Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le français : des mots de chacun, une langue pour tous

 | 
Françoise Argod-Dutard

3e partie. La langue française en partage

Comment se réconcilier avec le texte1 ?

Marielle Brouard, Chantal Dagault, Jean-Pierre Gaté, Catherine Gillet, Christian Jamet, Michèle Jubeau, Jacques Guérin, Joselito Hognon, Jacques Lannou et Sonia Ly

Texte intégral

  • 1 Synthèse de la table ronde qui s’est déroulée le 11 mai 2006 à Ancenis.

1Aujourd’hui nous savons, d’après le repérage effectué par le centre du service national de Nantes aux journées d’appel et de préparation à la défense, que plus de 8 % de jeunes connaissent des difficultés de lecture et d’expression écrite et que, selon une enquête nationale de l’Insee, près d’une personne sur dix ne parvient pas à communiquer par écrit. Ces données constituent l’une des explications des difficultés d’insertion sociale et professionnelle que connaissent certains de nos concitoyens.

2S’agissant du milieu du travail, compte tenu du recours croissant des normes écrites de qualité, de sécurité dans toute entreprise, les salariés ayant des compétences professionnelles avérées, mais des difficultés à s’exprimer par écrit, sont fragilisés. Comme cela peut se comprendre, ces personnes mettent d’ailleurs beaucoup d’énergie à masquer ces difficultés, avec la solidarité de leur entourage. Cette question de société, contemporaine, se pose avec beaucoup d’acuité, car elle constitue un frein au développement personnel individuel, au développement de l’entreprise.

3La question du réapprentissage de l’écrit mérite d’être abordée sans tabou et sans misérabilisme. Elle participe de la gestion des compétences au sein des entreprises face à l’évolution des tâches et des postes de travail. Elle doit également être prise en compte dans un objectif de développement économique et de qualification du territoire du Pays d’Ancenis.

  • 2 Introduction de Jacques Lannou, sous-préfet d’Ancenis.

4Jacques Lannou2

Des besoins... deux exemples

Les établissements Manitou d’Ancenis

5Manitou est une société ancenienne fondée après la guerre (1953) pour fournir le matériel nécessaire à la reconstruction due aux dommages de guerre. Elle emploie 2 200 personnes dans le monde dont 1 260 sur le site d’Ancenis, son chiffre d’affaires est voisin du Md d’€ et son bénéfice de près de 74 millions d’€. Sa production se monte à 14 500 chariots tout terrain. Elle est le leader mondial dans son domaine : près d’un chariot tout terrain sur deux en France et 1 sur 3 dans le monde est un Manitou. La croissance de la société explique pourquoi ses salariés forment deux groupes correspondant à deux périodes de fort développement de la société : les quinquagénaires et plus d’une part, les vingt-trente ans d’autre part. Comment une entreprise de la mécanique dont les métiers sont monteurs, soudeurs, usineurs et magasiniers peut-elle être confrontée à l’illettrisme ? Ces métiers demandent un niveau de connaissances minimum pour passer les tests d’embauche, car la lecture de la gamme de travail à effectuer et des plans est obligatoire. Cependant, nous avons des salariés qui franchissent ce « barrage » par des stratégies de contournement ou qui, faute de pratique, deviennent illettrés.

6Pourquoi avons-nous fait ce genre de cours ? Je vais vous surprendre. Ce n’est pas nous qui avons eu cette idée, mais les délégués syndicaux : lors de la présentation au CE du plan de formation de 1994, nous avons eu beaucoup de questions sur la formation que nous donnions à nos futurs agents de maîtrise et, entre autres, sur la formation à l’expression orale et écrite. À l’issue de cette réunion, un délégué est venu nous demander si nous ne pourrions pas inscrire à notre plan, et hors temps de travail, ce type de formation mais à deux niveaux : l’un de base et l’autre de perfectionnement. Lui-même, souhaitant être plus à l’aise dans ses nouvelles fonctions aux Prud’hommes, était preneur d’un cours de perfectionnement. Nous avons donné notre accord sous réserve d’avoir assez de candidats. Il nous a affirmé que cette condition serait remplie si de la publicité sur ce sujet était faite par les chefs d’équipe et les syndicats.

7De 1994 à 2000, nous avons donc pu former deux groupes homogènes de 8 à 10 personnes chacun. Les cours faits par le Greta duraient une heure et demie ou deux heures par séance pour un global de 20 ou 40 heures suivant les niveaux et les attentes des participants. En 2000 et 2001, il n’a pas été possible de former deux groupes distincts et le résultat attendu n’a pas été obtenu. Ce cours n’a donc pas été reconduit, mais il figure dans notre offre à côté de la formation à la microinformatique, à l’anglais et à l’espagnol.

8Quelles sont les motivations connues pour suivre ce type de cours ?

