Version classiqueVersion mobile

Le français : des mots de chacun, une langue pour tous

 | 
Françoise Argod-Dutard

3e partie. La langue française en partage

Langue et culture, éléments de différenciation dans la mondialisation1

Yvan Amar, Geraud de Boisset, Baudouin Bollaert, Joseph Grimaud, Jean Harzic et Albrecht Sonntag

Texte intégral

  • 1 Synthèse de la table ronde qui s’est tenue à Cholet le jeudi 18 mai 2006, sous la présidence de Jos (...)

1Durant ces dernières décennies, l’accroissement des échanges internationaux et le développement d’une économie mondiale se sont accompagnés d’un recours de plus en plus massif à l’anglais comme outil d’expression. Plutôt que de parler d’anglais, je ferais mieux d’utiliser une appellation humoristique, « le globish », cette espèce d’anglais global dans lequel, je suis persuadé, aucun sujet de sa Majesté britannique ne reconnaît sa langue natale.

2Les premiers pas de la mondialisation se traduisent par un gommage des identités locales et de ce qui constitue les différences entre les peuples. On a pu voir à cette occasion la France s’arc-bouter dans les années 1990 autour de la notion « d’exception culturelle française », défendue à l’époque par M. Édouard Balladur. L’exception culturelle n’est pas à défendre exclusivement dans le domaine des arts, du théâtre, du cinéma, de la musique... mais également sur tous les sujets du développement économique et des échanges entre les peuples.

3Il y a quelques années, le groupe Renault a décidé que son « staff » mondial échangerait en anglais afin de favoriser le rapprochement de Renault et Nissan. Il est apparu assez rapidement que ce recours gommait les particularités que chacun pouvait faire entendre dans sa langue natale, que personne – par un manque de maîtrise suffisante de l’anglais – ne pouvait faire passer. Loin de favoriser les échanges, le recours à une tierce langue a ralenti la communication entre les acteurs d’une même entreprise qui aujourd’hui, a décidé que les Japonais parleraient en japonais et les Français en français.

4Au-delà du lien qui unit un individu à sa langue, la langue incarne également les valeurs d’un pays. Le français dans le monde, c’est tout d’abord l’esprit de liberté qui a prévalu au xviiie siècle : c’est le siècle des Lumières, ce sont les droits de l’Homme, et toutes les valeurs qui procèdent à l’auto-détermination des peuples. Tels sont les enjeux qui vont être abordés maintenant.

5Joseph Grimaud

« L’échange du donner et du recevoir »

6J’aime beaucoup la phrase de Léopold Senghor, le père de la Francophonie, qui, pour évoquer le dialogue et la culture, préfère parler de « l’échange du donner et du recevoir ». J’exposerai ma démonstration initiale au travers de deux anecdotes et un exemple.

7Première anecdote : la scène se passe il y a sept ou huit ans au Ghana lors de l’inauguration de notre Alliance franco-ghanéenne. Il ne faut pas perdre de vue – et c’est important pour notre propos – que l’Alliance est de la nationalité du pays d’accueil. Il y a là toutes les autorités, en particulier le maire à qui je pose la question suivante : « pourquoi avoir donné un magnifique terrain en plein centre d’Accra, qui doit valoir une fortune aujourd’hui, pour bâtir cette maison alors que le gouvernement français a donné une subvention relativement modeste de 2,1 millions de francs ? ». Il me répond : « pour deux raisons : la première, c’est que j’aime la France ; la deuxième, parce que nous sommes entourés de pays francophones. Comme le français est la deuxième langue de l’Afrique, pour nous c’est très important ». Et de me rappeler, sur le mode utilitaire, qu’il y a quelques dizaines d’années, la Côte-d’Ivoire, le Togo, le Burkina-Faso, etc. étaient français. Voilà pourquoi, à ses yeux, la langue française est absolument fondamentale. De surcroît, il ajoute : « quand les entreprises françaises viennent s’installer ici, nous pouvons leur ouvrir la route parce que nous connaissons les codes de la culture ghanéenne ». Rappelons-nous ce que disait à l’époque le ministre des Affaires étrangères, M. Hubert Védrine : « dans beaucoup de pays il y a un désir de France ».

8Deuxième anecdote : elle se passe dans le nord du Mexique, dans l’une de ses plus grandes villes, Monterrey, à 240 km de la frontière américaine. Je me rends dans des classes de l’Alliance – qui accueillent actuellement 7 200 étudiants, tout près du monde nord-américain. À ceux-ci – ils ont entre 20 et 30 ans majoritairement, dont 60 % de femmes – je demande : « pour quelles raisons venez-vous apprendre le français ? ». Neuf fois sur dix, la réponse a été la même : « parce qu’ici notre langue, c’est l’espagnol et que tout le monde parle également l’anglais. Il faut donc nous distinguer. Pour nous, la langue d’entrée dans l’Europe, c’est le français. De plus, si nous sommes trilingues, nous pouvons aller n’importe où car le français est répandu sur les cinq continents. C’est une langue utile ». L’un des étudiants me demande d’ailleurs : « savez-vous combien il y a d’entreprises françaises au Mexique qui pratiquent le français ? ». Devant mon ignorance, il me répond : « 103 ! ». Dans 103 entreprises, le français est enseigné par les différentes Alliances du Mexique. Certes, l’anglais reste la langue des affaires : dans beaucoup d’entreprises mexicaines, on parle plus l’anglais que l’espagnol.

9On a vu depuis environ quarante ans l’Alliance française, puis d’autres structures s’adapter et glisser progressivement de l’enseignement plutôt littéraire vers un enseignement tourné vers le pratique et l’utilitaire.

10Un exemple : l’Alliance française de Johannesburg donne des cours dans beaucoup d’entreprises sud-africaines qui constituent 60 % de son chiffre d’affaires. On donne des cours de français chez Coca-Cola à Johannesburg ; quel symbole ! On constate que certaines entreprises ont délocalisé leur activité à Johannesburg et travaillent avec des entreprises installées dans des pays francophones.

11Un vrai désir de français existe aujourd’hui dans le monde pour se différencier des pratiques majoritaires de l’anglais, voire de l’espagnol. Citons le cas du sud du Brésil où, subitement après l’installation de Renault, le nombre d’élèves de l’Alliance française a explosé... Et jusqu’à la Grande-Bretagne où les cours de français se développent fortement.

12L’influence des Alliances françaises dans le monde est de plus en plus importante. Les 1 074 implantations de l’Alliance française dans les 138 pays qui accueillent environ 420 000 étudiants sont autant de relais pour les entreprises françaises, y compris dans les lieux les plus improbables. On se doute bien qu’à Hong Kong, à Delhi, à Mexico ou à New York, les étudiants vont pouvoir se servir de l’Alliance comme d’un passage à la fois à la langue et à la culture françaises. En Argentine, 31 compagnies françaises ou franco-argentines travaillent avec nous à Buenos Aires ; chaque fois qu’un homme d’affaires français arrive dans cette ville, il a recours au service de l’Alliance qui réalise 20 % de son chiffre d’affaires en entreprise.

13Mais la création d’une Alliance française à Helena, à Matara ou à Brasov ? Sait-on où se trouvent ces trois villes ? Helena est une petite ville du nord des États-Unis, capitale du Montana ; Matara est une petite ville sur la côte sud du Sri Lanka ; Brasov n’est ni en Russie, ni en Bulgarie, c’est une grande ville de Transylvanie en Roumanie. Voilà trois villes comme autant de lieux improbables ! Il n’est pas du tout évident en effet d’en avoir jamais entendu parler. Et pourtant, à partir du moment où il y a création de nouvelles structures franco-américaine, franco-sri lankaise ou franco-roumaine, même sans aucune aide de la France, cela signifie que lorsqu’un Français voudra développer un projet, il trouvera dans chacun de ces lieux, un appui précieux et un accueil extraordinaire.

