Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le français : des mots de chacun, une langue pour tous

 | 
Françoise Argod-Dutard

1re partie. Les accents du français parlé

Introduction

Slimane Benaïssa

Texte intégral

1Quand M. Dominique Beaumon, coordonnateur des Lyriades, m’a contacté par téléphone pour me proposer de participer aux Lyriades et de présider la séance sur les accents du français, je lui ai répondu : « cela tombe bien, j’ai un accent ! ».

2Je ne suis pas linguiste pour vous parler de mon accent d’une manière scientifique, je suis dramaturge et romancier et, en tant que tel, je ne peux que témoigner des origines de mon accent.

3Mon institutrice était notre voisine et pendant ma première année d’école maternelle, je rentrais toutes les fins de matinée avec elle. Sur le chemin, elle m’apprenait à prononcer les différents en, on... Et quand on arrivait à la maison, ma mère partageait avec elle une galette encore chaude. Ma maîtresse a souvent mangé la même galette que nous et c’est pour cela peut-être qu’elle n’a jamais contrarié ma manière de rouler les r. Quand ses collègues lui reprochaient de ne pas bien éduquer son protégé, elle m’appelait et me demandait :

4— Slimane, comment je m’appelle ?

5Je répondais avec fierté et avec une émotion qui aggravait le roulement de mes r.

6— Madame Marie Ferrer.

7Et elle disait à ses collègues :

8— Vous voyez bien, son r ce n’est pas de l’accent, c’est du caractère !

9Ma mère m’a donné ce caractère, Madame Ferrer ne l’a pas contrarié. Ma mère disait toujours : « je ne veux pas qu’on lui enlève ce qui fait de lui, lui ». Et Madame Ferrer n’a pas enlevé ce qui fait de moi, moi ! C’est peut-être grâce à ces deux femmes qu’aujourd’hui je reçois une distinction qui reconnaît le talent d’un homme né du talent de deux mères. C’est ce qui fait de moi un métis heureux, je suis l’enfant de plusieurs grossesses.

10J’ai l’air de dire cela en niant les déchirures de l’histoire et ses injustices. Ce qui appartient à l’histoire restera à l’histoire et aux historiens. Si je dis cela, c’est uniquement pour rendre justice à deux êtres qui, dans leur générosité, avaient dépassé le conflit à l’intérieur du conflit même, comme des marins qui résisteraient à la tempête pour qu’on arrive à bon port, vivants, bien éduqués et pluriculturels de surcroît. Cette icône, faite de ces deux femmes qui furent à l’origine de mon éveil, de mes langues, de ma sensibilité, de ma liberté, est une médaille dans mon esprit et le moindre rayon de soleil qui s’y reflète éclaire les chemins vers le poème. Une médaille à laquelle j’ai consacré ma vie pour qu’elle n’essuie jamais de revers. J’ai voulu que tous mes écrits soient un effacement et une négation de la laideur. La langue pour moi n’est pas un simple outil que je façonne, que je perfectionne, elle est le fantôme qui hante mon histoire et par laquelle il me faut rêver.

11Je ne porte pas ma langue maternelle, je suis porté par elle.

12Je porte la langue française et je suis emporté par elle.

13Telle est l’équation de mon bonheur de métis au-delà des malheurs de mon histoire et des miens.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540