Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'intrusion balnéaire

 | 
Johan Vincent

Chapitre IV. Un environnement otage de la station balnéaire

Texte intégral

1Le partage des territoires conduit à l’élévation de villas et autres maisons de bord de mer. Le baigneur, en désirant le rivage, modifie son environnement pour pouvoir mieux apprécier ce rivage. Réussir une station balnéaire implique un sérieux équilibre entre un environnement qui existe et qui est à conserver, et un paysage à imaginer et à aménager. Quand la vue sur mer conditionne la valeur d’une construction balnéaire, le quartier balnéaire ne peut que se loger au plus près de la plage. Le bord de mer devient le front de mer, simple ligne qui départage terre et océan. Cette course au front de mer, quelquefois vécue comme nécessaire, n’est cependant pas sans conséquence sur l’environnement et le destin de la station.

La course au front de mer

Des conditions initiales difficiles

  • 1 Julien Gracq, Un beau ténébreux, Paris, José Corti, 1945, p. 218-219.
  • 2 Plage de Penthièvre en Saint-Pierre-Quiberon, Paris, Tourte et Petitin, 1914, non paginé.
  • 3 Jacques Lecompte et Pierre Vergnes, Le Climat de la Bretagne, Rennes, Ouest-France, 1986, p. 22.
  • 4 Guides historiques, descriptifs et pratiques de la Presqu’île de Quiberon et de Belle-Île, ESSI de (...)

2S’installer sur le bord de mer, c’est tout d’abord subir quelques désagréments. Le vent est régulièrement décrié. Les héros d’Un beau ténébreux souffrent à Pornichet des « tempêtes d’automne, harassantes, interminables, et, tout au long de la grève, on [n’entend] plus que le bruissement somptueux, à perdre haleine, des grands bois de pins, – et derrière leurs clôtures fanées, après les nuits plus longues, et déjà froides, les maisons menacées se recroquevillent1 ». L’air vif doit faire preuve de calme et la présence d’une forêt bonifie souvent le site dans ce cas. À la plage de Penthièvre, en 1914, « on ne saurait, sans les avoir parcourus, s’imaginer le charme de ces bois de pins, le calme profond dont on y jouit, alors même que le vent souffle en tempête à l’époque des équinoxes et pendant la saison d’hiver, c’est à peine s’il se fait sentir sous bois2 ». Les vents d’ouest sont dominants en Bretagne (30 à 35 % pour les vents du sud-ouest et d’ouest), soufflant toute l’année avec une plus grande fréquence et une plus grande force en hiver3. Les plages qui en sont protégées sont donc avantagées. Quiberon possède ainsi deux côtes : « L’une dite “sauvage”, balayée par les puissants souffles du grand large, l’autre calme, encerclant la baie aussi paisible qu’un lac ; des vents qui, d’où qu’ils viennent, passent sur de vastes étendues de mer4. » La pureté du vent, venu des océans mais dont on ne désire pas, en fait, la puissance, n’est pas oubliée.

  • 5 Délibération municipale de Pornichet, du 29 juin 1902.
  • 6 Archives départementales de Loire-Atlantique, 534 S 89, lettre de M. Voisin au sous-préfet de Sain (...)
  • 7 Archives départementales du Finistère, 2 Q 475, lettre (copie) de M. Veig, inspecteur, au directeu (...)

3Principal inconvénient, le vent transporte le sable, contre lequel les baigneurs et les populations littorales doivent lutter. M. Mélian, propriétaire d’un chalet en bordure de la plage, se plaint auprès du maire de Pornichet de l’envahissement constant des sables5. Les baigneurs n’ont guère d’estime pour les dunes. M. Voisin, propriétaire du chalet Ker Gabrielle, à Pornichet, demande à être autorisé à dégager le devant de sa propriété, qui se trouve envahie par les sables. Sa parcelle est bornée par les dunes domaniales, il est donc forcé de passer par ce sable pour sortir de chez lui. Cette autorisation lui permettrait de niveler cette partie de terrain et de combler les trous qui existent avec le sable enlevé. D’ailleurs, « le travail [qu’il se] propose de faire ne sera que d’embellir ce quartier vraiment dénué de charmes par le voisinage de ces buttes de sable ». Il obtient cette autorisation6. La proximité de dunes vives, c’est-à-dire non fixées, est particulièrement redoutée. La propriété à Fouesnant de M. Cabourdin, entrepreneur de travaux quimpérois, est menacée depuis 1885 par une dune. Le sable, d’une finesse extrême, est mis en mouvement par les vents violents du Sud et surtout de l’Ouest, alors que la végétation y est quasiment inexistante. La fixation de la dune réclame des efforts conséquents, difficilement efficaces à court terme. Les plantations qui ont eu lieu à Beg-Meil en 1907 ont probablement concerné cette parcelle. M. Cabourdin désire d’abord reconstruire un mur de clôture plus en avant sur la dune, car les sables, pour l’instant, s’arrêtent à son mur de clôture en terre7. Le nouveau mur deviendrait le barrage contre les sables. La réponse des Domaines manque.

  • 8 Délibération municipale de Pornichet, du 7 juillet 1912.
  • 9 Arrêté municipal de La Tranche-sur-Mer, du 22 juin 1929.

4La lutte contre l’envahissement du sable prend, notamment pendant l’hiver, une tournure collective au xxe siècle. Le conseil municipal de Pornichet observe en juillet 1912 que, « pendant tout l’hiver passé, une quantité considérable de sable s’est amoncelée, dans certaines avenues, à proximité de la mer. […] L’enlèvement de ces sables s’impose dans l’intérêt même de la circulation8 ». Il vote un crédit de 300 francs pour déblayer les avenues concernées. Les municipalités tâchent de limiter les abus. Le conseil municipal de La Tranche interdit en 1929 de jeter sur la voie publique le sable provenant du balayage des maisons9. Le sable reste, par certains aspects, un problème, qui doit ne pas dépasser le cadre de la plage, un cadre qui a été construit au cours du xixe siècle.

Le front de mer, entre plage et terre

  • 10 Service historique de la Marine de Vincennes, CC5217, « Des bains de mer et de la propriété des ri (...)

5Face à tant de contrariétés, il paraît étonnant que les baigneurs se soient entêtés à construire autant à proximité de la plage. La vue sur mer se transforme rapidement en cadeau empoisonné. Les baigneurs ont été, en fait, encouragés à construire sur ces terrains. Une décision ministérielle du 4 août 1844 semble, selon les Domaines, avoir assimilé la construction d’un établissement de bains à des plantations. Pour l’auteur de l’article « Des bains de mer et de la propriété des rivages de la mer », paru dans le Journal Officiel de l’Empire français en 1870, « des sables arides se sont convertis en verdoyants chalets, et nos rudes et intéressantes populations maritimes ont recueilli, les premières, les bénéfices de ces heureuses transformations10 ». Les chalets et les villas servent donc à recouvrir les dunes, les fixant en les faisant disparaître.

6Les baigneurs ne sont pas dupes. Quand la vue sur mer est menacée, ils savent rappeler l’importance de leurs constructions. M. Safflet, directeur du journal Le Progrès de Nantes, tempête auprès du préfet de Loire-Inférieure en 1892. Il est propriétaire, depuis 1859, d’une habitation à Pornichet sur un terrain limité par l’océan, subissant « tous les inconvénients du vent et de la mer : estacades enlevées, toitures ravagées, ferrures dévorées par la rouille, envahissement des sables, tout cela pour pouvoir jouir, pendant deux ou trois mois par an, de la vue sur la mer ». Or, un établissement de bains a placé des cabines devant sa maison, lui enlevant cette vue. Il interpelle le préfet :

  • 11 Archives départementales de Loire-Atlantique, 534 S 88, lettre de M. Safflet au préfet de Loire-In (...)

« Veuillez d’ailleurs remarquer que les maisons qui, comme la mienne, ont été construites sur le bord de la mer, ont rendu à toute la contrée de signalés services ; ce sont elles qui ont élevé la première barrière contre les vents de mer dont elles supportent toute la violence. Derrière elles, à l’abri, des plantations se sont formées, qui grandissent tous les jours, préservées qu’elles sont du vent et de l’envahissement des sables. Serait-il juste, quand, aux dépens et aux frais des propriétaires, nos maisons ont rendu ces services, quand elles ont rendu la région habitable, de les récompenser en leur enlevant la vue, et presque l’accès de la plage […]11 ? »

7Ce particulier n’a pas une maigre estime du bienfait de son chalet, dont il connaît toute l’importance pour lutter contre le déplacement du sable.

8Pour pallier l’envahissement des propriétés privées, l’Administration accepte la construction de petits murs pour arrêter le sable. Le décret du 7 avril 1884 réserve tout le long de la côte de la Baule à Pornichet une zone de dix mètres de largeur pour servir de voie publique. Le préfet autorise les propriétaires des chalets à construire un mur côtier, entre leurs parcelles et la mer. Aucun plan d’ensemble n’est cependant mis en œuvre et les constructions se font au fur et à mesure. L’ingénieur des Ponts-et-Chaussées dépeint un certain chaos dans cette zone en 1899 :

  • 12 Archives départementales de Loire-Atlantique, 534 S 88, rapport du conducteur des Ponts-et-Chaussé (...)

