Desktop versionMobile Version

Le Clézio

 | 
Marina Salles

Avant-propos

Francine Dugast-Portes

Volltext

1Le Clézio. Notre contemporain : en choisissant ce titre, Marina Salles indique clairement l’orientation de sa lecture. Elle s’attache à une œuvre très connue, objet d’une « classification » rapide, qui avant d’atteindre les enfants, les collégiens et les lycéens a conquis un vaste public : les lecteurs attendent les sorties des derniers Le Clézio, guettent les rares apparitions de l’écrivain sur les écrans de télévision et ses interviews radiodiffusées. Il est lu abondamment à l’étranger, les thèses et les mémoires traitant de lui se multiplient dans les universités, une société de lecteurs vient de se créer autour de son nom… Son prestige ne provient cependant pas d’un investissement explicite dans l’actualité : son visage, sa silhouette, ses propos discrets et rêveurs, ses voyages infinis et ses demeures lointaines le placent à part. Dès Le Procès verbal le personnage d’Adam Pollo frappait par sa marginalité et ses refus du monde. Les ouvrages suivants, de façon différente, mettent en orbite des protagonistes animés par une diaspora généralisée : allégoriques souvent, ils prennent forme parfois en un « je » qui erre dans l’espace et le temps ; lorsqu’ils sont ancrés dans le quotidien, ils s’évadent en voyages fictifs, transfigurant leur monde. Les lieux et les époques flottent entre le songe et une réalité agressive – les merveilleuses illustrations de Georges Lemoine ont bien suggéré cette tension. De grands procès sont instruits par une voix modestement prophétique, qui met en cause le monde contemporain – ou par le simple exposé des aventures aux quatre coins de la planète et au fil des siècles. Aussi l’accent a-t-il été mis souvent sur les aspects poétiques et oniriques de cette création, et la crainte de sombrer dans une lecture trop référentielle a quelque peu désincarné Le Clézio dans le discours critique.

2Pour rééquilibrer et compléter cette présentation, Marina Salles se fonde sur les propos de l’écrivain lui-même : « Je pense être de mon temps […]. Contrairement à ce que l’on semble croire, je suis très attentif à ce qui se passe autour de moi ». Relisant l’ensemble de l’œuvre, elle en montre l’évolution mais aussi l’unité, et la dégage de lectures par trop anhistoriques. Elle explicite ainsi la présence du contexte événementiel et idéologique, même lorsqu’il s’agit d’évocations d’un passé lointain : elle interprète sous cet angle une saga familiale présente en pointillés dans de nombreux récits (Claude Simon n’est pas seul à avoir usé de cette construction par ramifications) ; elle met en relation les évocations de civilisations amuïes – du monde perdu des Indes occidentales aux peuples des déserts – avec les questionnements de notre époque. Ainsi se trouvent précisés, par exemple, les échos de la guerre en général comme « révélateur ontologique », ceux de la guerre d’Algérie (du Procès-verbal à Révolutions), la présence lancinante des colonisations stigmatisées, les remises en cause de la conception dominante du progrès, etc. Sur ces points et bien d’autres Marina Salles fait appel à des voix compétentes, et les historiens convoqués, à propos des échos des rébellions de 1968 entre autres, corroborent ses analyses. Mais le texte demeure premier et les conclusions des sciences humaines viennent à l’appui de son examen sans lui donner forme a priori – qu’il s’agisse de Jean Baudrillard, Michel de Certeau, Marc Augé, Gilles Lipovetsky, Michel Maffesoli, Jürgen Habermas, etc. Il en est de même pour les évocations de la vie de Le Clézio : loin de toute intrusion indiscrète de la dimension biographique elles éclairent à bon escient le parcours de l’œuvre, mettant en valeur les prises de position souvent très vigoureuses, l’intérêt manifesté pour les vastes causes plus que pour les luttes plus contingentes, le souci explicité de témoigner. Les citations sur ce point sont probantes : « Comment oublier le monde ? […] Le monde est dans votre cœur alors, sa douleur vous réveille de votre rêve » et ailleurs « Écrire, si ça sert à quelque chose, ce doit être à ça : à témoigner ».

3Marina Salles ne perd jamais de vue la dimension essentiellement littéraire des ouvrages. Elle déploie toute la complexité de la démarche scripturale, dont elle articule judicieusement la complexité avec celle de la conjoncture historique elle-même. Elle cartographie le contexte esthétique : vingt années de procédés anti-mimétiques – déconstruction du récit, mise en cause du héros –, d’exclusion du « moi haïssable » et « du référent indésirable au profit du jeu intertextuel ». Elle lie cette démarche artistique à « l’ébranlement des convictions humanistes après la guerre », et souligne dans l’œuvre de Le Clézio comme dans les avant-gardes contemporaines à la fois la « libération de la créativité et la prise de conscience de l’impuissance à représenter le monde ». On voit dès lors combien sont éloignés de la gratuité les jeux sur le signifiant, les choix de focalisations multiples et insolites, les transcriptions graphiques éclatées. Une place particulière est faite aux résonances mythiques qui donnent au texte son poids propre de littérarité, qu’il s’agisse de la destruction de la planète, de la hantise de la « terre brûlée », de l’ « Hubris » généralisée, ou d’une forme aggravée de l’aventure de Narcisse : l’homme devant l’image de son semblable se précipite non pour l’étreindre mais pour le détruire – ne serait-ce que par la « culture du mépris ».