14Soulignons que le plus souvent, il n’y a pas de Français résidant dans de tels endroits. Des petites structures de ce type sont animées par des citoyens du cru. Quelle n’a pas été ma surprise, le 15 février dernier, quand j’ai lu dans le compte rendu du conseil des ministres que Mme Girardin, ministre déléguée à la Francophonie, avait déclaré qu’il y a 295 comités dans le monde (1 074 exactement) ! L’impasse avait été faite sur les 800 qui ne sont pas aidées par la France. Cette manière de voir est regrettable. On devrait s’enorgueillir de cette situation, et dire qu’il y a des centaines de villes de par le monde dans lesquelles des personnes enthousiastes parviennent à mains nues à développer un centre non seulement d’enseignement du français – c’est le but principal – mais aussi d’échanges culturels.

15Il faut casser une réputation de l’Alliance française qui remonte à des années lointaines, mais qui n’a plus sa raison d’être. Les Alliances ont longtemps eu une image un peu vieillotte, celle des Dames au chapeau vert et de la tasse de thé, une image flattée par certains de nos concitoyens habitant l’étranger et quelques nostalgiques de la France considérant que la culture française s’arrêtait à Piaf et à Chevalier. Il est vrai qu’existaient, il y a une dizaine d’années encore, des cours de français dont le texte phare était l’entrée du Normandie dans le port de New York en 1932... Quelle modernité, à mille lieues de la France d’aujourd’hui !

16À côté de la valorisation de la culture française se trouve désormais mise en avant la présence économique de notre pays dans le monde. Le fait d’avoir ce fort développement de la demande en français usuel nous incite à améliorer notre professionnalisation et à proposer des modules pédagogiques de qualité. Nous communiquons sans crainte dans la langue de Shakespeare. Nos brochures s’intitulent « Corporate France language training » et notre slogan, « Teaching French to the world », parle positivement aux oreilles des locuteurs de langue anglaise, puisqu’ils s’inscrivent nombreux dans nos centres. À partir du moment où l’on travaille dans des entreprises et compte tenu que l’Alliance française n’est plus seulement une association tout à fait estimable de la nationalité du pays d’accueil, on était amené à la considérer, elle aussi, comme une grande entreprise. L’Alliance d’Ushuaia (35 étudiants) ou celle de Hong Kong (6 000 étudiants), ce n’est pas la même chose. Mais, dans les deux cas, elles sont considérées comme une entreprise, petite ou très grande. De même, à La Havane où l’on est obligé de refuser des étudiants ; et pourtant, s’implanter à La Havane n’est pas facile ! L’Alliance facilite les choses car elle a un protecteur nommé Castro lui-même, sans interférence politique heureusement, puisque l’on peut trouver tous les journaux français à l’Alliance (c’est le seul lieu à La Flavane où cela est possible).

17Je terminerai ma présentation en me référant à la langue française et à la liberté. Je n’oublierai jamais cette phrase prononcée par une jeune fille sur la scène d’un théâtre de Buenos Aires, à l’époque de la dictature militaire : « je voudrais aller à Paris parce que la France est le pays de la liberté et le français la langue de la liberté ». Cela n’a pas toujours été vrai, mais il n’en demeure pas moins que la salle s’est levée et a applaudi à tout rompre pendant dix minutes. Le lendemain j’étais convoqué à la police militaire où j’ai passé un mauvais quart d’heure. Je n’ai pas été torturé, mais on m’a reproché cet épisode. J’ai alors fait observer que dans l’hymne argentin il y avait trois fois le mot liberta et qu’il n’était donc pas du tout indécent de parler de liberté. « Certes, me répondit le colonel, qui était évidemment un fin lettré, mais j’ai malgré tout un reproche à vous faire. Vous enseignez Camus, cet écrivain athée, or nous sommes ici dans un pays très religieux ; vous allez donc me faire le plaisir de supprimer Camus du programme ! ». Nous avons tenu bon car nous avions des amis assez influents. J’ai eu le sentiment très fort avec mes camarades que l’Alliance représentait une fenêtre ouverte sur le monde. Le monde de la francophonie peut rendre des services chargés de valeurs universelles. L’événement que je viens de vous relater reste l’un des moments les plus émouvants de ma vie. Toutes ces anecdotes révèlent en fait plusieurs aspects de la place du français à l’étranger par l’intermédiaire des Alliances.

  • 2 Ancien secrétaire général de l’Alliance française.

18Jean Harzic2

La politique de Michelin dans le domaine de la langue et de la culture

  • 3 Citation de Baudouin Bollaert.

19L’entreprise Michelin, « auvergnate d’abord puisque son siège est à Clermont-Ferrand, française ensuite puisque son symbole est quasiment devenu un symbole national, mondiale surtout3 » constitue un groupe de 130 000 personnes dont seulement 30 000 Français. Mon témoignage rapide sera double.

20Au sein du groupe Michelin, nous avons deux langues officielles : le français et l’anglais, mais le français est sa première langue. Nos gérants s’expriment en français, nos publications sont en français, de même que nos visioconférences, et nous tenons à ce que le français reste la langue de dialogue des cadres. Tous les cadres qui intègrent le groupe, qu’ils soient Français, Russes ou Brésiliens, etc., intègrent un séminaire de deux mois, qui a pour but de leur faire comprendre les problématiques et l’organisation du groupe. Ce séminaire se déroule en français.

21Le français est la langue que nous utilisons principalement dans nos équipes pluridisciplinaires, techniques comme administratives. Mais loin de moi l’idée de dire que l’anglais n’est pas utilisé. Il est évident que l’anglais, notamment, est très présent dans nos structures commerciales. Lorsque nous allons discuter les contrats avec Toyota ou avec Ford, c’est bien sûr l’anglais qui est utilisé, mais la première langue du groupe reste le français.

22Le second témoignage qui fait que j’ai été sollicité pour participer à cet échange, c’est l’expérience pratique que j’ai vécue ici à Cholet. Michelin a constitué des ensembles binomiaux entre les sites industriels français qui ont de l’ancienneté et une bonne connaissance de nos produits, et des sites industriels récemment développés dans d’autres pays. Dans ce schéma, le site de Cholet a monté un partenariat avec un site en Pologne situé à l’ouest de Varsovie. Il s’organise autour de l’usage de deux langues, le français et le polonais. Nous avons accueilli des Polonais en France pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois ou plusieurs années. Ils ont préparé leur séjour en apprenant le français et nous les avons accompagnés ici en leur enseignant le français, en les tuteurant. Puis ils sont repartis en Pologne, mais nous dialoguons avec eux pour les aider à démarrer leur activité et le dialogue se fait en français. Symétriquement, les Choletais qui sont partis sur place les aider, ont appris le polonais et continuent sur place de se perfectionner.

23Voilà le double témoignage que je voulais évoquer en préambule : celui d’une politique de groupe qui utilise deux langues, le français et l’anglais et celui d’une expérience vécue en tant que DRH d’un site en France en partenariat avec un autre pays, la Pologne, avec des échanges dans leurs deux langues : le français et le polonais.

  • 4 Directeur des ressources humaines de Michelin-Cholet.

24Géraud de Boisset4

L’expérience originale de l’ESSCA d’Angers

25L’ESSCA est positionnée sur un marché ; j’y effectue des tâches qui se rapprochent plus du commercial. Ceci dit, j’apprécie néanmoins de me trouver dans une salle de classe avec mes étudiants... auxquels je m’adresse également en anglais !

