Version classiqueVersion mobile

L'implicite dans la nouvelle de langue anglaise

 | 
Laurent Lepaludier

L’implicite dans « Swans » de Janet frame : lecture linguistique

Catherine Paulin

Texte intégral

1Le lieu, le temps et les événements ne semblent pas être au cœur du message de la nouvelle « Swans ». Le co-énonciateur comprend très tôt que la sortie à la plage, l’événement, représente, implicitement, un autre voyage dans un monde mystérieux. Le voyage est présenté comme un rite de passage d’un monde à un autre, du dedans vers le dehors, de l’ordinaire vers l’étrange :

it was as if they were walking into another world that had been kept secret from everyone and now they had found it. (l. 225-7)

2La structure circulaire du texte et le mouvement du dedans vers le dehors puis inversement du dehors vers le dedans sont clairement posés dans l’incipit et dans le dernier énoncé :

They were ready to go. (l. 1)
But when they got home Gypsy was dead. (l. 259)

  • 1 En langue, les expressions métaphoriques pour dire la mort ayant comme verbe support go ou depart s (...)
  • 2 Kerbrat-Orecchioni, Catherine, L’implicite (Paris, Armand Colin, 1986). « Les présupposés ne peuve (...)

3Le contenu propositionnel du tout premier énoncé « they / be ready to go » sous-entend, de manière indirecte, la mort du chat grâce à la polysémie du verbe « go1 », qui, dans un sens métaphorique, renvoie à la mort. Nous parlerons ici de sous-entendu qui n’existe qu’à « l’état de virtualité latente », décodable par inférence2. L’implicite de la nouvelle passe, si l’on s’en tient à la théorie des tropes, par de nombreuses métaphores ou représentations indirectes qui consistent à parler d’une chose en termes d’une autre, dans ce cas précis à fournir une représentation de la mort :

  • le train qui rouille : « and the carriages would be empty and slowly rusting as if the people in them had come to an end and could never go back » (l. 85-6).la pelote de laine qui arrivera nécessairement à sa fin (l. 100).
  • le sommeil : « And Fay and Totty would yawn as if nothing in the world would keep them awake and Mother would say, knowingly and fondly, the dustman’s coming to someone. » (l. 109-12).
  • « the desolate crying sound of sea » (l. 128).
  • le sable dans lequel les fillettes s’enterrent : « and getting buried and unburied, going dead and coming alive like the people in the Bible » (l. 187-8).
  • le crabe mort : « and your baby crab dead and salty and stiff » (l. 221-2)3.
  • les cygnes noirs : « the swans, black and shining... » (l. 244-5).

4L’isotopie de la mort se trouve connotée dans des représentations métaphoriques mais aussi dénotée à plusieurs reprises. Nous parlerons de connotation métaphorique pour la rouille qui marque le passage du temps, pour la pelote de laine qui a nécessairement un début et une fin, pour les sons désolés, tels des pleurs, qu’émet la mer, ou encore pour la robe noire des cygnes — le noir, dans la doxa, renvoyant à l’idée de deuil et de mort. il n’y a pas là métaphore proprement dite mais connotation métaphorique puisque l’image de la rouille, de la pelote, des sons désolés émis par la mer ou de la robe noire des cygnes vient s’associer à celle de la mort dénotée par des lexèmes tels que come to an end, get buried, go dead... En revanche, le contenu sémantique dérivé semble occuper le premier plan et être promu en contenu dénotatif pour ce qui est du sommeil et du fait que les fillettes s’enterrent dans le sable.

  • 4 Catherine Kerbrat-Orecchioni, L’implicite, op. cit., p. 96.

le trope n’est identifié comme tel qu’à partir du moment où s’opère, sous la pression de certains facteurs co(n)textuels, ce renversement de la hiérarchie usuelle des niveaux sémantiques : sens littéral dégradé en contenu connoté, sens dérivé promu en contenu dénoté4.

  • 5 Ibid., p. 270.

Rappelons qu’un contenu sous-entendu peut soit venir s’ajouter, sous la forme d’une connotation (additionnelle et marginale) au contenu littéral, soit venir se substituer à celui-ci, et lui subtiliser son rôle dénotatif : il y a alors constitution d’un trope5.

  • 6 Cf. l. 21, 213, 216, 224,227, 245.

