Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le français : des mots de chacun, une langue pour tous

 | 
Françoise Argod-Dutard

1re partie. Les accents du français parlé

Les secrets des noms de lieux en Anjou

Pierre-Louis Augereau

Texte intégral

1Il y a un mot qui m’a décidé à écrire un jour ce livre auquel je dois d’avoir été invité à parler devant vous aujourd’hui : Les secrets des noms de communes & lieux-dits du Maine-et-Loire (éd. Cheminements). Ce mot, c’est Pellouailles, nom d’une petite commune située près d’Angers, et qui s’appelle exactement « Pellouailles-les-Vignes » depuis un décret du 13 novembre 1920. J’étais plongé dans la lecture du Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France de Dauzat et Rostaing, qui est en quelque sorte la « bible » des amateurs de toponymie française, quand je suis tombé sur Pellouailles. Et l’explication donnée m’a vraiment ravi, à tel point que je me suis dit qu’il fallait creuser le sujet.

2L’origine du nom de Pellouailles est aussi logique qu’amusante. Pellouailles, c’était en effet l’endroit on l’on « pelait les ouailles », c’est-à-dire où l’on tondait les brebis et les moutons. En patois charentais, une pélouaille est une cabane (faite le plus souvent en pierres sèches) où l’on tond les moutons. Le verbe peler vient du bas-latin pilare, « enlever le poil ». Quant au mot ouailles, il désignait les brebis en ancien français. S’il a surtout conservé aujourd’hui le sens chrétien de « fidèles d’une paroisse » (on dit : « le curé et ses ouailles »), c’est à cause de la parabole évangélique du bon pasteur, celui qui n’hésite pas à quitter son troupeau pour partir à la recherche de la brebis égarée. Mais certaines régions du Centre et de l’Ouest ont conservé dans son sens original ce mot que l’on l’entend aussi sous la forme oueilles. Pellouailles s’appelait d’ailleurs Pelloueille en 1388, et l’on a longtemps prononcé le mot ainsi. Dans certains coins d’Anjou, la bergerie portait le nom de tét aux oueilles, autrement dit de toit aux brebis. Dans son roman Jeanne, George Sand écrit en parlant du Berry : « C’est un usage de nos contrées que de faire paître ainsi les brebis à la rosée du soir, de la mi-juillet à la fin de septembre [...] on appelle cela sereiner les ouailles. Nous avons conservé ce vieux mot ; et si vous alliez parler de brebis chez nous, personne ne vous comprendrait ». Ouailles est une déformation d’ovicula, diminutif du latin ovis, « brebis », qui a aussi donné en français le mot ovin. Pour Pellouailles, on le retrouve d’ailleurs dans la forme latinisée de 1317 Pelleovis.

3Il est possible cependant que la dénomination de la commune soit liée, non pas à l’atelier de tonte lui-même, mais à un homme surnommé Pelloeilles, qui aurait été le propriétaire du domaine à l’origine du village. Ce sobriquet donné aux tondeurs est en effet attesté, comme d’autres tels que Pellecuer (« pèle cuir ») ou Pelloie (« pèle oies »). Bien souvent, les surnoms commençant par Pèle qualifiaient les avares ou les usuriers qui tondaient ceux à qui ils prêtaient de l’argent... ainsi que tout ce qu’il y avait à tondre. On a ainsi Pellevillain (« pèle vilain »), Pellevoisin (« pèle voisin »), Pelfrêne (« pèle frêne »), « Pelherbe » (« pèle herbe »), Pellauzeau (« pèle oiseau »), etc. On peut ajouter à cette liste le nom de Pellaumail porté par un industriel qui avait fait construire à Cholet un très bel hôtel particulier dans le bas de la rue Nationale. Le mot aumaille désignant le gros bétail, il faut croire que M. Pellaumail avait un ancêtre écorcheur d’animaux de boucherie. Je connais aussi un M. Plumejau, autrement dit « Plume-Coq ». Le mot de patois jau, qui désigne le coq dérive tout simplement du latin gallus (coq), qui est de la même famille que le mot gallinacée. Et, puis, pendant que j’y suis, je vais vous livrer également le petit dicton que l’on dit à Pellouailles et qui joue sur le double sens du mot ouailles. C’est un petit dialogue à la Don Camillo entre Dieu et le curé de Pellouailles. Question de Dieu : « Curé de Pellouailles / Qu’as-tu fait de tes ouailles ? ». Réponse du curé : « Seigneur, bêtes, vous me les avez données / Bêtes, je vous les rends ! ». Voilà, c’est un petit exemple de ce que l’on peut s’amuser à chercher (et à trouver) lorsqu’on se plonge dans les noms de lieux de son pays. C’est ce que j’ai fait pendant quelques années, avec, en guise de bagage, ma simple curiosité.

