Version classiqueVersion mobile

L'intrusion balnéaire

 | 
Johan Vincent

Chapitre VII. Une population au service

Texte intégral

1Les activités traditionnelles doivent s’adapter face à une population balnéaire plus exigeante, à partir de la fin du xixe siècle. Dans des communes littorales où des efforts ont consenti pour profiter de la manne balnéaire, les baigneurs sont devenus des personnes qu’il s’agit de ne pas perdre. Or la société balnéaire semble relever plus de la création d’un ensemble d’individus étrangers, plus facilement identifiables, que d’une formation réelle de personnes engageant des liens entre elles. Le message publicitaire ne pouvait qu’avoir une vision globable du baigneur, renforcée par l’image d’une société choisie. Sa présence va influencer fortement des activités littorales devenues dans l’Entre-deux-guerres un service au bien commun. La population locale se pose alors cette question : qu’attend de voir chez nous le baigneur ?

Une clientèle de suivistes ?

Société balnéaire, société choisie

  • 1 Archives diocésaines de Quimper et de Léon, 3 F 11, visite canonique à Crozon, curé Grall, du 2 av (...)
  • 2 Émile Auzou, La Presqu’île guérandaise ; étude géographique, historique et économique ; manuel des (...)
  • 3 Ibidem, p. 198.
  • 4 Bulletins paroissiaux de Noirmoutier, de septembre 1904 et octobre 1905.

2Les stations balnéaires bretonnes et vendéennes ont pour caractère de mettre en avant une société choisie. La station balnéaire de Morgat, selon les quartiers, est une ville idéale où la famille Peugeot et ses amis se rassemblent tandis que, plus vers l’Est, les fondateurs font fructifier un lotissement balnéaire. Les contemporains mentionnent quelquefois ces sociétés constituées au sein de la station balnéaire. Pour le curé de Crozon, M. Grall, les protestants dans la paroisse, en 1936, sont au nombre de quatre familles : la famille Peugeot et alliés1. Émile Auzou, en 1897, remarque que « la Bôle, au contraire de Pornichet, est ramassée sur elle. Petite étendue, on voisine, on potine. Quelques grands chalets s’isolent bien, mais la plupart sont serrés, à clôtures basses, portes et fenêtres ouvertes du matin au soir. Nulle défiance. C’est que la société de la Bôle est assez fermée. N’y parlez pas d’un casino : on vous croirait rasta. Pour un peu, on raserait les hôtels ; aussi s’humilient-ils loin de la mer, tout près de la gare, comme le parvenu qui n’ose se risquer au milieu d’un salon. Un casino ? Mais on se reçoit réciproquement ; bâtissez-en un, et la Bôle perd tout charme ; ce n’est plus qu’un caravansérail2 ». Au Pouliguen, comme à La Baule, « c’est la même élégance simple, la même gaieté de bon ton, une société moins mêlée qu’à Pornichet. Beaucoup de réunions mondaines, charitables, la pêche, les parties en mer, la flânerie sur le port ou au bois, rapprochent les familles dont beaucoup habitent leur chalet, population stable de propriétaires qui contraste avec le va-et-vient de Pornichet3 ». En 1905, le curé de Noirmoutier ne se plaint pas, tant que le Bois de la Chaise sera fréquenté par une société choisie. Il ne faudrait pas, pour lui, que Noirmoutier perde son caractère calme et paisible : « Laissons aux grandes plages leurs familles mondaines, leurs palais et leurs casinos, et soyons heureux de voir nos côtes et nos bois fréquentés par un monde généralement aussi distingué que bien pensant ou religieux4. »

  • 5 Archives départementales du Morbihan, 3 P 2953, Saint-Pierre-Quiberon, matrices cadastrales des pr (...)
  • 6 Archives départementales de Vendée, 4 M 125, Statuts de l’Union des propriétaires du Bois de la Ch (...)
  • 7 Archives départementales de Loire-Atlantique, 8 P 319, Lettre de Jules Benoist (Le Pouliguen) au p (...)
  • 8 Archives départementales de Loire-Atlantique, 8 P 318, pétition du syndicat des propriétaires de S (...)

3Ces sociétés semblent se constituer à l’origine de la station balnéaire, par une sorte de promotion en interne. La Société anonyme de la plage de Penthièvre, pour sa première vente en 1911, partage une partie de parcelle avec neuf acheteurs, dont trois habitent Châteaubriant : Jean-Marie Besnier, les industriels Francis et Jules Huard (en indivis) et Georges Ney5. Certains propriétaires peuvent décider de se rassembler pour défendre des intérêts communs. Pour faire partie de l’Union des propriétaires du Bois de la Chaise, que ce soit propriétaire ou résident, il faut être coopté par deux membres6. Les syndicats de propriétaires servent d’intermédiaire pour faire valoir les intérêts de la station balnéaire. Jules Benoist, du lotissement Benoît à La Baule, récrimine auprès du préfet de Loire-Inférieure, en 1921, car il veut que les dix chalets de la rive gauche du port, bien que faisant partie de la commune d’Escoublac, continuent à être desservis par le bureau de poste du Pouliguen7. Il obtient finalement raison. En 1922, le Syndicat des propriétaires de Saint-Brevin-l’Océan expose au préfet que la station balnéaire n’a ni bureau de poste, ni bureau de tabac. Il faut parcourir six ou dix kilomètres pour accéder à ces services, mais l’administration postale ne donne pas suite à cette affaire, considérant que seul le propriétaire de l’Hôtel du Chalet, précédent gérant avant la Première Guerre mondiale, peut décider s’il veut assurer à ses frais la gérance de la recette auxiliaire, postale et télégraphique8.

  • 9 Petite histoire d’une grande station… La Baule de A à Z, La Baule, Archives communales de La Baule (...)
  • 10 Archives départementales de Loire-Atlantique, 8 P 319, lettre du directeur régional des Postes et (...)

4Les syndicats de propriétaires entretiennent la station balnéaire et payent les services qu’ils jugent indispensables. Entre 1906 et 1919, l’Association syndicale des propriétaires de La Baule s’occupe de l’estacade en bois construite par la Société anonyme de La Baule en 1894 ; détruite en 1918, l’estacade est définitivement démolie en 1919 sur arrêté préfectoral, car elle constitue un danger pour le public9. La Baule-les-Pins est pourvue d’un bureau de facteur-receveur en 1925 parce que le syndicat de propriétaires du quartier, représenté par la municipalité pour pouvoir passer le contrat avec l’administration postale, prend à sa charge tous les frais d’exploitation : concession et aménagement d’un local approprié, traitement du personnel10. Les stations balnéaires qui profitent de ce type d’organisation aussi impliquée sont toutefois minoritaires en Vendée et en Bretagne-Sud : Noirmoutier, Saint-Brevin-l’Océan, quelques quartiers de La Baule, Carnac-Plage, Morgat. Les grands lotissements ne conduisent pas nécessairement à la constitution de syndicats de propriétaires, mais ils sont un terreau favorable. Ces syndicats permettent de créer des liens entre les villégiateurs, difficiles à tisser autrement.

Un lieu de repos

  • 11 Émile Auzou, op. cit., p. 217.

5La station balnéaire paraît surtout connaître des liens de courtoisie. Émile Auzou explique ce qu’on vient chercher à Batz : « La vie simple : ni casino, ni courses, ni fêtes ; l’élément indigène prévaut encore et les familles sont isolées chacune. On ne se réunit même pas dans le petit bois qui s’étend en contrebas de la route entre l’église et la mer11. » Dès 1865, Jules Deloynes fait écrire à son héroïne :

  • 12 Jules Deloynes, Souvenir du Bourg-de-Batz, Ancenis, Loncin, 1865, p. 26-27.

« Tu t’amuses et tu ris, toi, tu fais bien ; on en fait autant, m’assure-t-on, à une lieue d’ici, au Croisic : il y a, chaque soir, ou concert ou bal ou spectacle à l’Établissement de bains. À Batz, c’est plus calme, et c’est à peine si les parents qui s’y retrouvent semblent se rechercher entre eux12. »

  • 13 Émile Zola, Les Coquillages de M. Chabre, Nantes, Joca Seria, 1992, p. 22. Émile Zola a séjourné à (...)

6Les Chabre, héros du roman d’Émile Zola Les Coquillages de M. Chabre, profitent du calme de Piriac. « La vie à Piriac était d’une monotonie ensommeillée. Il y avait seulement trois familles de baigneurs, un épicier en gros de Nantes, un ancien notaire de Guérande […], un ménage d’Angers qui pêchait toute la journée […]. Ce petit monde faisait peu de bruits. On se saluait, quand on se rencontrait, et les relations n’allaient pas plus loin13. »

  • 14 Cité par Jacques Bachelier et Émile Letertre, Piriac et son histoire, Le Pouliguen, Jean-Marie Pie (...)

7Le calme reste un aspect fondamental de la station balnéaire, malgré de nombreux discours contraires. Le séjour sur le bord de mer permet une rupture avec le quotidien. Pour Alphonse de Chateaubriand, Piriac en 1910, quinze années après le passage d’Émile Zola, ne satisfait pas cette exigence. Il écrit à Romain Rolland, dans une lettre du 20 août 1910 : « J’ai quitté Piriac. Il n’y avait plus moyen d’y tenir. Douze personnes dans la maison, et pas une à connaître le prix du silence. D’ailleurs, dans ces petits coins-là, le mois d’août est insupportable. Les baigneurs s’y encaquent14. » Certains guides ne s’embarrassent pas de contradictions, car entre calme et ennui, la limite est parfois mince. Alphonse de Chateaubriand raconte d’ailleurs un curieux manège d’inactivité à Piriac, qui ne peut que l’inviter plus encore à partir.

  • 15 Ibidem, p. 36.

« Il y avait sur la place, sous l’église, devant la mer, un manège à chevaux de bois, avec orgue de Barbarie. Parmi les chevaux figurait un colossal cochon rose. Après le dîner, ne sachant que faire de leur temps, tous les notables de la villégiature, gros bourgeois sérieux et tristes, venaient voir tourner le cochon. Ils s’abordaient en se saluant profondément et restaient là, muets, attentifs, pendant deux heures. Puis, quand c’était fini, que la musique et le cochon ne tournaient plus, ils s’inclinaient profondément de nouveau, et se séparaient15. »

  • 16 Pornichet et ses environs par un groupe d’amateurs, Paris, Flammarion, 1913, p. 27, p. 58 et p. 66

8Le guide Pornichet et ses environs par un groupe d’amateurs, est symptomatique des contradictions entre cette recherche du calme et les animations. Pour Émile Flammarion, « ici, c’est le calme absolu. En dehors du bruit de la mer, on n’entend que quelques cris d’animaux maritimes et, au loin, la trompe ou la sirène d’une auto ». Quelques pages plus loin, le docteur Fourrey renchérit, reprenant les paroles d’un de ses confrères et amis, en précisant que Pornichet, « c’est la plage de famille, du bon vivre, de la tranquillité. Si vous aimez le monde, les toilettes, les réunions “select”, les suaves distinctions des grands casinos, des cafés-concerts, des théâtres, des semaines mondaines, etc., ne venez pas à Pornichet, toutes ces choses vous manqueraient plus que je ne saurais dire ». Pour Mme Morgand, au contraire, « on ne veut pas s’ennuyer à Pornichet. Un soir, c’est à l’Hôtel des Bains, à Family ou à l’Océan, une heure ou deux de bonne musique d’amateurs, qui détend les nerfs et qu’accompagne en sourdine la plainte lente de la mer. Et puis, on range vite les chaises contre le mur et, au rythme endiablé ou tendre de la valse à la mode, de la dernière mazurka, les couples tournent, tournent16 ».

