Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La foule : mythes et figures

 | 
Jean-Marie Paul

2e partie. La foule et ses triomphes

La foule, figure mythique, selon Octave Mirbeau

Claude Herzfeld

Texte intégral

  • 1 Élias Canetti, Masse et puissance, Gallimard, 1966, p. 11, traduit de l’allemand par Robert Rovini (...)
  • 2 Ibid., p. 12.
  • 3 p. 78.

1« Il n’est rien que l’homme redoute davantage que le contact de l’inconnu1 ». Et, paradoxe apparent, « c’est dans la masse seulement que l’homme peut être libéré de cette phobie du contact2 ». Et Canetti de s’intéresser aux « symboles de la masse », c’est-à-dire des collectivités qui, selon lui, « ne consistent pas en êtres humains et sont pourtant perçues comme masses3 ».

  • 4 p. 79.

2Il s’agit du feu qui, comme la foule, peut se manifester en tout temps et partout, distinct et multiple : « Agni l’unique, l’embrasé multiple ». Il frappe par la « soudaineté4 » de son déclenchement et de sa propagation. Apprivoisé par l’homme, le feu est traité comme un être vivant. On ne s’étonnera donc pas si l’un des traits les plus dangereux de la masse est « sa tendance incendiaire ». Qui peut étouffer le feu, peut aussi bien le faire naître. Cette tendance a « une racine ( !) importante dans les incendies de forêt », moyen d’ameuter les gens.

  • 5 p. 83.
  • 6 p. 87.

3Comme le feu, la mer est en mouvement. Les vagues ne sont jamais tout à fait en repos. « La cohésion et la densité des vagues » ont quelque chose de vivant, que les hommes « sentent très bien dans une masse5 ». Et il y a, en plus des vagues, un élément de multiplicité que la mer a en commun avec la pluie, ce sont les gouttes. La chute leur assure une unité de direction qui impressionne l’être humain. La mobilité des masses d’eau du fleuve, la caractère « inéluctable de sa direction générale », « sa volonté résolue de rejoindre la mer », « l’absorption d’affluents plus petits : autant de traits qui sont indéniablement ceux de la masse6 » qui s’affiche.

  • 7 p. 88-89.

4La direction dans laquelle la forêt (cf. le blé) tourne les yeux de l’homme et de « sa propre transformation : la forêt ne cesse de croître en hauteur ». Le regard de l’homme sur tant de troncs devient « un vrai regard d’élévation ». La forêt se caractérise par sa « fixité multiple » : on en a fait « le symbole de l’armée » : « d’une armée en formation de combat7 ».

  • 8 p. 90.

5« Identification archaïque » de la respiration et du vent8. Et si le vent a la densité de la respiration, il en a l’invisibilité. Il symbolise ainsi les forces d’autant plus dangereuses qu’elles sont occultes.

  • 9 Cf., p.91.
  • 10 Voir le chapitre « La meute », op. cit., p. 95-176.

6Deux propriétés du sable importent au propos de Canetti : « la petitesse, l’égalité de ses parties » et « son infinité ». Innombrable, sable du désert, il frappe par son immensité9. Le tas, inerte, fait de fruits ou de grains amassés (cf. « ameuter10 »), témoigne de l’activité humaine, tout comme le tas de pierres.

7L’affirmation que l’inanimé peut rendre un phénomène humain semble, à première vue, paradoxale, puisque nous associons l’idée de « foule » à celle de « mouvement » – et de mouvement qui naît de ses propres forces –, mais assertion dont on peut vérifier le bien-fondé si l’on prend en considération l’imagerie employée par les écrivains pour évoquer le phénomène. Chez Mirbeau, la foule, médusée médusante, est l’une des manifestations de la Gorgone.

  • 11 Octave Mirbeau, L’Écuyère, in Œuvre romanesque, I, Édition critique établie, présentée et annotée (...)

8Fille de nécessité, la foule, le plus souvent, n’attire pas la sympathie. Rares sont les occasions où Octave Mirbeau la présente sous un jour favorable, « en grappes nuancées, comme les gradins frissonnants d’une serre d’azalées en fleurs »11, et ce malgré le caractère grégaire dont elle ne se départit jamais, pas plus que de son remuement perpétuel.

  • 12 « Foule » (= « pressé », « endroit où on l’est pressé »), dérivé de « fouler » : latin populaire, (...)
  • 13 Émile Verhaeren, Les Villes tentaculaires.
  • 14 Latin gregarius, relatif au troupeau (grex, gregis).
  • 15 Contes cruels, I, Librairie Séguier, 1990, p. 504.
  • 16 Ibid.
  • 17 Ibid.

9Né du besoin éprouvé par l’humanité tout entière, le comportement des foules12 n’est donc pas dû à une hypothétique « intervention psychique » venue de l’extérieur : il s’agit de phénomènes endopsychiques, la foule se constituant comme un corps nouveau qui se fait, sous hypnose, une âme collective, unanime, en s’abandonnant à la contagion que facilite la concentration urbaine13. Signe de réaction contre l’individualisme, le grégarisme14 est essentiellement inséparable de la notion de foule : « Des foules, constamment, stationnaient devant cet étalage, s’y succédaient, tout le jour, encombrant cette partie du trottoir, et, malgré les efforts d’un homme de police pour le dégager, rendant la circulation difficile15 ». La totalisation aussi : « La foule, en extase devant la vitrine, s’était aussitôt retournée à ce cri... Subitement, toutes les faces s’étaient crispées, une lueur d’hébétude farouche, et presque d’épouvante, dans les yeux16... ». Tous se mirent en état de défense, et, tous, d’une même voix unie et fraternelle, crièrent : « – Où est le voleur17 ? ».

  • 18 Sébastien Roch, in Œ. R., I, p. 664.
  • 19 Dans la vieille rue, in Œ. R., II, p. 1082.
  • 20 Traduction de Geneviève Blanquis, Fayard, 1965, p. 177.

10Et c’est bien l’image d’un troupeau moutonnant qui s’impose, d’une masse en mouvement : « À mesure qu’ils avançaient, la route se peuplait de pèlerins18 » ; « Il y avait un grand mouvement parmi cette foule bigarrée qu’une occasion de fête champêtre et mondaine venait de réunir19 ». Le narrateur des Buddenbrooks souligne le caractère hétérogène de la foule des manifestants : « Elle se composait de jeunes ouvriers du port et des docks, de commissionnaires, d’élèves des écoles communales, de quelques matelots de la marine marchande et d’habitants des bas quartiers de la ville, venus des passages, des ruelles, des cours20 ».

  • 21 Illustration : Hitler simulant un discours afin de découvrir pourquoi la foule est fascinée par lu (...)
  • 22 Illustrations : la fête du solstice célébrée en été par la jeunesse hitlérienne : l’énergie des ar (...)
  • 23 Surnom donné à un prédicateur ambulant, Hans Boeheim, qui passait pour un « jeune homme sacré ».
  • 24 Traduction par Louise Servicen, Albin Michel, 1950, p. 38.
  • 25 Ibid., p. 39.
  • 26 Ibid.
  • 27 P. 40.
  • 28 Hitler n’était pas une femme, que je sache. Illustration : Hitler prononçant un discours. Churchil (...)
  • 29 Voir « L’Homme abîmé et le mythe hérodique », in Actes du colloque Marcel Béalu, P.U. d’Angers, 19 (...)
  • 30 Illustration : jeunes « fans » (8 à 13 ans) manifestant leur admiration pendant un tour de chant d (...)