26L’ESSCA c’est une entreprise intéressante et symptomatique, d’abord parce que, comme vous l’avez indiqué, elle doit vivre de ses ressources, c’est-à-dire presque exclusivement des frais de scolarité. Nous sommes donc une entreprise qui offre un produit sur un marché. Il faut vraiment intégrer ce fait. Ce marché, pendant 90 ans, fut d’abord local, régional et la plupart du temps national. Aujourd’hui encore, beaucoup de nos recrutements se déroulent dans le grand Ouest et la région parisienne. Mais depuis dix ans ce marché est devenu global, de manière inexorable et irréversible. Nous avions alors le choix : ou rester une « petite » école de Maine-et-Loire recrutant jusqu’à Saint-Nazaire, ou jouer dans la cour des grands. Vaut-il mieux nager dans la globalisation sans attendre ou se perdre dans des discussions sur le fait de savoir si l’on est pour ou contre la mondialisation qui déferle sur nous ? L’ESSCA a choisi de relever le défi de la globalisation. Et c’est possible, même dans une ville comme Angers qui, pour un Chinois ou un Indien s’intéressant au business international, doit apparaître un petit peu comme Brasov pour un Français !

27Comment avons-nous fait ? Ce qui reste très important pour nous figure sur le petit chevalet posé devant moi : il est écrit « ESSCA ». Le A, c’est le A d’Angers. Ce A fait partie de notre nom : dire ESSCA d’Angers, c’est déjà un pléonasme. Le A est notre racine, nous voulons être identifiés comme une PME française. Ce A nous fait rejoindre le thème de notre table ronde qui est celui de la différenciation.

28Maintenant nous opérons sur un marché qui est celui du management de la gestion du commerce. C’est le domaine de l’enseignement supérieur qui est le plus mondialisé. Le business est par définition mondial et nous sommes tous en concurrence directe avec un grand nombre de concurrents qui sont de taille supérieure, extrêmement attractifs parce qu’anglo-américains principalement. Nous avons relevé ce défi de plusieurs manières et pour nous, cette volonté de figurer dans cet espace globalisé se traduit dans une dialectique inhérente à la globalisation : il ne s’agit pas seulement de se différencier, mais de trouver un équilibre juste entre s’adapter aux contraintes auxquelles on est exposé et se différencier en même temps pour se démarquer de la concurrence. 11 s’agit donc de se globaliser en n’oubliant pas ses racines.

29Le résultat est positif. Après Angers, Cholet, Paris et Budapest, nous ouvrons notre 5e campus en septembre 2006 à Shanghai. Il permettra à nos étudiants d’effectuer une année en Chine et servira de plate-forme pour le recrutement d’étudiants chinois qui désirent venir en France pour étudier. Voilà tout l’intérêt de ce schéma : des étudiants en provenance de Hongrie, de Chine, d’Inde, de pays surtout asiatiques, s’intéressent au business international, mais ils ne veulent pas faire leurs études dans une université anglo-américaine. C’est là que la différenciation peut jouer son rôle. Nous n’avons pas essayé de copier ce qui se fait dans le monde anglo-américain, nous avons clairement identifié notre offre sur le marché comme étant une offre française.

30Cependant il nous faut nous adapter aux contraintes internationales en enseignant en anglais. Notre programme principal est en français et contient une forte dose d’enseignement linguistique avec des cours effectués en anglais. Nous avons également des programmes nationaux enseignés entièrement en anglais. De cette manière, nous attirons un certain nombre de jeunes étudiants. Comme je l’ai indiqué à M. Harzic lors de notre discussion préparatoire, beaucoup d’entre eux passent par l’Alliance française qui constitue un premier point de contact avec la culture française. Ils s’intéressent à la France, mais n’oseraient pas venir y étudier si l’enseignement était uniquement dispensé en français.

31Vous voyez donc qu’il y a une sorte de recherche d’équilibre : la culture du commerce, la civilisation française que nous pouvons leur enseigner passent par le programme effectué au sein de notre institution, même si les cours sont donnés dans la langue du business global, c’est-à-dire en anglais. Par cette manière de procéder, nous n’avons pas l’impression de renier nos racines (surtout pas moi qui n’ai pas le français comme langue natale !). Nous ne sommes pas dans une logique de défense, mais de développement et si ce développement revêt un intérêt mondial pour la France et peut passer par quelques cours en anglais, je dirais que c’est « tout bénef » ! En bon français, le bilan est très positif.

32Simultanément, en interne, nous sommes dans une phase d’internationalisation. Chacun d’entre nous, que ce soient les professeurs, les standardistes, les administratifs, etc., chacun d’entre nous suit les cours d’anglais puisque le monde qui nous entoure utilise cette langue. Nous avons passé un audit d’accréditation internationale au mois de janvier. Des personnes nous ont « audités » pendant une journée et demie ; elles n’étaient pas capables de dire bonjour, au revoir en français, tout s’est passé en anglais. Ce label, il nous fallait l’avoir pour jouer dans la cour des grands.

33Pour l’ESSCA, le choix impératif à faire était de s’adapter. Nous l’avons fait sans aucune nécessité de renier notre « francitude ». Tel est mon témoignage : moins le point de vue d’un professeur que celui d’un représentant d’une entreprise française de Maine-et-Loire.

  • 5 Professeur à l’École supérieure des sciences commerciales d’Angers, l’ESSCA.

34Albrecht Sonntag5

L’action de Radio France Internationale

35RFI est une assez grosse usine à gaz, j’en parle facilement parce que mes patrons ne sont pas là ! C’est en tout cas une entreprise qui diffuse dans des langues très différentes sur des gammes d’ondes très différentes. Mais il y a également un service central en français qui est, de très loin, le squelette principal de cette radio.

36Il y a deux grands médias francophones internationaux : l’un, télévisuel, TV5, opérateur de la Francophonie qui n’est pas un média à proprement parler français ; l’autre, radiophonique, RFI, qui fait partie du service public français. Bien qu’il ait quitté le giron de Radio France pour des raisons internes, il fait quand même partie du service public radiophonique.

37RFI diffuse en Ile-de-France, mais nulle part ailleurs en France pour des raisons un peu compliquées. RFI diffuse en Afrique subsaharienne, beaucoup dans le Maghreb, un peu en Europe de l’Est, moins encore au Proche-Orient et aux Antilles non françaises. La radio des Antilles françaises est Radio France Outremer (RFO) avec laquelle RFI a un certain nombre de liens. Entre les deux, il y a des échanges d’émissions et en particulier d’émissions de RFI qui passent sur RFO. Mais ce n’est pas sous cet emblème que les émissions sont entendues aux Antilles, sauf dans des îles des Antilles qui ne sont pas des îles françaises, en particulier en Haïti où RFI est la première radio écoutée et de très loin... Il y a également un certain nombre de villes et en particulier en Amérique du Nord où l’on reçoit RFI : New York, Boston, Washington, etc. Au Québec, RFI est moins connue ; elle n’y a certainement pas la place qu’elle a, par exemple, dans l’Afrique francophone.

38La conséquence de tout cela est que je travaille pour une radio qui diffuse pour une grosse majorité d’auditeurs dont le français n’est pas la langue maternelle. Nous nous adressons en français à des gens qui nous captent, nous écoutent ; mais nous parlons pour eux une langue étrangère. Ce qui a pour seconde conséquence que la direction de RFI a décidé de faire des émissions sur la langue française. Ce n’est pas le cas, par exemple, sur TV5 où il n’y a pas vraiment d’émission consacrée à la langue française, à l’exception, depuis peu, de la petite émission animée par Bernard Cerquiglini, l’ancien délégué général à la langue française bien connu des Lyriades. Il y a, par contre, un très gros service d’apprentissage du français à partir de TV5, mais il utilise les émissions qui parlent de sport, de spectacle, d’économie comme premier matériau à partir duquel on pourra faire travailler les élèves qui veulent apprendre le français. À RFI, la direction de la radio a décidé de consacrer un certain nombre d’émissions à notre langue. C’est ainsi que je fais deux émissions quotidiennes sur le français, dont l’une, « la Danse des mots », est une petite pastille de trois minutes sur l’évolution de la langue et de ses usages. Elle reprend un mot de l’actualité (je sors à l’instant du collège Joachim Du Bellay où j’ai enregistré le magazine prochainement diffusé qui sera consacré aux Lyriades) et constitue une aide à la compréhension de l’actualité qui tente de décrypter, pour les auditeurs, le jargon médiatique.

