Version classiqueVersion mobile

Le Clézio

 | 
Marina Salles

1re partie. Écrire l’histoire contemporaine

Introduction

Texte intégral

  • 1 Interview de Le Clézio par Pierre Maury dans Le soir de Bruxelles, 14 mars 1986.

1Rares sont les romans de Le Clézio qui ne mentionnent pas l’Histoire, avec sa petite ou « sa grande Hache », eût dit Perec. Quels que soient son poids narratif et son importance plus ou moins déterminante sur le destin des personnages, force est de constater sa présence obstinée, même lorsqu’elle ne constitue qu’une brève parenthèse : ainsi Le Chercheur d’or, un des romans les plus lumineux de Le Clézio, dont le sujet s’inspire de la vie d’un de ses grands-pères, contient quelques pages très sombres sur la guerre de 1914-1918, contre toute vérité autobiographique puisque son ancêtre n’a pas fait cette guerre1. Écrite sur les quarante dernières années du xxe siècle, son œuvre rappelle à peu près tous les grands événements qui ont ébranlé le siècle, mettant l’accent sur trois pôles essentiels : la guerre en tous ses états, les conséquences de la colonisation et, de manière plus hâtive, le débat sur l’aptitude des révolutions politiques à changer le monde. Dans certains livres, la profondeur temporelle fait apparaître les strates et les mouvements de l’Histoire : ainsi d’Etoile errante, où le retour des Juifs en Israël représente l’espoir après la Shoah, mais déclenche l’exclusion des Palestiniens et une forme de déportation douloureuse, dont les conséquences n’ont cessé d’assombrir l’histoire de la région (le roman s’achève sur l’évocation de Beyrouth en flammes en 1982, des massacres de Sabra et Chatila, et l’auteur devra en retarder la publication pour cause d’intifada). Révolutions met en perspective diverses périodes historiques : la Révolution française, la colonisation de l’île Maurice et son indépendance, la guerre d’Algérie, la guerre des Six Jours, les mouvements révolutionnaires de mai 1968 à Paris et de Juillet-octobre 1968 à Mexico, remontant jusqu’à la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier (24 juillet 1488) qui fit de la Bretagne la région la plus pauvre de France. Ce rejet de la linéarité, temps de l’historien, qui induit un ordre, une démarche explicative, distingue naturellement les romans lecléziens du genre du Roman historique. Il manifeste une conception personnelle de l’Histoire et incite le lecteur à élaborer son propre discours critique sur l’Histoire officielle.

Notes

1 Interview de Le Clézio par Pierre Maury dans Le soir de Bruxelles, 14 mars 1986.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search