Version classiqueVersion mobile

L'intrusion balnéaire

 | 
Johan Vincent

Chapitre II. La venue des gens d’ailleurs

Texte intégral

1Venir sur le bord de mer est une occupation originale au début du xixe siècle. Qu’est ce qui a poussé des personnes totalement étrangères au littoral à s’y installer ? Les motivations du touriste s’avèrent diverses et évolutives. En effet, jusqu’aux années 1920, les Français ne connaissent pas la pratique du bronzage. Le littoral développe donc d’autres atouts que ce qui est nécessaire aujourd’hui, à savoir le Soleil et la chaleur, au bord de mer. Bretagne et Vendée possèdent de multiples arguments dignes de susciter l’intérêt des baigneurs, éléments confrontés au thème de la découverte largement mythologique.

Les motivations multiples des baigneurs

Le voyage médical

2De nombreux médecins ont préconisé le séjour sur le bord de mer comme remède aux maux de leurs malades. Depuis le xive siècle, la rage est censée ne pas résister aux bains maritimes. Le petit manuel Les Remèdes charitables de Mme Fouquet (xviie siècle) donne cette recette contre la rage :

  • 1 Claude Rogère, Une Thérapeutique d’autrefois : le traitement de la rage par les bains de mer à Die (...)

« Pour ceux qui sont mordus ou embavés des animaux enragés comme chiens, chats, loups ou autre, il est certain que le bain de mer est un bon remède pour ce mal, pourvu qu’on aille prendre dans le temps, c’est-à-dire avant que le venin ait pénétré jusqu’aux parties nobles [cerveau, cœur, foie, estomac], ce qui est d’ordinaire dans l’espace de neuf jours1. »

  • 2 Pascal Cuvelier, Anciennes et nouvelles formes de tourisme : une approche socio-économique, Paris, (...)

3Après qu’un fer rouge ait été appliqué sur la morsure, le malade est amené sur le littoral et il est plongé à la mer, trois fois de suite, avant qu’il ne prenne froid. Selon Claude Rogère, ce traitement par immersion en pleine mer est directement inspiré de l’Antiquité et du supplice de la cale. L’usage de la mer relève d’un rituel bien établi. D’ailleurs, quand il publie en 1701-1702 L’Histoire du bain froid, John Floyer s’appuie sur des références d’auteurs antiques2. Guérir permet d’apprivoiser la mer.

  • 3 Nicolas Galland, « De l’héliothérapie à la thalassothérapie », La Santé et la mer en Bretagne, Ren (...)

4Confrontés aux progrès industriels, en Angleterre, on sent une dégradation, dans l’environnement, dans la morale. Or, la mer subsiste comme la nature imperturbable face aux activités de l’homme. Ce retour à la nature, qui enveloppe les âmes affaiblies, ne peut être que bénéfique, sans imprudences (certains malades courent le plus grand danger à côtoyer la mer) : le changement d’environnement est nécessaire. Le docteur Russell décide de soulager ses contemporains en construisant, dans les années 1730, un établissement de bains à Brighton : le bain de mer et la présence de celle-ci se mêlant à l’air ralentiront la putréfaction intérieure des corps. En France, les médecins reprennent l’idée. Dès 1769 Maret publie son mémoire « sur la manière d’agir des bains de mer et de leur usage », ajoutant les bienfaits tant physiques que spirituels. Le bain à la lame, immersion sous la vague du patient, se propage comme le mode de prendre les bains, popularisé par l’ouvrage du docteur Buchan, publié en Angleterre et traduit en français en 1812 sous le titre Observations pratiques sur les bains d’eau de mer et sur les bains chauds3.

  • 4 Jules Michelet, La Mer, Paris, Gallimard, 1983 [1re éd. 1860], p. 309-310.
  • 5 Lettre à Charles du 21 août 1858, Jules Michelet, Correspondance générale, t. VIII 1856-1858, Pari (...)

5Le bain de mer lancé à partir de l’Angleterre s’impose en France. Il est toutefois loin d’être synonyme de plaisir et divertissements. Jules Michelet constate que « quiconque voit sortir de l’eau la pauvre créature qui prend un de ses premiers bains, qui la voit pâle, hâve, effrayante, avec un frisson mortel, sent la dureté d’un tel essai, tout ce qu’il a de danger pour certaines constitutions. Soyez sûr que personne n’ira affronter une chose si pénible, si l’on peut chez soi suppléer, sans danger, par une douce et prudente hydrothérapie ». D’ailleurs, selon lui, « pour endurer tout cela, il faut que la malade ait foi, une foi forte à la mer, qu’elle croie qu’aucun autre remède ne servirait, qu’elle veuille à tout prix s’imbiber des vertus de ses eaux4 ». Il est adepte de ce type de remède. Sa femme, extrêmement souffrante à Paris, et lui passent leur été 1858 sur le littoral, d’abord à Granville où la plage s’est trouvée trop froide pour elle, puis, à partir du 13 août, à Pornic5.

  • 6 Gustave Grandpré, Promenade au Croisic, Paris, Corbet Éd., 1828, p. 4.
  • 7 Émile Zola, « Une malade », Contes et nouvelles, Paris, Gallimard, 1976, p. 275 ; une première ver (...)

6La maladie peut néanmoins servir de prétexte pour partir. Dès 1828, Gustave Grandpré explique qu’aux « eaux minéralisées, on préfère les ondes de l’océan ; Dieppe fait oublier Bagnères et le Croisic a remplacé Dinan. Durant la belle saison, les rivages de la mer sont le rendez-vous de la bonne compagnie ; c’est là que s’assemblent tous les désœuvrés du monde. L’opulence y vient chercher un remède contre l’ennui, et bien des gens, moins favorisés des dons de la fortune, s’étonnent de s’y ennuyer comme s’ils étaient riches. Quelquefois cependant, le plaisir, la richesse, et même la santé, s’y trouvent réunis ; on sait que pour se faire ordonner les bains de mer, il n’est pas rigoureusement nécessaire d’être malade, et si l’on y trouve parfois des mines hâves et bilieuses, souvent aussi l’on y rencontre des physionomies fraîches et vermeilles. [Il peut] donc céder sans scrupule au torrent de la mode, et, malgré la santé robuste que [lui] accorde le ciel, aller passer au Croisic la saison des bains6 ». Émile Zola observe en 1865 le manège de quelques Parisiennes, dont « la mode veut qu’elles soient légèrement indisposées […]. Dès que les chaleurs arrivent, elles se cherchent et se trouvent une maladie. Elles n’ont plus qu’à choisir ensuite le lieu de leur retraite. Les unes se rendent en Allemagne, les autres en Normandie ou en Bretagne7 ».

  • 8 John Travis, The Rise of the Devon Seaside Resorts 1750-1900, Exeter, University of Exeter Press, (...)
  • 9 Philippe Clairay, Les Stations balnéaires de Bretagne : des premiers bains… à l’explosion touristi (...)
  • 10 Archives départementales de Loire-Atlantique, 1 M 1352, notice sur les eaux minérales de l’arrondi (...)

7Le remède de la mer se couple parfois avec celui des sources minérales. Dès 1776, la station balnéaire anglaise Sidmouth fait valoir les bénéfices de ses bains et de ses eaux8. Philippe Clairay démontre que certaines plages ont directement puisé leur affluence des sources voisines : les baigneurs s’avèrent être des buveurs d’eau et cette confusion semble durer longtemps9. À Préfailles en 1823, « les malades viennent boire les eaux à la source même. Il ne s’en fait pas d’exportation. Seulement quelques personnes en envoient chercher pour les boire chez elles ; et elles n’en éprouvent du soulagement pourvu que leur domicile ne soit pas éloigné de plus de six ou sept lieues ». Les bains de mer sont présentés comme un divertissement, « pour ceux qui peuvent les supporter10 ». Comme prévient Philippe Clairay, la présence d’une source ne destine pas à la vocation de station balnéaire. Ainsi, Les Sables-d’Olonne n’en dispose pas, mais il s’agit d’un atout qui n’est jamais négligé. Jusqu’au décret du 28 janvier 1860 sur les eaux minéralisées, les établissements se servant de l’eau de mer sont d’ailleurs considérés comme des établissements d’eaux minérales.