39M. Harzic a commencé par une anecdote, je vais y aller de la mienne.

40Il y a quelques années j’étais au Bénin pour préparer une émission, (avais dû quitter Cotonou pour aller au nord du pays. Obligé de louer une voiture, j’avais donc un chauffeur avec lequel je me suis très bien entendu. Je lui ai demandé :

41« Quelle langue parles-tu avec ta famille ?

42– Avec ma femme je parle français. Ce n’est pourtant pas ma langue maternelle, mais nous parlons français entre nous, parce que, originaires de deux régions du Bénin, moi de Cotonou, elle du nord, nous avons deux langues maternelles très différentes. Même si nous partageons quelques langues africaines, nous avons trouvé plus pratique de parler français. »

43Comme langue conjugale, c’était la langue qu’ils avaient choisie, pour des raisons de convenance. Cela signifiait qu’ils avaient reçu une éducation qui participait du français et qu’ils transmettaient à leurs enfants. En tant que couple, ils parlaient français à leurs enfants, mais chacun respectivement parlait avec eux dans sa langue maternelle. Cela crée une espèce d’univers trilingue qui correspond bien à l’image de ce qui peut se passer en Afrique et qui est assez éclairant, me semble-t-il, sur les usages du français.

44Les personnes qui m’ont précédé ont parlé du français d’une façon plus professionnelle et plus commerciale dans ses rapports avec la mondialisation des échanges. Mais il est important de souligner qu’il y a aussi, hors de France, un usage du français dans les usages relationnels, et pas seulement privés. À ce stade de mon propos, je voudrais revenir sur ce qui se passe en Afrique. Il ne faut pas faire d’angélisme autour de la langue française et penser qu’elle amènera tous ceux qui l’utilisent à être plus gentils, plus démocrates, plus ouverts. La pratique du français ne va pas supprimer les guerres. Hélas ! Néanmoins, l’usage du français est incontestablement positif lorsqu’on fait le constat qu’il y a autour de l’utilisation des très nombreuses langues africaines, des codes extrêmement compliqués de préséance, en particulier pour des gens qui doivent dialoguer et dont la langue maternelle est différente : si je te parle dans ma langue, c’est un rapport de force qui va s’établir, de même si je parle la tienne. Mais si tous les deux, nous décidons de parler une tierce langue, cela va assurément mettre à distance ce rapport de force, même si le dialogue s’en trouve affadi. Il y a un exemple tout à fait éclairant dans la corne de l’Afrique par exemple : dans les anciens territoires des Afars, quelle langue parle-t-on ? Il y a des ethnies qui ont des relations difficiles et pour qui le recours à une langue est symboliquement extrêmement important. Il y a deux possibilités d’échapper à cette tension potentielle : soit de parler arabe, soit de parler français, parce que ni l’arabe ni le français ne sont des langues maternelles dans ces pays-là. Il se trouve que l’arabe est utilisé plutôt pour les relations commerciales et que le français l’est plutôt dans les relations politiques.

45Une fois de plus, ce n’est pas le fait que l’usage du français soit plus ou moins important qui évitera ce qui s’est passé au Rwanda, il y a un peu plus de dix ans, ou qui pourrait éviter que la situation ne devienne explosive en Côte-d Ivoire. Mais malgré tout, je pense que c’est quelque chose qui peut y contribuer assez largement. Précédemment, j’ai entendu parler du « globish ». De façon spontanée, je n’ai que mépris et condescendance pour cet usage simplificateur, voire simpliste de l’anglais. Malgré tout, le fait même que le terme « globish » existe est bien la preuve que l’anglais a réussi. Et quand une langue a réussi au point où l’anglais a réussi, il me paraît tout à fait nécessaire et inévitable que cette langue soit parlée selon toute une échelle de degrés de compétence : il y a des gens qui la parleront très bien, d’autres moins bien, et puis d’autres qui sauront dire simplement « combien cela coûte ? » ou « je veux faire ci ou ça » et qui ânonneront cette langue de façon plus ou moins arrogante ou prétentieuse.

46Mais en même temps, je crois que l’on aurait tort de trop se moquer d’une utilisation un peu balbutiante d’une langue. Le fait qu’on veuille l’utiliser et qu’on l’utilise mal, c’est néanmoins rendre hommage à cette langue et témoigner du fait qu’on a un désir pour cette langue. Le problème c’est qu’il faudrait éviter au niveau mondial qu’il y ait un désir ou une mode pour une seule langue. Lorsque l’on entend des personnes s’exprimer en anglais devant un auditoire qui comprendrait directement en français ou qui pourrait comprendre très bien la traduction de leurs propos dans leur langue maternelle, cela a quelque chose de ridicule ou de snob. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’ils s’expriment en anglais, alors même que l’anglais n’a pas été pour eux leur langue d’enseignement. Cela peut être vrai pour d’autres langues, dont le français lui-même.

47À partir du moment où une langue est une langue internationale, dont le statut est reconnu, qui a cette reconnaissance et cet éparpillement internationaux, qui est utilisée pour être une langue d’apprentissage, on pourra alors s’en servir pour faire passer beaucoup d’autres choses. Mais utiliser une langue dans laquelle on n’a jamais rien appris, une langue que l’on considère uniquement comme une langue à la mode et pas comme un vecteur de savoirs et de compétences pour essayer de se saisir d’une certaine réalité, une langue qui n’a pas été un support pédagogique, cela reste quelque chose d’artificiel. C’est pourquoi je pense que RFI a une grande mission devant elle dans la mesure où cela permet à des gens d’apprendre le français, d’apprendre des choses et à d’aller à l’école en français.

48Mais pourquoi les gens écoutent-ils RFI ? En effet, les gens qui ne parlent pas du tout le français ne peuvent pas écouter RFI, en français en tout cas. D’autres, en revanche, qui parlent un petit peu le français, peuvent essayer d’entretenir leur français et de l’améliorer grâce à une radio comme RFI ; c’est ce que recherche la majorité de nos auditeurs.

49Une autre partie importante de nos auditeurs est constituée de ceux qui utilisent le français, pour deux ou trois raisons très simples : parce qu’il y a beaucoup d’apprenants en français qui ont des difficultés à se procurer des livres, trop peu nombreux ou trop chers ; parce que RFI donne aux enseignants et à leurs élèves une offre permanente de supports pédagogiques renouvelée tous les jours et totalement gratuite ; parce que la radio est le média par excellence de l’oral, bonne façon de faire passer le français.

50À ce propos, je voudrais souligner qu’en français langue étrangère, moins qu’en français langue maternelle cependant, il y a primauté de l’écrit sur l’oral, notamment au niveau de l’évaluation. L’enseignant évaluera toujours les progrès de ses élèves grâce à un exercice écrit, même pour noter une compétence à l’oral. C’est une absurdité complète. Et je ne peux que regretter qu’on continue à avoir cette idéologie de l’écrit qui plombe l’enseignement des langues.

  • 6 Journaliste à Radio France Internationale.