5Le noir et l’obscurité sont des notions récurrentes qui encadrent le texte6 ; elles renvoient implicitement dans la doxa et en langue, à la mort. Le sens est dérivé implicitement car il semble que la mort soit le véritable objet du dire. Ce sont des sens dérivés en langue et non en discours au sens où le contenu dérivé est stable et présupposé par la doxa. Faut-il encore parler d’implicite dans ce type de cas ou simplement de sens associatif puisque, comme dans celui des métaphores lexicalisées, nous sommes confrontés à la polysémie du signe qui échappe à la problématique de l’implicite du texte, le sens actualisé étant explicite non seulement en discours mais aussi en langue, pour toute la communauté linguistique ? Inversement, on lit : « They were ready to go in their next best to Sunday best », implicitement, le co-énonciateur entend en discours, que les fillettes portent leurs beaux vêtements, ceux qu’elles porteraient pour se rendre à une cérémonie funéraire. De même : « They covered Gypsy and each one patted her », il s’agit bien de couvrir la chatte mais implicitement le co-énonciateur se représente un linceul. Ou encore : « I promise, /.../, we’ll be back », implicitement, le co-énonciateur entend la promesse que l’on fait à un mourant.

Modalisation et dimension implicite

  • 7 Catherine Kerbrat-Orecchioni, op. cit., p. 65.

6Les contenus verbaux, loin de se limiter aux lexèmes, sont relayés à la surface de l’énoncé, par les marqueurs d’opération, au niveau grammatical et syntaxique. Nous tenterons de voir en quoi la modalisation s’inscrit dans la dimension implicite du texte. Si l’on considère que tout énoncé se décompose en contenu pro- positionnel que l’on peut représenter en termes de relation prédicative S/P et valeur illocutoire, la modalisation fait partie de la seconde dimension qui « permet à l’énoncé de fonctionner comme tel ou tel acte de langage déterminé7 ».

  • 8 Ibid., p. 68.

Il arrive fréquemment que l’on constate au sein d’un même énoncé la présence simultanée de deux (ou plus) valeurs illocutoires hiérarchisées, dont l’une peut être dite « littérale », « primitive », « directe » ou explicite », et l’autre (ou les autres) « seconde », « dérivée », « indirecte » ou « implicite »8.

7Totty annonce à sa mère, la voix remplie d’angoisse : « Mum, quick, I’ve found Gypsy and her head’s down like all the other cats and she’s dying I think. » Certes, le contenu propositionnel de cet énoncé injonctif dans « Mum, quick » puis assertif est explicite. Cependant, il semble que le présupposé soit ambigu : faut-il comprendre que d’ordinaire, lorsqu’elle va bien, Gypsy ne tient pas sa tête comme les autres chats, ou, qu’en dépit de la position normale et habituelle de sa tête, la petite Totty sait qu’elle va mourir. Cette ambiguïté repose sur la polysémie du connecteur AND. Du point de vue illocutoire, l’énoncé à une valeur d’incitation à venir en aide à Gypsy qui est explicite dans l’injonction « Mum, quick » et qui est immédiatement suivie d’effet. Totty commente le relation prédicative SHE/DIE en employant la forme périphrastique BE-ING qui a, d’une part, une valeur aspectuelle explicite et qui, d’autre part, et surtout en présence du verbe lexical modalisateur et métalinguistique think, a également une valeur modale. Le prédicat est affirmé du sujet comme une quasi-certitude pour Totty ; le sous-entendu implicite étant que Totty sait ce que sa mère ne sait pas. La valeur modale de BE-ING ne possède pas de forme sui generis et faut-il alors parler de valeur dérivée compatible avec la valeur aspectuelle dite primitive ?

  • 9 Ibid., p. 74.

Les valeurs illocutoires dérivées de ce type ont la propriété d’être compatibles avec la v.i primitive de l’énoncé, qu’elles précisent et enrichissent, sans l’annuler. Nous dirons qu’il s’agit là, toujours, de sous-entendus illocutoires, plus ou moins clairs au demeurant9.

