Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le français : des mots de chacun, une langue pour tous

 | 
Françoise Argod-Dutard

1re partie. Les accents du français parlé

Conclusion1

P.-L. Augereau, S. Benaïssa, D. Morsly, A. Queffélec et H. Walter

Texte intégral

Questions de prononciation

  • 1 Synthèse des interventions, suggérée par les questions du public.

1[Public] Je voudrais apporter un témoignage à propos de ce que disait Henriette Walter précédemment. Il y a quelques années, j’avais un collègue qui était inspecteur du théâtre avec moi et qui avait un fort accent du midi. Lorsqu’un jour, je lui demandai : « ton accent de Marseille, est-ce que tu le trouves drôle ? » Il me répondit : « mais pas du tout ! C’est mon accent. Et d’ailleurs, je n’ai pas d’accent. » Je lui dis alors : « si tu entends Phèdre avec l’accent de Marseille, quelle est ta réaction ? » Et lui de me répondre : « j’explose de rire ! ». Autrement dit, son accent était effectivement ressenti comme un non-accent par lui-même quand il s’exprimait, mais, dans le miroir que lui renvoyait Racine, cet accent était insupportable. On peut en dire autant, je crois, pour les Américains qui doivent jouer Shakespeare avec l’accent le plus britannique possible, dans la mesure où ils ne peuvent pas entendre Shakespeare avec l’accent du Middle West.

2[Public] Je voudrais intervenir, à mon tour, sur cette notion d’accent. Mon père, d’origine étrangère, venait d’Europe centrale. Enfant juif, je n’ai pas été scolarisé, je n’ai qu’un simple certificat d’études primaires. J’écris des poèmes, des nouvelles, etc. J’anime des ateliers d’écriture. Ce que j’essaie de faire, malheureusement, ne ressort pas ici dans vos propos, c’est que l’on entende avant tout une musique. Si je vous envoie au fin fond de la Chine ou des Indes, vous entendrez des sons. C’est pourquoi j’essaie de décomposer notre langue en syllabes. En français, par rapport à toutes les autres langues, il y a une chose flagrante : essayez de faire dire la diphtongue « U-I » à quelqu’un d’autre qu’un français ; personne n’y arrive et cela est typique de la difficulté du français. M. Benaïssa est un homme de théâtre. Je vais prendre le cas de la plus grande tragédienne que la France contemporaine ait connue ; elle était d’origine espagnole : Maria Casarès. Elle avait un accent, mais je vous assure qu’elle pouvait jouer n’importe quelle pièce, tous les classiques. Et quoiqu’en dise monsieur, Maria Casarès a joué Phèdre avec un fond d’accent espagnol et cela passait très bien.

  • 2 En français, la vibrante [r] est mal localisée et connaît trois variantes principales selon les rég (...)

3[S. Benaïssa] Je vais vous faire un aveu. Quand je suis arrivé en France, je me suis dis qu’avec mon accent, cela ne passerait jamais... et ça passe très bien ! Je ne sais pas pourquoi, mais cela passe. Est-ce parce que, enfant, moi qui parlais beaucoup, seul dans mes jeux, et avais naturellement un r guttural apparenté au r français, je risquais de ressembler à un kabyle qui fait un effort d’imitation ? Picasso ne disait-il pas : « la langue est le propre de l’intelligence de l’homme, mais l’accent est le propre du perroquet ! » ? Si Picasso a manifesté quelque violence dans cette phrase, c’est parce qu’on lui disait : « cela fait quelques années que vous êtes là et que vous parlez très bien le français, mais vous n’avez pas perdu votre accent2 ».

4[Public] Puisqu’on parle du Maghreb, je voudrais faire référence à un auteur d’importance qui a eu le prix Nobel de littérature : Albert Camus. Je l’ai connu de près, car Camus était un ami intime de Casarès. Il n’avait pas d’accent et c’est ce qui m’avait surpris. Or Camus avait vécu jusqu’à l’adolescence en Algérie et il n’avait pas plus l’accent pied-noir qu’arabe. Quand il parlait, il s’exprimait comme un Parisien. Il avait en fait l’accent provençal, un accent pointu.

5[S. Benaïssa] Moi, j’ai l’accent parce que je parle arabe, que je l’écris. Je l’ai appris et le r arabe, je ne peux pas le modifier, c’est une référence naturelle. Je vais demander à Mme Morsly ce qu’elle pense de mon r.