51Yvan Amar6

« Les bons moments en français »

52Puisqu’on en est aux anecdotes, il y en a une qui m’est revenue en mémoire et qui va tout à fait dans le sens des propos entendus à l’instant. Je suivais Boutros Boutros-Ghali alors secrétaire général des Nations Unies dans un grand voyage qui nous menait dans de multiples pays. Lors de la dernière étape, à Addis-Abeba, son épouse est venue nous rejoindre dans le petit avion qui devait nous conduire au Caire. À ma demi-surprise j’ai entendu le secrétaire général et son épouse, tous deux Égyptiens, parler en français. Je leur ai alors posé la question, un peu naïve et candide : « Comment se fait-il que vous parliez français ? ». Ils m’ont répondu tout simplement : « Nous nous sommes connus en parlant français. Nous partageons donc toujours les bons moments en français, mais quand il faut se disputer, nous parlons en arabe ! ».

53Après ce tour de libre présentation, venons-en maintenant au thème central du débat : langue et culture, éléments de différenciation dans la mondialisation. Autrement dit, la mondialisation est-elle un vecteur d’uniformisation des cultures et des langues ? Ou au contraire, la mondialisation, sous couvert de cette uniformisation, ne suscite-t-elle pas davantage de différences, de volontés de se distinguer ? Cette mondialisation en quelque sorte ne fait-elle pas renaître l’idée patriotique ? On l’a très bien vu à travers la récente polémique sur le patriotisme économique.

54Baudouin Bollaert

La différenciation par la langue et la culture dans la mondialisation

55Personnellement je pense que le vote sur la diversité culturelle qui a été adopté à une majorité écrasante (seulement quatre pays ont voté contre, deux ou trois se sont abstenus) démontre très nettement que la notion de diversité culturelle, pour ne pas dire de différenciation, est en train de gagner du terrain un peu partout.

56Je suis particulièrement attentif aux pays qui se trouvent en bordure de l’empire américain, et je rejoins tout à fait M. Amar quand il dit qu’on ne doit pas se moquer de l’anglais. Je suis angliciste d’origine. Reconnaissons à la langue anglaise son pouvoir de communication internationale sans oublier sa littérature et toutes les qualités éminentes de cette langue. Mais il est clair qu’à l’heure actuelle, on constate qu’il y a toujours une recherche de l’anglais obligatoire. L’usage de l’informatique a accentué ce phénomène : Internet étant devenu l’outil indispensable à tout le monde pour voyager, faire des affaires ou travailler, l’anglais a accentué sa prédominance.

57Néanmoins, il y a, dans beaucoup de pays, la recherche d’une autre langue. Cela doit nous faire plaisir parce que cette langue implantée sur les cinq continents, paraît propice à l’affectivité et par là attirante et utile. Cette langue est souvent le français.

58Prenons le cas de l’Amérique latine que je connais bien pour y avoir vécu longtemps. Il est clair que les deux langues de l’Amérique latine sont évidemment l’espagnol et le portugais. Dans certaines couches de la société, on parle l’anglais, mais les Français en visite ou en résidence sont assez stupéfaits de constater que bien souvent une autre langue – l’espagnol pour les lusophones, le portugais pour les hispanophones, mais aussi le français dans une moindre mesure – gagne du terrain. J’illustrerai ce constat par un exemple qui me revient en mémoire. Peu de temps avant de quitter ses fonctions, Lionel Jospin a conduit une mission au Brésil. À Brasilia, un interprète était évidemment prévu mais j’ai pu constater moi-même que les principaux dirigeants brésiliens, les ministres en particulier, répondaient en français aux questions posées en portugais. On le doit au rôle bénéfique des lycées français, des centres et instituts culturels, des Alliances françaises. Cela signifie que, dans beaucoup de pays, cette diversité culturelle est le fait d’un certain nombre d’élites, même – voire surtout – si elles parlent l’anglais en tant que langue principale de communication. C’est vrai à un niveau élevé, ça l’est également à un niveau plus modeste. Lorsque l’équipe de football du Mexique rencontre celle du Portugal en Coupe du Monde, si l’arbitre est italien, il est plus que probable que le dialogue s’engagera en anglais entre les joueurs portugais, mexicains et l’arbitre. Qu’on le veuille ou non, l’anglais, qu’il soit « globish » ou non, est la langue de la communication universelle.

59Mais, au fur et à mesure que cette langue gagne du terrain, on constate, particulièrement dans les pays anglophones, qu’il y a un besoin affirmé de diversification. Ainsi en va-t-il de l’Irlande qui entretient des échanges constants et importants avec la France. J’étais récemment à Dublin, une ville où résident des dizaines de milliers de Français et où 4 500 élèves et étudiants fréquentent une prospère Alliance française. Beaucoup de parents d’élèves de huit à quinze ans, interrogés sur la raison de savoir pour quelles raisons ils y ont inscrit leurs enfants, fournissent la même réponse : « parce que le français, c’est utile ; c’est la langue d’entrée dans l’Europe ». Beaucoup d’entre eux utilisent le terme de diversification culturelle et linguistique pour ajouter que c’est indispensable.

60Un grand écrivain en témoigne d’une autre manière : Assia Djebar, une Algérienne brillante – je le dis sans gloire aucune, nous étions sur les mêmes bancs d’hypokhâgne à Alger il y a un certain nombre d’années –, professeur de culture française à l’université de New York, qui va entrer dans quelques jours à l’Académie française, dit souvent que « la francophonie c’est le bilinguisme et mieux, le plurilinguisme ».

61Au Mexique, où je retourne prochainement, on considère que le français représente une forte alternative par rapport à l’anglais, nécessairement indispensable dans tout le pays du fait de la proximité des États-Unis ; quand vous ne parlez pas espagnol, vous parlez l’anglais. Mais vous pouvez également constater les progrès de l’espagnol aux États-Unis. J’en ai fait l’expérience à Miami. Poser une question en espagnol ne gêne plus grand monde, à telle enseigne que j’ai pu plaisanter avec des amis américains en leur disant : « vous vous êtes moqués de la loi Toubon imposant la place du français en France ! C’est la même chose que vous êtes en train de faire au Nouveau-Mexique, au Texas, en Californie ou dans d’autres états du sud. Vous rendez la langue anglaise obligatoire parce que vous vous rendez compte qu’avec les 30 millions d’hispanophones, les radios et les télés, il y a désormais de votre part un besoin de résistance ! ». Dans les faits, cela conduit les Américains à une forme de bilinguisme. C’est ainsi que beaucoup d’entre eux s’intéressent de plus en plus aux langues étrangères. En assistant à des réunions axées sur la francophonie, j’ai pu observer que des Américains défendaient très fortement l’idée que le français est une des langues du continent, qu’il fallait l’apprendre au même titre que l’espagnol. Cette langue a largement dépassé le français aux États-Unis, mais dans notre réseau de 147 Alliances, on a beaucoup d’Américains qui se battent pour une langue, la nôtre.

62J’ajouterais que dans les moments de crise, comme la plus récente avec les événements du Proche-Orient, les institutions franco-américaines jouent un rôle important d’apaisement dans les relations bilatérales. C’est exactement comme à l’époque du « Rainbow Warrior », quand le consulat de France à Perth fut incendié. Les Alliances et les lycées français d’Australie continuèrent, à Canberra, à Sydney, à Melbourne, parce qu’il s’agissait de structures australiennes. En effet, les Australiens disaient à leurs compatriotes que, malgré cet acte politique de terrorisme d’État, le français est important du fait de la présence de la France dans le Pacifique : la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie. On a même constaté une stupéfiante augmentation des demandes de visas en Australie. Beaucoup d’Australiens arrivent en France en se débrouillant en français grâce à des cours intitulés « Brush up your French » et veulent continuer de se perfectionner pour parler notre langue.

