Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La foule : mythes et figures

 | 
Jean-Marie Paul

2e partie. La foule et ses triomphes

Quand Reck-Malleczewen prédit La Fin des termites...

Gérard Imhoff

Texte intégral

1Face à des masses prêtes à confondre, en des temps de fermentation politico-religieuse, réforme et révolution, face à l’éclosion d’une kyrielle d’ochlocraties échappant à tout ordo, Luther ne pouvait vouer au zoon politikon qu’une estime limitée, un peu comme Nietzsche qui fustigera, trois siècles plus tard, lors de l’avènement des grandes masses du xixe siècle, ce qu’il appellera la médiocrité générale du « plus grand nombre » (der « Viel-zu-Vielen »), lui opposant l’être d’exception, le surhomme, à la fois aristocrate et sage, détaché des passions humaines, par trop humaines. Le philosophe n’aura que mépris pour l’homme de la masse, à la fois serf dressé pour obéir et esclave de ses propres instincts d’animal grégaire. Et pourtant, en déclarant sur le tard que Dieu était mort et que le monde ici-bas était avant tout volonté de puissance, ce même Nietzsche deviendra l’idole de ces masses anonymes et irresponsables qu’il avait abhorrées, mais auxquelles il aura prêté, par anticipation et à son corps défendant, l’outillage idéologique qui allait leur permettre, un siècle plus tard, d’ébranler jusque dans ses fondations le monde occidental civilisé.

  • 2 Cf. Friedrich Percyval Reck-Malleczewen (1884-1945), Das Ende der Termiten – Ein Versuch über die (...)
  • 3 Il s’agit là, dans le contexte de cette étude, d’un concept avant tout qualitatif et non pas quant (...)

2C’est là, grossièrement brossé, le schéma psycho-historique de l’« homme de la masse », tel qu’il se profilera, dans les grandes lignes, dans toutes ces études fortement empreintes de pessimisme culturel qui ont été entreprises, surtout depuis la fin du xixe siècle, sur les phénomènes collectifs. Alors que pour Goethe « la multiplicité avait été la manière d’exister de l’unité », celle-ci devenait à présent porteuse d’un futur chaos social. Que ce soit chez A. Comte, Le Bon, S. Sighele, G. Tardes, S. Freud (Massenpsychologie und Ichanalyse, 1923), ou J. Ortega y Gasset (La Révolte des masses, 1929), l’« homme pluriel » était présenté comme un être régi essentiellement par ses instincts, avec de forts penchants vers l’irrationalité, et qui était tout à l’opposé de la singularité individuelle, réfléchie, créatrice de culture. À cette liste de savants et de psychologues des faits collectifs nous ajouterons un ancien médecin devenu publiciste, un outsider quelque peu dilettante, originaire des pays coloniaux de l’Est, Reck-Mallczewen, auteur d’un ouvrage resté à l’état de fragment : La fin des termites2. Auteur engagé, « Kulturhistoriker » lucide et acerbe du IIIe Reich, – dont il a prédit la fin dès son avènement –, il a su, peut-être mieux que tout autre, diagnostiquer la nature de « l’homme de la masse » (« Massenmensch ») et cerner le phénomène de la massification3, tout en étayant son « discours figuré », – le « discours naturel » lui étant interdit de par son engagement oppositionnel, antinazi –, d’exemples historiques axés de près ou de loin sur l’actualité politique et sociale vécue.

  • 4 « Cette fin épouvantable », appelée de ses vœux, – et qui dans son esprit était celle du régime na (...)

3Il convient ici d’ouvrir au préalable une parenthèse et de préciser que, contrairement à l’attente du lecteur, Reck Malleczewen, usant du style métaphorique de polémiste comme d’une arme de camouflage, ne se livre à aucun moment à quelque étude naturaliste scientifique sur les termites, il ne dévoile pas davantage expressément la nature même de ces insectes dont il se contente d’annoncer la fin proche4. Son seul but est de dénoncer l’homme de la masse qui « domine presque le monde entier », et l’Allemagne en particulier, et surtout de mettre à nu à travers lui, au vu d’une démonstration implicite, comparative et convaincante, – mais là c’est au lecteur de décrypter grâce au contexte –, ce qu’on pourrait appeler le portrait robot de « l’homo politicus hitlericus ». Reck procède par affirmations apodictiques, non expressément formulées, mais qui sont cependant suffisamment allusives pour que l’on reconnaisse dans les termites les nazis, dont l’habitus socio-politique présente des analogies évidentes avec les caractéristiques et le comportement de ces insectes vivant en collectivité : prolifération galopante, voracité destructrice, organisation sociale hiérarchisée, quasiment militaire, propension aux actions envahissantes de type « impérialiste », en un mot dangerosité terrifiante pour tout environnement humain qui serait épris de paix.

  • 5 Reck Malleczewen est l’auteur e.a. de Bockelson – au sous-titre très explicite « Geschichte eines (...)

