Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le français : des mots de chacun, une langue pour tous

 | 
Françoise Argod-Dutard

1re partie. Les accents du français parlé

Le français tel qu’on le prononce

Henriette Walter

Texte intégral

1Raconter l’histoire de la langue française à travers celle de sa prononciation, qui a connu une grande diversification, c’est donner à la dimension géographique la place importante qui lui revient car c’est dans le cadre de la géographie que se sont développés les « accents » permettant d’identifier le lieu d’origine de celui qui parle.

  • 1 Walter, Henriette, « La prononciation dans le Dictionnaire de l’Académie », dans Quémada, Bernard (...)

2Or, à regarder la production des ouvrages sur l’histoire de la langue française, et en particulier celle des dictionnaires, on constate que la question de la prononciation y fait figure de parent pauvre. Elle est régulièrement présente dans les ouvrages bilingues, mais beaucoup plus rarement dans les ouvrages unilingues. Si le Petit Robert indique systématiquement la prononciation de chacune des entrées, ce n’est pas le cas du Petit Larousse, qui ne la mentionne que « chaque fois qu’elle semble pouvoir poser problème ». Le Dictionnaire de l’Académie française insiste, par endroits, sur quelques formes phoniques recommandées, mais elles sont rares, et presque toujours subordonnées à leur forme écrite, si bien que l’on peut, grâce à ce dictionnaire, décrire pas à pas l’évolution de la norme écrite depuis trois siècles, alors que la norme des prononciations n’y bénéficie que de remarques éparses1.

  • 2 Parmi ceux-ci, le Trésor de la langue française informatisé, Paris, CNRS, 2005 ; Martinet, André & (...)

3Il existe toutefois un certain nombre de dictionnaires de prononciation qui permettent de connaître la manière dont les mots français se prononcent2.

4On peut y découvrir une partie de la diversité des prononciations actuelles, à l’exception des prononciations régionales. Un rapide retour en arrière est nécessaire afin de mesurer le chemin parcouru depuis le latin apporté en Gaule par les légions de Jules César.

Quelques points de repère

5Quelques siècles à peine après l’arrivée des légions romaines en Gaule (vers -120 dans la Narbonnaise et 60 ans plus tard dans toute la Gaule) la langue latine avait déjà connu des modifications considérables, dues tout d’abord à l’influence de la langue de substrat, le gaulois, puis à celle de la langue des Francs, le francique. C’est de la conjonction de ces trois langues, latine, gauloise et germanique qu’émergera la langue romane que nous identifions comme l’ancien français ou plutôt le très ancien français.

6En résumant et en simplifiant beaucoup, on peut dire qu’entre le ve et le ixe siècles, cette langue en formation a connu quelques grandes transformations, qui ont profondément modifié la forme des mots, avec parfois la création de nouvelles consonnes et de nouvelles voyelles, mais parfois aussi l’établissement de structures raccourcies par rapport aux formes latines d’origine.

Palatalisation de certaines consonnes

7Avec la palatalisation des consonnes, qui consiste en un déplacement de l’articulation de celles-ci vers l’avant du palais, ont été créées de nouvelles consonnes, qui étaient inconnues en latin : les chuintantes /ʃ/ et /Ʒ/ d’abord prononcées comme des affriquées /tʃ/ et /dƷ/ :

  • cantare s’est prononcé [tʃante], puis [ʃante] ;
  • canem s’est prononcé [tʃjέ], puis [ʃjέ],

8La même palatalisation consonantique se retrouve dans des mots comme genou (de genuculum) ou juste (de iustus).

Affaiblissement des consonnes

9En même temps se produisait sur les consonnes intervocaliques, un phénomène très lent qui a eu pour conséquence ultime la réduction du nombre des syllabes dans les mots français. Ainsi :

Maturus

aboutira finalement à

mûr ;

magister

à

maître ;

regina

à

reine ;

pagina

à

page ;

credere

à

croire.