63Ce vote de l’Unesco est caractéristique d’une évolution que j’ai pu personnellement constater sur le terrain et c’est plutôt réjouissant. Le français facteur de diversité culturelle est une réalité et un besoin en bonne voie ; sans aucun mépris de l’anglais, sans aucune attitude chauvine ou de repli sur soi. Cette diversification linguistique s’effectue à tous les niveaux. Nous avons la chance d’avoir une langue française en plein développement pour un ensemble de raisons qui sont liées à l’économie mondialisée, mais aussi à ce que représente la France dans le monde sur les plans culturel, artistique ou politique. Je suis relativement optimiste quand je vois à quel degré les différents réseaux dont j’ai parlé, portent l’attrait pour la France. Le désir de France passe naturellement par le français et le plurilinguisme. C’est pourquoi nous valorisons simultanément les langues maternelles locales. Aujourd’hui, le malgache peut s’apprendre dans plusieurs Alliances françaises de Madagascar, comme le thaï dans celle de Bangkok ; personnellement, j’ai appris l’espagnol à l’Alliance française de Buenos Aires, le portugais à celle de Rio. Dans les pays du Golfe, on y enseigne l’arabe. Ces exemples – tous personnels, j’en conviens – sont évidemment symboliques. Mais force est de constater que dans nos différentes Alliances, ce ne sont pas seulement des autochtones qui apprennent notre langue, mais aussi des élèves en résidence, américains, anglais, allemands, japonais ou autres.

64Il doit y avoir échange linguistique et respect entre l’anglais et les autres langues. C’est le cœur du débat, surtout après ce vote sur la diversité culturelle. Cela ne veut pas dire que l’Amérique y perdra de sa présence économique et culturelle dans le monde, mais cela témoigne d’une prise de conscience forte en faveur du plurilinguisme, marque première de la volonté à exprimer sa différence face à la globalisation uniformisatrice.

65Jean Harzic

Les devoirs de la mondialisation

66Chez Michelin en tout cas, c’est l’idée que nous avons recherchée quand nous avons réfléchi à nos modalités de partenariat. Cela rejoint ce que disait M. Sonntag : il est important que l’ESSCA soit française. Le premier de ces devoirs, c’est de respecter les personnes dans leurs deux langues maternelles respectives. Dans un premier temps, nous avons développé notre partenariat avec nos amis polonais. S’ils ont appris le français avant de venir chez nous, quand ils sont arrivés avec leurs familles, nous avons mis en place des structures d’accompagnement pour que leurs enfants puissent continuer à suivre les cours de polonais, pour qu’ils puissent, tout en s’intégrant dans une école française, ne pas se séparer de leur culture d’origine. Car c’est très important pour eux. Nous nous sommes également organisés pour leur faire venir des journaux polonais, pour qu’ils aient des informations dans leur langue.

67De la même façon, lorsqu’aujourd’hui nous envoyons des Choletais et des Clermontois en Pologne pour aider nos partenaires polonais à démarrer leurs activités, nous mettons en place une structure scolaire avec des professeurs de français pour que les enfants français ne perdent pas leurs repères, ainsi que tout un ensemble de structures d’accueil et culturelles pour que les familles ne se sentent pas déstabilisées. Ils apprennent également le polonais et sont soutenus dans leur découverte de la culture polonaise. Mais on est très attentif à ce que les racines culturelles et linguistiques des expatriés ne soient pas perdues.

68Ce qui existe entre Cholet et la Pologne, notre groupe essaie de le développer de la même manière avec d’autres pays. Bien sûr, l’anglais est la langue du commerce, du business ! Bien sûr, le français et l’anglais sont les langues d’usage entre plusieurs partenaires, entre plusieurs usines ! Mais lorsqu’il y a des échanges d’équipes, des expatriations, du « binômage », on essaie vraiment de mettre en place des partenariats qui doivent nous permettre de respecter les langues d’origine, pour que, par exemple, un collaborateur espagnol et sa famille, qui vont séjourner longtemps en Hongrie, puissent garder leur langue et leur culture.

69Géraud de Boisset

Les langues d’usage dans les affaires

70Pour rebondir sur la question des langues d’usage dans les affaires, je veux dire très nettement que le bon sens même veut qu’on utilise la langue d’origine quand on doit rencontrer quelqu’un pour faire du commerce, pour vendre ou acheter quelque chose. On utilise si possible la langue de celui à qui l’on veut plaire, car dans toute relation de ce type, beaucoup de séduction entre en jeu. Si c’est une langue que l’on ne maîtrise pas, comme le slovaque par exemple, il est rapide d’apprendre quelques mots et chacun d’entre nous sait combien cela fait plaisir ! Si dans une discussion menée dans une langue tierce, quelqu’un glisse un petit « guten Tag », c’est autre chose ! Dans notre travail quotidien nous y attachons beaucoup d’importance. Cela commence avec une certaine ouverture d’esprit dès l’entrée dans notre école. Cette ouverture à l’international est un des critères décisifs lors des examens d’admission oraux. C’est quelque chose que l’on essaie de sentir très vite auprès des candidats.

71La deuxième chose est qu’au cours des cinq années durant lesquelles les jeunes travaillent avec nous à leur formation, nous attachons une extrême importance à la médiation culturelle qui se traduit par le respect des différences culturelles que l’on est certain de rencontrer dans un marché du travail mondialisé.

72Cette prise de conscience, pour laquelle les Anglais ont une expression fabuleuse : le « cultural awareness », traduit exactement ce que nous recherchons. Cette manière d’appréhender la diversité culturelle et linguistique culmine dans le fait que personne, à l’ESSCA, n’est diplômé s’il n’a pas passé au moins un semestre à l’étranger. Certes, en si peu de temps, il ne peut pas maîtriser l’ensemble des différentes cultures qu’ils risquent de retrouver au cours de sa carrière professionnelle, mais il doit avoir eu ce type d’expérience d’immersion totale qui l’oblige à rechercher toutes les possibilités d’expression de son respect pour la culture d’origine de son interlocuteur, même s’il doit poursuivre l’échange en anglais. Une fois qu’on a appris cela sur une durée significative, on est capable de reproduire cette expérience, même si le hasard de la vie professionnelle vous transplante dans un contexte différent.

73La sensibilisation à cette affirmation du respect envers autrui est essentielle. Elle se situe pour nous au même niveau que les techniques de comptabilité ou de marketing. Cet élément de la formation de nos étudiants est très important ; il est valorisé par l’ensemble du corps professoral de l’ESSCA.

  • 7 Intervention de Baudouin Bollaert.

74Cette notion fondamentale du respect de la culture des autres me rappelle un souvenir7. Lorsque j’étais chef du bureau de Bruxelles pour Le Figaro, j’avais fait la connaissance du PDG du groupe Suez, M. Gérard Mestrallet. Il s’était installé à Bruxelles car il présidait une très grande entreprise belge, la Société générale de Belgique. M. Mestrallet avait alors fait l’effort d’apprendre le flamand, chose très rare à l’époque. Il le parlait très bien et il rédigeait tous ses discours dans les deux langues. Je pense que c’est une approche très efficace à partir du moment où il faut séduire des clients. C’est la bonne méthode.

75Albrecht Sonntag

Une norme franco-française

76Je voudrais rajouter quelque chose à ce qui vient d’être dit parce qu’il me semble qu’on le dit trop peu ; ou c’est moi qui ne m’en suis pas assez soucié jusqu’à maintenant. Je crois que le français possède un handicap par rapport à d’autres grandes langues d’usage international : le français est extraordinairement centré encore aujourd’hui autour d’une norme franco-française qui n’apprécie guère les variantes.

77Ce n’est pas du tout le cas de l’anglais. D’ailleurs sait-on ce qu’est l’anglais ? Il y a des langues anglaises partout dans le inonde, un anglais à chaque fois différent. Il y a l’anglais qui se parle en Grande-Bretagne, celui des États-Unis. Mais il y a aussi les différents anglais de l’ancien Empire colonial qui se parlent avec des histoires, avec des normes très différentes, sans que cela pose problème. Il existe ainsi plusieurs littératures anglophones : une littérature nigériane, indienne, srilankaise, australienne, aussi bien qu’anglaise ou américaine.

