Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le français : des mots de chacun, une langue pour tous

 | 
Françoise Argod-Dutard

1re partie. Les accents du français parlé

Variétés et variation : du français monocentré à la francophonie pluricentrique ?

Ambroise Queféllec

Texte intégral

  • 1 D’où l’apparition de nombreux ouvrages destinés à corriger le « mauvais français » des lo (...)

1De longue date, depuis au moins le xviie siècle, le français, plus que d’autres langues, a été marqué par une tradition monocentrique qui a régné sans partage pendant au moins trois siècles et a fait de l’usage parisien la norme de référence incontestée. Le centralisme monarchique puis le jacobinisme linguistique qui a inspiré les diverses républiques ont renforcé le sentiment de la prééminence de l’usage francilien qui existait dès le Moyen Âge et qui incitait les écrivains à s’excuser de ne pas avoir comme langue maternelle la variété dialectale francien ne. Le centralisme linguistique, essentiellement grâce à ces instruments de régulation linguistique que sont l’école, l’armée (service militaire) et les médias, a entraîné dans l’hexagone, non seulement la chasse aux langues régionales (breton, alsacien, basque, langue d’oc, franco-provençal, corse) mais aussi aux dialectes de la partie nord de la France apparentés génétiquement au français. Cette politique normative coercitive s’est poursuivie aux xixe et xxe siècles dans les territoires colonisés ou administrés par la France et a pareillement promu, au moins en théorie, le français central, magnifié dans le discours colonial comme instrument de civilisation, au détriment des langues locales, dont l’emploi en situation formelle était théoriquement limité à la pratique du culte. La situation a sans doute était un peu différente en Nouvelle-France, c’est-à-dire au Canada français, où la rupture politique des années 1750 et le passage sous la domination anglaise ont entraîné tout au long des xviiie et xixe siècles une attitude plus contrastée à la fois d’idéalisation du français (outil de résistance culturelle, économique et religieuse contre le monde anglo-saxon) mais aussi de méfiance contre la France accusée à la fois de son indifférence vis-à-vis de ses « enfants » nord-américains et de l’adoption d’un modèle politique condamné par les élites québécoises. Dans ces conditions, qu’ils fussent issus de la contamination du français standard par les langues de substrat (hexagone et colonies françaises) ou de l’évolution sui generis en situation d’isolement de la koiné qui s’était formée rapidement en Amérique du nord par croisement entre français populaire et « patois » du nord-ouest, les français régionaux furent perçus au mieux comme des idiomes « exotiques » sources de plaisanteries ou de pittoresque pour les tenants du « bon français », au pire comme une tare dont les utilisateurs en situation d’insécurité linguistique devaient se débarrasser au plus vite1.

2Au cours de la seconde moitié du xxe siècle, cette situation de diglossie interne entre la variété de prestige et les français régionaux va progressivement évoluer à travers une revalorisation des seconds par une partie de leurs usagers. Il s’instaure progressivement l’idée d’une multipolarité du français et de la coexistence dans l’espace francophone de plusieurs variétés régionales du français toutes aussi légitimes et dignes d’accéder aux fonctions hautes de la communication.

3Notre intervention se proposera donc d’interroger les représentations auxquelles donnent lieu les variétés régionales, elle présentera ensuite le fonctionnement interne de ces topolectes du français en se focalisant sur les deux niveaux, phonétique/phonologie et lexique, où s’accusent les différences avec le standard, enfin elle réfléchira sur les problèmes que soulève le choix d’une norme locale dans une conception polycentrée du français.

Le refus de la norme parisienne et la revendication identitaire

  • 2 Ce n’est pas un hasard si c’est en 1931 que paraît Le Français de Marseille d’Auguste (...)

4Les prises de position en faveur de la variété régionale de français sont inséparables de la prise de conscience d’une identité culturelle souvent minorée pour des raisons politiques ou économiques. Dans la France hexagonale, c’est dans les années 19302 que débute la revendication d’un « français d’ici » par opposition au « français officiel » (celui des institutions : école, administration, presse) : pour le midi de la France, les textes de Pagnol sont à cet égard représentatifs de cette méfiance vis-à-vis de la langue des gens du nord (fussent-ils lyonnais comme Monsieur Brun puisque pour un Marseillais le nord commence à Valence) et de la célébration d’un français local perçu comme marque d’appartenance à un terroir et à une communauté culturelle. Quand Césariot exprime son regret d’avoir perdu la parlure marseillaise de sa famille (Césariot : « ce n’est pas de ma faute si je n’ai plus l’accent marseillais »), son grand-père César, en grossissant les écarts entre le marseillais et le standard, l’accuse implicitement d’avoir trahi ses origines (César : « Plus tout à fait ? Mais tu l’as plus du tout. Je comprends pas la moitié de ta conversation. Bientôt il te faudra un interprète... »). Cet extrait de la version filmique (1936) de César souligne bien que, pour un Marseillais de pure souche, c’est la parlure locale qui doit servir de langue d’échange et que la variété orthoépique est sentie comme « estrangère », comme la langue des « pointus ». Ce refus de l’« accent parisien » et la valorisation du parler local qui est une constante de la culture méridionale peuvent d’ailleurs prendre une forme paroxystique et agressive, mais à certains égards représentative : « Avec les trous du cul qui cachent leur accent, avec les franchimands, y’a pas d’arrangement » (paroles du groupe Massilia Sound System, Aïollywood, 1997). Même jugement linguistique négatif en Belgique ou en Suisse romande sur un locuteur local surpris à parler comme un Parisien et à qui l’on reproche de « fransquilloner » ou de « raffiner ».