9Sur les fiches d’évaluation des cours, nous trouvons des motivations standards : être plus à l’aise dans la vie quotidienne et au travail – même si, au travail, la gêne est moindre, car le « par cœur » joue beaucoup. Mais, lorsque l’on parle en privé avec les stagiaires, les raisons se font plus précises : ils ont des difficultés avec les consignes écrites données par la hiérarchie, avec l’utilisation des écrans informatiques ou dans la vie associative. De plus, des raisons familiales apparaissent : ne pas perdre la face devant sa femme et surtout ses enfants. Un des buts est de pouvoir aider ces derniers à rédiger leurs devoirs.

10Pour terminer, je veux vous annoncer une bonne nouvelle : les Lyriades nous ont amenés à nous demander si nous ne devions pas relancer cette formation et, au cours des entretiens annuels avec les chefs d’équipe, les besoins ont été recensés : nous allons toucher maintenant la partie la plus jeune de notre pyramide d’âges.

  • 3 Intervention faite au nom de J. Tertrais, directeur des ressources humaines.

11Jacques Guérin3

La formation « Atelier individualisé de lecture et d’écriture » (AILE) suivie par Monsieur J. Hognon au CEFRES d’Ancenis

12En juin 2002, J. Hognon s’adresse à l’antenne d’Ancenis du Centre de formation et de recherche éducative et sociale (CEFRES) de Nantes. Il est magasinier dans une grande surface d’Ancenis (équipement de la maison). Il aimerait évoluer dans son travail et, peut-être, changer de poste (pourquoi ne pas devenir vendeur ?), mais il se rend compte que ses difficultés avec l’écrit et le calcul ne lui permettent pas d’envisager un tel avenir. Il exprime donc une demande individuelle de formation « pour faire des progrès en connaissances générales ». Il veut faire des mathématiques et du français, et souhaite avoir du travail personnel à faire chez lui. J. Hognon entame sa formation en Atelier individualisé de lecture et d’écriture (AILE) sur ses jours de congés.

13Ayant peu de temps à consacrer à celle-ci, J. Hognon trouve cependant qu’il ne progresse pas assez vite. Le CEFRES lui parle alors d’une possible prise en charge par le fonds de formation de son employeur. En cas d’acceptation, cela lui permettrait de bénéficier de plus de temps pour se former. J. Hognon se renseigne, entame les démarches, en parle à son employeur qui le dirige vers le service du personnel de l’entreprise.

14Avec J. Hognon, le CEFRES prend contact avec le service concerné qui lui demande d’écrire une lettre de motivation à adresser à son employeur. Le CEFRES l’aide à préparer cette lettre. La réponse est positive ; la formation de J. Hognon est prise en charge par le fonds de formation de l’entreprise. Il vient désormais chaque semaine sur son temps de travail. Cette régularité lui permet de préparer le Certificat de formation générale (CFG), puis de s’y présenter en candidat libre et d’obtenir son premier diplôme.

15Sa formation aura duré 2 ans (170 heures), de juin 2002 à juillet 2004. Aujourd’hui, J. Hognon n’est plus magasinier, mais vendeur, dans la même entreprise.

16Voici quelques comptes rendus de témoignages de J. Hognon obtenus pendant sa formation :

17Pour la préparation de sa lettre de motivation pour sa demande de formation écrite à l’employeur en début de formation.

18« Dans le cadre de mon travail, j’ai rencontré des difficultés pour l’écriture. Je n’ai pas de niveau scolaire, alors j’ai l’impression de n’être qu’un exécutant et de ne pas toujours pouvoir me maîtriser, et donc de m’énerver trop facilement.

19C’est pourquoi j’ai commencé une formation en AILE au CEFRES. J’y vais pendant mes jours de congé. Je fais du français et des mathématiques.

20Depuis que j’ai commencé cette formation, il y a du mieux :

  • je me bloque moins sur les mots,
  • j’écris plus vite et plus facilement,
  • je suis moins nerveux,
  • j’ai confiance en moi, plus qu’auparavant.

21De plus, physiquement, j’ai un problème avec un bras (ancienne fracture) et je sais qu’un jour ce sera un gros problème si je reste magasinier. Je désire continuer cette formation pour être encore plus sûr de moi et pour faire, quelle que soit la situation, un travail moins physique et plus intéressant. Il me faut plus de temps pour apprendre toujours plus de choses et mieux m’en servir. »

22Lors du bilan de fin de formation : Pouvez-vous reformuler votre demande de formation de départ ?

