Version classiqueVersion mobile

Le Clézio

 | 
Marina Salles

3e partie. Le Clézio dans le « panorama » de la littérature contemporaine

Introduction

Texte intégral

  • 2 Pierre Bourdieu, Jean-Claude Passeron, les héritiers. Les étudiants et la culture, Paris, Minuit, (...)
  • 3 « Le Clézio : L’écologie est un sentiment plutôt qu’une politique », op. cit.

1L’écrivain est un « héritier2 » au sens que Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron donnent à ce mot : héritier d’une langue, d’un milieu social, d’une histoire culturelle, d’une configuration du « champ littéraire » qui influe sur la production et la diffusion de ses livres. Comment accéder à une parole autonome, faire entendre une voix singulière sous la pression de modèles profondément ancrés et de rapports de force installés par le milieu littéraire, sous l’influence paralysante du « don des morts » ou de celle des vivants consacrés ? Préoccupante pour chaque jeune créateur, cette question hante l’auteur de L’Extase matérielle qui éprouve avec force le sentiment d’impuissance de celui qui sait arriver trop tard : « Il faut savoir que tout ce qui a été écrit ne peut être effacé » (EM 143). Lors d’une interview, il confirme la difficulté pour les romanciers contemporains « [d’]exprimer des idées originales. Quand on croit qu’elles le sont, on finit toujours par vérifier qu’elles ont déjà été développées avant vous et mieux que par vous3 ». L’utilisation de la culture de masse, la curiosité scientifique, l’ouverture à un « répertoire » qui ne se limite pas aux frontières européennes constituent certes autant de voies pour se soustraire aux conditionnements du jeune étudiant en lettres, « plein de culture » comme Adam Pollo, gavé de concepts philosophiques inadaptés à la situation historique comme Jean Marro. La vie de l’auteur, ses origines métissées, ses voyages, ses séjours décisifs auprès des populations indiennes confortent cette volonté d’affranchissement. Mais la présence d’un important réseau intertextuel et son évolution au fil de l’œuvre racontent en filigrane le roman d’apprentissage d’un auteur, de sa révolte adolescente contre l’encombrement d’une culture livresque à son entrée dans l’âge « de l’amour » (PO 252). Ce qui, sur le plan littéraire, signifie le consentement à sa fonction d’écrivain et la reconnaissance de tous ceux qui l’ont aidé à se construire et à tracer sa voie. L’appréhension de ses goûts et de sa conception de la littérature s’enrichit également d’une activité de critique littéraire, Le Clézio n’hésitant pas à jouer son rôle de « clerc » dans la diffusion des livres qui l’intéressent par l’écriture de préfaces ou par la recension d’ouvrages contemporains dans la presse spécialisée. Le choix des livres, le contenu des analyses éclairent autant sur le critique que sur le texte présenté. Nombre de ces articles peuvent être lus, en effet, comme un commentaire métatextuel indirect de son œuvre. La perspective diachronique fait apparaître les nuances et les variations de points de vue, les constantes et les fidélités à quelques grands « maîtres » : l’affirmation progressive d’une voix personnelle qui rend vains les anathèmes de la jeunesse et impose dans le panorama de la littérature contemporaine l’image d’un auteur « inclassable ».

Notes

2 Pierre Bourdieu, Jean-Claude Passeron, les héritiers. Les étudiants et la culture, Paris, Minuit, 1985.

3 « Le Clézio : L’écologie est un sentiment plutôt qu’une politique », op. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search