5La contestation de la norme parisienne se retrouve au Québec même si elle apparaît au grand jour un peu plus tard, dans les années 1960 avec la « Révolution tranquille » sur le plan politique et la « querelle du joual » qui focalise les débats linguistiques et pédagogiques sur la norme. Défenseurs de l’identité nationale québécoise et refusant l’aliénation culturelle (anglo-saxonne mais aussi française), un certain nombre d’intellectuels et de linguistes aménagistes soutiennent que la norme québécoise doit être définie par les Québécois eux-mêmes et que le français québécois peut lui aussi servir de norme de référence, car au moins aussi légitime et d’aussi bonne qualité que le français parisien : l’humoriste Alain Stanké traduit en termes plus triviaux cette prise de position dans le titre de son livre : Je parle plus mieux française que vous et j’te merde.

  • 3 Le titre donné par l’équipe sénégalaise au très gros inventaire de particularités lexic (...)
  • 4 Moundjou-Voko en sango de Centrafrique, Mindele-Ndombe au Congo, etc.
  • 5 Ce stéréotype de la prononciation parisienne du r est récurrent dans l’image du chocobi (...)

6En Afrique subsaharienne, dans les anciennes colonies et territoires sous protectorat français ou belge, la représentation du français et de sa norme présente, par-delà des différences de surface, des convergences avec la situation québécoise. Perçu pendant longtemps comme langue étrangère imposée comme langue officielle par le colonisateur et « trouvée dans les décombres du régime colonial » selon la formule de Senghor, le français s’est progressivement, surtout grâce à l’école, intégré dans le répertoire linguistique d’un nombre croissant d’Africains. Son corpus, fort limité dans les premières années de l’indépendance, s’est étendu à un pourcentage plus important de locuteurs nationaux et a réduit le fossé creusé entre son usage effectif et ses positions statutaires dominantes de langue du Pouvoir. À mesure cependant que le français se tropicalise et devient langue africaine selon la formule utilisée par G. Mendo-Zé, son image se transforme : en en faisant un élément du patrimoine africain3, en se l’appropriant comme partie constitutive de l’identité nationale, les Négro-africains changent bien sûr l’image du français qui ne peut plus se confondre avec l’image du colon blanc : sa norme d’usage change d’ancrage. Le français exogène (« parisien » pour faire court), celui que tentaient de parler à l’époque coloniale ceux que les colons appelaient les « évolués » et que les Africains dénommaient péjorativement dans leurs langues les « Nègres-Blancs4 », ne peut plus servir de langue de communication dans les rapports inter-personnels entre Africains. Il existe une manière de parler le français spécifiquement africaine qu’un Africain se doit de respecter sous peine de se voir frapper d’ostracisme et de rejet de la part de sa communauté linguistique. En Afrique de l’Ouest, on désigne d’ailleurs péjorativement sous la dénomination chocobit cet « accent français » que l’on doit éviter : en effet, ainsi que le note Batiana (1993 : 204), « chocobiter, autrement dit, parler comme un Français ou encore “avoir l’accent français” est perçu par les Ouagalais [habitants de Ouagadougou, capitale du Burkina Faso] comme indécent, comme un manque de modestie ou tout simplement comme une volonté de son auteur de s’identifier au « Blanc », ce qui l’éloignerait du même coup des autres Burkinabé ». Cet accent étranger peut d’ailleurs perturber la compréhension comme l’écrivait un journaliste sénégalais : « Les téléspectateurs de TV5 apprécieront ce changement d’allure, parce que la plupart étaient finalement déroutés par un style assez “chokhobizé” qui altérait la compréhension » (quotidien dakarois Le Soleil, 9/7/1996). En Afrique centrale, si on utilise d’autres mots comme gorger au Gabon pour désigner cette façon de s’exprimer en gommant son accent africain et en adoptant une prononciation de Français natif, la réprobation sociale est identique à l’égard des chocobiteux et assimilés repérables dans l’imaginaire collectif5 à leur façon de prononcer les vibrantes, et en particulier de réaliser « systématiquement une vibrante uvulaire là où les locuteurs africains réalisent une vibrante roulée [r] » (Batiana, 1993 : 206). Le rejet de la prononciation hexagonale s’accompagne aussi de la stigmatisation sur le plan lexical et morphosyntaxique du « gros français » c’est-à-dire du « français académique », du « français des savants » (définition de Boucher et Lafage, 2000 : 205), autrement dit du français sentant sa norme exogène : les locuteurs sont très réticents et méfiants vis-à-vis de ce qu’ils appellent les « gros mots » qui ne désignent pas en Afrique des mots obscènes et vulgaires mais des termes qui apparaissent ronflants et pédants, étrangers aux façons de dire africaines. Ce refus des « gros mots » est particulièrement sensible chez les locuteurs moyennement scolarisés ou peu scolarisés en français qui ressentent l’emploi de mots rares comme une volonté de l’émetteur d’éblouir l’interlocuteur, de se poser comme supérieur linguistiquement et donc socialement, puisque la bonne maîtrise du français est un puissant critère de catégorisation et de hiérarchisation sociales.