4En polémiste, à la recherche de termes qui fassent mouche, Reck, plutôt que de s’exprimer dans la langue technique des savants, avait ainsi surtout recours à des tropes, d’où la comparaison fréquente chez lui de l’homme avec l’animal, dès lors qu’il s’agissait de placarder les nazis. Si le terme de « Massenmensch », exempt, lui, de toute équivoque, appartenait depuis le xixe siècle au langage scientifique, celui de « termite », beaucoup plus imagé et incisif, employé d’ailleurs surtout au pluriel, était devenu sous la plume de Reck un de ces tropes qui présentait une extension restreinte à côté d’une compréhension quasi illimitée. Eminemment négatif, il s’appliquait à la désignation exclusive des partisans du IIIe Reich. Le style métaphorique, imaginatif et inventif, est, par nature, à l’origine purement subjectif ; une métaphore est souvent la fixation verbale d’un trait d’esprit, d’un mot à l’emporte-pièce, lancé à la cantonade, bref d’une trouvaille qui s’est pérennisée par la suite. Essentiellement fonctionnelle, la métaphore est décapante pour aller au fond des choses, pour mettre au jour tel travers, tel aspect blâmable ou risible. Là où elle est du registre politique, elle ne saurait en dernière instance tirer toute sa force conceptuelle que du contexte relationnel et temporel dans lequel elle est placée. Il est fort à parier qu’un citoyen allemand lambda qui aurait découvert en 1947 dans quelque kiosque cette étude sur la fin du régime nazi, camouflée en un « traité pseudo naturaliste » axé sur les ravages commis a priori par les xylophages, n’aurait peut-être pas échappé à un « Verfremdungseffekt ». S’il avait été, en revanche, personnellement et directement confronté à cette espèce particulière d’homo politicus – termite ou encore s’il avait été un lecteur averti, familiarisé avec le style imagé et percutant de ce persifleur patenté du régime5, il aurait évidemment sans mal opéré des rapprochements entre Nazi – Massenmensch et Termite, Nazistaat et Termitenstaat, – même si, pour un ancien opposant effectif ou potentiel, des termes comme Goldfasan (faisan doré), Kartoffelkäfer (doryphore), braune Ratte (rat brun) en rapport avec l’uniforme kaki des Parteigenossen (membres du parti) étaient à l’époque plus courants. Mais, plus encore que ces identifications satiriques des NS avec des insectes dont la nuisance n’était plus à démontrer, ce sont les analyses scientifiques sur le processus de massification qui auraient étonné le lecteur.

  • 6 Cf. Termiten, p. 24 et p. 25 : « La structure sociale et étatique de la Rome antique a été anéanti (...)

La massification est la principale maladie mortelle des peuples. Le parallèle le plus évident, emprunté à la pathologie, est la formation de tumeurs malignes et, en ce qui concerne l’homme de la masse pris isolément, la molécule de ces tumeurs, à savoir la cellule cancéreuse6.

  • 7 En fait il ne s’agit pas du Roi de Bavière, mais du prince héritier Rupprecht, qui n’avait pas abd (...)
  • 8 Ibid., p. 17.
  • 9 Ibid., p 33 sq.
  • 10 Tgb. p. 109.
  • 11 Cf. Termiten, p. 37 sq. Pour Reck, le Reich de Guillaume II disparut comme avait sombré l’Empire a (...)
  • 12 Ibid., p. 27. – Termiten, p. 25. – Sur ce point, on pourrait rapprocher les idées de Reck de celle (...)
  • 13 Termiten, p. 26, 27.
  • 14 Ibid., p. 28.

5En effet, avec Reck-Malleczewen, on assistait à l’entrée de la biologie dans la pensée politique des opposants du IIIe Reich. Témoin direct dans le Munich de l’entre-deux-guerres, il vécut dans un premier temps « la révolte des coolies » contre l’Empereur et les dynasties alliées, notamment dans le royaume de Bavière. Lui-même, ancien hobereau prussien, établi en gentleman farmer dans le Chiemgau, sa patrie d’adoption, se considérait, selon son expression, comme le « camelot du roi7 », pour qui il allait prendre fait et cause contre la Räterepublik (république des soviets) d’Eisner ; puis, il était devenu un de ces « conservateurs-révolutionaires » foncièrement hostiles au régime hitlérien. Consterné et impuissant, il avait assisté aux agissements permanents des NS, à leurs manifestations tapageuses, à leurs « processions-fourmilières » à travers les rues de sa chère ville de Munich qu’il voyait ainsi, lui, l’aristocrate terrien, violée par les masses. C’est avec effroi, voire avec une aversion quasiment physique, qu’il avait observé ces foules grouillantes, envahissantes, ces masses fanatisées de « termites » grégaires et dévastateurs, en un mot, la montée irrésistible de ce parti totalitaire sous l’égide de celui en qui il voyait un nouveau « Gengis Kâhn8 ». Constatant parallèlement à ce phénomène sociopolitique, – et ceci sur le plan strictement médical de la santé publique –, la recrudescence de tumeurs malignes, il en vint à diagnostiquer dans l’hitlérisme, l’apparition d’une sorte de « cancer de la société », concomitant à l’irruption d’une nouvelle « peste noire9 ». En effet, d’après lui, tous les signes que présentait le nazisme en tant que mouvement de masse concordaient non seulement avec ceux des termitières mais aussi avec les symptômes d’un cancer, à savoir : apparition brusque, inattendue du mal dans un organisme apparemment normal, sain, mais néanmoins réceptif, puis prolifération foudroyante et anarchique des cellules cancéreuses envahissant systématiquement les tissus voisins encore sains, en l’occurrence les organes naturels et indemnes de l’État ; enfin mort irrémédiable, brutale du corps social dans son ensemble10. Pour Reck tous les grands empires ont ainsi disparu par « massification », par « cancérisation », que « ce soit l’empire de Babylone, celui de Rome, d’Athènes11 ou encore celui des Incas » : tous étaient à l’origine fortement hiérarchisés et ont fini par être désagrégés par ce cancer de l’uniformisation et de l’« ammonisation », vers lesquelles tendent aussi irrémédiablement les États totalitaires modernes12. C’est que la nature est diversité ; elle a horreur de ce qui est amorphe, indifférencié, informe ; c’est là une loi qui, d’après Reck, l’aristocrate, antifasciste et aussi antidémocrate, se vérifie également dans le domaine sociologique : la massification aboutit toujours, à plus ou moins longue échéance, à l’élimination des corps constitués et in fine au développement d’une sorte de « bouillie ethnique » (Völkerbrei13), ce qui constitue une injure contre l’ordre naturel, contre l’œuvre même de la Création14.