11La foule appelle le meneur21 de ses vœux, le « mauvais berger22 » qui lui est consubstantiel. Le narrateur du Docteur Faustus imagine « les prédications visionnaires et communistes d’un “Hänselein23 avec bûcher pour réduire en cendres la frivolité du siècle [le xve], des apparitions miraculeuses, de mystiques mouvements de foule24 », « courants sous-jacents de névrose » et « dispositions secrètes » de la ville de Kaisersaschern qui s’expriment encore par les « demi-fous qui vivent dans ses murs25 ». Pour le narrateur, « homme épris de lumières », le vocable et le concept de « peuple » conservent toujours « un peu d’un anachronisme redoutable ». Il sait que « lorsqu’on veut entraîner les foules à un acte réactionnaire et nuisible, il suffit de les apostropher en les appelant “peuple” ! Que n’avons-nous vu se dérouler sous nos yeux – ou parfois pas exactement sous nos yeux – au nom du “peuple”, qui n’aurait pu s’accomplir au nom de Dieu, de l’humanité ou du droit26 ? ». Le peuple reste toujours le peuple, « du moins dans une strate déterminée de son essence, précisément la strate archaïque ». Le narrateur parle du peuple, « toutefois la couche antique et populaire existe en chacun de nous27 ». Le tour de passe-passe consistera, pour les hommes, à présenter les foules comme « ne s’appartenant pas », agies qu’elles sont par autre chose qu’elles-mêmes, féminines, donc, chaque homme sait ça. C’est ainsi que, dans l’imaginaire du XIXe siècle, les mouvements populaires s’énoncent au féminin et que la pluralité des femmes révolutionnaires s’efface devant une seule figure féminine qui ne renvoie pas à un personnage identifiable. Comme dans le cas de la « mète terrible », il s’agit d’un modèle inconscient (Jung). D’une manière générale, l’action collective des « pétroleuses » serait ce qui représente le mieux l’inconscient collectif de la foule. La foule féminisée menace d’embraser28 notre cher et vieux pays. Elle se prépare à mettre le feu aux poudres. Cataclysmique, elle nous promet le retour au Chaos. Si elle ne met pas le feu aux biens, elle incendie les esprits. C’est la figure de Salomé la perverse qui s’impose. La saltarelle, la « sauteuse », appartient au mythe hérodique29, dont l’un des mythèmes est la mort par décapitation. La foule est féminine parce que fatale. La foule, composée de « brutes ataviques », est perçue comme s’abandonnant aux forces inconscientes qui l’animent et lui donnent sa cohésion. Et Freud, en redécouvrant l’inconscient, a pointé la prégnance de l’atavique, de l’archaïque en chacun de nous. De là à parler, à propos du « déchaînement » des foules, de régression30, il n’y a qu’un pas que franchissent allègrement progressistes et positivistes de tout crin, refusant de reconnaître l’existence d’une « nature humaine ». La foule offrirait le spectacle d’un passage de l’hétérogène à l’homogène. Selon Herbert Spencer, la société est identique à l’organisme biologique :

  • 31 Introduction à la science sociale, Librairie Hatier, 1925, p. 58.

Sans propriétés distinctes, possédant à peine le mouvement, [le protoplasme] est incapable de s’adapter aux circonstances. ; il est exposé à l’influence funeste et destructrice du milieu où il se trouve. Pour que cette masse amorphe s’organise, [...] il est nécessaire que ses parties constitutives se différencient. [...] Ainsi en est-il pour les sociétés : elles ont eu différentes périodes dans leur développement. Dans les tribus primitives, pas de séparation de partie. [...] Pas de chef régulièrement établi31.

  • 32 Contes cruels, I, op. cit., p. 413.
  • 33 Le Calvaire, in Œ. R, p. 141-142.
  • 34 Comment retenir l’attention de ces gens, obtenir d’eux ne serait-ce qu’un simple regard ?
  • 35 Ibid.
  • 36 Ibid.
  • 37 Cf Les Mauvais Bergers, in Théâtre complet, Édition présentée et annotée par Pierre Michel, Éditio (...)

12La foule peut donc être assimilée à un état de l’humanité. La régression constitue, pour l’animus du mâle, la preuve irréfutable que la foule, mystérieusement instinctive (« la foule recula, d’instinct, épouvantée32 »), infantile et primitive – et, pourquoi pas ? démente et frénétique –, est femme : « Les individus et les foules passaient bizarres, incohérents, effrénés, se hâtant vers des besognes que je me figurais terribles et monstrueuses33 ». Le recours au code herméneutique montre bien que Jean Mintié, « au milieu d’un grouillement d’hommes » indifférents les uns aux autres34, « de milliers de vies humaines », ne se contente pas de décrire, mais projette sur le décor son mal-être. Il a l’impression de « marcher » en un « rêve inexplicable de dément35 », emporté dans une marche fiévreuse, les « doigts agacés », le cerveau « écrasé » et les sens « déséquilibrés ». La foule agit comme une drogue sur l’individu : « Plus je me jetais dans les foules, plus je me grisais de tapages36 ». Gare à « la gueule de bois » ! Dégrisé, ce que Jean éprouve, c’est « l’inexorable solitude » – dans un milieu « inconnu et hostile » – que ni la drogue ni la femme ne parviennent à combler. L’« enthousiasme37 » des foules impulsives s’origine dans leur prodigieuse énergie instinctive ou sentimentale :

  • 38 La 628-E 8, Fasquelle, 1907, p. 523.

Une jeune fille [...] glissa sur la chaussée et tomba sous les roues de mon automobile. [...]. La jeune fille déclara bravement que c’était sa faute. [...]. [La mère] s’adressa à la foule, assemblée subitement autour de nous, et qui n’avait rien vu : « Oui ! oui ! », dit la foule, donnant raison instinctivement à la mère...38

  • 39 Op. cit., p. 113. – Cf « impose », p. 116.
  • 40 Cf. op. cit., p. 120.
  • 41 Leitmotiv de la littérature « fin-de-siècle ».

13Incapables de se discipliner, les foules exercent pourtant leur « autorité39 » sur les individus qui les composent. De la part de foules ainsi féminisées, l’enthousiasme peut virer à la férocité. La Femme n’est-elle pas réputée, sans autre forme de procès, « versatile40 », capricieuse comme la mer41 et, partant, dangereuse parce qu’imprévisible ? Et Mirbeau fait de la foule une femme superlative. « Curieuses » comme des « gamins », des femmes au regard « à la fois inquiet et réjoui », s’approchent de l’automobile et se demandent si cette « bête inconnue » est « douce ou méchante », « si elle mord ou se laisse caresser » :

  • 42 La 628-E 8, p. 391.
  • 43 Cf. La 628-E8, Contes cruels...
  • 44 Ah ! ces menstrues !
  • 45 Contes cruels, I, p. 500.
  • 46 Cf. Le Calvaire, in Œ. R., p. 151.
  • 47 Son « inspiration » peut tourner au délire.
  • 48 Ce n’est pas moi, mais les auteurs cités, qui emploient le mot « foule » au sens de la « populace  (...)
  • 49 Cf. les Bacchantes d’Euripide.