4Marina Salles ne se contente pas de rendre manifeste ici la richesse des observations formelles, déjà abondamment conduites depuis des décennies : certes une méthodologie très sûre lui permet de montrer comment les faits, dans leur synchronie et leur diachronie, surgissent de la structuration savante, des modalités de la narration, du foisonnement des images et de l’éclatement des résonances poétiques. Mais au-delà de ces bilans elle resitue l’œuvre de Le Clézio dans une histoire de la pensée moderne : « En phase avec l’orientation contemporaine de l’épistémologie historique, l’œuvre leclézienne entérine l’effondrement des ‘méta-récits’ fondateurs de la modernité, qui attribuent une orientation téléologique à l’Histoire » (p. 108). Elle nuance cependant le propos, constate que le cheminement narratologique ne s’enferme pas dans la circularité d’un retour au primitivisme. Le temps religieux ainsi mis en œuvre enracine les hommes dans un passé, mais s’accomplit littérairement en « fins ouvertes » en « ellipses qui induisent l’idée d’une évolution possible ». L’analyse des vecteurs idéologiques que dessinent les récits permet de dégager les grands linéaments d’une éthique fondée sur la reconnaissance de l’altérité, en l’autre et en soi. La position de Le Clézio diffère profondément de celle d’Artaud, de la recherche d’évasion que certains lecteurs ont trop rapidement plaquée sur sa démarche. Marina Salles montre subtilement comment la parabole transversale ainsi dégagée génère une conception positive de l’écriture, assumée par l’auteur lui-même : « Que peut un écrivain contre le nouveau déluge qui menace le monde actuel ? Écrivons, dansons contre le nouveau déluge. » Ainsi se trouvent étroitement liées la genèse de l’œuvre, sa composition et son insertion dans le siècle.

5Le Clézio apparaît bien comme « notre contemporain » dans les chapitres qui le resituent au sein de la culture actuelle. Un remarquable panorama retrace la formation « éclectique et cosmopolite » de l’écrivain : des Upanishads aux bandes dessinées, des Présocratiques à Jean-Paul Sartre. Une extrême diversité culturelle nourrit les textes, dont les épigraphes sont étonnamment diverses. Ils intègrent dans leur rédaction même toutes les recherches graphiques et sonores de la civilisation contemporaine la moins académique, au fil des productions de médias multiples : « Sans ce flux d’images, où serais-je ? Que serais-je ? ». Ainsi Marina Salles nous peint-elle l’artiste en « nouveau réaliste », et tout un horizon de création surgit : ready made, poésie « spatialiste », lettrisme, jeu sur les stéréotypes. Des noms éclairent le champ : le Barthes des Mythologies, Tinguely et beaucoup d’autres… Des rapprochements originaux font surgir de l’œuvre des échos de la science contemporaine : l’affirmation du « principe d’incertitude », les échos d’une vision quantique, les rêveries de L’Extase matérielle (l’adjectif prend ici tout son sens), le lyrisme qui intègre « le hasard et la nécessité ».

6L’originalité de Le Clézio n’est pas altérée par le rappel de son inclusion dans le champ littéraire proprement dit : ses propres textes critiques sont ici interrogés, son refus du narcissisme est présenté en écho de démarches modernes inventoriées avec précision – celles du Nice des débuts, celles de Maurice Blanchot, des membres de Tel Quel, de Denis Roche, d’artistes tels que Sergiu Celibidache, Spoerri, Yves Klein. Le rapprochement avec les avant-gardes, en musique en particulier, est très fécond. Les échos de Butor, de Cl. Simon dessinent des lignes de force qui concernent l’ensemble de la littérature contemporaine. Les rapports avec les grands intercesseurs, Sartre, Michaux, Lautréamont, sont traités avec beaucoup de rigueur et de précision...

7Une phrase de Sartre, citée par Marina Salles, caractérise bien le fruit de sa démarche : « Lire est un rêve libre ». Le Clézio Notre contemporain libère précisément en la démultipliant notre lecture – un chapitre traite d’ailleurs du type de lecteur que postule l’œuvre. Le travail méthodologique confirme ici la fécondité des analyses naguère amorcées par la sociocritique, qui associent le repérage des structures textuelles à celui des enjeux axiologiques et historiques. Il faut saluer aussi l’ampleur d’une synthèse qui englobe l’œuvre envisagée et ose la rapporter à une vision globale de la littérature, caractéristique en elle-même de notre temps ; autant que la tonalité roborative de conclusions qui valorisent la double postulation de l’« accord » et de l’« errance ».

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search