluies d’automne mouillèrent les drapeaux algériens flambant neufs et qu’ils ne flottèrent plus, le pays devint vite triste. En plus, l’État avait décidé d’interdire l’alcool en placardant sur tous les murs des affiches annonçant : « Prohibé par Dieu, interdit par l’État ». L’État était celui de Dieu, et Dieu était l’État.

13Qu’importe ! Les enfants ne retrouvaient pas le chemin de l’école, les administrations n’avaient pas encore de chefs. Mon oncle disait : « L’indépendance est une pénurie de petits chefs et une pléthore de grands chefs ». Rien n’allait marcher comme avant... mais personne ne savait comment. Toujours est-il qu’on a vu des Français de France venir en coopération remplacer les Français d’Algérie partis se réfugier en France. Comme dit mon oncle : « On a renvoyé les anciens Francs, on nous amène les nouveaux Francs ! »

14Qu’importe ! Parmi ces nouveaux arrivés, il y avait Micheline Telstar, enseignante affectée à l’école primaire près de chez moi. La première fois que je l’ai vue descendre la rue de l’école... je ne sais pourquoi je me suis mis à siffler la Marseillaise. Quand elle est arrivée à mon niveau, elle m’a dit « Merci ». Durant les trois heures de son cours, je suis resté figé devant l’école à l’attendre. À la sortie des classes, quand elle est repassée devant moi, je lui ai dit « Merci pour votre merci ».

15Micheline : Mais il n’y a pas de quoi.

16Karim : Avant, quand je sifflais les Françaises d’avant, elles me disaient « Sale Arabe » ; et vous, vous me dites « Merci ». Pourquoi ?

17Micheline : Vous m’avez manifesté, avec humour, que j’existe.

18Karim : Pardon Madame, « humour » ça veut dire quoi ?

19Micheline : Quelque chose qui souligne parfois l’absurdité de ce monde, pour faire rire.

20Karim : Excusez-moi, Madame, mais « absurdité » c’est quoi ?

21Micheline : L’absurdité est une chose qui ne correspond à aucune logique.

22Karim : Excusez-moi encore une fois, « logique » c’est quoi ?

23Micheline : C’est la théorie scientifique des raisonnements qui excluent le processus psychologique dans leur démarche.

24Karim : Pardonnez-moi, et ça sera la dernière fois, c’est quoi « psychologique » ?

25Micheline : C’est l’ensemble des manières de penser et de sentir un individu.

26Karim : Là je suis d’accord avec vous ! Vous êtes tout à fait mon psychologique ! Psychologiquement, je me sens de votre logique, toute absurdité mise à part et je ne dis pas ça pour rire... Pardonnez-moi si dans certaines situations je manque d’humour...

27Micheline : C’est-à-dire ?

28Karim : Vous êtes tellement ma manière de penser, de sentir exactement ! On dirait que vous êtes de ma famille ! Et on ne rigole pas avec la famille. Parole de mon père sur la tête de ma mère, et je n’ai rien fait au Bon Dieu, que tout ce que je dis est vrai !

29Micheline : Peut-être, mais cela ne veut pas dire qu’on ait la même psychologie.

30Karim : Vous n’avez pas la même psychologie que moi, mais moi je suis sûr que j’ai la même que vous.

31Micheline : C’est votre point de vue...

32Karim : J’aimerais qu’il soit le vôtre aussi.

33Micheline : Au revoir !

34 (Elle sort)

35Karim : Elle n’a pas dit non... Elle n’a pas dit oui... Elle a dit « revoir ».

36[...]

Intervention complémentaire de Slimane Benaïssa (extrait de son roman Les Colères du silence, Plon, 2005, qu’il a choisi pour illustrer l’exil)

37La Seine coulait en moi comme une veine et mon pays avait l’éclat de Paris. Mon patriotisme s’était évaporé dans mes rêves. J’étais contraint à la paix avec la France pour être en paix avec moi-même... Envahi de mélancolie, je dégorgeais les larmes de ma détresse pour m’éviter le cri. Le long des quais, d’un pont à l’autre, j’avais l’étrange sensation que la polarité de mes pleurs changeait de sens et je devenais convaincu que je pleurais de bonheur. Ce genre de folie est nécessaire à l’homme portefaix d’une histoire lourde de désastres dont le pire est celui de ne pas avoir compris ce qui l’a vaincu et de quoi il devrait être le vainqueur. Habité par l’hiver, j’ai marché laissant le froid faire son labeur, je soufflais sur le bout de mes doigts gelés une haleine exsangue, à peine tiède, d’un souffle produit par un ventre creux et des poumons crasseux.

38J’étais contraint à la paix avec le pire de moi-même pour excommunier le pire en moi. Je devais blanchir mes idées pour accueillir la lumière et rester fidèle à l’intelligence.

39Ce n’était pas supporter la détresse qui me posait un problème, mais la peur qu’elle fasse de moi n’importe quoi à mon insu. Résister à cette manipulation de moi par ma misère exigeait une vigilance qui m’épuisait parce qu’elle prenait la mesure de ma peur qui, elle, pouvait être sans limites. Je me retrouvais enfermé dans une logique où la peur engendre la vigilance qui engendre à son tour la peur. Dans ces situations, ma veste devenait une ennemie ou celle d’un autre que je fouillais et refouillais par sécurité d’abord, à la recherche d’une identité ensuite, et je finissais par rire du clown blanc qui regarde le clown rouge en train de rater son numéro parce que les pigeons ne sont pas dans les poches cachées de la veste.