78Pour l’espagnol c’est un peu la même chose. L’espagnol s’est implanté en Amérique du Sud de façon si vaste et si ancienne que maintenant les gens qui sont à Mexico, Bogota, Caracas, Buenos Aires ou ailleurs, ne vont pas du tout se demander si leur espagnol est bon par rapport à l’espagnol castillan des Madrilènes. Ils parlent espagnol, un point c’est tout. C’est la même chose pour le portugais. Dans l’espace lusophone, il y a le portugais du Brésil qui est différent du portugais de Lisbonne.

79Pour le français, c’est très différent, même si, il est vrai, il y a le Québec. C’est le seul endroit où il y a une norme spécifique qui soit ancrée de longue date dans la langue, qui est d’ailleurs sujette à débat ; toujours est-il que l’on ne s’interroge plus là-dessus. Partout ailleurs où la langue française est parlée, et même si cette langue est importante en locuteurs, nous nous posons la question de savoir si elle doit être parlée comme on la parle en France. Je pense en particulier aux pays francophones d’Afrique. Doit-on essayer de parler comme on parle à Paris ? J’ai posé la question à un certain nombre d’enseignants africains que j’ai rencontrés, en particulier au Cameroun et au Sénégal afin de savoir si cela les gênait dans leurs conversations courantes d’employer des sénégalismes et des camerounismes. Mes interlocuteurs étaient tout fiers de m’affirmer que cela ne les gênait en rien du tout et qu’ils étaient très contents d’avoir tel mot, telle expression différents des nôtres, d’avoir cette liberté, cette couleur de la langue qui les différenciaient. « Mais lorsque nous enseignons, me disaient-ils, vous comprenez bien qu’il faut essayer d’enseigner le français de Paris ! » Je comprends très bien quelle est la logique de cette réponse mais néanmoins, cela manifeste presque un temps de retard qui s’explique à la fois par l’histoire et par la géographie du français sur ces trois autres langues que sont l’anglais, l’espagnol et le portugais.

80Yvan Amar

La présence de l’Alliance française dans le monde

81J’allais dire avec prétention que le soleil ne se couche jamais sur l’empire de l’Alliance, mais n’exagérons rien ! Il y a en effet deux pays, et non des moindres, dont un est représenté à cette table, dans lesquels l’Alliance n’est pas présente : l’Allemagne et la Turquie. C’est une très longue histoire.

82L’Allemagne tout d’abord. En France, à son égard, certaines mentalités françaises n’ont pas évolué depuis 1945 ; c’est un peu gênant. En effet, pour quelques politiques français, donner à des Allemands le contrôle d’Alliances est difficile à accepter. J’ai reçu des délégations venant de Heidelberg, vieille cité universitaire européenne, et d’autres villes, qui souhaitaient ardemment ouvrir des Alliances en Allemagne. J’ai rencontré une franche hostilité, une opposition radicale du Quai d’Orsay ! Cela participerait de l’emprise du politique sur le culturel dans le cadre de la très symbolique amitié franco-allemande, mais aussi notamment du fait qu’un certain nombre de fonctionnaires du Quai d’Orsay peuvent difficilement envisager une structure sous la forme d’association. Alors tous les ans, au moment des grandes réunions de l’été, quand les personnels des Alliances dans le monde viennent pour ce que l’on appelle les grandes journées du réseau, je pose la question soit au ministre, s’il est présent, soit au secrétaire général du Quai d’Orsay en disant : « en Allemagne, quand va-t-on avoir une représentation franco-allemande ? ».

83Signalons néanmoins que l’Alliance française à Roseau, capitale de la Dominique, a un directeur allemand, que l’on a ouvert tout récemment à Glasgow un centre franco-allemand très actif, que celui, récemment inauguré, de Santa Cruz de la Sierra en Bolivie a vu d’un seul coup une augmentation de 15 % des élèves en allemand et en français et des effectifs à parité entre les deux langues, qu’en Pologne, on a fait de même, etc. Enseigner dans le même lieu deux langues comme l’allemand et le français, c’est vraiment une formule d’avenir.

84On pourrait très bien imaginer en Allemagne des structures allemandes de cette forme ; cela a failli se faire à Francfort. À Aix-la-Chapelle, par exemple, on a un centre franco-allemand, mais il ne veut pas s’appeler Alliance parce que ça bloque au niveau des hauts fonctionnaires français. Cette idée, patiemment, est en train de prendre corps. J’espère en effet qu’on va arriver prochainement à répondre aux sollicitations amicales des Allemands. Les personnalités de Heidelberg (où l’on a fermé le centre culturel géré par le gouvernement français) sont prêtes à ouvrir une Alliance franco-allemande... Si l’une s’ouvre à Glasgow, ce serait un comble qu’il n’en soit pas de même à Heidelberg !

85En Turquie, pour des raisons différentes, nous n’avons pas une seule Alliance. C’est un problème de structure juridique à peu près du même ordre que dans les anciens pays d’Europe de l’Est de l’époque communiste. En Union Soviétique comment un interprète pouvait-il traduire le mot association, puisque toute forme d’association était interdite. Pourtant, à Cuba, l’Alliance est présente mais son régime statutaire est assez particulier.

86Aujourd’hui en Pologne (où l’on a 14 alliances), en Bulgarie, en Roumanie, en Russie, en Chine, on a des Alliances qui sont florissantes. Deux fonctionnaires des Affaires étrangères ont considéré que, dans une ville comme Saint-Pétersbourg, il y avait deux structures en concurrence, un centre culturel et une Alliance, et qu’il fallait fermer cette dernière. Ignoraient-ils que ce sont les Russes qui la gèrent ? On ne peut pas leur dire de fermer leur maison ou alors, c’est faire preuve d’un colonialisme désuet ! Les Russes ont très mal pris cette demande. Le consul général de France, diplomate intelligent et courageux, m’a alors proposé de mettre à la tête de l’Alliance Mikhaïl Pietrovski. Qui est M. Pietrovski ? En Russie et en dehors, tout le monde connaît ce nom. M. Pietrovski est un personnage considérable, c’est le conservateur du Musée de l’Ermitage... tout petit musée, toute petite personnalité ! Il parle un français tout à fait remarquable, il parle encore mieux l’anglais, et j’ai senti qu’à travers la peinture et bien d’autres choses encore, il avait une grande affection pour la France. À partir du moment où Mikhaïl Pietrovski a pris ses fonctions de président de l’Alliance franco-russe de Saint-Pétersbourg, celle-ci est devenue intouchable. Grâce à lui, elle s’est encore développée et a atteint un grand rayonnement, ce qui montre l’utilité d’une personnalité de premier plan.

87Jean Harzic

Le patriotisme économique

88Je pense que les réticences qui se sont exprimées, non seulement en Allemagne, mais aussi dans le monde anglo-saxon, sont parfaitement compréhensibles. Il s’agit en effet d’une expression stéréotypée qui veut exprimer l’attachement, la préférence même, à l’économie de la nation... alors que l’on sait fort bien que les entreprises de grande importance, « stratégiques » – c’était l’adjectif clé dans ce discours – sont souvent tenues par des détenteurs d’actions multinationales, dispersées, anonymes.

89L’appel au patriotisme économique s’explique par ce qu’on peut appeler la dialectique de la globalisation. Celle-ci, avec son mouvement d’uniformisation, d’homogénéisation, de standardisation, suscite des réticences. Elle éveille un désir de résistance, elle pousse les sociétés dans leur ensemble à se replier vers ce qu’elles connaissent, vers des repères qui leur sont familiers. Les politiques ne sont que les porte-parole de la société.