  • 17 Archives départementales du Morbihan, 5 M 156, circulaire de M. Loucheur, ministre du Travail, de (...)
  • 18 Délibération municipale de Pornic, du 6 mai 1933.
  • 19 Henri Dardelin, Saint-Brevin-les-Pins, Paris, Le Livre d’histoire-Lorisse, 2002 [1re éd. 1931], p. (...)

9Le calme devient un argument commercial, qui rend chaque commune littorale potentiellement station balnéaire. La commission permanente des stations hydrominérales et climatiques, soucieuse de procurer aux curistes le repos qu’il leur est indispensable, rédige un arrêté type afin que les maires puissent assurer à leurs hôtes, tant le jour que la nuit, la tranquillité à laquelle ils ont droit. M. Loucheur, ministre du Travail, de l’Hygiène, de l’Assistance et de la Prévoyance sociales, en 1929, le fait connaître aux préfets. Le premier article interdit « pendant toute la période comprise entre (date d’ouverture de la saison) et (date de la fin de la saison), […] 1° de crier le titre des journaux et de toutes autres publications ; 2° de faire circuler des véhicules automobiles avec moteur à échappement libre, et donner des coups de klaxon ; 3° de 11 heures du soir à 8 heures du matin, de pousser des cris, de battre du tambour, de jouer des instruments de musique, de faire fonctionner cornes d’automobile, de bicyclette ou de motocyclette, et en général, de faire fonctionner aucun appareil producteur de bruit17 ». Le conseil municipal de Pornic décide de limiter le bruit en 1933, en « considérant que si certaines personnes viennent au bord de la mer pour s’y amuser, beaucoup d’autres viennent aussi pour s’y reposer, [et en] considérant que l’excès de certains bruits [orchestres, TSF pick-up] porte atteinte au droit de ces derniers et peut entraîner des incidents susceptibles de nuire au bon ordre public18 ». L’Hôtel du Chalet, à Saint-Brevin-l’Océan, énumère dans sa publicité, en 1931, son confort, son parc merveilleux et sa proximité avec la mer, toutes ces qualités qui « vous assurent du plus reposant et du plus agréable séjour19 ».

10Recevoir des baigneurs ne nécessite donc pas toujours des équipements festifs inconsidérés. Le baigneur semble pouvoir s’installer dans des communes au train de vie simple, loin du tapage publicitaire. Néanmoins, il est extrêmement sensible au contexte local et les communes qui pensent trouver dans le tourisme une voie de secours à une crise font une grave erreur de jugement.

Un contexte local essentiel

  • 20 Délibération municipale de Guilvinec, du 8 novembre 1902.

11Le contexte local est toujours à prendre en compte. La grave crise sardinière, qui frappe les côtes de Cornouailles en 1902, empêche le bon développement de l’activité balnéaire : à Guilvinec, selon le conseil municipal, « toute la population, composée presque exclusivement de personnes qui ne vivent que du produit de la mer, est plongée dans la plus profonde misère. Il y a même tout lieu de craindre que, par suite de cette situation critique, bon nombre de personnes ne succombent aux suites de privations20 ». Les baigneurs, souhaitant évoluer dans un cadre agréable, sont sensibles au sort des populations qui les entourent. La pauvreté et la crise locale ne peuvent que nuire à la saison balnéaire. Dans des communes littorales où l’activité balnéaire reste minoritaire, ce contexte ne peut que ralentir, voire anéantir sur une courte durée, son potentiel. Louis Beaufrère, directeur du journal de propagande touristique Côte d’Armor, Écho des plages de Basse-Bretagne, veut chasser les mendiants car « il n’est pas de jour que nous n’entendons les touristes et baigneurs se plaindre de l’intolérable insistance avec laquelle certains mendiants – non de ceux qui donnent tout le pittoresque aux pardons bretons – viennent abuser de leurs inlassables sollicitations ». La station touristique doit être dynamique, la pauvreté doit être contrôlée.

12Au-delà de la perception des baigneurs, l’image que les populations locales ont de leur commune revêt aussi de l’importance. Quand l’activité balnéaire est bien implantée, il convient de réussir la saison estivale. En 1885, le commissaire de police des Sables-d’Olonne explique le nombre d’établissement de jeu par un mal viscéral, lié à l’état d’esprit de la population qui croit à la diminution de l’affluence touristique et de l’importance de la station balnéaire :

  • 21 Archives départementales de Vendée, 4 M 107, rapport général sur les cercles et les salles de jeux (...)

« Les Sablais qui semblent, à première vue, se passionner pour la question des jeux, n’y prennent cependant qu’une part indirecte, car ils ne jouent pas. Ils se figurent que les tripots sont un attrait irrésistible pour les étrangers. Que le jeu soit honnête ou non, peu leur importe ; ils veulent des salles de jeux comme on organise des courses ou des régates. Un Vareille ou un Chapautau quelconque veut-il ouvrir un cercle ? il trouvera cent signatures d’adhésion en moins de 24 heures : épiciers, boulangers, brasseurs, liquoristes, souscriront à l’envoi, dans l’espoir d’être les fournisseurs du cercle. Mais le cercle une fois fondé, aucun d’eux ne le fréquentera21. »

  • 22 Archives départementales de Vendée, S 651, « Causerie ostréicole », La Paix du 6 juillet 1882.

13Ce déclin n’est pas si réel, puisque l’affluence touristique ne diminue pas, mais entrent en compte deux phénomènes : une probable perte d’influence liée à une nouvelle concurrence, avec l’apparition et la structuration des stations balnéaires de Saint-Gilles-sur-Vie et de Saint-Jean-de-Monts, et surtout le contexte très défavorable de la pêche aux Sables-d’Olonne. L’article « Causerie ostréicole », paru dans le journal La Paix en 1882, décrit « une petite ville bien éprouvée depuis quelques années qui [en 1880] a vu la mer battre en furie les quais qui la protègent et engloutir corps et biens quarante-deux de ses enfants, qui voit aujourd’hui la misère s’asseoir au foyer de ses pêcheurs parce que la sardine manque22 ». Il existe donc une certaine perméabilité entre les activités littorales et l’activité balnéaire.

  • 23 Cité par David Renaudin, La Politique des municipalités dans l’arrondissement des Sables-d’Olonne, (...)
  • 24 Délibération municipale de Batz-sur-Mer, du 11 mai 1937.

14Conscients que l’environnement local peut perturber l’activité balnéaire, certains se servent de ce risque pour préserver leur activité traditionnelle. La crise salicole, forte dans l’Entre-deux-guerres, touche certains arrière-pays. S’ils ne sont pas systématiquement visités par les touristes, les marais salants sont suffisamment proches pour représenter un danger. Pour le conseil municipal de l’Épine, en 1930, « il est à craindre que l’abandon du marais se généralise et engendre des fièvres paludéennes entraînant la perte de la station balnéaire de Noirmoutier23 ». Le conseil municipal de Batz ne tait pas ce péril en 1937, « considérant que le sel en provenance de l’Algérie causerait un préjudice tel aux paludiers qu’ils seraient contraints à brève échéance d’abandonner le marais, que cet abandon deviendrait une cause d’épidémie pour les régions environnantes, ce qui causerait la ruine des stations touristiques24 ».

  • 25 Xavier Gizard et Jean Viard, Le Tropisme des rivages ; essai sur le Sud français, Paris, DATAR/Éd. (...)
  • 26 Louis Cren, Mon vieux Lorient ; étude des vieilles appellations locales, Vannes, Imprimerie de la (...)

15Dans l’Entre-deux-guerres, le littoral a toutefois tendance à se spécialiser et à s’urbaniser, ce qui va progressivement réduire les influences des différentes activités entre elles. L’extension urbaine phagocyte l’activité balnéaire. Xavier Gizard et Jean Viard font l’hypothèse qu’il s’en est fallu de peu pour que Marseille en 1860 ne soit une seconde Nice, dotée d’un port dynamique. Cependant, dès la fin du Second Empire, suite aux évolutions techniques, le port perd sa prééminence européenne et émerge une stratégie locale destinée à compenser ce déficit industriel25. Les plages de Saint-Nazaire et de Lorient restent relativement simples, dans la mesure où la mondanité s’entiche de Pornichet, puis de La Baule, ou de Port-Louis. Louis Cren se souvient de l’établissement de bains Bois à Lorient, « une maison dans la verdure, prolongée par des cabines de bain construites sur pilotis26 », remplacé depuis les années 1930 par le port de pêche. L’activité portuaire prend la place de l’activité balnéaire, dévolue alors à Larmor-Plage ou à Port-Louis, qui, selon un sort inverse, sont devenues des stations balnéaires. Henri-François Buffet prévient :

  • 27 Henri-François Buffet, La Vie turbulente et dolente d’une vieille cité maritime ; le Port-Louis de (...)

« Lorient peut s’agrandir immense ; renverser les chênes de Kéroman pour y bâtir des usines géantes ; semer, dans les sillons de Plœmeur, les assises des maisons neuves ; écraser à la fois Saint-Malo, Brest et Nantes, port de pêche, port de guerre et port de commerce ; s’allonger jusqu’à Larmor, nouveau La Baule ; Lorient pourra s’agrandir immense, il ne pourra pas étouffer ce vieux cœur, ce cœur un peu lassé, mais brûlant de générosité, d’honneur et d’idéalisme qui vibre, depuis si longtemps, dans la cité des Blavétines, des corsaires et des pêcheurs27. »

  • 28 Archives départementales du Morbihan, 2 O 5/10, affaires visées dans une note imprimée « Coup d’œi (...)
  • 29 EDF-GDF Archives, Boîte 713503, séance du conseil d’administration de l’énergie électrique de Bass (...)

16Le contexte local, par certains aspects, est même plus fondamental que le contexte national ou international. Les temps de crises, dans les années 1890 ou dans les années 1930, n’ont pas réduit l’affluence balnéaire. Au contraire, ces périodes comportent une massification du phénomène. Une mutation touristique s’opère, réclamant des adaptations locales et de nouvelles pratiques. La crise économique, à partir de 1929, amène un renforcement de la concurrence d’une Côte d’Azur qui se positionne sur le tourisme estival. Elle va conforter l’exigence des baigneurs et des professionnels du tourisme. L’auteur de la feuille volante « Coup d’œil en Arzon » critique, au début des années 1930, les locations parfois plus opportunistes que volontaires : « On devrait syndiquer les loueurs de chambres meublées qui se croient aux belles années de 1927-1928 et ne font pas d’efforts ou d’amélioration pour plaire aux touristes et aux baigneurs28. » D’autres solutions d’hébergement sont envisagées, comme le camping ou l’auberge de jeunesse, organisés et encouragés à la fin des années 1930. En 1931, alors que la crise touche certes encore modérément la France, la compagnie Énergie électrique de Basse-Loire observe qu’à La Baule, « le développement touristique continue, malgré la crise actuelle, à être très actif29 ». Chaque crise pousse à moderniser l’activité, dénonçant l’amateurisme. Les populations locales doivent trouver des solutions mais, comme l’activité balnéaire s’intègre dans un tissu économique et social, sa cohabitation avec les activités traditionnelles est essentielle, tant pour pouvoir occuper le territoire que pour trouver de la main-d’œuvre.