  • 15 Ibid., p. 30, 23.
  • 16 Ibid., p. 29.

6L’effet destructeur de la massification est cependant jugulé, chez des peuples en bonne santé, en « pleine forme », – Reck reprend ici une terminologie de Spengler15 –, par une forte vitalité, qui repose sur une bonne irrigation des « vaisseaux sanguins », – un bon fonctionnement des différents corps d’état d’une société, facteur déterminant de croissance d’un organisme individuel ou social. Mais là où cette vitalité diminue, les tumeurs cancérigènes d’une massification anarchique prolifèrent et l’on assiste à la baisse de la productivité économique et à l’accroissement concomitant des exigences vitales16. La cancérisation d’une société humaine tout comme celle d’un individu est chaque fois le résultat, selon Reck médecin, du combat constant entre l’instinct de croissance des cellules malades et les forces antagonistes qui tendent à l’entraver par la création d’anticorps de nature chimique et mécanique ou encore par la formation d’une « capsule de tissu conjonctif » qui enveloppe tout organe atteint. Supprimer cette couche naturelle de protection, c’est favoriser l’accroissement désastreux de cellules malignes. Et il en va de même de ces peuples encore sains, où le cancer de la massification est circonscrit par des « limites rituelles », par un ensemble de règles et de traditions immuables édicté par les différentes classes d’une société donnée. Se garder « en pleine forme » tout comme « faire preuve d’autorité souveraine » présuppose donc que l’on s’en tienne à quelques règles, p. ex. ne pas rechercher à tout prix « l’utile », le « prétendument naturel », « le commode » ou encore « l’absence de toute contrainte ». Le dilemme est simple, ou bien on s’impose une certaine autodiscipline ou on souscrit aux règles impitoyables du jeu de l’Histoire qui fait que les « pieds-plats », affirmant leur volonté de puissance, menacent d’écraser des cultures qui avaient connu des siècles d’un lent développement.

  • 17 Ibid., p. 31.
  • 18 Ibid., p. 32.
  • 19 Terme employé par Reck dans son sens étymologique de « dissolution ».
  • 20 Termiten p. 36.

7Se référant à Ortega y Gasset, Reck précise que « la révolte des masses » commence dès lors que les souverains se rendent compte qu’ils sont également des hommes17. Manquer d’assurance et faire preuve de sentimentalisme sont chez un souverain des symptômes indubitables de faiblesse. Et comme exemple Reck cite Louis XVI qui, lorsque, dans « l’idylle de Trianon », il poussait sa charrette de fumier comme un vulgaire jardinier, était encore un souverain incontesté, le soulèvement des masses n’interviendra que plus tard. De même, si, en 1920, la bourgeoisie allemande n’avait pas perdu confiance en elle-même, écrit-il encore, elle n’aurait pas fait naufrage18. Quelle que soit la classe sociale visée, la dialyse19, la dissolution d’une société ou d’un groupe humain, est toujours fonction, comme dans toute maladie, du facteur de résistance de l’organisme touché. Il est manifeste que dans un État où règne la médiocrité, où l’on assiste à la démission des classes dirigeantes, qui, doutant d’elles-mêmes, se laissent aller aux « hésitations », à des formes de sentimentalisme et de scepticisme, où l’on ne sait plus « ce qui est bien et ce qui est mal », et où l’on proclame le relativisme de toute chose20, le terrain est propice à toutes les formes de dégénérescence sociale, et donc de « massification ». Et une fois qu’un tel État devient la proie des masses hédonistes et indisciplinées, celui-ci se mue très vite en dictature, qui sera d’autant plus facilement acceptée qu’idéologiquement parlant ces Untertanen, ces « sujets des temps modernes » qui s’ignorent, se cantonnent généralement par atavisme dans une indifférence apolitique totale. Et c’est précisément une telle société « sans profil », sans classes et sans individualités, mais dont les membres sont parfaitement malléables donc endoctrinables et mobilisables, qu’aurait voulu instaurer définitivement, au moins pour mille ans, le régime national-socialiste.

  • 21 Tagebuch (Journal), par la suite Tgb, p. 81.
  • 22 Allusion à l’Allemand moyen, lecteur de la presse à grand tirage (Berliner Zeitung, Berliner Morge (...)
  • 23 Cf. Reck-Malleczewen : Der grobe Brief, Berlin, 1940, p. 16.
  • 24 Tgb. p. 140.
  • 25 Tgb. p. 17.
  • 26 Cf. À ce propos Rudolf Pechel : « Lob des Scharlatans » in Deutsche Rundschau, (1-3), 1938, p. 139 (...)
  • 27 Tgb. p. 13 (« Zigeunerprimas »), p. 17 (« mit seiner öligen Locke... glich er in diesen Augenblick (...)