6[D. Morsly] On arrive à un certain nombre de conclusions à l’issue d’enquêtes où l’on note que ce sont surtout les hommes qui prononcent le r. À niveau de scolarité égale, en particulier au Maghreb, les filles ne roulent pas les r. Alors, voyez déjà la différence entre M. Benaïssa et moi-même ! En socio-linguistique, nous savons que le poids des représentations est très important sur nos pratiques linguistiques, c’est-à-dire que nous sommes en quelque sorte travaillés individuellement par les représentations. Si tel accent est considéré comme prestigieux, on va alors avoir tendance à le respecter. Il y a d’autres motivations d’ordre historique qui peuvent expliquer cela, mais les enquêtes montrent que les garçons trouvent que le r fait viril et que, par conséquent, il est bien de le conserver. D’autre part, certains disent que c’est plus nationaliste de dire le r ; ce serait donc une espèce de revanche sur la période coloniale. Ce qui est plus intéressant, c’est ce que montrent d’autres enquêtes. Par exemple, chez des apprenants russophones (des Russes apprenant le français), on constate également que les garçons ont tendance à rouler les r beaucoup plus que les filles, et quand on les interroge, ils donnent une réponse identique : « C’est viril ». Mme Walter n’a jamais réussi à expliquer cela phonétiquement, mais en tout cas, c’est bien le poids des représentations qui semble se manifester à ce niveau-là.

7[S. Benaïssa] Je ne suis pas du tout d’accord. La femme est assise sur le bourricot ; l’homme est derrière l’âne et dit : « RRR ! ». C’est sûrement de là que vient le r roulé ! ! !

8[A. Queffélec] Certes, la prononciation peut varier d’une personne à l’autre. Mais je citerai le cas d’une même personne qui faisait partie de mon équipe de recherche sur le français au Maghreb. Lorsqu’elle est en Mauritanie, elle prononce r en le roulant ; quand elle est en France, elle dit le r guttural ! Il y aurait donc des caméléons qui, en fonction du contexte, ont une prononciation qui évolue considérablement. Je crois qu’il y a des phénomènes identitaires, de positionnement, de sexe, etc. Au Maghreb, dans certaines représentations, un homme qui prononcerait le r d’une façon trop française, verrait sa virilité contestée ; en tout cas, cela peut être un élément négatif.

9[Public] Est-ce que je peux apporter une contradiction en ce qui concerne la masculinité du r ? Je précise que je milite à l’association France Palestine Solidarité. Il y a une femme que j’aime beaucoup, c’est Mme Leïla Shahid. Je peux vous garantir que les r, elle les prononce... ce n’est pourtant pas un homme ! ! !

10[D. Morsly] Je voudrais préciser à nouveau que j’ai cité le Maghreb et en particulier l’Algérie, lieu de mes recherches. Des enquêtes équivalentes ont été effectuées en Tunisie par une collègue sociolinguiste, Juliette Garmadi. Il faut préciser que la Tunisie a une longue cohabitation avec la langue française. Dans ce pays, il y a des explications socio-historiques suggérées par André Martinet que je trouve intéressantes. Au moment où s’établissent en Afrique du Nord les premiers contacts avec la langue française, une grande partie des francophones ne dit pas le r, mais le r roulé. Une tradition se serait alors installée qui expliquerait en partie cette prononciation. Les hommes du Maghreb qui, dans leur relation de travail, ont des contacts avec les francophones, vont donc, comme eux, rouler les r.

11[A. Queffélec] Une question me travaille depuis longtemps ; je la pose à nos amis arabophones. Lorsque j’essaie de faire prononcer le r à des arabophones, alors que le re existe, je leur dis : « vous n’avez qu’à dire mon prénom en pensant à reï et non à ra ». C’est impossible ! Pourquoi ?

12[D. Morsly] Je ne voudrais pas que les réponses que je vous donne soient considérées comme définitives. Votre problématique concerne des choses sur lesquelles on réfléchit actuellement. Je me suis moi-même posée la question ; ça a été le point de départ de l’article que mes collègues et mon professeur, Henriette Walter, ont bien voulu rappeler. J’ai fait des comptages par exemple sur la fréquence du r en arabe et la fréquence du r en Français.

