Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hawaï

 | 
Vincent Coëffé

Quatrième partie. De la durabilité du lieu : pérennisation et diversification des pratiques urbaines

Chapitre XV. Les jeux du surf

Texte intégral

LE MYTHE D’EROS ET THANATOS

1Flotter est une posture qui hante l’individu (pratiquant la plage) et sa volonté d’indétermination, de tension entre la disponibilité à soi-même et aux autres, entre le reflux sur l’intimité et le flux vers l’extimité.

2Cette relative fluidité des postures lui permet de passer de l’estran aux flots sans rupture brusque. C’est ce qu’exprime la figure du matelas, une « planche » qui permet au « plageur-baigneur » de s’allonger aussi bien au-dessus du sable que de l’eau, et de vivre l’espace selon une autre temporalité, attentive aux mouvements minuscules du corps et des éléments.

3Au-delà, le matelas, qui ne supporte que l’écoulement quasi imperceptible des choses, serait à un des deux pôles d’une pratique faisant de la « glisse » un principe d’action. À l’autre bout, on trouverait la planche de surf, qui révèlerait un gradient maximal d’énergie et de « vertige », le bodyboard constituant un intermédiaire dans la mesure où il est pratiqué allongé (cela est de moins en moins vrai quand les bodyboarders inventent sans cesse de nouvelles postures) comme pour le matelas mais en élevant le gradient des propriétés mises en évidence pour la planche de surf.

4De fait, si toutes ces pratiques ont en commun de tirer parti de l’énergie de l’océan (qui n’est jamais nulle), la pratique du bodyboard aussi bien que de la planche de surf exigent celle qui est générée par la vague déferlante. C’est d’ailleurs ce que signifie le mot anglais surf, qui correspond à ce que le français désigne par ressac, l’endroit où brise la vague. Le vocable surf en est venu à exprimer aussi l’action consistant à se saisir de l’énergie déployée par le déferlement pour glisser.

  • 1 Berque A., Écoumène. Introduction à l’étude des milieux humains, Paris, Belin, coll. « Mappemonde  (...)
  • 2 Loret A., Génération glisse. Dans l’eau, l’air, la neige… La révolution du sport des « années fun  (...)

5Le surf apparaît comme une pratique permettant de mettre en évidence le concept de prise, couplage dynamique de l’objectif et du subjectif, du matériel et de l’idéel. Si la vague a une « réalité physique », si elle ne « cesse pas d’exister quand bien même nous ne la percevons1 », cela n’en révèle que mieux la liberté que nous avons à lui donner sens. Si les Polynésiens en général et les Hawaïens en particulier ne pouvaient ignorer totalement leur milieu ambiant, rien ne les prédisposait à coupler la vague avec une invention ludique (intégrée à l’organisation sociale) comme le surf, pas plus que les Occidentaux à en faire plus tard un motif pour la pratique de sports dits « de glisse2 », y compris du récent surf de gros (vagues atteignant environ 6 mètres et plus mais les seuils sont variables d’un individu à l’autre).

  • 3 Berque A., Écoumène. Introduction à l’étude des milieux humains, op. cit.

6Inversement, pour reprendre par analogie l’exemple de la relation entre le varappeur et la paroi mis en évidence par Augustin Berque, la mer est « prise » par le surfeur pour autant que le surf a été inventé (ou alors la « prise » ne serait saisie par personne) mais aussi pour autant qu’elle a une certaine configuration matérielle3. Autrement dit, une vague déferlante de mousse n’a pas les mêmes potentialités qu’une vague très creuse formant un tube par exemple.

7Cette prise ne serait pas « consommée », de sorte que la relation du surfeur à la vague ne s’opèrerait pas sur le mode de la prédation mais selon une posture partenariale, l’énergie libérée par le déferlement de la vague n’étant pas absorbée mais accompagnée (à l’instar de certains arts martiaux mais l’adversité y est ici dominante).

  • 4 Guibert C., L’univers du surf et stratégies politiques en Aquitaine, Paris, L’Harmattan, 2006.
  • 5 Guibert C., « Surf et “contre-culture” : la dimension symbolique des constructions journalistiques (...)