8Partant du principe que toute idéologie implique nécessairement une certaine idée de l’homme, Reck montre que « la vaste termitière » de la Volksgemeinschaft (communauté populaire) nazie était, en réalité, fondée, sur la conception de l’homme-robot, voire de l’homme-animal. Lointain descendant de l’utopisme rousseauiste21, égalitaire et niveleur, ce « termite » conditionné, répondant automatiquement et exclusivement aux stimuli des nazis « béhavioristes », qui faisaient fi de tout individualisme et a fortiori de tout personnalisme autonome, ne se concevait plus que comme une partie sans valeur propre et parfaitement interchangeable au sein d’un ensemble collectif, d’un « corps », d’une « termitière » ou d’une « formation » qui devenait dès lors pour ainsi dire sa seule raison d’être. Ce type d’homme, Reck l’avait d’ailleurs déjà discerné avant 1933, mais à un degré moindre, non encore embrigadé et avec un halo de culture, dans ce qu’il appela alors « l’Allemand d’Ullstein22 ». « Snob et intellectualiste, celui-ci, écrit-il, portait dans sa serviette sa petite névrose, ses angoisses, sa solitude intérieure et ses rêves de grandeur nationale23 ». Il le voyait d’une façon plus générale dans ces couches moyennes que Sombart24 avait déjà stigmatisées comme étant un frein à tout devenir national véritable, à tout renouveau de l’Allemagne alors défaite. – Face à un « énorme vide spirituel », face à un monde désormais sans Dieu, l’homme de cette Mittelschicht (classe moyenne), incapable de trouver quelque échappatoire dans une philosophie extensive du als ob (comme si...) trouvera, selon Reck, – ancré, lui, dans une Weltfrömmigkeit (piété embrassant le monde) teintée de luthéranisme et de catholicisme, – son bouillon de culture essentiellement dans les conceptions rationalistes, technicistes et mécanistes de l’époque ; et c’est dans cette Weltanschauung, dans un « machiavélisme de petites gens25 » que ces « termitières modernes » animées de Machtdrang (besoin compulsif de pouvoir) et de Geltungstrieb (pulsion d’auto-affirmation) allaient aussi trouver les mobiles qui les pousseront à se laisser séduire par un « maître d’illusions26 », un « baron tzigane » et un « Antéchrist petit-bourgeois27 ».

  • 28 Ibid., p. 140.
  • 29 Termiten, p. 38. – cf. Aussi Harry Pross : Vor und nach Hitler – Zur deutschen Sozialpathologie, F (...)

9Rongée par un ressentiment obsidional atavique, que la défaite de 1918, « la honte de Versailles » et la crise économique qui s’en était suivie n’avaient fait qu’attiser, ainsi frustrée dans ses attentes nationalistes et dans ses aspirations au progrès social, l’Allemagne de ces classes moyennes qui constituaient le gros des masses de la « grande termitière » était toute prédisposée à vivre la paranoïa de son Führer sur le mode d’une hystérie collective. Constamment exposé à une propagande insidieuse, le Durchschnittsmensch, le citoyen moyen, se trouvait finalement comme transporté dans un état second où il perdait tout sens critique, où il n’était finalement plus que cet « homme de la masse » – type du IIIe Reich. Comme l’écrit Reck, celui-ci était en fait le produit de l’abrutissement par la radio, par tout un appareillage technique qui ne pouvait en dernier ressort que mener à un quart de culture, à la mégalomanie, à la termitisation totale de l’humanité et ainsi à l’humiliation et à la mise sous tutelle de ce qui était la véritable intelligence. C’est ainsi que l’Allemagne finissait par « abriter la populace la plus infernale du monde, à savoir celle des petits fonctionnaires, des instituteurs et des fonctionnaires de rang moyen de la poste28 ». Chacun se soumettait ici à un « nouvel ordre », s’adaptait au comportement standard du Parti, – car, en fin de compte, seul était sain et normal celui qui se « synchronisait » totalement, sans réserve ; et de même qu’en 1900 chaque Allemand, pour peu qu’il ait eu alors un rôle à jouer, si minime fût-il, se prenait pour un petit Guillaume II, de même celui qui portait la chemise brune ou noire se prenait pour un petit Führer ou Mussolini29.

  • 30 D’après le titre d’un ouvrage de Reinhart Kosseleck
  • 31 Termiten, p. 54, 73.
  • 32 Tgb. p. 27 – Termiten, p. 55.
  • 33 Tgb. p. 22.
  • 34 Tgb. p 28/29 – Termiten, p. 79.

10À dire vrai, dans la mesure où tout déroulement historique est toujours « Vergangene Zukunft30 », réactualisation d’un passé révolu sous le signe d’un futur en continuelle gestation, le Massenmensch de 33, qui avait comme ancêtre proche et lointain ce Prussien qui au xixe siècle avait conquis et « acculturé » le IIe Reich, s’était inscrit dans ce processus socioculturel qui fit du sujet, de l’Untertan d’un ancien régime absolu, un Volksgenosse, un « termite » d’un régime totalitaire moderne. Reck, en historien de la civilisation, ne manque certes pas de souligner l’importance que revêtaient les facteurs socio-économiques dans l’avènement de la société de masse du IIIe Reich : développement excessif de la technicité et propension du matérialisme dans l’ère industrielle, urbanisation à outrance et déracinement des populations31, enfin « concubinat de l’oligarchie prussienne et du capital industriel32 ». Mais, le triomphe de l’hitlérisme n’a finalement été assuré que par ces masses, qui, rompues à la discipline, à « l’ordre de sergent-major33 », ont apporté au régime hitlérien ce sens extrême de l’organisation et de l’efficacité. Sur ce point Reck, lui-même natif de Prusse, rejoint les analyses de Th. Haecker et de Keyserling, mais il va encore plus loin lorsqu’il proclame que l’éradication du nazisme passe nécessairement par celle du « virus prussien » qui en est « le terrain nourricier ». On est loin de l’image de la Prusse – État-modèle quand, en quelques formules cinglantes, Reck brosse le tableau de cette « colonie de l’Est », aux contours géographiques mal définis, ce pays « fait de bric et de broc », « uniquement prédestiné à être un État et jamais un Empire », qui avait symptomatiquement pour devise « karg und knapp » (pauvrement et chichement). Un tel « État », poursuit l’auteur, n’a ainsi pu voir naître que cette « race d’hommes de type colonial » qui se faisaient encore tatouer des lézards verts autour du nombril, et cela « à une époque où l’on construisait des cathédrales dans le vieux Saint Empire34 ». C’est avec mépris donc que Reck dénonce cette Prusse « attardée » qui avait été selon lui le terrain d’élection de ce complexe de supériorité, de ce complexe d’Héraclès qui deviendra le trait dominant des « hommes de la masse », aussi bien des dirigeants que des sujets « russifiés » de 1870 à 1918, qui, avec de telles prédispositions, ne manqueront pas de se métamorphoser en Parteigenossen dans le Reich « nazifié » d’après 1933.