40Heureusement que, quel que soit mon état, Paris me donne toujours ma part de bonheur avec justesse et générosité. Elle guide mes pas vers l’endroit où je retrouve l’espoir et dans le pire des cas, là où j’oublie mon désespoir. Paris est la ville de toutes mes rédemptions, j’y avais vécu le pire et le meilleur, le pire avait l’avant-goût du meilleur et le meilleur avait un vrai goût de meilleur. Combien de laideurs ai-je trimbalé dans la pénombre des boîtes de jazz, jusqu’au bout de la nuit, et Paris les a embellies pour moi, uniquement pour sauvegarder mon goût musical, mon talent de mélomane. Après les hivers de misère, dès les premiers rayons de soleil, Paris réchauffe jusqu’au vide de mes poches et m’enrichit. Je repars conquérant, prêt à remiser tout ce que j’ai perdu. C’est la seule ville où étrangers et natifs sont égaux : le natif joue à l’étranger et l’étranger se prend pour un « Parigot ». Le monde se tisse à travers ses boulevards à petits pas, à grande vitesse, les yeux écarquillés devant les vitrines et les cœurs stressés d’aventures. Paris me porte quelle que soit mon émotion, m’accorde la note pour que je sois à la fête quelle que soit ma mélancolie. Paris est la pierre dans laquelle je voudrais être taillé et sous laquelle je voudrais être enterré pour continuer à vibrer.

41[...]

« La langue bien pendue3 »

  • 3 « Spectacle apéritif », La Turmelière à Liré, samedi 20 mai 2006.

42par les comédiens du Bibliothéâtre, Maryse Pauleau et Jean-Pierre Morice, Direction : Philippe Mathé. Extrait choisi par la Compagnie : Le Schmilblick de Pierre Dac © Mme Pierre Dac.

« Figures des Mauges4 »

  • 4 Moments de théâtre, musée Joachim Du Bellay à Liré, dimanche 21 mai 2006.

43Création théâtrale à partir de paroles collectées dans les Mauges. Conception et mise en scène : Monique Hervouët (artiste associée Scènes de Pays. Cie de Banquet d’avril), assistance collectage et montage : Élisabeth Pasquier (sociologue LAUA Nantes) avec les comédiens : Claudine Bonhommeau, Gilles Gelgon, Didier Royant. Production : Scènes de Pays dans les Mauges. (Extrait choisi par Monique Hervouët)

44 Trois comédiens restituent les paroles d’une vingtaine d’habitants des Mauges. D’un métier à l’autre, d’une génération à l’autre, d’un paysage à l’autre, s’esquissent les lignes de force de l’identité complexe et sans cesse réinventée d’un territoire entre tradition et modernité. Le collectage a permis d’isoler trois thématiques : l’attachement à la terre, rester-partir, les Mauges et le monde.

Extrait de Rester-partir

45 (NB : nous avons choisi de retranscrire ce texte, issu de l’oralité et voué à l’oralité, avec une économie de ponctuation)

46C’est pas que je me sens pas des Mauges mais je ne me sens pas moi je pourrais m’établir n’importe où je veux dire je n’ai pas d’attachements particuliers à cette région des Mauges où je suis né hein je ne sais pas si je me sens des Mauges qu’est-ce que ça veut dire être des Mauges ? Je me sens Français je me sens Européen et puis faisant partie du monde quoi hein parce que ce monde je l’ai côtoyé j’ai vécu des petites parcelles de vie comme ça ici et là j’ai essayé de comprendre d’appréhender les choses suivant d’autres points de vue et quand on revient dans nos Mauges on revient riche de tout ça et c’est peut-être là que les choses commencent à moins bien aller quand on revient

47Partir c’est une idée pas évidente à mettre en œuvre j’étais dans un milieu qui se prêtait pas du tout à ça et c’est normal un paysan il va pas quitter sa terre pour s’en aller voir ailleurs il est lié à sa terre

48Moi quand j’étais enfant je me suis rendu compte très rapidement que bon entre 10/11 ans par là il était arrivé des étrangers au village c’était des Portugais à l’époque qui arrivaient et on était quand même dans des villages assez ben très ruraux qui n’avaient pas beaucoup d’ouverture sur l’extérieur et ces premiers migrants ben ils étaient mal accueillis c’était pas chaleureux quoi moi je suis originaire d’une famille de 6 enfants le 5e de cette famille bon et personnellement en tant qu’enfant j’aurais aimé par exemple que mes parents invitent ces étrangers ça se faisait pas ça se faisait pas d’inviter des étrangers

49C’était des hommes qui arrivaient des hommes seuls des Portugais des travailleurs sans les familles il fallait se méfier faire attention ils vivaient dans des espèces de cantonnements pas très chouettes ils travaillaient dans les usines y avait des usines partout hein chaque village des Mauges avait son usine de chaussures ou des ateliers enfin moi j’ai souvenir à St Pierre y avait une grosse fonderie ils travaillaient là hein et je me souviens en tant qu’enfant je me disais ben les autres ils sont pas chaleureux et comment se fait-il qu’ils sont pas chaleureux ? J’entendais les paroles à l’église « J’étais un étranger vous m’avez accueilli » dans la pratique c’était pas vraiment ça quoi dans l’Évangile on dit bien « j’étais un étranger vous m’avez accueilli » qu’est-ce que ça signifie ? Qu’est-ce que ça signifie profondément ? Donc moi comme j’avais pas de réponse je me suis dit qu’un jour j’irai voir comment les autres vivent qu’est-ce que ça veut dire étranger ? Éprouver en fait la notion d’étranger voilà pourquoi je suis parti

50Moi je vous dis je me sens profondément chrétien y a très peu de gens qui disent ça « je me sens profondément chrétien » mais c’est pas juste des paroles je l’ai incarné dans des choses bien précises de ma vie et quand je dis chrétien c’est pas un absolutisme c’est profondément des Mauges hein les Mauges ont été profondément chrétiennes ce que je vis eh bien c’est ce territoire des Mauges qui me l’a donné donc je n’ai pas à dire « ces pauvres péquenots » je suis agriculteur en fait à l’origine et puis j’en suis très heureux