  • 11 Pierre Guillaume, Du désespoir au salut : les tuberculeux aux 19e et 20e siècles, Paris, Aubier, 1 (...)

8Avec les progrès de la médecine au xixe siècle, l’aspect médical du bain de mer se modifie. La médecine tend à montrer comment se transmettent les maladies. Après avoir pensé que la maladie découlait de l’environnement, les traités médicaux mettent en avant des microbes qui contaminent les corps. Les virus et les microbes sont dévoilés dans le dernier quart du xixe siècle, comme le bacille du charbon (tuberculose) découvert par Robert Koch en 1876. Or, les malades jusqu’alors se déplacent souvent accompagnés. Les malades ne doivent plus se mélanger aux bien portants. L’opinion patriotique s’empare du thème médical pour faire de la tuberculose un indice de la dégénérescence nationale. Son caractère contagieux n’est plus contesté après 189011. Des instituts marins se créent pour recevoir les malades : Pen Bron en 1887 au sud de la falaise de La Turballe, l’Établissement des Frères Hospitaliers de Saint-Jean-de-Dieu en 1893 au Croisic, l’Institut Verneuil à La Baule en 1896, la villa Saint-Charles à Saint-Gilles-sur-Vie la même année.

  • 12 Archives départementales de Vendée, 1 O 616, lettre du sous-préfet des Sables-d’Olonne au préfet d (...)
  • 13 Cité par Jean-Bernard Vighetti, La Baule et la presqu’île guérandaise, t. I, La naissance des bain (...)
  • 14 Guides historiques, descriptifs et pratiques de la Presqu’île de Quiberon et de Belle-Île, ESSI de (...)
  • 15 Arrêté du maire de Batz-sur-Mer, du 5 juin 1938.

9À partir de cette période, la proximité de la maladie est, à certains endroits, redoutée. En 1887, le sous-préfet des Sables-d’Olonne se félicite de l’emplacement d’un futur établissement de l’Assistance publique de Paris. Le terrain offert par la ville des Sables est situé à la lisière du bois de la Rudelière, en face d’une anse entourée de rochers. Selon le sous-préfet, « il offre au point de vue du traitement des enfants les conditions d’isolement et de sécurité qu’on doit rechercher pour un hôpital de scrofuleux, surtout dans une station balnéaire fréquentée12 ». Le journal Le Goéland doit rassurer les Baulois en août 1896 car « la création des Instituts marins, domaine de candidats à la tuberculose, n’a pas été sans jeter quelque émoi chez les propriétaires voisins », précisant que « le but des Instituts est plutôt de prévenir que de guérir13 ». Certains guides ne s’embarrassent pas de nuances : le docteur V. est catégorique car « Quiberon est interdit aux tuberculeux pulmonaires : vent, soleil, iodure, trois éléments de suicide pour un pulmonaire en activité. […] Les enfants qui courent sur la plage peuvent sans inconvénient jouer avec le petit bonhomme pâlot, au ventre de Bouddha, aux membres grêles ; c’est un petit rachitique, un petit convalescent, pas un contagieux. Des contagieux, il n’y en a pas : le climat a fait sa police14 ». Le malade devient un criminel en puissance qu’il convient d’éviter. La police de la plage de Batz interdit en 1938 aux personnes et aux enfants atteints de maladies contagieuses de séjourner sur la plage et même d’y venir15. Avec la mise à l’écart des malades, le bain de mer risque donc de se marginaliser s’il est présenté comme un acte médical.

Le voyage exploratoire

  • 16 Jules Michelet, op. cit., p. 50.
  • 17 Jean-Paul Champseix, L’Image de la Bretagne et du Breton dans la littérature et la paralittérature (...)
  • 18 La France maritime, 1852, p. 163, cité par Philippe Jacquin, « Les hommes de pierre », Gérard Le B (...)
  • 19 Philippe Jacquin, op. cit., p. 95.
  • 20 Christophe Hellec, La Mémoire des voyageurs en Morbihan ; représentations du littoral morbihannais (...)

10La mer est un élément qui permet l’aventure. Selon Jules Michelet, « on peut voir l’Océan partout. Partout il apparaîtra imposant et redoutable. […] On ne le voit pas infini, mais on le sent, on l’entend, on le devine infini, et l’impression n’en est que plus profonde16 ». Les artistes romantiques sont particulièrement sensibles à ces impressions, dans une Bretagne et une Vendée abordées sous l’aspect primitif. La littérature du début du xixe siècle, étudiée par Jean-Paul Champseix, voit dans le Breton un arriéré, superstitieux, rétif au progrès mais en même temps un être pur que son primitivisme a maintenu proche des origines et de la nature17. Les conditions des habitants du littoral confirment cette description : « Les pêcheurs, population indigente, dont les journées s’écoulent au milieu de ces grèves dans un travail dur et stérile, forment un type complètement en dehors de notre civilisation et de nos mœurs18. » Selon Philippe Jacquin, les auteurs voyageurs du xixe siècle « s’aventurent aux limites du monde civilisé, ils bravent leur répulsion pour les sauvages des grèves et livrent un tableau édifiant de ce territoire du vide où survivent d’étranges créatures. En réalité, dans leurs écrits, ils assignent une place précise aux populations du rivage pour satisfaire le goût des élites en quête de nouvelles sensations19 ». Pour Christophe Hellec, au vu des écrits des voyageurs extérieurs à la Bretagne, la mer n’est généralement pas considérée par elle-même mais tend à soutenir le style que l’auteur souhaite attribuer à son récit20. La mer ne semble donc exister que dans le regard qu’on lui porte.

  • 21 Antonin Nicol, Les Grands guides des Pyrénées de 1787 à 1918, Oloron-Sainte-Marie, Monhélios, 2002 (...)
  • 22 Service historique de la Marine de Vincennes, CC5696, lettre du ministre de la Marine au préfet ma (...)

11L’exploration est un thème fort à partir de la fin du xviiie siècle, qui embrasse tant la mer que la montagne, comme l’a déjà remarqué Marc Boyer. Il n’est d’ailleurs pas anodin que Jules Michelet ait écrit, après La Mer en 1860, l’ouvrage La Montagne en 1868. Le vocabulaire utilise parfois des termes proches aux deux univers. En montagne, les bergers-guides se mettent au service des touristes, à des fins de promenade, à partir du début du xviiie siècle. La fonction de guide évolue progressivement vers un métier, sans que toutefois il ne quitte son milieu paysan, sa principale ressource21. Or, sur le bord de mer, il existe également des guides : le terme de guide-baigneur est le premier terme utilisé pour désigner les hommes qui aidaient à la prise du bain. Le ministre de la Marine en use encore en 1884, pour féliciter « les guides-baigneurs des établissements du littoral [qui] sont tous en effet, par profession, d’excellents nageurs et [qui] ont de fréquentes occasions de venir en aide à leurs clients22 ». Cette dénomination s’efface progressivement au profit de celle de maître-baigneur ou, plus rare, de maître-nageur, elle est peut-être une conséquence du succès, plus précoce, de la montagne. Tout comme le guide montagnard, le guide-baigneur doit conduire le touriste à la réussite de son aventure (marine), en le soutenant si nécessaire afin de le ramener sauf sur le bord.