90Le repère le plus familier que l’on puisse trouver dans l’histoire récente de l’Europe occidentale, c’est l’État-nation, c’est notre fondement identitaire le plus fort. Je le regrette parfois, mais je le constate. Le terme de patriotisme, connoté assez positivement en France, peut donc servir à susciter un petit réflexe positif du côté de l’électorat. C’est comme cela qu’il a été vu par les médias, la presse et les leaders allemands qui n’hésitent pas, eux non plus, à utiliser les armes du patriotisme économique en gardant, par exemple, une minorité de blocage chez Volkswagen... mais sans le dire.

91En somme, le patriotisme économique est une expression, une attitude qui sont nées de ce désir de résister à ce que j’appelle le déferlement de la globalisation, désir compréhensible, mais attitude assez vaine parce que non constructive. Qui dit patriotisme économique dit tendance vers la fermeture. Quand on se ferme sur soi-même, on ne peut pas, dans le même temps, vouloir exporter plus et conquérir de nouveaux marchés. La globalisation est un mouvement d’ouverture et non de fermeture.

  • 8 Complément de Géraud de Boisset.

92On est plutôt pragmatique, parce qu’il faut vendre8. Il me semble cependant que notre entreprise a toujours affiché que nous étions une entreprise française. Nous avons une certaine fierté à être né sur le Vieux Continent. Nous sommes sur un marché où il y a trois grands acteurs qui sont chacun sur un continent : un japonais, Bridgestone, un américain, Goodyear, et un français qui s’appelle Michelin, un français évidemment européen.

93Mais, au fil du temps, nous faisons preuve de pragmatisme, par exemple, lorsque nous nous sommes implantés de manière forte aux États-Unis en rachetant la marque américaine BFGoodrich. Nous nous appuyons beaucoup sur elle pour nous développer en Amérique du Nord. Le pragmatisme va donc être notre ligne directrice parce qu’aujourd’hui nous avons plusieurs marques, françaises et américaines, et que nous essayons de les positionner en fonction de nos clients et de leurs typologies. Mais nous n’en restons pas moins une entreprise française et ne cachons pas le fait que nous sommes français et européens. Je dirais en termes de boutade que ce qui fédère les équipes Michelin, c’est le bonhomme Michelin, c’est Bibendum, mot... latin !

94Albrecht Sonntag

Conclusion : La présence culturelle et linguistique de la France

95[Le public] On peut constater actuellement un net recul de la francophonie en Algérie. On le voit à travers une maîtrise de moins en moins bonne du français, on le voit à travers le lectorat francophone qui stagne, pour ne pas dire qui recule. Certes la politique d’arabisation du pouvoir en place explique en grande part ce déclin du français. Y a-t-il dans la présence culturelle et linguistique de la France en Algérie une stratégie d’action pour rattraper le temps perdu ?

96[Jean Harzic] Quand vous parlez de stratégie et d’action, je crains que ce ne soit vrai, ni en Algérie, ni ailleurs. J’ai demandé à des amis qui ont été en poste en Algérie quelle était la politique culturelle et linguistique de la France dans ce pays. La réponse a été qu’ils n’avaient reçu aucune instruction de Paris !

97Pour revenir au début de votre question, on se heurte à l’impossibilité de voir des Algériens prendre en main la présence culturelle de la France dans leur pays. À plusieurs reprises, ils ont eux-mêmes demandé la création d’une Alliance franco-algérienne, à Tizi-Ouzou par exemple, en grande Kabylie, où il n’y avait pas de présence culturelle française officielle. Comme pour le cas précédent de l’Allemagne, j’ai reçu le même accueil froid du Quai d’Orsay. Il y a des pays comme l’Allemagne et l’Algérie (ils ne sont pas très nombreux, mais ils existent) où vous vous heurtez, en France, à des refus de principe quand il s’agit d’accepter un projet d’Alliance, émanant pourtant de leurs propres ressortissants. Nos diplomates n’ont pas la moindre envie de répondre favorablement car ils considèrent que cela relève du rôle de l’État tout puissant et non pas d’une association franco-allemande ou franco-algérienne, telle que serait l’Alliance.

98L’histoire des relations avec ces deux pays dans un passé récent n’explique qu’en partie cette réaction. C’est aussi malheureusement le fait de la conception étatique très centralisée du pouvoir politique français qui explique que, pour beaucoup de fonctionnaires du Quai d’Orsay, la culture, et donc la langue française, ne sauraient être diffusées que par les organismes d’État.

99Quand Mme Girardin, ministre déléguée à la Coopération, au Développement et à la Francophonie, mentionne 295 Alliances, cela signifie qu’elle fait totalement abstraction des 800 autres, celles qui ne sont pas directement aidées par la France ! S’il y avait 30 Alliances en Algérie, elles ne seraient pas comptabilisées puisqu’elles ne seraient ni aidées ni contrôlées par la France. Songez que les établissements contrôlés par le gouvernement portent le joli nom d’« emprise française » ! L’Alliance française se situe en dehors de ce cadre, parce qu’elle est, en premier lieu, une structure associative. Serait-ce que l’on ne peut pas bien servir l’intérêt national ainsi que le pays d’accueil si l’on n’est pas totalement inféodé au pouvoir politique ? Là est la vraie question. Elle se pose pour l’Algérie, comme ailleurs dans le monde entier, au Brésil comme à Madagascar.

100La ministre de la Culture malgache a déclaré lors d’une réception officielle à laquelle je participais : « notre message ne pourra être que malgache, mais la langue pour le diffuser ne pourra être que le français ». C’est une remarque qui m’est allée droit au cœur. À la sortie, notre ambassadeur ou son conseiller culturel a déclaré ne pas comprendre la notion de « message malgache ». Cet exemple illustre le fait que des diplomates raisonnent encore comme cela. Ne nous étonnons pas si d’aucuns disent que la Francophonie est une sorte de survivance coloniale.

101Le résultat de tout cela en Algérie, comme vous l’avez souligné, c’est le recul de la langue française, accentué, il est vrai, par les coups de boutoir du pouvoir politique algérien, hostile à la France dans le contexte actuel. Les relations entre nos deux pays ne sont pas bonnes. Cela ne devrait cependant pas empêcher l’existence de structures algériennes dans un certain nombre de villes à partir de petits groupes volontaires qui pourraient se développer ensuite. Je suis persuadé qu’une Alliance française est possible à Tizi-Ouzou avec 20 à 30 élèves au démarrage pour finir avec 200 ou 300. Pour moi, natif d ’Algérie, ce sera le plus beau jour de ma vie que celui où je pourrai inaugurer l’Alliance française de Tizi-Ouzou.

102À Tizi-Ouzou comme à Heidelberg ou ailleurs, il est de la plus extrême importance que de nombreux projets émanent du terrain, sous l’impulsion ou non de l’Alliance de Paris : une Alliance algérienne, turque, allemande, malgache, etc. C’est aussi de cette façon qu’on favorisera l’expansion et l’apprentissage de la langue française dans le monde, au bénéfice de notre culture et de notre économie.

103Jean Harzic

Notes

1 Synthèse de la table ronde qui s’est tenue à Cholet le jeudi 18 mai 2006, sous la présidence de Joseph Grimaud, président de la chambre de commerce et d’industrie du Choletais, et animée par M. Baudouin Bollaert, journaliste, ancien rédacteur en chef au Figaro, intervenant à Sciences-Po Paris.

2 Ancien secrétaire général de l’Alliance française.

3 Citation de Baudouin Bollaert.

4 Directeur des ressources humaines de Michelin-Cholet.

5 Professeur à l’École supérieure des sciences commerciales d’Angers, l’ESSCA.

6 Journaliste à Radio France Internationale.

7 Intervention de Baudouin Bollaert.

8 Complément de Géraud de Boisset.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search