51Disons que je me sens à la fois profondément d’ici et profondément d’ailleurs le voyage pour moi c’est une quête une recherche c’est probablement une recherche d’une humanité perdue quelque part

52Je vais me faire en fait l’ami des hommes un peu partout c’est un petit peu fou hein comme idée ? On peut dire que c’est carrément fou mais bon je me dis que je porte bien quand même en même temps l’identité des Mauges y a plein de gens des Mauges qui sont partis en fait en tant que missionnaires et je me dis que quelque part peut-être je porte ça aussi

53C’est formidable quand même c’est formidable de pouvoir lier nouer des liens avec des gens de toutes cultures parce que en fait moi c’est ce que je dis souvent à Jacqueline tu vois on est en fait très différents et culturellement c’est vrai que y a des choses difficiles à concilier mais en même temps dans le fond on est tous les mêmes

54 (changement de personnage)

55J’ai failli partir je suis parti de la maison à 18 ans j’ai pris le train à Chemillé j’ai été jusqu’à Nantes je devais aller à St Nazaire et puis le chagrin m’a pris j’ai eu comment qu’on appelle ça le mal du pays quoi ça m’a pris et j’ai pas pris le train pour aller à St Nazaire je suis venu dans l’autre sens je suis réarrivé le soir chez ma mère j’avais mon vélo de resté à Chemillé d’ailleurs quand ma mère m’a vu arriver elle m’a sauté au cou parce qu’elle avait beaucoup de peine de me voir partir à St Nazaire

56Je voulais être commerçant on pouvait pas être trois sur la ferme c’était pas possible donc moi j’ai dit bon moi faut que je cherche quelque chose hein et on était livré à la maison par un épicier ambulant et le jeudi on allait mener des œufs et du beurre chez lui c’était Goussineau c’était pas Goussineau c’était son gendre c’était déjà un épicier qui avait dépassé l’épicerie traditionnelle un peu plus intelligent enfin intelligent faut pas accuser les autres non plus et son gendre il venait livrer avec son petit camion et puis il me dit ben je monte un magasin à St Nazaire je t’embauche comme apprenti c’est comme ça que j’ai été jusqu’à Nantes les larmes m’ont coulé gros comme ça et puis je suis revenu

57J’aurais peut-être été patron d’un grand magasin on sait jamais j’ai fait du commerce autrement et pis passionnant beaucoup plus passionnant

58J’ai eu des clients une dame qu’on est devenus amis maintenant on s’appelle par son prénom elle a fait un beau parcours elle aussi elle est arrivée d’Afrique fille d’officier elle avait aucune connaissance commerciale mais elle s’est bien débrouillée et j’adorais son coup de téléphone à 9 heures du soir tout à coup coup de téléphone je dis ça y est c’est Elisabeth de R... et j’avais toujours le même message à peu près Albert j’ai un gros problème qu’est-ce qui vous arrive Mme R... ? Qu’est-ce qui vous arrive vous avez au moins un souci ? Ah m’en parlez pas j’ai pas assez de souci (plante médicinale) j’ai une demande forte y a l’Inde qui nous a commandé parce qu’ils travaillaient dans le monde entier et on va pas en avoir assez avant la récolte bon ben on peut peut-être s’arranger j’en ai encore j’en mettais toujours 1 500 kg 2 tonnes de côté qu’est-ce que ça pouvait me faire ils étaient récoltés je les faisais congeler je chargeais mon camion et j’allais lui livrer ça

59On a livré jusqu’à 40 tonnes de digitaline à Paris rue de la Procession je déchargeais tout seul avec le chauffeur après on avait la joie c’est qu’on allait manger avec M. M... le directeur on se payait un beau cigare on changeait de tenue quand j’avais fini j’étais tout noir changeais de tenue et après le directeur faisait « on va aller faire un petit gueuleton » un bon petit gueuleton et puis le cigare ça c’était

60À partir du moment où j’ai compris qu’il fallait pas rester dans sa chaise qu’il fallait sortir qu’il fallait prendre des relations mais contrairement à ce qu’on croit je suis toujours resté très terrien très agriculteur quand on reste dans son personnage c’est pas la peine de prendre des allures de monsieur qui veut tout croire et tout savoir non je restais agriculteur j’ai toujours été bien accueilli on me connaissait de partout j’ai tellement eu de responsabilités que j’ai été obligé d’être connu mais je côtoie aussi bien un directeur un ministre ça me dérangerait pas mais tout en restant agriculteur

61Moi quand je suis loin je dis que je suis de l’Anjou et les gens y disent y a du bon vin là-bas le rosé d’Anjou ils connaissent c’est ça que les gens connaissent les produits traditionnels

62 (changement de personnage)

63Partir ça me ferait rien moi une aventure nouvelle par contre c’est pour les parents que c’est plus difficile parce que bon ben eux ils sont vraiment ancrés ici plus que nous encore

64Ne plus nous voir là et puis c’est leur terre

65C’est tout le problème d’une histoire familiale mais nous on peut pas rester les deux pieds dans le même sabot c’est une histoire de tempérament on est entreprenants

66Tout le monde me dit je peux rester pépère jusqu’à la fin mais moi j’arrive pas j’arrive pas à me mettre dans le moule quoi

67Sûrement l’Amérique du Nord moi j’ai toujours aimé l’Amérique du Nord ils veulent être les meilleurs une mentalité de gens positifs des gens très positifs on a fait un échec ben tant pis on repart on a eu un échec mais bon ça devait se passer comme ça tandis que chez nous on a plus tendance à pleurnicher une mentalité différente quoi je vous en raconte pas plus