23« Apprendre à mieux écrire. »

24 Pensez-vous que votre demande a évolué pendant la formation ?

25« Oui, car ensuite on m’a proposé de passer un diplôme et je me suis présenté au CFG. Je l’ai eu. Jamais je n’aurai cru être capable d’avoir un diplôme un jour. »

26 Dans quels domaines a-t-elle évolué ?

27« En expression orale, en lecture, en écriture, en calcul, en implication personnelle dans ma formation et pour le CFG. »

28 Qu’est ce qui vous a aidé à appendre pendant la formation ?

29« Les documents ressources, les formatrices, le travail individuel. »

30 Quels acquis vous sont utiles dans votre vie quotidienne ?

31« Les mathématiques, le calcul mental. Le français, car j’écris plus facilement. Ce qui est mieux pour moi, je fais moins de fautes. »

32 Pensez-vous que la formation a répondu à votre demande ?

33« Oui. »

34 Par rapport à votre demande de départ, rencontrez-vous encore des difficultés ? Lesquelles ?

35« Oui, je rencontre toujours des difficultés d’écriture. »

36 Quels sont vos besoins aujourd’hui et quels sont vos projets ?

37« Continuer mon travail actuel et d’ici quelque temps voir si je peux demander à changer mon poste. »

  • 4 Catherine Gillet, formatrice au CEFRES d’Ancenis et Joselito Hognon, ancien apprenant au même centr (...)

38Catherine Gillet, Joselito Hognon4

Des réponses institutionnelles : celle de la région

39La maîtrise de la langue écrite constitue un enjeu important pour le développement social, culturel et économique de notre région. En outre, il semblait opportun d’organiser ce débat au moment de la mise en œuvre de la réforme de la formation professionnelle, prévue par la loi du 4 mai 2004 « relative à la formation professionnelle tout au long de la vie et au dialogue social ». D’après ce texte, il appartient aux partenaires sociaux de déterminer des priorités. Parmi ces priorités, décidées par les différentes branches professionnelles, figurent la lutte contre l’illettrisme et la maîtrise des savoirs de base : lecture écriture, calcul, communication orale... Les Organismes paritaires collecteurs agréés (OPCA) sont les principaux partenaires de la lutte contre l’illettrisme ; des accords ont été conclus au niveau régional et, au niveau national, avec l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme (ANLCI).

40En région Pays de la Loire, un plan régional de lutte contre l’illettrisme a été élaboré en 2005 pour une durée de trois ans. Parmi les orientations de ce plan, deux axes sont prioritaires :

  • la mesure de l’illettrisme qui s’est concrétisée par la réalisation, avec la direction régionale de l’Insee, d’une extension de l’enquête nationale auprès d’un échantillon de 1 400 adultes ligériens, âgés de 18 à 65 ans. Le résultat de cette enquête indique que 180 000 ligériens présentent des difficultés importantes par rapport à l’écrit, soit 9 % de la population. Parmi ceux-ci, 60 % sont salariés (57 % en France entière) ; ces difficultés concernent 18 % des ouvriers, 12 % des artisans et 15 % des agriculteurs.
  • le développement de l’offre de formation de base en direction des salariés. À ce titre, des conventions ont été signées, en 2006, par le préfet de région et avec le président régional de l’AGEFOS-PME et le président de l’OPCAREG, organismes paritaires collecteurs interprofessionnels. Ces conventions prévoient des actions de formation et de sensibilisation des entreprises adhérentes ainsi qu’une aide au montage d’actions de formation, financées sur les crédits de la formation professionnelle et organisées avec les organismes spécialisés (ateliers de formation de base). Une convention de ce type est prévue pour le secteur du BTP.

41Un groupe de travail régional « illettrisme et monde du travail » poursuit la « recherche action » et « l’échange de bonnes pratiques » dans ce domaine, afin de développer la formation aux écrits professionnels et la remise à niveau des savoirs fondamentaux en préalable ou en accompagnement de formations techniques. Un groupe de travail régional se penche également sur les conditions d’accès des salariés en situation d’illettrisme à la démarche de validation des acquis de l’expérience.

42Il convient aussi de faire connaître et de soutenir les organismes de formation. Dans la région des Pays de la Loire, l’offre de formation aux savoirs de base est assurée par 26 organismes « ateliers de formation de base » conventionnés par la direction régionale du travail de l’emploi et de la formation professionnelle, sur la base d’un cahier des charges précis, prévoyant notamment une formation adaptée aux besoins des stagiaires. Ces organismes, implantés dans les cinq départements, sur 123 sites, ont le souci d’apporter une réponse de proximité.

43Pour conclure, il convient de rappeler que la maîtrise des savoirs de base est un enjeu pour l’entreprise et le salarié. Pour l’entreprise, l’effectivité de la démarche qualité et de la prévention des accidents du travail est directement liée à la capacité d’écriture ou de lecture des salariés. La loi du 4 mai 2004 précise :

L’employeur a l’obligation d’assurer l’adaptation des salariés à leur poste de travail. Il veille au maintien de leur capacité à occuper un emploi au regard notamment de l’évolution des emplois, des technologies et des organisations. Il peut proposer des formations qui participent au développement des compétences.

44Quant au salarié, la formation lui permet de gérer sa trajectoire professionnelle et de faire face à une éventuelle perte d’emploi. La loi du 4 mai 2004 a également instauré le droit individuel à la formation qu’il appartient au salarié de mobiliser. Comment communiquer sur ces difficultés qui concernent l’écrit ? Comment motiver les personnes à engager une démarche de formation ? Quels sont les acteurs principaux au sein de l’entreprise ? Le DRH ? La production ? Les chefs d’équipe ? Autant de questions qui ont été abordées concrètement par des spécialistes, au cours de cette table ronde des Lyriades qui s’est tenue à Ancenis.