8Ce dernier discours n’est pas sans être imprégné par des représentations culturelles et sociales qui structurent les manières d’appréhender « l’univers du surf4 », y compris chez les surfeurs eux-mêmes. Christophe Guibert a ainsi montré comment certains acteurs (engagés notamment dans différents médias spécialisés), bien dotés en capitaux divers (social, culturel, etc.) et ayant puisé dans les « références culturelles et historiques » de la presse américaine de surf, ont joué un rôle dans la diffusion et la reproduction d’images qui ont nourri certains discours normatifs associés à ce sport5. Ces acteurs, seraient ainsi prompts à définir une

  • 6 Ibid.

« histoire du surf qui se rapporte souvent aux codes des références d’un passé sélectif “mythifié”, “merveilleux” ou encore “extraordinaire”, mais aussi “en marge des normes sociales”, “contestataire” et “non conformiste”6 ».

  • 7 De Soultrait G., L’entente du mouvement, Guéthary, Vent de Terre, 1995, p. 52.
  • 8 Deleuze G., Guattari F., « Rhizome », dans Deleuze G., Guattari F., Capitalisme et schizophrénie. (...)

9La production d’images directement ou indirectement liées au surf, n’est d’ailleurs pas monopolisée par les spécialistes de ce sport. Gilles Deleuze, attentif aux figures du mouvement, n’a pas manqué d’apporter sa réflexion au style spatial et temporel de la « glisse ». Selon lui, glisser, « c’est se faire accepter dans le mouvement, c’est arriver au milieu au lieu d’être origine d’un effort7 ». Il semble bien que ce soit la figure rhizomique qui inspire ici Deleuze, réseau transversal, non hiérarchique, sans origine, sans ordre prédéfini (n’allant pas d’un point à un autre), multiplicité de connexions s’inventant à mesure des occasions8. Sans doute le surf manifeste-t-il la figure idéalisée de la « glisse », en produisant des lignes de fuite transversales (le surfeur prend surtout la vague de manière oblique), en multipliant les liaisons avec un objet qui se déplie sans que son déploiement soit contenu dans un point-origine.

  • 9 Gibus de Soultrait, qui surfait dès les années 1960 (autrement dit quelques années seulement après (...)
  • 10 De Soultrait G., L’entente du mouvement, op. cit., p. 52.

10Gibus de Soultrait9 fait échos à cette vision, en même temps qu’il la propage : selon lui, le surfeur se trouverait toujours entre, en attente d’une venue incertaine, et en même temps dedans, « mouvement dans le mouvement10 ».

11« La forme de la vague », nous dit ce dernier auteur,

  • 11 Ibid., p. 27.

« par le fait de son aléa, est chaque fois sans pareille. Et de même qu’elle se présente toujours unique en brisant sur le rivage, de même elle renvoie sans cesse le surfeur à l’inédit d’une trajectoire et d’une ponctuation par ses figures. À la forme de la vague s’entend le mouvement du surfeur, comme une mélodie qui s’improvise et dont la partition des notes n’est plus le seul fait du musicien, mais le jeu d’une écriture pliée et repliée sur un échange11 ».

12L’échange dont parle Gibus de Soultrait est de l’ordre du symbolique. Ça n’est pas un hasard si pour certains surfeurs rencontrés, la forme épurée, la matrice idéale de la vague, est un « tube ». Que celui-ci ne soit accessible qu’à une toute petite minorité de surfeurs dotés de très hautes compétences, qu’il soit rare à Waikiki sinon par des apparitions fugaces en quelques spots sélectifs, n’enlève rien à sa charge imaginaire qui fait qu’il est aussi vécu de manière métaphorique.

13Aussi bien la vague tubulaire qui se creuse et dans laquelle s’engage le surfeur qui s’ajuste pour provoquer l’enveloppement peut-elle être lue à travers la réactivation du « schème de l’avalage ». La sémantique qui parle de « lèvre » (lip) pour désigner le mouvement de la crête qui se déploie par un fond à fleur d’eau au-dessus du surfeur, étant de ce point de vue significative de ce système d’images. Parler de « lèvre » et non de « mâchoire » manifeste bien l’idée qu’il s’agit non pas d’un mouvement mortifère mais d’une descente heureuse vers une chaude intimité.

  • 12 Aurélie est un nom d’emprunt destiné à préserver l’anonymat de l’enquêté.