14Et alors que va-t-il arriver ? On ne sait jamais avec les foules, plus impressionnables, plus nerveuses, plus folles que les femmes42. Effrénée, les nerfs à fleur de peau, impatiente43, souvent mal lunée44, facilement exaspérée45, elle sera taxée de bizarrerie et d’incohérence46. C’est bien pratique quand il s’agit de présenter la foule-femme, à la fois ou tour à tour, inspirée47, à l’origine du changement ou, paresseuse, pourvoyeuse de décadence, paralysant le Progrès en raison de son inertie : on prétend surmonter de cette manière une contradiction due à l’insuffisance de la réflexion. En présentant les femmes révolutionnaires comme une force irrationnelle et incontrôlable, les hommes traduisaient la « grande peur » des mâles devant l’intervention des femmes dans l’Histoire, intervention transgressive qu’ils ne peuvent contrôler et jugée par eux idéologiquement incorrecte. On peut toujours affirmer que le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : à la femme, la portion congrue. L’exercice de la raison, c’est une affaire d’homme. Si certains historiens de la révolution, peu nombreux, ont vu dans la Femme révolutionnaire l’incarnation du mouvement populaire, l’image que l’on donne d’elle est, le plus souvent, celle de la populace48 déchaînée. Encore dans les années 1920, la presse au service du pouvoir présentait le défilé devant le Mur des Fédérés comme celui d’« une foule avinée, braillant L’Internationale ». La foule, bacchante saoule. Dionysiaque, la foule, prise par la fureur sacrée ou en proie au délire hystérique, est une ménade49 (= « femme possédée ») :

  • 50 M. Grant et J. Hazel, Dictionnaire de la mythologie, Seghers, 1975, p. 246.

[Les Ménades] sont les femmes qui composent le cortège de Dionysos et qui, prises d’une folie extatique, célèbrent son culte en dansant, chantant et jouant sur des instruments de musique. [...] Insoucieuses des convenances, elles étaient douées d’une grande force physique, au point de pouvoir déchirer les bêtes sauvages et de les dévorer50.

15La bacchanale qui se déchaîne dans le cauchemar ( ?) d’Aschenbach (La mort à Venise) montre bien que cette imagination de la foule présente un état de l’imagination du moi :

  • 51 Fayard, 1947, p. 120.

Des femmes vêtues de peaux de bêtes qui leur pendaient à la ceinture et dans lesquelles elles s’embarrassaient les pieds, agitaient au-dessus de leurs têtes, qu’elles rejetaient en arrière, en poussant un râle, des tambours de basque ; elles brandissaient des torches projetant des gerbes d’étincelles, et des poignards nus, elles portaient des serpents qu’elles empoignaient par le milieu du corps et qui dardaient leurs langues aiguës ; ou elles allaient poussant des cris, et offrant des deux mains leurs seins soulevés51.

  • 52 Rarement une Euménide !
  • 53 Voir notre Figure de Méduse dans l’œuvre d’Octave Mirbeau (Nizet, Saint Genouph, 1992) et Le Monde (...)
  • 54 C.-G. Jung, Métamorphoses de l’âme et ses symboles, Georg & C°, 1953, p. 348.
  • 55 La violence se manifeste dans la fuite rapide : le cheval est isomorphe des ténèbres et de l’enfer (...)
  • 56 Cf. Le Jardin des supplices, Œ. R., II, p. 262.
  • 57 Chroniques du Diable, « Le siècle du vertige », cité par Pierre Michel, in Œ. R., p. 1150.
  • 58 Le « substantif » du verbe grouiller, c’est « la larve » (Bachelard, La Terre et les rêveries du r (...)
  • 59 Bachelard, op. cit., Corti, 1948, p. 59.
  • 60 L’Écuyère, op. cit., p. 796.
  • 61 Cf. Les Mauvais Bergers.
  • 62 Sébastien Roch, p. 663.
  • 63 Contes cruels, I, p. 416.
  • 64 La Maréchale, in Œ. R., I, p. 1129.
  • 65 Le Jardin des supplices, Œ. R., II, p. 262.

16L’homme, ayant quelque chose à se reprocher, fait-il de la foule une divinité de la vengeance, une Érinye52 ? La foule-femme est, finalement, tout à fait conforme à l’image que donne de « l’éternel féminin » le dictionnaire des sempiternelles idées reçues : les femmes, enragées, sont des furies, des sorcières, des diablesses, des sirènes, des guivres... De Méduse53, ou plutôt de Gorgô, la femme a la férocité et le grotesque. À la fois, terrifiante et ridicule, cette foule se caractérise aussi par l’obscénité. « Le symbole de la foule, en particulier de la foule qui s’écoule et s’agite, je l’ai bien souvent constaté, est la traduction d’un grand mouvement de l’inconscient54 ». Fondée ou non, la féminisation de la foule s’accompagne de traits composant ce que G. Durand désigne par l’expression « visages du temps ». Parmi les symboles de cette sorte, la chevauchée55 du cheval chthonien, créature terrifiante, hippos chloros, image de cauchemar, spectre, démon56 : « Nous sommes au siècle de l’emballement [...], nous avons perdu la notion du petit trot ; nous ne connaissons plus que le grand galop57 ». Le grouillement et le fourmillement qui indiquent une animation de l’inconscient, marquent le début d’une dissociation. Image qui est « dégoût et admiration », celle du fourmillement58 se couvre facilement de valeurs contraires, et, de ce fait, archaïque, illustre bien l’ambivalence de la foule, active ou agitée, mais toujours en mouvement. « La mutiplicité est agitation59 », la multitude aussi. Cette image devient idée « première » (Bachelard). Le grouillement de la foule s’accompagne de sa pullulation (« On s’empilait au dehors60 »), de sa prolifération61, de son excroissance anarchique. Totalisation : « [Les pèlerins] arrivaient à travers la lande, par bandes, de très loin, sortaient des gorges, débouchaient de toutes les sentes62. La foule grossit. De toutes les rues, de toutes les ruelles, de toutes les maisons, les curieux affluèrent63 ». Parfois, il y a des à-coups dans la marche : « Les rangs [des piétons] battaient l’un contre l’autre avec des souffles d’accordéon64 ». Le remuement ne cesse pas pour autant. Immobilisée (« Nous n’avancions pas65 »), la foule n’en continue pas moins de grossir et de s’agiter :

  • 66 Sébastien Roch, op. cit., p. 664.

Aux approches de Sainte-Anne, il fallut ralentir la marche, et resserrer les rangs. La foule grossissait, arrêtée devant les boutiques où l’on vendait des médailles bénites [...]. Couverts de vermines grouillantes, de fanges invétérées, soigneusement entretenues pour les pèlerinages, d’invraisemblables mendiants pullulaient et demandaient la charité66.

  • 67 La 628-E 8, p. 392.
  • 68 L’Écuyère, p. 891.

17Pullulement de « vermines grouillantes » bien propres ( !) à susciter la compassion des larves processionnaires. Ce qui frappe, chez les foules, c’est la constance de leur expansion : « Je ne sais comment tout cela va finir, comment nous allons pouvoir remonter en voiture, au milieu de cette foule qui semble toujours grossir, grossir et qui devient plus nerveuse67 ». Du fait de sa continuelle expansion, la force de la foule apparaît comme irrésistible, à telle enseigne qu’on en oublie que, après l’accroissement, viendra la dispersion : « La foule affluait, serpentait à travers des portes qui, l’étranglant un moment, l’éparpillaient après comme une traîne68 ». Il est vrai qu’elle se reforme à la moindre occasion.