  • 35 Tgb p. 12/13 (11.08.36) : « Travaillant à mon livre sur la République des Anabaptistes de Münster, (...)

11Si pour Reck, le « Prussien » était donc en quelque sorte le « prototype même du Massenmensch », il situe cependant la naissance même de cette « espèce » et la préfiguration d’un Royaume d’hommes massifiés quelques siècles plus tôt, au xvie siècle, à une époque marquée par la poussée économique de la bourgeoisie et l’apparition avec les Fugger du capitalisme ; ce fut en réalité là le terrain nourricier par excellence pour l’éclosion de ce microbe que sera le Massenmensch. Parallèlement au développement de cette bourgeoisie précapitaliste, naîtra à Münster un régime de masses, un « Royaume » où la propriété privée fut supprimée au même titre que les différences corporatives, et où la femme fut « socialisée », pour ne pas dire dépersonnalisée et « déshumanisée » ! Bref, toutes les caractéristiques spécifiques des structures termitières étaient alors déjà réunies, y compris celles qui font que, selon les lois de la sociologie des foules, celles-ci se cachent toujours derrière un « chef » issu de leurs rangs, ici le cabaretier Bockelson. Aussi le mouvement populaire des anabaptistes allait-il, dans l’esprit de Reck, avoir valeur de modèle d’une dictature des masses, en l’occurrence nazie35, dont il analysera d’ailleurs dans le menu détail les différentes phases typiques et immuables de développement, à savoir l’éclosion soudaine et la propagation foudroyante du « mal », puis son triomphe et sa phase de consolidation, enfin son déclin inéluctable et la fin dans le chaos.

  • 36 Cf. Reck-Malleczwen : Bockelson, p. 33 : « Une hystérie collective qui déferlait sur toute la part (...)
  • 37 Termiten, p. 59.
  • 38 Bockelson, p. 44.

12Vu ainsi, le mouvement anabaptiste de Münster constituait pour Reck en quelque sorte une préhistoire ou une « parabole du présent » qui lui permettait d’établir une relation entre l’actualité et le passé, donc entre la révolte des masses de 1533 et celle de 1933. L’un et l’autre de ces mouvements recelaient des symptômes manifestes d’hystérie collective36, e.a. l’explosion brusque, totalement imprévisible de ces mouvements irrationnels avec émergence de masses humaines désormais totalement incontrôlables au sein d’une communauté jusqu’alors considérée comme apparemment ordonnée, parfaitement civilisée. En effet, rien ne prédestinait a priori cette vieille ville impériale de Münster à un tel délire politico-religieux, pas plus qu’on ne pouvait soupçonner sous la République de Weimar que ces foules qui, en 1928, avaient voté massivement à gauche, – « tous étaient de bons électeurs républicains et démocrates37 », – allaient se ruer dans les artères de Berlin, une nuit de janvier 1933, pour fêter dans la liesse l’avènement du « sauveur de Braunau ». Dans les deux cas, les foules déchaînées présentaient, d’après Reck, les mêmes syndromes d’une psychose collective : hallucinations, délire prophétique38, délire de persécution attisé par une propagande raffinée, insidieuse, totalitaire, effondrement soudain des valeurs morales et « désinhibition » des conduites que des siècles de christianisme, des siècles d’une lente et longue évolution socioculturelle avaient peu à peu façonnées et leur remplacement par des comportements et des formes de croyances primitives, archaïques, enfin désintégration de toute vie associative fondée sur le respect mutuel des libertés individuelles et établissement d’un collectivisme totalitaire pseudo-religieux, paganisant, basé sur la terreur.

  • 39 Termiten, p. 61.
  • 40 Cf. C. G. Jung : Aspects du drame contemporain (p. 99) cf. Également du même auteur Wotan.

13Dans le cas d’une maladie, a fortiori dans le cas du développement d’une épidémie, il faut toujours chercher les causes de la névrose dans l’histoire individuelle ou collective. Chez Reck, cette éruption spasmodique de l’âme humaine à des siècles d’intervalle, cette régression pathologique au stade quasi animal du Massenmensch, à celui même d’« Unmensch39 » (brute qui n’a plus rien d’humain) avait des causes profondes : elle provenait essentiellement d’un déséquilibre de la structure psychique suite à la compression des forces irrationnelles au seul profit des forces rationnelles hypertrophiées, bref à l’étouffement de l’homo religiosus tant par l’homo sapiens à la fin de l’âge gothique, que par l’homo faber à la fin du xixe siècle positiviste et techniciste. Privé de ses bastions religieux, pris dans le carcan du machinisme, l’homme de la masse deviendra un étranger dans un monde que ne pourra plus garantir aucune objectivité normative ; soumis, cependant, à ses contraintes, il éprouvera cet univers comme son destin inéluctable. « Dès que ce n’est plus l’être humain mais la masse qui prend le dessus, écrit C.G.Jung, la régulation humaine cesse et les archétypes commencent à exercer leur influence destructrice40 ».