8Dans ce cas précis, nous parlerons d’une valeur illocutoire primitive qui serait : « il faut faire quelque chose » et d’une valeur illocutoire dérivée, compatible avec la première, de reproche : « pourquoi faut-il que tu ne le saches pas alors que tu devrais le savoir ? ». Cette appréhension de l’implicite est corroborée par le co-texte : « Mother always said things would be all right, cats and birds and people even, as if she knew, and she did know too, Mother always knew. »

9A propos du modal WOULD (WILL + -ED), nous dirons de -ED qu’il est dû, non seulement à la cohésion discursive puisque le verbe de la matrice est en -ED, mais également que -ED a une valeur modale : l’implication étant que les choses — terme générique — ne peuvent pas toujours s’arranger comme le prétend la mère de Totty. De surcroît, le présupposé qu’entraîne l’emploi du connecteur hypothétique complexe AS IF dans « as if she knew » est « she did not know », ce qui est repris par AND dans « and she did know too », qui, dans le co-texte a une valeur adversative. La mère des fillettes a tout d’abord prétendu — sans s’en être assurée — que tout irait bien pour la chatte : « pussy will be all right » (l. 17). Néanmoins (l. 44), elle emploie en discours direct la forme faible ‘LL : « pussy’ll be all right now », ce qui, implicitement, lui permet de corriger la position assertive qui avait initialement été la sienne. L’ajout de now implique que, même d’après elle, il fallait d’abord faire quelque chose — donner du lait à Gypsy et la couvrir — pour pouvoir dire qu’elle irait bien.

Quelques liens entre linguistique, lecture psychanalytique et implicite du texte

10Au niveau du signifiant, le mot mother inclut other ; or, la mère, bien qu’elle soit omniprésente et qu’elle suive les événements de l’intérieur, est cette autre à qui les fillettes ne peuvent pas totalement se fier. A contrario, le père qui est absent, à l’extérieur de leur univers, est idéalisé, à l’image de Dieu le Père :

I wish today is always but Father too. (l. 196)

Dad said, and he knew. (l. 60)

It was strange without him for he always managed. He got the tea and the fizzy drinks and the sandwiches and he knew which station was which and where and how, but Mother didn’t. (l. 71-4)

11Le père incarne la connaissance et la certitude. Son absence implique que la connaissance soit différée, à l’extérieur de l’univers des fillettes et qu’un sentiment d’angoisse existentielle règne :

and Fay thought for a moment, what if there is no sea either and no nothing ?
(l. 140-1)

12Cette représentation de la mère, du père, n’est pas sans nous rappeler les théories psychanalytiques selon lesquelles la femme, la mère, privée de phallus est aussi privée de signifiant. Or, l’inconscient, qui ne serait pas géré par une logique herméneutique de compréhension du tout en fonction de ses parties, est le domaine de la signification primaire et originaire, celle du signifiant. La mère est présentée comme ignorante de ce qu’elle sait, incapable d’anasémie, de faire remonter la connaissance recouverte mais non supprimée. Dans la langue, la négation est un substitut du refoulement :

— Yes, kiddies, Mother said, now that’s strange, I’m sure I remembered what your father told me, but I couldn’t have, but I’m sure I remembered. Isn’t it funny.
(l. 165-8)

13Prisonnière de son incertitude ou du refoulement de ce qu’elle sait, elle utilise dans son discours des marqueurs de modalité épistémique :

— Oh look, the Beach is coming, it must be coming. (l. 82)

  • 10 Ses propos ne s’appuient plus sur la réalité. L’ajout du modal montre que c’est l’état de conscien (...)

14Dans cet énoncé, elle commence par asserter l’actualisation de la relation pré- dicative THE SEA/COME. Grâce à l’emploi de l’opérateur d’existence BE et du prédicat en -ING, elle attribue une caractéristique au sujet grammatical BEACH. Cependant, elle commente ses dires immédiatement après et introduit le modal MUST qui traduit le doute dans lequel elle se trouve et le besoin qu’elle éprouve d’être rassurée10. Son incertitude et sa méconnaissance des lieux font qu’elles finissent par aller à la mauvaise plage, ‘the wrong sea’, syntagme nominal répété à plusieurs reprises (l. 160, 163, 164). L’adjectif wrong permet d’établir un lien entre connaissance et vérité, ce que ne permet pas directement l’adjectif français mauvais puisque ce qui est mauvais n’est pas nécessairement faux. Néanmoins, elle est capable de guider ses filles vers une vraie plage, qui n’est toutefois pas la bonne plage où les aurait guidées le père :

  • 11 Le surlignement est le nôtre et tel sera le cas chaque fois qu’un mot ou un groupe de mots sont so (...)