68Moi j’ai bossé un an aux États-Unis. J’avais été tout seul avec mon sac à dos et puis les visas de touriste que je renouvelais j’étais parti à l’aventure débarqué à Boston je me suis débrouillé je serais bien resté mais il y avait la ferme familiale à l’époque et j’étais tout seul de garçon

69Ma femme elle est des Mauges mais c’est même elle presque qui me pousserait le plus elle est d’une famille d’ouvriers une famille d’ouvriers un peu aventuriers

70On a différentes idées, on a plusieurs possibilités, ça sera sans doute des céréales moi j’aimerais mieux faire du lait parce que le lait on connaît mais il faut acheter le quota ça coûte très cher OK par contre t’es assuré d’un revenu bien plus important que ce qu’on a parce que eux ils ont un système de quota laitier mais leur système de quota laitier d’accord on vous bride on vous empêche de produire du lait plus qu’il ne faut mais on vous le rémunère à son juste prix c’est le consommateur qui paye

71Chez nous c’est pas ce qui se passe on a un quota mais le prix baisse ben heu... de se voir toujours diminué

72Là j’avais même trouvé des terres à acheter mais vous savez tout est très bien en agriculture on a la SAFER les sociétés qui rachètent les terres comme nous on était au-dessus de la moyenne départementale bon ben j’ai pas pu ça a été à des voisins qui avaient moins on va pas dire non non plus c’est comme ça hein là dessus je suis assez social mais c’est pas toujours compatible avec l’entreprise quoi

73C’est pas fait ça doit se décider cette année il faut d’abord le visa et après le problème c’est que je peux pas vendre ici alors il faut que je mette en gérance parce qu’il n’est pas question de vendre à un autre attention ! il est pas question de... pour pas qu’ils soient malheureux

1re dictée des Lyriades5

  • 5 Liré, dimanche 21 mai 2006.

74Texte de la dictée spécialement écrite et lue aux candidats par Jean-Pierre Colignon

Une seule destination : Liré !

75Penchés par acquit de conscience sur une carte au 1/200 000 du département de Maine-et-Loire, deux Autrichiens – s’il fallait en croire la plaque minéralogique de leur voiture vert Véronèse et le petit drapeau à bandes blanche et rouges fixé sur le capot – cherchaient quelle était la meilleure route pour se rendre à Liré.

76Férus de poésie, ils n’aimaient rien tant que discuter sur les dizains de Clément Marot ou les plus beaux lais de Marie de France, s’amusant à multiplier les arguties et les paradoxes ; aux rondos de Mozart ils préféraient les ballades de Victor Hugo, les odes de Ronsard, les épigrammes de Voltaire... et les sonnets de Du Bellay.

77 Fin de la partie cadets.

78Poète à seize heures, mais, curieusement, plus du tout passé dix-huit, un Ligérien natif d’Ancenis, fasciné par le monde rural, et notamment par les vaches pie(-)noir, ahanait sur des distiques déjantés où il était question de bouses endormies et de bœufs athées qui n’étaient pas dévots. Lui aussi allait se rendre à Liré, non pour assister à des épreuves d’athlétisme où certains se flattent de leurs beaux mollets, mais pour participer au concours du meilleur néologisme. Une compétition où plus d’un présente, à la façon de Monsieur Jourdain, non pas ses termes choisis, mais ses « exquis mots », en espérant que le jury ne restera pas de glace...

79 Fin de la partie juniors.

80S’il ne pesait plus les soixante et onze kilos qu’il avait pesé continûment quand il avait vingt-cinq ou trente ans, cet honorable membre de l’Académie française, en dépit de sa surcharge pondérale, se hâtait vers le musée. Inconditionnel spécialiste du misanthrope auteur du Passe-Muraille, il venait donc donner une conférence sur l’art d’Aymé, devant une assistance tout acquise à son propos. Heureusement, car, un jour, notre immortel, froissé que son allocution ne fût pas appréciée à sa juste valeur, avait infligé à l’auditoire irrévérencieux un discours annexe ennuyeux comme la pluie, et alourdi par le recours systématique à l’hypotypose...

81 Fin pour les seniors amateurs et professionnels.

82Depuis des mois, cette femme de lettres admiratrice de Louis IX, c’est-à-dire Saint Louis, s’était vue prononcer à Liré l’hommage hagiographique que depuis des mois elle peaufinait sans le moindre atermoiement, en dépit des bêtises à répétition du plus âgé de ses enfants. « Il n’y a pas de pire aîné », confiait-elle souvent à son amie l’écaillère.

83...En ce week-end de la Saint-Barthélemy, telles étaient donc quelques-unes des personnalités fort diverses attendues à Liré au nom de la prose et des rimes en écho.

84Jean-Pierre Colignon, mai 2006

Moments poétiques6

Philippe Jaccottet et son œuvre

85Au cours de ces Lyriades 2006, une matinée fut consacrée à Philippe Jaccottet, né en Suisse en 1925, venu très « vite » en France et résidant en Provence depuis une cinquantaine d’années.

  • 7 On sait que Philippe Jaccottet est aussi essayiste et traducteur. En ces domaines également, son ta (...)

86Il est plus que banal d’écrire que Philippe Jaccottet est, aujourd’hui, un de nos plus grands poètes7... Mais, au fait, qu’est-ce qu’un « grand » poète ? Est-ce celui dont la notoriété a franchi siècles et frontières, connu par tous, ceux qui l’ont lu et les autres ? Est-ce un homme d’éloquence qui fréquente colloques et congrès, voire plateaux médiatiques ? Est-ce un familier d’enseignants en quête de « morceaux choisis » pour leurs élèves ? S’il fallait répondre par l’affirmative à ce type de questions, nous oserions dire que Jaccottet n’est pas – ou pas encore – un « grand » poète reconnu par le « grand » public.