13Effectivement en arabe on a une opposition phonologique entre le r guttural et le r roulé. Quand vous dites « rassoul » avec un r guttural et un r roulé, cela ne veut pas dire la même chose. Mais cette opposition phonologique apparaît dans un petit nombre de cas. Il y a eu une loi établie par André Martinez qui dit que quand une opposition est de faible rendement, elle a du mal à se maintenir. Est-ce que cela fournit des éléments d’explication ? Peut-être, mais encore une fois, je me garderais bien de vous donner des réponses définitives, plutôt des directions de questionnement que l’on peut se poser à propos de tous ces phénomènes.

14On a le même son dans reï, où l’on a à la fois le r et le r roulé. Il me semble que l’on a un 3e phonème sur lequel on peut travailler, c’est le reïn.

15[S. Benaïssa] En arabe, il y a le ra qui est au bout de la langue, le ra qui est au fond, et le r français. Ce sont les berbérophones qui disent le rein et ne prononcent pas le ra par exemple, mais en arabe classique, il y a le ra et le bra. Et ce r français intermédiaire est très difficile. Pour ma part, je n’y arrive pas. Ma diction théâtrale en arabe est très correcte, mais ce r français, je n’arrive pas à le positionner ; dès le départ, j’ai fossilisé la prononciation du r

16Je voudrais poser une question à Mme Walter : entre les « pâtes » que l’on mange et les « pattes » du chien, je ne saurai jamais faire la différence. Pourquoi, à Paris, la différence de prononciation est-elle restée et pas au sud ? Est-ce qu’il y a des motivations à perdre un accent ? Comment cela se passe-t-il ?

17[H. Walter] Si, à Paris, c’est en train de se perdre, c’est parce qu’il y avait beaucoup de personnes originaires d’autres régions françaises. Ils ne faisaient pas la même différence ; c’est donc la fusion de ces différents particularismes qui fait qu’il y a des distinctions que l’on ne fait plus.

18[Public] Ce que vous venez de dire sur les différentes manières de prononcer telle ou telle lettre m’a vivement intéressée. Je voudrais juste ajouter mon témoignage pour avoir vécu au Québec, en Allemagne et au Maroc, et tout d’abord sur les accents. Quand nous vivions au Maroc et que nous venions en France en vacances, on nous disait toujours que l’on avait un accent, alors que moi, je ne l’entendais plus chez mes frères, puisque nous avions vécu ensemble au Maroc. Quant au Québec, lorsque je rentrais en France, on me disait que j’avais l’accent québécois. Je répondais que j’en avais seulement l’intonation. Je n’avais pas l’impression d’avoir un accent, ni d’avoir pris l’accent à ce point-là. Enfin l’Allemagne. J’y ai enseigné le français langue étrangère. J’avais toujours beaucoup de difficultés avec le « et », parce que, suivant les régions de France, on va dire é ou è. Je disais toujours à mes apprenants qu’il y a la prononciation officielle et ce que vous allez entendre dans telle ou telle région selon sa particularité régionale. J’ai, par exemple, retrouvé ce phénomène en Maine-et-Loire avec ma fille que je croyais bon de corriger, lorsqu’elle me lisait un texte au retour de l’école ; je lui disais : « quand tu dis “et”, tu dois prononcer é et non è ! » Cet exemple pour dire que la langue est une vraie richesse. On parlait de musique tout à l’heure ; pour moi, la langue, c’est comme une gourmandise.

Questions de langue

19[A. Queffélec] Mon exposé a peut-être donné une idée inexacte, voire fallacieuse de l’usage de la langue française en Afrique. Au niveau de l’écrit, c’est le français de référence qui, africanisé, reste langue d’usage courant, langue de transmission. Par contre, au niveau de l’oral, il faut tenir compte de l’émergence de cette alternance entre langue française et langues africaines, qui en sont, d’une certaine manière, la parure naturelle ; on en a eu l’exemple précédemment pour l’Algérie. C’est vrai que cela devient difficile pour ceux qui ne sont pas bilingues ou plurilingües. On comprend alors uniquement par fragments. Et puis il y a tous ces parlers hybrides. Prenons deux exemples : la Côte-d’Ivoire et le Cameroun. J’ai étudié d’une part une certaine forme de franglais, parce que cela me paraît révéler un comportement intéressant, d’autre part le nouchi, ce parler combinant des termes linguistiques issus du français, de l’anglais et des langues locales ; c’est le français naturel des étudiants et des lycéens. En effet, il existe un français de Côte-d’Ivoire, celui des immigrés qui viennent d’Afrique sahélienne et qui apprennent le français sur le tas ; ces derniers ont évidemment une variété de langue qui est plus près de ce qui était décrit tout à l’heure, proche de l’époque coloniale, ce qui signifie qu’ils ont une connaissance du français. Les lycéens des grandes villes camerounaises, Douala ou Yaoundé, ont le français comme première langue. Ils ne connaissent plus ou très rarement les langues africaines, mais ont une bonne connaissance du français. Ils vont alors développer un français local ou un franglais.