« En outre des palissades placées en travers de la zone, il existe des murs côtiers, comme ceux des chalets La Folie et Marie-Claire, qui limitent, à l’ouest et à l’est, la propriété Mondain […] et qui, étant en retrait, viennent intercepter la libre circulation sur la zone réservée ; et d’autre part, les murs côtiers n’existent pas partout à l’est du casino, ils disparaissent pour se retrouver, dans des conditions d’alignements différents, à quelques centaines de mètres plus loin et dans cet intervalle des dunes de sable occupent l’emplacement de la zone et les terrains en arrière12. »

  • 13 Archives départementales de Loire-Atlantique, 534 S 88, rapport du conducteur des Ponts-et-Chaussé (...)

9En 1897, les murs côtiers s’établissent sur environ 400 mètres de longueur à Pornichet et plus de 500 mètres à La Baule13.

  • 14 Délibération municipale des Sables-d’Olonne, du 8 mai 1830.

10Une délimitation nette se crée entre la plage et les terres. Les dunes intègrent les terres, alors que dune et plage s’alimentent l’une l’autre. Quand, à Pornichet, aucun mur côtier n’existe, les dunes pénètrent le quartier balnéaire. Afin d’éviter ce que l’on considère comme des envahissements, des murs sont construits à la limite des propriétés, au pied des dunes, voire parfois sur le trait de côte lui-même. Le bord de mer se transforme en front de mer, quelquefois avec enthousiasme. Dès 1830, le conseil municipal des Sables-d’Olonne « appelle la bienveillance du gouvernement, pour la construction d’un mur de clôture qui arrêterait les sables que le vent du Sud-Ouest entasse en dune sur cette étendue, et qui, refoulés ensuite sur les habitations, les envahissent et font la désolation de tout ce quartier [des Corderies] ». Il ne doute pas du bienfait de cette initiative, car « quel beau spectacle offrira [la] magnifique plage le jour où ses limites, si avantageusement tracées par la nature, sera fixée par des murs sur toute [cette] étendue14 ». Le remblai des Sables-d’Olonne servira de modèle à plusieurs stations balnéaires, notamment dans l’Entre-deux-guerres. Le front de mer vient aider la nature à se réaliser, distinguant définitivement plage et terres.

Les nouvelles Is ?

Un problème ancien

  • 15 Henri Dardelin, Saint-Brevin-les-Pins, Paris, Le Livre d’histoire-Lorisse, 2002 [1re éd. 1931], p. (...)

11L’élévation du front de mer ne va pas sans poser de problèmes. En effet, le trait de côte a la particularité de fluctuer ; calé à ce trait, le front de mer peut ne plus être à sa place. La fluctuation du trait de côte est un problème ancien, connu des populations littorales. Un mouvement, soit de recul, soit d’avancée de la mer, n’est d’ailleurs pas définitif, il peut s’inverser. Henri Dardelin explique que le littoral de Saint-Brevin était autrefois très découpé mais, sous l’influence des apports des sables de la Loire, les anses se comblèrent et la côte prit un aspect rectiligne analogue à celui des Landes ou de la Flandre. La mer qui baignait, vers 1700, les murs du cimetière situé autour de l’église, s’en était éloignée en 1780 de plus d’un kilomètre : « Vers 1820, la mer, au lieu de continuer à se retirer, a commencé à reprendre les sables qu’elle avait rapportés. À ce mouvement de recul a succédé un mouvement inverse et la mer ronge la côte actuelle [en 1931] de deux mètres environ chaque année. » L’église n’est plus qu’à deux cents mètres de la mer. Un équilibre se forme sur le littoral, car « les sables enlevés entre Mindin et le Pointeau sont transportés en d’autres endroits. Une partie vient se déposer entre le sud de la plage des Rochelets et celle de Neuvillette. C’est ainsi que le Rocher-Vert est aujourd’hui totalement ensablé et que le littoral s’est avancé de deux cents mètres environ sur la mer depuis 189015 ». Des travaux de protection contre la fluctuation du trait de côte, quelquefois du propre fait des populations littorales, sont mis en place. Le conseil municipal de La Bernerie-en-Retz résume parfaitement en 1890 ce qu’implique une érosion littorale non combattue :

  • 16 Délibération du conseil municipal de La Bernerie-en-Retz, du 16 mars 1890.

« Les perrés construits jadis par l’État et qui subsistent encore sont très menacés dans leurs fondations, la plage, si commode aux baigneurs, tend à disparaître de plus en plus, la location des maisons des Carrés pendant la saison des bains devient difficile et toutes les propriétés qui bordent la mer sont de plus en plus menacées16. »

12Ce n’est donc pas seulement un territoire qui part, mais aussi son usage qui disparaît.

13L’érosion littorale devient particulièrement inacceptable quand elle attaque des terrains constructibles, c’est-à-dire les terrains qui ont le plus de valeur. Ses plus fortes attaques ont lieu pendant les tempêtes. M. Gouin, notaire à Paimbœuf, en fait l’amère expérience en 1869 pour sa propriété de Saint-Brevin, située pointe du Pointeau. En une tempête, la mer s’avance jusqu’à provoquer une belle panique parmi les personnes présentes :

  • 17 Archives départementales de Loire-Atlantique 534 S 96, lettre de Me Gouin au préfet de Loire-Infér (...)

« Mon habitation, le 28 [janvier 1869], éloignée de plus de douze mètres du rivage et garantie par un talus herbé, n’était plus, le 29, séparée de la mer, que de trois mètres, coupés à pic, sur une profondeur de cinq mètres. Les personnes, chargées de veiller à ma propriété, ont vu le danger si imminent, qu’elles ont passé la nuit à enlever les meubles du chalet et à faire des clayonnages, garnis de fascines, pour le protéger contre la marée du lendemain17. »

14La Sœur Saint Aristide, première infirmière de la Villa Notre-Dame à Saint-Gilles-sur-Vie, se souvient d’un soir tempétueux d’hiver 1897 :

  • 18 M. Alabert, Mémoire de la Villa Notre-Dame 85800 Saint-Gilles-Croix-de-Vie, 1995, p. 16. Pour en s (...)

« Les ouvriers qui avaient travaillé à la construction viennent aussitôt à notre secours, jetant du sable à la mer pour l’empêcher d’arriver aux fondations du bâtiment, voulant même couper l’aile de la bâtisse parce que, disaient-ils, le toit est si bien enchaîné que c’est capable de glisser et d’emporter le corps du bâtiment à la mer. La supérieure Sœur Bernadette […] s’y opposa. […] C’est surtout [le lendemain] en revenant de la messe vers sept heures et demie que nous nous sommes rendues compte du grand péril qui nous avait menacées. L’escalier de la plage, la palissade, tout était parti à la mer18. »

  • 19 Archives départementales de Loire-Atlantique, 536 S 22, avis de M. Maynard, ingénieur des Ponts-et (...)
  • 20 Archives départementales de Loire-Atlantique, 536 S 22, rapport de M. Dumas, conducteur des Ponts- (...)
  • 21 Henri Dardelin, op. cit., p. 18-19.
  • 22 Archives départementales de Vendée, 1 O 372, lettre de M. Macé au préfet de Vendée, du 13 septembr (...)

15Les désagréments hivernaux de l’érosion littorale n’empêchent pas la construction sur le bord de mer. Ce risque est largement sous-estimé : en 1908, à Saint-Brevin-les-Pins, des particuliers empiètent sur la propriété domaniale des lais de mer, obligeant l’Administration « au bornage des lais de mer [du Pointeau et de la Guerche], dont la valeur peut devenir très importante en raison du développement des stations balnéaires19 ». À certains endroits pourtant, en cinq ans, entre 1906 et 1911, certaines propriétés y sont corrodées de près de dix mètres20. Henri Dardelin rapporte que le raz-de-marée du 9 janvier 1924 a accéléré ce mouvement et les imprudents qui se sont établis trop près de la mer ont vu leurs propriétés anéanties21. Plus précautionneux ou plus avertis, certains cherchent à utiliser les infrastructures portuaires qui subsistaient, pour s’en servir comme premier obstacle. Encore faut-il qu’elles soient en état après leur abandon. M. Macé a l’intention, en 1901, de faire construire plusieurs chalets au port de la Meule, à l’île d’Yeu. Il est toutefois « arrêté par un état de choses qui peut faire subir des dégâts à [sa] propriété. En effet, il existait autrefois, devant les maisons de ce village, un quai ou mur de protection pour les propriétés. Ce quai, qui était entretenu par l’État, a été enlevé, en partie, par la mer il y a quelques années, de telle sorte que, lors des tempêtes de l’hiver, la mer vient battre jusqu’au pied de [son] terrain ». Il demande la reconstruction du quai, s’engageant même à en payer une partie, mais l’Administration refuse22.

  • 23 Archives départementales du Finistère, 4 S 29, lettre du ministre des Travaux publics au préfet du (...)
  • 24 Archives départementales du Finistère, 4 S 14, rapport de M. Troalen, ingénieur des Ponts-et-Chaus (...)