12La découverte d’une plage est elle-même une aventure, qui ne doit pas attendre obligatoirement la venue d’un promoteur ou d’un artiste qui en fera la promotion. Bertall relate le mode de colonisation des plages :

  • 23 Bertall, Les Plages de France, Paris, Marpon et Flammarion, 1880, p. 5.

« Toutes ces côtes et ces plages si variées appellent la description et sont fertiles en curiosités et en aspects de toute sorte. Les voyageurs parisiens et étrangers en quête du nouveau prennent depuis quelque temps la route des côtes bretonnes. Les côtes normandes, plus à proximité des grandes villes, ont une faveur qui ne lasse point et sont chaque année assiégées par le flot toujours montant des voyageurs. Le trop-plein les pousse vers l’ouest, où tous les jours quelque hardi pionnier signale quelque ravissante retraite, quelque plage hospitalière, où peu de temps après sans doute le flot montant viendra le trouver et le forcera, par crainte de la foule, à planter sa tente sur une autre plage23. »

  • 24 Côtes bretonnes et vendéennes, de la Vilaine à Olonne ; Guide du baigneur, Nantes, Imprimerie mode (...)

13Le touriste est donc apte, de lui-même, à trouver de nouveaux espaces. Léon Maitre observe d’ailleurs, à la fin du xixe siècle, que « les étrangers qui ont le goût de s’instruire en regardant autour d’eux, ont maintenant la facilité de se distraire en se déplaçant rapidement24 ». Le on-dit semble un mode de communication fort pour les premiers voyageurs, et les premiers découvreurs peuvent, au hasard de leurs escapades, à partir d’un site connu ou en discutant avec la population, avoir colonisé une plage encore vierge.

  • 25 Johan Vincent, « La naissance du phénomène balnéaire et de ses stratégies en Bretagne-Sud et en Ve (...)
  • 26 Jongkind, hors-série de Connaissance des Arts, 2004, p. 54.
  • 27 Archives départementales du Morbihan, 8 M 132, lettre du Comité touristique de la Presse internati (...)
  • 28 Daniel Nordman, « Les Guides-Joanne, ancêtres des Guides bleus », Pierre Nora (dir.), Les Lieux de (...)
  • 29 Giogia Ceriani, Rémy Knafou et Mathis Stock, « Les compétences cachées du touriste », Sciences Hum (...)

14D’ailleurs, la présence de baigneurs après le passage des peintres ou des écrivains devrait être plus systématique pour qu’on ne puisse pas parler de coïncidence et la force publicitaire des productions ne semble pas suffisante pour encourager un mouvement migratoire important, même s’ils ont pu jouer en faveur d’une curiosité envers le littoral en général25. Le marchand de tableaux Pierre-Firmin Martin signale à Johan Barthold Jongkind, en 1863, l’engouement général pour la peinture des bords de mer26. C’est finalement plus l’artiste que son œuvre qui fait de la publicité à la station balnéaire, mais, dans le même esprit, le Comité touristique de la Presse internationale, en 1932, poursuivra sa quête de séjour à moindre coût pour les journalistes, conférenciers et écrivains en contrepartie d’un peu de promotion littéraire27. Si les plus beaux sites n’ont pas besoin des seuls peintres et écrivains pour être appréciés et reconnus, les guides touristiques vont, par contre, appuyer cet héritage culturel, afin de justifier l’importance du propos. À partir de 1841, Adolphe Joanne multiplie les guides touristiques. Le premier guide portant sur la Bretagne date de 1867 tandis que la Vendée n’est abordée qu’à partir de 1879 (dans l’Itinéraire général de la France : de la Loire à la Gironde et dans la Géographie de la Vendée). Le guide Joanne se propose d’instruire et de séduire28, le paysage se remplit de références, souvent historiques. L’exploration est encadrée, même s’il ne faut pas omettre la grande force d’adaptation et d’apprentissage du touriste. On ne naît pas touriste, on le devient, à force d’expériences29, et Daniel Nordman note que le guide Joanne utilise indifféremment les termes de touriste et de voyageur. L’exploration n’en demeure pas moins, avec le guide, contenue.

Le plaisir de la chasse

  • 30 Jean-Michel Derex, « Pour une histoire des zones humides en France (xviie-xixe siècle) », Histoire (...)

15Les baigneurs s’intéressent aussi aux marais littoraux, qui font partie du finage villageois. Le poisson et les oiseaux migrateurs constituent des apports nutritifs importants pour les habitants. Très surveillées sur le territoire, les activités de chasse et de pêche sont possibles dans les marais au xixe siècle, avec des tolérances très larges30. Les premiers baigneurs ont été sensibles à ces potentialités. En 1831, Auguste Brizeux encense le mois d’août :

  • 31 Auguste Brizeux, Marie, La Digitale, 1980, p. 70 ; la première édition est de 1831, datée de 1832.

« Ô mes frères, voici le beau temps des vacances !
Le mois d’août, appelé par dix mois d’espérances !
De bien loin votre aîné, je ne puis oublier
Août et ses jeux riants ; alors, pauvre écolier,
Je veux voir mon pays, notre petit domaine ;
Et toujours le mois d’août au logis nous ramène.
[…] Voici le beau mois d’août ; en courses, camarades !
La chasse le matin, et le soir les baignades31 ! »

  • 32 Émile Auzou, La Presqu’île guérandaise ; étude géographique, historique et économique ; manuel des (...)
  • 33 Côtes bretonnes et vendéennes…, op. cit., p. 37.

16Émile Auzou se souvient de Sainte-Marguerite, à Pornichet, où, au début des années 1880, il a connu « les dunes désertes, le bois rempli des fourrés épineux où l’on pourchassait les écureuils d’arbre en arbre, la plage déserte où du matin au soir nul pas ne se traçait, où les renards, à l’aube, venaient courir et humer l’air marin. […] Goélands et courlis s’abattaient sur la grève ; le chasseur faisait à quatre pattes d’immenses détours derrière les dunes et les ajoncs… pour voir tout s’envoler. […] Tranquillement on rêvait, à l’ombre, tandis que les vagues bruissaient au loin32 ». Il s’agit d’une activité partagée, puisque le guide Côtes bretonnes et vendéennes de 1895, constate qu’à cet endroit, « les parents chassent ou pêchent pendant que les enfants s’amusent33 ».

  • 34 Mariele et Pierre Aucante, Les Braconniers ; Mille ans de chasse clandestine, Paris, Aubier, 1983, (...)
  • 35 Christian Estève, « Le droit de chasse en France de 1789 à 1914 : conflits d’usage et impasses jur (...)
  • 36 Muriel Geny-Mothe, La Chasse aux oiseaux migrateurs dans le Sud-Ouest : le droit face à la traditi (...)
  • 37 Didier Cadiou et Jean-Jacques Kerdreux, « L’avifaune de la mer d’Iroise », Avel Gornog, 2003, p. 2 (...)

17La chasse pratiquée comme un loisir se popularise au cours du xixe siècle. Ce phénomène est remarquable en Sologne, avec l’achèvement en 1843 de la ligne de chemin de fer Paris-Orléans34. Face à un tel engouement, l’État tâche de codifier l’organisation de la chasse, à partir de 1844, mais avec une volonté plus restrictive à la fin du xixe siècle. Le projet Morillot prévoit par exemple, en 1889, la constitution de syndicats de chasseurs et l’abandon du droit de chasse à la commune, mais il n’aboutit pas35. L’idée de la chasse pour tous, réalisée avec la Révolution française, rencontre des intérêts multiples et contradictoires. L’aspect économique de la chasse à la palombe est essentiel dans le Pays basque et le maire de Sare milite en 1914 en faveur de cette activité, car, outre un revenu précieux pour les chasseurs de la commune, cette chasse amène un mouvement fructueux de visiteurs dont bénéficie le village lui-même36. Le littoral n’échappe pas à ce mouvement social et les marais littoraux, relais alimentaires des espèces migrantes, deviennent des rendez-vous réguliers pour les chasseurs. Cette chasse se complète de celle des oiseaux de mer, permise totalement au niveau national jusqu’en 1962, mais des arrêtés municipaux et préfectoraux interdisent la chasse de certains oiseaux dès le début du xxe siècle37. Le marais littoral, malgré les discours sur sa dangerosité, reste un espace de divertissement.