14Cet imaginaire du creusement, de l’onde, de la rondeur, qui peut être lié à une érotique de l’espace matériel, sourd parfois des discours afférents à la pratique du surf. Il peut prendre une dimension franchement sexuelle, qui n’est pas exclusive d’un désir masculin. Pour Aurélie12, surfeuse d’Hossegor, la métaphore de l’orgasme est une figure de style persistante lorsqu’elle parle de sa relation au surf. La vague tubulaire suscite chez elle les images d’un plaisir sexuel paroxystique, expérience du tube qu’elle n’a pourtant jamais réellement éprouvée et qui montre bien la prégnance des représentations dans l’« univers du surf » : « Quand tu prends la vague, c’est comme un orgasme, alors tu imagines un tube, c’est un multi-orgasme. » Si du frottement à la vague peut naître une sensualité voluptueuse, l’émotion de l’étreinte sexuelle culmine avec l’enveloppement tubulaire, qui peut évoquer aussi le blottissement maternel. De ce point de vue, la figure du surfeur en tant que héros viril exprimée par Jack London ne suffit pas (plus ?) à mettre en évidence les images ambivalentes du surf. Cette relation aux éléments passe par la perception d’une limite matérielle mouvante. Or, en même temps, la sensation d’un enveloppement qui sécurise, même en mouvement, est ici indissociable de son potentiel mortifère.

  • 13 Voir Le Breton D., Passions du risque, Paris, Éditions Métailié, coll. « Suites Sciences Humaines  (...)

15Aurélie le dit assez, y compris pour formuler des images attendues qu’elle a elle-même incorporées, sa vision érotique du surf serait le pendant dialogique d’une quête du risque, laquelle chercherait à faire la nique à la précarité de la condition humaine afin d’intensifier la vie13 : « J’aime les choses extrêmes. Il me faut de l’adrénaline. Elle te fait sentir que tu vis. Il faut profiter de chaque instant intensément, on a qu’une vie. »

  • 14 Caillois R., Les jeux et les hommes, 2e édition, Paris, Gallimard, coll. « Folio Essais », 1967.
  • 15 Ibid., p. 68.

16Cette adrénaline, c’est par le vertige que procurerait la « glisse » qu’elle le trouve. Roger Caillois avait d’ailleurs fait de l’ilinx une des figures du jeu14. Le mot désigne en grec le « tourbillon d’eau », et englobe les jeux « qui reposent sur la poursuite du vertige et qui consistent en une tentative de détruire pour un instant la stabilité de la perception et d’appliquer à la conscience lucide une sorte de panique voluptueuse15 ».

17Dressé sur la crête de la vague et chutant déjà en son pli, le surfeur ferait l’expérience d’une émotion vertigineuse déployant une ligne tendue entre abandon, perte du moi, et recherche de l’équilibre, lutte contre l’engloutissement. Mise à l’épreuve de l’existence, sillon éphémère tracé comme une signature sur le monde, le côtoiement supposé de la mort et sa mise à distance fournirait en retour un surplus de vie.

18D’où les correspondances symboliques entre la grosse vague et la montagne. Devant le spectacle des vagues hivernales de 15 pieds à Waimea (North Shore), un touriste de Dallas avoue se délecter de ces déferlements qui sont comme des « avalanches », vivant comme beaucoup d’autres spectateurs le vertige des surfeurs par procuration. L’émergence de l’« avalanche » traduit bien la représentation d’un risque qui exprime le péril des éléments.

19Certains surfeurs racontent, y compris lorsqu’ils ne se frottent pas aux vagues « géantes », ce rapport avec le monde qui semble tenir sur un fil, suspendu à la vie (sur la crête symbole de puissance, de souveraineté) et virevoltant au-dessus du « gouffre » que l’on côtoie parfois lorsque le contact avec le monde ouvre une plaie dans la chair (par la dérive ou la planche pouvant blesser à certaines occasions).

20Les récits d’Aurélie sont taraudés par les figures du risque qui ont aussi valeur de rite d’initiation en rendant possible la configuration d’un « avant » et d’un « après » : « Il y a quelques années, l’hiver, je partais avec mon surf, même sous la tempête, et toute seule. Mais j’étais plus jeune, plus casse-cou. » On voit bien qu’il ne s’agit pas du rite de passage tel qu’il existe dans les sociétés holistes où celui-ci est un opérateur d’intégration, d’appartenance communautaire. L’initiative est ici personnelle, engage l’individu dans une confrontation avec lui-même, en éprouvant ses limites physique et mentale, en quête de repères identitaires.

  • 16 Le Breton D., Passions du risque, op. cit.