16L’Administration connaît l’engrenage dans lequel l’État risque d’être engagé s’il s’insinue dans la lutte des particuliers contre l’érosion littorale. Elle se permet d’ailleurs au xxe siècle de prévenir les acheteurs des risques d’érosion. Le ministre des Travaux publics se veut clair sur ce sujet en 1930 : « En ce qui concerne les concessions Jezequellou, Berrou et Lagadec, l’État en aucun cas ne sera tenu de protéger contre les érosions éventuelles de la mer des terrains vendus [à Cap-Coz, Fouesnant], les acquéreurs acceptant les risques et périls découlant de la situation particulière des dits terrains et, notamment, devant être déchus de tous droits sur les terrains que le plus grand flot de mars viendrait à recouvrir. » Le mètre réservé à la circulation entre les propriétés Berrou et Lagadec et la mer n’est pas une sécurité pour ces particuliers, car si cette distance vient à être inférieure, « le terrain nécessaire pour donner à cette bande ladite largeur [sera] pris sur celui concédé23 ». M. Troalen, ingénieur des Ponts-et-Chaussées, est sévère en 1937 envers ceux qui se précipitent sur le front de mer : « Jusqu’à présent, les propriétaires riverains qui connaissent parfaitement les dangers auxquels ils s’exposent en construisant en bordure de cette côte [du Pouldu], mais qui néanmoins acceptent d’en courir les risques parce qu’ils veulent être le plus près possible de la mer pour y jouir de certaines vues et de certains horizons, ont toujours fait leur affaire de ces travaux de défense. » Théodore Le Pennec, qui a construit son Hôtel des Dunes en 1930 à quatre mètres de la crête de la falaise – située à une hauteur de huit mètres au-dessus de la plage –, ne doit pas attendre de secours de la part de l’État24. Certaines municipalités s’inquiètent d’ailleurs du coût des travaux. Le conseil municipal de Saint-Brevin désire faire participer les particuliers concernés par la défense de la partie de la côte la plus menacée, au nord du bourg.

  • 25 Délibération municipale de Saint-Brevin, du 18 avril 1924.

« Il n’[y] existe aucun terrain public en bordure de la mer, mais […] toute cette bordure est composée d’une succession de propriétés particulières dont la limite ouest se termine actuellement dans la plage même et dont plusieurs comprennent des constructions soit déjà en tout ou en partie démolies par les marées et dont le sol est incorporé à la plage, soit en extrême bordure de la plage25 ».

17S’installer sur le bord de mer implique donc d’assumer certains risques, qui peuvent réduire la valeur du terrain, voire le terrain lui-même.

Le bord de mer, un espace à valeur chaotique

  • 26 Archives départementales du Morbihan, S 1186, rapport de M. Noury, conducteur des Ponts-et-Chaussé (...)
  • 27 Archives départementales du Morbihan, S 1186, lettre de M. Malrieu au directeur des Domaines, sans (...)

18Les caractéristiques des terrains situés sur le bord de mer peuvent évoluer à la suite des événements météorologiques. Au xixe siècle à Quiberon, après chaque tempête avec vent de sud-ouest, le profil de la plage de Port-Maria est considérablement modifié. Le conducteur des Ponts-et-Chaussées, M. Noury, constate que les tempêtes de l’hiver 1896 produisent des ondulations très élevées, tandis que d’autres, comme celle du 17 octobre 1898, dressent le sol suivant une pente régulière. La commune demande en 1898 la concession d’un terrain domanial demeuré au-dessus de la laisse des hautes mers en 1890, mais ce terrain, si changeant, se révèle être alors recouvert par la mer à l’époque des vives eaux d’équinoxe26. Des particuliers se plaignent d’ailleurs de l’absence de protection contre la mer. M. Malrieu veut exploiter sa propriété achetée en mars 1881, terrain de huit ares environ bordant d’un côté la route de Quiberon à Port-Maria et de l’autre le rivage de mer, mais il doit d’abord le défendre contre la mer, qui en a déjà entamé certaines parties en trois ans27.

  • 28 Archives départementales du Morbihan, S 1186, rapport de M. Noury, conducteur des Ponts-et-Chaussé (...)
  • 29 Archives départementales du Morbihan, 2 O 186/1612, lettre du maire de Quiberon au sous-préfet, du (...)

19Afin de stopper ces fluctuations intempestives, le conseil municipal de Quiberon décide d’établir un boulevard. Construit sur des terrains communaux, le boulevard part de l’hôtel Penthièvre pour s’arrêter à proximité de l’ancienne usine Julien28, puis prolongé, en 1911, de 350 mètres, dont 250 mètres devant des terrains appartenant à des particuliers et 100 mètres à travers des dunes29. M. Bonnisseau, ingénieur en chef des Ponts-et-Chaussées, énumère tous les bienfaits d’un boulevard maritime à Pornichet en 1926 :

  • 30 Archives départementales de Loire-Atlantique, 534 S 90, rapport de M. Bonnisseau, ingénieur des Po (...)

« La plage de Pornichet s’amaigrit en effet assez sensiblement et si aucun obstacle n’est opposé à la progression de la mer, il est à craindre que les villas riveraines ne soient menacées et que la plage ne voit alors diminuer sa fréquentation et, partant, sa valeur. Celle-ci sera, au contraire, inévitablement augmentée par la construction du boulevard qui protégera la plage et en permettra l’exploitation dans de bien meilleures conditions. D’autre part, le manque d’une zone de circulation facile en bordure de la plage de Pornichet (celle de 10 mètres de large réservée par l’État n’ayant jamais été aménagée) se fait de plus en plus sentir30. »

20Le remblai doit permettre de conserver au terrain ses caractéristiques et donc sa valeur, voire l’augmenter.

  • 31 Archives départementales de Loire-Atlantique 532 S 29, pétition (9 signatures) envoyée au préfet d (...)
  • 32 Archives départementales de Loire-Atlantique 576 S 2, lettre du maire de Pouliguen au préfet de Lo (...)

21Parfois, le phénomène inverse se produit : l’ensablement conduit à un recul de la mer. Pour les propriétaires de villas situés au bord de la mer, cet apport de sable est une nuisance inacceptable. La perte de la vue de la mer serait une catastrophe pour ces habitations. En 1874, des propriétaires situés plage du Nau, au Pouliguen, s’inquiètent des « sables apportés par les vents d’Est et par la mer, ne pouvant être ni remportés par le flot, ni repoussés par les vents contraires, [ils] se sont accumulés de telle sorte qu’à certains endroits, ils dépassent la hauteur des murs de clôture, et que les points touchés par les plus hautes marées ont été éloignés de plus de vingt mètres31 ». Les villégiateurs veulent acheter à l’État les terrains qui ne sont plus recouverts par la mer, mais cette demande est refusée par l’Administration. Le phénomène perdure, s’amplifie et en vient même, en 1895, à perturber le maire du Pouliguen : « Lors de la construction des chalets qui bordent [la plage du Nau, à partir de 1857], la mer n’était qu’à une distance d’environ 20 mètres des maisons. Aujourd’hui, elle s’en trouve à plus de 80 mètres. Entre la mer et les chalets s’amoncellent des dunes de sable qui gênent la circulation et interceptent la vue de la plage et de la mer32. » Le maire espère pouvoir égaliser la plage, en extrayant le trop-plein de sable, puisqu’il juge que trop-plein il y a. Il n’est pas question de voir la plage comme un espace naturel, mais comme un espace exploitable par l’homme, ici pour son confort. Le maire n’obtient cependant pas gain de cause, car les extractions de sable sont interdites sur cette plage. Les entreprises pour défendre une proximité avec la mer sont toutefois rares, car l’ensablement littoral n’est peut-être pas suffisamment rapide pour qu’une réaction soit envisageable. Seul Le Pouliguen connaît, d’une manière aussi exacerbée, ce phénomène qui met en danger les qualités de leurs propriétés. Les stations balnéaires doivent plus souvent lutter contre l’avancée de la mer.

Barricader la station balnéaire

  • 33 Archives départementales de Loire-Atlantique, 534 S 96, lettre de Me Gouin au préfet de Loire-Infé (...)
  • 34 M. Alabert, op. cit., p. 17.

22La lutte contre l’érosion marine a lieu à deux niveaux : elle est l’œuvre soit des particuliers, soit des communes. Au xixe siècle, les particuliers protègent eux-mêmes leurs propriétés, souvent dans l’urgence. Me Gouin, victime d’un envahissement de sa propriété de Saint-Brevin en 1869, ne pense disposer que d’un mois pour mettre en place un système de défense efficace, avant la prochaine grande marée. Qu’une tempête se produise en même temps qu’une grande marée et c’est un désastre possible. L’action paraît être la solution, sans longue (et lente) réflexion : Me Gouin applique une solution miracle importée de Noirmoutier. Quand il écrit au préfet pour être autorisé à extraire des matériaux pour construire un épi, la décision est déjà prise, en moins de 20 jours33. Les politiques de défense contre la mer fonctionnent par empirisme. À Saint-Gilles-sur-Vie, « en 1898, après les dégâts causés par la mer, la Société [Saint-Charles, dont dépendent les sœurs de la Villa Notre-Dame] fit faire un talus en bois et terre glaise pour amortir les vagues et les empêcher d’emporter le sable. Un contremaître des Sables-d’Olonne vint surveiller les travaux qui paraissaient solides et faisaient l’admiration des visiteurs. Hélas ! Quelques années après, un soir, par une forte tempête et la mer en furie, les vagues prennent le bout du rempart et l’enlève comme si c’eut été un simple mouchoir de poche ! [Les sœurs étaient toutes] à regarder ce triste travail sans pouvoir intervenir et [désolées] de tant de dépenses et de rester sans sécurité pour le bâtiment. On fit refaire plusieurs fois de petits remparts avec pieux et fagots. Tout fut inutile et fort onéreux. Ces faits se sont renouvelés tant de fois [pendant] 32 ans… et plus de vingt mètres de dunes partis à la mer34… »

  • 35 Sylvie Caillé, Les Côtes sableuses du xixe siècle à nos jours, Loire-Atlantique et Vendée, Nantes/ (...)
  • 36 Johan Vincent, « La lutte du quartier de la plage de Saint-Gilles-Croix-de-Vie contre l’érosion ma (...)