  • 69 « Multitude » du lat. multitudo, de multum (cf. « moult »).
  • 70 Gilbert Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, op. cit., p. 76.

18Le mouvement anarchique révèle, d’emblée, « l’animalité à l’imagination, et cerne d’une aura péjorative la mutiplicité69 qui s’agite70 ». Pour l’imagination, tout insecte est larve. Et cette multitude grouillante et pernicieuse symbolise le mal :

  • 71 Apocalypse, IX 3.
  • 72 Ibid., IX, 7.
  • 73 Ibid., IX, 11.
  • 74 Ibid., XVI, 13.

Ensuite il sortit de la fumée du puits des sauterelles qui se répandirent sur la terre, et la même puissance qu’ont les scorpions sur la terre leur fut donnée71.
Or ces espèces de sauterelles étaient semblables à des chevaux préparés pour le combat72.
Elles avaient pour roi l’ange de l’abîme appelé en hébreu Abaddon, et en grec Apollyon, c’est-à-dire l’Exterminateur73.
Je vis alors sortir de la gueule du dragon, de la bête et de la bouche du faux-prophète, trois esprits impurs semblables à des grenouilles74.

19Variante du schème de l’animation, l’archétype du chaos :

  • 75 Bachelard, op. cit., p. 59.

Il n’y a pas, dans la littérature, un seul. [...] Et ce n’est pas pour rien que dans les livres du xviiie siècle et des siècles antérieurs, on voit le mot orthographié75.

  • 76 Chez Bosch, l’agitation va de pair avec la métamorphose animale.
  • 77 Les Mauvais Bergers, p. 83-86.
  • 78 Ibid.

20L’enfer n’est-il pas imaginé par les peintres76 (Bosch, Breughel...) comme lieu chaotique et agité ? La gueule d’animal incarne tous les fantasmes affreux : rugissements sinistres, manducations agressives. Le « cri », inséparable du « grouillement77 » a quelque chose de maléfique et de paralysant. Les Romains poussaient leur « clameur » au moment de l’assaut : « On entend un bruit confus, des clameurs encore lointaines [...]. Robert ouvre la fenêtre, la main dans la direction du bruit. [...] Les clameurs se rapprochent [...], cris, clameurs, chants78 ».

  • 79 Les hommes hurlent l’amour « avec la voix maudite des damnés » (Le Calvaire).
  • 80 Un Gentilhomme, Flammarion, 1920, p. 58.

21Associé à Dionysos, Iakchos personnifiait le cri poussé lors de l’assaut... érotique. Possédée par la fureur homicide, la foule pousse un cri animal qui se situe entre le schème de l’animation et la voracité sadique. Les mâchoires rapides de Gorgô font un bruit qui rappelle les cris des suppliciés dans l’Hadès : claquements, grincements, même lorsqu’il s’agit des râles paroxystiques de l’amour79, attestant que l’on est parvenu à l’orgasme. Quant aux ricanements de la foule, ils sont, comme ceux des enfants faisant d’un camarade un objet d’amusement, « féroce[s] et meurtrier[s]80 ».

  • 81 Le Jardin des supplices, Œ. R., II, p. 262. – Cf. « rumeurs », p. 264 – « tumulte » ; « grondement (...)
  • 82 « Sur la place, c’était une bousculade. Aux portes du cirque [...], la foule se ruait, menant tapa (...)
  • 83 Contes cruels, I, p. 506.
  • 84 Le Calvaire, p. 142.
  • 85 Sébastien Roch, ibid.

22Le bruit81 a partie liée avec l’agitation animale (« grondements82 »). Le thème du mugissement, du rugissement, du cri est constitutif du lieu de rencontre infernal (« enfer bouillonnant83 ») que représente la foule : « Plus je me jetais dans les foules, plus je me grisais de tapage84 ». Sébastien Roch s’imagine en cadavre qui, « dans le noir effrayant », entendrait « au dessus de lui, rouler les piétinements d’un peuple et gronder des rumeurs d’une ville85 ».

  • 86 Ibid. – « Gigantesque activité » de la Ville « colossale et démoniaque » : « Paris me fit l’effet (...)
  • 87 Le nom hébreu de l’enfer, ge hinnom, signifie « la vallée aux détritus ».
  • 88 « Peuple » : dérivé de popularis (= « du peuple », « vulgaire », « foule ») par dérivation régress (...)
  • 89 G. Durand, Les Structures..., op. cit., p. 77.

23La ville produit une mutitude formée de « gens anonymes », de fourmis, de « matricules86 » comme l’Armée les aime pour en faire de la chair à canon. Le citadin perd ses repères. Le tableau du ventre infernal que constitue la foule serait incomplet sans les odeurs nauséabondes. Les symboles de l’égout et des immondices se retrouvent fréquemment dans les images du bas-fonds qui est associé à la notion de populace87 : « Et les odeurs soulevées par la foule – odeurs de cabinets et d’abattoir mêlées, puanteur des charognes et parfums des chairs vivantes m’affadissaient le cœur, me glaçaient la moelle88 ». Le schème de l’animation accélérée « semble être une projection assimilatrice de l’angoisse devant le changement, l’adaptation animale ne faisant, dans la fuite, que compenser un changement brusque par un autre changement brusque89 ». Il s’agit de la première expérience du temps.

  • 90 Le Jardin des supplices, op. cit., p. 263.
  • 91 Le Calvaire, p. 142.

24Le grand nombre entraîne au moins la promiscuité. Mais on passe aisément de l’image de la foule en marche à l’idée de son agressivité. Le mot « agresseur » vient du latin agressor, de agredi, « attaquer », « marcher (gradi) vers... » : on est « heurté par les chevaux », « coudoyé par les hommes », « étourdi par le ronflement de la ville90 ». « En même temps, pressé, bousculé de tous les côtés et la respiration me manquant presque, j’allais enfin défaillir91 ».

25On pense à l’étymologie du mot « angoisse ».

  • 92 Le Jardin des supplices, p. 263.

26La foule, agressive, est, en conséquence, facilement militarisée : « Et ce fut un véritable assaut, une montée furieuse et bruyante en un seul homme, sous la poussée de [la] foule qui grossissait toujours dans la rue et des musiciens qui se décidaient à entrer92 ».

27L’image de la « marée humaine » est tenace. Le Frédéric de Flaubert, esthète au milieu de la mêlée, présente le mouvement de foule dans son effet plastique et burlesque :

  • 93 L’Éducation sentimentale, Classiques Garnier, 1954, p. 288. – Cf. « La masse obscure que Lange ape (...)

Un remous continuel faisait osciller la multitude. Frédéric, pris entre deux masses profondes, ne bougeait pas, fasciné d’ailleurs et s’amusant extrêmement.
Les blessés qui tombaient, les morts étendus n’avaient pas l’air de vrais blessés, de vrais morts. Il lui semblait assister à un spectacle.
Au milieu de la houle, par-dessus des têtes, on aperçut un vieillard en habit noir sur un cheval blanc, à selle de velours. [...]
Un flot d’intrépides se rua sur le perron93.

