Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hawaï

 | 
Vincent Coëffé

Première partie. La mise en désir des lieux

Chapitre III. Jack London et la fascination du surf

Texte intégral

1Né à San Francisco en 1876, Jack London inaugure sa relation avec l’archipel hawaïen dès 1890, alors qu’il fait partie d’un équipage pratiquant la chasse aux phoques.

  • 1 Grove Day A. (dir.), Stories of Hawaii by Jack London, Honolulu, Mutual Publishing, 1998.

2Il perçoit alors seulement l’île d’Hawai‘i depuis le pont. C’est en 1904 qu’il relâche pour la première fois dans l’archipel, à Waikiki, qui constitue une étape à travers son itinéraire vers l’Asie où il doit devenir chroniqueur de la guerre russo-japonaise1. Il choisit d’y faire une nouvelle incursion six mois plus tard, dans le cadre d’un voyage vers la Corée.

  • 2 Ibid.

3Il est possible que ces différentes visites, accomplies dans une courte séquence pour chacune d’elles, aient suscité chez London le désir d’une fréquentation plus durable. Mais cette motivation précipite aussi le projet d’embrayer le pas à Joshua Slocum qui a parcouru le monde sur un minuscule voilier2. À bord du Snark, un ketch de douze mètres de long, London embarque pour les « mers du Sud » en avril 1907, et atteint Honolulu un mois plus tard.

4C’est à Waikiki que l’écrivain, son épouse, et leur fils passent la plus grande partie de leur séjour, en résidant au Seaside Hotel, une structure d’accueil qui propose depuis 1906 quelques cottages disposés le long du front de mer.

LA SORTIE DU MUSÉE

5Au moment où London s’installe à Waikiki, la pratique du surf qui tendait à péricliter partout à Hawaï, y compris à Waikiki malgré sa position de refuge et de lieu de résistance, est réactivée de manière vivace. Impossible d’établir pourtant une date qui constituerait l’origine de sa reprise. Nous pourrions même voir dans la mise en spectacle du surf lors de l’inauguration du Kapiolani Park en 1877, l’événement emblématique d’une relance. Mais ne pourrait-on pas saisir aussi dans la mise en image photographique de la pratique du surf par Edison en 1898 un événement capable de propager à un rythme et à une échelle inédits un motif culturel jusque-là affublé de tous les vices par les puritains ?

Document 1 : Jack London et l’invention du bronzage.
Le récit de Jack London, dans A Royal Sport : surfing at Waikiki, n’est pas seulement avant-gardiste en tant qu’il bouscule l’héritage de Twain concernant le surf, il l’est aussi en tant qu’il exalte une nouvelle esthétique de la couleur de peau en parlant de « canaque aux reflets d’or et de bronze ».
On voit pointer, avec London, l’incarnation en même temps que la cristallisation d’un nouveau rapport au corps qui passe par la valorisation progressive du hâle, dynamique qui aurait donc été enclenchée dès le premier quart du xxe siècle aux États-Unis.
Ce mouvement embraye encore mieux lorsque London revient en 1916 à Waikiki et qu’il libère chez les « Blancs » l’identification possible à cette nouvelle figure héroïque, description d’un sauveteur publiée dans The Kanaka Surf :
« Hercule de vingt-deux ans, le plus blanc des hommes blonds à avoir été coloré d’un brun acajou par le soleil subtropical, avec un corps, des lignes et des muscles ressemblant à ceux du merveilleux Duke Kahanamoku. »
London fournit ici de manière condensée un modèle corporel qui s’est largement constitué à Waikiki, celui d’un corps athlétique, quasi nu et « bronzé » actualisant le modèle grec du corps idéal sculpté dans le bronze, celui qui est justement réactivé en Occident après la Première Guerre mondiale.
Ce modèle, qui circule aussi par la Floride, est diffusé à travers la Côte d’Azur entre les deux guerres. Lorsque les boys s’installent sur la Côte d’Azur au lendemain de la Grande Guerre, afin d’y passer leur convalescence, les écrits de London ont en effet déjà circulé aussi bien à travers la culture savante que populaire. Surtout, la Côte d’Azur, autour de Juan les Pins notamment, voit converger dans les années 1920 des artistes et écrivains américains comme Hemingway ou Cole Porter, qui fréquentent les milieux français de la mode et des arts. Ils participent à la propagation de l’esthétique du hâle, surtout que les artistes français commencent à s’intéresser au même moment à l’Art nègre. Les femmes accélèrent également le mouvement dans le cadre d’une émancipation qui passe par la contestation d’un corps corseté que l’on souhaite désormais exposer : Coco Chanel s’affranchit de l’ombrelle et prend des bains de soleil dès 1925, peu avant que Jean Patou crée la première huile solaire, l’huile de Chaldée, qui est notamment censée protéger des désagréments provoqués par les coups de soleil, et garantir le bronzage. L’icône française de la mode n’a donc pas inventé l’esthétique du bronzage comme une certaine littérature le propose. En revanche, elle a sans doute contribué, par son « capital symbolique », à accélérer une dynamique en cours.

6Autour de 1903, une nouvelle impulsion est en tout cas donnée à la mouvance du surf par un petit groupe, dont fait partie Duke Kahanamoku (voir document 2), particulièrement engagé dans cette pratique depuis l’âge de 15 ans au moins, organisant des rencontres au travers desquelles il est question de faire vivre ce « sport ». Au tournant du siècle, le surf qui était muséifié est à nouveau propulsé dans le mouvement. Le groupe créé même le Waikiki Swimming Club, rendant un peu plus visible une volonté d’institutionnalisation et de promotion d’un groupe d’intérêts jusque-là plus ou moins informel.