La cohabitation avec les activités littorales

La place de chacun

  • 30 Archives départementales du Finistère, 4 S 21, lettre d’Auguste Grivart au maire de Douarnenez, du (...)

17Les baigneurs rencontrent de multiples activités sur la plage, avec lesquelles ils doivent partager cet espace. La saison balnéaire a lieu à la même période que la saison de pêche. Les pêcheurs rencontrent donc parfois les baigneurs au moment de débarquer le poisson. À la fin du xixe siècle, ils débarquent plage des Dames, à Douarnenez, pour atteindre les conserveries alentours. Auguste Grivart, mandataire des demoiselles Grivart propriétaires d’une usine depuis 1856, observe en 1890 que « l’accès de cette grève à cette propriété a toujours été libre au public et les saumures de poissons et de sardines pressées ont circulé de la dite propriété à la grève des Dames. Les bateaux pêcheurs suivant le besoin de la course ont débarqué leur poisson sans aucune opposition30 ». En 1892, l’ingénieur ordinaire des Ponts-et-Chaussées enquête pour savoir quels désavantages pourraient surgir de la location de la plage de Saint-Michel à Batz, car, contrairement au Pouliguen voisin, la plage joue le rôle de port d’échouage. Pour lui, ils ne peuvent souffrir de la présence de cabines de bains :

  • 31 Archives départementales de Loire-Atlantique, 534 S 2, rapport de l’ingénieur des Ponts-et-Chaussé (...)

« Les sardiniers n’atterrissent pas sur la plage, mais bien le long des rochers qui se trouvent au nord de celle-ci, et les petits canots du pays s’amarrent soit sur une chaîne qui traverse le chenal, soit sur des pieux qui sont toujours complètement dégagés. […] Les sardiniers, après comme avant la concession de la plage à la commune, croiseraient les baigneurs en débarquant31. »

18La présence des bateaux de pêche sur la plage pose toutefois des problèmes, de sécurité voire de voyeurisme. Dès 1838, le maire de Pornic réglemente les débarquements sur la plage des bains.

  • 32 Arrêté municipal de Pornic, du 11 juin 1838.

« Tout débarquement d’engrais ou autres denrées, ne pourra être effectué sur la plage de la Sablière qu’à marée basse et lorsque la mer aura quitté la coque du bâtiment. Les moules vaseuses, noir animal [essentiel à la purification des sirops, ses résidus bénéficiant aussi d’un pouvoir fertilisant, Nantes en dispose d’un quasi-monopole sur le commerce européen jusque vers 1840] et poudrette ne pourront y être débarqués en aucun temps. Les goémons seront immédiatement transbordés des chaloupes dans des charrettes qui les enlèveront aussitôt. Les marins que la sûreté de leur bâtiment obligera de rester à bord, pendant les heures de bains, devront se comporter avec décence en se restreignant à leurs occupations32. »

  • 33 Arrêté municipal de Saint-Jean-de-Monts, du 1er juillet 1898.

19En 1898, le maire de Saint-Jean-de-Monts interdit de monter ou de faire monter les enfants dans les embarcations des pêcheurs sans la permission des propriétaires33. Partager la plage n’enthousiasme pas les pêcheurs, mais les récriminations ne sont connues qu’au moment où les pêcheurs se sentent en danger, comme à Batz lors de la tempête du 1er juillet 1895. En cas de gros temps, le port de Saint-Michel n’est pas suffisamment protégé pour sécuriser les bateaux, ce qui oblige les marins à hisser leurs canots sur la plage, hors des atteintes des hautes mers.

  • 34 Archives départementales de Loire-Atlantique, 534 S 2, rapport de l’ingénieur des Ponts-et-Chaussé (...)

« Les gros temps sont heureusement rares pendant la belle saison ; c’est pourquoi la réclamation […] ne s’est pas encore produite. Les pêcheurs se contentaient jusqu’ici de murmurer contre l’existence des cabines de bains sur la plage, c’est-à-dire dans le port de Saint-Michel. Mais le 1er juillet, un coup de temps s’est produit, alors que les cabines de bains étaient déjà en place. Les pêcheurs ont dû hisser leurs canots au sec, et ils ont été arrêtés par les cabines. Le coup de temps n’a heureusement pas coïncidé avec une grande marée, et la mer n’est pas venue battre le talus de la côte au fond du port. Si cela s’était produit, ainsi qu’il arrive souvent en hiver, les pêcheurs auraient enlevé eux-mêmes les cabines de gré ou de force plutôt que de laisser la grosse mer démolir leurs canots34. »

  • 35 Arrêté municipal de Préfailles, du 19 août 1921.
  • 36 Archives départementales du Finistère, 4 S 29, rapport de M. Cevaer, ingénieur des Ponts-et-Chauss (...)
  • 37 Délibération municipale des Sables-d’Olonne, du 12 février 1867.
  • 38 Délibération municipale de Quiberon, du 14 mai 1881.

20À mesure que l’activité balnéaire prend de l’importance, les pêcheurs perdent leur prééminence sur la plage. Le maire de Préfailles arrête en 1921 qu’aucune embarcation, à l’exception du canot servant à la surveillance des bains, ne pourra naviguer ou accoster dans la partie comprise entre les deux rangées de cordes. Elle ne devra s’approcher de ces cordes de façon à gêner les personnes s’en servant trois heures avant et trois heures après la marée haute. Les propriétaires de bateaux ne devront laisser sur la plage aucun accessoire de pêche35. En 1933, soutenus par la municipalité, les marins-pêcheurs réclament la totalité du terre-plein de la cale de Beg-Meil, soit 350 m², alors que 40 m² sont utilisés par une cabane de vente de boissons hygiéniques. Or le concessionnaire est soutenu par de nombreux propriétaires et touristes. Pour l’ingénieur des Ponts-et-Chaussées, « il n’est pas douteux qu’à Beg-Meil, l’importance économique du tourisme l’emporte sur celle de la pêche. On peut même dire que les pêcheurs vivent en grande partie du mouvement touristique dans la localité36 ». La concession n’est pas remise en cause. Cette perte de prééminence sur la plage est également accentuée par la vente à la criée qui se popularise à partir de la seconde moitié du xixe siècle. Les Sables-d’Olonne veut établir la vente à la criée en 1867, comme dans les grands ports37. Quiberon désire sa halle aux poissons le plus vite possible en 188138. Les pêcheurs tendent à moins se disperser sur les plages au xxe siècle, notamment quand la criée contrôle tout le commerce du poisson.

  • 39 Arrêté municipal de Pornic, du 24 juillet 1854.
  • 40 Arrêté municipal de Saint-Jean-de-Monts, du 17 juin 1893.
  • 41 Arrêté municipal de Saint-Gilles-sur-Vie, du 11 juillet 1904.
  • 42 Arrêté municipal de Saint-Gilles-sur-Vie, du 16 mai 1933.

21Les baigneurs vident progressivement la plage pour s’installer. L’étendage des filets de pêche est éloigné. Laver les bestiaux à la mer doit également se faire à l’écart de la plage des bains. Dès 1854, la baignade des chevaux et des ânes ne doit se faire plage de la Sablière, à Pornic, qu’entre 18 heures et 6 heures39. À Saint-Jean-de-Monts, en 1893, « il est expressément défendu de faire baigner les chevaux à moins de 300 mètres des maisons de bains ; ils devront être conduits et ramenés au pas afin d’éviter tout accident », distance ramenée à 200 mètres l’année suivante40. Pêcher sur la plage devient même impossible en été. En 1904, le maire de Saint-Gilles-sur-Vie autorise la pêche à la ligne, mais « les pêcheurs à la ligne de fond qui ont l’habitude de se mettre à l’eau pour jeter leurs engrais devront être vêtus d’un pantalon ou d’un maillot41 ». Par contre, en 1933, il interdit « de placer des lignes de fonds à pied du 1er juillet au 30 septembre de 6 heures du matin à 8 heures du soir42 ». L’activité du bronzage affirme un usage exclusif de la plage en faveur des baigneurs.

  • 43 Archives départementales de Loire-Atlantique, 534 S 4, lettre de la direction générale de l’Enregi (...)
  • 44 Archives départementales de Loire-Atlantique, 534 S 4, lettre de Léonide Barathon au préfet de Loi (...)
  • 45 Archives départementales de Loire-Atlantique, 534 S 85, lettre de Joseph Lethiec au préfet de Loir (...)
  • 46 Délibérations municipales de Pornic, des 10 septembre 1926, 24 mai 1927 et 1er mars 1928.

22La plage est investie par des populations terriennes, comme les menuisiers, pour la mettre en valeur. Les menuisiers maîtrisent suffisamment leur métier pour pouvoir proposer aux baigneurs des cabines de bains qu’il faut généralement démonter quand la saison se termine. À La Bernerie-en-Retz, le menuisier Alphonse Barathon loue, en août 1874, dix-neuf cabanes de bains aux étrangers. Il établit, cet été-là, une cabane de rafraîchissement, petite buvette construite en bois43. Son commerce est en plein développement, dont l’exploitation sera poursuivie par sa fille Léonide, louant encore cet emplacement en 190044. L’activité de la cabine de plage s’avère fructueuse. Les cabines de Piriac tenues par des menuisiers sont nombreuses sous la Première Guerre mondiale. Joseph Lethiec demande à placer sept cabines pour les louer pendant la saison 1914 et suivantes, M. Mabo désire placer sept cabines en 1914, puis six en 1916 et 1918, et M. Lagré renouvelle en 1918 une concession pour quatre cabines tandis qu’il avait été autorisé en 1915 à en avoir six45. Outre leur exploitation, leur construction peut amener des profits intéressants. Le remplacement des cabines de la plage du Château, à Pornic, coûte au final, en 1928, 105 000 francs, alors que les recettes communales de 1925, quand ce renouvellement a été décidé, atteignaient seulement 97 000 francs – la commune contractant un emprunt pour cette dépense46. Outre le partage du territoire, la main-d’œuvre peut également être disputée.

Le partage de la main-d’œuvre

  • 47 Xavier Dubois, Les Mutations des systèmes sardiniers en Bretagne au xixe siècle, thèse de doctorat (...)
  • 48 Service historique de la Marine de Vincennes, CC5580, rapport de l’administrateur de l’Inscription (...)
  • 49 Xavier Dubois, op. cit., p. 242.