10L’affaiblissement progressif des consonnes s’est aussi produit en fin de syllabe et a eu pour résultat de provoquer, dès la fin du xiiie siècle, leur élimination dans la prononciation, non sans allonger la voyelle précédente. Toutefois, ces consonnes se sont maintenues à l’écrit jusqu’au xviie siècle, époque à laquelle elles ont été remplacées par un accent circonflexe, devenu alors la marque des voyelles longues :

  • 3 On trouvera une liste non exhaustive de ce type de mots, empruntés par l’anglais avant la fin du xi (...)

testa

d’abord écrit teste, puis

tête ;

Costa

coste

côte ;

Asinus

asne

âne ;

Magister

maistre

maître3.

11Dans ce processus évolutif, il faut également tenir compte à la fois de la naissance de diphtongues en position inaccentuée et de l’affaiblissement des voyelles inaccentuées, cette dernière étant à mettre en liaison avec la chute des syllabes, déjà visible dans certains exemples précédemment cités, comme :

Maturus

qui aboutira finalement à

mûr ;

magister

maître ;

regina

reine.

Naissance des voyelles nasales

  • 4 Walter, Henriette, « Variétés actuelles des voyelles nasales du français », dans Deyck, R. van (dir (...)

12L’émergence des voyelles nasales est un autre point important à souligner car il constitue aujourd’hui une des spécificités de la langue française. Ce phénomène est lui-même à rapprocher de la tendance à réduire les consonnes finales de syllabe. Le /n/ de chante et le /m/ de lampe, d’abord prononcés séparément à la suite de la voyelle précédente — comme on peut encore le constater dans les prononciations méridionales [’ʃantә] et de [’lαmpә] — ont progressivement été articulés plus faiblement, tout en transférant leur nasalité à la voyelle précédente. C’est ainsi qu’aujourd’hui, les voyelles nasales du français4 jouent un rôle distinctif en permettant de ne pas confondre :

peau /o/

et

pont /õ/

bas /a/

et

banc /ã/

paix /ε/

et

pain /ἔ/

C’est toujours l’autre qui a un accent

13Mais de nos jours, le nombre de voyelles nasales n’est pas identique dans toutes les régions de France : à Paris, par exemple, on confond les voyelles de brin et de brun, alors qu’on les distingue parfaitement dans les régions méridionales ou en Belgique.

14En revanche, la distinction entre patte et pâte, traditionnelle à Paris, n’existe pas dans le Midi, et on constate qu’elle tend de nos jours à se perdre également dans la région parisienne, surtout chez les jeunes générations.

15Par ailleurs, si un Parisien entend quelqu’un parler de café au lait [kafe o le] et non pas [o l ε], il pensera que ce locuteur a un « accent », tandis que c’est le Parisien prononçant [kafe o l ε] qui sera considéré par ce dernier comme ayant un « accent », voire un accent « pointu ». Et dans les deux cas, ce n’est pas un compliment. En fait, il faut se rendre à l’évidence, « c’est toujours l’autre qui a un accent ».

La diversité des « accents »

  • 5 Walter, Henriette, La phonologie du français, Paris, PUF, 1977, 162 p. Walter, Henriette, Enquête p (...)

16Ces jugements, à la fois subjectifs et péremptoires, permettent de bien comprendre que ce que le non spécialiste appelle un « accent » n’est rien d’autre qu’une façon de prononcer qui n’est pas la sienne. Car chacun évalue les déviations des prononciations de son interlocuteur à partir de ses propres habitudes articulatoires5.

17Plus précisément – et plus scientifiquement –, ce que l’on nomme communément des « accents » correspond aux divers systèmes phonologiques du français, autrement dit à l’ensemble des phonèmes (des sons distinctifs) qui sont communs à un groupe dans une région donnée, et qui ne sont pas partagés par l’ensemble des populations parlant le français. Cette diversité des usages phonologiques peut être appréhendée dans un cadre géographique.

Les diverses prononciations du français

  • 6 Martinet, André, La prononciation du français contemporain, témoignages recueillis en 1941 dans un (...)

18La présentation schématique qui suit repose sur une bonne centaine d’enquêtes qui se sont succédé depuis plus de soixante ans6.