But the sea roared in their ears, it was true sea11, look it was breaking white on the sand. (l. 142-3)

So it was all right really, it was a good sea. (l. 173)

  • 12 Adjectifs appréciatifs au sens où « ils ne font que marquer la façon dont la conscience qui juge ( (...)

15Le déterminant zéro et le déterminant A renvoient à la notion. Ce sont les adjectifs qualificatifs, de type appréciatif12, qui permettent de requalifier la notion sea mais qui, n’étant pas des marqueurs d’opération, n’établissent pas de repérage par rapport à la situation dans laquelle se trouvent les personnages. En d’autres termes, la mère est capable de les emmener à une belle plage qui n’est pas « bonne » pour elles puisqu’elles ne peuvent se baigner :

[...] but you couldn’t go in swimming.
— Not in this sea, Mother said firmly. (l. 180)

16Les termes prédicatifs dans le champ notionnel de la connaissance apparaissent souvent accompagnés du marqueur de négation NOT :

I’m sure I remembered what your father told me, but I couldn’t have. (l. 165-8)
he (Father) knew which station was which and where and why and how, but Mother didn’t. (l. 74)
and she said, I’m sure I don’t know, kiddies. (l. 78)
The others had gone to work I suppose. I don’t know. But here we are. (l. 114-5)
I didn’t know it would be like this. Oh, things are never like you think, they’re different and sad. I don’t know. (l. 168-9)

17La mère n’a pas l’accès à la connaissance, soit par elle-même, soit du point de vue des filles. Dans les exemples précédents, il s’agit de négation simple ou encore de négation prédicative :

  • 13 Laurent Danon Boileau, Le Sujet de l’Enonciation, op. cit., Chapitre II « Dénégation, négation et (...)

La négation simple, c’est la négation hors système interactif. La négation modale (ou polémique) c’est la négation en système interactif13.

18Soit la mère sait, soit elle ne sait pas :

Pour reprendre l’opération de la négation par exemple, sa mise en œuvre en système définit une logique du ou inclusif, tandis que sa mise en œuvre hors système définit en revanche une logique du ou exclusif.

19En sytème, « négation » et « affirmation » sont opposées mais non disjointes : il y a réversibilité. Comme dans la logique du système primaire : la négation ici a partie liée avec l’affirmation.

  • 14 Ibid., p. 39.

20Hors système, cette fois, « négation » et « affirmation » sont mutuellement exclusives l’une de l’autre, comme l’exige la logique du système secondaire14.

21Cette approche de la négation est intéressante lorsqu’on constate que le père qui détient la connaissance est mis en relation au monde extérieur, à la connaissance en général et que les fillettes construisent un questionnement à partir de la figure paternelle :

and Father showing this and that and telling why. Why ? Did anyone in the world ever know why ? Or did they just pretend to know because they didn’t like anyone else to know that they didn’t know ? Why ? (l. 201-6)

22Or, dans « because they (people) didn’t like anyone else to know that they didn’t know », la négativité est fondée sur une positivité préalable « they like anyone else to know that they know » qui n’est pas un jugement de réalité. Dans ce cas là, la négation sert de modalisateur de discours et il ne s’agit pas d’un jugement sur une réalité extérieure.

23Le marqueur de négation lexicale NO met en place, du point de vue de Fay, une forme de négation modale dans l’énoncé « what if there is no sea and no nothing ? ». Fay part de l’affirmation « there is a sea » pour ensuite la nier : « there is no sea » et finalement pour remettre en question cette négation grâce au marqueur d’hyptothèse IF. De même, elle part de l’existence de « things » pour nier leur existence et finalement remettre en cause cette négation. Il nous semble possible dans ce cas de parler de négation modale au sens où Fay ne souscrit pas au contenu de pensée qu’elle énonce, et, même si elle emprunte une négation simple et une double négation que nous attribuons au registre, cet énoncé est polémique : Fay rentre dans l’espace dialogique, elle interroge le co-énonciateur qui peut avoir une pensée différente de la sienne. L’interprétation modale de la négation dans cet énoncé est corroborée par la présence d’adjectifs appréciatifs et d’un modifieur à valeur qualitative plus loin dans le texte : « true sea » (l. 141) ; « the wrong sea » (l. 160/3/4) ; « a good sea » (l. 173) ; « a distinguished sea » (l. 181) ; « a lovely one » (l. 182) ; « the right kind of sea » (l. 184). La modalisation qui émane tantôt de l’un des protagonistes, tantôt de la voix narrative, le changement de discours direct/indirect ainsi que le flottement de la focalisation renforcent l’impression que le lecteur a d’être dans un « entre deux », tout comme cette plage « this sea » (l. 180), est située dans un lagon, entre terre et « vraie » mer.