  • 41 Extrait d’une lettre de Reck in « Vision dieser furchtbaren Zeitkrise », Süddeutsche Zeitung, Münc (...)

La perte du sens du divin à l’époque de la Renaissance engendra l’homme objectif des quatre derniers siècles, l’homme objectif engendra d’abord le grand-bourgeois capitaliste et ensuite le bourgeois, mais le bourgeois, lui, engendra l’homme de la masse qui, se sentant de plus en plus menacé dans les fondements de son existence, se débat41.

  • 42 Termiten, p. 87.
  • 43 Cf. Helmuth Plessner : Gesammelte Schriften VIII, Conditio humana (Über Menschenverachtung) p. 105

14À la veille de « l’année zéro » de l’Histoire allemande, Reck-Malleczewen. prophétisa, non pas comme Spengler, la « décadence de l’Occident », mais la fin inéluctable et définitive de cet « homme de la masse », qui, porteur du « virus prussien », était destructeur de toute culture ; d’après lui, sans ce virus importé des provinces de l’Est, le nazisme n’aurait pas été pensable, pas plus que « le socialisme russe » d’ailleurs, « qui lui également avait grandi à l’école de l’hérésie prussienne42 ». Loin de nous l’idée de nous faire ici l’avocat de la Prusse, ou a contrario de vouloir souscrire sans réserves aux thèses de Reck-Malleczewen, mais ne pourrait-on pas, dans une certaine mesure, lui retourner les reproches qu’il faisait à « l’homme de la masse », à savoir être sectaire et obtus ? Son courage d’opposant antinazi mis à part, n’a-t-il pas « élevé, pour reprendre ici une formule de Helmuth Plessner, la misanthropie [qu’il nourrissait à l’égard de ses compatriotes, les Prussiens,] au rang d’idéologie43 » ? Or toute idéologie, – qui vise non pas un individu en tant qu’être particulier, mais un groupe d’hommes limité à une généralité abstraite, comme p. ex. les femmes, les noirs, les Juifs, les occidentaux, et les « Prussiens » –, est un « explosif dangereux », qu’il soit maintenant mis entre les mains de l’« homme de la masse », tellement malléable et manipulable par les médias et l’opinion publique, ou entre celles, aussi dangereuses, sinon plus encore, du dirigeant et de l’intellectuel dans la mesure où la responsabilité de ces derniers est souvent fonction de leur degré de notoriété, garante de succès ou non auprès des « termitières ». Force nous est de constater que ce sont précisément de telles idéologies de la discrimination et du mépris à l’égard d’autres ethnies ou groupes sociaux jugés étrangers à la communauté nationale qui étaient devenues, avec les siècles, de réelles puissances, occultes ou non, mais toutes également dominatrices et dévastatrices de la psyché collective.

15Pour ce qui est du prussianisme, nous ne sommes pas, à proprement parler en présence d’une idéologie, mais plutôt d’une culture, d’une culture « coloniale » ambivalente qui, alliée à une politique respectueuse des traditions ancestrales, pouvait être porteuse de valeurs humanistes positives, comme elle pouvait, à l’inverse, céder à la tentation de les nier dès lors qu’elle se trouvait impliquée dans une politique militariste, rabaissant l’homme au rang de machine, à un simple rouage dans un corps social étatique sans âme. Et c’est, en fait, ainsi que triomphera cet « homme de la masse », atomisé et dépersonnalisé, prisonnier de comportements collectifs stéréotypés, tel qu’il proliféra, comme l’a démontré Reck, dans les États fascistes et totalitaires du xxe siècle mais tel qu’il était déjà potentiellement présent au xixe siècle, non seulement dans des États « absolutistes » du type bismarckien, mais également dans des démocraties déjà guettées par le nivellement et le conformisme du politiquement correct pour reprendre un terme de nos jours à la mode.

  • 44 Konstantin Leontiev : L’Européen moyen, idéal et outil de la destruction universelle. Essai tradui (...)

16Le hasard veut que parut en 1999 la traduction d’un article, demeuré inachevé, écrit entre 1872 et 1884 par un philosophe critique des cultures et des civilisations, donc en quelque sorte un précurseur de Spengler et de Reck-Malleczewen, Konstantin Leontiev44, aristocrate russe, qui, essayiste et publiciste, finira moine orthodoxe à la Trinité Saint-Serge près de Moscou. Personnage hors du commun, inclassable et controversé, un homme de la trempe de Reck en somme, attaché aux valeurs et hiérarchies traditionnelles, qui, très sceptique à l’égard de l’emprise exercée à la fin du xixe siècle par des courants de pensée occidentaliste, se mit en devoir de dénoncer non pas la dangerosité de l’« homme de la masse », – ce concept de « masse » lui était alors encore inconnu –, mais ce qu’il appela, lui, avec une même connotation négative, l’Européen moyen. Celui-ci, pris comme un modèle idéal de culture, représentait à ses yeux en réalité un outil de la destruction universelle. Pour ce « Kulturkritiker », « l’homme moyen », (« mittelmäßig », comme dira plus tard Reck), c’est cet être qui se complaît dans une « médiocrité bourgeoise » que l’on n’hésite pas à qualifier d’« honnête », dès lors qu’elle répond au « Zeitgeist » (l’esprit du temps), qu’elle est conforme à un idéal culturel étranger, en l’occurrence français. Leontiev, tout comme Reck, exècre l’uniformité, le manque de diversité culturelle, l’opinion dite générale de la médiocrité collective, en un mot l’égalitarisme sous toutes ses formes, qui plutôt que de promouvoir le progrès de l’humanité, l’entrave. Céder au « Drang nach Westen » (poussée vers l’Ouest), comme le prônaient donc en Russie les tenants d’une « européisation », prise dans le sens d’une démocratisation égalisatrice à outrance, nivellatrice, destructrice de toute originalité, de toute personnalité autonome et partant de tout esprit d’initiative, aboutirait en fin de compte à une dérégulation de l’idée même de démocratie et ne pourrait donc, d’après lui, que compromettre à tout jamais l’avenir de sa patrie, voire celui du monde entier.