4Ce que j’ai voulu faire, c’est savoir ce que ces mots ont dans le ventre, tous ces noms de communes et de lieux-dits que l’on trouve sur les cartes d’état-major et qui poussent sur les panneaux indicateurs. C’est ce que j’explique dans la préface de mon livre : pour comprendre ces mots, pour les traduire, pour les expliquer « il faut les ouvrir, les disséquer, les décortiquer, comme on casse une coque de noix entre ses doigts avant d’en savourer le fruit. Au cœur de chaque mot du terroir se cache toute une histoire. À l’intérieur des noms du pays s’écrit toute une géographie. Le paysage est un livre ouvert qui ne demande qu’à être déchiffré ». À la sortie du livre, un de mes collègues a utilisé une autre comparaison. Depuis, j’appelle ça le « syndrome de l’œuf Kinder ». Tous les mots sont des œufs Kinder. On déguste d’abord leur enveloppe (c’est la prononciation) et, à l’intérieur, on trouve une capsule de plastique au sein de laquelle est cachée une surprise sous forme de petit jouet en kit. Ainsi, à l’intérieur de Pellouailles vous avez un tondeur de moutons. En restant dans le domaine animal, et en restant aussi en Maine-et-Loire, on peut donner d’autres exemples. Alors allons-y.

5Parmi les mots que j’aime bien, il y a aussi Bégrolles, Bégrolles-en-Mauges, au nord de Cholet, dont le territoire abrite l’abbaye de Bellefontaine. Cette commune est récente puisqu’elle a été érigée par la loi du 2 janvier 1850. Et je n’ai retrouvé aucune forme ancienne du nom. En argot, une grolle c’est une chaussure. Mais en vieux français comme en patois angevin, c’est un oiseau de la famille des corvidés, le plus souvent un corbeau, mais aussi une corneille ou un choucas. Le mot vient du latin graculus, « choucas ». C’est sans doute cet animal que l’on retrouve dans le nom de Bégrolles, la première syllabe étant une contraction du mot bec. Bégrolles serait alors traduisible par « bec de corbeau ». Cela pourrait être une allusion à la forme d’un terrain ou d’un promontoire rocheux. À Saint-Pierre-Montlimart, près des vestiges de l’oppidum gallo-romain de la Ségourie, les parcelles « La Bégrolle » et « Les Bégrolles » voisinent avec une pièce de terre nommée « le Bec-d’Oiseau ».

6Sous le nom de grolle, le corbeau et la corneille ont laissé des traces en Anjou à la Grollerie (La Jumellière et Rablay-sur-Layon), à la Grollière (Soulaines), au Grolay (Verrie, Feneu) ou à Chantegrolle (Somloire). Dans les vignes, ils sont aussi à l’origine du grolleau, un cépage qui tient son nom de sa couleur, aussi noire que les plumes du corbeau. En patois angevin, une grolle est également un pic de mineur à pointe unique et manche court, qui doit son appellation à sa ressemblance avec un bec de corbeau. Je passe là de la brebis au corbeau un peu comme on passe du coq à l’âne, et je vais continuer comme ça. Je ne veux pas vous infliger une dissertation sur la toponymie française, mais plutôt vous inviter à une petite promenade au pays des mots de l’Anjou.