21Mais outre le fait que c’est bien au contact du monde qu’il se confronte à l’adversité, l’expérience est représentée socialement, appelle les gratifications d’un public qui reçoit ces petites histoires vécues. Il y a en creux, en deçà ou au-delà de l’exploit individuel qui distingue, un désir d’agrégation sociale par la reconnaissance du groupe. Le fantasme de la confrontation ordalique, qui n’est pas le suicide dans la mesure où il n’y a pas chez l’acteur volonté de mort mais une éventuelle mise à l’épreuve, mise à proximité de la mort pour l’affronter et en sortir vainqueur16, est insuffisante à saisir tous les ressorts de la pratique de la « glisse ». Son sens passe aussi par une esthétique autour de la beauté du geste, d’une gestualité qui a été codifiée. Aurélie retire elle-même de la gestualité gratifiante des spectateurs un « profit symbolique » qui ajoute au plaisir du surf dont la pratique se réfracte dans le social : « Quand tu sors de l’eau et que les mecs te font ça [elle imite par la main le geste lui-même codifié de l’accord “hawaïen”, le hang loose], tu es trop content. »

  • 17 Hemmings F., The Soul of Surfing is Hawaiian, Hong Kong, Library of Congress, 1997, p. 41.
  • 18 Ibid., p. 41.

22Pourtant, cette relation plus ou moins fantasmée à la mort semble devenir encore plus prégnante chez ceux, très rares, qui pratiquent le surf de gros : « Vous ne pensez plus à la mort, trop occupé à lutter pour survivre17. » Elle serait là pourtant, potentielle et imprévue, comme un rappel à l’ordre transgressé : « La mort m’a traqué à certaines occasions, en ces jours d’insouciance, quand je surfais de grosses vagues18. »

23Pour lutter efficacement en faveur de la puissance et de la pureté, mieux vaut se munir d’un dispositif technique armant le guerrier. La planche de surf devient alors un gun, nom donné à un objet long et effilé, qui ressemble plus à une lame qu’à un revolver mais l’idée de violence reste intacte et c’est sans doute là l’essentiel. Le héros solaire, au sommet de la montagne d’eau – tracté par un jet-ski pour les plus hauts sommets –, pourra alors trancher le pli monstrueux, cette lèvre laissant désormais place à une gueule dentée à laquelle il s’agit d’échapper sans qu’elle puisse se refermer sur soi. Le bestiaire du surf s’anime sur le North Shore par le changement de configuration des éléments, lorsqu’à l’« avalage » d’été se substitue le « croquage » d’hiver.

24Ces exploits héroïques investissent alors la mémoire collective, par le récit qui assure la pérennisation de ces événements. La lutte purificatrice contre la mort se prolonge à coup de mots qui font résonner les fracas de la bataille livrée, matériaux signifiant l’exploit héroïque :

  • 19 Hemmings F., The Soul of Surfing is Hawaiian, op. cit., p. 53.

« Tombant à pic, je suis certain d’avoir tiré derrière moi des Gis tentant un bottom turn. Le mur d’eau s’affaissa. La chute ressembla à une attaque de l’US Navy dans les profondeurs de l’océan. J’explosais littéralement lorsque je réapparus à la surface19. »

25En parlant d’explosion, Fred Hemmings veut sans doute aussi parler de cette émotion débridée qui accompagne le surfeur sorti de la vague, intensité émotionnelle parfois exprimée à grands renforts de cris de joie et de bras levés au ciel.

  • 20 Elias N., La civilisation des mœurs, op. cit.
  • 21 Gay J.-C., « Le sport : une mise en limites de l’activité physique », L’Espace Géographique, n° 4, (...)
  • 22 Voir Augustin J.-P. (dir.), Surf atlantique. Les territoires de l’éphémère, Talence, Éditions de l (...)

26Le sport s’inscrivait jusque-là dans le processus de civilisation au sens de Norbert Elias20, l’espace sportif participant activement à la production et l’incorporation des normes régulant l’activité pulsionnelle, notamment par la surveillance croissante de territoires sportifs activant des clôtures toujours plus nettes, le « stade » manifestant bien cette spatialité fondée sur la stabilité21. La culture sportive portée par les pratiques dites de « glisse » depuis les années 1960 et qui semble monter en puissance depuis quelques années investirait-elle davantage les espaces au travers desquels elle pourrait desserrer le contrôle social, l’individu pouvant davantage y inventer sa territorialité22 ?

