Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le français : des mots de chacun, une langue pour tous

 | 
Françoise Argod-Dutard

Annexes

Travaux pédagogiques de l’académie de Nantes

Jean-Luc Jaunet

Texte intégral

1Les Lyriades 2006 ont dessiné un rapprochement important avec le monde de l’École. Les 3es Rencontres de Lire ont en effet été l’occasion d’associer un bien plus grand nombre d’enseignants et d’élèves de l’académie à l’événement et, surtout, de donner davantage à voir, à découvrir les réalisations, les travaux nés des projets pédagogiques qui, dans les écoles, comme dans les collèges et les lycées, ont poussé sur le riche terreau des Lyriades.

2Il y avait bien eu, lors des éditions précédentes, des enseignants, des équipes éducatives qui, séduits par la programmation des Rencontres, avaient tissé des liens forts avec la manifestation. Il s’agissait toutefois d’initiatives isolées, rares, bénéficiant de peu d’appuis au sein de l’institution Éducation nationale. Avec la création d’un comité pédagogique, nous avons souhaité donner leur pleine place à ces projets. Nous avons ainsi conduit auprès des écoles et des établissements scolaires, en nous appuyant sur les relais essentiels que constituent les inspecteurs, IEN et IA-IPR, les conseillers pédagogiques, les responsables de formation, etc., une large opération d’information, en essayant de susciter l’envie, l’appétit de faire, le désir de participer pleinement à cette grande fête de la langue française qui s’est déroulée sur le double site de Liré et d’Ancenis, mais a aussi essaimé à Cholet ou à Beaupréau. Un travail d’accompagnement a été également proposé aux équipes pour les aider à qualifier leur projet, pour mettre à disposition de celles qui le souhaitaient des ressources artistiques, culturelles, voire techniques. Plusieurs pistes de création ont été proposées, dans le domaine de l’écriture poétique, du chant choral, des petites formes théâtrales, des recherches touchant à l’histoire des mots ou aux lexiques spécialisés, etc.

3Les réalisations qui ont été données à voir, à entendre, à savourer dans le temps de ces Lyriades 2006 ont donc fait la part belle au théâtre avec, dans la salle du Quartier libre à Ancenis, un spectacle réunissant les prestations des troupes de trois lycées : Europe-Schuman de Cholet, Joubert d’Ancenis et Notre-Dame de Bonnes Nouvelles de Beaupréau. Les élèves les plus jeunes n’étaient pas en reste puisque plusieurs écoles se sont aussi lancées dans un ambitieux travail de création théâtrale. On peut citer, parmi elles, l’école Victor Hugo de Saint-Macaire-en-Mauges qui a mobilisé plus de 160 élèves pour la mise en scène de contes lus, retenus ou écrits durant l’année scolaire, présentés en une succession de tableaux.

4La poésie a été aussi omniprésente avec la présentation, la mise en voix, de textes écrits par les élèves, mais aussi un projet de parcours sonore de textes enregistrés dans le parc du château de la Turmelière, malheureusement contrarié par la météorologie. Ces poèmes à entendre se conjuguaient bien sûr avec des poèmes à voir. Si les poèmes-feuilles n’ont pu, eux aussi et toujours pour raison de pluie, être accrochés aux branches des arbres du parc, on a eu plaisir à découvrir, jaillissant de gigantesques pots, à quelques pas du lieu des Rencontres, des poèmes-fleurs ou des fleurs-poèmes qui témoignaient de la capacité des enfants à jouer des mots, des formes et des couleurs. Ce sont ainsi, au total, les créations de plusieurs centaines d’élèves qu’on a pu découvrir dans ce jardin de la poésie. La poésie, pour reprendre le titre de l’action menée au collège Du Bellay de Cholet, « ça s’écrit et ça se dit », mais cela peut aussi, en s’invitant sur les sets de table prévus pour les déjeuners des Rencontres, participer du plaisir de la bouche et de l’esprit. Les Brigades d’intervention poétique (BIP), enfin, animées par des lycéens d’Ancenis, se sont ingéniées, au prix parfois de quelques « effractions », à faire souffler la poésie en tout lieu et à tout moment des Rencontres. Il est à noter que les sites Internet du CDDP de Maine-et-Loire comme celui de l’inspection académique du même département ont largement contribué, à travers leur rubrique Lyriades, à diffuser l’information pédagogique et à valoriser les créations des équipes qui acceptaient de voir leur production mise en ligne, et donc « publiée » !