19Il n’est pas possible d’entrer ici dans le détail des particularités existantes, mais toutes ces enquêtes ont confirmé tout d’abord le clivage oc/oïl sur le plan des distinctions phoniques.

20On peut caractériser le domaine d’oc comme celui où l’évolution phonétique n’a pas éliminé de la prononciation la voyelle inaccentuée -e de sole (le poisson), qui se distingue bien de sol (la note de musique), tout comme dans laque, qui ne se confond pas avec lac. En outre, la distinction ne se fait pas entre /-e/ et /-ε/ à la finale des mots (fée ǂ fait, épée ǂ épais), tout comme elle ne se fait pas non plus entre le /o/ fermé de paume et le /ͻ/ ouvert de pomme, tous deux prononcés [’pͻmə].

21Il est toutefois évident que des subdivisions sont à envisager dans la zone d’oc, car on ne parle pas exactement de la même manière à Marseille ou à Perpignan.

22De même, le domaine d’oïl connaît diverses variétés, qui, elles, sont en gros séparées selon une ligne nord-sud qui passe par l’Île-de-France et qui délimite, à l’est, une zone où les distinctions vocaliques se font par la longueur, face aux variétés d’oïl de l’Ouest, où elles se font par le timbre.

23Ainsi, en Champagne ou en Bourgogne, par exemple, de même qu’en Belgique, patte et pâte se prononcent avec le même [a], mais l’un bref /pat/ et l’autre long /pa:t/. En Anjou, la distinction entre patte et pâte se fait tout à fait autrement : les « pattes » (du chien) se prononcent avec un /α/ d’avant et les « pâtes » (alimentaires) avec un /α/ d’arrière.

Les Mauges

24Et c’est dans le cadre de l’oïl de l’Ouest que les Mauges présentent une particularité sur laquelle il convient d’insister.

25Dans la plupart des variétés du français parlé en zone d’oïl, on distingue trois voyelles antérieures /e/, /ε/, /ø/ dans les mots suivants :

  • fumer (infinitif), fumé (participe passé), fumée (nom) prononcés avec un /e/ fermé, non arrondi ;
  • fumait (3e pers. sg. de l’imparfait), fumaient (3e pers. pl. de l’imparfait) prononcés avec un Ici ouvert, non arrondi ;
  • fumeux (adjectif) prononcé avec un /ø/ arrondi.

26On peut donc identifier dans ces usages trois phonèmes /e/, /ε/, /ø/, c’est-à-dire trois sons distinctifs permettant d’exprimer des sens différents. Or, dans les Mauges, à ces trois phonèmes s’en ajoute un quatrième, qui se réalise comme une voyelle un peu centralisée, non arrondie et tendue, /ë/. Voici la répartition de ces phonèmes :

27/e/ pour la fumée (nom et participe passé au féminin),

28/ε/ pour fumaient (3e pers. pluriel de l’imparfait),

29/ø/ pour fumeux (adjectif),

30/ë/ pour fumer (infinitif),

31pour fumé (participe passé masculin),
pour fumait (3e pers. sg. de l’imparfait).

32Cette richesse de distinctions vocaliques fait de la région des Mauges un lieu où les distinctions par le timbre sont allées le plus loin, mais cette particularité s’y est-elle maintenue ?

  • 7 Walter, Henriette (dir.), Les Mauges. Présentation de la région et étude de la prononciation, Centr (...)

33Il est vrai que les enquêtes que j’ai dirigées dans les Mauges ne sont pas récentes7 et il est possible qu’il n’y ait plus de nos jours beaucoup d’habitants des Mauges pour prononcer :

34[tʃyʁë] pour le « curé »,

35[buʃë] pour le « boucher »,

36[ʃᴐlë] pour Cholet,

37[ʃëmijë] pour Chemillé,

38ou [blësë] pour « blessé ».

39Mais je suis sûre que certains d’entre vous auront reconnu, dans ces quelques exemples, de lointains échos de prononciations déjà entendues et qui restent de bons indices pour identifier une partie du patrimoine linguistique des Mauges : son « accent », comme on dit.