  • 5 Chargée de mission régionale de la lutte contre l’illettrisme à la préfecture de région des Pays de (...)

45Chantal Dagault5

La réponse du département de Maine-et-Loire

46Aujourd’hui, l’environnement du travail évolue : développement des normes de qualité, travail en équipe, changement de process, polyvalence sur certains postes. Ces changements viennent influencer les postes de travail et par conséquent la relation de l’individu à son poste. Les salariés doivent faire preuve d’adaptabilité et de réactivité, la culture de l’oral et de l’apprentissage sur le tas disparaissent. La maîtrise des fondamentaux de base est nécessaire : lecture, écriture, calcul, techniques de mesures... Quel que soit le secteur d’activité, l’entreprise est confrontée à cette problématique.

47Un constat dans les Pays de la Loire : 2 % de salariés en situation d’illettrisme voient leur formation prise en compte dans le plan de formation de leur entreprise, alors que ces personnes représentent 14 % des effectifs accueillis dans les Ateliers de formation de base (chiffres 2004, source DRTEFP). Ces seules données chiffrées suffisent à montrer combien les entreprises intègrent encore peu la formation aux savoirs de base dans le plan de formation de leurs salariés. Il est donc légitime d’agir pour que cette situation évolue. C’est ainsi qu’une réflexion a été engagée au niveau régional et que deux groupes de travail ont été constitués, composés d’institutionnels, de représentants des entreprises, d’ateliers de formation de base, de différents partenaires :

  • « Illettrisme et monde du travail »
  • « Illettrisme et Validation des acquis de l’expérience »

Illettrisme et monde du travail

48Ce premier groupe de travail a orienté sa réflexion à partir de trois axes : la sensibilisation des entreprises, les actions de formation en entreprises, leurs évaluations. Des actions sont donc menées par les partenaires dans ces trois directions.

49Un levier important sur lequel nous pourrions agir est constitué par le cadre légal de la formation professionnelle continue : la formation aux savoirs de base est inscrite dans le code du travail (loi n° 92-1446 du 31 décembre 1992, art. 25 IV –JO du 1er janvier 1993 ; loi n° 98-657 du 29 juillet 1998, art. 24 2° –JO du 31 juillet 1998 ; loi n° 2004-391 du 4 mai 2004, art. 4, art. 5 II –JO du 5 mai 2004). Les coûts de ces actions de formation sont imputables au titre de l’obligation de participation au financement de la formation professionnelle (art. L. 950-1 du Code du travail). Tous ces textes s’inscrivent dans le développement de l’apprentissage tout au long de la vie.

50L’objectif que s’est fixé le groupe de travail est bien de susciter l’intérêt du chef d’entreprise ou de l’encadrement. À cet effet, un certain nombre d’actions ont été mises en œuvre :

51• Mobiliser les structures institutionnelles par l’organisation de forums, colloques ou journées d’information où sont présentés :

  • les politiques publiques : orientations de l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme à travers le cadre national de référence,
  • le cadre législatif et réglementaire (loi du 4 mai 2004, article L 900.6 du Code du travail...),
  • les différents dispositifs de formation,
  • les expériences menées en région et présentées par les acteurs locaux,
  • les témoignages des formateurs et des apprenants des ateliers de formation de base.

52Ces manifestations sont organisées à tous les échelons du territoire (régional, départemental et local).

53• Établir des partenariats avec les organismes collecteurs du fait de leurs missions dans les entreprises :

  • prévision des besoins en compétence et en formation,
  • promotion de la formation professionnelle auprès des entreprises,
  • bonne utilisation des fonds de la formation.

54Les partenariats ont été établis avec les organismes collecteurs régionaux (AGEFOS-PME, OPCAREG) ou les organismes nationaux de branches professionnelles, notamment ceux qui ont signé des accords nationaux que l’on pourra décliner au niveau régional (FAF-Propreté, Habitat Formation, Uniformation...).

55Deux conventions régionales ont été signées avec AGEFOS-PME et OPCAREG qui viennent en application du plan régional Pays de la Loire « Pour l’accès de tous à la maîtrise de l’écrit et aux compétences de base 2005-2007 ».

Illettrisme et validation des acquis de l’expérience

56Ce deuxième groupe de travail a mené sa réflexion sur la possibilité donnée aux personnes en difficulté de lecture et d’écriture de s’engager dans une démarche de Validation des acquis de l’expérience (VAE).

57Cette réflexion est engagée avec tous les représentants des différents certificateurs : ministères de l’Emploi, de la Santé, de l’Éducation nationale, de l’Agriculture, de la Jeunesse et des Sports mais aussi avec les collectivités territoriales qui ont en charge la mise en œuvre de l’accueil et de l’accompagnement des personnes en VAE.