87Cependant, il se devait d’avoir une place première en ce lieu – Liré – et en ces jours où était honorée la langue française.

88Poète, Philippe Jaccottet l’est pleinement, lui qui, tant dans sa prose que dans le vers libre, traque le mot le plus apte à capter l’unicité de l’instant, à s’approcher au plus près de l’insaisissable, à percevoir l’inouï, à transcrire l’indicible. Avec le plus souvent une sorte d’insatisfaction qui le conduit à tenter, par des reprises – retouches ou repentirs pour emprunter au lexique pictural – une approche toujours plus intime des êtres ou des éléments les plus immédiats, les plus proches. Avec humilité également. « L’effacement soit ma façon de resplendir » : ce vers, le premier du dernier quatrain de L’ignorant, a été souvent cité. Comme une sorte de sententia, il nous offre la démarche poétique de l’auteur : discrétion et rigueur. Un des premiers recueils de Jaccottet, Billets pour la Béroche (1956-1964) ne portait-il pas déjà comme titre Tout n’est pas dit ? Au demeurant, la volonté de précision n’est pas sécheresse, mais richesse, une richesse qui refuse les enflures de certain lyrisme.

89Le risque est réel de tenter de cerner en quelques lignes la thématique de l’œuvre poétique. Exposée en quelques mots, elle semble bien peu « innovante »... De façon totalement arbitraire – en faisant fi de toute exhaustivité –, nous relèverons trois « thèmes ». L’homme, présent en nombre de textes : l’homme d’abord, l’homme et sa détresse, l’homme et sa déchéance, l’homme et sa finitude. Et la nature, celle précisément que tout homme a sous les yeux et ne sait plus voir ou entendre, la fleur la plus humble et moins que la fleur, l’herbe, le liseron ou le chant et le sautillement du rouge-gorge. Un titre d’un des recueils dit bien cela : Paysages avec figures absentes. Enfin, le travail poétique lui-même : poiésis, la quête incessante du dire-vrai.

90D’emblée, évitons le « contre-sens » : si, souvent le regard du poète se fait fraternel, l’écriture refuse toute mièvrerie et sensiblerie. Il ne saurait être question en ces quelques lignes de se livrer à des « études de textes ». Pour autant, on pourra à partir de quelques très parcellaires extraits être sensible à la puissance de l’expression, à « l’évidence » des métaphores, même si Jaccottet se méfie de ces dernières et de l’image.

91Vieillissement, temps qui nous échappe :

Oh mes amis d’un temps, que devenons-nous,
notre sang pâlit, notre espérance est abrégée,
nous nous faisons prudents et avares, vite essoufflés – vieux chiens de garde sans grand-chose à garder ni à mordre – nous commençons à ressembler à nos pères...

92Cette poésie se fera constat brutal :

Un homme qui vieillit est un homme plein d’images
raides comme du fer en travers de sa vie
À la lumière d’hiver

93Elle sera sans concession, cruellement clinique :

Déjà ce n’est plus lui.
Souffle arraché : méconnaissable.

Un homme – ce hasard aérien,
Plus grêle sous la foudre qu’insecte de verre et de tulle,
Ce rocher de bonté grondeuse et de sourire,
Ce vase plus lourd à mesure de travaux, de souvenirs –,
Arrachez-lui le souffle : pourriture.

Qui se venge, et de quoi par ce crachat ?

Ah, qu’on nettoie ce lieu.

94À la lumière d’hiver

95Un titre d’un recueil « Et, néanmoins » mérite qu’on s’y arrête. En toute lucidité, face à ce monde où le malheur sous tant de formes est présent, où le désespoir et l’abandon nous guettent, il importe, malgré tout – Et néanmoins – (et la copule marque notre condition humaine, notre angoisse d’être ainsi jeté dans le monde), oui, il importe de continuer. Quoi, en vérité ? Peut-être, pour Jaccottet, de continuer à montrer, à dire (sans doute « témoigner » lui paraîtrait-il trop ambitieux) ce qui s’offre à nous et que nous dédaignons. Les titres des textes du recueil cité sont modestes : « Aux liserons des champs », « Rouge-gorge », « Couleurs là-bas » et le poète lui-même ne manque pas de sourire sur le « retour » du motif :

(Encore ?)
Encore des fleurs, encore des pas et des phrases autour de fleurs, et qui plus est, toujours à peu près les mêmes pas, les mêmes phrases ?
Mais je n’y puis rien : parce que celles-ci étaient parmi les plus communes, les plus basses, poussant à ras de terre, leur secret me semblait plus indéchiffrable que les autres, plus précieux, plus nécessaire.
Je recommence, parce que ça a recommencé : l’émerveillement, l’étonnement, la perplexité, la gratitude, aussi.

96Mais qu’on ne se méprenne pas ; cette apparente simplicité, ce regard étymologiquement naïf, ne sont pas loin de nous offrir une philosophie de la vie. Non pas une philosophie de la transcendance, même si la spiritualité et une atmosphère religieuse se retrouvent en certains textes comme : « Si simples sont les images, si saintes » ou pour « décrire » les moutons dans Soir : des bêtes « vieilles comme les pierres, elles-mêmes pierres laineuses [...] immémoriales et saintes, puisque leur sang cherche les âmes des morts... ». Non, nous est offerte une philosophie qui privilégie l’instant, elle-même sublimée par la rigueur lexicale et l’absence d’un pesant Logos. Oui, semble nous dire le poète, sachons profiter des merveilleuses épiphanies qui viennent vers nous :

Elles n’ont pas duré.
Tout juste le temps d’être de petites balles, de petits globes lisses et denses, quelques jours ; puis cédant à une poussée intérieure, de s’ouvrir, de se déchiffonner, comme autant d’aubes autour d’un poudroiement doré de soleil.
Comme autant de robes, si l’on veut. Si vous y incite l’insistante rêverie.