23Les emplois de service aux baigneurs ne sont pas les seuls emplois disponibles pour les habitants du bord de mer. Lorsque les campagnes de pêche commencent, les conserveries s’attachent les services d’une main-d’œuvre nombreuse. Comme le rappelle Xavier Dubois, le recrutement de type saisonnier ne se distingue pas de manière exceptionnelle dans le paysage industriel français du xixe siècle : de nombreux établissements, comme les filatures de soie, les sucreries, les huileries, ne fonctionnent qu’une partie de l’année. Les recrutements, en Bretagne-Sud, commencent en avril pour culminer vers juin-juillet. L’importance des effectifs recrutés est fonction de la capacité de production47. En 1866, à Saint-Gilles-sur-Vie, l’administrateur de l’Inscription maritime juge que les quatre établissements n’emploient pas moins de mille personnes48. Le bassin de main-d’œuvre local ne suffit donc pas toujours pour satisfaire les conserveries, d’autant qu’elles réclament une importante main-d’œuvre féminine. Xavier Dubois estime que les usines morbihannaises emploient en moyenne près de 80 % de personnel féminin. Les représentations mentales évoluent au cours du xixe siècle : si, dans un premier temps, l’emploi féminin apparaît comme une exception dans le paysage de l’emploi local – une sorte d’opportunité à saisir –, à la veille des crises sardinières, il revêt un certain caractère de normalité49.

  • 50 Ibidem, p. 244.
  • 51 Jean-Pierre Bertrand, « Bretons-Vendéens », Recherches vendéennes, 1998, p. 92 et p. 101.

24L’industrie des conserveries recourt à une main-d’œuvre extérieure à la commune pour remédier aux déficits d’effectifs. Ces usinières proviennent soit des campagnes alentours, soit des ports finistériens, les femmes et les enfants de pêcheurs suivant leur mari ou leur père pêchant plus au sud50. Dès le xixe siècle, les Bretons investissent les côtes vendéennes. Jean-Pierre Bertrand a tâché de collecter les témoignages de ces échanges. Les sœurs Palaud, natives de Plœmeur, viennent faire leur saison sardinière à Croix-de-Vie de 1835 à 1840 : elles font le chemin à pied de Lorient à Saint-Gilles-Croix-de-Vie, de manière à être à pied d’œuvre en mai. En 1862, une conserverie de l’Île d’Yeu fonctionne exclusivement grâce à un personnel breton51. Marcel-Noël Dupont se souvient de ces migrations vers Saint-Gilles-Croix-de-Vie :

  • 52 Marcel-Noël Dupont, 1924-1994, Itinéraire d’un Français moyen, témoin de son temps, Sol’Air, 1996, (...)

« Chaque année, des saisonnières étaient recrutées pour assurer la conservation et le conditionnement de ces tonnages exceptionnels qui devaient être traités dans les meilleurs délais après le débarquement du poisson. Traditionnellement, ce recrutement s’effectuait en Bretagne, chez les Bigoudènes. […] J’ai gardé longtemps en mémoire l’image d’une Marie [… qui] venait de Loctudy52. »

25Les employées des conserveries ne proviennent toutefois pas toutes de l’extérieur et des conflits pourraient logiquement survenir pour savoir vers quelle entreprise, soit la conserverie, soit le service, s’orienter. Pourtant, en ce qui concerne la main-d’œuvre, il n’en est fait nulle part mention. Les deux activités semblent cohabiter sans intéresser le même bassin d’emploi local. L’opportunité est vraisemblablement le facteur déclenchant d’un emploi saisonnier dans l’une ou l’autre branche, les étrangers venant compléter les déficits. Les habitudes modèrent l’incertitude d’un emploi la saison suivante, les passages d’une activité à l’autre sont probablement restreints. En cas de crise sardinière, ils peuvent survenir, mais si l’activité balnéaire est déjà fortement structurée, et selon les possibilités. Faute de sources explicites sur l’emploi saisonnier, cet aspect ne peut que se résumer à des hypothèses.

  • 53 Archives départementales de Vendée, 5 M 240, lettre de Rolland fils frères au préfet de Vendée, du (...)
  • 54 Ferdinand Duviard, « Avant le Déluge ; souvenirs du Croix-de-Vie d’autrefois (1904-1925) », Sociét (...)
  • 55 Gw. Denez, « Anna, une vie à Douarnenez », Tud ha Bro, Sociétés bretonnes n°1, 1979, p. 124.

26L’activité de la conserverie et l’activité balnéaire créent des liens de proximité, conflictuels souvent, mais aussi de bonne intelligence. Une dynamique peut se mettre en place et permettre une augmentation des ressources. L’entreprise Roulland fils frères, basée à Concarneau, se félicite, en 1911, que « tous les touristes qui ont visité [son] établissement [aux Sables-d’Olonne] depuis trois ans ont pu constater la bonne tenue et la propreté des différents ateliers qu’ils ont parcourus53 ». Ferdinand Duviard se rappelle de l’étonnement, dans le Croix-de-Vie des années 1910, « de trouver soudain, barrant sa route, les troupes des jeunes sardinières […]. Et malheur (ou chance !) à l’étranger, s’il est jeune aussi et avenant, car on s’amusera de lui couper la voie – tant qu’il n’osera pas foncer dans l’obstacle – et, s’il fonce, quels cris, alors, quels éclats, quel soudain égaiement de la troupe, aussitôt reformée, moqueuse et provocante, derrière son dos ! […] Mieux encore, il convenait d’aller les voir danser deux à deux – rarement avec un gars – le soir, dans ce “casino” Cosson54 ». Anna, à Douarnenez, indique que les femmes faisaient de la dentelle d’Irlande, comme les Bigoudènes, qui était vendue à l’exportation, « ou alors en été, les étrangers qui venaient en ville, en achetaient55 ». L’activité balnéaire n’est toutefois qu’une activité saisonnière, au potentiel limité pour une partie des emplois.

Le service comme nouveau métier

  • 56 Archives départementales de Loire-Atlantique, 1 M 1352, notice sur les eaux minérales de l’arrondi (...)
  • 57 Ludovic de l’Étang, « Au pays sacré des druides ; le Golfe enchanteur », Le Nouvelliste du Morbiha (...)
  • 58 Émile Zola, Les Coquillages de M. Chabre, Nantes, Joca seria, p. 21-22.
  • 59 « Les Petits trous pas chers » ; guide des familles aux bains de mer, plages de la Manche et de l’ (...)

27À défaut de sources spécifiques, l’emploi saisonnier, très divers, reste une activité difficile à étudier. Une partie de ces emplois est d’ailleurs plus issue du travail journalier que de l’activité professionnelle sur deux à six mois, surtout au xixe siècle. Les indigents trouvent ainsi auprès des baigneurs une source d’activité bienvenue. Dès 1823, les gens pauvres qui ne sont pas de la commune de la Plaine, mais qui veulent profiter des eaux à Préfailles, n’ont d’autre ressource que de mendier ou, si l’occasion se présente, de se mettre au service des buveurs plus fortunés qui n’ont pas amené de domestique56. Pour Ludovic de l’Étang, une station balnéaire à Port-Navalo permettra aux indigents de gagner leur vie auprès des baigneurs57. L’emploi comme domestique est courant. Les héros d’Émile Zola, « les Chabre, avaient loué à Piriac le premier étage d’une grande maison, dont les fenêtres donnaient sur la mer. Comme on ne trouvait dans le village que des cabarets borgnes, ils avaient dû prendre une femme du pays qui leur faisait la cuisine. Une étrange cuisine, par exemple, des rôtis réduits en charbon, et des sauces de couleur inquiétante, devant lesquelles Estelle préférait manger du pain58 ». À Saint-Jean-de-Monts, en 1903, « si on vit chez soi, rien n’est plus facile que de se procurer une domestique pour 10 à 15 francs par mois59 ».

28Les petits métiers ne manquent pas. Le curé de Quiberon décrit une partie des activités de la pleine saison, en août 1927 :

  • 60 Bulletin paroissial de Quiberon, d’août 1927.

« Les étrangers affluent aussi nombreux que les années précédentes et les gars du [patronage] ont repris leurs occupations de la saison : celui-ci roule à bicyclette sur le boulevard porter à domicile les commandes des clients, celui-là parcourt la plage en tout sens, annonçant de sa voix la plus forte les journaux de Paris, pendant qu’un troisième d’un mouvement cadencé gonfle pneus et boyaux en fredonnant une chanson60. »

  • 61 Bulletin paroissial des Sables-d’Olonne L’Écho de Saint-Pierre-des-Sables, d’août 1932.
  • 62 La Mouette, du 16 mars 1924.
  • 63 Bulletin paroissial de Notre-Dame-des-Dunes de Pornichet, du 18 juillet 1935.

29Aux Sables-d’Olonne, « les uns sont dans les hôtels, à titre de “courantins”, de “chasseurs”. Les autres crient aux échos des rues leurs “crémets tout frais” ou leurs “croissants tout chauds”. Ceux-ci font galoper, pour quelques sous, ceux que [le curé appelle], par euphémisme autant que par pitié, les “martyrs de la plage” [les ânes]61 ! » Les petites annonces fleurissent dans les journaux quand arrive le printemps. Le journal La Mouette, en mars 1924, signale un emploi, pour jeune fille ou jeune femme, de vendeuse dans un magasin de nouveautés et jouets à La Baule62. Pour le curé de Pornichet à la recherche de subsides pour sa paroisse, les habitants sont et doivent être formés au service des baigneurs : « Nos écoles préparent les Pornichetains de demain, vos hôtes, vos fournisseurs, vos ouvriers et vous les voulez instruits, honnêtes, “à la bonne page”63. »

  • 64 Christine Mallegol, « Une saison au Grand Hôtel de la Mer dans les années trente », Avel Gornog (...)

30Les établissements privés, même si leur fonctionnement peut être difficile à connaître, emploient un personnel nombreux. Marie Keraudren se souvient de ses douze saisons passées à l’Hôtel de la Mer, à Morgat, à partir de 1930. Avant la saison, il faut se rendre chez le propriétaire ou le gérant de l’hôtel pour demander s’il y a de la place. Ainsi se concluait l’embauche, pour une saison qui commence généralement à Pâques et se termine début octobre. La préparation de l’hôtel et de trois villas, accueillant les familles en pension, occupe le début de la saison. Le personnel recruté semble féminin, même si Marie Keraudren ne l’affirme pas explicitement. Les employées sont logées au quatrième étage de l’annexe, sous les combles, en chambres collectives de trois ou quatre. Quelques chambres individuelles sont occupées par les plus anciennes ou les plus gradées dans le service. En plus d’être femmes de chambre, les employées sont chargées du service à table. Les journées commencent avant 7 heures du matin et se terminent, pour l’employée de garde (poste occupé une fois par semaine par les femmes de chambre et la gouvernante), au retour du dernier client sorti pour une soirée. Le salaire est global et reçu en fin de saison. Selon Marie Keraudren, les jeunes filles du pays y trouvent du travail facilement, malgré la concurrence de Fouesnantaises en 1935, dont la coiffe en dentelle jugée plus élégante les orienta d’office pour le service de table. L’argent que Marie Keraudren a récolté pendant la saison est donné à sa mère, chez qui elle vivait64.