58La loi de modernisation sociale du 17 Janvier 2002 stipule que tout porteur d’une expérience sociale ou professionnelle peut obtenir tout ou partie d’un titre ou d’un diplôme. Cela implique de reconnaître à tout individu la possibilité de faire valoir son droit à l’accompagnement et à la validation de son expérience.

59Par ailleurs, la réglementation exige pour certains emplois, notamment pour toutes les activités liées à la personne ou à son environnement, une certification : titre, diplôme ou Certificat de qualification professionnelle (CQP).

60Comment les personnes en situation d’illettrisme peuvent-elles accéder à cette certification ?

61Des conventions ont été signées entre les Directions départementales du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle et les Ateliers de formation de base de Maine-et-Loire et de la Loire-Atlantique. L’objectif de ces conventions est de permettre un accueil et un accompagnement individualisé, renforcé pour chaque personne motivée qui souhaite s’engager dans cette démarche.

62En conclusion, la lutte contre l’illettrisme est un enjeu fort, une priorité nationale exigeant une action concertée des pouvoirs publics nationaux et territoriaux, des entreprises et de la société civile. La communauté européenne, l’OCDE, l’Unesco et la plupart des pays essayent aujourd’hui de définir le socle de compétences nécessaires pour garantir à chaque personne des conditions favorables à son épanouissement personnel, à son intégration sociale et culturelle ainsi qu’à son insertion professionnelle.

63C’est l’affaire de tous...

  • 6 Correspondante départementale de lutte contre l’illettrisme de Maine-et-Loire

64Marielle Brouard6

Des réponses associatives

65L’Association départementale de lutte contre l’illettrisme (ADLI) regroupe sept associations réparties sur le département de Maine-et-Loire : l’ASA à Saint-Georges-sur-Loire, l’ASPFA à Saumur, Cap Savoir à Cholet, Envol à Segré, Initiale à Segré, la CLE des Mauges à Beaupréau et le LEC à Angers. Elles travaillent à la lutte contre l’illettrisme par la mise en place d’Ateliers de formation de base pour toutes personnes qui ne maîtrisent pas ou peu les savoirs de base en vue d’une insertion sociale et professionnelle.

66Un atelier de formation de base est un lieu de formation de proximité pour qui souhaite s’approprier ou se réapproprier les savoirs de base que sont lire, écrire, compter, calculer, raisonner, communiquer, se repérer dans l’espace et le temps. Les entrées et les sorties y sont permanentes. La pédagogie individualisée est fondée sur les centres d’intérêt des apprenants. En 2004, dans ces différents ateliers, 295 formateurs (salariés ou bénévoles) ont accompagné 1 039 apprenants dans leur formation autour de la maîtrise des savoirs de base.

67L’ADLI, quant à elle, a pour objectif la promotion de la lutte contre l’illettrisme au niveau départemental et régional, voire national. Pour mener à bien cet objectif, ses missions sont : l’information du public sur la lutte contre l’illettrisme, la coordination d’actions de réflexion et d’échanges, la formation de formateurs, l’animation et la gestion d’un centre de ressources illettrisme en partenariat avec le Centre départemental de documentation pédagogique (CDDP) et la mise en place d’actions départementales.

68Deux actions départementales permettent aux apprenants d’accéder à l’écrit :

691 – La Fête de l’Écriture, depuis 1992, vise à valoriser les écrits des apprenants ou des stagiaires. Elle est organisée en partenariat avec l’Association pour la promotion et l’intégration dans la région angevine (APTIRA), l’Association pour la formation et le développement de l’initiative locale (AFODIL) et l’ADLI elle-même.

70Tous les deux ans, les trois associations partenaires invitent les apprenants de leurs ateliers à écrire. Jusqu’en 2002, ces écrits sont publiés dans un livre : Premiers écrits. Sa parution donne lieu à une fête qui rassemble apprenants, formateurs salariés ou bénévoles, sympathisants, élus et représentants d’institutions. C’est un moment de convivialité, d’échanges et de rencontres.

71En 2006, la valorisation des écrits est passée par l’élaboration de cartes postales sur le thème des Quatre saisons. Lors de la fête annuelle, une exposition les a mises en valeur.

722 – La collection de livres « Mots-Nambules » est née d’un constat : le public en situation d’illettrisme a des difficultés à se retrouver dans la littérature ou encore dans la littérature de jeunesse. D’où l’idée de créer une collection de livres pour public en situation d’illettrisme en associant les apprenants à la réalisation des ouvrages par la mise en place d’ateliers avec des écrivains. Chaque ouvrage est composé de deux parties : un récit avec un cahier des charges prenant en compte la problématique de l’illettrisme et un récit sur la même thématique laissant le champ libre à l’écrivain.