5La langue française, à travers les mots de chacun et une langue pour tous, s’est également beaucoup « affichée » au cours de ces journées. On a pu ainsi admirer l’exposition de magnifiques abécédaires, élaborés par des écoles élémentaires, les lettres étant figurées par les photographies d’éléments de décor urbain ou rural choisis par les enfants, chaque ensemble constituant une somme de regards d’une extraordinaire inventivité et d’une grande poésie. Il y avait aussi l’exposition de mots Renaissance calligraphiés sur du papier façon parchemin, avec, en regard, le mot équivalent actuel. Ce travail des ateliers du Musée Joachim Du Bellay faisait écho à celui du collège du même nom qui, à travers la calligraphie, lui aussi, s’est intéressé aux mots arabes venus enrichir, au cours des siècles, le français. Il faudrait aussi évoquer les recherches ludiques sur les richesses et les surprises de la langue, telles celles entreprises par cette école qui a recensé les mots composés, les expressions intégrant certains mots comme « pied », par exemple ; les « posters linguistiques » rédigés par des étudiants de l’université de Bordeaux ; la présentation de mots un peu oubliés du terroir des Mauges collectés par des lycéens de Beaupréau auprès de personnes âgées de la région.

6Cet inventaire rapide ne saurait passer sous silence les activités de formation qui ont été proposées aux enseignants durant ces Lyriades 2006. Ces animations pédagogiques ont rencontré un très large succès, sans doute parce qu’elles ne reproduisaient guère les conditions des stages habituels, dans leur forme et leur contenu et que leur mise en perspective avec les Lyriades leur conférait une dimension et une atmosphère toutes particulières. On peut ainsi citer les ateliers de réflexion et d’échange mis en place par l’inspecteur général de Lettres, M. Pascal Charvet, pour un public de professeurs du second degré, d’inspecteurs venus de toute la France, et auxquelles ont participé plus d’une quarantaine d’enseignants de l’académie de Nantes. Les problématiques retenues : l’apprentissage de l’orthographe, le passage de l’oral à la trace écrite, l’appropriation du vocabulaire spécialisé, répondaient à l’évidence aux préoccupations des professeurs présents et la matinée fut heureusement complétée, après déjeuner, par les conférences des Rencontres portant sur « le français des échanges écrits ». Il y avait déjà eu, en amont de cette journée, la tenue d’une table ronde au collège Du Bellay autour d’un titre-programme, « Maîtriser la langue française en zone d’éducation prioritaire ou comment se réconcilier avec l’école en réussissant en ZEP ? ». Les échanges, comme les témoignages présentés, n’ont pu que conforter les enseignants présents dans la conviction que la maîtrise du langage constitue bien une clé de la réussite scolaire et, par-delà, d’une bonne insertion dans la vie professionnelle et sociale.

7Plus avant encore une animation intitulée « Lire, écrire en littérature, les apprentissages culturels au cycle 3 » avait permis aux professeurs des écoles participants d’entrer dans une démarche d’écriture poétique, guidés par Mohammed El Amraoui, un poète en résidence à La Turmelière (Liré). La plaquette rassemblant leurs écrits témoigne de la qualité et de l’originalité du travail réalisé au cours de cette session de formation.

8Il est bien difficile de tout citer, mais cette présentation, quelque incomplète qu’elle soit, permet cependant d’apprécier l’étonnant foisonnement d’initiatives, de projets, d’activités qu’a fait naître au sein des équipes pédagogiques et éducatives, comme chez les responsables pédagogiques de l’académie, l’existence d’une liaison forte avec les Lyriades, l’assurance d’une conviction partagée autour de la défense et de l’illustration de la langue française dans tous ses états, autour de la mise au jour et de la célébration de ses richesses.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540