La mythologie balnéaire de la découverte

Voyageur, un destin exceptionnel

  • 38 Johan Vincent, Les Paradis de papier ; Les sites selon les guides et les récits de voyage, de Lori (...)
  • 39 M. L. de Serbois, Souvenirs de voyages en Bretagne et en Grèce, Paris, Adrien Le Clerc et Cie/C. D (...)
  • 40 Louis Veuillot, Œuvres complètes t. VII, Paris, Lethielleux, 1926, p. 411.

18L’auteur du xixe siècle se plaît de faire découvrir les sites qu’il parcourt, soit dans un récit de voyage, soit dans un guide. Les récits de voyage décrivent plus facilement la vie dans les contrées méconnues. Il est indéniable qu’ils ont une fonction différente des guides : le guide accueille le public sur un site civilisé, ou en bonne partie de l’être, le récit de voyage invite l’étranger sur des sites encore à défricher. L’auteur du récit de voyage se réjouit que le site ne soit pas connu, il fait œuvre personnelle d’en faire le tableau littéraire38. M. L. de Serbois en 1864 s’énerve du petit Paris qu’est Le Croisic au mois d’août, « n’étant pas [venu] en Bretagne pour essayer des gants frais ». Il ajoute que, « heureusement, quand on s’ennuie au Croisic, on peut toujours s’enfuir au bourg de Batz ». Dans cette localité, l’auteur peut enfin profiter d’un spectacle local, une noce avec les costumes traditionnels39, spectacle relayé par de très nombreux ouvrages sur Batz au xixe siècle au point qu’il faut se demander si la fête du mariage n’y était pas permanente à cette époque. Louis Veuillot regrette d’ailleurs le succès de ce périple touristique à la même époque, car, « malheureusement, les mariages du bourg de Batz deviennent un divertissement pour les baigneurs oisifs des rivages voisins40 ». La fuite apparaît donc ici déjà balisée.

  • 41 M. L. de Serbois, op. cit., p. 19.
  • 42 Gustave Flaubert, Voyage en Bretagne ; Par les champs et par les grèves, Paris, Complexe, 1989, p. (...)
  • 43 On se reportera à l’article de Catherine Bertho, « L’invention de la Bretagne ; genèse sociale d’u (...)
  • 44 Friedrich Wolfzettel, Le Discours du voyageur ; pour une histoire littéraire du récit de voyage en (...)
  • 45 Charles Seignobos, Histoire de France, Lavisse, p. 462, cité par L. Serant, Le Front de colonisati (...)

19Les voyageurs apportent souvent un guide avec eux. Pour M. L. de Serbois, le meilleur moment pour ouvrir son guide, c’est une fois rentré chez soi : il possède La France illustrée de Didot père et fils41. La préparation de l’escapade bretonne de Gustave Flaubert et de Maxime Du Camp les occupe une année durant, avant de partir le 1er mai 184742. Les ouvrages du début du xixe siècle sont aussi des notices et des précis qui tâchent de renseigner le curieux sur les aspects économiques et pittoresques à connaître, généralement sur une zone réduite43. Friedrich Wolfzettel remarque que l’idéal de Pleasure instruction, étudié par Charles L. Batten junior, émerge dès la première moitié du xviiie siècle, où « c’est justement au moment où le voyageur mondain commence à trouver toutes les informations de base dans des manuels commodes que le récit de voyage peut s’offrir le luxe d’être plus personnel et de mettre les accents où bon lui semble. Il en résulte une conception plus nuancée et plus moderne de l’authenticité qui, loin d’épuiser le geste sobre du narrateur témoin, devient l’expression d’une sensibilité unique et d’une manière de voir toute personnelle44 ». À la fin du xixe siècle, Charles Seignobos constate que les Français ont intégré l’idée de voyage : « L’ouvrier des grandes villes a partagé les divertissements de la bourgeoisie, les journaux, les cafés, le spectacle, les courses. Il a commencé à se déplacer, à voyager en chemin de fer, à aller aux bains de mer45. »

  • 46 Hippolyte Taine, Voyage aux Pyrénées, 1858, p. 283, cité par Daniel Nordman, « Les Guides Joanne, (...)

20Quand le voyage devient une activité reconnue, les voyageurs veulent généralement montrer qu’ils tracent une voie pour leurs lecteurs. Certains auteurs s’instituent en conseillers. En 1923, J. Rouch, capitaine de corvette et professeur à l’école navale de Brest, explicite dans son titre la mission de son ouvrage, fait Pour comprendre la mer, à l’usage des touristes. Les guides, qui se développent à partir de la seconde moitié du xixe siècle, modifient l’appréhension du voyage. Le Guide Joanne représente l’emblème de ces ouvrages proposant la préparation du voyage clef en main. Hippolyte Taine n’est d’ailleurs guère tendre avec ces touristes qu’il qualifie de dociles et qui « comprend des êtres réfléchis, méthodiques, ordinairement portant lunettes, doués d’une confiance passionnée en la lettre imprimée. On les reconnaît au manuel-guide, qu’ils ont toujours en main. Ce livre est pour eux la loi et les prophètes. Ils mangent des truites au lieu qu’indique le livre, font scrupuleusement toutes les stations que conseille le livre, se disputent avec l’aubergiste lorsqu’il leur demande plus que ne marque le livre. On les voit aux sites remarquables, les yeux fixés sur le livre, se pénétrant la description et s’informant au juste du genre d’émotion qu’il convient d’éprouver46 ». La découverte apparaît comme définitivement annihilée.

La conscience d’un lieu unique

  • 47 A. Riou, Promenades dans le Finistère, Brest/Quimper, Lefournier/Salaun, sans date (1880 ?), p. 75

21Les auteurs n’ont pourtant de cesse de faire la promotion de ce qu’ils décrivent. Pour A. Riou, en juin 1872, la presqu’île de Crozon « a ses brises vivifiantes, la fraîcheur de ses grottes merveilleuses, ses vastes plages de sable qu’animent les essaims d’oiseaux de mer, les grands horizons de l’Océan, les lignes imposantes de ses promontoires et de ses hautes falaises, et les milles accidents de ses rochers. Nulle part peut-être on ne trouve plus de charme à la vie en plein air et en plein nature47 ». Outre ses qualités, le lieu est aussi reconnu pour la région qui l’entoure, et dont il peut devenir un point d’accueil pour la visiter. J.-M. Ledivellec s’enthousiasme pour Port-Navalo :

  • 48 J.-M. Ledivellec, La Presqu’île de Rhuis en Bretagne ou le canton de Sarzeau ; Guide des baigneurs (...)

« Ce port de bains est entouré des sites les plus séduisants, des excursions, par mer et par terre, les plus attrayantes et les plus curieuses, de belles plages fort commodes, sur l’Océan atlantique et le Morbihan, pour une station balnéaire. C’est enfin le plus beau joyau des petits ports de cet archipel, où ce grand Océan se plaît à verser ses eaux les plus limpides, les plus pures, et qui, par son adorable baie et son aspect aussi séduisant que pittoresque, charme la vue, l’esprit et le cœur48. »

  • 49 Marcel Proust, Jean Santeuil, Paris, Gallimard, 1971, p. 354-355.