LA FABRIQUE DES SURFEURS

27Nous l’avons vu, il ne faut pas chercher à Waikiki les « tubes » qui peuvent hanter l’imaginaire du surf, à l’exception de quelques sites sur les marges occidentales et orientales où elles peuvent émerger de temps à autre en été, uniquement fréquentés par des surfeurs confirmés. L’exploit de Duke Kahanamoku, sans doute quelque peu exagéré par les récits de l’événement, semble impossible aujourd’hui. Waikiki est surtout un lieu de pratique pour les surfeurs débutants ou dotés de compétences moyennes. Les longboarders et les bodyboarders y sont largement majoritaires, et beaucoup parmi eux sont des touristes.

  • 23 Loret A., Génération glisse. Dans l’eau, l’air, la neige… La révolution du sport des « années fun  (...)

28Si l’on suit certains travaux, le surf (la « glisse » d’une manière générale) fonctionnerait sur un modèle « analogique », dont le style spatial inverserait le modèle disjonctif selon lequel on est ou dedans, ou dehors, et jamais dans un entre-deux23. Le surfeur serait intéressé non par le contrôle d’une surface mais par l’ouverture individuelle à une ligne éphémère avec laquelle il chercherait à composer, matière à travailler. Ce qui signifie aussi un enjeu politique : l’accessibilité de la vague à l’individu quelles que soient ses appartenances, autrement dit la participation possible à un espace public.

  • 24 Hemmings F., The Soul of Surfing is Hawaiian, op. cit.
  • 25 Lacroix G., Bessy O., « Glisse d’hier et surf d’aujourd’hui », dans Augustin J.-P. (dir.), Surf at (...)

29Mais cette temporalité et cette spatialité n’activent pas les mêmes enjeux quand la forte densité de pratiquants peut devenir à l’échelle individuelle un encombrement, selon les moments. Fred Hemmings énonce avec nostalgie le temps où il lui fallait activer son réseau social pour ne pas surfer seul sur les spots24, lorsque le surf était une activité « confidentielle25 », alors qu’elle est devenue un « sport de masse » qui rejaillit sur l’échelle de spots désormais densément fréquentés en certaines circonstances, obligeant au « partage ». C’est d’autant plus vrai à Waikiki où les fortes densités commandent le style spatial de la plupart des spots.

30Ici pourtant, la diversité des sites favorise au moins la résolution d’un problème qui fait que des pratiques de « glisse » apparemment proches, ne peuvent facilement se mêler les unes aux autres tant le rapport de force peut être dissymétrique. De fait, le véhicule surf, formé de composants résistants mais aussi de dérives qui peuvent constituer des objets tranchants, et qui porte de surcroît un glisseur dressé, peut constituer l’objet d’une insécurité permanente pour le bodyboarder et sa posture allongée au ras de l’eau, reposant sur un objet dont le gradient de résistance est moindre.

31Non seulement le bodyboarder est fragilisé matériellement mais aussi symboliquement, déclassé dans la hiérarchie du surf qui voit triompher le héros de la planche, celui debout, qui se dresse contre les éléments. Les bodyboarders se rassemblent alors par l’exclusive, comme en un refuge préservé par la jetée de Kuhio Beach. L’archipel des loueurs de planches de Waikiki Beach laisse alors place à une minuscule échoppe arborant une signalétique énonçant la possibilité de louer l’équipement du bodyboarder, dont beaucoup sont déjà munis à la différence du surfeur.

32Il faut prendre le mot refuge au sens fort, le bodyboarder étant expulsé au ban et cherchant un lieu de tranquillité, d’intimité. Mais de manière inattendue, les bodyboarders parviennent à retourner à Kuhio Beach plusieurs « couches » de marginalisation. D’une part, si leur activité n’a pas le prestige de leur cousin surfeur, ils sont ici mieux exposés au public non pratiquant que les premiers quel que soit le spot. La jetée se déploie comme une avancée pénétrant et enveloppant le lieu du jeu, comme une arène fréquentée par des spectateurs mêlant des locaux et des touristes (voir cahier photographique, image 24), chacun se délectant des prouesses techniques, de la diversité des postures et des gestes (voir cahier photographique, image 25), ou encore de l’usage d’objets insolites comme le plateau de McDonald métamorphosé en prise pour glisser sur la vague.

  • 26 Ascher F., Examen clinique. Journal d’un hypermoderne, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. (...)