  • 94 Cf. Contes cruels, La 628 E-8, L’Écuyère...
  • 95 Le Mauvais Bergers, p. 86.
  • 96 « Les gendarmes s’enfoncèrent dans la foule » (Contes cruels, I, p. 416)

28Surdimensionnée par Mirbeau, « force océanique94 », la foule est cosmicisée : on entend des clameurs, avec des flux et des reflux, comme des vagues95. Telle la mer96 impassible, la foule engloutit, serait-elle « pacifique » et « joyeuse » :

  • 97 Contes cruels, I, p. 40.
  • 98 Ibid., p. 43.
  • 99 L’Écuyère, p. 963.
  • 100 La 628-E 8, p. 391.

Dans la rue, la foule roulait ses vagues déferlantes et hurlantes. […]. Mais aucune clameur de menace ne montait de cette tempête humaine. […] Et ces acclamations étaient si notoirement, si merveilleusement joyeuses que plusieurs parmi ceux qui les poussaient, mouraient étouffés, congestionnés ou bien piétinés, afin de bien démontrer le désir de paix de la France97.
[L]a foule encore accrue, roulait ses flots humains, battait les murs de ses vagues déferlantes redoublées. On n’entendait qu’un sourd grondement de mer s’engouffrant dans les cavernes des falaises98.
C’était un déchaînement, un chœur puissant du peuple allumé, une phrase profonde, répétée, d’océan99.
Bientôt, on ne distingue plus les têtes confondues, on ne voit que des ondulations, des remous, une surface mouvante, houleuse, d’où s’élèvent des murmures100

  • 101 Bachelard, La Terre., op. cit., p. 62.
  • 102 Le Calvaire, in Œ. R., I, p. 143.

29Déjà déshumanisée, elle n’est plus à l’échelle humaine. Le « traitement » de la foule n’échappe pas au glissement qui fait passer du schème thériomorphe au symbolisme « mordicant » dont il est question dans les livres d’alchimie101. L’agression est rendue par les images privilégiées du bestiaire : l’animal infernal (le loup est la bête dévorante, par excellence), le monstre (ogre...), la gueule dévorante, les piquants manifestent la présence menaçante de la mort. La gueule animale, en particulier incarne tous les fantasmes affreux : rugissements sinistres, manducation agressive. Et puisque la foule est femme, on l’affectera d’une bestialité sadique mordicante. Elle sera une « bête humaine » collective aux appétits, en particulier sexuels, féroces. Dentue jusqu’au vagin, la Femme n’est-elle pas déshumanisée ? « Un jour, je vis un homme qui en tuait un autre : on l’admira et son nom fut aussitôt dans toutes les bouches ; le lendemain, je vis une femme qui levait ses jupes en un geste obscène, la foule lui fit cortège102 ».

30Fascination qu’exerce cette obscénité sur les nymphomanes, les sado-masochistes :

  • 103 Le Jardin des supplices, Œ. R., II, p. 262-263.
  • 104 Op. cit., variante de 1897.

On se pressait si furieusement à l’entrée du bagne, que les agents de police avaient peine à mettre un peu d’ordre dans le tumulte. Caquetages, cris, étouffements, froissements d’étoffes, heurts d’ombrelles et d’éventails, ce fut dans cette mêlée que Clara se jeta goulûment. [...] Elle était, elle, libre, très joyeuse, au milieu de cette foule dont elle humait les odeurs, dont elle subissait les plus répugnantes étreintes avec une sorte de volupté pâmée. Elle tendait son corps – tout son corps svelte et vibrant – aux brutalités, aux coups, aux déchirements103, au viol des caresses brutales104.

  • 105 Illustration : spectacle de strip-tease dans un cabaret anglais. Lanima apparaît sous une forme gr (...)
  • 106 Une perversion du goût, également : la foule n’est-elle pas laide, comme la Bête ?
  • 107 La chair est triste... « Les rues de la ville de C... étaient pleines de lumière, et les promeneur (...)
  • 108 « Il ne faut pas grand-chose pour que la badauderie reprenne le dessus [...]. Il suffit d’une auto (...)
  • 109 « La foule, heureuse, toute fière, entoure ces six cavaliers... » (La 628 – E8, p. 347)

31Clara représente à elle seule la foule, la « multitude vile », « sous le fouet du plaisir »... La foule « prend son pied » à la vue des spectacles dégradants105. Atteinte de bassesse morale, elle constitue une « perversion106 ». Passe encore qu’elle se passionne pour des spectacles sans intérêt (course après un ballon, chevaux qui tournent en rond, vélos qui font un tour, fête champêtre107, belle automobile arrêtée108...), mais elle raffole de spectacles barbares qui l’excitent (défilés militaires109, corridas...) et où son « âme » sanguinaire trouve à se satisfaire :

  • 110 Contes cruels, I, p. 506.

[Le mendiant] fut entouré, cerné. Quarante poings se levèrent sur lui...
Vingt bouches lui jetèrent, comme un vomissement, l’injure au visage. [...]
[D]es poings tendus, des faces crispées [...]
– Tapez dessus !...
– Arrachez-lui les cheveux !...
– La peau !...
– Cassez-lui la gueule110 !...

32Lorsqu’une dame s’interpose et exige que le mendiant soit relâché, la foule, voyant sa proie lui échapper, fait éclater des « paroles malsonnantes », « injurieuses » :

  • 111 Ibid.

Ce fut une explosion dans la foule... La colère, l’indignation [...] se reportèrent sur la dame... Des outrages orduriers se dessinèrent... durant quelques secondes, elle eut à subir quelque chose des hideux, comme le viol de toute sa personne par cette foule frénétique... [...]
– Vous êtes des sauvages !... s’écria la dame111.

  • 112 L’insolite signale la proximité de la Mort (f Michel Guiomar).
  • 113 Contes cruels, I, p. 414.
  • 114 Op. cit., p. 506.
  • 115 Cf. Le Calvaire.
  • 116 « Masse » : a d’abord le sens d’« amas ». Cf. « une foule s’amassa devant la porte » (Contes cruel (...)

33La foule est prête pour n’importe quelle aventure totalitaire (Boulanger), telles ces grenouilles qui demandent un roi. Insolite112, elle conjoint donc Éros et Thanatos. « Et le mot « mort », qui passait de lèvres en lèvres, raidit tous les cols, tendus simultanément dans la [même] direction113 ». La foule, aux « griffes et aux crocs114 » acérés, se montre dangereuse et acharnée (au sens étymologique). Insensible aux appels de l’intelligence115, la foule constitue une menace pour l’humanité. Le règne des foules signifie oppression pour la personne humaine. Tentaculaire, l’Hydre emprisonne l’individu dans la masse. L’individu est promis à une dévoration prochaine par le Léviathan aux mille têtes, figure d’Apocalypse qui, comme le père Ubu, vise à l’extinction du genre humain. La foule se fait l’instrument de sa propre destruction. Puisque tout symbole est ambivalent, certains verront dans la multitude de la foule et ses réserves d’énergies, une menace de destruction, mais aussi un gage de force et l’assurance de la pérennité de la race humaine. Signe que la foule règnera en maîtresse : alors que nous naissons vieux, aussi rudimentaires que l’axolotl, et que nous n’aurons pas trop de toute notre vie pour « rajeunir », certains prétendent trouver, dans la masse116, magma indifférencié, la source du rajeunissement ! On se fonde sur l’idée que du pire peut sortir le meilleur, que la foule, en détruisant, prépare la renaissance. Alors attente des Barbares dont on pense qu’ils régénéreront le vieux monde ?