97C’est ainsi que Jaccottet nous présente « Les pivoines » dans son Cahier de verdure.

98En écrivant « philosophie », je pense particulièrement aux ouvrages de Jankélévitch, et plus précisément à Le Je-ne-sais-quoi et le Presque-rien qui, eux aussi, mettent, à partir... d’un rien, « la pensée en mouvement ». Et j’oserai poursuivre encore cette comparaison puisque ce philosophe est un des rares à avoir tant écrit sur la mort, elle-même si présente, « lointaine ou vague selon son désir », chez Jaccottet et si intimement liée à notre quotidien :

Le martin-pêcheur flambe dans les saules.
Il a flambé.
Et si quelque chose comme cela suffisait pour sortir de la tombe avant même
d’y avoir été couché ?
Comme le martin-pêcheur prend feu, in Et néanmoins

99Cette lucidité, cette exigence, ce refus du satisfecit, c’est à l’égard de lui-même que Jaccottet va, plus qu’en d’autres domaines, les manifester. Et avec quelle vigueur !

Je t’arracherais bien la langue, quelquefois, sentencieux phraseur. Mais regarde-toi donc dans le miroir brandi par les sorcières : bouche d’or, source longtemps si fïère de tes sonores prodiges, tu n’es déjà plus qu’égout baveux.
Parler, in À la lumière d’hiver

100Ou encore, de façon plus apaisée :

« Les fontaines tintent aux versants des montagnes », c’est un vers de ce Requiem trop ambitieux que j’ai écrit en 1946...
Fragments soulevés par le vent, in Cahier de verdure

101Et il n’hésite pas à regarder en arrière et à se faire critique sévère de certaines de ses « productions » antérieures :

Autrefois,
moi l’effrayé, l’ignorant, vivant à peine,
me couvrant d’images les yeux,
j’ai prétendu guider mourants et morts.

Moi, poète abrité,
épargné, souffrant à peine,
aller tracer des routes jusque-là !

À présent, lampe soufflée,
main plus errante, qui tremble,
Je recommence lentement dans l’air.
Leçons, in A la lumière d’hiver

102Car, au regard des autres travaux des hommes, celui du poète n’est-il pas dérisoire ?

Parler est facile, et tracer des mots sur la page,
en règle générale, est risquer peu de chose :
un ouvrage de dentellière, calfeutré,
paisible (on a pu même demander
à la bougie une clarté plus douce, plus trompeuse),
tous les mots sont écrits de la même encre,
« fleur » et « peur » par exemple sont presque pareils,
et j’aurai beau répéter « sang » du haut en bas
de la page, elle n’en sera pas tachée,
ni moi blessé.
Parler, in A la lumière d’hiver

103Il semble donc qu’il y ait un devoir d’écriture – et peut-être ce signifiant pourrait-il nous faire penser et à l’impératif moral et aux « devoirs du soir » de notre enfance. Ainsi, écrire est une tâche, un labeur qui réclament sérieux et humilité. On chercherait en vain Muse ou Égérie guidant notre auteur. S’il est « inspiré » par une scène, une rencontre, un paysage, le passage d’un nuage, d’alouettes..., c’est ensuite que le « travail », dans son acception première, commence. En témoignent – mais ce ne sont pas les seuls « témoins » – ses ouvrages intitulés : La Semaison et la Seconde Semaison. Ce sont des Carnets, carnets de notes, ébauches (Deux ébauches est même le titre de poèmes aboutis dans Cahier de verdure), impressions, « croquis » verbaux – comme le peintre croque dans l’instant, sur le vif, sur le terrain, pour mieux poursuivre à l’atelier. À partir de ces livres, on peut suivre le cheminement du poète qui reprend, corrige, enrichit ou abandonne ces données premières. Si nous « revenons » vers ces pivoines entrevues ci-dessus, que nous en dit encore Jaccottet, qui éclaire sa démarche ?

Plus je me donne du mal, et bien que ce soit à leur gloire, plus elles se réfugient dans un monde inaccessible... [...] C’est encore trop que d’écrire qu’elles ne veulent pas, ou veulent quoi que ce soit. Elles habitent un autre monde en même temps que celui-ci ; c’est pourquoi justement elles vous échappent, vous obsèdent...

104On pourra, dans bien d’autres textes – citons, à titre d’exemple Apparition des fleurs – se pénétrer plus encore de cette volonté toujours en acte, de cette ambition toujours renouvelée de parfaitement « rendre compte ».

105Comment mieux conclure qu’en citant Jaccottet lui-même ? Non plus le poète, mais l’essayiste. À qui mieux qu’à lui s’adressent ces lignes extraites des dernières pages de son essai L’Entretien des Muses, et qu’il destine à plusieurs poètes du siècle dernier ?

Qui voudrait se convaincre que la poésie n’est ni cet enjolivement du réel, ni cette évasion hors du monde avec quoi on veut trop souvent la confondre, n’aurait qu’à ouvrir l’un ou l’autre de ces livres pour constater avec étonnement, avec admiration, qu’en fait, le regard des poètes modernes est l’un des plus attentifs et des plus aigus qui soient... [...]
Mieux que cela : pour nous qui vivons de plus en plus entourés de masques et de schémas intellectuels, et qui étouffons dans la prison qu’ils élèvent autour de nous, le regard du poète est le bélier qui renverse ces murs et nous rend, ne serait-ce qu’un instant, le réel ; et avec le réel, une chance de vie.
Alain Lefebvre

Trois poèmes choisis par Mohammed El Amraoui

106Extraits de De ce côté-ci et alentour, éd. L’Idée bleue, coll. « Le Dé bleu », 2006 (livre écrit pendant la résidence de l’écrivain qui s’est déroulée sur les Pays des Mauges et d’Ancenis à La Turmelière à Liré, au printemps 2006).