73Depuis 2002, l’ADLI a travaillé avec persévérance à la mise en œuvre de cette collection. Une année de préparation a été consacrée à la recherche d’écrivains, d’un éditeur et de financeurs, à l’élaboration du cahier des charges, à la mise en place d’ateliers avec les écrivains, etc. En 2004, nos efforts ont abouti avec la participation de deux écrivains : Isabelle Rossignol qui a travaillé avec les apprenants d’Envol et Thierry Crifo avec ceux du LEC. Puis en 2005, un troisième écrivain, Serge Joncour, s’est engagé dans l’aventure ; il a travaillé avec les apprenants de la CLE des Mauges.

74Ainsi, trois livres ont été écrits : Les ombres et la pluie d’Isabelle Rossignol, Femmes dans la ville de Thierry Crifo et Les collègues de Serge Joncour. La collection « Mots-Nambules » pouvait alors sortir avec comme éditeur « L’Idée bleue ». Ce fut chose faite en mars 2006 au Salon du livre à Paris avec, simultanément, une manifestation à Angers.

75LADLI, avec les associations adhérentes, contribue ainsi par les actions spécifiques décrites ci-dessus, mais surtout par des actions quotidiennes, à la défense de l’accès de tous à l’écrit.

  • 7 Présidente de l’ADLI.

76Michèle Jubeau7

Des formations à distance

« Le pavillon des apprentissages »

77C’est une plate-forme de téléformation (<declic-formation.com>) qui dispose de « grains » (micro-exercices) permettant à des personnes en difficultés de lecture, écriture, calcul, de repérage dans le temps et dans l’espace, de pouvoir utiliser l’outil informatique pour travailler sur les notions de base. C’est pour ce public que l’outil a été créé. Les exercices sont de véritables guides. Les apprenants disposent d’un compagnon qui les suit et leur pose des questions ou leur donne des indices pour les amener à la bonne réponse.

Le public

  • Personne ayant subi un échec scolaire et ayant du mal à se concentrer, à mémoriser.
  • Personne ayant des difficultés à s’exprimer oralement.
  • Personne ayant des difficultés à écrire.
  • Personne ayant des difficultés à se projeter et à imaginer des situations.
  • Personne ayant des difficultés psychomotrices.
  • Personne ayant des difficultés à structurer ses écrits.
  • Personne d’origine étrangère et illettrée dans son pays.
  • Personne ayant des difficultés importantes d’ordre personnel.
  • Personne ayant besoin d’être valorisée et d’être rassurée.
  • Personne isolée.
  • Tout public, mère, jeune, homme adulte, mais en tout cas, un public fragilisé par un parcours chaotique...

Pourquoi utiliser « le pavillon des apprentissages » ?

78Les Nouvelles technologies d’information et de communication (NTIC) sont prétextes pour venir aux Ateliers de formation de base (AFB), outils valorisants pour eux, leur entourage et leurs enfants. Les nouvelles technologies sont des outils incontournables aujourd’hui. À l’ANPE, à la CAF, à la CPAM, dans les lieux publics comme la gare, la bibliothèque... on demande aux publics d’utiliser des « bornes interactives ».

Pourquoi avoir créé « le pavillon des apprentissages » ?

79Nous intervenions sur un site excentré : l’île d’Yeu. L’accès à cette île n’est pas régulier en hiver, nous n’avons pas toujours la possibilité de nous rendre sur ce lieu. C’est pourquoi nous avons commencé à songer à travailler par Internet. Au début, nous télécopions des documents ; par la suite, nous avons appris aux stagiaires à envoyer des courriels ; aujourd’hui, ils utilisent « le pavillon des apprentissages » et la visioconférence.

Les principes

80– Réfléchir sur nos pratiques,

81– Les formaliser,

82– Et essayer de les transposer sur les grains (exercices) créés pour la plate-forme.

Les possibilités des apprenants

83– Ce qu’ils peuvent faire :

84Grâce à un travail de prérequis, les apprenants sont tous en capacité d’utiliser l’ordinateur. Grâce aussi au travail de prérequis, les apprenants sont en capacité d’être autonomes face à l’utilisation de l’ordinateur. De par une conception adaptée des sessions de formation (« grains » de formation, compagnon réactif, doublage du son, écrit lisible et simple), le stagiaire est en capacité de faire fonctionner la plate-forme.

85– Ce qu’ils ne peuvent pas faire :

86N’utilisant que les « grains », nos apprenants ont besoin d’un temps de face-à-face. Les prescriptions de « grains » ne doivent pas excéder une heure.

Les prérequis

87– Un temps pour expliquer pourquoi on va utiliser les prérequis et à quoi va leur servir « le pavillon des apprentissages ».

88– Un temps technique : connaître le fonctionnement de base d’un ordinateur.

89– Un temps de travail sur la psychomotricité (si nécessaire).

90– Un temps de travail sur l’autonomie.

  • 8 Formatrice et coordonnatrice, Déclic-Formation.