23Pour les particuliers, les moyens peuvent manquer. Des associations syndicales sont fondées pour permettre, via une cotisation annuelle versée par les adhérents, de financer les travaux de défense. Une association se crée le 13 avril 1925 à Saint-Brevin, dans le but de protéger le littoral compris entre le fort de Mindin et le fort du Pointeau, soit environ quatre kilomètres. Comme le relate Sylvie Caillé dans son ouvrage, les travaux peinent à se mettre en place, faute de financement suffisant, mais, en 1937, vingt-deux épis sont disposés sur le littoral brevinois. La tempête de mars 1937 montre toutefois la limite de ce dispositif. Deux nouveaux projets sont alors établis, mais l’occupation allemande de la plage en 1943 en arrête la réalisation35. Un syndicat pour la défense des dunes de Saint-Gilles se forme à partir de 1925-1926, sous l’action combinée de M. De Montessus, président, domicilié à Saint-Bonnet-de-Joux (Saône-et-Loire), et de M. Chauveau, secrétaire, notaire de profession et habitant avenue de la Plage, mais l’arrêté préfectoral qui officialise l’Association syndicale de défense contre la mer de la Garenne de Retz ne date que du 17 juin 1937. Le syndicat d’initiative milite en faveur des premiers projets à mener pour préserver le quartier de la Plage, entre les tempêtes de 1924 et la création du syndicat, qui doit permettre la construction du perré de défense contre la mer et l’exploitation de la plage36. Le syndicat est un moyen traditionnel pour faire face aux grosses dépenses, mais les particuliers espèrent souvent trouver en la municipalité un interlocuteur attentif.

  • 37 Délibération municipale de Piriac-sur-Mer, du 23 mars 1879.
  • 38 Délibération municipale de Noirmoutier, du 15 novembre 1898.
  • 39 Délibération municipale de Saint-Brevin, du 18 avril 1924.

24La commune est considérée comme le meilleur garant de la protection contre l’érosion marine. Œuvrant pour le bien public, il lui est possible de prévenir les pires catastrophes, dans la mesure de ses moyens. En 1879, le conseil municipal de Piriac désire « hâter les études de construction d’un mur de défense contre les envahissements incessants de la mer dans la partie sud du bourg », d’autant que le conseil général de Loire-Inférieure y est favorable37. Le conseil municipal de Noirmoutier s’inquiète en 1898 de l’état du terrain appartenant à l’État situé à proximité de l’anse des Dames. S’effritant jour après jour sous l’action de la mer et de la pluie, « il devient urgent de construire un mur de soutènement pour empêcher la destruction de cet endroit, point terminus de la route vicinale n°11 et point d’atterrissage du vapeur de Pornic à Noirmoutier38 ». La complexité du phénomène est plus souvent prise en compte à partir du xxe siècle et empêche l’adoption de solutions miracles qui apparaissent bien aléatoires. L’urbanisation des dunes fournit une matière toujours plus riche à protéger. Le service des Ponts-et-Chaussées, dont les missions ont été repensées en 1837, est souvent présent dans ce type d’intervention, puisque les travaux occupent une portion du domaine public maritime. Pour le conseil municipal de Saint-Brevin en 1924, l’édification d’un perré en vue de se défendre contre les érosions de la mer nécessite l’étude préalable de techniciens spécialisés39.

  • 40 Délibérations municipales de Penmarc’h, des 19 mars 1899, 29 juillet 1900, 24 novembre 1901, 10 ju (...)
  • 41 Délibérations municipales de Penmarc’h, des 5 octobre 1902, 10 juillet 1904 et 11 août 1907.
  • 42 Archives municipales de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, boîte Ouvrages de défense, résolution du syndic (...)

25Toutes les activités littorales sont concernées par l’érosion littorale et la station balnéaire n’est pas la seule à s’en défendre. M. Guyesse expose en 1899 le danger que les grandes marées font courir à certains points du littoral de Penmarc’h aux abords de Saint-Guénolé. Une politique de grands travaux est lancée, d’abord sur le port de Kérity, puis sur celui de Saint-Guénolé40. Malgré le contexte économique difficile, une pétition de plusieurs habitants de Saint-Guénolé expose en 1907 la nécessité de voir leurs terrains et leurs immeubles protégés contre la mer entre l’usine du Myosotis et la maison abri du canot de sauvetage, où il existe une érosion par laquelle la mer pourrait envahir le Loch Kerouil et détruire les établissements industriels situés en bordure. La pétition rappelle que ce fait s’est déjà produit à deux reprises en dix ans41. Les communes cherchent à protéger leurs activités économiques, activités industrielles comme activités balnéaires. Plus que la plage, elles luttent pour que les quartiers urbanisés ne disparaissent pas. Le syndicat d’initiative de Saint-Gilles-sur-Vie, en 1925, demande que l’État « construise un remblai qui, bien entendu, serait un passage public. Grâce à ce remblai, la confiance, fortement ébranlée par les ravages causés par les tempêtes de 1924, renaîtrait. Les dunes consolidées et actuellement sans rapport se couvriront de villas et deviendront une richesse pour l’État par les impôts qu’il en retirera42 ».

  • 43 Gaëlle Delignon, Saint-Malo-Paramé ; urbanisme et architecture balnéaire (1840-1940), Rennes, PUR, (...)
  • 44 Guide Diamant Nantes, Saint-Nazaire et les plages de la Loire-Inférieure, Paris, Hachette, 1921, p (...)
  • 45 Archives départementales de Loire-Atlantique, 536 S 7, lettre de M. Berthault au préfet de Loire-I (...)
  • 46 Jos Rellno, Le Cours Blossac aux Sables-d’Olonne, Les Sables-d’Olonne, Imprimerie de l’Étoile de l (...)

26La disparition de la plage pourrait représenter la fin de l’activité balnéaire. Le danger, continu mais méconnu, n’est pas si visible. La majorité des tempêtes ont lieu en hiver, le phénomène, qui ne survient que lorsque la mer est déchaînée, apparaît peu gênant mais préoccupant. Le volontarisme des particuliers privilégie leurs propriétés par rapport à la plage, face à un phénomène perçu comme inéluctable. Même le remblai, quand il est élaboré à l’échelle du quartier balnéaire, n’est pas vécu comme un ouvrage de défense. Comme l’a déjà remarqué Gaëlle Delignon pour Saint-Malo et Paramé, sa fonction défensive est facilement remplacée dans les esprits par sa fonction balnéaire de promenade43. Le guide Diamant sur les plages de la Loire-Inférieure parle en 1921 d’une « superbe digue-promenade » à La Baule, bordant la plage sur plus de deux kilomètres et sur laquelle sont bâtis des chalets luxueux44. D’ailleurs, dès 1888, M. Berthault pense déjà qu’il importe à la beauté du rivage et à l’avenir de la contrée de laisser une zone libre entre les habitations et les murs côtiers, afin qu’elle « puisse devenir un boulevard à l’instar de celui des Sables-d’Olonne45 ». Aux Sables-d’Olonne, en 1905, « le soir, à l’époque des bains surtout, le Remblai s’illumine, sur un espace de trois mille mètres, de girandoles étincelantes et de rampes de feu qui miroitent dans les grandes ondes voisines et qui, avec des milliers de lumières embrasant fenêtres et balcons, donnent, dans cette vaste baie, l’illusion ravissante d’un immense feu d’artifice, fixé sur place par une baguette magique. Sous les rayons du soleil et aux premières heures de la nuit, tout le Remblai déploie une mise en scène véritablement prestigieuse et sans rivale en Europe46 ». Le remblai remplace la plage la nuit, où l’on peut discuter, s’amuser, se promener. Les infrastructures de défense contre la mer doivent préserver l’esthétique de la plage.

27Lutter contre l’érosion littorale représente donc un combat contre un phénomène naturel (incontrôlé) et une préservation du potentiel du territoire. La mer ne doit pas nuire aux constructions, qui matérialisent le développement de la station. Pour autant, le développement balnéaire ne doit pas sacrifier l’environnement et le paysage à la construction.