Tension entre marquage et effacement de la subjectivité

  • 15 A titre d’exemple, this sea, l. 180.
  • 16 Ligne 60 : « [...], Dad said, and he knew, [...] », nous remarquons que le verbe know est en itali (...)

24Nous avons vu que la modalisation, au niveau grammatical comme au niveau lexical, la négation modale, la virtualisation ainsi que la présence de déictiques15confèrent au discours une dimension pragmatique qui dépasse très largement le cadre référentiel. La dimension rythmique et phonique — voire corporelle - du discours met également en texte une dimension pragmatique hautement emprunte de subjectivité : la pensée se fait son et se fait corps16.

25Dès la première ligne, nous remarquons le rythme ternaire (« Mother and Fay and Totty ») — cette séquence est répétée lignes 51-2 — qui est développé des lignes 3 à 5 dans la description qui est faite des personnages :

Mother with her straw hat on with shells on it and Fay with her check dress that Mother had made, and Totty, well, where was Totty, a moment ago she was there.

26Totty est le troisième et dernier élément de ces énumérations, elle est ainsi mise en relief, ce qui est justifié par le fait que c’est elle qui s’est aperçue que la chatte Gypsy était sur le point de mourir. Très vite, le lecteur remarque la haute fréquence du rythme ternaire dans des séquences dans lesquelles trois contenus propositionnels ou trois syntagmes sont juxtaposés ou coordonnés. Nous proposons ci-dessous une liste non exhaustive mais représentative :

  • l. 11-2 : I’ve found Gypsy and her head’s down like all the other cats and she ‘s dying I think
  • l. 33 : slaters and earwigs and spiders
  • l. 44-5 : cats and birds and people even
  • l. 60-1 : and the rabbits and cows and bulls
  • l. 72-3 : the tea and the fizzy drinks and the sandwiches
  • l. 92 : for hat and coat and case
  • l. 132 + 240-1 : near merry-go-rounds and swings and slides
  • l. 148-52 : and the little girls running up and down plopping and plopping and picking and prying and touching and listening
  • l. 181-3 : It was a distinguished sea, oh and a lovely one, noisy in your ears and green and blue and brown where the seaweed floated. Whales ? Sharks ? Seals ?
  • l. 222 : Everything was warm and secure and near
  • l. 254 : watching and sleeping and watching
  • l. 255 : peace and warmth and calm

27Il nous apparaît que cette mise en relief de trois étapes successives ne crée pas de tension particulière, qu’elle est sans évaluation affective ou axiologique particulière.

  • 17 Lucie Gournay et B. Trotignon, « Child of God de Cormac Mac Carthy », in Catherine Bernard et Luci (...)

28On a la structure en A and B and C : ce type d’énumération dite « emphatique » va de pair avec une narration construite par rapport à un point de vue interne à la situation décrite, et apparaît dans les contextes où l’on trouve par exemple des verbes de perception, de cognition. L’opérateur de coordination sert à établir et expliciter une relation d’homogénéité entre les éléments perçus, les uns après les autres. Il n’y a pas d’anticipation de la fin d’une liste, juste un renvoi à une succession d’occurences qui sont mises sur le même plan17.

29 Cependant, assortie de répétitions lexicales, d’assonances et d’allitérations, ou, en d’autres termes, du retour du même, elle a sur le co-énonciateur lecteur un effet angoissant et suscite une certaine crainte. La chaîne des signifiants semble être le reflet d’une pensée infra-verbale, d’une intuition forte qui est implicitement partagée avec le lecteur, celle de la mort de Gypsy.

30L’énoncé le plus elliptique qui soit, « Gypsy » (l. 146), fonctionne de manière comparable : le lecteur fait une pause et infère l’annonce de la mort de la chatte.