  • 117 Georges Cesbron, « Crise de l’Occident, appels de l’Orient, attentes des Barbares dans quelques li (...)

On sait que dans ce roman initiatique [Sur les Falaises de marbre, d’Ernst Jünger], le caractère régressif, tellurique des forces déclenchées va de pair avec une eschatologie différente qui relève de l’éternel retour ; la victoire opérée au sein de la catastrophe est tout intime : un contentement qui peut devenir joie.117

  • 118 Cf. Ortega y Gasset, La Révolte des masses.
  • 119 Kleine Freuden. Die Kunst des Müssiggangs. Traduction par A. Cade, Calmann-Lévy, 2002, p. 11.

34En fait, féminines (ce dont je doute) ou pas, les foules sont intervenues et interviennent dans l’Histoire118. Hermann Hesse, présentant son Art de l’oisiveté119 (1932), écrit que tous ses propos « combattent l’optimisme mensonger qui règne dans (l’)opinion publique », combattent « cette religion à la mode qui, en Europe comme en Amérique, glorifie l’homme moderne souverain, auteur de tant de réussites ». Mais l’hubris, la démesure humaine n’est pas légitime : il suffit de se référer à l’histoire récente pour établir que l’homme moderne part à la guerre avec une coupable « légèreté fanfaronne ». L’« homme de masse » est l’antithèse de la personne : il a « définitivement perdu toute façon de croire et de penser ». C’est aux gens de son époque, « aux lecteurs de journaux », à une foule « au caractère menaçant » que s’adresse l’auteur, persuadé que « l’homme de masse » est le produit de la modernité.

  • 120 Georges Darien, Bas les cœurs !, Jean-Jacques Pauvert éditeur, 1957, p. 77.

35Il s’en faut de beaucoup que la contemplation de son nombril soit une spécialité « tudesque » : « Nous sommes tellement bavards, nous autres, si prompts à cancaner et à dénigrer que nous avions besoin d’une leçon120 ».

  • 121 Op. cit., p. 33.

36La foule avait l’art, avant la défaite de 1870, d’accommoder les pacifistes. On peut lire dans la presse bien-pensante : « Cette manifestation [aux cris de Vive la paix !] est accueillie par des sifflets partis des bas-côtés des boulevards. Et bientôt la foule, ne pouvant plus contenir son indignation, se précipite sur ces stipendiés de Bismarck et les disperse, non sans avoir administré à quelques-uns des plus acharnés une correction bien méritée121 ».

37Et que dire du déferlement de haine, de « la satisfaction immonde de la vengeance basse » lorsqu’arrivent à Versailles des Fédérés prisonniers : « des dames du monde leur lançaient des pierres » !

  • 122 Albin Michel, 1950, p. 389.

38Th. Mann, dans Le docteur Faustus, fait constater par le narrateur l’immense perte de valeur que l’individu avait subie du fait de la guerre [1914-1918], le mépris avec lequel [...] la vie balayait les isolés, mépris qui s’infiltrait également dans les âmes sous forme d’une indifférence générale aux souffrances et à l’anéantissement de chacun122. Et l’avant-garde de la « culture critique » décrite à la page suivante ne formule aucune crainte, aucun effroi devant la montée de la barbarie, étalant une complaisance dont on peut douter qu’elle s’adresse à « la découverte des choses et non aux choses mêmes » :

  • 123 L’ouvrage méritait bien son titre !

Nul ne s’étonnera qu’[...] un ouvrage paru sept ans avant la guerre, les Réflexions sur la violence123, de Sorel, jouât un rôle marquant. Son impitoyable annonce de la guerre et de l’anarchie, sa définition d’une Europe vouée à être le théâtre du futur cataclysme guerrier, son assertion qu’une seule idée, – faire la guerre – pouvait unir les hommes de cette partie-ci du monde, tout cela permettait de l’appeler le livre de ce temps.

  • 124 Le docteur Faustus, op. cit., p. 390-391.
  • 125 Gilbert Durand, Introduction à la mythodologie, Albin Michel, 1996, p. 40.
  • 126 Cf. « Le système ou le mythe contre les mythes », in Le Système et le rêve, Sous la direction de J (...)

39La conviction de Sorel prophétise qu’aux « époques grégaires » les discussions parlementaires se révèlent complètement incapables « à forger une volonté politique ». À leur place, les hommes seront « nourris de mythes, appels primitifs au combat destinés à déchaîner les énergies de cet ordre, à les stimuler ». Les mythes adaptés aux foules deviendront « le véhicule du mouvement politique : les fictions, les chimères, les fables ». Elles n’auront pas besoin « d’avoir le moindre rapport avec la vérité, la raison, la science, pour être créatrices, conditionner la vie et l’histoire ». Pas de faux-fuyant : la force est présentée comme « l’antithèse victorieuse de la vérité124 ». G. Durand s’efforce de montrer que depuis les décennies terminales du xixe siècle, nous sommes entrés « dans une zone d’intenses remythologisations125 ». L’utilisation que l’on fait du mythe peut être dangereuse. Il faut craindre le totalitarisme « monosépale » du mythe, fût-il progressiste et positiviste, mythe contre les mythes126. Le mythe « fraternellement ouvert de Joseph et ses frères » peut seul « faire pièce au terrifiant, Mythe du xxe siècle, à la suprématie de la race » et de « la brute blonde » sur l’ensemble des « mythes fondateurs de l’humanité ».

  • 127 Les sept Couleurs, Plon, 1939.
  • 128 Brasillach note cependant que « le mythe du fascisme a ceci pour lui, que n’avait pas le mythe de (...)
  • 129 Th. Mann se demande si Nietzsche « n’aurait pas été sensible aux tendances socialistes de l’époque (...)

40Robert Brasillach127, orfèvre en la matière, célèbre le fascisme en expliquant que les mythes ont une valeur créatrice, créatrice de violence, bien entendu, et, se refusant à « faire le détail128 » puisque Mussolini a déclaré « tout devoir » à Georges Sorel129, cite les Réflexions sur la violence de ce dernier : « Il importe peu de savoir ce que les mythes renferment de détails destinés à apparaître sèchement sur le plan de l’histoire future ; ce ne sont pas des almanachs astrologiques ». En conséquence, on les jugera comme « des moyens d’agir sur le présent ». La « vertu » du mythe fasciste vient de sa « puissance » qui fait de lui ce que Sorel définit comme « une organisation d’images capables d’évoquer indistinctement tous les sentiments qui correspondent aux diverses manifestations de la guerre engagée… contre la société moderne. » Leur intrusion a favorisé les entreprises totalitaires des Mussolini, Hitler, Staline, Mao et autres Pol-Pot. Elles qui laminent l’individu, elles ont assuré la promotion de « conducteurs », « duces », « führers », « caudillos », « petits pères des peuples », « géniaux timoniers », prompts à les attacher à leur char… d’assaut. La machine à niveler a favorisé l’installation durable du culte de la personnalité, et pas seulement dans le domaine politique ! Quant à elles, les foules ont été métamorphosées par les dictateurs, de peuple en hordes conquérantes prêtes à toutes les exactions.

  • 130 Bas les cœurs ! (1889) Jean-Jacques Pauvert, 1957, p. 279.

