Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le français : des mots de chacun, une langue pour tous

 | 
Françoise Argod-Dutard

Introduction

Xavier North

Texte intégral

1C’est un grand plaisir pour moi de me retrouver en votre compagnie, sur les rives de la Loire. Vous m’avez fait l’honneur de me confier la présidence de ces 3es Rencontres de Liré et je vous en remercie chaleureusement. Rares sont les Français pour qui le nom de Liré n’ait pas quelque résonance. Il se trouve que, dans une vie antérieure, j’ai passé cinq ans à Rome, à quelques encablures du Mont Palatin, exerçant auprès de l’Ambassadeur de France des fonctions somme toute assez semblables à celles que le Cardinal Jean du Bellay avait confiées à son lointain neveu. Je ne prétends pas avoir succédé à ce dernier, mais depuis ce temps, et tout en gardant de mon séjour italien un souvenir ébloui, « mon petit Liré » est à tout jamais affecté pour moi du signe plus.

2C’est en 1999, sous la présidence de Boutros Boutros-Ghali, alors secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie, qu’était célébré ici même, sur l’initiative des Amis du Petit Liré, le 450e anniversaire de La Deffence et illustration de la langue françoyse, plaidoyer en faveur du français écrit en 1549 par Joachim Du Bellay. Le succès rencontré par cette manifestation allait lancer l’aventure des Lyriades de la langue française dont les Rencontres de Liré constituent un temps fort, et je voudrais d’abord en féliciter les responsables.

3Ces rendez-vous, soutenus par le dynamisme et la mobilisation d’un grand nombre de militants de la langue de la région angevine – et notamment les élus locaux, dont l’appui exceptionnel mérite d’être souligné – sont aujourd’hui attendus par tous les amoureux des mots, écrivains, linguistes, enseignants, journalistes, pour ne citer qu’eux. Avec ces rencontres, chacun est invité à s’interroger sur la vitalité, l’évolution et l’usage de notre langue en France, dans l’espace francophone mais aussi dans le monde. Leur originalité me paraît double. D’une part, cette initiative émane des territoires, des individus eux-mêmes, relayés par les collectivités locales : elle ne doit rien, ou très peu de chose (disons : un accompagnement amical !), à l’autorité centralisatrice de l’État. Elle est le contraire d’une manifestation « parachutée » depuis la capitale : c’est là sa force et le gage de son avenir. D’autre part, et tout en gardant son caractère festif, elle permet de jeter des passerelles entre différents milieux, rassemblés par un même amour de la langue – je pense à l’exemplaire partenariat avec le monde de l’enseignement auquel ont donné lieu les divers ateliers organisés avant le début du colloque proprement dit.

4L’édition 2006 des Lyriades est pour nous l’occasion d’une double célébration. La première concerne le 450e anniversaire de la création de la Pléiade, mouvement littéraire porté notamment par Ronsard et Du Bellay et qui – nous le savons depuis nos années d’école ! – a considérablement modelé notre langue en inventant un vocabulaire nouveau extrêmement riche, en osant des formes syntaxiques en complète rupture avec le français d’alors, en renouvelant l’art poétique par l’appropriation des formes antiques. La seconde célébration n’est pas sans lien avec la première. En 2006, nous commémorons le centenaire de la naissance de Léopold Sédar Senghor, ce penseur visionnaire, poète et philosophe engagé, qui personnifie encore aujourd’hui les valeurs et les idéaux qui nourrissent la Francophonie. Senghor est à sa manière un lointain disciple de la Pléiade puisqu’il a contribué, lui aussi, à faire évoluer notre langue, notamment par l’apport de néologismes. Pensons, en particulier, à cet audacieux et mystérieux « outre-ciel », que nous avons choisi cette année pour figurer parmi les dix mots de la Semaine de la langue française... Le centenaire de cette naissance coïncide de manière heureuse avec l’organisation de « francofffonies ! ». Avec ce festival, initié par la volonté du Président de la République, il s’agit de manifester notre attachement à la communauté francophone en invitant tous nos concitoyens à découvrir ou à redécouvrir, à travers plus de 400 manifestations, le vrai visage de la Francophonie moderne, vivante et créative.