Entre environnement et paysage

Un difficile équilibre

  • 47 Délibération municipale du Croisic, du 23 novembre 1864.
  • 48 Archives départementales de Loire-Atlantique, 532 S 8, lettre du directeur de l’Enregistrement, de (...)
  • 49 Délibération municipale de Noirmoutier, du 8 octobre 1907.

28Le développement d’une station balnéaire engage généralement un processus d’urbanisation, désiré par les autorités. Le conseil municipal du Croisic, en 1864, se déclare favorable aux demandes de concessions, dans l’intérêt de la commune, car elles « n’ont d’autre but que de doter le rivage de la côte de constructions, et d’attirer par là bon nombre d’étrangers au pays47 ». Le directeur des Domaines n’envisage pas, en 1864, d’obliger les acquéreurs à construire sur la falaise Saint-Goustan, au Croisic, mais la situation exceptionnelle du terrain donne la certitude que le terrain ne sera acquis que dans l’intention d’y établir des constructions. Il prévoit déjà le cas où « les acquéreurs [achètent] dans un but de spéculation, loin de contrarier les intérêts de la commune, ils ne feraient que seconder ses vues, puisqu’en revendant les terrains par petits lots, ils y attireraient un plus grand nombre de propriétaires et augmenteraient ainsi la chance de voir ériger des constructions sur les portions acquises48 ». En 1907, le conseil municipal de Noirmoutier réclame auprès des Domaines la vente à son profit de terrains domaniaux entre le Vieil et le Bois de la Chaise, « considérant l’utilité qu’il y aurait à favoriser cette extension en mettant à la disposition de nouveaux arrivants des terrains situés au bord de la mer et sur lesquels ils pourraient édifier de nouvelles villas49 ». La commune peut espérer une plus-value grâce à la vente des terrains.

  • 50 Délibération municipale du Croisic, du 23 octobre 1865.
  • 51 Hervé Bazin, « La Cornouille en 1871 ; carnet de voyage d’un écrivain », Cap-Caval, 3e trim. 1985, (...)

29La construction doit être encouragée mais l’Administration a conscience des dangers d’une urbanisation abusive. Le conseil municipal du Croisic incite à construire en 1864, mais l’année suivante, il précise que, dans quelques parties de la côte, les concessions ont été limitées, car « ce qui aurait été agréable pour un, eut été désavantageux pour tous50 ». Hervé Bazin, en voyage en Basse-Bretagne en 1870, enjoint les touristes à se hâter de visiter les plages reculées qui gardent encore quelques traces des anciennes mœurs et des coutumes originales de la patrie de Brizeux. « Bientôt la civilisation aura fait de cette belle province ce qu’elle a fait des autres : déjà Quimper ressemble à nos grandes villes industrielles, et les chemins de fer, traversant les villages, les forêts ou les landes, ont jeté partout le sombre manteau de l’uniformité51. » Pour se développer, la station balnéaire doit se construire, mais l’absence de préservation de l’environnement entraîne un déclin inéluctable de la station.

  • 52 Jules Verne, Géographie illustrée de la France et de ses colonies, Paris, Hetzel, 1868, p. 359.
  • 53 Délibération municipale de Noirmoutier, du 20 mai 1905.
  • 54 Paul Eudel, À travers la Bretagne, Paris, Ollendorff, 1898, p. 43.

30L’environnement naturel est souvent présenté comme unique et la construction comme chose commune. L’architecture des villas est parfois précocement mise en cause. Selon Jules Verne, en 1868, Pornic perd son originalité de jour en jour, « grâce aux villas d’assez mauvais goût qui l’encombrent52 ». Le conseil municipal de Noirmoutier observe, en 1905, que, « déjà, des constructions ont été édifiées et détruisent l’aspect pittoresque de cette jolie plage [de l’Herbaudière] qui pendant la saison balnéaire est le rendez-vous de nombreux touristes et baigneurs qui fréquentent notre île. […] Il est profondément regrettable que des concessionnaires aient été autorisés à y édifier des constructions d’un goût douteux53 ». La reproduction pour plusieurs villas est discutée. Les chalets de la plage de Quiberon font à Paul Eudel l’effet de boîtes de biscuits Albert, renversées d’un seul coup : « Tous les mêmes. Aucune impression nouvelle au point de vue architectural54. » André Chevrillon est sévère envers l’évolution urbaine de Bénodet, en 1924.

  • 55 Cité par Renan Clorenne, De Perguet à Bénodet, Quimper, Ressac, 1984, p. 21.

« À l’estuaire de la rivière marine, le bourg dont la vie restait encore, à la fin du siècle dernier, ce qu’elle avait toujours été, s’est mu en station balnéaire avec digues rectilignes et nappes verticales de pierres. En des espaces confinés, des entassements de villas hétéroclites présentent le type du désordre architectural. […] Des fermes disparaissent et leurs champs, prairies au-dessus de la mer et du fjord, sont traversés par des routes de lotissement55. »

  • 56 Délibérations municipales de Noirmoutier, des 22 février 1913, 14 novembre 1926 et 22 octobre 1927
  • 57 Archives départementales du Finistère, 4 T 71, lettre de Georges Toudouze à M. Waquet, du 22 septe (...)

31La loi préservant les sites et monuments naturels, adoptée le 21 avril 1906, a probablement permis de structurer les récriminations. À Noirmoutier, l’État possède en 1913 au Bois de la Chaise une étendue de dix-sept hectares environ, en partie boisée. Pour le conseil municipal, « cette portion des Domaines de l’État, couverte de bois de chênes verts séculaires de sapins, est considérée à juste titre comme un merveilleux assemblage de sites pittoresques, unique sur nos côtes de l’Ouest. Ce bois, qui attire tous les ans des touristes toujours plus nombreux, est le joyau de la station balnéaire de Noirmoutier ». Il se réfère à la loi du 21 avril 1906 qui prescrit, dans chaque département, la constitution d’une commission chargée d’examiner les propriétés foncières présentant un intérêt général au point de vue artistique et pittoresque. Il demande que ce bois soit classé et protégé. Le vœu est repris en 1926 et, malgré le rejet de la commission, en 192756. Les municipalités sont particulièrement vigilantes quand elles ne sont pas maîtresses de la parcelle. Georges Toudouze relaie le bruit qui court à Camaret selon quoi un riche propriétaire de Morgat dont la maison touche au bois de Gador va enlever la pointe entière aux enchères et la fermer au public57. Quoique site classé, l’Administration a, en effet, le projet de mettre la pointe de Gador en vente en 1933. Pour Georges Toudouze, la clôture de ce bois serait un coup dur pour Morgat, car il s’agit d’une curiosité essentielle. Seul le gardien de phare aurait la clef pour son usage personnel. Le syndicat d’initiative de Morgat s’en émeut. La forêt est une nécessité pour la station balnéaire.

  • 58 « Analyse et mutations d’une station balnéaire. Entretien avec Alain Charles », Marie Rouzeau et P (...)
  • 59 Archives départementales du Finistère, 3 P 9/3, matrices cadastrales des propriétés non bâties (18 (...)
  • 60 Guides Diamant : Nantes…, op. cit., p. 44.
  • 61 Julien Gracq, op. cit., p. 36.
  • 62 Tréboul et sa région (Sud-Finistère), Syndicat d’initiatives de Tréboul, 1929, p. 51.
  • 63 Arrêté du maire de Carnac, du 25 janvier 1943.

32Toutefois, il serait réducteur de blâmer les villégiateurs constructeurs de villas. Eux aussi sont créateurs d’espaces naturels. Comme l’indique Alain Charles, « la villa démarre aux quatre coins de la parcelle et le jardin en est la pièce principale58 ». À Bénodet, Paul Canévet consacre en 1906 à son jardin 14 centiares, soit plus de 25 % de sa petite parcelle, Rodolphe Koechlin possède en 1914 un jardin d’agrément de 13 ares 85, Thomas Cap en 1931 un jardin de 5 ares avec un verger de plus de 9 ares (avec un sol de maison et une cour de 4 ares59). En détruisant du paysage, les villas en recréent. Aux environs de la plage de Bonne-Source, à Pornichet, « le pays est dénudé, mais la plupart des maisons ont des jardinets60 ». Le héros d’Un beau ténébreux concède que « le charme de l’hôtel, c’est surtout pour [lui], derrière le front de mer dont on ne perd jamais de l’oreille le grondement monotone, son beau jardin, ses tilleuls, son cèdre, ses parterres naïfs. Un coin de toit rose dans la lumière de l’aube était si joliment campagnard par-dessus les masses de verdure [qu’il avait] envie d’applaudir61 ». Quittant la plage de Tréboul pour un village à proximité, le guide Tréboul et sa région, en 1929, prend « le chemin des villas, toutes gracieuses dans leur encadrement de verdure62 ». Certains projets de lotissement, comme celui de Carnac-Plage en 1925, stipulent d’ailleurs que, dans les terrains boisés, les arbres ne pourront être abattus que sur l’emplacement des constructions à édifier ou des allées à ouvrir63. Les baigneurs ont donc conscience de l’importance de leur environnement.

La station balnéaire, un cadre préservé

  • 64 Julien Gracq, op. cit., p. 22.
  • 65 Archives départementales de Loire-Atlantique, 2 O 154/13, copie du rapport de M. Parenty sur le do (...)