  • 6 Certaines communautés ont, pour des raisons idéologiques, tendance à accentuer la spéci (...)

7En Afrique du nord, la problématique du français est moins celle de sa norme que celle de son inscription dans le paysage linguistique dominé statutairement par l’arabe. Après les indépendances, l’Algérie l’a relégué à un rôle de langue étrangère, en dépit du rôle important qu’il conservait, au moins à l’écrit, dans la communication nationale ; en Mauritanie les orientations de plus en plus arabistes des régimes successifs lui ont fait perdre son statut de langue officielle, malgré les récriminations des communautés négro-africaines du pays ; seule la Tunisie avec le bilinguisme prôné par Bourguiba et, dans une moindre mesure le Maroc d’Hassan II, lui ont conservé une position de langue étrangère privilégiée en pratiquant une politique d’arabisation réaliste et ouverte. Paradoxalement, la reconnaissance sous la pression populaire du rôle des langues vernaculaires, et en particulier du berbère (amazight) au Maroc et en Algérie, a amené chez les responsables une meilleure appréciation de la dynamique linguistique (réintroduction de l’enseignement du français dès la seconde année du primaire en Algérie). La reconnaissance officielle d’un français maghrébin possédant ses propres normes d’usage n’est cependant pas à l’ordre du jour. Pour qu’une communauté revendique une identité linguistique spécifique, encore faut-il qu’il y ait une variété locale autonome distincte du standard, que cette autonomie soit réelle ou purement fantasmée6.

Les topolectes du français

  • 7 Des règles précises gouvernent cette alternance où les langues partenaires conservent u (...)
  • 8 Dans cet énoncé de camfranglais enregistré à micro visible au marché Mokolo à Yaoundé l (...)

8Dans le cas des variétés régionales du français, la difficulté est que, dans une région déterminée, il n’y a pas une variété mais différents lectes qui s’enchevêtrent de manière souvent inextricable. Cette variation en un même pays peut être diastratique, diaphasique, diachronique et même diatopique. En Afrique subsaharienne, par exemple, coexistent diverses variétés de français qui se différencient en fonction des modalités d’acquisition (acquisition informelle « sur le tas » versus apprentissage guidé de type scolaire), d’où la coexistence au moins théorique puisque les lectes participent en fait d’un même continuum, d’un acrolecte parlé par les intellectuels, d’un mésolecte employé par les moyens scolarisés et d’un basilecte réservé aux peu ou non scolarisés. Cependant ces distinctions de lectes à l’intérieur du français ne prennent pas en compte l’existence d’alternances codiques français/langue africaine qui sont très nombreuses et constituent pour les locuteurs francophones, presque tous au moins bilingues, la façon la plus usuelle de parler le français en mélangeant allègrement à l’oral les codes (qui restent indépendants7), d’où le succès du francarabe au Maghreb, du franlof au Sénégal, du fransango en Centrafrique, etc. Elles négligent aussi l’existence d’autres types de langues telles les langues hybrides ou mixtes inventées par les jeunes comme le camfranglais du Cameroun ou le nouchi de Côte-d’Ivoire dont il est difficile de dire exactement si elles sont encore du français8.

  • 9 Sur ce plan, nous partageons l’analyse de M.-L. Moreau (2001 : 86) qui relève que, pour (...)

9Si on se limite aux variétés les moins excentriques, on s’aperçoit que les topolectes du français se différencient principalement aux niveaux phonétique et lexical9.

Phonétique et prosodie

10C’est sans doute à ce niveau que la perception des différences entre topolectes est la plus immédiate et que les locuteurs se sentent le mieux à même d’émettre des jugements épilinguistiques qui confinent d’ailleurs souvent à la reproduction de stéréotypes : si l’on prend le cas des Négro-africains francophones, la plupart des locuteurs s’affirment capables de repérer l’origine nationale, voire régionale, d’un autre locuteur africain en fonction de son « accent » et de sa façon de prononcer le français : ainsi un informateur camerounais, élève-ingénieur d’une grande école inter-africaine, caractérise à sa façon les prononciations de ses condisciples :

Les Ivoiriens, ils ont un accent un peu lourd /// ils parlent en tirant un peu trop sur les mots : celui du Bénin il a un langage un peu plus rapide ouais, un débit de parole un peu plus rapide comme nous autres Camerounais /// Le Sénégalais, il a un débit trop rapide et puis il a un ton.

  • 10 Sur ces problèmes, cf. la thèse de Djoum Nkwescheu, Angéline (2000), Aspects (...)