5Avec « le français, des mots de chacun, une langue pour tous », le thème des travaux qui nous réunissent au cours de ces 3es Rencontres de Liré est ambitieux. Pour charpenter notre réflexion, trois moments successifs nous sont proposés par les organisateurs, et ces trois éclairages nous invitent à multiplier les points de vue sur un « objet » (on a quelque scrupule à parler d’objet, quand il s’agit de la langue) par nature assez complexe.

6Car une langue n’est pas seulement un outil de communication ; elle est aussi un marqueur d’identité, un matériau de création et l’expression d’une culture. Autrement dit, ce n’est pas un habit dont on pourrait changer à loisir, au gré des circonstances, sans conséquences pour l’identité de celui qui le porte : ici, l’habit fait le moine. De tous les liens que nouent les hommes dans la cité, le lien de la langue est le plus fort, parce que c’est lui qui fonde le sentiment d’appartenance à une communauté. Mais pour que ce lien subsiste ou perdure, il faut évidemment que la langue reste un outil de communication et garde sa « fonctionnalité », comme disent les linguistes, et son « efficacité », c’est-à-dire sa capacité à dire le réel.

7On ne s’étonnera pas dès lors que le premier moment de notre colloque concerne la langue comme outil polyvalent, multifonctionnel, et s’intéresse à la langue des échanges, à savoir aux registres spécifiques du français écrit, liés aux contextes socioculturels et aux domaines d’activité... Nous serons amenés à nous interroger sur la fonction du français comme langue technique et sur la nécessaire évolution, sur la nécessaire adaptabilité de son vocabulaire selon la spécificité du domaine considéré – bref, sur la capacité du français à exprimer les réalités du monde contemporain.

8Dans un second temps, nous changerons radicalement de perspective pour évoquer la musique de la langue, l’incroyable diversité des accents du français. Notre langue est composée de multiples harmonies qui la façonnent de manière singulière selon que l’on se trouve à Québec, à Paris, à Tunis, à Dakar ou à Port-au-Prince, comme nous le rappellera Henriette Walter. Il y a là un paradoxe : l’accent est sans doute l’aspect le plus sensible d’une langue, et c’est en même temps le moins étudié. Pis : s’y investissent volontiers le préjugé, les discriminations, la peur de l’autre. L’accent rapproche ceux qui « n’en ont pas » en les éloignant de ceux « en ont un », étant entendu que nous avons toujours un accent pour ceux qui ne parlent pas de la même façon que nous. En entrant dans le jeu des dissemblances et des ressemblances, nous serons amenés à évoquer un thème central, celui de la norme, mais d’une norme paradoxale, qui se renverse toujours en écart par rapport à la norme d’autrui. Un accent suppose toujours le regard ou plutôt l’écoute différenciée de l’autre ; on n’entend jamais soi-même son propre accent, pas plus que le timbre de sa propre voix.

9Enfin, nous descendrons au plus profond de l’intime, puisqu’en mettant à l’honneur le français du lyrisme, de l’état d’âme, de l’émotion et des sentiments, vous nous invitez à explorer la possibilité, pour le langage, d’exprimer le plus fragile, le plus fugace, le plus précieux d’une singularité. Pour ma part, je suis frappé par le regain d’intérêt que l’on constate à l’heure actuelle pour la poésie, entendue ici comme l’expression la plus juste d’un « moi » dans son dialogue toujours réinventé avec le monde. Sous la présidence de l’auteur de « L’Invention des désirades », le poète et écrivain Daniel Maximin, nous évoquerons la langue comme outil des allégories, des prosopopées, des tropismes et autres oxymores. L’occasion nous sera donnée d’un voyage au royaume enchanté de la poésie d’hier, Verlaine, Apollinaire, Aragon et de celle qui, en train de s’écrire, composera les anthologies de demain.

10La langue dans son rapport avec le réel, puis dans son rapport à l’autre, et enfin dans son rapport avec le moi : tel est le voyage en trois étapes auquel nous convient ces 3es Rencontres de Liré. En portant témoignage de la vitalité de la langue française, les organisateurs nous invitent à nous émerveiller, face à l’extraordinaire complexité de cet outil, qui peut être appréhendé de multiples manières, tant il est protéiforme. « Merveilleux outil », disait Senghor, et Moravia après lui s’exclamait : « les langues, merveille de l’Europe ! ». C’est sur cet émerveillement que je voudrais conclure en espérant vous le faire partager, persuadé que l’auditoire des amoureux de la langue, de toutes les langues, y trouvera les signes d’un avenir prometteur.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540