20Mettons-nous à la place des Camerounais : c’est leur français, ce n’est pas le français des Blancs, ce n’est pas le français international. C’est le français dans lequel ils affirment leur génération, un français différent qu’ils utilisent aussi contre les vieux en particulier. Bon nombre d’instituteurs et de professeurs sont complètement dépassés, même s’ils disent comprendre cette langue. En fait, ils ne la comprennent pas plus que moi. Si je fais appel à eux pour une transcription, je m’aperçois qu’ils vont chercher des informations ailleurs. Ce sont donc des langues générationnelles. Pour la langue française, c’est là que se trouve le danger, car il y a un danger d’éclatement.

21[S. Benaïssa] Il faut ajouter que ce type de langue est également parlé entre Algériens et dans la rue. Ils mélangent les langues entre eux parce qu’il y a des choses qu’ils préfèrent dire en français et d’autres en arabe. Entre Algériens, il y a métissage des deux langues. La rue est un espace linguistique où les jeunes se retrouvent ; ils se créent des références, ils y ont leurs codes, leur espace de parole contre tout le monde, contre le gouvernement contre les institutions, contre toutes choses. Mais si un Français parle à un jeune, ce dernier va lui parler en français, alors que face à lui-même, il ne parlerait qu’arabe. Les deux registres sont donc bien maîtrisés.

22[A. Queffélec] La situation est sans doute différente en Algérie et au Maroc. En Algérie, il y a eu une politique d’arabisation intensive mise en place immédiatement après l’indépendance. L’arabe classique a été imposé avec la volonté d’éradiquer totalement le français qui était la langue nationale. Conséquemment, le français a été beaucoup moins enseigné qu’il ne l’a été dans des pays comme la Tunisie de Bourguiba ou le Maroc d’Hassan II qui ont officiellement développé une politique de bilinguisme. En Tunisie, il y a eu également une arabisation, mais elle a été progressive. La réhabilitation de la langue arabe s’est effectuée sans qu’il y ait eu la volonté d’extirper le français ; c’est donc une politique beaucoup plus souple. Au Maroc et en Tunisie, au niveau de l’enseignement, la part du français a été toujours plus importante, au moins dans les années 1970. En Algérie, pour des raisons politiques qui se comprennent aisément après une guerre pour l’indépendance dure, il y a eu la volonté de revenir à une réhabilitation de l’arabe classique alors qu’il y avait d’autres langues locales comme l’arabe dialectal et le berbère.

23[D. Morsly] Je voudrais ajouter deux choses à ce que vient de dire mon collègue. Premièrement, la politique d’arabisation menée en Algérie répondrait, selon ses initiateurs, aux voeux formulés jadis par une personnalité présentée comme le grand penseur algérien : Abdelhamid Ibn Badis (1889-1940), figure emblématique du mouvement réformiste musulman et grand militant de la cause nationale algérienne. En fait, lorsqu’on relit ses textes, il n’a jamais demandé durant la période coloniale que l’arabe soit reconnu à l’exclusion du français. Le problème qui se posait à tous les militants de l’époque était que l’arabe n’avait plus de place dans le système scolaire et la revendication portait sur la reconnaissance de la langue arabe, et donc son officialisation au même titre que la langue française. Il n’y a jamais eu dans les propos d’Ibn Badis, en tous les cas dans ses écrits, un rejet total de la langue française. C’est une interprétation qui a été donnée au lendemain de l’indépendance – alors qu’il n’y avait pas de discours sur l’arabisation officielle – par des intellectuels qui demandaient l’exclusion totale de la langue française. Cette position a été développée dans certains partis politiques par des initiatives individuelles, mais au niveau institutionnel, cela n’est pas fondé.