22L’heureux voyageur en parle autour de lui. Marcel Proust raconte comment son héros, Jean Santeuil, a connu Bec-Dog, probable déformation de Beg-Meil où l’auteur a séjourné en septembre et octobre 1895. Les Sauvalgue s’enthousiasment pour cette « petite plage de Bretagne dont Mme Santeuil avait en effet entendu parler, parce qu’on lui avait dit que les Sauvalgue disaient que c’était un pays enchanteur, qu’ils passaient plus ou moins pour avoir découvert et où ils conseillaient à tout le monde d’aller. Ils y avaient acheté une petite propriété. Ils en parlèrent à Mme Santeuil avec exaltation, disant qu’il n’y avait pas au monde un pays pareil. Et, de fait, on sentait bien que le bonheur de leur vie […] était là. […] Là où nous menons une vie saine et une vie heureuse, nous aimons à croire que réside en effet le secret de la force et le privilège de la beauté49 ».

  • 50 Côtes bretonnes et vendéennes, de la Vilaine à Olonne ; Guide du baigneur, Nantes, Imprimerie Mode (...)
  • 51 La Bretagne contemporaine, Grenoble/Aubenas, Éd. des 4 seigneurs/Éd. de Bellande, 1977 [1re éd. 18 (...)
  • 52 L. Trottier, Pour un nouveau cadre d’analyse du tourisme : la culture postmoderne, mémoire de maît (...)
  • 53 Johan Vincent, Les Paradis de papier…, op. cit., 2000.

23Pour l’auteur du guide Côtes bretonnes et vendéennes, de la Vilaine à Olonne, en 1895, toutes les communes littorales peuvent, dans cette région – avec quelques exceptions, comme La Turballe, Bouin ou Beauvoir –, apporter le bienfait aux baigneurs, l’intensification de la construction ne trompant pas50. Parfois, seules les stations balnéaires profitent d’une mise en valeur angélique. En 1865, l’auteur de La Bretagne contemporaine s’enchante pour Pornic, séjour préféré des baigneurs peu soucieux de l’éclat et du bruit, Le Pouliguen, avec sa charmante villa construite par le comte d’Esgrigny (en 1857, détruite depuis), Le Croisic, propice à une vie toute nouvelle pendant les mois d’été. D’autres cités, moins visitées par les baigneurs, suscitent moins d’intérêt51. Les stations balnéaires possèdent les choses en plus que recherchent les baigneurs. Des thèmes se dégagent pour accrocher le touriste, créant une culture touristique. Pour L. Trottier, la culture touristique est « comme un interstice dans la vie réelle des individus qui se déguisent en touristes et en hôtes pour jouer à la rencontre interculturelle sur une scène éphémère52 ». Le guide civilise le site, le rend commun, il l’insère dans la scène régionale. Établissements de bains, air sain, moult animations permettent d’ancrer le baigneur dans une réalité où la sauvagerie n’a plus lieu d’être53. La banalisation de la station balnéaire se répand sur le bord de mer, recouvrant le site de multiples artifices. De nouveaux auteurs de guide tendent alors à critiquer cette prétendue uniformité, condamnant des voies de communication toujours plus nombreuses. Pourtant, dès le début du xixe siècle, les populations littorales espèrent une communication facilitée avec l’intérieur du pays, sans, au départ, rechercher la venue des touristes.

À l’assaut d’un monde qui s’ouvre

Site sauvage, population de sauvages ?

  • 54 Edouard Richer, Voyage pittoresque dans le département de la Loire-Inférieure, Paris, Éd. du Palai (...)
  • 55 Gustave Flaubert, op. cit., p. 199.

24Quand Édouard Richer arrive au Pouliguen et à Escoublac en 1823, il est surpris de l’accueil des habitants : « Les habitants de ces villages, éloignés des chemins ordinaires qui font communiquer les villes et les bourgs de cette portion du département, témoignent un étonnement stupide à l’aspect d’un étranger : les enfants s’enfuient devant lui54. » Le littoral, souvent à l’écart des grandes routes commerciales quand il n’existe pas un port important à proximité, serait un espace clos. Devant aussi peu de sympathie locale, il n’est pas surprenant que ces populations littorales apparaissent comme des sauvages. Cet étonnement stupide n’est peut-être orienté qu’envers une personne dont on ne saisit pas la démarche, car Édouard Richer est un étranger qui ne vient rien vendre ou apporter. Par contre, Gustave Flaubert, lors de son voyage en Bretagne en 1849, rencontre une certaine curiosité à Rosporden : « On l’admire, on le contemple, on lui demande l’heure pour voir sa belle montre, on le dévore du regard, d’un regard curieux, envieux, haineux peut-être, car il est riche, lui, bien riche, il habite Paris, la ville lointaine, la ville énorme et retentissante55. » Pendant le xixe siècle, les populations littorales désirent une ouverture toujours facilitée vers l’extérieur.

  • 56 Eugen Weber, La Fin des terroirs ; La modernisation de la France rurale (1870-1914), Paris, Fayard (...)
  • 57 Délibération municipale de La Tranche-sur-Mer, du 25 avril 1852.
  • 58 Délibération municipale de Damgan, du 29 septembre 1850.
  • 59 Délibération municipale de Clohars-Carnoët, du 28 août 1886.

25Au cours de ce siècle, les routes s’insinuent sur tout le littoral. Un programme massif de construction de routes stratégiques se met d’ailleurs en place dans huit départements de la côte atlantique, dont la Vendée et la Loire-Inférieure, afin que l’équipée de la duchesse de Berry, désireuse de soulever la région contre le pouvoir central en 1832, ne se reproduise pas56. Un maillage plus fin se crée. Un chemin vicinal relie Saint-Nazaire à Pornichet en 1854. La commune de la Bernerie-en-Retz est traversée par une route d’intérêt commun à partir de 1864. La route qui relie Saint-Jean-de-Monts à Challans et à l’intérieur des terres est construite en 1880. Les populations littorales sont très sensibles à l’état des voies de communication. Le conseil municipal de La Tranche-sur-Mer ne cesse de se lamenter au cours du siècle, car « la commune est privée par sa position, si isolée, d’aucune grande ligne vicinale57 ». Le conseil municipal de Damgan désire, en 1850, consacrer toutes les prestations de la commune sur le chemin vicinal de Pénerf à Muzillac, de manière à réparer la route dégradée par les habitants d’Ambon venant prendre du goémon sur le littoral, mais aussi pour mettre en rapport Muzillac et les communes environnantes, port de mer où il se fait, selon lui, constamment des chargements58. La route doit permettre un meilleur commerce : le conseil municipal de Clohars-Carnoët désire aménager la route qui permet de rejoindre, après un passage de bac, le chemin, récemment ouvert, menant à Lorient par Guidel59.

  • 60 Archives départementales du Finistère, 3 S 69, rapport de l’ingénieur ordinaire des Ponts-et-Chaus (...)
  • 61 Délibérations municipales de Saint-Brevin, des 17 octobre 1872 et 3 août 1876.
  • 62 Délibération municipale de Port-Louis, du 17 septembre 1848.
  • 63 Délibération municipale de Saint-Brevin, du 19 août 1894.
  • 64 Paul Joanne, Itinéraire général de la France : la Loire, Paris, Hachette, 1900, p. 337.