107Mon nom

108déformé
par

109la langue
(celle qui me reçoit)

110se décroche, je le maintiens dans mes mains, et le bats avec l’angle de la pierre, mais je n’arrive à l’effriter. Les étincelles n’ont pas la forme de lettres – rainures seulement qui placent le noir entre elles, se dé-

111placent, puis se re-
constituent.

112Quant aux choses dans ma bouche, je leur accorde, chacune, deux noms, et quelquefois deux sexes, quand c’est des choses disons palpables, mais aucun nom pour l’ineffable, ah ineffable, dis-je, voilà le mot, quand, de retranchement en retranchement, de pourquoi en pourquoi jusqu’au bégaiement ultime de parce que, quand on lève les mains disant seulement parce que, je l’aurais compris,

la langue – comme le sexe,

113l’organe

114l’obstacle aussi

* * *

115Allitérations, répétitions, sèmes ici, aux alentours, élection d’

116im
plosives

117béantes, lourdes,

118et la glotte tel un tronc extrêmement noueux jusque dans le ventre, ses racines aussi, et pas de nom pour ce qui brûle et fait crier, seulement tumulus de sons enfin libres, les seules, et savoir encaisser,

119en-
castrer phrases
, comment et pourquoi

* * *

120Je dis ainsi quelqu’un parle, je dis ainsi quelqu’un parle à ma place, je dis ainsi quelqu’un parle à ma place quand je parle, et qu’en moi, c’est du silence que je veux émettre ; mais la parole se fait éclats brillants

brouillons,

la nuit, par-dessus tout, ineffable,
recouvre toutes
ces

scories
, et le silence
vient

après
bien en

retard et les secousses qui s’en suivent ;

121chacun des bonds contient des bonds plus petits, chacun concis et ciselé, à la
manière d’un diagramme, plus petit, à peine

122saisi ; une femme dit je connais pas toutes les hauteurs de tes bonds, je connais pas encore. Et la nuit entre par la fenêtre, la nuit donne à la fenêtre la forme d’un œil de chat, une ténèbre entoure les yeux, les syllabes, syllabe après syllabe,
tranches fines, c’est ce qui
reste

* * *

Trois poèmes choisis par Daniel Maximin

123Extrait de son recueil L’Invention des désirades (éditions Présence africaine, coll. « Poésie », 2000)

Icare dévolu

À tout poète
nourricier des réserves d’élans
sept fois merci
pour oser t’avancer sans déplacer le monde
et combattre les murailles avec des graffitis
exposer ta présence
entre l’enclume et les maîtres du marteau
pour songer à ta dette envers toute solitude
pour apprendre à la chair à démasquer sa peau
pour éclairer les soleils blessés
et nourrir de ta nuit l’intérieur de l’avenir
sept fois merci
poète
horizon vertical

* * *

124 Pour céder une enfance

125Tu seras sans pays natal, comme les fruits et les oiseaux, dont tu prendras les couleurs et les chants pour te faire un pays
tu habiteras loin de tout désespoir, ce manque d’espace qui agrandit le désert
tu caresseras la vie comme les fougères, chanteras comme les palmistes, lutteras dressé sur tes racines neuves comme le figuier-maudit, tes lianes seront le rideau protecteur de tes révoltes, avec contre les chiens de garde le poison de tes mancenilliers
tu ne vivras pas pour faire honte ou plaisir à tes pères, refermant l’avenir en accoucheur d’ascendants disparus. Et tu n’omettras pas de faire parler les mères car elles ont des racines puisqu’elles portent des fruits

126ne t’inquiète pas pour le cœur, qui passe le sang au tamis du destin, qu’il n’arrête qu’à ta fin
n’essaie pas d’empêcher la mort de vivre et de sculpter, mais ne lui propose rien, ni date, ni échange, ni sursis

127tu accepteras de te recevoir par tout ton être, avec tes noyaux (ce sont les cailloux de ton chemin), ta chair, tes couleurs, ta parole, tes ruines, ta perdition et ton trésor calcule tes forces et fais confiance à ta fragilité

128ensuite, plus tu donnes, plus tu seras.
prends exemple sur l’eau et donne en pointillé comme la pluie, en pudeur comme la source, en vrac comme la mer, qui élance et qui retient

129par soif d’échange avec ceux qui entretiennent cette soif

* * *

130 Feuille vive

131Une page caresse les doigts et le silence s’affine
le vent sous les persiennes insinue sa musique
décline l’invitation

132derrière tes rêves incline-toi
jusqu’à ta lampe et ton stylo
avale une gorgée d’eau pour imager ta soif

133c’est l’heure de réclamer ta plume à l’oiseau du possible
barricade tes peurs avec ton orgueil avec ta modestie
débranche le téléphone, tes amis comprendront que la porte est ouverte
suis le rythme de tes mains, l’une porte le cœur à l’autre
tes lettres et tes mots s’inviteront à danser

134sans renoncer à la montée de sève
choisis ce soir de t’effeuiller

Sept poètes au nom d’étoiles8

  • 8 Inauguration de l’exposition, Musée Joachim Du Bellay à Liré, samedi 20 mai 2006.

135Dans le cadre des Troisièmes Lyriades de la langue française les Archives départementales de Maine-et-Loire ont présenté un parcours-exposition à travers l’œuvre du groupe des poètes de la Pléiade, à l’occasion du 450e anniversaire de sa création (Sélection et textes : Michèle Pagnoux, bibliothécaire et Elisabeth Verry, directrice Photographies : Éric Jabol Scénographie : Nosoda, Angers).