  • 45 Cf. H. Plessner, op. cit., p. 52 (Mensch und Tier).

17L’Histoire montrera que les craintes de Leontiev n’avaient pas été vaines ; en effet, elles ne tarderont pas à se réaliser tant en Russie qu’en Allemagne, voire dans le monde entier, et cela dans des proportions et formes de « déshumanisation » que nul n’aurait, un siècle auparavant, jamais osé soupçonner. Comme l’écrira Helmuth Plessner, lui-même future victime, tout comme Reck, de la dictature qu’exerceront les hommes des masses nazies, « l’émancipation de l’homme », après plusieurs siècles de développement jusqu’à l’avènement de la société industrielle moderne, se soldera par un bilan pour le moins accablant. En effet, « plus l’homme se mit à se considérer comme un être supérieur, doué de puissance, un être qui peut ce qu’il veut, mais qui malheureusement veut aussi ce qu’il peut, plus l’estime de soi, de son essence humaine, sombrait, plus la limite entre l’homme et la bête s’effaçait. L’élévation de l’être humain au prix de la disparition croissante du divin dans le monde à l’époque de la Renaissance, du Siècle des Lumières, de la Révolution, se venge sur lui, car elle menace de se terminer à présent sous le signe de sa déchéance45 ».

18Le « Fragment » spenglérien de Reck-Malleczewen, annonciateur de la « grande catastrophe de l’Allemagne », tout comme le petit opuscule de Leontiev aux prédictions tout aussi sombres quant à une destruction future de l’univers, avaient donc été autant d’avertissements restés sans lendemain ; en ce début de troisième millénaire ces œuvres intempestives et prémonitoires, qui nous sont parvenues à l’état de fragments, d’ébauches, – comme si elles invitaient la postérité à les achever et à écrire un message jamais définitif –, restent toujours encore mutatis mutandis d’actualité. Elles s’inscrivent dans cette vaste réflexion humaniste qui anime de nos jours tous ceux qui, vigilants et conscients des avatars d’un passé encore proche et des menaces que recèle toute pensée unique, fût-elle camouflée sous des dehors de tolérance et de liberté, s’érigent contre le nivellement des valeurs et des sociétés que tentent d’imposer ces « minorités de bien-pensants » qui ignorent de fait toute démocratie de la libre discussion. Ces réflexions « d’outre-tombe » de Leontiev rejoignent les préoccupations de ceux qui s’interrogent sur toutes ces vérités dites « historiques » ou « historiquement correctes », sur tous ces mythes vivaces que nous ont légués des « maîtres à penser », eux-mêmes embrigadés par la pensée unique ; in fine, elles portent sur tous ces dogmes qui guident cet « homme moyen », cet « homme de la masse » qui, sous la pression tant de l’opinion publique que des médias ne peut pas opérer cette autocensure indispensable à la recherche de la vérité dans le seul souci d’un progrès humain véritable.

Notes

2 Cf. Friedrich Percyval Reck-Malleczewen (1884-1945), Das Ende der Termiten – Ein Versuch über die Biologie des Massenmenschen, – Fragment – Bürger-Verlag Lorch-Württ-Stuttgart, 1946 (cité ici : Termiten). Ouvrage auquel nous ajouterons du même auteur tel autre qui lui est complémentaire : Tagebuch eines Verzweifelten – Zeugnis einer inneren Emigration, Hamburg, 1971 (cité : Tgb.).

3 Il s’agit là, dans le contexte de cette étude, d’un concept avant tout qualitatif et non pas quantitatif qui désignerait un nombre plus ou moins important.

4 « Cette fin épouvantable », appelée de ses vœux, – et qui dans son esprit était celle du régime national-socialiste, dont ces termites étaient l’incarnation -, Reck se gardait bien de la situer dans le temps. En janvier 1939, date à laquelle il se propose d’écrire pour la postérité sa « Kulturschrift » sur le nazisme, il lui aurait par ailleurs été difficile de faire des pronostics crédibles, surtout après avoir connu « Munich »...

5 Reck Malleczewen est l’auteur e.a. de Bockelson – au sous-titre très explicite « Geschichte eines Massenwahns » – et d’ouvrages historiques, tout aussi acerbes, notamment sur la Révolution française, tels que Charlotte Corday ou Jean Paul Marat, qui avaient tous, du moins dans un premier temps, échappé à la vigilance des censeurs de la RSK.

6 Cf. Termiten, p. 24 et p. 25 : « La structure sociale et étatique de la Rome antique a été anéantie par la massification, – qui se développa avec force à l’aube de l’époque romaine –, exactement comme l’est l’organisme d’un cancéreux. »

7 En fait il ne s’agit pas du Roi de Bavière, mais du prince héritier Rupprecht, qui n’avait pas abdiqué et qui était très aimé de son peuple.