91Sonia Ly8

Des recherches appliquées

92Créé en 1998, le Groupe de recherche sur l’illettrisme (GRILL) réunit des chercheurs du LAREF (Laboratoire de recherche en éducation et formation) de l’Université catholique de l’Ouest, ainsi que des acteurs de terrains, notamment des formateurs d’adultes relevant de l’Association départementale de lutte contre l’illettrisme (ADLI) de Maine-et-Loire avec laquelle un partenariat de recherche a été conclu. Le travail de ce groupe a été intégré au programme de recherche angevin dans le domaine des Humanités des sciences de l’homme et des sociétés (programme 2H2S), soutenu par le Contrat de plan État Région et associant des chercheurs en sciences humaines et sociales relevant de l’université d’Angers et de l’Université catholique de l’Ouest. Les recherches du GRILL ont par ailleurs fait l’objet de plusieurs contrats de recherche passés avec nos organismes de tutelle.

Programme de recherche du GRILL

93L’illettrisme est source d’exclusion sociale et interpelle de nombreuses institutions (école, entreprises, formation professionnelle, milieu associatif...). Comment les situations d’illettrisme peuvent-elles être repérées, évaluées, analysées et quelles réponses, préventives ou curatives, peut-on y apporter au regard des facteurs mis en évidence ? À partir de cette question de départ deux axes de recherche ont été explorés.

94Au regard des faits recueillis auprès des formateurs de terrain et des enseignants (en particulier dans l’enseignement spécialisé) et à l’appui des connaissances actuelles en ce domaine, quelle intelligibilité peut-on avoir du phénomène d’illettrisme ou, plus largement, des difficultés d’accès à la langue écrite et des troubles de l’apprentissage ? Quels sont les axes prioritaires à développer pour une prise en charge éducative ou ré-éducative des personnes en difficulté dans le rapport au lire-écrire ? Quel rôle peuvent venir jouer l’école et l’ensemble du système éducatif dans la prévention contre l’illettrisme ? À partir de cette problématique, trois niveaux d’étude ont été dégagés :

  • des études expérimentales sur le rôle des habiletés phonologiques (aptitude à discriminer les phonèmes de la langue) dans la maîtrise de l’acte lexique ;
  • des observations sur le terrain, de jeunes lecteurs en difficulté en vue de dégager de nouvelles modalités d’évaluation en situation d’apprentissage ainsi que des pistes innovantes d’intervention psycho-pédagogique ;
  • une étude sur le rôle de l’environnement familial dans la prévention de l’illettrisme, ainsi que le développement des compétences parentales dans les situations d’éveil à l’écrit.

95Ce premier axe de recherche a donné lieu à la publication d’un ouvrage collectif coordonné par Jean-Pierre Gaté et postfacé par Alain Bentolila : Prévenir l’Illettrisme. Comment la recherche peut-elle servir l’École ?, ouvrage paru aux éditions L’Harmattan en 2005.

96La nouvelle réglementation (de par la loi sur l’exclusion sociale de juillet 1998) place dorénavant la lutte contre l’illettrisme dans le champ de la formation professionnelle. Dès lors, si l’on veut réellement faire rentrer dans le champ de la formation professionnelle les ateliers de formation de base tels qu’ils existent actuellement, quelle valorisation/validation de la formation pourrait-on proposer et comment la promouvoir auprès des entreprises locales ? Le problème qui est à l’origine de ce projet réside dans la complexité des rapports entre les besoins des entreprises et les missions poursuivies par les associations de lutte contre l’illettrisme (celles relevant en particulier de l’ADLI) qui œuvrent auprès d’adultes faiblement qualifiés, l’entreprise se situant sur un axe de compétitivité et d’adaptation des personnels, les associations sur celui de la valorisation globale de la personne, de son accès, de son retour ou de son maintien dans l’emploi. D’où des difficultés d’insertion professionnelle formulées en termes « d’employabilité ». Partant de ce constat, il a été envisagé d’axer la recherche sur la démarche de valorisation des compétences, comme étant (par hypothèse) l’une des conditions de l’insertion socioprofessionnelle, susceptible de relever de la formation de base, et ce, au moyen d’outils spécifiques, ce qui rejoint également la demande des formateurs de terrain.

97Une première étape a consisté à prendre appui sur le carnet de bord des formateurs pour leur permettre d’analyser leur pratique et d’évoluer, en le pratiquant d’abord pour eux-mêmes, vers la démarche de valorisation des compétences. Moyennant des aménagements, cette démarche est ensuite proposée aux apprenants eux-mêmes (pour qu’ils en soient véritablement acteurs et auteurs), en vue de favoriser leur insertion professionnelle. Sont également attendus des effets positifs au niveau du développement de leurs compétences langagières (en particulier à l’écrit).

98Dans le cadre de la présente table ronde, nous proposons de présenter plus amplement cette étude, dans la mesure où l’outil qu’elle a produit est susceptible d’être un facteur de réconciliation des personnes en situation d’illettrisme, non seulement avec elles-mêmes, mais aussi, à terme, avec le texte.

