Version classiqueVersion mobile

Le Clézio

 | 
Marina Salles

2e partie. « Esquisse d’un tableau » du paysage culturel

Introduction

Texte intégral

1L'autre manière d'appréhender la modernité et la présence d'un écrivain dans le siècle est l'observation des rapports qu'entretient son œuvre avec les formes culturelles développées ou rejetées par son temps, la mesure de la part d'héritage, d'influences et de singularité qui entrent dans l'alchimie de sa création. Le Clézio s'impose dans le « champ littéraire » avec la publication et la distinction du Procès-verbal à l'automne 1963, année marquée par l'écriture des Mots de Jean-Paul Sartre, par la parution de Ô les beaux jours de Samuel Beckett et par celle du manifeste théorique de l'École du regard : Pour un Nouveau Roman de Robbe-Grillet. La première fête de « Salut les copains » a lieu la même année, Place de la Nation, et Stanley Kubrick donne au cinéma Le Docteur Folamour, un film sur la menace nucléaire. L'œuvre du jeune écrivain s'ancre donc originellement dans le contexte de mutation culturelle des années soixante, dont les exemples retenus illustrent les principales orientations. La culture savante traditionnelle subit un double assaut : celui d'une avant-garde qui, sous la forme du Théâtre de l'absurde ou du Nouveau Roman, remet en cause les formes du roman héritées du xixe siècle et les thématiques humanistes, celui d'une culture de masse qui, rompant avec l'élitisme, utilise de nouveaux vecteurs culturels pour s'adresser à un large public. La pièce de Beckett, l'essai de Robbe-Grillet sont porteurs des interrogations sur le sujet, sur le temps, sur le langage qui frappent la littérature après le cataclysme de la Deuxième Guerre mondiale, tandis que l'autobiographie de Sartre développe une réflexion sur les origines et la fonction de l'écriture. La fête de « Salut les copains », née de l'acculturation du Rock en Roll en France, constitue la première manifestation de masse qui affirme une culture adolescente en rupture avec l'héritage des générations précédentes. Quant au film de Stanley Kubrik, il témoigne de l'inquiétude et des préoccupations suscitées par la science et ses applications sur un public qui ne peut accéder à sa compréhension.

  • 1 Signalée par tous les historiens de la vie culturelle, J. P Rioux et J. F. Sirinelli, op. cit., Ed (...)
  • 2 Rapporté par Gérard de Cortanze in Le Clézio, Le nomade immobile, op. cit., p. 34.
  • 3 Histoires d'enfance, Éditions Robert Laffont, SA, Paris, Sol EN SI, (Solidarité Enfants Sida (...)
  • 4 J.M.G. Le Clézio, « Lire c'est s'aventurer dans l'autre » Interview de Pierre Salgas, La Quinzaine (...)
  • 5 Le Clézio évoque fréquemment ses lectures de jeunesse dans les interviews. La biographie de Gérard (...)
  • 6 « Godard-Le Clézio face à face », L'Express, avril 1966.
  • 7 « Film et roman », Les Cahiers du cinéma, op. cit.

2Pour mieux évaluer l'impact de cette « mue culturelle1 » sur la création leclézienne, un détour par la biographie peut être utile. Le Clézio reçoit une formation classique au lycée de Nice, mais en réalité il approfondit sa culture par des lectures personnelles en marge des programmes, découvrant dans les bibliothèques familiales Le Dictionnaire de la conversation, « les grands textes classiques et de nombreux récits de voyages2 », les écrivains anglais Swift, Kipling, Conrad, l'Astronomie populaire de Camille Flammarion, les auteurs romantiques français et des « romans osés fin de siècle ». Au sortir de son année de philosophie, il s'initie à la pensée des Présocratiques, avec en particulier le Poème de Parménide dont certains vers sont cités dans Le Procès-verbal, Révolutions et, en grec, dans Le Livre des fuites (p. 11). Lorsque l'Association « Sol En Si » (solidarité enfants sida) demande sa collaboration pour une revue intitulée Histoires d'enfance, l'auteur choisit de rendre un vibrant hommage à ces philosophes inventeurs d'« une pensée jeune dans un monde neuf3 ». En 1964, il consacre un article à Jean-Paul Sartre : « l'homme exemplaire ». La rencontre avec les philosophies orientales et indiennes se nourrira également de lectures : « J'ai lu – [confie Le Clézio à Pierre Salgas] – Sri Aurobindo, puis Les Vedas, les Upanishads. j'y découvrais ce que je cherchais dans Parménide ou Platon, une sagesse qui n'est pas forcément une ligne de conduite. Le monde vit, ressentez-le4 ». Étudiant, il fréquente l'avant-garde artistique de l'École de Nice : un échange avec Ben Vautier est mentionné dans La Guerre qui contient par ailleurs en épigraphe une phrase de Spoerri. Interrogé au sujet du Procès-verbal, l'auteur dit ne pas avoir lu les Nouveaux Romanciers, il côtoie cependant Michel Butor, et Claude Simon figure sur la liste des écrivains français connus de Laïla (PO 83). Ses recherches littéraires portent successivement sur Michaux (qu'il rencontre) et sur Lautréamont, mais il lit également avec passion Jérôme David Salinger. Éclectique et cosmopolite, la culture de Le Clézio intègre très tôt des modes d'expression appartenant à ce que l'on qualifie parfois de « contre » ou de « sous-culture » : enfant, adolescent, il s'essaie à la bande dessinée sous l'influence de ses albums favoris, Spirou, les Pieds Nickelés, le journal anglais Eagle auquel il est abonné, Tintin5. Sa passion pour le cinéma, affirmée dans Les Années Cannes, corroborée par un entretien avec Jean-Luc Godard6 et une interview aux Cahiers du cinéma7 en 1966, trouve une transcription romanesque dans les « cristaux » de Jean Marro, ponctués des titres de films vus par l'adolescent. La culture de Le Clézio se place donc au croisement de diverses influences qui nourrissent sa sensibilité d'écrivain : héritage du classicisme français, ouverture à la littérature internationale, et particulièrement anglo-saxonne, à diverses philosophies, intérêt pour la science, ondes de choc des avant-gardes artistiques et de la culture de masse.

Notes

1 Signalée par tous les historiens de la vie culturelle, J. P Rioux et J. F. Sirinelli, op. cit., Edgar Morin, L'Esprit du temps, Paris, LGF, coll. Points-Essais, 1983.

2 Rapporté par Gérard de Cortanze in Le Clézio, Le nomade immobile, op. cit., p. 34.

3 Histoires d'enfance, Éditions Robert Laffont, SA, Paris, Sol EN SI, (Solidarité Enfants Sida), 1998.

4 J.M.G. Le Clézio, « Lire c'est s'aventurer dans l'autre » Interview de Pierre Salgas, La Quinzaine littéraire n° 435, 1er mars 1985, p. 198.

5 Le Clézio évoque fréquemment ses lectures de jeunesse dans les interviews. La biographie de Gérard de Cortanze rassemble les grands titres de la bibliothèque fondatrice de l'auteur.

6 « Godard-Le Clézio face à face », L'Express, avril 1966.

7 « Film et roman », Les Cahiers du cinéma, op. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search