8 Ibid., p. 17.

9 Ibid., p 33 sq.

10 Tgb. p. 109.

11 Cf. Termiten, p. 37 sq. Pour Reck, le Reich de Guillaume II disparut comme avait sombré l’Empire athénien après la bataille navale d’Aigos-Potamos en 405 av. J.-C. Selon lui, ce désastre aurait alors eu pour conséquence « de faire remonter à la surface la lie de la populace » et de provoquer ainsi « une cancérisation » de la société héllénique. Pour corroborer son argumentation, l’auteur cite Aristophane et Platon qui, tous deux, l’un dans « Les Grenouilles », l’autre dans « La République », font état du délabrement général des mœurs et de la dégradation politique dans la Cité. « Cette situation explique pourquoi la démocratie vire si facilement à la tyrannie. » (Platon).

12 Ibid., p. 27. – Termiten, p. 25. – Sur ce point, on pourrait rapprocher les idées de Reck de celles du médecin et naturaliste Carl Gustav Carus (1789-1869) qui, dans : Über ungleiche Befähigung der verschiedenen Menschheitsstämme für höhere geistige Entwicklung (1849), établit que la première loi de la nature qui s’impose à l’esprit de tout chercheur, c’est celle de la « diversité la plus grande dans l’unité la plus parfaite » (p. 4) ; elle seule garantit toute forme de progrès. Cf. Notre article in Etudes Gobiniennes (1968-1969) p. 195 sq. : G. Imhoff : « G.C.Carus, précurseur de Gobineau ? ».

13 Termiten, p. 26, 27.

14 Ibid., p. 28.

15 Ibid., p. 30, 23.

16 Ibid., p. 29.

17 Ibid., p. 31.

18 Ibid., p. 32.

19 Terme employé par Reck dans son sens étymologique de « dissolution ».

20 Termiten p. 36.

21 Tagebuch (Journal), par la suite Tgb, p. 81.

22 Allusion à l’Allemand moyen, lecteur de la presse à grand tirage (Berliner Zeitung, Berliner Morgenpost, Berliner Illustrierte) lancée à l’époque de la République de Weimar par les frères Ullstein.

23 Cf. Reck-Malleczewen : Der grobe Brief, Berlin, 1940, p. 16.

24 Tgb. p. 140.

25 Tgb. p. 17.

26 Cf. À ce propos Rudolf Pechel : « Lob des Scharlatans » in Deutsche Rundschau, (1-3), 1938, p. 139-146.

27 Tgb. p. 13 (« Zigeunerprimas »), p. 17 (« mit seiner öligen Locke... glich er in diesen Augenblicken einem Heiratsschwindler »), p. 36 (« ein Mittelstandsantichrist »).

28 Ibid., p. 140.

29 Termiten, p. 38. – cf. Aussi Harry Pross : Vor und nach Hitler – Zur deutschen Sozialpathologie, Freiburg, 1962 : « Dans le Reich allemand la situation était de nouveau celle qu’Helvetius avait constatée dans l’Ancien Régime : chacun sait qu’il est esclave, mais il se console en espérant qu’à son tour il deviendra un sous-despote. »

30 D’après le titre d’un ouvrage de Reinhart Kosseleck

31 Termiten, p. 54, 73.

32 Tgb. p. 27 – Termiten, p. 55.

33 Tgb. p. 22.

34 Tgb. p 28/29 – Termiten, p. 79.

35 Tgb p. 12/13 (11.08.36) : « Travaillant à mon livre sur la République des Anabaptistes de Münster, je lis actuellement les documents du Moyen Âge relatifs à cette hystérie collective typiquement allemande qui, en tous points, et cela jusque dans les détails les plus ridicules, annonce celle que nous vivons aujourd’hui... Comme chez nous, c’est un raté, pour ainsi dire un bâtard engendré dans le caniveau, qui est, à cette époque – là, le grand prophète ». Et caractérisant cette masse de partisans, il poursuit : « Comme chez nous donc, ce sont des femmes hystériques, des maîtres d’école stigmatisés, des curés défroqués, des proxénètes qui ont fait fortune et des outsiders de toutes professions qui sont les suppôts de ce régime. Les ressemblances sont si nombreuses qu’il me fallait carrément les taire pour ne pas mettre encore davantage ma tête en danger. À Münster, tout comme chez nous, l’idéologie cache sous un voile un fond de luxure, de cupidité, de sadisme et un immense besoin de se faire valoir. Comme chez nous on endort la masse avec des fêtes populaires et on érige des bâtiments inutiles pour surtout ne pas laisser à l’homme de la rue le temps de réfléchir... Je suis frappé par ces documents quatre fois séculaires et j’ai le pressentiment que cette ressemblance pourrait ne pas être le fruit du hasard, mais être conditionnée par ces abcès de l’âme qui se vident avec une macabre périodicité... »

36 Cf. Reck-Malleczwen : Bockelson, p. 33 : « Une hystérie collective qui déferlait sur toute la partie occidentale de l’Allemagne » ou encore p. 40 : « l’histoire d’un délire démoniaque allemand ».

37 Termiten, p. 59.

38 Bockelson, p. 44.

39 Termiten, p. 61.

40 Cf. C. G. Jung : Aspects du drame contemporain (p. 99) cf. Également du même auteur Wotan.

41 Extrait d’une lettre de Reck in « Vision dieser furchtbaren Zeitkrise », Süddeutsche Zeitung, München (10.9.49).

42 Termiten, p. 87.

43 Cf. Helmuth Plessner : Gesammelte Schriften VIII, Conditio humana (Über Menschenverachtung) p. 105.

44 Konstantin Leontiev : L’Européen moyen, idéal et outil de la destruction universelle. Essai traduit par Danielle Beaune-Gray, Éd. L’Âge d’Homme, Lausanne, 1999.

45 Cf. H. Plessner, op. cit., p. 52 (Mensch und Tier).

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540