31Le rythme binaire est loin d’être absent du discours dans lequel il génère une tension entre deux pôles, voire une réflexion existentielle dont la portée dépasse de très loin le cadre référentiel :

  • l. 79-81 : but she was big and warm and knew about cats and little ring- eyes, and Father was hard and bony and his face prickled when he kissed you.
  • l. 102-3 : to show that you were you and not the somebody else you feared you might be.
  • l. 141 : what if there is no sea either and no nothing ?
  • l. 168-9 : (Oh, things are never like you think), they’re different and sad.
  • l. 187-8 : and getting buried and unburied, going dead and coming alive like people in the Bible.
  • l. 213-5 : and the darker the world outside got the safer you felt, for there were Mother and Father always, for ever.
  • l. 232-3 : Mother was sad and quiet, the wrong sea troubled her.

32Cette tension créée par le rythme est accentuée par la présence de léxèmes qui rentrent dans un rapport d’antonymie ou de forte opposition sémantique : big/bony ; hard/warm ; buried/unburied ; dead/alive ; dark/safe...

33Le caractère fortement rythmé du texte — alternance entre rythme ternaire et rythme binaire —, les nombreuses répétitions ainsi que les interrogations donnent une dimension pathétique au discours. De surcroît, la syntaxe parataxique — juxtaposition ou coordination — appelle de manière implicite à l’émotion le co- énonciateur universel qui se sent interpellé.

34Le point de vue est clairement celui des fillettes dans des passages stylistique- ment marqués par l’abondance d’éléments onomatopéiques ou idéophoniques, comme, par exemple :

  • l. 62-4 : and the houses that came and went like a dream, clackety-clack, Kaitangata, Kaitangata
  • l. 147-51 : ( le verbe idéophonique plop est répété six fois).

35ainsi que par celle de métaphores anthropomorphiques ou animistes, par exemple :

  • l. 64 : the train stopping and panting
  • l. 29-30 : a slater with hills and valleys on his back fell to the floor
  • l. 45-6 : Mother always said things would be all right, cats and birds and people even
  • l. 66 : the huge rubber hose to give the engine a drink
  • l. 83 : The train stopped with a jerk and a cloud of smoke as it had died
  • l. 128 : the desolate crying sound of sea

36ou encore par une syntaxe minimale d’où sont absents les subordonnants.

37Les moyens mis en œuvre pour re-présenter le discours enfantin que nous venons de voir, sont suffisamment stéréotypiques pour décontextualiser le message : le co-énonciateur universel, inscrit dans la « normalité », découvre l’histoire d’un voyage initiatique dont la finalité est peut-être bien l’acceptation de la mort inscrite dans le parcours de tout être vivant.

38Parallèlement aux nombreux indices de subjectivité que nous avons relevés, nous constatons que certains passages narratifs sont à la troisième personne et sont dominés par l’emploi du prétérit simple et du perfect qui permet de mettre en relation les procès selon un point de vue subjectif, certes, mais tout de même selon un mode constatif. Par exemple (l. 126-31) :

They raced on ahead of Mother, eager to turn the desolate crying sound of sea to the more comforting and near sight of long green and white waves coming and going for ever on the sand. They had never been here before, not to this sea. They had been to other seas [...]

39Des lignes 142 à 153, les verbes sont tout d’abord au preterit simple, les fillettes sont délocutées : « But the sea roared in their ears » (l. 142) ; le point de vue est quelque peu indécidable mais, implicitement, c’est celui de Fay puisque tout le paragraphe est à relier à ce qui précède : « and Fay thought for a moment, what if there is no sea either and no nothing ? » (l. 141). Deux points de vue subjectifs sont représentés, celui du narrateur qui interpelle le co-énonciateur et celui du sujet identifié Fay. La pensée intérieure de Fay relayée par « Gypsy » (l. 147), entraîne un changement de temps verbal et le passage au présent situationnel. La situation représentée est décrite selon la vision subjective du domaine de référence, selon le point de vue de la fillette. L’emploi du présent permet (l. 153), immédiatement après ce passage ancré dans le référentiel, d’élargir la portée du discours ; le point de vue redevient quelque peu indécidable, dans un énoncé détaché du paragraphe qui précède et du dialogue qui suit : « But it cannot go on for ever ». Plutôt que d’analyser le sujet grammatical IT comme une proforme à portée anaphorique large, de reprise de tout le paragraphe précédent (l. 142-52), nous l’analyserons comme un indéfini sans portée endophorique ou référentielle précise et gloserons l’énoncé comme suit : « But there isn’t anything that can go on for ever », lui conférant ainsi une portée universelle qui dépasse de loin l’engagement subjectif de Fay.