7Alors, quand on se promène dans la campagne on voit des animaux, mais surtout des arbres, des plantes et des fleurs. Dans cette catégorie aussi j’ai mes mots préférés. Torfou par exemple, petit village situé tout au sud du Maine-et-Loire, à deux pas de Tiffauges où se trouvent les ruines d’un des châteaux de Gilles de Rais. Que trouve-t-on dans cet œuf Kinder étiqueté Torfou ? Tout simplement un hêtre tordu. Torfou, c’est en effet le tortus fagus, c’est-à-dire le « hêtre tordu », ou plus exactement le « hêtre tors ». Peut-être qu’il s’agissait d’un de ces hêtres dits tortillards qui possèdent un tronc court et des branches tordues en tous sens, tels qu’on peut en voir aux Faux-de-Verzy près de Reims. En latin, fagus signifie en effet « hêtre », un arbre qui porte aussi le nom de fayard et que l’on retrouve en toponymie sous la forme fou. Au xvie siècle, le poète Ronsard parle de fousteaux tandis qu’Amyot écrit à la même époque : « Ils en dansoient de joye à l’entour d’un chesne ou d’un fousteau, au son de quelque chanson rustique ». Le mot hêtre vient du germanique heester. Mais jusqu’au xviie siècle, en France, on a utilisé les termes de fou, fouteau ou fayard, qui proviennent de la racine latine fagus. Aujourd’hui encore, pour les botanistes, cet arbre porte le nom de Fagus sylvatica, et il fait partie de la famille des Fagacées qui comprend également le chêne et le châtaignier. Du fait de leur haute stature et de leur silhouette caractéristique, les hêtres servaient souvent de repères dans les campagnes françaises, ce qui pourrait expliquer que celui de Torfou ait donné son nom au bourg primitif. Le hêtre « fayard » a donné son nom à Torfou, mais aussi aux communes de Faye-d’Anjou, du Fuilet et du Fief-Sauvin.

8Le Fief-Sauvin est d’ailleurs intéressant car, dans la famille des toponymes, il fait partie des faux-amis. Il paraît en effet logique de prendre le mot fief dans son sens courant : un fief désigne à l’origine une terre donnée par un seigneur à l’un de ses vassaux qui lui devait en échange rente ou service. Mais dans le cas présent, cette explication tombe d’elle-même dès que l’on examine les formes anciennes. Là aussi, on retrouve un dérivé du latin fagus qui signifie « hêtre ». Quant au mot silvanum que l’on trouve dans la première forme ancienne datant du xixe siècle, il renvoie au mot latin silva, « bois, forêt », qui a donné en français l’adjectif sylvestre. Etymologiquement, le Fief-Sauvin signifie donc « la forêt de hêtres ». Il faut cependant ajouter au sujet du Fief-Sauvin qu’au xiiie ou xive siècle, le nom de Souvain ou Sauvain était celui du propriétaire des terres, et qu’il a donc pu jouer lui aussi un rôle dans l’évolution de ce toponyme au fil des âges. D’après Henri Cormeau, on disait, dans les Mauges, Le Fi-Sauvin car « fief se prononce toujours fi ». Cela est confirmé par Ménage qui écrivait en 1672 que les Angevins prononçaient le f final des mots clef et cerf, mais qu’au contraire ils disaient fié au lieu de fief. Pour terminer avec le hêtre « fagus », on peut aller faire un tour en Vendée du côté du Puy-du-Fou. Le Puy, c’est l’ancien pog celtique, c’est-à-dire, la hauteur, la colline. En Anjou, on retrouve ce mot au Puy-Notre-Dame ou au Puy-Saint-Bonnet, et tout le monde connaît en Auvergne le Puy-de-Dôme ou le Puy-de-Sancy. Et « Fou » est là aussi un dérivé de « fagus ». Le Puy-du-Fou, c’est donc « la colline du hêtre ».

9Pour rester dans les arbres, on trouve, par exemple en Maine-et-Loire, Le Coudray-Macouard, entre Saumur et Montreuil-Bellay. Le Coudray vient de coudrier, synonyme de noisetier. À l’origine, Le Coudray désignait donc un endroit planté de noisetiers. En ancien français, un tel lieu s’appelait une coudriere. On retrouve ce nom au château du Coudray-Montbault près de Vihiers. Quant à Macouard, c’est le nom du seigneur qui fit construire un premier manoir au xie siècle.