33Les baigneurs ont une vision particulière de l’environnement. La station balnéaire est un cadre où la nature est nécessaire, mais la nature en dehors de ce cadre paraît superflue. Quand Gérard, le héros d’Un beau ténébreux, se promène avec Christel à Pornichet dans les années 1930, « en direction du nord […], on sort très vite des maisons. Il y a là une zone presque campagnarde – des maisons basses avec des potagers, des basses-cours, des ustensiles de jardinage, parfois le cri d’un coq dans la journée. Puis c’est la lande rase, tout de suite, un paysage désolé, presque théâtral, plus nu encore d’être sillonné d’une longue ligne de poteaux télégraphiques64 ». L’absence de constructions présente l’aspect d’un espace en marge. Pour M. Parenty, présentant son rapport à la Commission supérieure d’aménagement des villes en 1928, « il paraît souhaitable de mieux liaisonner et fondre en une seule ville les deux agglomérations Saint-Brevin-les-Pins et Saint-Brevin-l’Océan que les habitants sont accoutumés à considérer séparément à cause de l’existence de prés-marais sans doute faciles à remblayer, au moins partiellement. […] Il semble qu’il y aurait un intérêt d’avenir à chercher l’emplacement de la future mairie plus au sud afin de se trouver mieux au centre d’un pays qui sera entièrement construit un jour65 ».

  • 66 Alain Charles, « Dans le doux dédale des dunes », 303. Arts, recherches et créations, 1er trim. 19 (...)
  • 67 Jacques Levron, La Haute-Bretagne, Grenoble, Arthaud, 1938, p. 61.

34Les touristes sont à la recherche d’un paysage naturel type, où la forêt ne suffit pas. Un détail du lotissement Hennecart à La Baule, dessiné par l’architecte Georges Lafont en 1880, permet d’apprécier que le jardin, agrémenté de quelques arbres, est principalement composé d’espaces herbés (avec sans doute des parterres de fleurs) et d’allées66. La forêt n’est pas envahissante dans une station balnéaire qui doit être, avant tout, fleurie. À partir de l’Entre-deux-guerres, quand l’État accorde des subventions à cet effet, les plus grandes stations tâchent d’introduire une norme paysagère dans les quartiers balnéaires. L’hygiénisme est poussé à l’extrême et certains regrettent un côté propret qui dénature le site. « On peut déplorer ces allées trop peignées, cet acclimatement des fleurs des serres chaudes : camélias, mimosas, bégonias, plantes méridionales qui, grâce à la merveilleuse exposition de la Baule, s’épanouissent comme sur la Côte d’Azur. Mais ce reproche n’est-il pas mérité par toutes les plages à la mode67 ? » Objet de critique courante dans l’Entre-deux-guerres, le phénomène mondain est perçu comme la standardisation du littoral.

  • 68 Archives départementales de la Vendée, 1 O 604, rapport de M. Dingler, ingénieur, membre du consei (...)
  • 69 Archives départementales de la Loire-Atlantique, 534 S 86, rapport de l’ingénieur des Ponts-et-Cha (...)
  • 70 Délibération municipale de La Bernerie-en-Retz, du 27 février 1876.
  • 71 Délibération municipale de Carnac, du 11 septembre 1921.

35La construction d’un parc est nécessaire pour une station balnéaire de renom. En 1873, selon M. Dingler, ingénieur et membre du conseil municipal, l’absence de promenades est un défaut que l’on reproche alors régulièrement aux Sables-d’Olonne. Or, « dans la vallée du ruisseau du Berger et sur les dunes des Moulins [à l’est de la ville], il est possible, en profitant des parties les mieux abritées, de faire un jardin anglais, qui n’aura assurément pas la prétention de rivaliser avec les parcs des grandes villes de l’intérieur, mais qui constituera une promenade fort appréciée des baigneurs68 ». Le jardin anglais est prisé à l’époque, il est également adopté par Pornic en 1868. Le maire de Pornic demande au préfet la jouissance du petit terrain boisé, jouxtant la plage et dépendant du fanal de la Noëveillard. Le terrain serait idéal pour en faire un jardin anglais et un bois d’agrément, à la charge de la commune de le mettre en état69. Les particuliers s’intéressent aussi à la construction de promenades. En 1876, l’abbé Perrion, M. et Mme Guibout et Mme Poirier font donation à la fabrique de la Bernerie d’un petit terrain situé sur le bord de la mer afin d’y ériger un monument religieux au milieu d’une promenade, plantée d’arbres et ouverte au public70. Il s’agit de l’actuel square Sainte-Anne. En 1921, Louis Leblois, avocat à la Cour d’appel de Paris et maire honoraire du 7e arrondissement de Paris, propose au maire de Carnac, tant en son nom qu’en celui de sa femme et dans un esprit de solidarité et d’assistance, de donner gratuitement à la commune, pour y établir un square public, un terrain de forme triangulaire situé à Carnac-Plage. La municipalité accepte et crée le square d’Alsace71.

  • 72 Délibération municipale de Port-Louis, du 29 août 1861.
  • 73 Karl Bædeker, Le Nord-Ouest de la France, de la frontière belge à la Loire, Leipzig/Paris, Bædeker (...)
  • 74 Bulletin paroissial d’Escoublac, du 27 juillet 1913.

36La promenade rend la station balnéaire plus belle. En 1861, le conseil municipal de Port-Louis décide d’assainir et d’embellir une promenade qui sert de champ de manœuvre à la garnison. Il vote à cet effet « une somme de cinquante francs, pour concourir à améliorer un terrain qui jusqu’à ce jour est recouvert de décombres et qui [fait] un contraste regrettable au milieu d’une jolie promenade, très fréquentée pendant la saison des bains de mer, par les étrangers et en tout temps par les habitants de la commune72 ». Le parc Ninon, créé en 1912 et situé derrière la gare de Pornichet, est cité par le guide Bædeker en 1913. Il permet divers jeux, avec un droit d’entrée d’un franc73. Le curé d’Escoublac précise, dans son bulletin paroissial, « que son propriétaire a fait de sa sapinière aride et sablonneuse, un véritable petit Éden, c’est-à-dire un Paradis terrestre. Aussi [s’explique-t-il] facilement le désir, l’engouement des enfants pour le parc Ninon si bien nanti de tout ce qui plaît à ces chers petits74 ».

  • 75 Délibération municipale de Port-Louis, du 3 juin 1910.
  • 76 Paul Joanne, Itinéraire général de la France : de la Loire aux Pyrénées, Paris, Hachette, 1899, p. (...)
  • 77 Archives départementales de la Vendée, 4 M 109, copie du traité des 18 et 19 mai 1923 entre la Vil (...)

37Les promenades sont parfois investies par les établissements destinés aux baigneurs. En 1910, le conseil municipal de Port-Louis s’oppose à la construction d’un nouveau casino sur les Pâtis. Selon lui, « cette promenade, de l’aveu de tous les étrangers, constitue incontestablement le plus grand attrait de Port-Louis. Y édifier une construction même réellement architecturale serait probablement la mutiler. Dans tous les cas, ce serait lui enlever de son originalité. […] Y a-t-il sur toutes les côtes de France une seule station balnéaire qui ait une pelouse et des ombrages comme notre cité, dont ils constituent, il faut le reconnaître, le principal charme […]75 ? » Les activités balnéaires vont naturellement vers ces espaces. Pour Paul Joanne en 1899, « on ne peut faire guère de promenades à pied [aux Sables-d’Olonne], si ce n’est à la forêt de la Rudelière qui forme, aux portes de la ville, une fraîche oasis desservie par le tramway électrique. L’avenir des Sables est de ce côté et le jour, en apparence prochain, où l’État aliénera la forêt, une cité nouvelle s’élèvera dans les pins de la Rudelière76 ». Un casino y ouvre en 1904 et un lotissement est décidé en 1923, après qu’une convention soit passée en 1912 entre la commune du Château-d’Olonne, où se situait le Bois de la Rudelière, et celle des Sables-d’Olonne, et que l’État ait fait concession à la commune d’une superficie d’un peu plus de onze hectares77. Toutefois, la transformation du littoral rencontre parfois l’hostilité des populations locales, qui refusent que leur territoire devienne uniquement le jardin des baigneurs.

Une relation autochtone particulière au littoral

  • 78 Délibération municipale de Fouesnant, du 20 juin 1909.

38Les populations littorales sont sensibles au paysage qui les entoure, elles deviennent plus critiques envers l’activité balnéaire au début du xxe siècle. La privatisation du littoral cristallise leurs premières craintes. En 1909, le conseil municipal de Fouesnant regrette « que quelques-unes des constructions particulières récemment édifiées dans le voisinage de la pointe de Beg-Meil aient pour effet de défigurer l’aspect des plages, notamment en englobant dans des maçonneries quelques-uns des rochers les plus pittoresques78 ». L’urbanisation du littoral se heurte parfois aux intérêts autochtones. Le conseil général du Finistère s’en fait l’écho en 1909 :

  • 79 Archives départementales du Finistère, 4 T 71, délibération du conseil général du Finistère, du 3 (...)