40Les opérateurs de parcours EVER, NEVER et ALWAYS sont très récurrents dans le texte et contribuent à l’effet d’effacement de la subjectivité et d’universalisation du discours. A titre d’exemples :

  • l. 83-5 : The train stopped with a jerk... as if it had died and would never go anywhere else
  • l. 96-8 : and the carriages would be empty and slowly rusting as if people in them had come to an end and could never go back
  • l. 129-31 : long green and white waves coming and going for ever on the sand
  • l. 136 : but Mother cared always
  • l. 168-9 : Oh, things are never like you think, they’re different and sad.

41Le fait que la référence au père et à la mère se fasse par l’appelation « Father » et « Mother », qu’ils ne soient pas nommés autrement que par leur « titre », sans déterminant nominal et par conséquent sans repérage instancié à la surface de l’énoncé par rapport aux fillettes, leur confère une dimension prototypique valide hors contexte.

42Dans la nouvelle, le discours direct nous renvoie directement à la situation. Mais, que ce soit dans les passages de dialogue ou dans les passages de narration, la situation est toujours dépeinte selon un point de vue subjectif ; le lecteur, absent du lagon, est lui aussi pris dans un entre-deux, entre perception réaliste de la situation et vision imaginaire, phantasmagorique. Bien que les deux protagonistes ne souhaitent pas grandir et ressembler aux adultes : « and the two little girls knew for sure that never would they grow up and be people in bulgy dresses » (l. 98-9), elles font l’expérience d’un voyage initiatique et prennent un peu conscience du vide, du néant de l’existence qui conduit inévitablement à la mort. Leur propre monde est dominé par leur imaginaire créatif et n’est ni tout à fait illusoire, ni tout à fait réaliste, d’où le nombre important de propositions introduites par le connecteur hypothétique complexe AS IF. Le point de vue est le plus souvent celui des fillettes et, sur un plan stylistique, leur idiolecte — à l’exception des éléments onomatopéiques, des comparaisons et des éléments méta- sémiques — s’apparente à une forme d’effacement énonciatif. En effet, les enfants n’ont pas de prise sur le cours des événements et ne sont pas en mesure de se substituer à leur mère qui ne « sait » pas. La représentation linguistique de cette forme de passivité passe par une série de marqueurs d’effacement subjectif ou, en tout cas, d’une origine subjective distanciée, tels que la nominalisation, l’ellipse, la prédication non verbale, la syntaxe minimale : enchaînement par juxtaposition ou simple coordination. Cependant, le lecteur est en phase avec les deux fillettes et vit les événements avec elles, à leur rythme.

43Bien que les personnages repères soient identifiés — les lieux le sont moins précisément —, que la nouvelle ait un cadre référentiel, le lecteur entend bien autre chose que le sens référentiel des énoncés et est amené à une réflexion existentielle par le centre de conscience du texte : Fay et Totty qui l’entraînent dans leur monde d’enfants, entre réalité et phantasmagorie. Les choix linguistiques révèlent une perception subjective le plus souvent tournée vers le tangible. Certains signes généralement attribués au mode de l’objectivité sont subvertis et participent en fait de la construction subjective.

Bibliographie

Références Bibliographiques

Adam, Jean-Michel, Linguistique textuelle. Des genres de discours aux textes, Paris, Nathan, 1999.

Bernard, Catherine et Lucie Gournay (eds). Littérature/Linguistique. Lectures croisées, Cahiers Charles V, Paris, Université de Paris VII - Denis Diderot, 2003.

Culioli, Antoine, « Sur le concept de notion », in Pour une linguistique de dénonciation, Gap, Ophrys, 1990.

—. « La Négation : marqueurs et opérations », in Pour une linguistique de dénonciation, Gap, Ophrys, 1990.

Danon-Boileau, Laurent, Produire le fictif, Paris, Klincksieck, 1982.