11Ces stéréotypes, on le voit, ne sont guère différents des jugements tout aussi sommaires formulés en France sur l’accent « chantant » des Méridionaux, sur le débit lent des Suisses romands, sur l’accent nasillard et l’articulation relâchée des Québécois, etc. Dans la plupart des cas, les écarts phonétiques et prosodiques observables sont imputables aux langues du substrat : les locuteurs ont tendance à reproduire et transposer en français les habitus articulatoires de leur langue maternelle : ceci est évidemment probant au niveau phonétique où les locuteurs remplacent les phonèmes du français absents de leur langue maternelle par des phonèmes voisins communs au français et à leur langue native : ainsi en Afrique le son [y] est, par exemple, fréquemment remplacé par [i] ([minit]/[lin] plutôt que [minyt]/[lyn]), les fricatives [ʃ] et [Ʒ] sont remplacées par [s] et [z] ([seve]/[ze] au lieu de [ʃəvφ]/[Ʒə]). Les mêmes interférences se rencontrent au niveau de la structure syllabique : puisque beaucoup de langues africaines possèdent comme schéma syllabique canonique la structure CVCV et par conséquent peu de groupes consonantiques ou de syllabes fermées en finale, il se produit des phénomènes d’épenthèse : train réalisé [tεrε], d’aphérèse : attention réalisé [tãsjͻ], d’apocope : directeur réalisé [dilεtε]. Par ailleurs pour les usagers qui possèdent comme idiome maternel des langues à tons, ils ont tendance à simplifier le processus accentuel du français par la substitution du système tonal au système accentuel10.

Lexique

12Confronté à des realia géographiques, botaniques, humaines, culturelles différentes, le français a éprouvé le besoin de créer de nouveaux vocables pour exprimer les réalités nouvelles inconnues de son biotope d’origine. Exposé au contact avec d’autres langues, le français interréagit avec ces autres idiomes qu’il contamine mais qui le modifient, l’interpénètrent à leur tour dans des processus complexes d’influences croisées : Edema (1998 : 144) souligne la prégnance du brouillage des codes dans le français parlé au Zaïre quand il relève que « l’emprunt passe au réemprunt, du bilatéral au circulaire ; il se fait par le flux, le réemprunt par le reflux du même stock lexical ».

L’emprunt

13Parmi les procédés d’enrichissement lexical du français ultramarin, l’emprunt occupe une place privilégiée mais variable : dans les contrées où le français est au contact avec une langue dominante sur le marché linguistique local (anglais pour l’Amérique du Nord, arabe pour le Maghreb, malgache pour Madagascar, sango pour le Centrafrique, wolof pour le Sénégal, bamanakan pour le Mali), les emprunts à cette langue sont massifs et constituent au moins 50 % des néologismes intégrés dans la norme locale : ainsi le français de beaucoup de pays africains à majorité musulmane, emprunte un certain nombre de vocables à l’arabe coranique pour désigner des realia ou concepts liés à la religion islamique : sous des formes graphiques parfois divergentes fatiha (aussi graphié fatia, alfatia, fathia, fatiya, fâtiha) « première sourate du Coran », dhor « deuxième prière de la journée », hadj « grand pèlerinage à La Mecque », sunna « ensemble des préceptes tirés des pratiques du Prophète Mohamed », hadith « paroles et actes du Prophète qui font autorité, après le Coran, en matière de loi islamique », etc., se retrouvent dans les français régionaux d’Afrique du nord, du Liban, des pays sahéliens d’Afrique subsaharienne, de Djibouti, des Comores, etc. Ces emprunts en principe intégrés au français local posent d’ailleurs de nombreux problèmes aux linguistes, lorsqu’ils veulent les différencier des xénismes, c’est-à-dire des citations de mots d’origine étrangère qui conservent dans la phrase française le statut de mots étrangers.

14La part des emprunts est plus réduite dans les pays de multilinguisme complexe comme le Congo démocratique (qui compte plus de 250 langues), le Cameroun (248 langues) ou la Côte-d’Ivoire : la mosaïque culturelle et linguistique limite l’emprunt aux langues de substrat et favorise le recours à d’autres modes d’enrichissement.