26La mise en place de bacs pour franchir les cours d’eau est suivie avec grand intérêt. Pour l’ingénieur des Ponts-et-Chaussées, appelé en 1866 à se prononcer sur le remplacement du bac par un bac charretier à Bénodet, la rivière de l’Odet, qui sépare les deux cantons de Pont-l’Abbé et de Fouesnant, oblige les habitants à remonter jusqu’aux ponts de Quimper, ce qui est un obstacle au développement des transactions60. Le conseil municipal de Saint-Brevin regrette, en 1872, que, privée d’un débarcadère à Mindin, la commune soit sans communication avec la rive droite de la Loire. Un projet de mise en place du bac est à l’étude en 187661. Quand le bac est en place, une plus grande régularité est réclamée à ceux qui font le passage. Le conseil municipal de Port-Louis demande en 1848 l’établissement d’horaires régulier pour les bateaux à vapeur entre Lorient et Port-Louis62. Plus de progrès doivent être réalisés pour le bac reliant Saint-Nazaire à Mindin car, selon le conseil municipal de Saint-Brevin, en 1894, « le trafic en voyageurs qui a lieu par Mindin est environ neuf fois supérieur à celui qui a lieu par Paimbœuf63 ». Paul Joanne explique qu’en 1900, « la plupart des baigneurs qui viennent se fixer à Saint-Brevin arrivent par Saint-Nazaire et le bac de Saint-Nazaire à Mindin relié par des omnibus à Saint-Brevin64 ».

  • 65 Délibération municipale de La Trinité-sur-Mer, du 13 août 1882.
  • 66 Christophe Belser, Le Passage du Gois, Montreuil-Bellay, CMD, 1999, p. 33-35.

27L’idée du pont se développe pour des raisons de sécurité des personnes et de compatibilité avec le trafic. À La Trinité-sur-Mer, « le bac qui sert au transport des chevaux et voitures ne peut servir que pour des chargements relativement légers et […] les chevaux effrayés font courir un danger d’autant plus sérieux que la rivière est très profonde aux abords, que dernièrement sans le secours des matelots de la péniche de l’État mouillée à proximité un grand malheur serait arrivé. […] Les gens du pays persuadés du danger qu’ils courent en passant par le bac avec des voitures pesamment chargées sont obligés pour aller à Locmariaquer de faire un détour qui allonge leur route de 15 à 16 kilomètres ». Le conseil municipal, en 1882, réclame un pont65. Ce souhait n’est pas isolé, car il se retrouve à La Tranche-sur-Mer en 1902, pour relier le hameau de La Faute à l’Aiguillon-sur-Mer, à Clohars-Carnoët en 1914 pour traverser la Laïta, et à Bénodet où un projet est décidé en 1933. Un pont traverse l’étier du Pouliguen en 1860, remplaçant le bac. En 1913, le conseil général de Vendée émet l’idée de construire un pont, en fait énorme digue surélevée pouvant accueillir une voie de chemin de fer, une route et deux trottoirs pour piétons, sur le passage du Gois, facilitant l’accès à l’île de Noirmoutier, mais le projet est abandonné66. D’autres communes conservent leur bac car il paraît peu concevable de trouver un autre moyen de communication, pour relier Pornic à Noirmoutier, ou Saint-Nazaire à Saint-Brevin. Le développement du chemin de fer concurrence toutefois ces moyens de communication traditionnels.

L’intérieur du pays aux portes du littoral

  • 67 Archives départementales de Loire-Atlantique, 532 S 29, pétitions au préfet de Loire-Inférieure, d (...)
  • 68 Archives départementales de Vendée, S 869, N. Rabouin O’Sullivan, Chemin de fer de Napoléon-Vendée (...)
  • 69 Ludovic de L’Étang, « Avantages qui résulteraient pour la région sud du département du Morbihan de (...)

28L’ouverture vers l’intérieur du pays ne doit pas tromper. Traditionnellement, le littoral est une frontière, où le débarquement de troupes étrangères reste envisagé. La plage est un site sur lequel les militaires doivent parvenir rapidement et sans obstacle. Les habitants du Pouliguen protestent en 1853 et en 1859 contre les aménagements des deux concessionnaires de la plage du Nau (plage du Pouliguen) qui nuiraient à la circulation de la troupe et de l’artillerie67. Les populations littorales n’oublient pas leur mission traditionnelle de premier guetteur. La défense du territoire est d’ailleurs un argument pour les promoteurs du chemin de fer : N. Rabouin O’Sullivan tâche en 1854 de convaincre du bienfait d’une voie ferrée entre Tours et Les Sables-d’Olonne, car « l’État dans cette ligne, qui met Paris à 12 heures de l’Océan, le moyen d’abriter, par le port des Sables, non seulement les îles et ports circonvoisins, mais encore toute la partie côtière comprise entre Rochefort et l’embouchure de la Loire, ayant, comme l’avait pressenti le génie du Grand Homme, pour centre d’opérations Napoléon-Vendée [c’est-à-dire La Roche-sur-Yon]68 ». Ce raisonnement perdure jusqu’au début du xxe siècle, puisque Ludovic De L’Étang prévient, en 1900, que la voie ferrée désirée entre Vannes et Port-Navalo, « au point de vue stratégique, serait d’une réelle importance puisqu’en cas de guerre et d’arrivée d’une flotte ennemie à l’entrée du golfe […], elle permettrait d’y envoyer rapidement les troupes en garnison à Vannes69 ». Difficile de se prononcer sur la persuasion de cette position à cette époque – Ludovic de L’Étang peut avoir repris un argument traditionnel pour renforcer son idée –, mais ce type de réflexion disparaît peu à peu.

  • 70 Délibération municipale du Croisic, du 19 juillet 1862.
  • 71 Délibérations municipales de Saint-Hilaire-de-Riez, des 28 mars 1872 et 20 juillet 1879.

29Les promoteurs du chemin de fer développent aussi d’autres arguments. Au Croisic, il peut servir au cabotage car la ligne de Saint-Nazaire au Croisic, établissant une communication directe avec l’Océan, permettrait de recevoir pour le port les houilles, les grains, les sels et toutes les marchandises qui ne peuvent arriver à Nantes et à Saint-Nazaire bloqués par les glaces, au déploiement militaire, à de meilleures perspectives commerciales pour le commerce de la pêche et du sel, à la venue facilité des voyageurs qui, pendant la saison des bains de mer, sont attirés par la salubrité du climat et la beauté des plages environnantes70. Le chemin de fer doit aider au rapprochement des activités économiques. Les industries qui s’exercent dans les villes de Saint-Gilles et de Croix-de-Vie et qui occupent un grand nombre de bras dans les communes voisines, demandent à se rapprocher des Sables-d’Olonne. Le conseil municipal de Saint-Hilaire-de-Riez espère également que la gare puisse absorber la production agricole locale, drainée dans le marais de Monts par le chemin de grande communication n°16, la cueillette des coquillages et la production de cendres de goémon71. Ce moyen de transport apparaît comme la solution idéale pour échanger avec l’intérieur du pays.

  • 72 Service historique de la Marine de Vincennes, CC5580, rapport du commissaire de l’Inscription mari (...)
  • 73 Délibération municipale de Douarnenez, du 20 août 1882.
  • 74 Marcel Calvez, L’Inauguration – mouvementée – du chemin de fer d’Auray à Quiberon le dimanche 23 j (...)
  • 75 Archives départementales de Vendée, S 869, L’Atlantique à 12 heures de Paris par le chemin de fer (...)