33D’autre part, les jeunes démunis économiquement prennent ici leur revanche symbolique en montrant leur maîtrise de l’espace, leur aisance avec l’élément marin, leurs compétences à faire de la matière une œuvre éphémère, gratuite, mais intégrée dans un commerce humain (l’échange social par le ravissement de l’œil du spectateur notamment). Et la mise en scène est d’autant plus gratifiante que les spectateurs savent apprécier, comme cette jeune retraitée du « Sud de Los Angeles » rencontrée sur la jetée avec ses petits-enfants, propriétaire de deux appartements à Waikiki et qui vient y résider trois mois par an environ. La valorisation du lieu semble d’ailleurs passer plus particulièrement par la sérendipité qu’il autorise, c’est-à-dire par le fait que l’on peut y trouver quelque chose que l’on ne cherchait pas, principe fondamentalement urbain fondé sur la capacité des individus à se saisir d’une opportunité non programmée26 : « On peut y sentir l’ambiance de la grande ville et qu’il y a toujours quelque chose de nouveau, que je n’ai jamais vu auparavant. » Cette énonciation dit sa capacité d’étonnement devant la créativité des jeunes bodyboarders, et plus généralement devant le régime d’innovation qui travaille l’urbain.

34Le mélange social opérant sur la jetée se prolonge par la bordure marine où le petit-fils de la touriste californienne se frotte en lignes serrées aux locaux et aux autres visiteurs, qui sont pour beaucoup des adolescentes ou des adolescents en proportion à peu près égale. Et à l’instar de cet adolescent accompagné d’un membre de sa famille, nombreux sont ceux qui fréquentent la plage intégrés dans une unité familiale pouvant comprendre jusqu’à trois générations le week-end, quand elles se retrouvent autour d’un pique-nique. Ici contrairement à Waikiki Beach, les disponibilités en parking dans le voisinage sont d’ailleurs un soulagement pour les familles et leur équipement lourd, surtout pour ceux qui, en bordure de Kapiolani Park, profitent du seuil herbeux de la plage pour faire usage d’un barbecue. La mêlée ethnique est plus prégnante ici que sur la plage de Waikiki Beach même si quelques familles locales peuvent s’installer aussi là-bas.

35Partout ailleurs, les surfeurs se mêlent aux pirogues, ainsi qu’aux catamarans (voir cahier photographique, image 26). Accessibles au public pour une dizaine de dollars, ils permettent de « larguer les amarres », quitter l’ancrage îlien pour se décentrer et percevoir l’île selon un autre angle, prendre conscience de l’insularité par le mode maritime et non plus seulement par le mode aérien. Le catamaran rend possible aussi le côtoiement du large passé le seuil des hauts fonds, lorsque les couleurs s’assombrissent, griserie d’un risque d’engloutissement mesuré, coprésence avec des surfeurs magnifiés et/ou pieds de nez à des surfeurs qui se contentent de l’ourlet marin.

  • 27 Coëffé V., Touristicité idéale. Hawaii, un parcours utopique, op. cit., p. 684.

36La distribution des sites de surf obéit au niveau d’expertise des pratiquants mais les surfeurs ne peuvent compter sur une signalétique codificatrice qui institutionnalise le gradient de difficulté comme c’est le cas des pistes de ski. La plupart des sites qui s’égrainent le long de Waikiki sont accessibles aux débutants dont certains viennent ici en ayant jamais porté une planche de surf. Waikiki est de ce point de vue une puissante « machine à fabriquer de nouveaux pratiquants27 » qui retourneront vers leur lieu de résidence ordinaire avec les traces émues d’avoir expérimenté de nouvelles expériences sensible et mentale (ne serait-ce que le traitement des nombreuses informations qui circulent au cours de l’activité de « glisse »), de celles qui peuvent avoir l’effet d’une fulgurance et dont il deviendra désormais difficile de se passer. Il suffit d’observer le néophyte qui parvient à force de hardiesse à se dresser sur une planche qui jusque-là glissait surtout sous ses pieds, mais dont il pouvait déjà sentir certaines des potentialités. Les cris de joie sont alors le signe d’une victoire sur soi-même et sur le monde. Mais ils n’ont pour rareté que celle qui se vit à l’échelle individuelle. Ces cris-là trouent de manière récurrente le silence de la plage.

