Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le français : des mots de chacun, une langue pour tous

 | 
Françoise Argod-Dutard

3e partie. La langue française en partage

Introduction

Françoise Arcod-Dutard

Texte intégral

1À la lecture de la première partie de cet ouvrage, c’est bien la diversité des pratiques qui s’impose dans le français parlé au cours de son histoire mais aussi de son expansion en France, dans la francophonie et dans le monde. Pourtant les contraintes de l’écrit font apparaître une normalisation croissante des usages que révèle l’histoire de son orthographe, de ses programmes d’enseignement et de son vocabulaire aux champs sémantiques de plus en plus riches et par conséquent précis. Une et multiple, la langue française s’impose à l’enfant diversement selon les milieux fréquentés, langue de la mère, langue du père, langue de l’école, langue de l’étranger, langue du colonisateur, langue des échanges sociaux, langue de la culture... Dans tous les cas, elle doit être partagée pour que la compréhension s’installe entre les individus ou les communautés et diversement selon les besoins de la communication ou les niveaux de langage. L’école est un médiateur essentiel qui s’interroge sur ses pratiques pour les adapter au mieux à l’apprentissage progressif des usages et des normes linguistiques : c’est bien ce qui ressort du séminaire de l’Éducation nationale, qui s’est tenu à Ancenis le 19 mai 2006 et dont rend compte Daniel Nigoul, mais aussi des travaux pédagogiques des enseignants de l’académie de Nantes qui ont été réalisés sous la direction de Jean-Luc Jaunet, délégué académique à l’évaluation et à la pédagogie au Rectorat de Nantes (voir annexe 1). Il n’en reste pas moins que les conditions d’une bonne intégration en milieu scolaire ou d ’une bonne éducation langagière ne sont pas toujours réunies en dépit des progrès croissants de la pédagogie : comment alors se réconcilier avec l’école ou le texte ? Vaste problème et beau sujet de par les réflexions et les solutions qu’ils suscitent de la part des enseignants, des anciens élèves, des cadres de l’administration, des associations, des entreprises qui ont bien voulu témoigner, comme le montrent amplement les chapitres deux et trois de cette partie qui synthétisent les tables rondes qui ont eu lieu les 11 et 12 mai à Ancenis et à Cholet. Ce partage du français, difficile dans ses normes et ses pratiques sociales, se heurte à des problèmes de coexistence avec les langues nationales dans les territoires français et les pays francophones, notamment les ex-colonies françaises. Mais, dans la mondialisation de l’économie, le partage peut être source de différenciation et de culture grâce à des politiques de développement, l’action de certains organismes comme les alliances françaises, RFI, les entreprises dynamiques. .. C’est ce qu’a développé la table ronde du 18 mai à Cholet et que reprend le dernier chapitre. Des praticiens, des hommes d’action, des gens de métier, des responsables de politiques linguistiques, d’organismes nationaux ou internationaux se sont donc réunis pour échanger leurs visions et leurs idées et faire part ainsi de leur expérience et de leurs réflexions sur le partage de la langue française dans le vaste monde d’aujourd’hui.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540