« La multiplication des propriétés de plaisance établies sur le littoral du Finistère a pour effet de modifier, souvent à son grand désavantage, le régime de ce littoral. Il n’est pas rare que les propriétés de ce genre, entourées d’une clôture continue, fassent obstacle au libre accès de la grève et interrompent des communications qu’il y aurait intérêt général à maintenir. Il arrive même que des rochers ou des falaises appartenant au domaine public soient incorporés dans des murailles du plus disgracieux aspect. Les autorités chargées de la protection du littoral ne semblent pas montrer le zèle qui conviendrait pour prévenir ou réprimer de semblables abus79. »

  • 80 Archives départementales du Finistère, 2 Q 526, lettre du maire de Loctudy au préfet du Finistère, (...)
  • 81 Archives départementales du Finistère, 2 Q 474, enquête de commodo et incommodo sur le projet d’am (...)

39Les autochtones redoutent d’être dépossédés de leur littoral. Dès 1845, le maire de Loctudy s’est soucié des constructions qui se font à moins de huit mètres de distance du point où monte la plus grande marée de l’année, ce qui est contraire aux ordonnances de 1669 et 1681 qui les interdit à moins de 30 pieds, soit 9,75 mètres. L’ingénieur des Ponts-et-Chaussées, auprès duquel le préfet s’est renseigné, rétorque que ce n’est un problème que si le bâtiment fait obstacle80. Le développement des constructions multiplie les craintes. En 1924, à Fouesnant, Pierre Le Lay, habitant du bourg, remarque que « l’accaparement des plages et rivages maritimes par les favorisés de la fortune s’accentue de plus en plus. Et si cela continue, il arrivera un moment où le pauvre et le déshérité ne pourront trouver place sur les grèves qui devraient demeurer essentiellement domaine public accessible à tous ». Les populations littorales ont le sentiment que la privatisation du littoral se fait à leur détriment. Échaudés par les premières délimitations des parcelles jusqu’aux plus hautes mers d’équinoxe au Cap-Coz, les habitants de Fouesnant laissent transparaître leur pessimisme. Louis Philippe, retraité de la Marine demeurant au lieu-dit La Croix de Kernoac’h, déclare que « jusqu’à ces derniers temps, il nous était encore permis (à nous Fouesnantais) d’aller nous asseoir avec nos enfants sur le sable du Cap-Coz, mais malheureusement je constate que si cela continue, il nous sera impossible de jouir du coup d’œil merveilleux que cette plage du Cap-Coz offre aux yeux de ceux qui s’y rendent avec l’espoir de permettre à leur marmaille de prendre des bains de mer. En effet, les étrangers semblent être en pays conquis et voudraient empêcher les gens du pays d’aller sur cette grève81 ».

  • 82 Archives départementales du Morbihan, 2 O 52/1, lettre de M. Le Quinio au préfet du Morbihan, du 3 (...)

40Les autochtones réagissent aussi quand l’usage du rivage leur échappe. Ils refusent le touriste tout puissant. À Damgan, en 1910, M. Le Quinio s’énerve contre les propriétaires de tentes et de cabines déposés d’un bout de l’année à l’autre sur la plage, car « à leur façon de parler, il semblerait que le pays leur appartient ». M. Joly focalise ses critiques, d’autant qu’il est à l’origine d’une pétition contre lui. Il possède des chiens méchants qui mordent les bestiaux et les gens. Il a fait signer la pétition par les enfants de ses locataires, qui chassent sans permis, tirant sur les dunes et dans les champs des coups de fusil et de carabines pour tuer moineaux et alouettes au risque de blesser du monde. Pour M. Le Quinio, M. Joly veut faire la police, mais il semble plus vouloir importuner ses concitoyens que veiller à l’ordre public82. Ce différent personnel est caractéristique des conflits qui peuvent survenir entre baigneurs et autochtones sur l’usage d’un même territoire.

  • 83 Muriel Geny-Mothe, La Chasse aux oiseaux migrateurs dans le Sud-Ouest : le droit face à la traditi (...)
  • 84 Archives départementales de Vendée, 1 O 596, arrêté du maire des Sables-d’Olonne, du 8 juin 1908.

41Les municipalités, loin d’être passives, peuvent également s’opposer à des occupations balnéaires. Les plus importantes stations balnéaires désirent pérenniser le cachet de leur plage, en sauvegardant des éléments naturels contre les divertissements de certains baigneurs. La convention du 19 mars 1902, ratifiée en 1905 mais non appliquée, sensibilise le public au problème de la chasse des petits oiseaux, notamment les oiseaux de passage83. La protection des oiseaux devient un objectif au début du xxe siècle. Le maire des Sables-d’Olonne interdit en 1908 la chasse aux oiseaux de mer, jugeant « le massacre des oiseaux de mer à coups de fusil et au moyen d’autres engins [comme] une distraction aussi barbare qu’inutile, sans profit pour personne, mais au détriment du bon renom et de la gaîté de [la] station84 ». Le baigneur chasseur ne doit pas appauvrir la station. Au contraire, d’autres municipalités choisissent délibérément de ne pas entraver cette pratique touristique. Le maire de Crozon, en 1902, redoute l’interdiction de la chasse, qui risque d’indisposer « les étrangers en vacances auxquels il importe d’accorder la plus grande liberté possible ». Néanmoins, le préfet du Finistère, qui a autorité en la matière depuis 1844, arrête en 1909 l’interdiction de la chasse de la mouette et du goéland sur tout le département. Un nouvel arrêté en 1912 comprend les macareux dans cette interdiction. Le romancier Georges-Gustave Toudouze dénonce, dans La Dépêche de Brest, le 10 août 1921, « le massacre des innocents » :

  • 85 Cité par Didier Cadiou et Jean-Jacques Kerdreux, « L’avifaune de la mer d’Iroise », Avel Gornog, j (...)

« Des fusillades retentissent tout au long des roches du littoral, des mitraillades font résonner les grottes, les cavernes, les trous creusés par la mer dans le quartz et le granit de nos falaises. Et le sable de nos grèves se tâche de sang… […] Donc l’oiseau de mer, qui ne se mange pas, est un élément vivant de la beauté de nos côtes. Et à ce titre-là encore, il doit être respecté, comme on respecte un arbre, un rocher, un édifice historique85. »

42Les municipalités, soucieuses de l’avenir de leur station balnéaire, sont donc ambivalentes sur cette question de préservation, car il s’agit de gérer le potentiel du site sans faire fuir les personnes étrangères à la commune. Les populations littorales cultivent donc certaines contradictions dans leurs relations avec les baigneurs.

Notes

1 Julien Gracq, Un beau ténébreux, Paris, José Corti, 1945, p. 218-219.

2 Plage de Penthièvre en Saint-Pierre-Quiberon, Paris, Tourte et Petitin, 1914, non paginé.

3 Jacques Lecompte et Pierre Vergnes, Le Climat de la Bretagne, Rennes, Ouest-France, 1986, p. 22.

4 Guides historiques, descriptifs et pratiques de la Presqu’île de Quiberon et de Belle-Île, ESSI de Quiberon, sans date, non paginé.

5 Délibération municipale de Pornichet, du 29 juin 1902.

6 Archives départementales de Loire-Atlantique, 534 S 89, lettre de M. Voisin au sous-préfet de Saint-Nazaire, du 17 février 1903.

7 Archives départementales du Finistère, 2 Q 475, lettre (copie) de M. Veig, inspecteur, au directeur des Domaines, du 27 juin 1887.

8 Délibération municipale de Pornichet, du 7 juillet 1912.

9 Arrêté municipal de La Tranche-sur-Mer, du 22 juin 1929.

10 Service historique de la Marine de Vincennes, CC5217, « Des bains de mer et de la propriété des rivages de la mer », Journal officiel de l’Empire français, du 8 avril 1870.

11 Archives départementales de Loire-Atlantique, 534 S 88, lettre de M. Safflet au préfet de Loire-Inférieure, du 5 août 1892.

12 Archives départementales de Loire-Atlantique, 534 S 88, rapport du conducteur des Ponts-et-Chaussées, sur la réclamation de M. Mondain concernant des occupations temporaires du domaine public maritime, du 25 avril 1899.

13 Archives départementales de Loire-Atlantique, 534 S 88, rapport du conducteur des Ponts-et-Chaussées, sur la pétition Mondain concernant une occupation temporaire du domaine public maritime, du 6 décembre 1897.

14 Délibération municipale des Sables-d’Olonne, du 8 mai 1830.

15 Henri Dardelin, Saint-Brevin-les-Pins, Paris, Le Livre d’histoire-Lorisse, 2002 [1re éd. 1931], p. 17-19.

16 Délibération du conseil municipal de La Bernerie-en-Retz, du 16 mars 1890.

17 Archives départementales de Loire-Atlantique 534 S 96, lettre de Me Gouin au préfet de Loire-Inférieure, du 18 février 1869.

18 M. Alabert, Mémoire de la Villa Notre-Dame 85800 Saint-Gilles-Croix-de-Vie, 1995, p. 16. Pour en savoir plus sur les sentiments des populations littorales face à l’érosion littorale, on peut se reporter à Johan Vincent, « Les populations littorales face à la fluctuation du trait de côte en Loire-Atlantique et Vendée (1800-1945), réactions individuelles et collectives devant un aléa », Cahiers Nantais, 2004.