Adultes en situation d’illettrisme et insertion socioprofessionnelle : « la valorisation des compétences au service de l’insertion »

99Depuis quelques années, le GRILL travaille sur le développement et l’utilisation, au sein des associations de lutte contre l’illettrisme, d’un dispositif susceptible de valoriser les compétences des personnes en situation d’illettrisme afin de leur permettre de s’insérer plus facilement dans leurs différents territoires (professionnel, social, sociétal, familial, personnel). Ce groupe rassemble des chercheurs, mais aussi des praticiens de la formation issus d’associations de lutte contre l’illettrisme (Cap Savoir de Cholet, Envol de Segré et le LEC d’Angers, ainsi que l’ADLI de Maine-et-Loire).

100Le travail a tout d’abord concerné l’étude de l’existant, et notamment des Arbres de Compétences de Michel Authier et Pierre Lévy. Depuis octobre 2004, l’équipe a décidé de se lancer dans l’élaboration d’un outil davantage adapté au public en question, qui correspond aux besoins de formateurs et de responsables concernés à la fois par les ateliers de formation aux savoirs de base et par la formation continue.

101Les diverses étapes des réflexions et des pratiques ont conduit à l’élaboration d’un outil qui visualise, à partir d’une verbalisation, des compétences à la fois auto-déclarées par l’individu et certifiées par le groupe de formation, trois arbres individuels, indépendants mais interconnectés.

  • Le premier concerne, comme dans les arbres précurseurs, les compétences professionnelles intéressant l’insertion de la personne dans son territoire professionnel.
  • Le deuxième arbre s’applique davantage aux savoirs de base qui font partie des autres possibilités professionnelles susceptibles d’être développées par une formation et devant permettre une insertion dans son territoire soci(ét)al.
  • Le troisième arbre – et c’est ce qui constitue en fait l’originalité de la démarche – est l’arbre de vie de l’individu lui-même qui lui permettra de revenir s’insérer dans son territoire personnel et de conférer à l’individu en formation cette autre dimension qui apportera la confiance en soi qui manque aux personnes en difficulté.

102L’étape suivante de nos travaux concerne dès lors le problème de l’insertion de la personne dans ses différents territoires. Il convient en effet de recadrer le problème de l’insertion par rapport aux attentes et aux besoins de ce public spécifique. Nous souhaitons trouver des réponses aux questions qui se posent dans le cadre de ces formations, concernant notamment le rapport avec les organismes financeurs (Quelles sont leurs véritables attentes ? Quelles sont les représentations qu’ils se font de l’insertion ? etc.), la collaboration avec les entreprises (comment l’entreprise peut-elle prendre part plus réellement à l’insertion de ses employés ? comment peut-elle concevoir cette insertion ? etc.), mais aussi les différents niveaux d’insertion des adultes, voire des jeunes adultes, en difficulté avec les compétences de base. Toutes ces questions ont conduit le groupe de recherche à s’interroger sur les conditions préalables à la mise en place d’un tel dispositif et à en rédiger les articles d’une charte d’utilisation.

103La visualisation tridimensionnelle des compétences ne constitue pas une fin en soi. La maîtrise du Lire, Écrire, Compter passe par le développement de la compétence de verbalisation, de mise en mots. Cette approche orale permet à l’apprenant d’acquérir un nouveau rapport avec la langue. Il est nécessaire de décrire oralement toutes les étapes par lesquelles passe un processus afin d’en comprendre le fonctionnement avant de passer à une étape qui utilise le code écrit. Ce dispositif de formation permet en outre l’accès à un outil informatique que les concepteurs rendent le plus simplement accessible.

104Les formateurs des AFB du département de Maine-et-Loire et de la région des Pays de la Loire pourront dès septembre 2006 bénéficier de formations qui les introduiront à l’utilisation de ce dispositif. Une évaluation en est actuellement en cours. La recherche se poursuit donc, animée d’une même ambition : venir en aide aux personnes en difficulté dans le rapport à la langue écrite française, difficultés qui sont pour elles, bien souvent, source de marginalisation, voire d’exclusion.

  • 9 Enseignants-chercheurs en sciences de l’éducation à l’Université catholique de l’Ouest.

105Jean-Pierre Gaté, Christian Jamet9

Notes

1 Synthèse de la table ronde qui s’est déroulée le 11 mai 2006 à Ancenis.

2 Introduction de Jacques Lannou, sous-préfet d’Ancenis.

3 Intervention faite au nom de J. Tertrais, directeur des ressources humaines.

4 Catherine Gillet, formatrice au CEFRES d’Ancenis et Joselito Hognon, ancien apprenant au même centre.

5 Chargée de mission régionale de la lutte contre l’illettrisme à la préfecture de région des Pays de la Loire, correspondante régionale de l’agence nationale de la lutte contre l’illettrisme.

6 Correspondante départementale de lutte contre l’illettrisme de Maine-et-Loire

7 Présidente de l’ADLI.

8 Formatrice et coordonnatrice, Déclic-Formation.

9 Enseignants-chercheurs en sciences de l’éducation à l’Université catholique de l’Ouest.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540