—. Le sujet de dénonciation, Psychanalyse et Linguistique. Gap : Ophrys, 1987.

—. Du texte littéraire à l’acte de fiction : lectures linguistiques et réflexions psychanalytiques, Gap, Ophrys, 1995.

Delmas, Claude, « Négation et sensibilité à la structuration », in La Négation : domaine anglais, Travaux LXI, CIEREC, Saint-Etienne, Université de Saint-Etienne.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine, L’implicite, Paris, Armand Colin, 1986. Meschonnic, Henri, (1982), Critique du rythme : Anthropologie du langage, Lagrasse, Verdier, 1982.

Paulin, Catherine, « Lecture linguistique de Faces in the Water de Janet Frame : et si le texte était à la folie ce que l’extra-lucidité est au délire », Actes du colloque organisé par ALSO (Arts, Littérature et Civilisation des Pays Anglophones), sur le thème de Frontières et syncrétisme, Annales de l’Université de Franche-Comté, 2002.

Vega Y Vega, Jorge Juan, L’enthymène. Histoire et actualité de l’inférence du discours, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2000.

Notes

1 En langue, les expressions métaphoriques pour dire la mort ayant comme verbe support go ou depart sont nombreuses : go (1390), go aloft (1692), go up (1825), go off the hooks (1840), go off the stocks, gone (1595), go to a better land, gone to his reward (1883), go out of the worlds (1697), go out as a fire (1697), go the way of all flesh (1000), go to Davy Jone’s locker (1751), go to Glory (1814), go to one’s last home (1528), go to one’s long account, go to rest (900), go to the pot (1542), go 1» the wall (1589), go out like the snuff o fa candle, go west, depart (1501), depart this life (1340), departure (1558), departure from the scene of life, departure on a long journey.

2 Kerbrat-Orecchioni, Catherine, L’implicite (Paris, Armand Colin, 1986). « Les présupposés ne peuvent être suspendus que par l’action de contextes très particuliers (de type correctif ou plus généralement « méta »), en l’absence desquels ils s’actualisent automatiquement ; les sous-entendus ont au contraire besoin pour s’actualiser véritablement de confirmations cotextuelles ou contextuelles, sans lesquelles ils n’existent qu’à l’état de virtualités latentes. (p. 40-1).

3 Le crabe mort est un élément proleptique de la mort de la chatte.

4 Catherine Kerbrat-Orecchioni, L’implicite, op. cit., p. 96.

5 Ibid., p. 270.

6 Cf. l. 21, 213, 216, 224,227, 245.

7 Catherine Kerbrat-Orecchioni, op. cit., p. 65.

8 Ibid., p. 68.

9 Ibid., p. 74.

10 Ses propos ne s’appuient plus sur la réalité. L’ajout du modal montre que c’est l’état de conscience de la mère qui établit le lien entre sujet et prédicat et que ce lien ne s’appuie plus sur un état de la réalité externe. Cf Laurent Danon Boileau, Le Sujet de l’Enonciation (Paris, Ophrys, 1987), Chapitre II « Dénégation, négation et dialogisme », p. 46-7.

11 Le surlignement est le nôtre et tel sera le cas chaque fois qu’un mot ou un groupe de mots sont soulignés dans le texte de J. Frame.

12 Adjectifs appréciatifs au sens où « ils ne font que marquer la façon dont la conscience qui juge (l’énonciateur) se donne ou ressent ce dont il parle. », Laurent Danon Boileau, Le Sujet de l’Enonciation, op. cit., Chapitre II « Dénégation, négation et dialogisme », p. 49.

13 Laurent Danon Boileau, Le Sujet de l’Enonciation, op. cit., Chapitre II « Dénégation, négation et dialogisme », p. 38.

14 Ibid., p. 39.

15 A titre d’exemple, this sea, l. 180.

16 Ligne 60 : « [...], Dad said, and he knew, [...] », nous remarquons que le verbe know est en italiques, ce qui différencie le « corps » du signe repéré par rapport au père.

17 Lucie Gournay et B. Trotignon, « Child of God de Cormac Mac Carthy », in Catherine Bernard et Lucie Gournay (eds), Litérature/Linguistique. Lectures croisées, Cahiers Charles V (Paris, Université de Paris VII - Denis Diderot, 2003).

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search