31Ce travail saisonnier peut apparaître comme un facteur déclenchant de l’exode rural. La venue des baigneurs n’offre pas que des emplois sur place, elle procure également des perspectives d’emplois à l’année, chez eux. En 1858, Alfred Dumesnil se renseigne auprès de Jules Michelet, en villégiature à Pornic.

  • 65 Lettre d’Alfred Dumesnil, du 4 septembre 1858, Jules Michelet, Correspondance générale, t. VIII 18 (...)

« Si Madame Michelet entendait parler à Pornic, à Nantes ou ailleurs, d’une laborieuse, très propre, malgré la réputation des Bretonnes, et soigneuse ménagère qui pût vaquer à la fois à la cuisine et au soin de mes enfants, elle me rendrait un excellent service d’en prendre une exacte et minutieuse information avant de me l’envoyer. Madame Michelet sait très bien de quelle personne j’aurais besoin. Il me faudrait une femme ou fille d’un pays relativement plus pauvre que la Normandie qui trouvât avantage dans ce déplacement65. »

  • 66 Ibidem, lettre à Alfred Dumesnil, du 6 septembre 1858, p. 755.
  • 67 Christine Mallegol, article cité, p. 17.

32Jules Michelet tempère toutefois cet optimisme : « Ces filles bretonnes sont la plupart des sauvages qui ne savent rien et qu’il faut former. De plus, nous ne sommes pas en Bretagne même, mais dans un pays intermédiaire où la main-d’œuvre est beaucoup plus payée. » Il indique cependant que sa femme s’informera66. Après ses douze saisons, Marie Keraudren suit une famille de grands industriels, cliente de l’Hôtel de la Mer, propriétaire des filatures de laine Bonne Maman, dans le nord de la France, pour travailler à l’année67. L’activité balnéaire offre des possibilités pour la population locale de partir du littoral, notamment dans les petites communes, qui paraissent perdre inéluctablement le contrôle de leur avenir. Les activités traditionnelles ne sont pas préservées par l’activité balnéaire, qui, toutefois, comprend aussi qu’elles peuvent leur être utile : c’est le cas, par exemple, de l’exploitation du goémon et de l’extraction de matériaux sur la plage.

De l’indépendance au service

Une polluante exploitation du goémon

  • 68 Archives départementales du Finistère, 4 S 327, lettre de l’intendant de la Marine de Brest au pré (...)
  • 69 Délibération municipale de Penmarc’h, du 3 juin 1900.
  • 70 Délibération municipale de Saint-Pierre-Quiberon, du 19 septembre 1926.

33L’activité goémonière est jugée polluante, en particulier à cause de la fumée qui s’échappe des fours à soude. Déjà en 1821, le docteur Laënnec devait disculper, contrairement à ce que pensaient les habitants, la fumée de goémon comme cause de l’éloignement de la sardine de la baie de Concarneau68. En 1900, un conseiller municipal de Penmarc’h se fait l’interprète de plusieurs habitants de la commune et fait observer que « l’incinération du varech telle qu’elle est actuellement est une cause de gêne pour les riverains par la fumée fortement iodurée qui s’échappe des fours d’opération ». Il réclame qu’elle ne puisse avoir lieu que par vent de terre. Le conseil municipal enjoint le maire à prendre un arrêté69. MM. Chrétien et Couillaud protestent auprès du conseil municipal de Saint-Pierre-Quiberon en 1926, ils font ressortir que l’épandage et le brûlage de goémon sur des terrains communaux situés à proximité des maisons qu’ils habitent leur occasionnent de grands inconvénients. Pour le conseil municipal, « les protestations de MM. Chrétien et Couillaud paraissent être légitimes, mais […] d’un autre côté, il ne serait pas inévitable de priver d’un travail rémunérateur toute une population besogneuse ». La municipalité milite en faveur d’une tentative de conciliation70.

  • 71 Archives départementales du Finistère, 4 S 65, lettre du maire de Loctudy au préfet du Finistère, (...)

34Devenus propriétaires sur le bord de mer, les baigneurs tendent à expulser les goémoniers de la plage. En 1886, le maire de Loctudy veut protéger cette pratique, qui occupe de nombreux journaliers pendant l’hiver. Selon lui, Mme Manceaux, propriétaire depuis deux ans, n’a pas les titres pour faire exploiter son courtil jusqu’à la grève, courtil qui a été clos sans autorisation par un mur en pierre sèche vers 1860 et dont la zone entre ce mur et la mer sert, depuis un temps immémorial, aux habitants de la commune71. Malgré son hostilité, l’alignement est accordé. La municipalité défend à nouveau un espace nécessaire à l’exploitation du goémon en 1907. M. Masson, propriétaire d’une villa, demande à obtenir la concession définitive de 700 m² du domaine public maritime, pour agrandir le jardin de sa villa. Le conseil municipal rétorque :

« Si nos pêcheurs et riverains pauvres n’ont pas protesté, c’est parce qu’ils sont généralement insouciants et résignés dans leur misère, c’est peut-être aussi parce qu’ils ont craint de déplaire à M. Masson qui passe tous les ans quelques mois de la belle saison dans leur quartier. […] Il y va pourtant de leur intérêt de leur pain que si on leur enlève dans les endroits de la grève, où le goémon épave vient s’échouer, comme c’est ici le cas, les emplacements nécessaires pour faire leurs dépôts de goémons, la pêche de cet engrais marin qui leur procure un morceau de pain pendant l’hiver devient incertaine, infructueuse, exposés qu’ils sont alors à voir leur récolte si paisiblement amassée enlevée et reprise par le flot. »

  • 72 Délibération municipale de Loctudy, du 17 mars 1907.

35Il proteste contre la tendance de l’Administration, selon lui, à accorder trop facilement aux riches propriétaires le domaine public qui devrait rester celui du pauvre au moins pendant l’hiver. Il émet un avis défavorable72, entendu par le service des Ponts-et-Chaussées qui refuse cette concession. L’Administration juge au cas par cas, mais les municipalités restent toujours vigilantes pour défendre les activités d’une partie de leurs administrés.

  • 73 Archives départementales du Morbihan, 3ES 5/40, lettre de M. Masselin, chef de bataillon, au préfe (...)

36La construction d’une station balnéaire condamne l’exploitation du goémon. M. Masselin, chef de bataillon, analyse en 1908 le vague projet d’établissement d’une plage à l’est de la pointe de Kerjouanno, à Arzon, et objecte que « les pétitionnaires se trompent s’ils croient que l’arrivée du goémon et du varech, journalière d’après eux, donnera une attraction de plus à cette plage, très belle il est vrai. Si jamais l’on en arrive à donner suite à ces projets hypothétiques, il faudra bien d’ailleurs qu’ils se résolvent à cesser l’épandage du goémon73 ». L’exploitation du goémon paraît incompatible avec l’urbanisation. Le conseil municipal de Pornichet se plaint auprès du conseil d’hygiène de Saint-Nazaire de la proximité des parcs à goémon en 1900. Les cultivateurs, dont la majorité habite la commune voisine d’Escoublac, attendent le dessèchement complet du goémon avant de le transporter et de le répandre dans les champs à fertiliser.

« Les mauvaises odeurs qui se dégagent des dépôts en décomposition ne sauraient les atteindre. Il n’en est pas de même des habitants de Pornichet et des étrangers appelés à passer près du parc, situé au bord de la route la plus fréquentée ; pour eux, la vue et l’odorat ne peuvent être flattés. La position du parc pouvait être bonne à l’époque du décret [1860], alors que les habitations étaient rares et éloignées ; aujourd’hui, les chalets se multiplient et se rapprochent au point de le border immédiatement. »

  • 74 Archives départementales de Loire-Atlantique, 534 S 89, séance du conseil d’hygiène de Saint-Nazai (...)
  • 75 Délibération municipale de Larmor-Plage, du 15 février 1931.

37Le conseil d’hygiène reprend les arguments du maire concernant ces amas attirant des quantités considérables de mouches, représentant un danger pour la santé74. Le parc à goémon est finalement désaffecté. Quand, en 1931, Louis Edelin, gérant de l’usine de la société Le Goémon, demande un emplacement sur la partie de la plage à Larmor-Plage située entre la digue Artus et la roche Le Zornic pour l’exploitation du goémon, M. Lehervet, conseiller municipal et président du groupement des propriétaires de terrains de Lorient-Plage, s’élève avec force contre l’accaparement éventuel de la plage par les goémoniers en vue des opérations permanentes d’épandage, de séchage et de brûlage de goémon pendant la saison estivale. Le conseil municipal émet le vœu d’interdire ces opérations, mais le maire est victime d’insultes pour cette décision les jours suivants75.

38Les baigneurs considèrent néanmoins le goémon comme un déchet, qui se dépose naturellement sur les plages et embaume les alentours d’une odeur caractéristique. Le héros du roman Une Enfance au Marais breton, Marcel Bruyère, approche de Sion :

  • 76 Léon Dubreuil, Une Enfance au Marais breton, Auxerre, Imprimerie L’Universelle, 1930, p. 17.

« Bientôt une odeur de varech à demi putréfié annonçait la mer. Et s’élevaient côte à côte une dizaine de mulons du précieux végétal, se corrompant pendant des années, jusqu’à ce qu’on le jugeât en état de donner quelque fertilité aux champs et aux jardins naturellement arides. Marcel ne jugeait pas cette odeur désagréable. Il la supportait beaucoup mieux, en tout cas, que celle des têtes de sardines, destinées également à l’engrais, que les usiniers de Croix-de-Vie accumulaient en tas, dans le voisinage76. »

  • 77 Aristide Monnier, Le Pouliguen et ses environs, Angers, 1891, p. 321.

39En plus du désagrément que peut comporter l’odeur, le goémon doit laisser la place au sable. Aristide Monnier, auteur d’un guide sur Le Pouliguen, déconseille au Croisic la plage de Saint-Goustan, car elle offre « une grosse mer, pleine de varechs77 ». À ce moment-là, l’exploitation du goémon peut redevenir utile.

  • 78 Archives départementales de Vendée, 1 O 1029, lettre du maire des Sables-d’Olonne au sous-préfet d (...)
  • 79 Archives départementales de Loire-Atlantique, 536 S 6, lettre de Raoul de Grandlaunay au préfet de (...)
  • 80 Délibération municipale de Croix-de-Vie, du 2 août 1938.
  • 81 Délibération municipale de Clohars-Carnoët, du 26 février 1933.