10C’est en revanche dans du bois d’orme qu’a été gravée l’étymologie des Ulmes, tout comme celle du May-sur-Èvre. Dans les deux cas, le mot vient en effet du latin ulmus, « orme », un arbre qui fait partie de la famille des ulmacées. En France, il a donné son nom à de nombreux toponymes tels que les Olmes, Oms, Ouïmes, Ormoy, Ormesson, Ommoy... On le voit aussi parfois écrit sous la forme l’Homme à cause d’une mauvaise interprétation de son origine, ce qu’en toponymie on appelle une remotivation. En patois angevin, on appelle l’ormeau umé, oumeau ou umeau, et en ancien français cet arbre se disait ulmeau. Rabelais raconte que la généalogie de Gargantua fut trouvée écrite en lettres de chancellerie sur un support qui n’était fait ni de papier, ni de parchemin ni de cire, mais d’ » escorce d’Ulmeau ». Dans son Dictionnaire étymologique ou Origines de la langue françoise (publié en 1694), Gilles Ménage écrit au mot orme : « En Anjou on prononce encore oumeau ».

11À Saint-Philbert-du-Peuple, le mot Peuple ne désigne pas la population, mais le peuplier. Le mot latin populus est en effet à l’origine des mots français peuple et peuplier parce que cet arbre était planté par les Romains dans les lieux publics. Il portait en vieux français le nom de peuple. À cause de son nom qui en faisait le symbole du peuple de France, il devint d’ailleurs l’arbre de la liberté durant les journées révolutionnaires de 1830 et 1848. D’après la coutume, on plantait jadis un peuplier sur les bords de Loire à la naissance d’une fille.

12Si on poursuit cette promenade toponymique dans la campagne angevine, on aura tout naturellement le regard qui portera sur la ligne d’horizon. De nombreux noms de lieux trouvent en effet leur origine dans le relief. C’est le cas par exemple de Brion, un petit village situé au nom de Longué. Ce nom est un dérivé du gaulois briga signifiant « hauteur ».

13On retrouve la même racine indo-européenne dans le mot allemand berg, qui signifie « montagne ». Elle est utilisée pour désigner des villages bâtis sur des collines ou des montagnes (Briançon, par exemple). La forme de 1068, Podium de Brione, confirme cette explication : en latin, le mot podium possède le sens de petite éminence, et est, en toponymie, à l’origine des nombreux Puy que j’ai évoqués tout à l’heure avec Le Puy-Notre-Dame et Le Puy-Saint-Bonnet. Brion domine les vallées de l’Authion, du Lathan et de la Loire. Le village primitif a été construit sur une butte de 63 mètres de hauteur qui comptait jadis quatre moulins à vent. Par contre, l’origine de Brion-près-Thouet (Deux-Sèvres) est différente puisqu’il s’agit d’un ancien Berrionem, du gaulois berria, « plaine ». Pour choisir la bonne étymologie, l’étude des formes anciennes est donc ici aussi déterminante que celle du relief local.

14Pour la petite histoire, en Anjou, les joueurs de boule de fort connaissent bien l’expression « aller à Brion » qui signifie « biser Fanny ». On « va à Brion » lorsque l’on a perdu la partie sans marquer un seul point. On raconte que le jeu de boule de fort de Brion était jadis tenu par une accueillante matrone du nom de « la mère Taudon » qui n’hésitait pas à retrousser jupe et cotillons afin de recevoir le baiser rituel. D’où l’expression « aller à Brion... » qui aurait été imposée, dit-on, dans les cercles d’obédience catholique par Mgr Freppel, évêque d’Angers de 1873 à 1893. L’ecclésiastique trouvait en effet cette expression plus convenable pour ses ouailles, même si ceux-ci disaient bien souvent : « Aller à Brion... bijer le cul de la vieille ». Pour en revenir à la toponymie, on utilise également en boule de fort l’expression « monter la butte » pour les joueurs dont le score est resté à zéro. Il s’agit là d’une allusion à la position élevée du village de Brion dans le paysage local.

15En toponymie, le relief est également très présent à travers le mot « mont » que l’on retrouve par exemple à Montfaucon-Montigné, Chaumont-d’Anjou (Chaumont étant le « mont chauve »), Landemont, Montfort, Montguillon, Montilliers, Montjean-sur-Loire, Montpollin, Montrevault (le « mont rebelle ») Montsoreau, Saint-Pierre-Montlimart, Trémont, ainsi que dans de nombreux lieux-dits.