  • 8 Zamacoïs, Miguel, La fleur merveilleuse, drame en quatre actes et en vers, Paris, Charpentier et Fa (...)

40C’est pourquoi j’aimerais terminer en citant les vers d’un poète français né au milieu du xixe siècle, Miguel Zamacoïs8, et qui écrivait :

Emporter de chez soi les accents familiers
C’est emporter un peu sa terre à ses souliers.
Emporter son accent d’Auvergne ou de Bretagne,
C’est emporter un peu sa lande ou sa montagne !
C’est un peu, cet accent, invisible langage,
Le parler de chez soi qu’on emporte en voyage !
C’est pour les malheureux, à l’exil obligés,
Le patois qui déteint sur les mots étrangers !
Avoir l’accent enfin, c’est, chaque fois qu’on cause,
Parler de son pays en parlant d’autre chose !

41L’évocation de ce plaidoyer en faveur des accents invite à terminer sur une note d’optimisme car en ces temps où les progrès de la mondialisation mettent : en danger la diversité des cultures, on peut sans doute encore, à entendre la curieuse prononciation de certains mots, reconnaître l’appartenance géographique et historique de celui qui parle car il transmet, à sa manière, une modeste partie d’un patrimoine linguistique partagé.

Notes

1 Walter, Henriette, « La prononciation dans le Dictionnaire de l’Académie », dans Quémada, Bernard & Pruvost, Jean (dir.), Le Dictionnaire de l’Académie française et la lexicographie institutionnelle européenne, Paris, Champion, 1998, 534 p., p. 351-356.

2 Parmi ceux-ci, le Trésor de la langue française informatisé, Paris, CNRS, 2005 ; Martinet, André & Walter, Henriette, Dictionnaire de la prononciation française dans son usage réel, Paris, Champion-Genève, Droz, 1973, 932 p. ; Warnant, Léon, Dictionnaire de la prononciation française dans sa norme actuelle, Gembloux, Duculot, 1987, éd. de 1962 revue et corrigée avec les noms communs et les noms propres en un seul tome de 988 p.

3 On trouvera une liste non exhaustive de ce type de mots, empruntés par l’anglais avant la fin du xiiie siècle, dans Walter, Henriette, Honni soit qui mal y pense ou l’incroyable histoire d’amour entre le français et l’anglais, Paris, Robert Laffont, 2001, 352 p., encadré « un “s” défunt en français et vivant en anglais », p. 84.

4 Walter, Henriette, « Variétés actuelles des voyelles nasales du français », dans Deyck, R. van (dir.), Communication & cognition, 27, 1/2, Diachronie et variation linguistique, Université de Gand, 1994, p. 223-236.

5 Walter, Henriette, La phonologie du français, Paris, PUF, 1977, 162 p. Walter, Henriette, Enquête phonologique et variétés régionales du français (Préface d’André Martinet), Paris, PUF, « Le linguiste », 1982, 253 p. ; alter, Henriette, Le français d’ici, delà, delà-bas, Paris, J.-C. Lattès, 1998, 416 p., notamment ch. III, « L’accent qui se promène... », p. 137-151.

6 Martinet, André, La prononciation du français contemporain, témoignages recueillis en 1941 dans un camp d’officiers prisonniers, Paris-Genève, Droz, 1945, réed. Genève, Droz, 1971, 249 p. Cette enquête phonologique a ensuite servi de modèle à un grand nombre de nouvelles enquêtes sur la phonologie du français dans sa diversité.

7 Walter, Henriette (dir.), Les Mauges. Présentation de la région et étude de la prononciation, Centre de recherches en littérature et en linguistique sur l’Anjou et le Bocage, Angers, 1980, 238 p. ; Walter, Henriette, « L’évolution de la prononciation dans les Mauges. Un cas de fluctuation », dans Lepelley, René (dir.), Dialectologie et Littérature du domaine d’Oïl occidental, Caen, Annales de Normandie, Cahiers n° 15, 1983, p. 257-262.

8 Zamacoïs, Miguel, La fleur merveilleuse, drame en quatre actes et en vers, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1910, p. 93-95.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540