40Certaines municipalités, généralement quand la plage est entièrement ceinturée par les constructions, comprennent l’intérêt d’une exploitation du goémon, considérée comme manière de nettoyer la plage. Le maire des Sables-d’Olonne refuse, en 1936, d’envisager l’interdiction de ramasser le goémon pendant la saison balnéaire, car, restant sur le sable, il serait impossible aux baigneurs, en raison de sa fermentation rapide, de descendre sur la plage. Il invite les cultivateurs à nettoyer les emplacements où ces herbes marines sont déposées78. Dès 1926, Raoul de Grandlaunay, soucieux d’une menace sur la récolte du goémon au Croisic, interroge le préfet de Loire-Inférieure à ce sujet : « Si le métier de côtier était ruiné, qui nettoierait les baies devenues alors un lieu de putréfaction et un grand danger d’épidémies79. » Le conseil municipal de Croix-de-Vie se préoccupe de l’état de propreté de la plage l’été : « Non seulement on y trouve des papiers abandonnés par les usagers de la plage, mais la mer apporte du goémon, lequel en marées de déclin, séjourne pendant huit à dix jours. [M. Pontoizeau] demande s’il ne serait pas possible de faire nettoyer la plage deux fois par semaine, jusqu’au 15 septembre80. » Parcs à goémon et activité balnéaire peuvent également occuper le même espace, à des saisons différentes. Le maire de Clohars-Carnoët propose, en 1933, que la commune devienne propriétaire d’un terrain au Poudu, à proximité de la plage des Grands-Sables. Ce terrain sera mis à disposition du public, comme dépôt de goémons en hiver, sa destination primitive, et comme parking automobile en été81. Le goémonier n’est plus un producteur indépendant, il devient un agent de service. Ce type de comportement, mais inversé, intervient également pour l’extraction du sable.

Une dangereuse extraction du sable

  • 82 Archives départementales du Finistère, 2 Q 456, lettre de M. Le Marié père au préfet du Finistère, (...)
  • 83 Archives départementales du Finistère, 2 Q 456, rapport de l’ingénieur des Ponts-et-Chaussées sur (...)

41L’extraction du sable est source de débats depuis que le bord de mer se privatise, au cours du xixe siècle. À Concarneau, M. Le Marié père, allant visiter ses propriétés qui bordent la mer, à l’ouest du fort Lamour, trouve en 1857 une charrette attelée d’un cheval, appartenant à M. Demalherbe, juge de paix, et deux hommes occupés à la charger avec des seaux remplis de sable pris dans les dunes détériorées, selon lui, journellement d’une manière effroyable82. Or ces extractions ne concernent pas de simples propriétés privées, puisqu’à proximité des parcelles de M. Le Marié se trouvent les établissements de sardines à l’huile de M. Bois et de la Compagnie maritime de M. Balestrié, qui se construisent (comme les villas de baigneurs) sur les espaces encore vierges. Le maire de Concarneau intercède auprès de l’ingénieur des Ponts-et-Chaussées mais l’ingénieur rétorque que d’autres secteurs de la commune peuvent être utilisés à l’établissement de conserveries et que la question d’intérêt général n’est pas atteinte83.

  • 84 Délibérations municipales de Plœmeur, des 5 juillet 1908 et 7 février 1909.
  • 85 Archives départementales du Morbihan, S 647, pétition des entrepreneurs et marins sableurs de Lori (...)

42La privatisation du bord de mer condamne l’extraction du sable à terme, ce qui inquiète les professionnels. Les entrepreneurs et les marins sableurs de Lorient, Kernevel et Larmor, se plaignent en 1913 au préfet du Morbihan de la difficulté à s’approvisionner. Ils redoutent la suppression de l’extraction sur les autres points possibles peu nombreux, qui contribuera à « ruiner le commerce du sable et plonger dans la misère les malheureux sableurs, maçons et manœuvres de leurs familles qui vivent de cette industrie ; porter un tort considérable au commerce et à l’industrie en général en obligeant à une élévation très grande du prix du sable ; porter atteinte à la solidité des ouvrages construits pour la défense nationale ». Quant aux touristes propriétaires, ils s’émeuvent pour l’esthétique en danger et le recul du trait de côte. Une pétition de plusieurs propriétaires et habitants de Larmor réclame au conseil municipal « qu’il soit fait défense aux carriers d’exploiter les rochers de Loqueltas comme une vulgaire carrière. Les rochers du bord de la mer constituant une véritable richesse en y attirant le public par leur beauté naturelle ainsi que par la petite pêche qui s’y pratique (pêcheurs de la côte, touristes, gens en villégiature) et aussi en facilitant la reproduction des poissons qui recherchent les rochers pour y déposer leurs œufs ». Le service des Ponts-et-Chaussées ne donne cependant pas suite à cette revendication84. Polynice Artus, propriétaire à Larmor, affirme que lui et ses voisins seront bientôt incapables, dans ces conditions, de lutter contre l’envahissement de la mer, avec déjà plusieurs maisons détruites par la mer85. La privatisation du bord de mer oblige les autorités à protéger les propriétés et à mieux maîtriser l’usage du bord de mer.

43La plage est un atout qu’une station balnéaire doit conserver. Le conseil municipal de Loctudy s’inquiète en 1895 :

  • 86 Délibération municipale de Loctudy, du 25 août 1895.

« Depuis que les bateliers ont été autorisés à extraire du sable à la grève de Kerangall voisine de la plage de Langoz, cette dernière même s’est beaucoup dégradée ; […] aujourd’hui le fond, au lieu d’être formé de sable fin comme il y a quelques années, ne se compose plus en majeure partie, que de rochers et de galets. […] Cet état de choses est appelé à éloigner, dans un avenir prochain, les baigneurs de notre plage si fréquentée et à causer ainsi un préjudice considérable à notre pays86. »

  • 87 Archives départementales de Loire-Atlantique, 536 S 6, lettre de Raoul de Grandlaunay au préfet de (...)
  • 88 Archives départementales du Morbihan, S 1457, pétition de Palais adressée au préfet du Morbihan, r (...)

44Il demande que l’enlèvement du sable par bateaux y soit interdit. La plage peut également devenir moins sûre. Raoul de Grandlaunay signale au préfet de Loire-Inférieure, en 1926, ce qu’il considère comme un abus, « l’enlèvement journalier à Saint-Goustan [au Croisic], sans contrôle, d’une dizaine de tombereaux de sable dans ce que la mer couvre et découvre […]. Ceci s’opère principalement tous les matins depuis la villa des Roches brunes jusqu’au chalet Isabelle, ce qui fait des trous et creuse la plage Saint-Goustan et en chasse les baigneurs qui la fréquentaient avec plaisir, sans danger pour les enfants87 ». Cette réclamation est entendue puisque l’extraction y est interdite pendant la saison balnéaire suivante. À Palais, l’extraction de sable mécontente la population, car, « à la belle saison depuis quelques années, il n’y a plus à Port-Fouquet que cailloux et vase qui ne sont plus recouverts par le sable, ce qui est très ennuyeux pour les baigneurs. Port-Fouquet, bien encaissé, en pente très douce, est la plage idéale pour les enfants et est très fréquentée par une partie de la population du Palais et de nombreux touristes ». La pétition demande qu’il soit défendu d’y prendre du sable, « comme sur les autres plages… même pendant l’hiver, saison où le temps pousse le sable sur les plages88 ». L’extraction du sable paraît incompatible avec l’activité touristique.

45L’extraction de sable risque de déchausser les villas situées sur le bord de mer. M. Le Pape, conducteur subdivisionnaire des Ponts-et-Chaussées, constate, en 1898, les dangers d’autoriser les extractions sur la plage des Sables-Blancs à Tréboul. Un arrêté y interdit les extractions depuis 1894, afin de protéger les propriétés riveraines, car l’apport de sable par la mer est faible.

  • 89 Archives départementales du Finistère, 4 S 137, rapport de M. Le Pape, conducteur des Ponts-et-Cha (...)

« En autorisant les extractions de sable, sauf pendant les mois de juillet, août et septembre, époque de la saison balnéaire, on porterait préjudice considérable à la plage, qui dégarnie de sable pendant la période permise, n’aurait pas le temps de se renforcer pour l’été et serait moins fréquentée par les baigneurs dont le nombre va chaque année croissant. Il suffira de dire qu’en 1895, il n’existait que cinq villas aux abords de la plage, tandis que maintenant [en 1898] on en a construit treize ; une autre est en construction exécution et plusieurs en projet. La commune de Tréboul ne peut donc que retirer des avantages de l’importance toujours croissante de cette plage en y retenant les étrangers89. »

  • 90 Délibération municipale de Carnac, du 10 mars 1929.

46Il préconise donc le maintien de l’interdiction d’extraire du sable de la plage. Les maires désireux du succès balnéaire ne peuvent que se préoccuper de cette situation. Celui de Carnac se déplace en 1929 sur les lieux pour constater « l’échelonnement sur la route de la Plage des tas de sable et galets, les stocks constitués par les entrepreneurs, les enlèvements desdits matériaux à toute époque de l’année [et] que tous ces faits précités ne peuvent que faciliter l’approche de la mer vers les terrains et les villages en bordure de plage, surtout aux périodes de grande marée90 ».

  • 91 Archives départementales de Loire-Atlantique, 576 S 2, lettre du maire de Saint-Nazaire au sous-pr (...)
  • 92 Archives départementales de Loire-Atlantique, QA 343, lettre du directeur de l’Enregistrement, des (...)

47Pourtant, les baigneurs, si hostiles aux extractions de sable, en ont bénéficié. Pour le maire de Saint-Nazaire favorable à une extraction de matériaux en 1867, « la conservation du rivage ne serait nullement en danger parce que M. Donzée aurait extrait des pierres sur les rochers du Bec de Pornichet. […] En facilitant les constructions sur la côte, on rendra aux habitants de Pornichet, de Saint-Sébastien et d’autres villages, et aux pêcheurs eux-mêmes, de bien plus grands services, qu’en conservant intacts quelques rochers dont l’utilité ne paraît pas fort grande91 ». Le directeur des Domaines signale en 1901 que la plage de Port-Meleu sert aux habitants de La Plaine pour l’extraction du sable sec, propre à la construction92. D’ailleurs, l’Administration n’oublie pas :

« Par pétition en date du 4 septembre 1907 […], un certain nombre d’habitants de Préfailles demandent à Monsieur le préfet de Loire-Inférieure de vouloir bien “user de tous les moyens dont il dispose pour qu’à l’avenir il ne soit donné aucune autorisation pour enlever du sable ou des galets sur la plage de Préfailles”. Les pétitionnaires exposent que depuis cinq ou six ans surtout, des milliers de mètres cubes de galets et de sable ont été enlevés de la plage de Préfailles pour être transportés dans toutes les communes voisines, et à plus de dix lieues à la ronde, ce qui fait que le niveau de cette plage a baissé dans des proportions inquiétantes pour l’exploitation des bains de mer. […] Ce chiffre vague est exagéré ; […] les autorisations d’extraire des caillettes [c’est-à-dire des galets] sur la plage de Préfailles ont profité beaucoup plus aux habitants de Préfailles qu’à ceux des communes voisines : il n’est pas douteux que les pétitionnaires possèdent des allées de jardins copieusement pourvues desdites caillettes. […] S’il convient pour le bon renom d’une plage de veiller au maintien de son niveau, il n’est pas moins important de la débarrasser des galets dont l’abondance peut devenir fort gênante. »

  • 93 Archives départementales de Loire-Atlantique, 576 S 2, rapport de M. Daumas, conducteur des Ponts- (...)

48M. Dumas, conducteur des Ponts-et-Chaussées, préconise le statu quo93.