16Et puis, quand on se promène dans la campagne, on traverse forcément des hameaux, des villages et des bourgs dont les noms font justement référence aux mots « hameau », « village » ou « bourg », assortis d’un qualificatif. En Maine-et-Loire, on a deux exemples caractéristiques avec Vivy et Neuvy-en-Mauges. Dans ces deux noms, on retrouve le mot vicus qui désigne en latin un groupe d’habitations non fortifié, et qui a donné en français l’adjectif vicinal. Vivy, c’est en latin le vêtus vicus, autrement dit le « vieux village ». Ici, vicus est accolé à l’adjectif latin vêtus, « vieux », qui explique le nom donné aux habitants, les Vétusiens, ainsi que le mot français vétuste. Pour l’anecdote, on peut ajouter qu’en 1845, Vivy fut baptisé Vivy-les-Deux-Sœurs. Cette dénomination rappelait l’hôtellerie fondée à cet endroit en 1793 par deux sœurs. Si vous passez par là, vous pouvez d’ailleurs toujours les voir, sous la forme d’une girouette, sur le toit de la bâtisse.

17Si Vivy est le « vieux village », a contrario Neuvy est un novus vicus, c’est-à-dire un « nouveau bourg » par rapport à la commune voisine de Sainte-Christine dont les origines sont plus vieilles de deux siècles. Le mot peut donc être classé dans la même famille que le toponyme Bourgneuf, comme dans Bourgneuf-en-Mauges, ou bien encore Neuville, comme dans Grez-Neuville. On retrouve cette étymologie de novus vicus dans le nom des habitants que l’on appelle les Neuvillois, mais aussi les Novovicains.

18Pendant quelques années, j’ai habité tout près du village de Mazières-en-Mauges, situé à deux pas de Cholet. Je me suis donc naturellement intéressé aussi à ce mot lié au bas latin mansura, dont viennent la masure et le mas provençal. Mansura signifie en effet « demeure » et, dans la même famille que mansura, on trouve le mot latin maceria qui désigne un mur de clôture en pierres sèches et évoque également l’idée de ruines. Il est à l’origine d’un grand nombre de noms de lieux gallo-romains. Les toponymes du genre Mazières ou Mézières indiquent souvent d’anciens villages gallo-romains abandonnés, dans lesquels la population s’est réinstallée après les invasions barbares. À Mazières-en-Mauges, l’archéologie est venue confirmer la toponymie à l’occasion de fouilles réalisées en 1985 lors de l’élargissement de la route Cholet-Maulévrier. On a retrouvé en effet de nombreux vestiges d’un village gallo-romain qui se trouvait le long de l’ancienne voie romaine menant de Nantes à Poitiers. D’autres découvertes intéressantes ont été effectuées au village des Mazières, sur la commune de Mûrs-Érigné. Là, c’est la mise à jour de vestiges de thermes romains qui a confirmé la signification du nom du lieu.

19La végétation, les animaux ou le relief sont bien souvent à l’origine des toponymes, mais aussi l’eau sous toutes ses formes : sources, fontaines, rivières, étangs, etc. C’est tout à fait logique dans la mesure où les installations humaines se sont faites la plupart du temps à proximité de points d’eau. On peut se pencher, par exemple, sur le cas d’Allonnes, le deuxième village d’Anjou par ordre alphabétique, après Les Alleuds. On remarque dans ce nom deux thèmes gaulois qui ont un rapport direct avec l’eau : al-, que l’on retrouve dans les rivières de l’Aubance (Albantia, 1082-1102) et de l’Authion (Altio, 964) ; et, de façon plus évidente, la racine gauloise -onna, « source, rivière, eau qui coule », également présente dans le nom du ruisseau de l’Autonne qui passe à Allonnes, et que l’on retrouve également à Chalonnes. La commune a peut-être été placée sous la tutelle de la divinité gauloise Alauna (ou Alaunos), qui protégeait les sources, lieu de naissance des eaux vivifiantes. Pourtant, on n’a pas retrouvé à Allonnes les traces archéologiques d’un sanctuaire qui viendraient confirmer cette explication. En revanche, la commune homonyme d’Allonnes, dans la Sarthe, conserve sur le site de la Tour-aux-Fées les vestiges d’un superbe temple gallo-romain qui existait déjà à l’époque gauloise. Les fouilles ont permis d’y découvrir de nombreux ex-voto identiques à ceux qui étaient déposés dans les sanctuaires des eaux. Ces petites sculptures représentaient des femmes, des hommes et des enfants aux corps difformes ou disgracieux, censés figurer celles et ceux qui venaient demander la guérison. Ce lieu de culte était dédié au dieu celte Mullo, romanisé en Mars-Mullo, qui était invoqué pour ses pouvoirs guérisseurs.