L’hybridation

15Parmi ceux-ci l’hybridation est un processus très actif qui peut prendre diverses formes. Souvent c’est à une base allogène que le français régional vient ajouter un de ses suffixes pour créer un dérivé spécifique : en Amérique du Nord, le procédé de création de verbes par adjonction du suffixe -er à une base anglaise est courant : backer « se porter garant, appuyer », shifter « passer les vitesses », swaper « échanger, troquer », spinner « patiner », fitter « aller », flyer « sauter », cramper (ses roues) « braquer (ses roues) » ; de même, l’adjonction de suffixes -eur, -âge, -erie, à une base anglaise permet de créer au Québec des substantifs comme bitchage ou bitcherie « paroles ou gestes malveillants », botchage « travail mal fait », botcheur « personne qui fait mal son travail », checkeur « contrôleur », checkage « vérification » ; les français du sud activent les mêmes procédés : à partir du radical verbal kituba kubukuta « broyer, mastiquer, croquer », le français du Congo-Brazzaville crée la série boukouter « détourner et dilapider des fonds publics », boukouteur « fonctionnaire ou politicien qui détourne des fonds publics », boukoutage « détournement de fonds publics », tout comme le français du Sénégal, à partir de la racine wolof tuubab « Blanc » invente les dérivés toubabiser « devenir semblable aux Blancs », toubabisme « imitation du comportement des Blancs », toubabité « ensemble des traits qui caractérisent les Blancs », toubabé » digne d’un Blanc ». Parallèlement, les français du Maghreb créent à partir de racines arabes youyouter « pousser des youyous ou cris stridents », zelligeur « artisan qui pose des zelliges ou carreaux de terre cuite émaillée », hittiste « chômeur qui reste collé à un mur (hit en arabe) », ramadanesque « relatif au Ramadan, mois de jeûne ». Plus surprenante et plus rare est l’adjonction à une base française d’un suffixe d’une autre langue, comme l’anglais, d’où taximan « chauffeur de taxi » courant en français d’Afrique subsaharienne et en français du Maroc (versus taxieur en fr. d’Algérie et taxi driver en anglais standard), roseauman « sportif peu talentueux qui occupe le banc des remplaçants pendant les compétitions » (fr. de Centrafrique), ou exiland « terre d’exil » (fr. du Congo-Brazzaville). L’hybridation peut encore être plus complexe quand elle crée des mots de français régional à partir de formants non français, comme boukiman « commerçant qui pratique une forme d’usure » (du wolof bouki + suffixe -man en fr. du Sénégal), chaïman « vendeur de thé en plein air » (du haoussa chaï en fr. du Niger), zraman « fumeur de cannabis » (du dioula zra en fr. de Côte-d’Ivoire) ou dioulakro « quartier urbain où vivent surtout des personnes originaires du nord de la Côte-d’Ivoire » (de dioula « colporteur » + baoulé -kro « village »).

Le calque

16Un autre procédé, celui du calque, qui consiste à transposer en français un schéma sémantique propre aux langues maternelles est également actif chez les locuteurs africains : ainsi le français du Gabon forme sur bouche plusieurs locutions verbales qui traduisent terme à terme leurs homologues dans les langues bantoues (la proximité de celles-ci ne permettant pas d’identifier toujours précisément la langue-source) : avoir la bouche « avoir une grande gueule », avoir la bouche pour rien « se vanter indûment », avoir la bouche trop longue « être incapable de garder un secret », donner la bouche « faire passer un message », envoyer la bouche à qqn « transmettre un message ou un ordre », faire la bouche « se montrer arrogant », faire la longue bouche « faire l’important », fermer la bouche de qqn « mettre fin à des ennuis avec un représentant de la loi en lui graissant la porte », parler la même bouche « être d’accord, dire la même chose », rester la bouche ouverte « rester pantois ». Ces expressions tirées de Boucher et Lafage (2000 : 66-67), traduisent tout autant qu’un enrichissement ou une adaptation du français, une appropriation, une africanisation du français que les locuteurs africains perçoivent de plus en plus en plus comme une composante de leur identité nationale.

La troncation

17Comme le relève Sesep N’sial (1993 : 61) « au Zaïre [actuellement République Démocratique du Congo] l’abrègement se caractérise par un dynamisme et une productivité extraordinaires. Face à la prolifération de plus en plus croissante, de nos jours, de lexies composées, de locutions dans les langages techniques [...] la réaction la plus naturelle de l’usager du français, fût-il zaïrois, est de recourir, pour des raisons d’économie au phénomène de la troncation ». La siglaison affecte bien sûr les noms des entreprises, partis politiques, syndicats mais aussi les noms communs composés : elle peut se faire par l’initiale type p.s.p. (< poste de sécurité publique « commissariat de quartier »), j.p. (< jeune premier « dandy »), g.p. (< garde présidentielle) ou être de nature syllabique type Mineduc (< ministère de l’Éducation Nationale), commipo (< commissaire politique), comzone (< commissaire de zone). Cette siglaison peut donner lieu naturellement à dérivation : ainsi, à partir du nom des trois régions Niari, Lekoumou, Bouenza, réputées favorables à l’ex-président Lissouba, les Congolais ont créé Nibolek qui désigne l’entité géographique constituée par les trois régions mais aussi les personnes originaires de cet ensemble géographique et, par dérivation, l’adjectif nibolékien « qui relève du Nibolek », le verbe nibolékiser « conférer les principales responsabilités de l’appareil d’État à des ressortissants du Nibolek », le substantif nibolékisation « fait de donner les postes de responsabilité aux originaires du Nibolek » ; une seconde troncation réduit le trisyllabe en un disyllabe nibo, lui-même à l’origine de dérivés comme niboland « ensemble géographique composé des trois régions » ou du composé nibotchek « personne dont l’un des parents est originaire du Pool et l’autre du Niboland » (tchek étant le surnom donné aux membres de l’ethnie majoritaire dans le Pool). L’apocope, ou troncation après le début du mot, est également très productive, que les apocopés soient à finale consonantique, type mocass (troncation de mocassin), cost (< costume), cop (< copain), à finale vocalique type cama (< camarade), palu (< paludisme), candi (< candidature), ou apocope très vivante en [o] terminal, type hippo (< hippopotame), merco (< mercedes), do (< dollar), rapido (< rapide « bref rapport sexuel avec une prostituée ») ou homo (< homonyme, à ne pas confondre avec homo < homosexuel en fr. hexagonal).