  • 94 Archives départementales du Morbihan, S 1456, délibération municipale de Damgan, du 8 avril 1923.
  • 95 Archives départementales du Morbihan, S 1456, rapport de l’ingénieur des Ponts-et-Chaussées, sur l (...)
  • 96 Archives départementales de Loire-Atlantique, 576 S 2, pétition (28 signatures) des habitants de Q (...)
  • 97 Délibération municipale de Croix-de-Vie, du 2 septembre 1883.

49Les baigneurs trouvent également avantage à l’extraction sur les plages quand il s’agit d’enlever les galets. Le conseil municipal de Damgan demande que l’arrêté préfectoral du 28 janvier 1911 soit modifié, de manière à donner, moyennant une redevance, le droit aux particuliers et à la commune d’enlever les galets de la plage, jugés gênants94. L’ingénieur des Ponts-et-Chaussées constate que les galets « ne sont donc pas d’une manière permanente sur la plage, et leur enlèvement supprimerait la gêne qu’ils apportent aux baigneurs fréquentant cette plage, lorsqu’ils ont été accumulés au commencement de l’été95 ». L’aménagement de la plage réclame aussi de lutter contre les affleurements de rochers, aménagement qui a lieu, généralement, au début de l’affluence sur la plage en question. Dès 1850, les habitants de Quirouard (sur le territoire de Préfailles) exposent que, « pour y attirer les baigneurs en plus grand nombre, il ne leur manque qu’un endroit offrant toute commodité à ces derniers : cet emplacement est déjà tout trouvé et fréquenté non seulement par nos baigneurs, mais même par quelques-uns de ceux de Préfailles. C’est une petite anse, située entre deux rochers, dont l’un s’avance à une assez grande distance dans la mer, et sert d’abri aux baigneurs, en brisant la force des vagues, l’entrée sablonneuse en est très belle, mais à une petite distance, le fond est garni de rochers aigus, qui empêchent de s’y baigner à mer basse. Cédant aux sollicitations des étrangers et ne pouvant exécuter tous les travaux qu’il y aurait à faire avec nos faibles ressources », ils demandent au préfet de Loire-Inférieure de faire extraire ces rochers l’hiver prochain. Le préfet ordonne l’extraction des rochers en partie et uniquement pour permettre de faire de cette plage un lieu de débarquement96. En 1883, le conseil municipal de Croix-de-Vie veut faire sauter les têtes aiguës de rocher qui sortent dans la petite baie de Boisvinet, car il « croit de son devoir de faciliter à tous ceux qui viennent là chercher la joie et la santé, le moyen d’y parvenir commodément et sans danger97 ». Les baigneurs ont donc des comportements ambivalents avec les activités littorales, selon qu’elles les avantagent, ou non.

Des activités littorales victimes ?

  • 98 Délibération municipale de Piriac-sur-Mer, du 29 janvier 1911.
  • 99 Délibération municipale de Piriac-sur-Mer, du 26 décembre 1926.

50Pour autant, les activités littorales sont-elles des victimes de l’activité balnéaire ? Au xxe siècle, l’esthétique de la station balnéaire doit être préservée. Or, les activités littorales peuvent être aussi prédatrices et troubler le bon développement balnéaire. À Piriac, la demande de M. Evin, mareyeur au Lérat sollicitant une concession de 500 sur 30 mètres entre les rochers Le Vire et Ligogne pour établir des parcs à moules, rencontre, en 1911, l’opposition municipale. En effet, la municipalité considère « que ce qui attire l’étranger à Piriac, c’est la pêche, et que le terrain sollicité, très favorable pour la pêche de la crevette, est très fréquenté par les gens du pays et les baigneurs, […] que le dit terrain d’une surface de [15 000 m²], est très rapproché des chalets et que, par sa nature et son origine, il appartient légalement et rend service à tous les habitants de la contrée, et que de plus des hauts fonds vaseux ne tarderaient pas à se former, rendant encore plus difficile l’entrée du port, […] que la question d’hygiène est mise en cause par tous les propriétaires des chalets de la côte de Grain, qui font observer qu’une moulière devenant vite vasière, des émanations pouvant se produire, ils risqueraient de ne pas toujours avoir l’air pur que l’on vient chercher à Piriac, et leurs habitations subiraient une véritable dépréciation par le fait du voisinage de parcs à moules, qu’ils ne pouvaient prévoir quand ils ont construit98 ». Cette côte, décidément demandée par les mareyeurs, est à nouveau défendue par le conseil municipal en 1926 : « Il est dans l’obligation de conserver au pays ce qui fait son succès comme station balnéaire et d’éviter tout ce qui peut nuire à son développement. » Il s’oppose, à l’unanimité, à l’occupation des rivages et des plages avoisinant le bourg et les villas pour y établir des parcs, quels qu’ils soient99.

  • 100 Archives départementales du Morbihan, S 2402, délibération municipale de Quiberon, du 31 décembre (...)

51En plus de l’esthétique, les concessions mettent donc en péril une des distractions préférées des baigneurs : la pêche à pied. À Quiberon en 1911, « il y aurait lieu de la part de la commune à demander à l’administration de la Marine à ce que sur nos côtes qui ne sont que des plages contiguës les unes aux autres, aucune concession ne soit accordée à l’avenir à qui que ce soit, attendu que l’état de choses gênerait la population balnéaire qui s’accroît de plus en plus dans [la] localité et les priverait de toute attraction pendant leur séjour. […] D’un autre côté, cette interdiction de concession permettrait aux nombreux pêcheurs à la main, baigneurs villégiaturant dans [la] localité de pouvoir se livrer à cette distraction favorite100 ». La pêche à pied apparaît comme un mode de subsistance de plus en plus anachronique au xxe siècle, elle est progressivement considérée uniquement comme une distraction. Or cette occupation a besoin d’espace disputé par d’autres activités littorales.

  • 101 Archives départementales de Vendée, 1 O 616, lettre de la Société ostréicole du bassin des Sables- (...)
  • 102 Archives départementales de Vendée, 1 O 616, délibération municipale des Sables-d’Olonne, du 1er a (...)
  • 103 Délibération municipale de La Trinité-sur-Mer, du 1er novembre 1921.

52La limite territoriale entre deux activités n’est, d’ailleurs, pas toujours simple à discerner. Les mareyeurs se plaignent des dégâts occasionnés par les baigneurs. En 1904, la Société ostréicole du bassin des Sables-d’Olonne veut empêcher qu’un bateau baladant les touristes sur le bassin des chasses voisine avec leur production101. M. Florimond Guignardeau, constructeur de navires qui exploite ce bateau, cherche appui auprès du conseil municipal, pour que le service des Ponts-et-Chaussées l’autorise à faire fonctionner son bateau dix-huit jours par mois entre le 15 juillet et le 15 septembre, comme avec les anciens bateaux. Le conseil municipal y est favorable, désireux de donner « aux étrangers qui nous font l’honneur de visiter notre station balnéaire un genre spécial d’attraction qui plaît au plus grand nombre102 ». Les bateaux de plaisance nuisent également aux bancs d’huîtres. En effet, en 1921, la commission de visite des bancs d’huîtres réservés de la rivière constate, à La Trinité-sur-Mer, « que l’extrémité sud du banc de Quant, était tellement raclée par les chaînes de corps-morts des yachts mouillés à cet endroit, qu’il n’y reste plus une seule huître ». La commission décide que les yachts doivent hiverner plus au sud, ce qui ne doit porter préjudice à personne et ce qui est accepté par le conseil municipal103. La compétition territoriale se fait donc en fonction du dynamisme de chaque activité, avec un privilège mesuré au premier installé. Or, la professionnalisation de l’activité balnéaire va renforcer ce dynamisme et rendre cette activité plus audible.

Notes

1 Archives diocésaines de Quimper et de Léon, 3 F 11, visite canonique à Crozon, curé Grall, du 2 avril 1936.

2 Émile Auzou, La Presqu’île guérandaise ; étude géographique, historique et économique ; manuel des touristes et des baigneurs, Paris, Plon, 1897, p. 185 ; le terme rasta comme diminutif de rastaquouère, de l’espagnol rastracuero, traîne cuir, et non de rastafari, lié au mouvement mystique qui n’émerge qu’à partir des années 1920.

3 Ibidem, p. 198.

4 Bulletins paroissiaux de Noirmoutier, de septembre 1904 et octobre 1905.

5 Archives départementales du Morbihan, 3 P 2953, Saint-Pierre-Quiberon, matrices cadastrales des propriétés non bâties.

6 Archives départementales de Vendée, 4 M 125, Statuts de l’Union des propriétaires du Bois de la Chaize, Nantes, Jules Pequignot, 1907, 4 p.

7 Archives départementales de Loire-Atlantique, 8 P 319, Lettre de Jules Benoist (Le Pouliguen) au préfet de Loire-Inférieure, du 21 novembre 1921.

8 Archives départementales de Loire-Atlantique, 8 P 318, pétition du syndicat des propriétaires de Saint-Brevin-l’Océan, au préfet de Loire-Inférieure, du 8 octobre 1922, et lettre du directeur régional des Postes et Télégraphes au préfet de Loire-Inférieure, du 17 novembre 1922.

9 Petite histoire d’une grande station… La Baule de A à Z, La Baule, Archives communales de La Baule-Escoublac, 1998, non paginé.

10 Archives départementales de Loire-Atlantique, 8 P 319, lettre du directeur régional des Postes et Télégraphes au préfet de Loire-Inférieure, du 30 mai 1925.

11 Émile Auzou, op. cit., p. 217.

12 Jules Deloynes, Souvenir du Bourg-de-Batz, Ancenis, Loncin, 1865, p. 26-27.

13 Émile Zola, Les Coquillages de M. Chabre, Nantes, Joca Seria, 1992, p. 22. Émile Zola a séjourné à Piriac-sur-Mer en 1894.

14 Cité par Jacques Bachelier et Émile Letertre, Piriac et son histoire, Le Pouliguen, Jean-Marie Pierre, 1988, p. 36.

15 Ibidem, p. 36.

16 Pornichet et ses environs par un groupe d’amateurs, Paris, Flammarion, 1913, p. 27, p. 58 et p. 66.

17 Archives départementales du Morbihan, 5 M 156, circulaire de M. Loucheur, ministre du Travail, de l’Hygiène, de l’Assistance et de la Prévoyance sociales, aux préfets, du 30 juillet 1929.

18 Délibération municipale de Pornic, du 6 mai 1933.

19 Henri Dardelin, Saint-Brevin-les-Pins, Paris, Le Livre d’histoire-Lorisse, 2002 [1re éd. 1931], p. 127.

20 Délibération municipale de Guilvinec, du 8 novembre 1902.

21 Archives départementales de Vendée, 4 M 107, rapport général sur les cercles et les salles de jeux, pendant la saison balnéaire de 1885, par le commissaire de police des Sables-d’Olonne, d’octobre 1885.

22 Archives départementales de Vendée, S 651, « Causerie ostréicole », La Paix du 6 juillet 1882.

23 Cité par David Renaudin, La Politique des municipalités dans l’arrondissement des Sables-d’Olonne, de 1900 à 1971, mémoire de maîtrise Histoire, ICES La Roche-sur-Yon, 2000, p. 167.