20Les fontaines sont également présentes à Fontevraud, célèbre pour son abbaye, Doué-la-Fontaine, Fontaine-Guérin, Fontaine-Milon, mais aussi à Chaudefonds-sur-Layon. Pour comprendre la signification de Chaudefonds, il suffit de se rendre sur place : à deux pas de l’église, dans la bien nommée rue Chaudefontaine, on trouvera près d’un joli lavoir fleuri l’ancienne source consacrée à sainte Madeleine, dont les panneaux indicateurs annoncent une température à 17°. Pour des raisons mal éclaircies, la température a baissé de 2 à 5 degrés et le débit est beaucoup moins important depuis 1995. Un léger tremblement de terre ressenti à la fin de l’année 1994 pourrait expliquer le phénomène. Ainsi que l’indique la forme latine de 1244, Calidus Fons, Chaudefonds, c’est bien sûr « la source chaude ».

21Voilà, ce ne sont là que quelques exemples parmi beaucoup d’autres. Je ne vous ai pas parlé des noms d’hommes qui sont à l’origine de multiples noms de lieux, ni des constructions, de la nature du sol, des défrichements, des routes, des moulins, des frontières, etc. qui expliquent également d’innombrables toponymes. Faute de temps, je me suis également limité aux noms de communes, faisant l’impasse sur les lieux-dits qui sont évidemment encore beaucoup plus nombreux. Je voudrais cependant terminer par le mot que je préfère, et qui est à lui seul un superbe petit poème. Vous le trouverez à la sortie de Doué-la-Fontaine, sur la route de Cholet. C’est un mot qui pousse désormais au milieu des roses. Il s’agit de Courcilpleu. Le parc de Courcilpleu abrite le jardin touristique des Chemins de la Rose. Son nom est une altération de la formule « cours s’il pleut » dont on peut donner deux interprétations. Dans la première, la phrase s’adresse au meunier d’un moulin à eau dont la roue est actionnée par un petit ruisseau de faible débit. Il s’agit d’un conseil ironique lui enjoignant de se presser d’aller travailler dès que les premières gouttes de pluie viendront accélérer la puissance d’écoulement des eaux. Dans la deuxième, la phrase concerne le cours d’eau lui-même, qui « court s’il pleut », c’est-à-dire qui augmente son débit à la moindre averse. À Doué, c’est cette deuxième explication qui est donnée par les riverains du lieu, et c’est effectivement la plus crédible dans la mesure où l’on trouve mention en 1740 du ruisseau de l’Étang de Court-s’il-pleut dans le village voisin de Concourson-sur-Layon. En patois et sur de vieilles cartes d’état-major, on le nommait Courcipiet. Il existe à Montigné-les-Rairies un nom tout aussi pittoresque et de même sens, celui d’Écoute-S’il-Pleut qui a été également donné à plusieurs moulins (Aisne, Ardennes, Cher, Marne, Seine-Maritime).

22Pour conclure, je dois ajouter qu’en patois d’Anjou, on appelait aussi écoute-s’il-pleut des paroles stupides, de sottes explications. C’est pour moi l’occasion de préciser que, dans mon livre comme dans ce que je viens de vous dire, il est fort possible que certaines explications soient erronées, ou remises en cause dans quelques années. La toponymie est une discipline encore jeune, et les vieux mots qu’elle tente de décortiquer n’ont sûrement pas livré tous leurs secrets. Mais je suis certain d’une chose : à celui qui raconte des « écoute-s’il-pleut », il sera certainement beaucoup pardonné...

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540