Le redoublement

18Dans les français du sud, le processus de redoublement, vivant dans les langues natives, est souvent utilisé pour créer des termes nouveaux, type cent-cent « taxi collectif où chaque passager paie cent francs », coupé-coupé « brochette de viande cuite et vendue dans des gargottes sur le bord des routes », arranger-arranger « artisan itinérant », paillé-paillé « vendeur ambulant », plat-plat « carangue », petit-petit « tout petit », vrai-vrai « sûr et certain », combien-combien ? « combien chacun ? », etc.

Le changement de catégorie

19La moindre force de la pression normative explique que les français subsahariens connaissent des changements assez fréquents de catégorie : les substantifs deviennent adjectifs (caillou : « dur, difficile », bandit « turbulent »), adverbes (cadeau « gratuitement », acharnement « de manière acharnée ») ou verbes (moyen « pouvoir » : je moyen pas « je n’y arrive pas ») ; de même les adjectifs peuvent devenir noms (la coloniale « l’époque coloniale ») ou verbes (content « aimer, apprécier » : elle content trop sortir « elle aime beaucoup sortir »).

20Le changement de genre se rencontre également : le substantif masculin bordel (qui conserve son genre dans le sens d’« homme libidineux ») est généralement féminin sous la forme graphique bordelle pour désigner une « prostituée ».

21Enfin sont très fréquents les changements de construction syntaxique des verbes qui adoptent la construction de leurs équivalents dans les langues natives (accoucher un enfant « donner naissance à un enfant ») ou adoptent la combinatoire de leur prototype français : empêcher à qqn calque sa construction sur défendre, interdire à qqn, tout comme exiger à qqn se construit sur le modèle de demander, dire à qqn.

Norme exogène/norme endogène ? Quelle norme adopter ?

  • 11 Le français vin de Bordeaux variété acrolectale apprise à l’école par le mo (...)
  • 12 Souvent d’ailleurs inconséquents : ainsi le ministère centrafricain de l’Éducation nati (...)

22La plupart des pays francophones se trouvent confrontés au choix d’une norme. Les institutions, généralement, adoptent une position très conservatrice et élitiste qui permet d’ailleurs aux privilégiés maîtrisant le « bon français11 » (la norme exogène) de conserver et de justifier leurs avantages sociaux. Comme le rappelle Fouzia Benzakour (2001 : 97), « au Maroc, les pédagogues comme les nostalgiques du bel usage attachés exclusivement à la langue littéraire classique [...] expriment par la voix de l’institution académique leur méfiance à l’égard de la variété de français “infestée d’emprunts qui s’étale dans la presse et la littérature”. Ce francarabe est perçu par ce groupe comme étant un sous-produit, qu’il conviendrait d’écarter avant qu’il ne vienne concurrencer le français de France, seule langue véritablement reconnue » ; il se crée dès lors une diglossie à l’intérieur du français entre variété orthoépique et variété régionale, qui reflète un décalage et une rupture entre deux groupes sociaux, l’élite qui se réfère à un français académique mythique et les francophones « ordinaires » qui pratiquent un français endogène source d’insécurité et de blocage. Benzakour (2001 : 98) résume bien le dilemme normatif des francophones du sud : « en même temps qu’elle indique un modèle linguistique aux individus, la communauté leur demande de ne pas l’adopter : elle admet volontiers que le bon français est celui des Français mais qu’il ne faut pas parler comme les Français ». Cette position est d’autant plus difficile à tenir que ceux qui sont les garants légitimes de la norme extérieure, en particulier les enseignants, souvent arc-boutés sur des positions puristes et exogénéistes dans leur discours épilinguistiques, ne maîtrisent que partiellement la norme standard : formés à la hâte, très peu recyclés pédagogiquement, mal payés, voire pas payés du tout, peu considérés socialement et n’ayant qu’un faible accès aux biens culturels (livres, journaux etc.), les instituteurs et professeurs africains substituent, involontairement et de bonne foi, la norme locale à la norme extérieure. Ils enseignent la seule variété de français qu’ils connaissent, la leur, généralement beaucoup plus proche du français régional (en particulier pour ce qui est de la phonétique et de la prosodie) que du français académique prôné par les responsables pédagogiques12.