24 Délibération municipale de Batz-sur-Mer, du 11 mai 1937.

25 Xavier Gizard et Jean Viard, Le Tropisme des rivages ; essai sur le Sud français, Paris, DATAR/Éd. de l’Aube, 1995, p. 26.

26 Louis Cren, Mon vieux Lorient ; étude des vieilles appellations locales, Vannes, Imprimerie de la Liberté du Morbihan, 1946, p. 6.

27 Henri-François Buffet, La Vie turbulente et dolente d’une vieille cité maritime ; le Port-Louis de Basse-Bretagne, Paris, F. Lanore, 1930, p. 111.

28 Archives départementales du Morbihan, 2 O 5/10, affaires visées dans une note imprimée « Coup d’œil en Arzon » que le préfet demande d’instruire, sans date.

29 EDF-GDF Archives, Boîte 713503, séance du conseil d’administration de l’énergie électrique de Basse-Loire, du 29 avril 1931.

30 Archives départementales du Finistère, 4 S 21, lettre d’Auguste Grivart au maire de Douarnenez, du 3 février 1890.

31 Archives départementales de Loire-Atlantique, 534 S 2, rapport de l’ingénieur des Ponts-et-Chaussées, sur la location de la plage Saint-Michel de Batz et les observations de la Marine, du 21 janvier 1892.

32 Arrêté municipal de Pornic, du 11 juin 1838.

33 Arrêté municipal de Saint-Jean-de-Monts, du 1er juillet 1898.

34 Archives départementales de Loire-Atlantique, 534 S 2, rapport de l’ingénieur des Ponts-et-Chaussées, sur les réclamations contre les cabines de la Dame Veuve Picaud, plage de Saint-Michel de Batz, du 6 août 1895.

35 Arrêté municipal de Préfailles, du 19 août 1921.

36 Archives départementales du Finistère, 4 S 29, rapport de M. Cevaer, ingénieur des Ponts-et-Chaussées, sur la demande de M. Le Roux, du 30 décembre 1933.

37 Délibération municipale des Sables-d’Olonne, du 12 février 1867.

38 Délibération municipale de Quiberon, du 14 mai 1881.

39 Arrêté municipal de Pornic, du 24 juillet 1854.

40 Arrêté municipal de Saint-Jean-de-Monts, du 17 juin 1893.

41 Arrêté municipal de Saint-Gilles-sur-Vie, du 11 juillet 1904.

42 Arrêté municipal de Saint-Gilles-sur-Vie, du 16 mai 1933.

43 Archives départementales de Loire-Atlantique, 534 S 4, lettre de la direction générale de l’Enregistrement, des Domaines et du Timbre au préfet de Loire-Inférieure, du 2 octobre 1875.

44 Archives départementales de Loire-Atlantique, 534 S 4, lettre de Léonide Barathon au préfet de Loire-Inférieure, du 26 décembre 1900.

45 Archives départementales de Loire-Atlantique, 534 S 85, lettre de Joseph Lethiec au préfet de Loire-Inférieure, du 1er mai 1914, rapport de l’adjoint technique principal des Ponts-et-Chaussées, sur l’occupation temporaire de domaine public maritime, pétition Mabo, du 9 avril 1918, rapport de l’adjoint technique principal des Ponts-et-Chaussées, sur l’occupation temporaire du domaine public maritime, pétition Lagré, du 23 juillet 1918.

46 Délibérations municipales de Pornic, des 10 septembre 1926, 24 mai 1927 et 1er mars 1928.

47 Xavier Dubois, Les Mutations des systèmes sardiniers en Bretagne au xixe siècle, thèse de doctorat Histoire, Université de Bretagne-Sud, 2002, p. 240-241.

48 Service historique de la Marine de Vincennes, CC5580, rapport de l’administrateur de l’Inscription maritime de Saint-Gilles, du 18 mai 1866.

49 Xavier Dubois, op. cit., p. 242.

50 Ibidem, p. 244.

51 Jean-Pierre Bertrand, « Bretons-Vendéens », Recherches vendéennes, 1998, p. 92 et p. 101.

52 Marcel-Noël Dupont, 1924-1994, Itinéraire d’un Français moyen, témoin de son temps, Sol’Air, 1996, p. 74.

53 Archives départementales de Vendée, 5 M 240, lettre de Rolland fils frères au préfet de Vendée, du 28 décembre 1911.

54 Ferdinand Duviard, « Avant le Déluge ; souvenirs du Croix-de-Vie d’autrefois (1904-1925) », Société d’Émulation de la Vendée, 1951-1953, p. 21-26.

55 Gw. Denez, « Anna, une vie à Douarnenez », Tud ha Bro, Sociétés bretonnes n°1, 1979, p. 124.

56 Archives départementales de Loire-Atlantique, 1 M 1352, notice sur les eaux minérales de l’arrondissement de Paimbœuf, du 27 août 1823.

57 Ludovic de l’Étang, « Au pays sacré des druides ; le Golfe enchanteur », Le Nouvelliste du Morbihan des 8, 12, 15 et 19 avril 1900.

58 Émile Zola, Les Coquillages de M. Chabre, Nantes, Joca seria, p. 21-22.

59 « Les Petits trous pas chers » ; guide des familles aux bains de mer, plages de la Manche et de l’Océan, Paris, La Fare, 1903, p. 291.

60 Bulletin paroissial de Quiberon, d’août 1927.

61 Bulletin paroissial des Sables-d’Olonne L’Écho de Saint-Pierre-des-Sables, d’août 1932.

62 La Mouette, du 16 mars 1924.

63 Bulletin paroissial de Notre-Dame-des-Dunes de Pornichet, du 18 juillet 1935.

64 Christine Mallegol, « Une saison au Grand Hôtel de la Mer dans les années trente », Avel Gornog n°2, juin 1994, p. 15-17.

65 Lettre d’Alfred Dumesnil, du 4 septembre 1858, Jules Michelet, Correspondance générale, t. VIII 1856-1858, Paris, Honoré Champion, 1998, p. 753.

66 Ibidem, lettre à Alfred Dumesnil, du 6 septembre 1858, p. 755.

67 Christine Mallegol, article cité, p. 17.

68 Archives départementales du Finistère, 4 S 327, lettre de l’intendant de la Marine de Brest au préfet du Finistère, du 1er février 1821.

69 Délibération municipale de Penmarc’h, du 3 juin 1900.

70 Délibération municipale de Saint-Pierre-Quiberon, du 19 septembre 1926.

71 Archives départementales du Finistère, 4 S 65, lettre du maire de Loctudy au préfet du Finistère, du 1er février 1886.

72 Délibération municipale de Loctudy, du 17 mars 1907.

73 Archives départementales du Morbihan, 3ES 5/40, lettre de M. Masselin, chef de bataillon, au préfet du Morbihan, du 21 octobre 1908.

74 Archives départementales de Loire-Atlantique, 534 S 89, séance du conseil d’hygiène de Saint-Nazaire du 19 novembre 1900, plainte du conseil municipal de Pornichet contre le parc à goémon.

75 Délibération municipale de Larmor-Plage, du 15 février 1931.

76 Léon Dubreuil, Une Enfance au Marais breton, Auxerre, Imprimerie L’Universelle, 1930, p. 17.

77 Aristide Monnier, Le Pouliguen et ses environs, Angers, 1891, p. 321.

78 Archives départementales de Vendée, 1 O 1029, lettre du maire des Sables-d’Olonne au sous-préfet des Sables-d’Olonne, du 17 septembre 1936.

79 Archives départementales de Loire-Atlantique, 536 S 6, lettre de Raoul de Grandlaunay au préfet de Loire-Inférieure, du 17 novembre 1926.

80 Délibération municipale de Croix-de-Vie, du 2 août 1938.

81 Délibération municipale de Clohars-Carnoët, du 26 février 1933.

82 Archives départementales du Finistère, 2 Q 456, lettre de M. Le Marié père au préfet du Finistère, du 21 octobre 1857.

83 Archives départementales du Finistère, 2 Q 456, rapport de l’ingénieur des Ponts-et-Chaussées sur la nouvelle réclamation présentée par le maire de Concarneau, du 14 mars 1860.

84 Délibérations municipales de Plœmeur, des 5 juillet 1908 et 7 février 1909.

85 Archives départementales du Morbihan, S 647, pétition des entrepreneurs et marins sableurs de Lorient, Kernevel et Larmor au préfet du Morbihan, de novembre 1913 ; pétition des riverains de Toulhars au préfet du Morbihan, du 21 avril 1910 ; lettre du M. Artus (Nantes) au maire de Plœmeur, du 1er décembre 1913.

86 Délibération municipale de Loctudy, du 25 août 1895.

87 Archives départementales de Loire-Atlantique, 536 S 6, lettre de Raoul de Grandlaunay au préfet de Loire-Inférieure, du 17 novembre 1926.

88 Archives départementales du Morbihan, S 1457, pétition de Palais adressée au préfet du Morbihan, reçue en octobre 1933.

89 Archives départementales du Finistère, 4 S 137, rapport de M. Le Pape, conducteur des Ponts-et-Chaussées, sur l’extraction de sable plage des Sables-Blancs, du 25 novembre 1898.

90 Délibération municipale de Carnac, du 10 mars 1929.

91 Archives départementales de Loire-Atlantique, 576 S 2, lettre du maire de Saint-Nazaire au sous-préfet de Savenay, du 25 septembre 1867.

92 Archives départementales de Loire-Atlantique, QA 343, lettre du directeur de l’Enregistrement, des Domaines et du Timbre, au préfet de Loire-Inférieure, du 12 avril 1901.

93 Archives départementales de Loire-Atlantique, 576 S 2, rapport de M. Daumas, conducteur des Ponts-et-Chaussées, sur les extractions de matériaux sur le rivage de la mer à Préfailles, du 22 octobre 1907.

94 Archives départementales du Morbihan, S 1456, délibération municipale de Damgan, du 8 avril 1923.

95 Archives départementales du Morbihan, S 1456, rapport de l’ingénieur des Ponts-et-Chaussées, sur l’extraction de matériaux à Damgan, du 27 août 1922.

96 Archives départementales de Loire-Atlantique, 576 S 2, pétition (28 signatures) des habitants de Quirouard au préfet de Loire-Inférieure, de septembre 1850.

97 Délibération municipale de Croix-de-Vie, du 2 septembre 1883.

98 Délibération municipale de Piriac-sur-Mer, du 29 janvier 1911.

99 Délibération municipale de Piriac-sur-Mer, du 26 décembre 1926.

100 Archives départementales du Morbihan, S 2402, délibération municipale de Quiberon, du 31 décembre 1911.

101 Archives départementales de Vendée, 1 O 616, lettre de la Société ostréicole du bassin des Sables-d’Olonne à l’ingénieur des Ponts-et-Chaussées, du 4 août 1904.

102 Archives départementales de Vendée, 1 O 616, délibération municipale des Sables-d’Olonne, du 1er août 1904.

103 Délibération municipale de La Trinité-sur-Mer, du 1er novembre 1921.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search