Darien130 mettait dans la bouche de l’un de ses personnages des propos prémonitoires :
Tout le monde soldat... Tu verras ça... Plus de peuples : des armées. Plus d’humanité : du patriotisme. Plus de progrès : des drapeaux. Plus de liberté, d’égalité,
de fraternité : des coups
de fusil... Ah ! saleté humaine ! Ah ! bêtise ! Ah ! cochonnerie !...

41L’image de la foule sert diversement l’idéologie. Dans le cas de Mirbeau, bien que l’humanité soit à l’image de cette foule qu’elle compose, « l’imprécateur au cœur fidèle », en pessimiste lucide, s’engage. Pierre Michel nous a donné plus qu’une idée des combats menés par l’homme et l’écrivain pour l’amélioration de la race… humaine.

42Valorisée positivement ou négativement, féminisée pour le meilleur ou pour le pire, toujours est-il que les symboles qui font cortège à la foule permettent aux écrivains de donner toute leur mesure.

Notes

1 Élias Canetti, Masse et puissance, Gallimard, 1966, p. 11, traduit de l’allemand par Robert Rovini. On a proposé de traduire le titre original Masse und Macht par Masses et puissance.

2 Ibid., p. 12.

3 p. 78.

4 p. 79.

5 p. 83.

6 p. 87.

7 p. 88-89.

8 p. 90.

9 Cf., p.91.

10 Voir le chapitre « La meute », op. cit., p. 95-176.

11 Octave Mirbeau, L’Écuyère, in Œuvre romanesque, I, Édition critique établie, présentée et annotée par Pierre Michel, Buchet/Chastel, 2000, p. 796.

12 « Foule » (= « pressé », « endroit où on l’est pressé »), dérivé de « fouler » : latin populaire, *fullare (= « fouler une étoffe »), d’après fullo (= « foulon »). – Cf. « Ce demi-silence devait planersur un effort de corps à corps et de poussée : plus de pression que de coups » (Paul Nizan, Le cheval de Troie, 1935, Gallimard, 1994, p. 168).

13 Émile Verhaeren, Les Villes tentaculaires.

14 Latin gregarius, relatif au troupeau (grex, gregis).

15 Contes cruels, I, Librairie Séguier, 1990, p. 504.

16 Ibid.

17 Ibid.

18 Sébastien Roch, in Œ. R., I, p. 664.

19 Dans la vieille rue, in Œ. R., II, p. 1082.

20 Traduction de Geneviève Blanquis, Fayard, 1965, p. 177.

21 Illustration : Hitler simulant un discours afin de découvrir pourquoi la foule est fascinée par lui. Il mime l’une de ses harangues, tandis que le phonographe reproduit ses paroles (L’Homme et ses idoles, Janus, n° 5, mars 1965, p. 80).

22 Illustrations : la fête du solstice célébrée en été par la jeunesse hitlérienne : l’énergie des archétypes peut-être concentrée de manière à pousser les gens à l’action collective ; Hitler sous lestraits héroïques d’un croisé (C.-G. Jung, L’Homme et ses symboles, Robert Laffont, 1964, p. 79). Comme Charlie Chaplin avec son film, Helmut Herzfeld, alias John Heartfield, par ses photogrammes, a arraché son masque au dictateur.

23 Surnom donné à un prédicateur ambulant, Hans Boeheim, qui passait pour un « jeune homme sacré ».

24 Traduction par Louise Servicen, Albin Michel, 1950, p. 38.

25 Ibid., p. 39.

26 Ibid.

27 P. 40.

28 Hitler n’était pas une femme, que je sache. Illustration : Hitler prononçant un discours. Churchill donne du meneur la description suivante : « Pendant plus de cinq ans, cet homme a parcouru l’Europe à la recherche de quelque chose auquel il pourrait mettre le feu. Malheureusement, il se trouve sans cesse des mercenaires pour ouvrir les portes de leur pays à cet incendiaire international » (L’Homme et ses symboles, op. cit., p. 172).

29 Voir « L’Homme abîmé et le mythe hérodique », in Actes du colloque Marcel Béalu, P.U. d’Angers, 1998 ; « Charles-Louis Philippe entre Hermès et Dionysos », in Recherches sur l’imaginaire, Cahier XXIV, Université d’Angers, 1993

30 Illustration : jeunes « fans » (8 à 13 ans) manifestant leur admiration pendant un tour de chant de Claude François (Janus, op. cit., p. 141).

31 Introduction à la science sociale, Librairie Hatier, 1925, p. 58.

32 Contes cruels, I, op. cit., p. 413.

33 Le Calvaire, in Œ. R, p. 141-142.

34 Comment retenir l’attention de ces gens, obtenir d’eux ne serait-ce qu’un simple regard ?

35 Ibid.

36 Ibid.

37 Cf Les Mauvais Bergers, in Théâtre complet, Édition présentée et annotée par Pierre Michel, Éditions InterUniversitaires, Saint-Pierre-du-Mont, 1999, p. 122.

38 La 628-E 8, Fasquelle, 1907, p. 523.

39 Op. cit., p. 113. – Cf « impose », p. 116.

40 Cf. op. cit., p. 120.

41 Leitmotiv de la littérature « fin-de-siècle ».

42 La 628-E 8, p. 391.

43 Cf. La 628-E8, Contes cruels...

44 Ah ! ces menstrues !

45 Contes cruels, I, p. 500.

46 Cf. Le Calvaire, in Œ. R., p. 151.

47 Son « inspiration » peut tourner au délire.

48 Ce n’est pas moi, mais les auteurs cités, qui emploient le mot « foule » au sens de la « populace ». Darien distingue de la foule belliciste le peuple manifestant son attachement à la paix.

49 Cf. les Bacchantes d’Euripide.

50 M. Grant et J. Hazel, Dictionnaire de la mythologie, Seghers, 1975, p. 246.

51 Fayard, 1947, p. 120.

52 Rarement une Euménide !

53 Voir notre Figure de Méduse dans l’œuvre d’Octave Mirbeau (Nizet, Saint Genouph, 1992) et Le Monde imaginaire d’Octave Mirbeau (Presses de l’Université d’Angers/Société Octave Mirbeau, 2001).

54 C.-G. Jung, Métamorphoses de l’âme et ses symboles, Georg & C°, 1953, p. 348.

55 La violence se manifeste dans la fuite rapide : le cheval est isomorphe des ténèbres et de l’enfer. Jung insiste sur le caractère hippomorphe du « cauchemar ». Il retrouve, dans l’étymologie du mot, le latin calcare (cf. l’expression « cocher la poule » = copuler et fouler aux pieds) et le vieux haut-allemand mahra (= étalon) qui se confond avec l’image de la mort dans le radical indoeuropéen mar (= mourir) ; sanskrit mrtah (= le « mort »). Mahrt (slavon mora, la « sorcière » ; vieux-russe mora, le « spectre » ; polonais mora et tchèque mura le « cauchemar »), c’est le démon hippomorphe allemand. – Gilbert Durand rapproche de la même étymologie le mors, mortiss-latin, le vieil irlandais marah (= « mort »), le lithuanien maras (= « peste »). (Les Structures anrthropologiques de l’imaginaire, Bordas, 1968, p. 79). Ajoutons le gotique maurthr (= « meurtre »), le vieil-anglais morthor, le vieux haut- allemand murdreo (« meurtrier »), le néerlandais moord (= « meurtre »), le suédois mord (= « meurtre »). Le fr. meurtre vient du francique *mordor, même sens.