23C’est sans doute au Québec que la réflexion sur la norme du français a été la plus poussée, souvent au prix de débats passionnés qui ont dépassé de beaucoup le cercle des spécialistes : les linguistes québécois et en particulier le Conseil de la langue française du Québec ont bien dégagé la double contrainte que doit respecter le choix d’une norme : d’une part, le refus du séparatisme linguistique et la nécessité de maintenir l’intercompréhension entre francophones pour éviter le danger de la babélisation. Car les Québécois « ne veulent pas se couper du français international » (Conseil de la langue française, 1990 : 51) ; d’autre part, la nécessité liée à l’affirmation de l’identité nationale, de défendre la personnalité linguistique de la communauté et son aptitude à définir elle-même ses normes (« rapatriement du jugement sociolinguistique ») : « il importe que les décisions normatives portant sur les usages linguistiques propres au Québec soient prises par des Québécois et que l’on cesse, dans ces cas-là s’en remettre à des évaluations et à des jugements effectués à l’étranger » (Conseil de la langue française, 1990 : 31). L’option adoptée par les aménagistes pourrait se résumer ainsi : « Non au français de France, oui au français standard québécois » : la norme de référence se déplacerait en se localisant et privilégierait la variété de prestige québécoise, employée par les « personnes ayant un assez bon niveau de scolarisation, un statut économique et social relativement élevé, et qui ont une influence sur l’évolution générale de la communauté québécoise » (Boulanger, 1989 : 69). Cette option est mise en pratique dans deux dictionnaires, à vocation pédagogique, le Dictionnaire du français plus dirigé par C. Poirier et le Dictionnaire québécois d’aujourd’hui rédigé par Jean-Claude Boulanger dont la publication a soulevé des polémiques violentes (cf. l’ouvrage virulent de Diane Lamonde qui développe les arguments avancés par les adversaires de la « norme québécisante »). Ces polémiques et le relatif échec commercial de ces dictionnaires traduisent la difficulté de trouver une position équilibrée conciliant les exigences d’authenticité et de respect de l’identité nationale et les nécessités de ne pas se couper des autres communautés linguistiques francophones.

Conclusion

  • 13 Assez paradoxalement, le français venu de l’extérieur, et donc neutre ethniquement, est (...)

24De manière globale, me semble-t-il les français ultramarins, et particulièrement ceux du sud, sont en proie à des forces centrifuges qui tendent à les différencier de la variété de référence, à la fois pour des raisons externes (faillite du système éducatif incapable de véhiculer la norme hexagonale qu’il est censé diffuser) et en raison de la volonté des locuteurs d’affirmer leur spécificité et leur identité nationale13. Cette différenciation à visée identitaire peut se trouver exacerbée dans certains groupes (les jeunes en particulier) jusqu’à nuire à l’intercompréhension avec les autres membres de la communauté nationale et a fortiori avec les autres francophones. Le phénomène est patent lorsque le noyau dur de la langue, la morphosyntaxe, est atteint, ou lorsque le lexique est massivement envahi par des vocables inconnus du standard ou dotés de sens spécifiques inintelligibles pour les autres francophones. Cette évolution est certes encourageante en ce qu’elle traduit la vitalité et la plasticité du français africain, sa prise en charge et son appropriation par de nouveaux collocataires (selon le mot de Sony Labou Tansi) qui transforment la langue à leur gré. Elle est aussi inquiétante en ce qu’elle est le symptôme de l’échec de l’école africaine trop frileuse, insécure et incapable de fournir aux élèves un instrument de communication moderne et dynamique, susceptible de répondre à leurs besoins expressifs dans des pays où le français est pourtant langue officielle. Les États généraux sur l’enseignement de la langue française en Afrique, tenus à Libreville il y a quelques années, avaient bien attiré l’attention des gouvernants et des responsables sur la nécessité d’améliorer un enseignement souvent en perdition, en particulier par la prise en compte des langues maternelles des apprenants et de l’existence de normes locales de français, mais il semble que ces recommandations soient, pour leur plus grande part, restées lettre morte... Comme on le voit, on est encore loin du modèle d’une francophonie pluricentrée que j’évoquais dans mon titre mais les choses avancent cependant, sinon chez les responsables, du moins chez les usagers.

Notes

1 D’où l’apparition de nombreux ouvrages destinés à corriger le « mauvais français » des locuteurs non originaires des régions parisiennes et voisines... On citera par exemple pour le Sud de la France : Desgrouais, M. (1766). Gasconismes corrigés. Ouvrage utile à toutes les personnes qui veulent parler et écrire correctement, et principalement aux jeunes gens, dont l’éducation n’est pas encore formée, Toulouse, Robert ; Gabrielli, G. (1836), Manuel du Provençal, ou les provençalismes corrigés, à l’usage des habitants des départements des Bouches-du-Rhône, du Var, des Basses-Alpes, du Vaucluse et du Var, Aix-Marseille, Aubin ; Pépin, Louis (1895), Gasconismes et choses de Gascogne, Paris, Picard et Cahors, Girma ; Reynier, J.-B. (1829), Corrections raisonnées des fautes de langage et de prononciation qui se commettent même au sein de la bonne société en Provence, Marseille ; Rolland, M. (1810), Dictionnaire des expressions vicieuses et fautes les plus communes dans les Hautes et Basses-Alpes, Gap, Allen ; Villa, Etienne, (1802), Nouveaux Gasconismes corrigés ou tableau des principales expressions vicieuses usitées dans la partie méridionale de la France, Montpellier, Izar.

2 Ce n’est pas un hasard si c’est en 1931 que paraît Le Français de Marseille d’Auguste Brun, « la première description systématique et scientifique d’un français régional qui ait été élaborée en France » (Straka, 1977 : 111), et si c’est aux mêmes dates que se développe cette revendication d’un français régional devenu majoritaire : « une communication régulière, puis majoritaire, en français, se met en place, à partir des années 1930, avec des décalages jusqu’aux années 1950, dans certaines zones rurales » (Blanchet, 2000 : 84).