24Aucun texte ne dit que le français doit être exclu, pas même quand on a parlé de la généralisation de la langue arabe dans l’enseignement. Ce qui a été seulement pensé, c’est le changement de statut de la langue française, ce qui est très différent.

25Deuxièmement, pour ce qui est de la comparaison avec les pays du Maghreb, je crois qu’il faudrait que l’on revienne là-dessus parce que longtemps la compétence linguistique des Algériens en langue française était largement supérieure à celle des Tunisiens et des Marocains. Aujourd’hui, parmi les nombreux problèmes de l’Algérie que vous connaissez, il y a celui de la scolarisation massive des jeunes algériens. Au lendemain de l’indépendance, vous avez 90 % d’analphabètes. En l’espace de cinq années, on arrive dans les grandes villes comme Alger à un taux de scolarisation de plus de 70 %. Cette scolarisation s’est faite avec les difficultés d’une scolarisation de masse, c’est-à-dire avec des enseignements qui ne sont satisfaisants ni en langue arabe ni en langue française. Par conséquent, il est normal que la compétence en français des Algériens sortis de l’école aujourd’hui soit moins efficace que la mienne qui s’est effectuée dans le cadre de l’école coloniale. Je crois qu’il faut donc nuancer un peu les propos de mon prédécesseur. Des études plus rigoureuses seraient nécessaires pour essayer de rendre compte de ce phénomène.

26[S. Benaïssa] Je voudrais juste ajouter deux choses à tout ce que M. Queffélec a dit sur l’Afrique noire. La première, c’est que, pendant plusieurs années, l’édition parisienne s’est trouvée complètement perdue devant le foisonnement d’œuvres littéraires africaines, devant cette sensibilité que la langue africaine apportait à la langue française. L’édition parisienne en a pris son parti positivement puisqu’elle édite désormais des auteurs qui introduisent beaucoup d’africain dans la langue française. Paradoxalement, cela donne aujourd’hui une situation qui est tout à fait regrettable : la critique littéraire ne voit plus le fond de la pensée littéraire africaine, elle ne voit plus que la forme. Par exemple, quand on lit Mansour, on ne parle plus que de l’africain qu’on trouve dans la langue de l’écrivain.

27La deuxième chose beaucoup plus grave que je veux souligner, vous l’avez effleuré, c’est que la littérature africaine se fabrique et se consomme en France. Les Africains n’y ont pas accès du tout. Rappelons qu’un fonctionnaire moyen ne touche pas 20 euros par mois. Les Africains – du moins ceux qui lisent – achètent les livres dans des librairies que l’on appelle « librairies de trottoir ». Ce sont des livres qui n’ont été vendus que vingt fois. La littérature africaine fait ce qu’elle peut, mais en Afrique, on n’est pas du tout au courant de ce qui se crée, puis s’édite à Paris.

28[S. Benaïssa] Avant 1962, on écrivait en français ; l’élite intellectuelle produisait des œuvres même opposées au colonialisme. Après l’indépendance, l’arabisation a pris tellement le dessus que les auteurs francophones ont été obligés de s’expatrier, notamment en France où ils étaient publiés, mais très peu lus. Puis il y a eu un moment de grâce de quelques années pendant lequel la littérature française fut connue en Algérie, c’était un peu avant 1988. Ensuite, il y a eu la montée de l’intégrisme. Moi-même, j’ai été auteur de théâtre en Algérie ; j’ai écrit dans les deux langues. Mais, quand j’étais en Algérie, je n’ai jamais pensé à écrire en français, parce que je ne pouvais pas le faire : écrire en français et défendre mon œuvre ou ma démarche intellectuelle en Algérie m’étaient impossibles. Je me suis donc concentré uniquement sur un théâtre algérien en arabe. Quand je me suis retrouvé en France en 1993, j’ai écrit un roman en langue française. Dans les faits, à un certain niveau, l’utilisation de la langue française n’est pas du tout répandue.