56 Cf. Le Jardin des supplices, Œ. R., II, p. 262.

57 Chroniques du Diable, « Le siècle du vertige », cité par Pierre Michel, in Œ. R., p. 1150.

58 Le « substantif » du verbe grouiller, c’est « la larve » (Bachelard, La Terre et les rêveries du repos, Corti, 1958, p. 76).

59 Bachelard, op. cit., Corti, 1948, p. 59.

60 L’Écuyère, op. cit., p. 796.

61 Cf. Les Mauvais Bergers.

62 Sébastien Roch, p. 663.

63 Contes cruels, I, p. 416.

64 La Maréchale, in Œ. R., I, p. 1129.

65 Le Jardin des supplices, Œ. R., II, p. 262.

66 Sébastien Roch, op. cit., p. 664.

67 La 628-E 8, p. 392.

68 L’Écuyère, p. 891.

69 « Multitude » du lat. multitudo, de multum (cf. « moult »).

70 Gilbert Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, op. cit., p. 76.

71 Apocalypse, IX 3.

72 Ibid., IX, 7.

73 Ibid., IX, 11.

74 Ibid., XVI, 13.

75 Bachelard, op. cit., p. 59.

76 Chez Bosch, l’agitation va de pair avec la métamorphose animale.

77 Les Mauvais Bergers, p. 83-86.

78 Ibid.

79 Les hommes hurlent l’amour « avec la voix maudite des damnés » (Le Calvaire).

80 Un Gentilhomme, Flammarion, 1920, p. 58.

81 Le Jardin des supplices, Œ. R., II, p. 262. – Cf. « rumeurs », p. 264 – « tumulte » ; « grondement » (Les Mauvais Bergers, p. 115 & 117).

82 « Sur la place, c’était une bousculade. Aux portes du cirque [...], la foule se ruait, menant tapage » (L’Écuyère, p. 963).

83 Contes cruels, I, p. 506.

84 Le Calvaire, p. 142.

85 Sébastien Roch, ibid.

86 Ibid. – « Gigantesque activité » de la Ville « colossale et démoniaque » : « Paris me fit l’effet d’un grand bruit et d’une grande folie » (Le Calvaire, in Œ. R., I, p. 141). Mirbeau pratique l’hyperbole. On peut parler de son expressionnisme : la ville prend des proportions fantastiques.

87 Le nom hébreu de l’enfer, ge hinnom, signifie « la vallée aux détritus ».

88 « Peuple » : dérivé de popularis (= « du peuple », « vulgaire », « foule ») par dérivation régressive. Cf. poplicus, publicus. 1581 : « peuplade », « bande de garnements », comme si l’on avait le sentiment que le peuple était infantile.

89 G. Durand, Les Structures..., op. cit., p. 77.

90 Le Jardin des supplices, op. cit., p. 263.

91 Le Calvaire, p. 142.

92 Le Jardin des supplices, p. 263.

93 L’Éducation sentimentale, Classiques Garnier, 1954, p. 288. – Cf. « La masse obscure que Lange apercevait [...] ondulait sous une frange de têtes [...] ; des mouvements profonds brassaient ces franges comme la crête des algues au-dessus de leurs champs de roches sous la mer » (Paul Nizan, Le cheval de Troie, 1935, Gallimard, 1994, p. 168).

94 Cf. Contes cruels, La 628 E-8, L’Écuyère...

95 Le Mauvais Bergers, p. 86.

96 « Les gendarmes s’enfoncèrent dans la foule » (Contes cruels, I, p. 416)

97 Contes cruels, I, p. 40.

98 Ibid., p. 43.

99 L’Écuyère, p. 963.

100 La 628-E 8, p. 391.

101 Bachelard, La Terre., op. cit., p. 62.

102 Le Calvaire, in Œ. R., I, p. 143.

103 Le Jardin des supplices, Œ. R., II, p. 262-263.

104 Op. cit., variante de 1897.

105 Illustration : spectacle de strip-tease dans un cabaret anglais. Lanima apparaît sous une forme grossière, puérile dans les fantasmes érotiques des hommes (C.-G. Jung, L’Homme et ses symboles, Robert Laffont, 19, p. 181).

106 Une perversion du goût, également : la foule n’est-elle pas laide, comme la Bête ?

107 La chair est triste... « Les rues de la ville de C... étaient pleines de lumière, et les promeneurs y circulaient lentement [...]. Ce n’était pas de la joie – car la joie n’est jamais parmi les foules, surtout parmi les foules en fête –. » (Contes cruels, I, p. 502). Chacun peut ainsi poursuivre « un profond rêve intérieur » (p. 503) !

108 « Il ne faut pas grand-chose pour que la badauderie reprenne le dessus [...]. Il suffit d’une automobile, arrêtée devant un restaurant. [...] Elle fait sensation » (La 628-E8, p. 391). Réaction disproportionnée.

109 « La foule, heureuse, toute fière, entoure ces six cavaliers... » (La 628 – E8, p. 347)

110 Contes cruels, I, p. 506.

111 Ibid.

112 L’insolite signale la proximité de la Mort (f Michel Guiomar).

113 Contes cruels, I, p. 414.

114 Op. cit., p. 506.

115 Cf. Le Calvaire.

116 « Masse » : a d’abord le sens d’« amas ». Cf. « une foule s’amassa devant la porte » (Contes cruels, I, p. 412)

117 Georges Cesbron, « Crise de l’Occident, appels de l’Orient, attentes des Barbares dans quelques livres des années 1920-1980 », in Recherches sur l’imaginaitre, Cahier XXIII, Université d’Angers, 1985, p. 435.

118 Cf. Ortega y Gasset, La Révolte des masses.

119 Kleine Freuden. Die Kunst des Müssiggangs. Traduction par A. Cade, Calmann-Lévy, 2002, p. 11.

120 Georges Darien, Bas les cœurs !, Jean-Jacques Pauvert éditeur, 1957, p. 77.

121 Op. cit., p. 33.

122 Albin Michel, 1950, p. 389.

123 L’ouvrage méritait bien son titre !

124 Le docteur Faustus, op. cit., p. 390-391.

125 Gilbert Durand, Introduction à la mythodologie, Albin Michel, 1996, p. 40.

126 Cf. « Le système ou le mythe contre les mythes », in Le Système et le rêve, Sous la direction de Jean-Marie Paul, L’Harmattan, 2002.

127 Les sept Couleurs, Plon, 1939.

128 Brasillach note cependant que « le mythe du fascisme a ceci pour lui, que n’avait pas le mythe de la grève générale chère à Sorel, d’avoir été incarné et plusieurs fois, sous diverses formes » (p. 209).

129 Th. Mann se demande si Nietzsche « n’aurait pas été sensible aux tendances socialistes de l’époque, tout comme aux tendances fascistes – d’autant que la ligne de démarcation n’est pas si facile et, chez Sorel, elle était encore très fluide » (Lettres, 1943-1947, Gallimard, 1970, p. 334-335). Les nazis et les « communistes » kominterniens organisèrent des meetings en commun (cf. Weimar ou la modernité, Colloque organisé avec le concours de l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud, 1982).

130 Bas les cœurs ! (1889) Jean-Jacques Pauvert, 1957, p. 279.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540