3 Le titre donné par l’équipe sénégalaise au très gros inventaire de particularités lexicales du français au Sénégal récemment paru, est à cet égard révélateur : Les Mots du Patrimoine : le Sénégal.

4 Moundjou-Voko en sango de Centrafrique, Mindele-Ndombe au Congo, etc.

5 Ce stéréotype de la prononciation parisienne du r est récurrent dans l’image du chocobi ; cf. par exemple la citation donnée par S. Lafage dans son Lexique français de Côte-d’Ivoire (2002 : 217) : « On se moque volontiers de celui qui affecte de bien grasseyer les R à la française au lieu de les laisser rouler à l’africaine. On dit qu’il fait son chocobi » (David, 1986 : 76).

6 Certaines communautés ont, pour des raisons idéologiques, tendance à accentuer la spécificité de leur parler peu distinct dans les faits de la variété de référence. C’est le cas, par exemple, des Suisses romands qui, par refus de l’assimilation, fantasment leur spécificité linguistique par rapport au français de France ; inversement d’autres communautés refusent de prendre en charge la singularité de leurs usances linguistiques : ainsi les Malgaches dénient, contre l’évidence, l’existence d’un français malgache, variété que Bavoux dénomme « cryptoglosse ou plus prudemment variété crytoglossique, ou encore variété à faible visibilité sociale, occultée, en latence » (Bavoux, 2000 : 23).

7 Des règles précises gouvernent cette alternance où les langues partenaires conservent un certain nombre de leurs règles propres, comme dans cet exemple de fransango qui met en scène une interaction entre étudiants banguissois : — Chef de chorale-là ? — Il est chômeur ! lo mû cours na yâ tî â privé sô. Lo wara dix mille francs na fin du mois, lo vivre na ni awe, ce qu’on peut gloser par « – Le chef de chorale-là ? — Il est chômeur (sous entendu, il n’est pas intégré dans la fonction publique ou bien il n’a pas trouvé de poste fixe bien rémunéré). Il donne des cours dans un lycée privé pour un salaire de dix mille francs par mois (dix mille francs CFA bien entendu). Il se débrouille avec ça » (exemple emprunté à Queffélec, 1997 : 60).

8 Dans cet énoncé de camfranglais enregistré à micro visible au marché Mokolo à Yaoundé le 11.8.2003 et transcrit en alphabet phonétique international puis translitéré graphiquement et enfin glosé par Nguetchuing-Timnou (2004 : 122-124), il est bien difficile de savoir à quelle langue on a affaire :
[wεtƷәkem + lamuguεkem + vumit :enɔ :ɔ + ilatεlkilvulεynәtribã :d + Ʒεalɔ :rtemwaηekiletεmugu + oliϕksaliberejitribã :d ++ λεs + Ʒelε + aliberejiwa :nkɔk]
wait je came + le mougou est came + vous meetez non + il a tell qu’il voulait une trois bandes + j’ai alors témoigné qu’il était mougou + au lieu que I libéré him tree band ++ yes + je l’ai + I libéré him one coq.
« attends que je vienne, le peureux est venu, vous voyez non, il a dit qu’il voulait une chaussure à trois bandes, j’ai alors imaginé qu’il était bête, au lieu que je lui donne une trois bandes, oui, je lui ai, je lui ai donné une chaussure de marque le coq sportif. »

9 Sur ce plan, nous partageons l’analyse de M.-L. Moreau (2001 : 86) qui relève que, pour les questions de norme, « il faut traiter séparément ce qui relève de la morphosyntaxe (où les variétés de prestige des différentes communautés ne diffèrent quasiment pas), du lexique (où elles ont en propre quelques dizaines ou centaines d’unités seulement) et ce qui concerne les aspects phoniques de la production (où le marquage identitaire est le plus manifeste dans les phénomènes rangés sous le concept d’accent) ».

10 Sur ces problèmes, cf. la thèse de Djoum Nkwescheu, Angéline (2000), Aspects prosodiques et phonématiques du français parlé au Cameroun, Thèse de doctorat, université de Grenoble III.

11 Le français vin de Bordeaux variété acrolectale apprise à l’école par le moniteur (« instituteur ») Wangrin qu’Ahmadou Hampaté Ba oppose dans le roman éponyme au forofifon naspa, français basilectal appris sur le tas dans l’armée coloniale par l’ancien tirailleur Racoutié.

12 Souvent d’ailleurs inconséquents : ainsi le ministère centrafricain de l’Éducation nationale, tout en adoptant une position exogénéiste conservatrice en matière de norme, met au programme du bac Les Soleils des Indépendances d’Ahmadou Kourouma, grande œuvre littéraire certes, mais dont la langue fortement malinkéisée de l’aveu même de l’écrivain ne donne aux bacheliers centrafricains, qu’une image bien éloignée du français standard qu’ils sont censés apprendre.

13 Assez paradoxalement, le français venu de l’extérieur, et donc neutre ethniquement, est apparu comme un élément de cohésion nationale dans les pays qui ont connu des conflits orchestrés sur des bases ethniques (Centrafrique, Congo-Brazzaville, Côte-d’Ivoire) : l’emploi des langues vernaculaires par les groupes dominants est souvent ressenti par les autres nationaux comme un signe de sectarisme.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540