136C’est en 1556 que Ronsard adopte, pour désigner le groupe de poètes déjà réunis autour de lui sous le nom de « Brigade », celui plus prestigieux de « Pléiade », Pléiade, en référence aux sept poètes d’Alexandrie qui furent ainsi nommés au IIIe siècle avant Jésus-Christ. Mais aussi Pléiade, filles d’Atlas qui, selon la mythologie grecque, avaient été, après bien des tribulations, transformées en sept étoiles de la constellation du Taureau.

137Cette conjonction de l’histoire et du mythe est pour le poète un gage d’immortalité.

138La Brigade, puis la Pléiade fut un groupe mouvant. Au départ, il n’est constitué que de la réunion de quelques étudiants (Pierre de Ronsard, Antoine de Baïf, Joachim Du Bellay), élèves de l’helléniste Jean Dorat au collège de Coqueret sur la montagne Sainte-Geneviève à Paris. Bientôt se joignent à eux leurs condisciples d’un collège voisin, le collège de Boncourt : ce sont Étienne Jodelle et Jean de La Péruse.

139Enfin, deux poètes lyonnais s’y agrègent : Guillaume des Autels et Pontus de Tyard. En 1556, à la mort de La Péruse, Rémy Belleau prend sa place. Sont également cités, au titre de La Pléiade, le maître, Jean Dorât, et l’ami, Jacques Peletier.

De La Brigade à La Pléiade

1401540
Ronsard est secrétaire de Lazare de Baïf.

1411543
Ronsard rencontre Peletier du Mans.

1421544
Dorat est précepteur de Ronsard et d’Antoine de Baïf, chez Lazare de Baïf.

1431545
Du Bellay rencontre Jean de La Péruse.

1441546
Du Bellay rencontre Peletier, secrétaire de son oncle.

1451547
Lazare de Baïf meurt. Ronsard et Antoine de Baïf rejoignent le collège de Coqueret. Du Bellay se joint à eux.

1461549
Le « groupe des trois » est constitué : Ronsard, Du Bellay, Baïf. Ils publient leur manifeste : La Défense et Illustration de la langue française. Ronsard emploie pour la première fois le terme « La Brigade ».

1471552
Premiers rapports entre Pontus de Tyard et « La Brigade ».

1481553
Relations de « La Brigade » avec trois élèves du collège de Boncourt : Belleau, Jodelle, La Péruse.
Du Bellay, en voyage pour Rome, croise à Lyon Tyard et Des Autels.

1491554
Décès de La Péruse remplacé par Belleau.

1501556
La Pléiade telle qu’elle restera pour l’Histoire : Ronsard, Du Bellay, Baïf, Tyard, Peletier, Jodelle, Belleau.

* * *

151Les œuvres présentées parcourent l’histoire et les figures de La Pléiade : ses royaux protecteurs, comme Marguerite d’Angoulême, reine de Navarre et sœur du roi François Ier, elle-même poète. Ses maîtres, comme Jean Dorat, principal de ce collège de Coqueret qui fut la pépinière des artistes. Ses figures, les « poètes au nom d’étoiles » qui remplissent le siècle de la Renaissance de leur exceptionnelle floraison artistique. Parmi eux, une place particulière est faite à Ronsard et Du Bellay, à travers la présentation de différentes éditions de leurs œuvres.

152Enfin, en ce siècle de la Renaissance, les arts sont frères. Aussi ne faut-il pas s’étonner que l’évocation se tourne pour finir vers la science : géographie, cosmographie ; la découverte du monde fascine les poètes. Peinture, gravure, la représentation des formes fait partie de leur imaginaire.

153À travers les éditions rares, prêtées par des collectionneurs privés et par les bibliothèques de Lyon, Rennes, Angers et Tours, et à l’occasion du 450e anniversaire de la naissance de La Pléiade, voici une invitation à lire et relire une poésie profonde et raffinée, intemporelle parce qu’universelle.

Serment des impétrants9

  • 9 Chapitre d’intronisation, La Turmelière à Liré, samedi 20 mai 2006.
  • 10 Voir l’explication qu’en donne Benoît de Cornulier, p. 257 supra.

154C’est le célèbre poème des Regrets qui est lu par les impétrants au moment de leur intronisation, dans la Confrérie des compagnons vignerons de Joachim Du Bellay10 :

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d’usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m’est une province, et beaucoup davantage ?

Plus me plaît le séjour qu’ont bâti mes aïeux,
Que des palais Romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaît l’ardoise fine :

Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,
Et plus que l’air marin la doulceur angevine.
Joachim Du Bellay
Les Regrets, Sonnet XXXI, 1558.

Notes

1 Organisé en janvier 2006 par l’Inspection académique de Maine-et-Loire avec le concours des Lyriades.

2 Soirée des ateliers de théâtre lycéen, Théâtre Quartier libre d’Ancenis, lundi 15 mai 2006, Lycée Joubert (Ancenis), Lycée Notre-Dame de Bonnes Nouvelles (Beaupréau), Lycée Europe-Schuman (Cholet).

3 « Spectacle apéritif », La Turmelière à Liré, samedi 20 mai 2006.

4 Moments de théâtre, musée Joachim Du Bellay à Liré, dimanche 21 mai 2006.

5 Liré, dimanche 21 mai 2006.

6 La Turmelière à Liré, dimanche 21 mai 2006.

7 On sait que Philippe Jaccottet est aussi essayiste et traducteur. En ces domaines également, son talent est plus que reconnu. Nous n’en parlerons pas ici.

8 Inauguration de l’exposition, Musée Joachim Du Bellay à Liré, samedi 20 mai 2006.

9 Chapitre d’intronisation, La Turmelière à Liré, samedi 20 mai 2006.

10 Voir l’explication qu’en donne Benoît de Cornulier, p. 257 supra.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540