  • 3 Poirier J.-E., Hopupu, les délices de la glisse, Sillery, Les éditions du Septentrion, 2000.

7Ce nouvel élan bénéficie assez rapidement de l’implication de nouveaux acteurs. En 1907, Georges Freeth, considéré comme un surfeur honolulien doté de fortes compétences, réintroduit les gestes hautement valorisés avant le déclin du surf. Désormais, on se dresse debout sur la planche, après que le style soit devenu plus « fruste », la glisse mettant en scène une position accroupie, fœtale, etc.3. Cet événement brise le mythe construit en grande partie par Twain, celui d’un savoir du surf exclusif des natifs, les « Blancs » ne pouvant accéder à sa connaissance.

  • 4 Ibid., p. 53.

8Si le surf est introduit dès 1885 à Santa Cruz par des étudiants hawaïens, Freeth est instrumentalisé par la Pacific Electric Railroad, une entreprise ferroviaire dans laquelle il est employé et qui fait du surf une étiquette marketing pour promouvoir son réseau de transport qui s’étend désormais en direction de Redondo Beach et du rivage californien. La firme annonce alors le spectacle d’un « homme ayant la possibilité de marcher sur l’eau4 », un slogan qui fait écho au récit de Jack London écrit un peu plus tôt.

  • 5 Timmons G., Waikiki Beachboy, Honolulu, Editions Limited, 1990.

9Ce dernier fait en effet la rencontre de Freeth à Waikiki en 1907, avant que celui-ci ne parte pour la Californie au cours de la même année. L’intermédiaire de ce contact n’est autre qu’Alexander Hume Ford, un journaliste venu de Chicago, qui a très rapidement fait du surf sa passion, au point de s’engager de manière intense dans sa relance et sa propagation, en proposant ses enseignements à Waikiki5. Surtout destiné aux jeunes, sans doute les plus désireux et les plus disponibles pour s’engager dans cette pratique exigeante, Ford n’en accueille pas moins tous ceux qui font preuve de bonne volonté pour se lancer dans son apprentissage. C’est le cas de Jack London, qui saisit l’opportunité offerte par les services de Ford, ce dernier pouvant voir en retour dans l’écrivain un propagateur efficace pour une diffusion du surf à travers le monde.

« UN SPORT DE ROI »

10C’est par la perception et le travail de l’imagination, en prenant appui sur la figure de Freeth, que London nous livre ce récit extrait de A Royal Sport : surfing at Waikiki :

  • 6 London J., La croisière du Snark, Paris, Hachette/Le livre de Poche pour l’édition française, 1936 (...)

« Et tout à coup, là-bas, d’une énorme vague qui jaillit au ciel, semblable à quelque dieu marin quittant les remous, un homme à tête noire surgit au-dessus d’une crête neigeuse. Bientôt ses épaules, sa poitrine, tous ses membres se révèlent à nos yeux. À l’endroit où, voici quelques secondes, on ne voyait qu’une énorme désolation, un être humain se dresse de toute sa hauteur. Chose étrange, il ne se débat pas frénétiquement dans cette ambiance hostile. Les monstres tout puissants ne l’engloutissent pas, ni ne l’écrasent. Calme et superbe, il les domine, penché sur les sommets vertigineux, les pieds disparaissant sous les tourbillons d’écume, la poussière d’embrun l’aspergeant jusqu’aux genoux. Le reste de son corps émerge dans l’air libre et l’éblouissante clarté du soleil. Il vole devant lui, aussi rapidement que le flot sur lequel il se tient en équilibre. C’est le dieu Mercure, un Mercure à peau brune ; ses talons ailés l’emportent avec la vitesse des vagues. Du fond de la mer, il a bondi sur le dos d’une lame rugissante sur laquelle il s’accroche, malgré tous les efforts de celle-ci pour se débarrasser de lui. Impassible et calme comme une statue, il continue sa course quand soudain un fracas épouvantable se fait entendre ; la vague se brise, l’écume jaillit de partout, et, à nos pieds, atterrit tranquillement un Canaque aux reflets d’or et de bronze qui, voilà quelques minutes, apparaissait comme un faible point à l’horizon6. »

  • 7 Coëffé V., « Ces grands hommes qui font les hauts lieux : Jack London et la pratique du surf à Wai (...)

11A Royal Sport : surfing at Waikiki, publié d’abord dans le magazine national Woman’s Home Companion en octobre 1907, sera repris dans son ouvrage The Cruise of the Snark, devenu un best seller en 1911. London accélère donc ici de manière décisive la diffusion du surf vers le mainland (les États-Unis du « continent »), d’autant que ses écrits pouvaient bénéficier d’un horizon d’attente favorable grâce aux surfeurs hawaïens présents en Californie7.

Notes

1 Grove Day A. (dir.), Stories of Hawaii by Jack London, Honolulu, Mutual Publishing, 1998.

2 Ibid.

3 Poirier J.-E., Hopupu, les délices de la glisse, Sillery, Les éditions du Septentrion, 2000.

4 Ibid., p. 53.

5 Timmons G., Waikiki Beachboy, Honolulu, Editions Limited, 1990.

6 London J., La croisière du Snark, Paris, Hachette/Le livre de Poche pour l’édition française, 1936, p. 86-87.

7 Coëffé V., « Ces grands hommes qui font les hauts lieux : Jack London et la pratique du surf à Waikiki », Montagnes Méditerranéennes, n° 22, 2005, p. 55-59.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540