37Les « exploits » que l’on peut observer depuis l’estran ne doivent donc rien aux surfeurs de gros. Ceux-ci sont traqués par les images qui font choc, ceux-là sont minuscules, vécus davantage que mis en image. D’où le mépris qu’ils peuvent susciter chez ceux qui sont en quête de distinction. Waikiki saisi par la trame du surf devient facilement une « usine à touristes » quand le « vrai Hawaï » du surf est ailleurs, dans la solitude souvent fantasmée des spots du North Shore, en tout cas à coup sûr moins accessibles au surfeur mal doté. De même, l’hyperdensité des spots qui n’active finalement que de très rares conflits violents reste peu intéressante du point de vue « géopolitique ».

  • 28 Retaillé D., Le monde du géographe, Paris, Presses de Sciences Po, 1997, p. 248.

38Pratique individuelle, c’est vrai pourtant qu’elle peut faire naître des solidarités de défense agressive du territoire, en un localisme qui n’épargne presque aucun spot du monde mais qui prend un tour plus ou moins violent, jusqu’à la transformation de l’arme métaphorique (le héros luttant contre la vague) en arme réelle, la planche devenant effectivement une lame criminogène. Ça n’est pas le cas à Waikiki mais l’accessibilité de la vague n’est pas sans poser problème quand le rhizome ne suffit plus à comprendre les enjeux d’une territorialité qui suppose une hiérarchisation dans l’accès à la vague. Il en va de la survie des surfeurs d’ajuster la distance. Aussi bien ces derniers, comme d’ailleurs les nomades, organisent-ils une territorialité « hiérarchisée par la priorité d’accès28 ». Mais à la différence du nomade, la priorité ne se fonde habituellement pas sur un principe communautaire de type généalogique. Elle n’est pas régie par une position sociale essentialisée, mais par la solidarité dans la coprésence (par l’identité spatiale, par le lieu de la circonstance au-delà des appartenances sociales).

  • 29 Berque A., Écoumène. Introduction à l’étude des milieux humains, op. cit.

39Ordinairement, les règles qui organisent l’espace public du surf consistent à instaurer un ordre temporel et spatial, le surfeur qui a pris le premier la vague et celui qui est le plus à l’intérieur, au point de déferlement, ayant la priorité sur les autres. Il s’agit d’une règle civile qui s’applique à quiconque fréquente le site, et permet en retour que quiconque puisse y accéder pourvu qu’il investisse cet accord. Pourtant, la communautarisation de l’accessibilité émerge ici ou là, à la faveur d’individus et plus souvent encore de groupes dont l’idéologie territoriale ne passe plus par la solidarité civile mais par l’autochtonie, le « marin » se raccrochant à des racines improbables à défaut de racines généalogiques quand il ne souhaite plus adhérer au contrat de l’espace partagé, mais faire plutôt de cet espace un territoire-ressource exclusif. Cette territorialité ne fonctionne plus alors sur le principe de l’identité par la coprésence en sorte de traiter l’autre au moins comme un semblable à défaut du même29, mais sur le principe de l’étrangeté radicale. Au mieux il s’agira comme à Waikiki de stratégies d’intimidation consistant dans une version molle à questionner l’intrus sur sa provenance, pour lui signaler sa position externe et pour se signaler comme étant en position interne. Dans une version dure, la stratégie consiste plutôt à refuser les règles de priorité ou à entraver l’accessibilité de la vague. Cette posture exclusive culmine en un ethno-machisme, prompt à faire de la figure étrangère féminine l’intrus le plus honni. Aurélie n’a pas été épargnée par cette idéologie quand, surfant quasi quotidiennement un des spots accessibles aux surfeurs confirmés, elle devait subir chaque fois, à côté de « vieux qui [lui laissaient] prendre la vague en changeant leur direction au take-off [le lieu et le moment où le surfeur saisit la vague] », l’hostilité de « deux jeunes, toujours les mêmes, qui [l’empêchaient] de prendre la vague en simulant de partir dans une direction et en la changeant au dernier moment ».

  • 30 Goffman e., La mise en scène de la vie quotidienne. tome 2 : les relations en public, op. cit., p. (...)

40Si certains surfeurs inventent de nouvelles civilités en cherchant à ouvrir l’accessibilité de l’espace, d’autres en revanche détournent les règles de lisibilité concernant leurs intentions en « faussant intentionnellement leur lecture30 » à des fins « géopolitiques ».