19 Archives départementales de Loire-Atlantique, 536 S 22, avis de M. Maynard, ingénieur des Ponts-et-Chaussées, sur le bornage des lais de mer sur le littoral de Saint-Brevin, du 13 février 1908.

20 Archives départementales de Loire-Atlantique, 536 S 22, rapport de M. Dumas, conducteur des Ponts-et-Chaussées, sur la délimitation du rivage de la mer à Saint-Brevin, du 24 mai 1911.

21 Henri Dardelin, op. cit., p. 18-19.

22 Archives départementales de Vendée, 1 O 372, lettre de M. Macé au préfet de Vendée, du 13 septembre 1901.

23 Archives départementales du Finistère, 4 S 29, lettre du ministre des Travaux publics au préfet du Finistère, du 29 octobre 1930.

24 Archives départementales du Finistère, 4 S 14, rapport de M. Troalen, ingénieur des Ponts-et-Chaussées, sur la pétition de M. Le Pennec, du 29 décembre 1937.

25 Délibération municipale de Saint-Brevin, du 18 avril 1924.

26 Archives départementales du Morbihan, S 1186, rapport de M. Noury, conducteur des Ponts-et-Chaussées, sur la pétition du conseil municipal de Quiberon, du 29 octobre 1898.

27 Archives départementales du Morbihan, S 1186, lettre de M. Malrieu au directeur des Domaines, sans date (novembre 1884).

28 Archives départementales du Morbihan, S 1186, rapport de M. Noury, conducteur des Ponts-et-Chaussées, sur la pétition du conseil municipal de Quiberon, du 29 octobre 1898.

29 Archives départementales du Morbihan, 2 O 186/1612, lettre du maire de Quiberon au sous-préfet, du 26 novembre 1911.

30 Archives départementales de Loire-Atlantique, 534 S 90, rapport de M. Bonnisseau, ingénieur des Ponts-et-Chaussées, sur la construction d’un boulevard maritime à Pornichet, du 7 janvier 1926.

31 Archives départementales de Loire-Atlantique 532 S 29, pétition (9 signatures) envoyée au préfet de Loire-Inférieure, du 31 août 1874.

32 Archives départementales de Loire-Atlantique 576 S 2, lettre du maire de Pouliguen au préfet de Loire-Inférieure, du 23 mai 1895.

33 Archives départementales de Loire-Atlantique, 534 S 96, lettre de Me Gouin au préfet de Loire-Inférieure, du 18 février 1869.

34 M. Alabert, op. cit., p. 17.

35 Sylvie Caillé, Les Côtes sableuses du xixe siècle à nos jours, Loire-Atlantique et Vendée, Nantes/Laval, Siloë, 2003, p. 110-115.

36 Johan Vincent, « La lutte du quartier de la plage de Saint-Gilles-Croix-de-Vie contre l’érosion marine », Mer et littoral n°63, avril-juin 2005, p. 40-45.

37 Délibération municipale de Piriac-sur-Mer, du 23 mars 1879.

38 Délibération municipale de Noirmoutier, du 15 novembre 1898.

39 Délibération municipale de Saint-Brevin, du 18 avril 1924.

40 Délibérations municipales de Penmarc’h, des 19 mars 1899, 29 juillet 1900, 24 novembre 1901, 10 juillet 1904 et 14 juin 1905.

41 Délibérations municipales de Penmarc’h, des 5 octobre 1902, 10 juillet 1904 et 11 août 1907.

42 Archives municipales de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, boîte Ouvrages de défense, résolution du syndicat d’initiative, du 8 février 1925.

43 Gaëlle Delignon, Saint-Malo-Paramé ; urbanisme et architecture balnéaire (1840-1940), Rennes, PUR, 1999, p. 106-107.

44 Guide Diamant Nantes, Saint-Nazaire et les plages de la Loire-Inférieure, Paris, Hachette, 1921, p. 45.

45 Archives départementales de Loire-Atlantique, 536 S 7, lettre de M. Berthault au préfet de Loire-Inférieure, du 22 mai 1888.

46 Jos Rellno, Le Cours Blossac aux Sables-d’Olonne, Les Sables-d’Olonne, Imprimerie de l’Étoile de la Vendée, 1905, p. 18.

47 Délibération municipale du Croisic, du 23 novembre 1864.

48 Archives départementales de Loire-Atlantique, 532 S 8, lettre du directeur de l’Enregistrement, des Domaines et du Timbre, au préfet de Loire-Inférieure, du 9 septembre 1864.

49 Délibération municipale de Noirmoutier, du 8 octobre 1907.

50 Délibération municipale du Croisic, du 23 octobre 1865.

51 Hervé Bazin, « La Cornouille en 1871 ; carnet de voyage d’un écrivain », Cap-Caval, 3e trim. 1985, p. 25.

52 Jules Verne, Géographie illustrée de la France et de ses colonies, Paris, Hetzel, 1868, p. 359.

53 Délibération municipale de Noirmoutier, du 20 mai 1905.

54 Paul Eudel, À travers la Bretagne, Paris, Ollendorff, 1898, p. 43.

55 Cité par Renan Clorenne, De Perguet à Bénodet, Quimper, Ressac, 1984, p. 21.

56 Délibérations municipales de Noirmoutier, des 22 février 1913, 14 novembre 1926 et 22 octobre 1927.

57 Archives départementales du Finistère, 4 T 71, lettre de Georges Toudouze à M. Waquet, du 22 septembre 1933.

58 « Analyse et mutations d’une station balnéaire. Entretien avec Alain Charles », Marie Rouzeau et Pierre Madiot (coord.), Sel, sable et soleil au pays de Guérande, Vannes, Intitut culturel de Bretagne, 2004, p. 160.

59 Archives départementales du Finistère, 3 P 9/3, matrices cadastrales des propriétés non bâties (1841-1914).

60 Guides Diamant : Nantes…, op. cit., p. 44.

61 Julien Gracq, op. cit., p. 36.

62 Tréboul et sa région (Sud-Finistère), Syndicat d’initiatives de Tréboul, 1929, p. 51.

63 Arrêté du maire de Carnac, du 25 janvier 1943.

64 Julien Gracq, op. cit., p. 22.

65 Archives départementales de Loire-Atlantique, 2 O 154/13, copie du rapport de M. Parenty sur le dossier de Saint-Brevin présenté à la Commission supérieure d’aménagement des villes, d’avril 1928.

66 Alain Charles, « Dans le doux dédale des dunes », 303. Arts, recherches et créations, 1er trim. 1994, p. 30.

67 Jacques Levron, La Haute-Bretagne, Grenoble, Arthaud, 1938, p. 61.

68 Archives départementales de la Vendée, 1 O 604, rapport de M. Dingler, ingénieur, membre du conseil municipal, sur la demande de création d’un service d’eau et travaux divers d’embelllissement, du 27 juillet 1873.

69 Archives départementales de la Loire-Atlantique, 534 S 86, rapport de l’ingénieur des Ponts-et-Chaussées sur la demande par la commune de Pornic de jouir du terrain boisé dépendant du fanal de la Noëveillard, du 4 février 1868.

70 Délibération municipale de La Bernerie-en-Retz, du 27 février 1876.

71 Délibération municipale de Carnac, du 11 septembre 1921.

72 Délibération municipale de Port-Louis, du 29 août 1861.

73 Karl Bædeker, Le Nord-Ouest de la France, de la frontière belge à la Loire, Leipzig/Paris, Bædeker/Ollendorff, 1913, p. 438.

74 Bulletin paroissial d’Escoublac, du 27 juillet 1913.

75 Délibération municipale de Port-Louis, du 3 juin 1910.

76 Paul Joanne, Itinéraire général de la France : de la Loire aux Pyrénées, Paris, Hachette, 1899, p. 76.

77 Archives départementales de la Vendée, 4 M 109, copie du traité des 18 et 19 mai 1923 entre la Ville des Sables-d’Olonne et MM. Imbert et Alonzo.

78 Délibération municipale de Fouesnant, du 20 juin 1909.

79 Archives départementales du Finistère, 4 T 71, délibération du conseil général du Finistère, du 3 septembre 1909.

80 Archives départementales du Finistère, 2 Q 526, lettre du maire de Loctudy au préfet du Finistère, du 27 juin 1845.

81 Archives départementales du Finistère, 2 Q 474, enquête de commodo et incommodo sur le projet d’aménagement et d’utilisation de la dune du Cap-Coz, ouverte le 22 janvier 1924.

82 Archives départementales du Morbihan, 2 O 52/1, lettre de M. Le Quinio au préfet du Morbihan, du 3 août 1910.

83 Muriel Geny-Mothe, La Chasse aux oiseaux migrateurs dans le Sud-Ouest : le droit face à la tradition, Aspet, PyréGraph, 2000, p. 216-222.

84 Archives départementales de Vendée, 1 O 596, arrêté du maire des Sables-d’Olonne, du 8 juin 1908.

85 Cité par Didier Cadiou et Jean-Jacques Kerdreux, « L’avifaune de la mer d’Iroise », Avel Gornog, juillet 2003, p. 22.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540