30Le chemin de fer élargit le nombre des acheteurs, il amène l’intérieur du pays sur le littoral. Il modifie les circuits marchands, phénomène dont se plaint en 1866 Les Sables-d’Olonne, quand La Rochelle profite du débouché que présente le chemin de fer. Ce n’est que lorsque le vent contraire les empêche d’y aller que les chaloupes bretonnes viennent vendre aux Sables72. Le chemin de fer représente le progrès dans le moyen de transport. Même distante de 21 kilomètres, la ligne ferrée a apporté en vingt ans, selon le conseil municipal, la prospérité à Douarnenez, dans des proportions qui continuent de croître73. Pour le maire de Quiberon, M. Allain, lors de l’inauguration du chemin de fer dans sa commune, « cette fête marque une ère de progrès et de prospérité ; car, nous l’espérons Messieurs, ce chemin de fer remplacera notre cher cabotage à voile, notre fructueuse industrie ruinée par la transformation de la voile à la vapeur74 ». Le chemin de fer devient un excellent moyen d’amener des touristes sur le bord de mer. Il ne fait toutefois pas la station balnéaire. Les municipalités utilisent d’ailleurs l’argument balnéaire pour montrer qu’une population saisonnière est disponible pour le futur chemin de fer et qu’il faut non pas regarder la population sédentaire, mais le trafic voyageur plus en rapport avec celui des grandes villes. Selon l’auteur d’un ouvrage promoteur de la voie Tours-Les Sables-d’Olonne, en 1861, l’été, « la ville des Sables reçoit un grand nombre d’étrangers. Chaque année plus de 1 500 baigneurs y passent la saison des bains de mer. Ce nombre serait bien vite porté au triple comme l’une des plus belles plages de France ; à ces baigneurs, il faut ajouter encore la très grande quantité de personnes du département qui, pendant la saison des bains, viennent tous les jours aux Sables, soit pour les bains, soit pour les fêtes et spectacles qu’elles savent y trouver alors comme dans une grande ville75 ».

  • 76 Délibération municipale de Penmarc’h, du 12 janvier 1913.
  • 77 Le Tourisme ; notice sur Pornic, son histoire, ses monuments, ses plages, ses environs, Tours, Jul (...)
  • 78 Délibération municipale de Piriac-sur-Mer, du 10 juillet 1927.

31À mesure que ce type de moyen de transport s’étend, les communes demandent à être reliées au réseau, si possible avec des lignes directes. Autorisé par la loi du 11 juin 1880, le réseau ferré départemental, qui double la circulation terrestre puisqu’il s’installe sur les routes, renforce cette pression. Les conseils municipaux se soucient du service proposé. Celui de Penmarc’h s’oppose en 1913 à l’arrêt au Guilvinec du train partant de Pont-l’Abbé à 7 h 32, car, selon lui, beaucoup de ces voyageurs désirent se rendre directement au but de leur voyage, Penmarc’h, plutôt que de rester se morfondre pendant près de deux heures à la station du Guilvinec76. Dès 1886, l’auteur d’un guide sur Pornic insiste sur le préjudice des changements de train, trop longtemps connu par cette station balnéaire. Pour y aller, les voyageurs de Paris, Blois, Tours et Angers, devaient descendre à la gare d’Orléans à Nantes pour rallier soit à pied, soit en voiture la gare de l’État, distantes de plus de deux kilomètres. « On comprend facilement l’ennui des voyageurs obligés de retirer leurs bagages, d’en surveiller le transport et de les faire enregistrer pour leur nouvelle destination. Pour complément de disgrâce, les heures de l’arrivée et celles du départ ne concordaient pas entre elles. » Le raccordement des deux gares est heureusement réalisé en 1886 et il conclut que « Pornic deviendra presque un faubourg de Paris77 ». Le maire de Piriac y voit une entrave au développement balnéaire, car avec des changements successifs à La Baule et à Guérande, « bien des familles hésitent et même renoncent à venir en villégiature à Piriac et dans les stations voisines à cause des difficultés d’accès78 ». La venue sur les sites ne cesse de devoir être facilitée. Avec une telle volonté d’ouverture de la part des populations locales, l’implantation d’une population motivée ne paraît que plus facilitée. Il s’agit pourtant d’un mouvement plus complexe qu’en apparence, qui a su profiter tant du contexte local que du contexte extérieur.

Notes

1 Claude Rogère, Une Thérapeutique d’autrefois : le traitement de la rage par les bains de mer à Dieppe, 1973, p. 6.

2 Pascal Cuvelier, Anciennes et nouvelles formes de tourisme : une approche socio-économique, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 45.

3 Nicolas Galland, « De l’héliothérapie à la thalassothérapie », La Santé et la mer en Bretagne, Rennes, Institut de Bretagne/Skol-Uhel ar Vro, p. 102-103.

4 Jules Michelet, La Mer, Paris, Gallimard, 1983 [1re éd. 1860], p. 309-310.

5 Lettre à Charles du 21 août 1858, Jules Michelet, Correspondance générale, t. VIII 1856-1858, Paris, Honoré Champion, 1998, p. 747.

6 Gustave Grandpré, Promenade au Croisic, Paris, Corbet Éd., 1828, p. 4.

7 Émile Zola, « Une malade », Contes et nouvelles, Paris, Gallimard, 1976, p. 275 ; une première version de cette histoire est parue dans Le Petit Journal du 1er juin 1865.

8 John Travis, The Rise of the Devon Seaside Resorts 1750-1900, Exeter, University of Exeter Press, 1993, p. 7.

9 Philippe Clairay, Les Stations balnéaires de Bretagne : des premiers bains… à l’explosion touristique des années 1960, thèse de doctorat Histoire, Université de Rennes 2, 2003, p. 56.

10 Archives départementales de Loire-Atlantique, 1 M 1352, notice sur les eaux minérales de l’arrondissement de Paimbœuf, du 27 août 1823.

11 Pierre Guillaume, Du désespoir au salut : les tuberculeux aux 19e et 20e siècles, Paris, Aubier, 1986, p. 140-142.

12 Archives départementales de Vendée, 1 O 616, lettre du sous-préfet des Sables-d’Olonne au préfet de Vendée, du 15 octobre 1887.

13 Cité par Jean-Bernard Vighetti, La Baule et la presqu’île guérandaise, t. I, La naissance des bains de mer, Nantes/Laval, Siloë, 2003, p. 102.

14 Guides historiques, descriptifs et pratiques de la Presqu’île de Quiberon et de Belle-Île, ESSI de Quiberon, sans date, non paginé.

15 Arrêté du maire de Batz-sur-Mer, du 5 juin 1938.

16 Jules Michelet, op. cit., p. 50.

17 Jean-Paul Champseix, L’Image de la Bretagne et du Breton dans la littérature et la paralittérature française d’audience nationale de Chateaubriand à Bécassine, thèse de doctorat Sémiologie, Université de Paris X, 1984, p. 344-345.

18 La France maritime, 1852, p. 163, cité par Philippe Jacquin, « Les hommes de pierre », Gérard Le Bouëdec et François Chappé (dir.), Représentations et images du littoral, Rennes, PUR, 1998, p. 92.

19 Philippe Jacquin, op. cit., p. 95.

20 Christophe Hellec, La Mémoire des voyageurs en Morbihan ; représentations du littoral morbihannais depuis la Vilaine jusqu’à la Laïta au travers des relations de voyageurs extérieurs à la Bretagne de Alfred Jouvin de Rochefort (fin xviie siècle) à Alexandre Nicolaï (fin xixe siècle), mémoire de maîtrise Histoire, Université de Bretagne-Sud, 2002, p. 131.

21 Antonin Nicol, Les Grands guides des Pyrénées de 1787 à 1918, Oloron-Sainte-Marie, Monhélios, 2002, p. 14-17.

22 Service historique de la Marine de Vincennes, CC5696, lettre du ministre de la Marine au préfet maritime de Rochefort, de septembre 1884.

23 Bertall, Les Plages de France, Paris, Marpon et Flammarion, 1880, p. 5.

24 Côtes bretonnes et vendéennes, de la Vilaine à Olonne ; Guide du baigneur, Nantes, Imprimerie moderne, 1895, p. 1.

25 Johan Vincent, « La naissance du phénomène balnéaire et de ses stratégies en Bretagne-Sud et en Vendée », Les stations balnéaires du Nord-Ouest européen, Publications de la Sorbonne, à paraître.

26 Jongkind, hors-série de Connaissance des Arts, 2004, p. 54.

27 Archives départementales du Morbihan, 8 M 132, lettre du Comité touristique de la Presse internationale au maire de Saint-Gildas-de-Rhuys, du 4 avril 1932.