41Ce ne sont plus alors l’excellence ou les « règles du jeu » qui servent de référent dans la distribution des grâces et des sanctions sociales, mais la position d’« autochtone », l’« allochtone » étant propulsé ou plutôt expulsé au rang de persona non grata, banni, impossible à intégrer. Au seuil de certains spots du monde, y compris paradoxalement dans une langue véhiculaire comme l’anglais, l’« étranger » est même informé de l’exclusivité localiste du spot par un locals only qui peut être communiqué aussi de manière non verbale.

Notes

1 Berque A., Écoumène. Introduction à l’étude des milieux humains, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2000, p. 151.

2 Loret A., Génération glisse. Dans l’eau, l’air, la neige… La révolution du sport des « années fun », Paris, Éditions Autrement, série « Mutations », 2003.

3 Berque A., Écoumène. Introduction à l’étude des milieux humains, op. cit.

4 Guibert C., L’univers du surf et stratégies politiques en Aquitaine, Paris, L’Harmattan, 2006.

5 Guibert C., « Surf et “contre-culture” : la dimension symbolique des constructions journalistiques de la presse spécialisée en France », Revue Sciences Sociales et Sport, n° 4, juillet 2011, p. 11-39.

6 Ibid.

7 De Soultrait G., L’entente du mouvement, Guéthary, Vent de Terre, 1995, p. 52.

8 Deleuze G., Guattari F., « Rhizome », dans Deleuze G., Guattari F., Capitalisme et schizophrénie. Mille plateaux, Paris, Les éditions de Minuit, coll. « Critique », 1980.

9 Gibus de Soultrait, qui surfait dès les années 1960 (autrement dit quelques années seulement après l’introduction du surf en France, à Biarritz) alors qu’il passait ses vacances d’été dans la maison familiale de Guéthary, est journaliste de surf. Il a créé notamment en 1986 avec Pierre-Bernard Gascogne, Surf Session, un des principaux magazines français spécialisés, et il publie à partir de 1994, la version française de Surfer’s Journal, magazine américain à fort rayonnement. Il a par ailleurs entretenu des relations avec Gilles Deleuze, cause et effet de ses publications à dimension philosophique, résonnant avec le paradigme deleuzien. Sur la trajectoire sociale de Gibus de Soultrait, voir Guibert C., L’univers du surf et stratégies politiques en Aquitaine, op. cit., p. 75-82.

10 De Soultrait G., L’entente du mouvement, op. cit., p. 52.

11 Ibid., p. 27.

12 Aurélie est un nom d’emprunt destiné à préserver l’anonymat de l’enquêté.

13 Voir Le Breton D., Passions du risque, Paris, Éditions Métailié, coll. « Suites Sciences Humaines », 2000.

14 Caillois R., Les jeux et les hommes, 2e édition, Paris, Gallimard, coll. « Folio Essais », 1967.

15 Ibid., p. 68.

16 Le Breton D., Passions du risque, op. cit.

17 Hemmings F., The Soul of Surfing is Hawaiian, Hong Kong, Library of Congress, 1997, p. 41.

18 Ibid., p. 41.

19 Hemmings F., The Soul of Surfing is Hawaiian, op. cit., p. 53.

20 Elias N., La civilisation des mœurs, op. cit.

21 Gay J.-C., « Le sport : une mise en limites de l’activité physique », L’Espace Géographique, n° 4, 1997, p. 227-240.

22 Voir Augustin J.-P. (dir.), Surf atlantique. Les territoires de l’éphémère, Talence, Éditions de la Maison des sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994.

23 Loret A., Génération glisse. Dans l’eau, l’air, la neige… La révolution du sport des « années fun », op. cit.

24 Hemmings F., The Soul of Surfing is Hawaiian, op. cit.

25 Lacroix G., Bessy O., « Glisse d’hier et surf d’aujourd’hui », dans Augustin J.-P. (dir.), Surf atlantique. Les territoires de l’éphémère, Talence, Éditions de la Maison des sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994, p. 25-48.

26 Ascher F., Examen clinique. Journal d’un hypermoderne, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « L’aube document », 2007.

27 Coëffé V., Touristicité idéale. Hawaii, un parcours utopique, op. cit., p. 684.

28 Retaillé D., Le monde du géographe, Paris, Presses de Sciences Po, 1997, p. 248.

29 Berque A., Écoumène. Introduction à l’étude des milieux humains, op. cit.

30 Goffman e., La mise en scène de la vie quotidienne. tome 2 : les relations en public, op. cit., p. 26.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

Offert par