29[A. Queffélec] Je crois qu’il y a aussi des intérêts idéologiques. Si le Liban constitue un bon exemple de pénétration du français dans l’élite intellectuelle, on pourrait trouver d’autres exemples du même ordre : celui de l’Égypte, notamment, où il y avait une élite intellectuelle qui était francophone parce qu’elle avait été formée par des congrégations religieuses ou des missions laïques. Mais il faut bien voir deux choses : d’une part, le français y a une position de plus en plus faible et d’autre part, à la suite des guerres civiles, le Liban a eu la volonté de relancer la pratique du français en tant qu’arme politique. La place de la langue arabe n’est absolument pas contestable, mais la situation libanaise n’est pas comparable parce qu’elle n’a pas le même passé colonial. Il y a eu une volonté de jouer le français contre l’anglais. Il m’est par exemple arrivé de donner des cours dans une université arabe libanaise, des cours de français en français alors que l’on sait que cette université arabe libanaise est contrôlée par des capitaux égyptiens. C’était leur façon de jouer le français contre l’anglais parce que la France a une politique moyenne-orientale jugée moins pro-israélienne que celle des Américains ou des Anglais. Cependant, au-delà des raisons politiques, il reste néanmoins une élite qui est attachée à s’exprimer en français.

30Prenons maintenant le cas de l’Extrême-Orient. Au Vietnam et au Cambodge, là encore pour des raisons politiques, il y a la volonté d’une certaine francisation d’une partie des cursus universitaires, une volonté de diversification. Le fait de choisir le français est là aussi une façon de lutter contre la prépondérance d’une américanisation qui était devenue sensible du point de vue économique et culturel.

31Troisième exemple : en Afrique, même si c’est différent. Le Nigeria, qui est le plus grand Etat de l’Afrique de l’Ouest par la population, avait envisagé de faire du français la seconde langue nationale à la fois pour des raisons de politique internationale, mais aussi parce que le Nigeria est frontalier de pays comme le Cameroun, le Bénin ou le Niger qui ont officiellement le français comme langue nationale. On voit ainsi qu’une politique nationale linguistique correspond à des besoins linguistiques, mais qu’elle peut également servir dans le cadre d’une politique internationale.

32Pour conclure mon propos, je voudrais dire mon plein accord avec ce que disait M. Benaïssa sur les « librairies de trottoir ». Lorsque nous avons travaillé sur le français en République centrafricaine, je m’étais rendu à Bangui, sa capitale. Il n’y avait pas une seule librairie de trottoir, mais une unique librairie dans laquelle on ne trouvait vraiment pas grand-chose. Il nous faut considérer que la librairie de trottoir, c’est pour les pays où l’accès à la culture est plus important, plus facile. Actuellement, en Centrafrique, les enseignants en sont à trente-deux mois de salaire de retard, c’est-à-dire qu’un enseignant ne gagne pas beaucoup (quand il est en ville, il est payé un mois sur deux ; quand il est à la campagne, il n’est pas payé, parce que l’argent n’arrive pas, parce qu’il y a des coupures de routes, etc.). À Bangui, nous avons trouvé de la documentation, mais elle avait été volée, et dans l’unique librairie, pas un seul ouvrage d’un écrivain centrafricain ! Ce qui signifie que la littérature centrafricaine est produite en Europe et qu’elle n’arrive même pas dans le pays. L’anecdote que j’ai vécue est significative. Pierre Makombo Bamboté est un grand écrivain centrafricain. J’ai questionné le libraire. Il m’a répondu qu’il avait bien fait venir certains de ces livres, mais que, n’ayant pas trouvé d’acheteurs, il les avait renvoyés. Je lui fais alors remarquer que cet écrivain est pourtant au programme des lycées et des collèges. Il me répond qu’effectivement il existe un exemplaire de son œuvre au centre pédagogique national, mais qu’on le diffuse uniquement aux enseignants et pas aux étudiants ! Cet exemple illustre un problème majeur qui est celui de la diffusion et de la publication, en Afrique, des écrivains africains qui produisent en français.

Notes

1 Synthèse des interventions, suggérée par les questions du public.

2 En français, la vibrante [r] est mal localisée et connaît trois variantes principales selon les régions : le r apico-alvéolaire roulé (noté [r] dans l’Alphabet phonétique international [API], qui a pratiquement disparu), le r uvulaire (ou grasseyé, noté [R] en API), le r dorso-vélaire (ou parisien, noté [ᴚ] en API). C’est la troisième réalisation qui constitue la prononciation normalement attendue : les vibrations ont disparu et il est réalisé par une simple friction de l’air entre le dos de la langue et le voile du palais. Pour la commodité de la lecture, nous n’avons pas utilisé les symboles phonétiques de l’API, le commentaire des auteurs pour chaque r étant suffisamment explicite.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540