28 Daniel Nordman, « Les Guides-Joanne, ancêtres des Guides bleus », Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, t. II La nation, Paris, Gallimard, 1986, p. 536.

29 Giogia Ceriani, Rémy Knafou et Mathis Stock, « Les compétences cachées du touriste », Sciences Humaines, janvier 2004, p. 29.

30 Jean-Michel Derex, « Pour une histoire des zones humides en France (xviie-xixe siècle) », Histoire et Sociétés rurales, 1er trim. 2001, p. 24-25.

31 Auguste Brizeux, Marie, La Digitale, 1980, p. 70 ; la première édition est de 1831, datée de 1832.

32 Émile Auzou, La Presqu’île guérandaise ; étude géographique, historique et économique ; manuel des touristes et des baigneurs, Paris, Plon, 1897, p. 160.

33 Côtes bretonnes et vendéennes…, op. cit., p. 37.

34 Mariele et Pierre Aucante, Les Braconniers ; Mille ans de chasse clandestine, Paris, Aubier, 1983, p. 163.

35 Christian Estève, « Le droit de chasse en France de 1789 à 1914 : conflits d’usage et impasses juridiques », Histoires et sociétés rurales, 1er trim. 2004, p. 98.

36 Muriel Geny-Mothe, La Chasse aux oiseaux migrateurs dans le Sud-Ouest : le droit face à la tradition, Aspet, PyréGraph, 2000, p. 313.

37 Didier Cadiou et Jean-Jacques Kerdreux, « L’avifaune de la mer d’Iroise », Avel Gornog, 2003, p. 22.

38 Johan Vincent, Les Paradis de papier ; Les sites selon les guides et les récits de voyage, de Lorient à Saint-Nazaire (début xixe siècle-1945), mémoire de DEA Histoire, Université de Rennes 2, 2000, p. 4-5.

39 M. L. de Serbois, Souvenirs de voyages en Bretagne et en Grèce, Paris, Adrien Le Clerc et Cie/C. Dillet, 1864, p. 10-11.

40 Louis Veuillot, Œuvres complètes t. VII, Paris, Lethielleux, 1926, p. 411.

41 M. L. de Serbois, op. cit., p. 19.

42 Gustave Flaubert, Voyage en Bretagne ; Par les champs et par les grèves, Paris, Complexe, 1989, p. 10-11.

43 On se reportera à l’article de Catherine Bertho, « L’invention de la Bretagne ; genèse sociale d’un stéréotype », Actes de la recherche en sciences sociales n°35, 1980, p. 45-62, pour comprendre les différentes étapes chronologiques des écrits sur la Bretagne au xixe siècle.

44 Friedrich Wolfzettel, Le Discours du voyageur ; pour une histoire littéraire du récit de voyage en France, du Moyen Âge au xviiie siècle, Paris, PUF, 1996, p. 301 ; l’ouvrage de Charles L Batten Jr est titré Pleasure Instruction. Forn and Convention in 18th Century Travel Literature, 1978.

45 Charles Seignobos, Histoire de France, Lavisse, p. 462, cité par L. Serant, Le Front de colonisation ; station balnéaire de La Baule, Université de Nantes, 1948, p. 41.

46 Hippolyte Taine, Voyage aux Pyrénées, 1858, p. 283, cité par Daniel Nordman, « Les Guides Joanne, ancêtres des Guides Bleus », Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, La nation vol. I, Paris, Gallimard, 1986, p. 536.

47 A. Riou, Promenades dans le Finistère, Brest/Quimper, Lefournier/Salaun, sans date (1880 ?), p. 75.

48 J.-M. Ledivellec, La Presqu’île de Rhuis en Bretagne ou le canton de Sarzeau ; Guide des baigneurs et des touristes, Vannes, J.-M. Galles, 1864, p. 2.

49 Marcel Proust, Jean Santeuil, Paris, Gallimard, 1971, p. 354-355.

50 Côtes bretonnes et vendéennes, de la Vilaine à Olonne ; Guide du baigneur, Nantes, Imprimerie Moderne, 1895, p. 11.

51 La Bretagne contemporaine, Grenoble/Aubenas, Éd. des 4 seigneurs/Éd. de Bellande, 1977 [1re éd. 1865].

52 L. Trottier, Pour un nouveau cadre d’analyse du tourisme : la culture postmoderne, mémoire de maîtrise Sociologie, Université du Québec, 1993, cité par Marc Laplante, L’Expérience touristique contemporaine, fondements sociaux et culturels, Québec, Presses de l’Université du Québec, 1997, p. 96.

53 Johan Vincent, Les Paradis de papier…, op. cit., 2000.

54 Edouard Richer, Voyage pittoresque dans le département de la Loire-Inférieure, Paris, Éd. du Palais-Royal, 1823, p. 715.

55 Gustave Flaubert, op. cit., p. 199.

56 Eugen Weber, La Fin des terroirs ; La modernisation de la France rurale (1870-1914), Paris, Fayard, 1983, p. 286.

57 Délibération municipale de La Tranche-sur-Mer, du 25 avril 1852.

58 Délibération municipale de Damgan, du 29 septembre 1850.

59 Délibération municipale de Clohars-Carnoët, du 28 août 1886.

60 Archives départementales du Finistère, 3 S 69, rapport de l’ingénieur ordinaire des Ponts-et-Chaussées sur la demande d’un bac charretier à Bénodet, du 28 août 1866.

61 Délibérations municipales de Saint-Brevin, des 17 octobre 1872 et 3 août 1876.

62 Délibération municipale de Port-Louis, du 17 septembre 1848.

63 Délibération municipale de Saint-Brevin, du 19 août 1894.

64 Paul Joanne, Itinéraire général de la France : la Loire, Paris, Hachette, 1900, p. 337.

65 Délibération municipale de La Trinité-sur-Mer, du 13 août 1882.

66 Christophe Belser, Le Passage du Gois, Montreuil-Bellay, CMD, 1999, p. 33-35.

67 Archives départementales de Loire-Atlantique, 532 S 29, pétitions au préfet de Loire-Inférieure, du 13 décembre 1853 (47 signatures) et de février 1859 (14 signatures).

68 Archives départementales de Vendée, S 869, N. Rabouin O’Sullivan, Chemin de fer de Napoléon-Vendée, de Tours aux Sables-d’Olonne, Napoléon-Vendée, Imprimerie Ivonnet, 1854, p. 3.

69 Ludovic de L’Étang, « Avantages qui résulteraient pour la région sud du département du Morbihan de l’établissement d’une voie ferrée étroite sur la route de Vannes à Port-Navalo », Nouvelliste du Morbihan du 8 avril 1900.

70 Délibération municipale du Croisic, du 19 juillet 1862.

71 Délibérations municipales de Saint-Hilaire-de-Riez, des 28 mars 1872 et 20 juillet 1879.

72 Service historique de la Marine de Vincennes, CC5580, rapport du commissaire de l’Inscription maritime des Sables sur la pêche, du 9 juin 1866.

73 Délibération municipale de Douarnenez, du 20 août 1882.

74 Marcel Calvez, L’Inauguration – mouvementée – du chemin de fer d’Auray à Quiberon le dimanche 23 juillet 1882, 1982, non paginé.

75 Archives départementales de Vendée, S 869, L’Atlantique à 12 heures de Paris par le chemin de fer de Tours aux Sables-d’Olonne, Loudun, Imprimerie Ernest Mazereau, 1861, p. 13.

76 Délibération municipale de Penmarc’h, du 12 janvier 1913.

77 Le Tourisme ; notice sur Pornic, son histoire, ses monuments, ses plages, ses environs, Tours, Juliot, 1886, p. 9.

78 Délibération municipale de Piriac-sur-Mer, du 10 juillet 1927.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search